Groupe Wagner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Groupe Wagner
Idéologie Nationalisme russe
Objectifs Défense paramilitaire des intérêts extérieurs de la Russie
Statut Actif
Fondation
Date de formation 2014
Pays d'origine Russie
Fondé par Evgueni Prigojine ou Dmitri Outkine
Actions
Mode opératoire Mercenariat
Opérations clandestines
Zone d'opération Ukraine, Syrie, Soudan, Libye, Centrafrique, Venezuela, Mali, Madagascar, Mozambique
Période d'activité Depuis 2014
Organisation
Chefs principaux Dimitri Outkine
Sergueï Kim
Membres 1 000 à 4 000 en Syrie[1],[2]
Soutenu par Ministère de la Défense russe ?
Forces armées russes ?
GRU ?
Crise de Crimée
Guerre du Donbass
Guerre civile syrienne
Conflit au Kordofan du Sud
Deuxième guerre civile libyenne
Deuxième guerre civile centrafricaine
Insurrection djihadiste au Mozambique
Crise présidentielle de 2019 au Venezuela

Le Groupe Wagner (russe : Группа Вагнера), également connu comme PMC Wagner, ChVK Wagner, ou CHVK Vagner, est une société militaire privée russe ayant recours au mercenariat, active notamment lors de la guerre du Donbass et la guerre civile syrienne mais aussi dans d'autres zones de conflits à travers le monde. Cette organisation paramilitaire est liée au gouvernement russe[3],[4] dans le but d'assurer la défense des intérêts extérieurs de la Russie.

Direction[modifier | modifier le code]

Le Groupe Wagner est fondé en 2014[5]. Il est financé par (ou est la propriété de) l'oligarque russe Evgueni Prigojine, proche du pouvoir russe et à la tête de l'Internet Research Agency (IRA), une usine à propagande et à désinformation sur internet[1],[6]. Le Groupe Wagner et l'IRA sont deux organisations sœurs qui sont synchronisées l'une à l'autre. Le Groupe Wagner met en œuvre des opérations militaires, tandis que l'IRA mène une guerre informationnelle sur internet et planifie des opérations psychologiques[7],[8],[9]. Dès sa création (en 2009?), l'IRA semble être un allié des services de renseignement anglo-saxons, en particulier du SAIMR, du MI5, du MI6, et dans une moindre mesure du Mossad et de la CIA.[10]

Le siège social officiel du Groupe Wagner est en Argentine[11]. Le fondateur et commandant militaire du groupe est Dimitri Outkine, lieutenant-colonel au sein des Spetsnaz jusqu'en 2013 et ancien membre du Corps slave[12].

Outkine est un néo-nazi admirateur du Troisième Reich[12],[13]. Il aurait adopté le surnom de Wagner en hommage au compositeur allemand Richard Wagner et aurait baptisé son entreprise de mercenariat du même nom[12],[13],[14],[15]. Le Groupe Wagner pourrait également se référer à Robert Wagner qui dirigea le SAIMR pendant la Guerre froide[16].

En , Outkine devient le directeur général de l'entreprise Concord Management and Consulting (en), qui appartient à l'homme d'affaires Evgueni Prigojine[2].

Les sociétés militaires privées sont officiellement interdites en Russie[1]. Mais selon The Daily Beast et le département d'État des États-Unis, le groupe Wagner est sous le contrôle du ministère russe de la Défense[12],[17]. Cependant le gouvernement russe nie officiellement tout lien avec cette société[12]. Pour Isabelle Mandraud, journaliste pour Le Monde : « les mercenaires russes n’ont pas d’existence légale en Russie. Leurs liens avec le pouvoir sont pourtant évidents. Leur chef s’était ainsi pris en photo au côté du président Vladimir Poutine lors d'une réception au Kremlin en décembre 2016 »[18]. Pour le New-York Times : « ses relations avec le Kremlin sont obscures et non confirmées, mais ses dirigeants auraient été décorés au Kremlin et ses mercenaires sont formés dans les installations du ministère russe de la Défense »[14]. Le financement du Groupe Wagner est lié, au moins en partie, au ministère de la Défense russe. Le ministère signe des contrats avec des entreprises proches de Prigojine et une partie de l'argent de ces contrats est effectivement dirigé vers le financement du Groupe. Le budget annuel du Groupe Wagner est estimé à 30 millions de dollars américains[19].

Le groupe Wagner pourrait avoir intégré une autre société, Evro Polis, dirigée par Evgueni Prigojine, sous contrat avec le régime de Bachar el-Assad[2],[1],[18],[12]. Selon Isabelle Mandraud : « Créée en 2016 dans la banlieue de Moscou selon le site d’informations Fontanka, cette entreprise aurait plutôt ressemblé à une coquille vide à ses débuts avant de voir son capital brutalement augmenter l’année suivante »[18]. Pour The Daily Beast, Evro Polis serait devenu le front commercial du groupe Wagner[12]. Selon les journalistes de Libération Luc Mathieu et Veronika Dorman : « Prigojine, que la presse russe désigne aussi comme le patron des usines à troll russes, s’est diversifié dans le militaro-industriel. Son entreprise de restauration, Evro Polis, basée à Moscou, s’est recyclée en 2016 dans l’exploitation minière et la production de gaz et de pétrole avant d’ouvrir en 2017 une représentation à Damas. En 2016, Evgeny Prigojine a signé un contrat avec les autorités syriennes, lui assurant 25 % des revenus des champs de gaz et de pétrole repris par ses soins, c’est-à-dire par les hommes de Wagner, au groupe jihadiste État islamique »[2].

Effectifs[modifier | modifier le code]

Selon une enquête de RBK publiée le , environ 1 600 hommes ont servi sous les ordres de Wagner depuis le début de l'année 2016[20]. En 2018, RBK estime que le nombre des combattants du groupe Wagner a varié en Syrie, allant d'un millier d'hommes en moyenne à 2 500 au plus fort des combats[1]. Selon le journal russe Kommersant, 600 Russes sont présents en Syrie au sein du groupe Wagner début 2018[6]. À la même période, l'agence Bloomberg News estime leurs forces à 2 000 hommes[21]. Libération évoque pour sa part entre 2 000 et 4 000 hommes[2].

En Russie, ces forces sont basées jusqu'à l'été 2016 dans l'enceinte de la 10e brigade spéciale de renseignement, à Molkino, près de Krasnodar[1],[22],[23],[15],[20].

Les premiers mercenaires du groupe Wagner sont des vétérans d'Afghanistan et de Tchétchénie, mais par la suite le groupe engage des nouvelles recrues sans grande expérience militaire[24]. Un certain nombre des combattants du groupe sont également des militants du Parti national-bolchévique[25]. En général, les combattants sont envoyés en zone de guerre après une formation militaire de seulement un mois[24].

Théâtres d'opérations[modifier | modifier le code]

Les mercenaires du groupe Wagner ont été engagés en Ukraine dans la crise de Crimée, la guerre du Donbass, en Syrie durant la guerre civile syrienne[1],[18],[6],[23], et aussi au Venezuela[26]. Ils ont aussi été déployés en Afrique, notamment au Soudan[5], en Centrafrique[27] et en Libye[28]. Des consultants du Groupe Wagner sont vus au Mali vers fin 2019[29], et dans le courant de l'année 2021[30]. Le groupe aurait également une présence au Mozambique et à Madagascar[31],[32].

Syrie[modifier | modifier le code]

Le groupe Wagner intervient dans la guerre civile syrienne à partir de fin 2015[1]. Chargés initialement d'épauler lors des combats une armée syrienne affaiblie, ses combattants se voient ensuite assigner pour mission la garde des installations pétrolières dans l'est de la Syrie[1],[6],[33]. Ils encadrent aussi les ISIS Hunters[34]. Selon l'écrivain Zakhar Prilepine, également chef d'un bataillon pro-russe dans le Donbass, plusieurs combattants ont choisi de quitter l'Ukraine pour la Syrie car le salaire y est plus élevé[6].

En 2016 et 2017, le groupe Wagner combat l'État islamique à Palmyre[21],[13],[20]. Fin , deux combattants russes du groupe Wagner sont faits prisonniers par l'État islamique près de Deir ez-Zor[35],[36],[6]. Leur mort est annoncée fin octobre[6].

En , le groupe Wagner est la cible de bombardements américains et subit des pertes importantes — plusieurs dizaines ou plusieurs centaines de tués ou de blessés — lors de la bataille de Khoucham[18].

Selon la journaliste de Libération Hala Kodmani : « Les principales zones où sont intervenus les mercenaires russes en Syrie ces dernières années correspondent à l’est du pays où se trouvent des champs de pétrole et de gaz. C’est aussi la région qui était contrôlée depuis 2014 par l’État islamique, qui en a été délogé par les offensives antiterroristes de l’année dernière. Même si les ressources et réserves d’hydrocarbures syriennes sont loin d’être aussi importantes que celles de ses voisins, comme l’Irak, et que la production a été pratiquement réduite à néant par la guerre, le secteur reste un enjeu stratégique, en particulier pour la Russie »[37].

La participation des mercenaires russes au conflit syrien se fait de manière très discrète : leurs décès ne sont pas signalés et ils ne font pas l'objet de funérailles d'État[12],[13]. Des témoignages de mercenaires russes font état de très lourdes pertes en Syrie : au moins plusieurs centaines de morts[13],[20],[2].

Les lourdes pertes, l'obligation de devoir rester dans l'ombre, la vétusté de plus en plus grande des armes et du matériels provoquent des tensions avec l'armée russe à partir de 2017[2].

Venezuela[modifier | modifier le code]

En , au moment de la crise présidentielle, des agents de sécurité du Groupe Wagner arrivent au Venezuela pour renforcer la sécurité du président Nicolás Maduro[26].

Libye[modifier | modifier le code]

En 2019, selon le site russe Meduza, 300 hommes du Groupe Wagner prennent part à la bataille de Tripoli aux côtés des forces de l'Armée nationale libyenne du maréchal Haftar et au moins 35 d'entre-eux auraient été tués en septembre[38].

Entre et , selon un rapport de l'ONU, la Russie a accru son soutien logistique au groupe Wagner en Libye : quelque 338 avions cargo militaires partent de Syrie pour la Libye afin d'aider les combattants du groupe[39].

Selon un rapport du Département de la Défense des États-Unis publié en , les Émirats arabes unis, allié militaire proche des États-Unis au Moyen-Orient, financeraient les activités du groupe Wagner en Libye. Cette révélation survient alors que les démocrates au Congrès ont monté une campagne pour s'opposer à la vente proposée par l'administration Trump d'avions de chasse F-35 aux Émirats arabes unis pour 23 milliards de dollars[17].

Centrafrique[modifier | modifier le code]

À partir de 2018, des mercenaires du Groupe Wagner sont présents en Centrafrique, où ils participent à la formation de militaires de l'armée centrafricaine[40]. Wagner ouvre des bases arrières dans le pays, notamment dans des zones diamantifères comme Bria.

Le , 175 instructeurs russes de la société privée Sewa Security Services (SSS) arrivent en Centrafrique. En , le palais de Berengo (Bobangui) et ses 40 hectares de terrain sont transformés en camp militaire pour les contractuels russes appartenant à Sewa Security Services (fondée en ) et Lobaye Invest Ltd (société minière fondée en )[41]. Ces deux sociétés sont, selon le Trésor américain, reliées au fondateur du groupe Wagner. Les instructeurs russes y forment les Forces Armées Centrafricaines (FACA)[42]. Une cérémonie pour la fin de la formation d’un premier contingent de 200 hommes s’est tenue le en présence du président de la République Faustin-Archange Touadéra. Les mercenaires russes de SSS assurent également, depuis 2018, la garde rapprochée du président centrafricain.

En , les mercenaires de Wagner, appuyés par deux hélicoptères Mi-8 de l'armée russe, s'engagent aux côtés de l'armée centrafricaine, des forces de la MINUSCA et des forces rwandaises contre les rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement qui veulent prendre Bangui et empêcher la tenue des élections présidentielle et législatives[43]. Le , le Groupe de travail des Nations unies sur les mercenaires a dit sa préoccupations sur des violations répétées des droits de l'Homme par les mercenaires du groupe Wagner. Une enquête de RFI a collecté de nombreux indices, dont des documents confidentiels et des témoignages allant en ce sens[44]. Le gouvernement centrafricain a réagi en mettant en place une commission d'enquête. La Russie a dénoncé « de fausses nouvelles » qui « servent les intérêts des malfaiteurs qui complotent pour renverser le gouvernement »[45]. En , la commission d'enquête du gouvernement centrafricain sur les exactions en RCA confirme la responsabilité de membres du Groupe Wagner dans certaines des exactions commises pendant la guerre[46].

Arrestations en Biélorussie[modifier | modifier le code]

En , 33 hommes dont certains affiliés au Groupe Wagner sont arrêtés en Biélorussie. Ils sont accusés par les autorités biélorusses d'avoir voulu perpétrer des actions terroristes. Plusieurs analystes doutent que des mercenaires du Groupe Wagner interviennent en Biélorussie. Ces arrestations peuvent aussi être une manœuvre du président biélorusse Alexandre Loukachenko, peu avant l'élection présidentielle d'août, de se dire victime d'un complot[47],[48]. Les hommes sont accusés par les autorités biélorusses d'avoir potentiellement des liens avec Sergueï Tikhanovski, le mari de Svetlana Tikhanovskaïa, la principale candidate opposée à Loukachenko lors de l'élection présidentielle[49].

L'extradition de 28 de ces 33 hommes est demandée par le bureau du procureur d'Ukraine en août car ils sont accusés de faire partie d'« organisations terroristes » et d'avoir participé à des combats entre l'armée ukrainienne et les séparatistes de l'est de l'Ukraine (oblasts de Louhansk et Donetsk)[50].

32 hommes sont renvoyés vers la Russie le [51].

Exactions et crimes de guerre[modifier | modifier le code]

Décapitation d'un soldat syrien[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs vidéos diffusées en 2019 et tournées en 2017, quatre hommes du Groupe Wagner apparaissent en torturant puis en décapitant un déserteur de l'armée syrienne à al-Chaer, près de Palmyre. Le cadavre, privé de ses bras, est ensuite pendu par les jambes et brûlé, avec, sur son torse, l'inscription « Pour les VDV ! ». Le journal russe Novaïa Gazeta identifie l'un des bourreaux grâce à l'une de ces vidéos[52],[53] mais a du mal à faire saisir de l'affaire le Comité d'enquête russe[54].

Le , le Centre syrien pour les médias et la liberté d'expression, la Fédération internationale pour les droits humains et l'association russe Memorial déposent plainte, en Russie, contre le groupe Wagner pour le meurtre de ce déserteur syrien. Les trois ONG ont la certitude que les mercenaires de Wagner agissent « sous le contrôle effectif de la Russie » et sont impliqués « dans de graves violations des droits humains contre des civils », en Syrie et ailleurs[55].

Morts de journalistes enquêtant sur le groupe[modifier | modifier le code]

Chute du balcon de Maxime Borodine[modifier | modifier le code]

En , le journaliste d'investigation russe Maxime Borodine meurt à la suite d'une chute de balcon inexpliquée alors qu'il enquêtait sur les activités du groupe Wagner dans le Donbass et en Syrie. La justice russe décide de ne pas ouvrir d'enquête criminelle en évoquant un suicide, mais selon ses proches, Maxime Borodine se disait suivi depuis la veille par des hommes en tenue camouflage et par un homme masqué probablement armé. Il n'a pas non plus laissé de lettre expliquant un éventuel suicide. Sa mort a été qualifiée de très préoccupante par l'OSCE[56],[57].

Centrafrique[modifier | modifier le code]

En , trois journalistes russes sont assassinés dans le nord du pays dans des circonstances non éclaircies, alors qu'ils enquêtaient sur les activités du Groupe Wagner[58],[59].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i Mercenaires russes en Syrie: ce que l'on sait du mystérieux "Groupe Wagner", L'Express avec AFP, 16 février 2018.
  2. a b c d e f et g Luc Mathieu et Veronika Dorman, Mercenaires russes : du Donbass à Damas, des «héros» pas assez discrets, Libération, 12 mars 2018.
  3. « Qui est le groupe Wagner, pourvoyeur de mercenaires russes en Centrafrique? », sur Franceinfo, (consulté le )
  4. « Mercenaires russes en Syrie: ce que l'on sait du mystérieux "Groupe Wagner" », sur LExpress.fr, (consulté le )
  5. a et b Philippe Chapleau, Moscou lâche ses chiens de guerre en Syrie, Ouest-France, 16 février 2018.
  6. a b c d e f et g Shannah Mehidi, « Syrie : ces morts russes qui embarrassent Moscou », sur Le Figaro, (consulté le ).
  7. Benjamin Roger, « Enquête – Dans les coulisses du softpower russe en Afrique », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. (en) Andrew S. Weiss, « Russia and Europe: Stuck on Autopilot », Carnegie Endowment,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. Jérôme Vellayoudom, « Une lecture des stratégies par le contenu de la guerre informationnelle entre la Russie et la France en Afrique », Ecole de Guerre Economique,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. Susan Williams, Who Killed Hammarskjöld? The UN, the Cold War, and White Supremacy in Africa, Oxford University Press, 2014, p. 215
  11. « États-Unis Russie personne ne s'en est encore rendu compte mais la guerre est déclarée »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  12. a b c d e f g et h Michael Weiss, Catherine A. Fitzpatrick, Andrew Bowen, Did The U.S. Really Wipe Out 200 Russian Mercenaries?, The Daily Beast, 13 février 2018.
  13. a b c d et e Louis Chahuneau, « En Syrie, les milices secrètes de Vladimir Poutine », sur Le Point, (consulté le ).
  14. a et b Ivan Nechepurenko, Neil MacFarquhar and Thomas Gibbons-Neff, Dozens of Russians Are Believed Killed in U.S.-Backed Syria Attack, The New York Times, 13 février 2018.
  15. a et b Tamara Khandaker, Des centaines de mercenaires russes seraient morts en Syrie, d'après un reportage de Sky News, Vice news, 11 août 2016.
  16. Williams 2014, p. 216
  17. a et b (en) Amy Mackinnon, Jack Detsch, « Pentagon Says UAE Possibly Funding Russia’s Shadowy Mercenaries in Libya », sur foreignpolicy.com, (consulté le )
  18. a b c d et e Isabelle Mandraud, « Polémique à Moscou sur des mercenaires russes tués par la coalition américaine en Syrie », sur Le Monde, (consulté le ).
  19. (en) « New report claims to describe inception of private military company allegedly controlled by ‘Putin’s chef’ », The Bell et meduza.io,
  20. a b c et d Pierre Avril, Des « privés » russes engagés sur le front syrien, Le Figaro, 28 août 2016.
  21. a et b Henry Meyer et Stepan Kravchenko, Mercenaries Hurt in U.S. Syria Strikes Are Treated at Russian Defense Hospitals, Bloomberg, 14 février 2018.
  22. Pierre Avril, Les mercenaires russes sortent de l'ombre en Syrie, Le Figaro, 27 septembre 2016.
  23. a et b Michel Borsky, Des groupes militaires privés russes sur le sol syrien ?, Le Figaro, 25 février 2016.
  24. a et b Daniel Vallot, Mercenaires russes tués en Syrie: la polémique enfle à Moscou, RFI, 28 février 2018.
  25. Pierre Avril, Ces mercenaires russes qui meurent pour la Syrie, Le Figaro, 25 avril 2018.
  26. a et b Isabelle Mandraud, Des Russes pour protéger Maduro, selon un ex-mercenaire, Le Monde, 26 janvier 2019.
  27. Juan Branco, « Centrafrique, la déroute des Nations-Unies », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)
  28. « La Libye, nouveau théâtre d’intervention des Russes », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. Des consultants russes à Bamako : la réactivation d'un lien historique, France info avec AFP, 10 décembre 2019.
  30. Cyril Bensimon et Morgane Le Cam, « Au Mali, la junte tentée par un duo avec les mercenaires du groupe Wagner », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. Qui est Konstantin Pikalov, soupçonné d’être le «Monsieur Afrique» du groupe paramilitaire Wagner ?, 18 août 2020.
  32. Moscou à la manœuvre à Madagascar, 17 avril 2019.
  33. Georges Malbrunot, « En Syrie, la bataille de l'or noir fait rage entre Washington et Moscou », sur 'Le Figaro, (consulté le ).
  34. Stéphane Mantoux, « Syrie: les ISIS Hunters, ces soldats du régime de Damas formés par la Russie », sur France Soir, (consulté le ).
  35. « Syrie : l'EI dit avoir capturé deux soldats russes dans la province de Deir ez-Zor », sur Xinhua, (consulté le ).
  36. Le Figaro /Reuters, « Syrie: l'EI dit avoir capturé deux soldats russes », sur Le Figaro, (consulté le ).
  37. Hala Kodmani, Pour Moscou, la route des hydrocarbures passe par la Syrie, Libération, 12 mars 2018.
  38. Marc Nexon, Ces miliciens russes morts en Libye qui embarrassent Moscou, Le Point, 8 octobre 2019.
  39. « La Russie a accru son soutien à un groupe militaire privé en Libye », sur Challenges (consulté le )
  40. Centrafrique: Le Drian relève la présence de mercenaires russes, Le Figaro avec AFP, 23 janvier 2019.
  41. Rémy Ourdan, « Soldats, mercenaires et conseillers russes se multiplient dans la capitale centrafricaine », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  42. « RCA : près de 2000 soldats FACA formés par des Russes à Béréngo », Journal de Bangui,‎ (lire en ligne)
  43. https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/04/05/en-centrafrique-les-mercenaires-russes-accuses-d-exactions_6075636_3212.html En Centrafrique, les mercenaires russes accusés d’exactions, le 5 avril 2021
  44. « En Centrafrique, des victimes des exactions russes brisent la loi du silence », sur RFI, (consulté le )
  45. « Exactions russes en Centrafrique: le gouvernement réagit à l'enquête de RFI », sur RFI, (consulté le )
  46. Carol Valade, « La Centrafrique reconnaît des exactions de paramilitaires russes », RFI,
  47. « La Biélorussie annonce avoir arrêté 33 mercenaires du groupe Wagner », sur RFI, (consulté le )
  48. Claire Gatinois et Nicolas Ruisseau, « Les miliciens russes du groupe Wagner s’immiscent dans l’élection biélorusse », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  49. (en) Vladimir Soldatkin, Andrei Makhovsky, « Russia and Belarus at odds over arrest of suspected mercenaries », Reuters,
  50. (en) « Kyiv seeks extradition of suspected Russian mercenaries arrested in Belarus », meduza,
  51. (en) « Belarus hands over alleged mercenaries to Russia: Russian prosecutor », Reuters,
  52. Benoît Vitkine, « Des mercenaires russes accusés d’avoir torturé et décapité un déserteur de l’armée syrienne », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  53. Josie Ensor, Russian mercenaries 'beat and beheaded Syrian man' in leaked video, The Telegraph, 18 novembre 2019.
  54. (ru) Денис Коротков, « Спасение рядового головореза », sur Новая газета,‎ (consulté le ).
  55. AFP, « Plainte historique en Russie contre des combattants de "Wagner" », sur Le Matin, (consulté le ).
  56. TV5 Monde, Russie : la mort suspecte de Maxime Borodine, journaliste d'investigation, 17 avril 2018
  57. Le Nouvel Observateur, Russie : un journaliste d'investigation meurt après être tombé d'un balcon, 16 avril 2018
  58. Estelle Piaton, Centrafrique : le mystère des trois journalistes russes assassinés, Le Figaro, 3 août 2018.
  59. Journalistés tués en Centrafrique: la Russie dément tout lien, Le Figaro avec AFP, 11 janvier 2019.