Front du Sud (Syrie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Front du Sud
image illustrative de l’article Front du Sud (Syrie)

Idéologie Nationalisme syrien
Objectifs Renversement de Bachar el-Assad et du régime baasiste
Établissement d'une démocratie
Statut Actif
Fondation
Date de formation
Pays d'origine Syrie
Actions
Zone d'opération Gouvernorats de Deraa et Kuneitra
Organisation
Chefs principaux • Majeed al-Sayed Ahmad
• Bashar al-Zoubi
Membres 20 000 à 30 000[1],[2],[3],[4]
Fait partie de Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre
Soutenu par Drapeau de la Jordanie Jordanie
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite
Drapeau des États-Unis États-Unis
Guerre civile syrienne

Le Front du Sud (arabe : الجبهة الجنوبية) est une chambre d'opérations militaire rebelle formée le pendant la guerre civile syrienne. Elle est active dans les gouvernorats de Deraa et de Kuneitra, dans le sud de la Syrie, où elle est la formation rebelle la plus puissante.

Effectifs et commandement[modifier | modifier le code]

Des rebelles du Front du Sud, près de Deraa, le 22 février 2017.

Le Front du Sud est formé le dans le gouvernorat de Deraa. Il est constitué de 55 brigades de l'Armée syrienne libre et 25 000 à 30 000 combattants. Le brigade la plus importante du Front est l'Armée de Yarmouk de Bashar al-Zoubi, qui compte à elle seule 4 000 à 5 000 hommes[5],[3],[4]. Fin 2015, selon le chercheur américain Charles Lister, sur les 45 000 que comptent l'Armée syrienne libre, 25 000 appartiennent au Front du Sud[2]. Les forces du Front du Sud sont sous le commandement du lieutenant-colonel Majeed al-Sayed Ahmad[4].

En 2014, le gouvernorat de Deraa est la dernière zone de Syrie où l'Armée syrienne libre demeure la force rebelle dominante[6]. Selon Antoine Ajoury, journaliste de L'Orient-Le Jour, l'ASL compte 25 000 hommes dans ce gouvernorat, contre 3 000 à 4 000 pour le Front al-Nosra[7]. L'agence Reuters indique également que selon plusieurs spécialistes, dont un responsable des services de renseignement américains, « les brigades du Front du Sud sont effectivement plus fortes que les djihadistes dans la région »[8]. Les deux mouvements combattent ensemble le régime syrien, cependant vers avril 2015, le Front du Sud publie un communiqué dans lequel il condamne l'idéologie d'al-Nosra et déclare rejeter toute coopération avec lui[8].

En octobre 2016, le chercheur Ziad Majed chiffre les effectifs du Front du Sud à 20 000 hommes[1].

Soutiens[modifier | modifier le code]

Le Front du Sud est soutenu principalement par la Jordanie, l'Arabie saoudite et les États-Unis[4].

Relations et réactions internationales[modifier | modifier le code]

Le 18 novembre 2015, 22 chefs de groupes rebelles du Front du Sud postent un message vidéo sur Facebook et YouTube ; ils affirment avoir été bombardés par l'aviation russe, ils condamnent les attentats du 13 novembre 2015 à Paris mais s'inquiètent de ses conséquences qui semblent alors se traduire par un rapprochement des Occidentaux avec la Russie, alliée au régime de Bachar el-Assad[9].

Composition[modifier | modifier le code]

Des rebelles du Front du Sud, près de Deraa, le 22 février 2017.

Le Front du Sud regroupe une cinquantaine de brigades dans les gouvernorats de Deraa, Kuneitra et Damas[10],[3],[11],[12],[13] :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alexis Feertchak, Guerre en Syrie : qui sont les responsables de la tragédie ?, Le Figaro, 18 octobre 2016.
  2. a et b (en) Charles Lister, Yes, there are 70,000 moderate opposition fighters in Syria. Here’s what we know about them, The Spectator, 27 novembre 2015.
  3. a, b et c (en) Aron Lund, Does the “Southern Front” Exist?, Carnegie, 21 mars 2014.
  4. a, b, c et d Julien Abi Ramia, Caroline Hauyek, Lina Kennouche, Samia Medawar et Anthony Samrani, Syrie : qui combat qui, et où, OLJ, 17 octobre 2015.
  5. Toufik Benaichouche, Syrie: un nouveau Front rebelle se déploie pour contrôler le Sud, RFI, 1er mai 2015.
  6. [vidéo] SYRIE - Les rebelles "modérés" évincent l’armée syrienne d’une importante caserne à Deraa, France 24, 10 juin 2015.
  7. Antoine Ajoury, Assad veut-il punir les druzes de Syrie ?, OLJ, 5 juin 2015.
  8. a et b Tom Perry, Syrie-L'alliance rebelle du Sud rejette tout lien avec Al Nosra, Reuters, 14 avril 2015.
  9. Syrie: des généraux rebelles appellent à l'aide dans une vidéo, RFI, 19 novembre 2015.
  10. [1]
  11. (en) Youssef Sadaki, FMAA: ‘Our Priority Is to Establish Our Free Future State’, News Deeply, 1er mars 2017.
  12. (en) Sara Elizabeth Williams, Russian air strikes kill Syrian refugees on Jordan border: Rebels, Middle East Eye, 13 juillet 2016.
  13. (en) Cody Roche, Factions Fighting in the Syrian Civil War, Bellingcat, 29 avril 2017.
  14. Romain Caillet, Syrie : la brigade des Martyrs de Yarmouk réaffirme à nouveau son indépendance et dément tout lien avec l'EI, twitter, 31 décembre 2015.