République populaire de Lougansk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

République populaire de Lougansk

(ru) Луганская Народная Республика

(uk) Луганська народна республіка

Drapeau
Drapeau de la république populaire de Lougansk.
Blason
Emblème de la république populaire de Lougansk.
Hymne Jivi i tsveti, LNR! (en)
Description de l'image Location of Lugansk People's Republic.png.
Administration
Forme de l'État République populaire
Revendiqué par Drapeau de l'Ukraine Ukraine (Oblast de Lougansk)
Reconnu par aucun État membre de l'ONU
Président de la République Leonid Pasetchnik
Président du Conseil des ministres Sergueï Kozlov
Président du Conseil populaire Denis Miroshnichenko
Langue officielle Russe et ukrainien
Capitale Louhansk
Géographie
Superficie totale 8 377 km2
Fuseau horaire UTC +3[1]
Histoire
Indépendance de l'Ukraine
Déclarée [N 1]
Démographie
Population totale (2018, estimée) 1 464 039 hab.
Densité 175 hab./km2
Économie
Monnaie Hryvnia, rouble russe
Divers
Organisations internationales Drapeau de la Nouvelle-Russie Nouvelle-Russie (jusqu'au 20 mai 2015)

La République populaire de Lougansk, selon la transcription du nom russe de la ville, ou de Louhansk selon la transcription ukrainienne (RPL en forme abrégée[2]), est un État sécessionniste de l'Ukraine proclamé dans l'oblast de Louhansk, contrôlant une partie de celui-ci et dont la capitale est Lougansk. Cette sécession intervient pendant la crise ukrainienne et la guerre du Donbass, elle a été notamment orchestrée par la milice populaire du Donbass (classée comme organisation terroriste par la justice ukrainienne[3]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Drapeau russe hissé le 1er mars 2014 sur la façade du bâtiment de l'administration régionale.

À partir du , des hommes de la milice du Donbass sont engagés à Slaviansk contre l'opération ukrainienne « antiterroriste » menée par Tourtchynov, président ukrainien par intérim[4].

Le a lieu un référendum d'autodétermination dont les résultats portent vers l'indépendance de la république de Lougansk[5]. Jugé non démocratique par l'UE, le référendum confirme l'indépendance de la république autoproclamée à une très large majorité. Le , son gouverneur, Valery Bolotov, est blessé par un attentat au pistolet mitrailleur. Le , le procureur général d'Ukraine déclare la république populaire de Lougansk « organisation terroriste ».

Le , au cours du congrès du parti Nouvelle-Russie (en présence notamment de Denis Pouchiline, Alexandre Douguine, Pavel Goubarev, etc.), celle-ci décide de s'unir avec la République populaire de Donetsk pour former les États fédérés de Nouvelle-Russie (Novorossia)[6], projet mis en œuvre le suivant. Cette nouvelle entité n'est pas reconnue par la Fédération de Russie.

Les opérations « anti-terroristes » redoublent en , faisant plusieurs centaines de morts. Dans la nuit du 14 au , les séparatistes abattent un avion de l'armée ukrainienne, tuant sur le coup quarante parachutistes et neuf membres d'équipage[7]. Pour les seules vingt-quatre heures du 16 au , le ministère de la Défense ukrainien, par la voix de son porte parole Vladimir Chepovoï, reconnaît que les forces gouvernementales ont tué 80 insurgés[8] autour de Lougansk. Trois jours après la chute de Slaviansk devant les forces gouvernementales ukrainiennes, un assaut de celles-ci est repoussé le par les forces rebelles de la république populaire de Lougansk[9]. Son président Valery Bolotov démet son gouvernement le [10] puis démissionne le [11]. Il est remplacé par Igor Plotnitski.

L'offensive de l'armée ukrainienne contre la République populaire de Lougansk commence en , lors de la seconde phase de l'opération « anti-terroriste ». La ville de Lyssytchansk[12], située à 90 km au nord-ouest de Lougansk est reprise par l'armée ukrainienne le après avoir été le théâtre de violents combats[13],[14]. Pendant la contre-attaque des rebelles ukrainiens russophones d', l'aéroport de Lougansk et ses environs sont repris par la rébellion à la fin du mois d'août[15].

Après une série de défaites des bataillons de volontaires ukrainiens pro-Kiev et de soldats, un cessez-le-feu est signé à Minsk, le entre les représentants de la république populaire de Lougansk, de la république populaire de Donetsk et du gouvernement de Kiev. Il est effectif ce même-jour à 18 heures[16]. Le , malgré le cessez-le-feu en vigueur depuis le , les tirs d'artillerie se font toujours entendre dans la ville, où un bataillon s'est installé afin que les recrues puissent s'entraîner à manier le fusil d’assaut et le lance-roquettes avant de partir au front[17].

À la suite du conflit opposant les pro-russes aux pro-ukrainiens, le Parlement ukrainien le vote une loi accordant une autonomie limitée pour les régions contrôlées par les pro-russes, qui rejettent cette proposition[17].

Les armées de Donetsk et celle de Lougansk décident de fusionner le pour former les « forces armées des États de Novorossiya »[18],[19],[20]. Les mois de juillet et août sont désastreuses pour elles, beaucoup d'analystes disant qu'elles sont sur le point de connaitre la défaite. Une contre-offensive soudaine, soutenue par les troupes russes selon le gouvernement ukrainien, encercle des milliers de soldats ukrainiens et les force à se retirer[21].

Du 20 au , un coup d’État a lieu à Louhansk, après que le président Igor Plotnitski a tenté de limoger le ministre de l'Intérieur Igor Kornet. Ce dernier, soutenu par la République populaire de Donetsk et probablement par la Russie, force Plotnistki à fuir à Moscou et à démissionner, et fait arrêter des membres de son entourage. Le chef des services secrets de Louhansk Leonid Pasetchnik, devient alors président par intérim. Profitant de la division entre les factions séparatistes, l'armée ukrainienne avance et reprend 3 villages ainsi que des hauteurs stratégiques près de Debaltseve[22]. Elle cesse sa progression le au village de Krimskoe, qui ne se trouve qu'à une quarantaine de kilomètres au nord de Louhansk, à la suite de combats faisant 5 morts dans ses rangs[23].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le pouvoir exécutif et législatifs siègent dans les anciens bâtiments de l'administration ukrainienne pris lors de la guerre en 2014.

Pouvoir exécutif[modifier | modifier le code]

La République populaire de Lougansk est dirigée par un Président qui est élu au suffrage universel direct et par un Premier ministre nommé par le président. L'actuel président est Leonid Pasetchnik et le premier ministre est Sergueï Kozlov.

Pouvoir législatif[modifier | modifier le code]

Le pouvoir législatif est exercé par le Conseil populaire qui est renouvelé tous les quatre ans lors d'élections législatives. Le Conseil populaire est actuellement présidé par Denis Miroshnichenko et les dernières élections législatives ont eu lieu le 11 novembre 2018.

Pouvoir judiciaire[modifier | modifier le code]

Organisation territoriale[modifier | modifier le code]

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

L'oblast de Louhansk au sein de l'Ukraine.

À l'occasion d'une réunion d'urgence à Genève le , la Russie, l'Ukraine, les États-Unis et l'Union européenne se mettent d'accord sur le fait que les formations militaires illégales en Ukraine doivent être dissoutes, et que toute personne occupant les bâtiments administratifs doit déposer les armes et les quitter. L'accord ajoute la possibilité d'une amnistie pour tous les manifestants anti-gouvernementaux. Néanmoins, les séparatistes ukrainiens pro-russes de Lougansk refusent l'accord, défiant ainsi les autorités centrales de Kiev et fragilisant une nouvelle entente occidentale sur l'Ukraine[24],[25],[26].

En cas de non désescalade du conflit, les États-Unis insistent sur le fait de prendre des « mesures additionnelles », c'est-à-dire des sanctions, contre la Russie[27],[28]. Le discours de Barack Obama en Pologne le est dirigé contre la Russie. Seule l'Ossétie du Sud a reconnu la République populaire de Lougansk à la suite du référendum[29].

Le , la Russie reconnaît à titre temporaire les pièces d'identité, passeports, diplômes émis par la République populaire et autorise les habitants à se rendre sur son territoire[30]. Ceci a été condamné par l'OTAN le 30 mars suivant[31].

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Le pays est reconnu par deux pays eux-mêmes non membres et non reconnus par l'ONU :

Armée[modifier | modifier le code]

Symboles[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Depuis sa proclamation la RPL a plusieurs fois modifié ses symboles étatiques, passant d’un blason d’inspiration impériale en avril à une modification du blason ukrainien de l’oblast en juin et finalement à des armes de style soviétique fin octobre. Le drapeau a aussi été modifié à plusieurs reprises, il contient actuellement les armes actuelles.

Drapeau[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. pour la République parlementaire de Lougansk.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « TASS: World - DPR and LPR switch over to Moscow time », sur ITAR-TASS
  2. Sputnik, « Des centaines de personnes sont victimes des bombardements incessants de Lougansk (RPL) » (consulté le )
  3. « Sputnik France : actualités du jour, infos en direct et en continu », sur sputniknews.com (consulté le ).
  4. https://www.lemonde.fr/europe/article/2014/04/13/ukraine-kiev-dit-passer-a-l-offensive-contre-les-prorusses-a-l-est_4400453_3214.html Le Monde
  5. Russia Today Referendum results in Donetsk and Lugansk Regions show landslide support for self-rule
  6. « Sputnik France : actualités du jour, infos en direct et en continu », sur ruvr.ru (consulté le ).
  7. Pierre Avril, « Entre Kiev et Moscou, l'heure est de nouveau à l'escalade », Le Figaro, 16 juin 2014, page 8.
  8. (ru) Mirtesen.ru : article du 17 juin 2014
  9. (ru) ITAR-TASS, article du 8 juillet 2014
  10. (en) Luhansk Republic’s government dismissed, ITAR-TASS News Agency, 4 juillet 2014
  11. (en) « The rebel leaders dropping out of the fight in eastern Ukraine », .
  12. Où se trouve notamment le bataillon Fantôme
  13. Ukraine : les miliciens ont quitté Lissitchansk, La Voix de la Russie, 25 juillet 2014
  14. Ukraine : La ville de Lyssytchansk reprise aux séparatistes, 20 minutes, 25 juillet 2014
  15. Vidéo de l'aéroport de Lougansk
  16. lefigaro.fr avec AFP, « Ukraine: un cessez-le-feu conclu entre Kiev et les séparatistes », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  17. a et b Laurent GESLIN, « Ukraine : cessez-le-feu fantôme sur le front de Lougansk », sur Libération.fr, (consulté le )
  18. (ru) « ДНР и ЛНР приступили к созданию Армии Новороссии », sur Novorossiva,‎ (consulté le )
  19. (en) « Donetsk, Luhansk armies to form armed forces », sur Information Telegraph Agency of Russia, (consulté le )
  20. (en) « Kremlin-backed rebels form Novorossiya army », sur Kyiv Post, (consulté le )
  21. (en) « After Re-Establishing Supply Lines, Ukrainian Separatists Launch Counteroffensive », sur Forbes (consulté le )
  22. « Ukraine : coup d'État fumeux dans la «République de Louhansk» », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  23. « Cinq soldats ukrainiens tués dans l'Est », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  24. Ukraine : des troupes russes à la frontière « en raison de la situation », Le Parisien, 18 avril 2014
  25. (en) Eastern Ukraine militants snub Geneva deal on crisis, BBC News, 18 avril 2014
  26. UKRAINE. Les pro-russes continuent d'ignorer l'accord de Genève, Le Nouvel Observateur, 19 avril 2014
  27. Ukraine : pas de nouvelles sanctions contre Moscou avant jeudi, BFMTV, 15 avril 2014
  28. Ukraine : les États-Unis préparent « activement » de nouvelles sanctions contre la Russie, RTL Info, 16 avril 2014
  29. (en) South Ossetia recognizes self-proclaimed Lugansk People's Republic, The Voice of Russia, 17 juin 2014
  30. Le Figaro.fr avec AFP, « Ukraine: Moscou reconnaît les passeports des séparatistes », sur Le Figaro (consulté le )
  31. ome, « Ukraine: l'Otan condamne la reconnaissance par Moscou des passeports séparatistes », sur Le Figaro (consulté le )
  32. (en) « South Ossetia Recognizes 'Luhansk People's Republic' », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty (consulté le )

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :