Guerre du Donbass

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Crise ukrainienne.
Cet article concerne un événement en cours. Ces informations peuvent manquer de recul, ne pas prendre en compte des développements récents ou changer à mesure que l’événement progresse. Le titre lui-même peut être provisoire. N’hésitez pas à l’améliorer en veillant à citer vos sources.
 
 → Sur Wikinews, voir aussi : Dossier:Crise ukrainienne de 2014.
Guerre du Donbass
Description de cette image, également commentée ci-après

Situation en janvier 2016 :
-----------
En rose et rouge : Territoires et villes contrôlés par les forces séparatistes pro-russes
En bleu : Localités contrôlées par les forces loyalistes ukrainiennes
En orange : Zones de combats / Villes disputées

Informations générales
Date - en cours
(2 ans 3 mois et 21 jours)
Lieu Donbass, à l'est de l'Ukraine
Issue En cours
Belligérants
Drapeau de l'Ukraine Ukraine New Donetsk Peoples Republic flag.svg République populaire de Donetsk
Flag of the Lugansk People's Republic (Official).svg République populaire de Lougansk
Drapeau de la Russie Russie
Commandants
Flag of Ukraine.svg Petro Porochenko
Flag of Ukraine.svg Volodymyr Hroïsman
Flag of Ukraine.svg Arseni Iatseniouk
Flag of Ukraine.svg Oleksandr Tourtchynov
Flag of Ukraine.svg Mykhaïlo Koval
Flag of Ukraine.svg Valery Heletey (en)
Flag of Ukraine.svg Arsen Avakov
Flag of Ukraine.svg Viktor Muzhenko
Flag of Ukraine.svg Andriy Paroubiy
Flag of Ukraine.svg Valentyn Nalyvaichenko (en)
Flag of Ukraine.svg Volodymyr Hroïsman
Flag of Ukraine.svg Mykhaïlo Kutsyn (en)
Flag of Ukraine.svg Oleh Odnoroshenko (en)
Flag of Russia.svg Alexandre Lentsov
Flag of Russia.svg Igor Strelkov
Flag of Russia.svg Sergei Istrakov[1]
Flag of the Lugansk People's Republic (Official).svg Igor Plotnitski
New Donetsk Peoples Republic flag.svg Alexandre Zakhartchenko
New Donetsk Peoples Republic flag.svg Igor Kakidzianov
New Donetsk Peoples Republic flag.svg Denis Pouchiline
New Donetsk Peoples Republic flag.svg Valéri Bolotov
Flag of Russia.svg Alexandre Borodaï

New Donetsk Peoples Republic flag.svg Pavel Goubarev
New Donetsk Peoples Republic flag.svg Vladimir Kononov
New Donetsk Peoples Republic flag.svg Arseni Sergueïevitch Pavlov
Forces en présence
Ensign of the Ukrainian Armed Forces.svg Forces armées de l'Ukraine :
150 000 hommes au total
(dont 30 000 dans le Donbass)
Volontaires étrangers (inconnu)
Banner of the Armed Forces of the Russian Federation (obverse).svg Forces armées de la Fédération de Russie :
de 7 000 à 15 000 hommes selon les estimations[2]

War Flag of Novorussia.svg Forces armées de la Nouvelle-Russie (FAN) :
10 000 à 20 000 hommes

Volontaires étrangers (inconnu)
Pertes
Drapeau de l'Ukraine
2 830 morts[6]
9 000 blessés[7]
New Donetsk Peoples Republic flag.svg Flag of the Lugansk People's Republic (Official).svg
~ 1 000 à 2 000 morts
63 à 88+ prisonniers dont 25 espions russes présumés[8]

Drapeau de la Russie
2 000 morts[9]
3 200 blessés[9]
Civils :
4 000 morts à octobre 2014[3]; 500 000 déplacés[4]

Total :
9 098 morts
20 732 blessés
(au 9 décembre 2015, selon l'ONU)[5]

Batailles

Euromaïdan (21 novembre 2013 au 22 février)

Révolution de février (18-23 février)

Crise de Crimée (26 février au 28 mars)

Guerre du Donbass (depuis le 6 avril 2014)
Siège de Sloviansk (12 avril au 5 juillet) · 1re bataille Aéroport de Donetsk (26-27 mai) · Attaque du Vol 17 Malaysia Airlines (17 juillet) · Offensive de Donetsk (21 juillet à mi-août) · 1ers combats de Marioupol (août-septembre) · Siège d'Ilovaïsk (10 août - 2 septembre) · Prise aéroport Donetsk (28 sept. au 21 janvier 2015) · 2es combats de Marioupol (janvier 2015) · Bataille de Debaltseve
Coordonnées 50° 03′ 14″ Nord 23° 36′ 30″ Est / 50.053832, 23.608246

La guerre du Donbass est un conflit armé en cours ayant débuté en 2014 lors de la crise ukrainienne et se déroulant au sud-est de l'Ukraine.

La révolution ukrainienne de février 2014 entraîne la destitution du gouvernement de Viktor Ianoukovytch et l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement intérimaire dirigé par les pro-européens Oleksandr Tourtchynov (le ) et Arseni Iatseniouk (nommé Premier ministre le 27 février).

Dès le 23 février, des manifestations pro-russes éclatent dans les villes de Donetsk, Kramatorsk, Louhansk, Marioupol et Sloviansk (région du Donbass), à Odessa (au sud-ouest de l'Ukraine), à Kharkiv, la seconde plus grande ville d’Ukraine (à l'est) et sur la presqu’île de Crimée (au sud). Le 26 février, débute la crise de Crimée qui aboutit au référendum local du sur le rattachement de la Crimée à la Russie.

Au début d'avril 2014, les manifestations « antimaïdans » évoluent dans la région du Donbass et dans ses régions limitrophes en une insurrection armée séparatiste. Cette insurrection pro-russe contre le gouvernement central par intérim de Kiev proclame la création de la République populaire de Donetsk (7 avril), puis la République populaire de Lougansk (11 mai)[10],[11].

Dès le 2 mai, l'armée ukrainienne intervient dans l'est du pays. Elle y progresse en juin et juillet avant d'être stoppée, puis de finalement reculer face à l'intervention de forces qui se sont réorganisées en Russie.

Le , un premier accord de Minsk est négocié et signé pour faire cesser la guerre civile du Donbass. Toutefois, ce plan de paix qui établit un cessez-le-feu et de nouvelles frontières entre armée loyaliste et armée séparatiste, ne perdure que quelques semaines.

En janvier 2015, les combats s'intensifient et l'armée séparatiste progresse. Les 6 et 11 février, François Hollande et Angela Merkel se déplacent en Russie et en Ukraine pour négocier un nouveau plan de paix bâti dans le cadre d'un règlement global. Le , ils signent à Minsk, en présence de Petro Porochenko et Vladimir Poutine, un nouvel accord de cessez-le-feu prévoyant l'arrêt des combats et la reconnaissance par Kiev d'un statut particulier au Donbass.

Sommaire

Contexte de l'année 2014[modifier | modifier le code]

Après la fuite de Viktor Ianoukovytch et la nomination le 22 février 2014, d’Oleksandr Tourtchynov comme président par intérim (il sera remplacé le 7 juin 2014 par Petro Porochenko) l'Ukraine reste fortement divisée entre l'ouest pro-européen qui a pris le pouvoir, et l'est du pays qui est majoritairement pro-russe. La possibilité d'une future partition de l'Ukraine est même envisagée pour la première fois dans les médias[12].

Suppression du statut de langue officielle en février[modifier | modifier le code]

Carte de 2007 : partisans de donner au russe le statut de deuxième langue officielle
Bleu foncé : 58 à 91 % pour, en Ukraine.

Le , la vieille loi sur les langues régionales (uk) est abrogée. La Rada (Parlement) retire ainsi le statut de langue officielle au russe (comme au roumain, au hongrois et au tatar criméen) dans 13 des 25 régions ukrainiennes (essentiellement réparties au sud et à l'est du pays)[13]. Face à cette mesure législative, l'émotion dans la population russophone d'Ukraine est importante, car de 58 à 91 % de la population ukrainienne parle le russe dans les oblasts de Crimée, de Dnipropetrovsk, de Donesk, de Mykolaïv, de Louhansk, de Kharkov, d'Odessa et de Zaporijia.

Le 24 février, en réaction, des brigades d'autodéfense commencent à se former dans le sud-est de l'Ukraine (notamment à Sébastopol)[14].

Le 27 février, la Russie engage des manœuvres militaires de son armée de terre, dans ses zones frontalières avec l'Ukraine. Le 28 février 2014, des hommes en armes non identifiés prennent le contrôle de l'aéroport de Simferopol, en Crimée[15]. Finalement le même jour, aux fins de désamorcer les tensions, le président par intérim Tourtchynov ne ratifie pas l'abrogation de la loi sur les langues régionales et la remet en place.

Les 1er et 2 mars, les manifestations pro-russes continuent dans les régions russophones du pays, s'intensifiant même à Kharkiv et Donetsk[16]. En Crimée l'amiral Berezovsky, commandant en chef de l'amirauté ukrainienne nommé le 28 février à la tête de la marine ukrainienne fait allégeance au camp pro-russe[17].

Le 3 mars, trois cents manifestants pro-russes investissent le bâtiment administratif régional de Donetsk[18]. Le même jour, deux cents à cinq cents manifestants pro-russes à Odessa tentent de hisser le drapeau russe au sommet du bâtiment de l'administration régionale d'Odessa. Ils appellent à la mise en place d'un référendum sur l'établissement d'une « République autonome d'Odessa ».

Dans la première semaine de mars, la contagion des événements de Crimée et du Donbass jusqu'à des villes du sud de l'Ukraine, comme les villes portuaires stratégiques de Marioupol et d'Odessa (sur la Mer Noire) qui s'agitent à leur tour, laisse présager une éventuelle partition du pays.

Soulèvement séparatiste de Crimée en mars[modifier | modifier le code]

Le sous-marin ukrainien Zaporijia (en) est pris d'assaut par les Russes, le 21 mars 2014 (photographie de 2012).

Le 6 mars, le Parlement de Crimée adopte à l'unanimité une motion réclamant son annexion à la Russie[19].

Le , le Parlement de Crimée adopte une déclaration d'indépendance. Et le 16 mars, la Crimée vote finalement son rattachement à la Russie. Dans le même temps dans le Donbass, à Donetsk, des manifestants pénètrent aux sièges du parquet et des services spéciaux, à l'issue d'une manifestation de deux mille personnes en faveur du rattachement à la Russie. À Kharkiv, malgré l'interdiction du ministère de la justice à Kiev, six mille manifestants organisent un meeting-référendum pour plus d'autonomie et en faveur de la « souveraineté » de la langue russe.

Le 7 avril, après la saisie du bâtiment gouvernemental de Donetsk par des manifestants pro-russes, la République populaire de Donetsk est proclamée. Les séparatistes annoncent la tenue d'un référendum sur le statut de la ville en date du 11 mai[20]. Le lendemain, la Russie met en garde sur l'utilisation de la force par les autorités ukrainiennes pour réprimer les protestations dans l'est du pays qui « pourrait mener à une guerre civile en Ukraine »[21]. En fin avril, dans la région du Donbass et dans ses régions limitrophes, c'est une insurrection séparatiste pro-russe armée qui est constituée.

Article détaillé : Union des républiques populaires.

Dès le 2 mai, l'armée loyaliste ukrainienne commence à intervenir militairement dans l'est de l’Ukraine. En réactions, le , les séparatistes de l'est (près de la frontière russe) proclament à leur tour l'établissement de la République populaire de Lougansk. Dès le , la République populaire de Donetsk (du 7 avril) et la République populaire de Lougansk (du 11 mai) fusionnent en une Union des républiques populaires ukrainiennes.

Parties en conflit[modifier | modifier le code]

Animation du conflit armé de mai à septembre 2014 : évolution du territoire séparatiste, à la suite de l'intervention loyaliste qui a débuté le 2 mai.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Forces loyalistes ukrainiennes[modifier | modifier le code]

À côté des unités de l'armée régulière ukrainienne (ru) combattent des forces militaires ou paramilitaires : le Corps des volontaires ukrainiens (uk) émanant de Secteur droit, les bataillons : Azov (chargé de la protection de Marioupol), Donbass (basé à Dnipropetrovsk), Dnipro, Bataillon Aidar, Ukraine (uk), Kiev-1 (uk), Artemivsk (uk), Chakhtarsk (uk), Rus' de Kiev (uk), Sietch (uk), Kryvbas (uk), Lviv (uk), Tempête (uk), Maintien de la paix (uk), les Bataillons de défense territoriale de l'Ukraine (uk), les Forces spéciales de maintien de l'ordre public en Ukraine (uk). Des anciens Berkouts provenant des unités spéciales qui servaient de police antiémeute au sein de la militsia ukrainienne, se sont reconstitués en unités semi-autonomes.

Soutiens aux loyalistes[modifier | modifier le code]

En mai 2014, des mercenaires américains de l'entreprise Academi (anciennement connue sous le nom de Blackwater USA) combattraient aux côtés du nouveau pouvoir de Kiev face aux séparatistes[22] (ce que l’entreprise avait auparavant nié[23]). D'autres sources[24] font état de la présence d'étrangers du côté loyaliste.

Selon certaines sources et les milices séparatistes de nombreux volontaires et mercenaires polonais combattraient du côté loyaliste, ces informations furent réfutées par le gouvernement polonais mais les forces séparatistes maintiennent fermement leurs affirmations, et déclarent détenir captifs un groupe de combattants polonais[25],[26],[27].

Le 17 juin, Vladimir Tchepovoï, porte-parole du ministère de la Défense ukrainien précise dans le point de presse que le ministère s'apprête à acheter un millier d'engins blindés pour la poursuite de l'« opération antiterroriste » dans le Sud-Est de l'Ukraine[28].

Le 2 août, l'Union européenne lève son embargo de février 2014 sur les livraisons d'armes à l'Ukraine[29]. Quelques jours plus tard, la Hongrie fournit à l'armée ukrainienne des chars T-72[30]. Le 15 août, Moscou proteste contre la livraison de ces chars aux autorités de Kiev, par le ministère de la défense de Hongrie, selon le site hongrois hidfo.net[31].

Au début de 2015, les États-Unis qui fournissent déjà l'Ukraine en armement non létal annoncent qu'ils s'apprêtent à armer les forces gouvernementales ukrainiennes en « armes " défensives" »[32],[33]. En avril 2015, trois cents parachutistes américains arrivent en Ukraine avec pour mission d'entraîner les soldats de la garde nationale ukrainienne. La Russie réagit en affirmant que cette présence de spécialistes d'un pays tiers « ne facilite pas le règlement du conflit [...], mais au contraire déstabilise sérieusement la situation »[34].

Forces séparatistes pro-russes[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
République populaire de Donetsk, septembre 2014

À côté des forces de la République populaire de Donetsk combattent : le bataillon « Oplot » commandé par Alexandre Zakhartchenko, le Bataillon Vostok (couvre une grande partie de l'oblast de Donetsk), le Bataillon Sparta (en) dirigé par le commandant Arseni Sergueïevitch Pavlov (surnommé Motorola), le Bataillon Kalmious (ru), des formations autour d'Igor Strelkov et d'Igor Bezler (ru), l'Armée orthodoxe russe, l'organisation Rempart (ru).

À côté des forces de la République populaire de Lougansk combattent : l'Armée du Sud-Est (ru), le Bataillon Fantôme (qui défend la république populaire de Lougansk), la milice populaire de l'oblast de Lougansk. D'autres groupes, essentiellement nationalistes, interviennent également : le parti russe illégal Autre Russie (ru), l'Unité nationale russe (ru), l'union eurasiatique de la jeunesse (ru), des Cosaques du Don, le détachement Jovan Šević (sh) de volontaires serbes, la Phalange (pl) de volontaires polonais (brièvement en mai 2014).

L'intervention de troupes russes est également très fortement suspectée à ce jour par les observateurs occidentaux ainsi que par plusieurs médias[35],[36],[37],[38].

Soutiens aux séparatistes[modifier | modifier le code]

Carte économique et démographique des Républiques de Donetsk et de Lougansk, en octobre 2014.

En avril 2014, dès le début des affrontements entre séparatistes et gouvernement ukrainien, des volontaires russes jouent un rôle important dans l’organisation de l’insurrection : Igor Strelkov, Alexandre Borodaï.

À plusieurs reprises, des représentants ukrainiens dénoncent l'implication de troupes russes dans le conflit ; leurs estimations varient, atteignant 8 000 soldats russes[39]. Certains volontaires russes seraient issus de mouvements nationalistes russes, comme en face des forces de volontaires ukrainiennes le seraient par des Ukrainiens de l'Ouest. Ces combattants semblent recrutés des deux côtés sur le Web et par des réseaux sociaux informatiques. Ils déclarent vouloir défendre les populations russophones menacées selon elles par le gouvernement de Kiev qualifié de « junte »[40] : « Je suis nationaliste et pour moi la priorité c’est de défendre mon peuple, les Russes… ». En l'absence de soutien russe, ces milices nationalistes russes devraient se débrouiller seules pour se fournir en armes et en vivres[40].

En juillet, selon l'agence Reuters, les milices séparatistes promettraient une solde de 5 000 à 8 000 hryvnia équivalent à entre 317 et 508 euros par mois payable en monnaie ukrainienne et en roubles aux volontaires les rejoignant[41]. Des centaines de citoyens russes se joignent à eux, participent aux combats. Plusieurs dizaines de volontaires ont péri fin mai 2014[42]. Ils représenteraient un tiers des miliciens en juillet 2014.

En novembre, l'OTAN confirme l'entrée de convois militaires russes, y compris d'armement lourd[43], ce qui est démenti par la Russie[44]. Peu après, l'ambassade britannique accuse la Russie d'avoir équipé les séparatistes de chars T-72.

Déroulement du conflit (2014-2015)[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Soulèvement séparatiste du Donbass en avril 2014[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Siège de Sloviansk.
Avions de chasse au-dessus de Donetsk, le 7 avril 2014.

Le , la prise du bâtiment gouvernemental de Donetsk par des manifestants pro-russes, et la proclamation de la République populaire de Donetsk (référendum sur le statut de la ville prévu en date du 11 mai) marquent le début du soulèvement séparatiste pro-russe dans l'est de l'Ukraine (Donbass)[20]. La Russie qui y voit le début d'une guerre civile tente de mettre en garde les autorités ukrainiennes sur l'utilisation de la force pour réprimer les pro-russes.

Le 12 avril, à Sloviansk (nord de l'oblast de Donetsk), des hommes masqués en treillis militaire portant des gilets pare-balles et armés de fusils d'assaut Kalachnikov s'emparent du bâtiment du comité exécutif, de celui du service de police et du siège local du Service de sécurité d'Ukraine[45]. Les prises de postes de police et autres bâtiments gouvernementaux par des groupes armés séparatistes ont lieu dans d'autres villes de l'oblast de Donetsk, y compris à Donetsk, mais aussi à Kramatorsk, Droujkivka et à Horlivka. Le ministre de l'Intérieur ukrainien Arsen Avakov qualifie ces hommes armés de « terroristes » et promet d'utiliser les forces spéciales ukrainiennes afin de reprendre les bâtiments[46],[47]. Dans la même journée, un saboteur est arrêté par le Service de sécurité d'Ukraine à Kharkiv.

Le 13 avril, le président intérimaire ukrainien Tourtchinov décide de lancer une « opération anti-terroriste » (selon sa dénomination officielle) à grande échelle afin de reprendre les bâtiments, si l'ultimatum ordonnant aux séparatistes de déposer les armes n'est pas respecté[48],[49], suscitant une vive opposition de la part de la Russie. Le même jour, un agent russe présumé du GRU est arrêté[50].

Des hommes armés pro-russes gardent le Conseil municipal de Sloviansk, le 14 avril 2014.
Barricades à Sloviansk (Oblast de Donetsk), le 23 avril 2014.

Le 14 avril, lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU, l'ambassadeur du Royaume-Uni en Russie annonce, images satellites à l'appui, que 40 000 soldats russes appuyés par des avions, des chars de l'artillerie et de la logistique se seraient massés de l'autre côté de la frontière ukrainienne[51],[52]. Parallèlement, le navire américain USS Donald Cook aurait été « provoqué » en mer Noire pendant une heure et demie par un Soukhoï Su-24 russe selon le porte-parole du Pentagone, le colonel Steve Warren[53],[54]. Dans la même journée, la frégate Dupleix de la Marine nationale française entre en mer Noire[55].

Le 15 avril, Olexandre Tourtchinov déclare que l'opération anti-terroriste contre les séparatistes pro-russes a débuté à Donetsk[56]. Des tirs sont notamment entendus au terrain d'aviation de Kramatorsk, alors que l'armée ukrainienne a été déployée dans cette région. Des rapports non-confirmés font état de quatre pro-russes tués et de deux autres blessés, tandis que d'autres sources affirment que dix personnes ont été tuées[57]. Deux soldats ukrainiens auraient été capturés par des hommes armés à Louhansk[58]. Selon la Voix de la Russie, les équipages de six blindés ukrainiens (de la 25e brigade aéroportée) font défection et rejoignent le camp pro-russe[59], tandis que le ministère de la Défense ukrainien affirme que ceux-ci ont été capturés par les insurgés[60]. Le petit aérodrome de Kramatorsk est entre-temps repris par l'armée ukrainienne[61]. La 25e brigade aéroportée ukrainienne sera en partie dissoute après avoir fait part de son refus de « combattre d'autres Ukrainiens »[62],[63].

Le 16 avril, le vice-Premier ministre ukrainien Vitali Yarema affirme que des éléments de la 45e division aéroportée russe ont été repérés près de Sloviansk[64].

Des chars loyalistes près de Sloviansk (Oblast de Donetsk) sont bloqués par une foule hostile, en avril 2014

À l'occasion d'une réunion d'urgence à Genève le 17 avril 2014, la Russie, l'Ukraine, les États-Unis et l'Union européenne se mettent d'accord sur le fait que les formations militaires illégales en Ukraine doivent être dissoutes, et que toute personne occupant les bâtiments administratifs doit déposer les armes et les quitter. L'accord ajoute la possibilité d'une amnistie pour tous les manifestants anti-gouvernementaux. Néanmoins les séparatistes pro-russes à Donetsk rejettent l'accord défiant les autorités de Kiev et la menacent d'une nouvelle entente internationale sur l'Ukraine[65],[66],[67]. En cas de non désescalade du conflit, les États-Unis avaient insisté sur le fait de prendre des « mesures additionnelles » (sanctions) contre la Russie[68],[69].

Le 18 avril, la brigade blindée ukrainienne de Jytomyr reprend deux des véhicules blindés ayant fait défection près de Kramatorsk, blessant un insurgé pro-russe[70]. Les quatre autres BMD restants retournent à l'armée ukrainienne après des négociations fructueuses avec les séparatistes[71]. Le 19 avril, les opérations militaires sont suspendues après qu'un appel à une trêve temporaire de Pâques a été prononcée par le gouvernement ukrainien en promettant de mettre fin à toute opération militaire à l'Est[72], mais le 20 avril, une fusillade fait au moins un mort et trois blessés à Sloviansk[73]. Pour leur part, les militants pro-russes refusent de quitter les édifices publics dans l'est du pays, ne s'estimant pas liés par l'accord international signé le 17 avril[74].

Le 28 avril, des hommes armés prennent d'assaut et s'emparent de la mairie et du commissariat de Kostiantynivka selon un mode opératoire similaire à celui qui a abouti à l'occupation des bâtiments de la ville de Sloviansk. Le même jour, le maire de Kharkiv, Hennadiy Kernes, est grièvement blessé par des tirs d'origine inconnue. Enfin, à Donetsk, des partisans de l'unité ukrainienne sont pris à partie et tabassés par des pro-russes alors qu'ils commençaient à défiler dans les rues de la ville[75],[76].

Le 29 avril, à Louhansk, alors que le siège des services de sécurité était déjà occupé, des manifestants pro-russes s'emparent de la préfecture régionale et de l'hôtel de police, les policiers quittant ce dernier désarmés[77],[78].

Avancée de l'armée ukrainienne en mai[modifier | modifier le code]

Le 2 juin 2014, Semen Semenchenko, chef du Bataillon Donbass (loyalistes) donne une interview après que l'armée régulière a lancé une vaste opération punitive dans le Nord de Donetsk.

Le , l'armée ukrainienne lance une vaste opération militaire pour un retour à l'ordre et visant à reprendre les villes occupées ou contrôlées par les séparatistes. Les manœuvres se concentrent très vite autour de la ville de Sloviansk, ville entièrement contrôlée par des séparatistes pro-russes, avec des combats à Kramatorsk et à Semionovka. Dans la journée, deux militaires ukrainiens sont tués et deux hélicoptères Mi-24 de l'armée ukrainienne sont abattus[79]. Le même jour, alors que la tension est palpable entre partisans de l'unité ukrainienne et militants anti-Maïdan, l'incendie de la maison des syndicats d'Odessa provoque la mort de plus de quarante militants pro-russes[80]. Selon les médias, l'incendie serait d'origine criminelle, sans pour autant que les conditions exactes de son déroulement soient établies[81],[82].

Le 9 mai, jour de la célébration de la victoire sur l'Allemagne nazie, un assaut de l'armée de Kiev contre les forces pro-russes à Marioupol entraîne la mort d'une vingtaine de civils[83].

Le 11 mai 2014, de longues files d'attentes de votants sont visibles le jour des référendums dans les républiques de Donetsk et de Lougansk.
Le 3 juin 2014 à Donetsk, des membres du Bataillon Vostok (séparatistes) démantèlent une barricade mise en place le 29 mai face à l'armée de Kiev

Le 11 mai, les républiques populaire de Donetsk et de Louhansk proclamées les 7 avril et 27 avril 2014 organisent un référendum d'autodétermination. Cinquante trois comités locaux ont créé 1 527 bureaux de votes et imprimés 3,2 millions de bulletins en russe et en ukrainien. Le pour l'emporte avec 89,07 % dans l'oblast de Donetsk et à 96,0 % dans l'oblast de Louhansk. Dès le lendemain, le chef de l'entité séparatiste, Denis Pouchiline, et les dirigeants de la nouvelle « République de Donetsk » demandent le rattachement de la République populaire de Donetsk à la Russie[84].

Le 13 mai, surlendemain des référendums de Lougansk et de Donetsk, le gouverneur de la république autoproclamée de Lougansk, Valery Bolotov, est blessé dans un attentat au pistolet mitrailleur. Capturé par les forces gouvernementales, il est libéré le 17 mai par des hommes de la RPL[85].

Mur de photos en hommage aux militaires et policiers ukrainiens tués en fonction entre mars et juillet 2014 « pour l'unité de l'Ukraine ». Près de Mihajlovski Sobor, Kiev, 2015.

Le 25 mai, un tir de mortier des forces gouvernementales tue le journaliste italien Andrea Rocchelli et son homologue russe Andreï Mironov et blesse leur photographe français, William Rouguelin, pris pour des insurgés alors que leur voiture s'approchait du centre-ville de Sloviansk.

Le 29 mai, les séparatistes abattent un hélicoptère Mi-8 de l'armée ukrainienne, près de Kramatorsk, faisant ainsi douze morts, dont un général. En réponse, l'armée lance alors une vaste opération punitive « anti-terroriste » à Donetsk qui permet la reprise du secteur Nord de Donetsk par l'armée régulière, le bilan des pertes du côté des séparatistes étant de plus de trois cents morts[86].

Le 5 juin, les milices auto-proclamées de Nouvelle-Russie prennent trois postes de gardes-frontières ukrainiens et se saisissent d'armes et de munitions.

Le 6 juin, le nouveau président ukrainien Porochenko réaffirme sa volonté de vouloir « pacifier » l'Est du pays en trois mois. L'armée déploie alors quatre-vingts chars dans le but de reprendre Sloviansk aux insurgés. Les assauts de l'armée régulière dans la nuit du 6 au 7 juin sont un échec, près de vingt chars auraient été pris ou détruits par les rebelles ; un avion de transport Antonov An-30 est également abattu le 6 juin.

Le 12 juin, selon un responsable ukrainien, 3 chars et d'autres véhicules blindés russes auraient franchi la frontière, déclaration rejetée par le ministère des Affaires étrangères russe[87],[88].

Le 13 juin, Marioupol est reprise aux séparatistes[89], après des combats menés par les forces gouvernementales, le bataillon Azov[90], le bataillon Donbass, et le bataillon Ukraine notamment armés d'engins blindés et de lance-roquettes. Cinq morts sont à déplorer du côté des insurgés et un engin blindé est détruit[91]. Plus de trois cents personnes sont arrêtées.

Le 14 juin, un avion de transport de troupes Iliouchine Il-76 de l'armée régulière, transportant du personnel, de la machinerie, de l’équipement et des approvisionnements pour l'armée ukrainienne est abattu par les insurgés alors qu'il s'apprêtait à atterrir près de Louhansk, faisant ainsi d'après Vladislav Selezniov, un des porte-parole de l'armée, au moins 49 morts. Des manifestations hostiles à la Russie sont alors organisées à Kiev[92] et le président Porochenko déclare l'imminence d'opérations punitives. Ainsi dans la nuit du 14 au 15 juin, des actions de rétorsion près de Louhansk, notamment dans la localité de Tchtchastié (avec utilisation de camions lance-roquettes BM-21 Grad[93]), font une centaine de morts insurgés ukrainiens russophones, aussi bien civils que militaires[réf. nécessaire] et la ville d'Amvrossiivka est soumise à des tirs d'artillerie[94], faisant au moins trois morts. Le ministre ukrainien Mikhaïl Koval annonce dans une conférence de presse que les forces gouvernementales ont tué environ 250 opposants pro-russes en 24 heures[95].

Le 16 juin, une dizaine de civils meurent et plus d'une dizaine d'autres sont blessés dans un assaut mené par les forces gouvernementales, près de Kramatorsk[96]. Ces faits sont à mettre en relation avec une hausse de la tension entre les deux pays « poussés par un pays tiers »[97]. Le même jour, la Russie cesse de livrer du gaz à l'Ukraine, qui n'a toujours pas réglé ses dettes, tout en continuant d'en livrer aux pays européens. Les relations entre l'Ukraine et la Russie entrent dans une phase de conflit sérieux. Selon le Russe Alexeï Pouchkov, président de la commission des Affaires étrangères à l'assemblée (Douma), l'attaque organisée de l'ambassade russe à Kiev, l'« attaque du consulat général à Odessa, les insultes répétées à l'égard du président russe, les arrestations toujours plus fréquentes de journalistes russes et le refus de payer pour le gaz sont [...] une décision délibérée coordonnées avec les États-Unis. Ce sont les maillons d'une même chaîne »[98].

Cessez-le-feu du 21 juin[modifier | modifier le code]

En juin 2014, Oleh Odnoroshenko (à gauche) commandant du Bataillon Azov (loyaliste ukrainien) protégé par certains de ses hommes, marche dans une rue de Kiev.

Le , dans un discours télévisé, le président Porochenko propose un cessez-le-feu en cas de désarmement des opposants. Ce que Moscou qualifie de nouvel ultimatum[99].

Le président Porochenko déclenche alors une trêve d'une semaine dans son opération militaire de retour à l'ordre dans le sud-est du pays. Mais après l'annonce du président Porochenko, des manifestations ont lieu à Donetsk contre l'« opération antiterroriste » de Kiev. Car dans la réalité des faits, des actions militaires sporadiques perdurent de part et d'autre. Et elles vont rapidement s’accentuer.

Violations du cessez-le-feu[modifier | modifier le code]

Le , deux chars de l'armée régulière sont détruits près de Louhansk[100], sans faire de victimes.

Le 23 juin, les forces loyalistes bombardent la petite ville de Privilnoïe près de Louhansk[101]. Le lendemain, un hélicoptère Mi-8 de l'armée avec neuf soldats à bord est abattu par les pro-russes, près de Sloviansk. Des accrochages ont lieu entre Sloviansk et Senjni[réf. nécessaire].

Le 26 suivant, quatre cents miliciens de la Garde populaire ukrainienne se rendent après sept heures de combat à la police de Donetsk, puis sont relâchés sans armes. Le 27 juin la trêve est prolongée de soixante-douze heures. Mais les rebelles accusent rapidement les forces loyalistes de l'avoir enfreinte, notamment à Semionovka et aux alentours de Sloviansk avec des tirs de canons de 240 mm.

Le 30 juin, la trêve cesse sur ordre direct du président Porochenko, qui justifie en accusant les pro-russes d'avoir enfreint à plusieurs reprises le cessez-le-feu, « tuant 28 soldats ukrainiens ». Les pourparlers entre ministres des Affaires étrangères allemand, français, russe et ukrainien se poursuivent toutefois avec notamment des négociations prévues à Berlin le 2 juillet 2014, et ce même si Moscou reproche aux États-Unis d'avoir poussé Kiev à reprendre l'opération antiterroriste[102].

Reprises des combats au début de juillet[modifier | modifier le code]

Pont autoroutier détruit dans le Donbass à la mi-juillet 2014

Le , les ministres des affaires étrangères de l'Ukraine, de la Russie, de l'Allemagne et de la France réunis à Berlin, annoncent dans une déclaration conjointe, le déploiement d'une mission d'observation de l'OSCE aux postes-frontières de Donetsk et Goukovo, à la frontière entre la Russie et l'Ukraine, dès le 24 juillet.

Le 5 juillet, Sloviansk, Artemovsk et Kramatorsk sont sous le feu de l'armée régulière ukrainienne et des milices de volontaires ukrainophones[103]. Ce même jour, ces trois villes sont reprises par l'armée ukrainienne.

Le 6 juillet, les combattants du colonel Strelkov se replient dans Donetsk, dans laquelle a lieu une grande manifestation en soutien aux rebelles. Le ministre de la défense ukrainien déclare ne pas vouloir procéder à des bombardements aériens sur la ville, mais des pilonnages ont lieu dans les environs. Dans la région de Sloviansk et de Kramatorsk, des arrestations massives des hommes entre 20 et 35 ans ont lieu[104]. Selon l'AFP, une certaine logique de punition ethnique se met en place[réf. nécessaire].

Le 10 juillet, la ville de Siversk est prise par l'armée ukrainienne, tandis que Donetsk se prépare à un siège[105]. Selon les sources du ministère de l'intérieur ukrainien, le bilan du conflit au 10 juillet est de 478 morts[106]. La chancelière Angela Merkel demande dans une conversation téléphonique du 10 juillet 2014 au président Porochenko « une certaine retenue »[107]. Celui-ci déclare que pour un soldat gouvernemental tué, cent le seront du côté des Ukrainiens rebelles[réf. nécessaire].

Le 12 juillet, alors que l'armée ukrainienne est aux portes de Donetsk[108], 70 000 habitants fuient la ville[109]. La grande offensive en préparation de l'armée ukrainienne pour se saisir de Donetsk, le fief ouest des séparatistes, est imminente.

Destruction du Vol MH17[modifier | modifier le code]

Malaysia Airlines Flight 17 crash site.png
Point de chute de l'avion dans le Donbass[110]

 Route du vol MH17
     Emplacement approximatif du site de lancement du missile
(320 km2)
     Zone occupée par les militants pro-russes le jour de la catastrophe
     Fédération de Russie


Reconstitution du tir de missile,
Conseil de sécurité reproduit Pays-Bas[111],[112]
Article détaillé : Vol 17 Malaysia Airlines.

Le , un Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines assurant la liaison entre l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol et l'aéroport international de Kuala Lumpur, avec 298 personnes à son bord, dont 192 Néerlandais, s'est écrasé dans la zone de conflit, près du village de Grabove (Hrabowe), aux environs de la ville de Chakhtarsk et à environ 30 km au nord-est de Donetsk.

Les belligérants, comme les grandes puissances, s'accusent d'avoir abattu l'avion :

Malaysian 777.

Le 20 juillet 2014, l'ensemble des corps des victimes de l'avion malaisien ont été récupérés du site de l'ECRASEMENT, par les séparatistes pro-russes. Ils les placent dans des wagons réfrigérés en gare de Torez (située à 15 km de la zone), afin de permettre l'identification des victimes par les experts internationaux.

Le 21 juillet, le Conseil de sécurité des Nations unies se réunit et adopte une résolution demandant un accès sécurisé et illimité pour ses observateurs sur le site de l’écrasement du vol MH17, appelant aussi à une coopération complète dans le cadre de l'enquête internationale.

Un Soukhoï Su-25 ukrainien armé de paniers de roquettes, avec à gauche des bombes.

Le 23 juillet, un porte-parole du Conseil de sécurité nationale et de défense ukrainien accuse : deux avions de combat ukrainiens Soukhoï Su-25 auraient été abattus en « zone rebelle » par des pro-russes, près de Savur Mogila, dans l'est de l'Ukraine; soit dans une zone distante de quelques dizaines de km du lieu du crash de l'avion de ligne malaisien. « Deux de nos avions ont été abattus à l'altitude de 5 200 mètres. Selon les premières informations, le lancement des missiles a été effectué depuis la territoire de la Russie »[116] L'information est démentie avec véhémence par le ministère de la Défense russe. L'Ukraine avait déjà accusé l'armée de l'air russe d'avoir abattu deux avions ukrainien An-26 et Soukhoï Su-25 au-dessus de son territoire, le 16 juillet[117]. Ce sont donc selon les autorités ukrainiennes, 4 avions militaires ukrainiens et un avion civil malaisien qui auraient été abattus par les Russes, en une seule semaine.

Le 27 juillet, face à la progression des forces ukrainiennes, les séparatistes annoncent qu'ils ont perdu le contrôle d'une grande partie de la zone du crash du MH17 qui passe sous contrôle de Kiev.

Le 3 août, des enquêteurs néerlandais et australiens accèdent à un site d'ECRASEMENT qu'ils disent fortement pillé. Ils prennent de nombreuses photographies. Mais dès le 5, l'armée régulière ukrainienne et de ses milices de volontaires reprennent la ville de Yassynouvata (située à 15 km au nord de Donetsk) et leurs assauts redoublent aux portes de Donetsk, cible d'obus de forte puissance (sources Reuters et OSCE).

Des loyalistes ukrainiens du Bataillon Aidar s'entrainent au tir dans la région de Lugansk, le 2 août 2014

Les combats se rapprochant, les enquêteurs repartent rapidement, emportant avec eux quelques débris non identifiés. Ils ne donnent pas d'informations, ni sur le crash du Vol 17 Malaysia Airlines, ni sur les avions de combat ukrainiens qui aurait été abattus.

Le 9 septembre 2014, le Bureau d'enquête néerlandais pour la sécurité (Onderzoeksraad Voor Veiligheid : OVV) publie un rapport intermédiaire d'expertise qui fait apparaître que les deux enregistreurs de vol ont été prises en charge le 21 juillet 2014. L'avion aurait été touché par « un grand nombre de projectiles à haute vitesse, ce qui a disloqué le centre de l'appareil en morceaux »[118].

À la fin de juillet, l'armée russe, puis l'Agence russe du Transport Aérien avaient publié officiellement 10[119] puis 28[120] questions et demandes sur le crash de l'avion civil Boeing 777 du Vol 17 Malaysia Airlines qui n'ont pas reçu de réponses à ce jour.

Le rapport final de l’OVV contenant 279 pages est publié le . Confirmant la thèse du missile sol-air, il précise que la destruction de l'avion de ligne est dû à l'explosion d'une ogive 9N314M d'un missile 9M38 installé sur un système de type Buk. Il indique que des simulations ont été conduites par le fabriquant d'armement russe Almaz-Antei pour déterminer l'origine probable du tir, et que leur conclusion est un départ missile entre 5 et 20 km dans le sud-est de Torez en zone séparatiste[121].

Nouvelle avancée de l'armée ukrainienne en fin juillet[modifier | modifier le code]

Immeuble détruit le 28 juillet à Lyssytchansk (Oblast de Louhansk), dans le Donbass.
Article détaillé : Offensive de Donetsk.

Le , la ville de Lyssytchansk, située à 90 km au nord-ouest de Louhansk, après avoir été le théâtre de violents combats, est finalement reprise par l'armée ukrainienne[122],[123]. En dernière semaine de juillet, l'ONU dénombrera au moins 1 129 personnes tuées et 3 442 blessées en Ukraine depuis la mi-avril[124].

Le 23 juillet, l'OSCE procède au déploiement d'une mission d'observation aux postes-frontières de Donetsk et Goukovo, à la frontière entre la Russie et l'Ukraine, qui a été prévu lors de la déclaration conjointe des ministres des affaires étrangères de l'Ukraine, de la Russie, de l'Allemagne et de la France (le 2 juillet, à Berlin). La durée initiale de la mission des 16 observateurs est de trois mois[125].

Le 25 juillet, le directeur de l'administration des frontières russe (FSB) de l'oblast de Rostov déclare que « quarante soldats ukrainiens ont quitté leur poste et demandé la permission d'entrer dans le territoire russe afin de ne pas combattre contre leur propre peuple »[126].

Aidar Battalion, Lugansk region 50.jpg
2014-07-31. Батальон «Донбасс» под Первомайском 14.jpg
Battalion "Donbas" 03.jpg
2014-07-31. Батальон «Донбасс» под Первомайском 08.jpg
Battalion "Donbas" 02.jpg

Le 27 juillet, les insurgés pro-russes annoncent avoir perdu le contrôle d'une partie de la zone du crash du MH17 face à la progression des forces ukrainiennes, lesquelles ont annoncé être entrées dans plusieurs villes à proximité[127].

Le 28 juillet, d'intenses combats entre l'armée ukrainienne et les rebelles pro-russes dans l'est de l'Ukraine causent la mort de 19 civils[128]. De plus, des tirs d'artillerie sont entendus dans le centre de Donetsk, tuant au moins une personne[129]. Treize civils (dont deux enfants âgés d'un an et un de cinq ans) sont tués dans des combats à Horlivka, l'un des bastions des séparatistes pro-russes à 45 km au nord de Donetsk[130]. Le média américain CNN fait état de tirs de missiles balistiques SS-21 par les forces armées ukrainiennes[131].

Le 30 juillet, les forces ukrainiennes reprennent le contrôle de la ville stratégique d'Avdiivka située près de l'aéroport, à 17 kilomètres au nord de Donetsk[132]. Le lendemain, les opérations militaires sont suspendues afin de permettre aux experts internationaux d'examiner le site du crash du MH17, situé dans le raïon de Chakhtarsk, où les combats les plus violents ont eu lieu les jours précédents. Les experts ont été escortés sur le site par les forces armées ukrainiennes. Pendant ce temps, des pourparlers entre les séparatistes, la Russie, l'Ukraine et l'OSCE ont eu lieu à Minsk[133].

Le 31 juillet et le 1er août, la mission de l'OSCE, déclare que plusieurs groupes de 10 à 12 hommes en tenue de combat ont traversé la frontière entre l'Ukraine et la Russie dans les deux sens. Dans certains cas, les hommes traversant la frontière en direction de la Russie étaient blessés et, à deux occasions, ils portaient des insignes de la République populaire de Lougansk.

Le 1er août, au moins dix soldats ukrainiens d'une unité de parachutistes sont tués près de la ville de Chakhtarsk, dans le secteur où le vol MH17 de la Malaysia Airlines a été abattu, dans une attaque au mortier menée par les rebelles pro-russes[134].

Le 2 août, l'Union européenne lève l'embargo de livraison d'armes à l'Ukraine qu'elle avait fixé en février 2014[29].

Dans les nuits du 2 au 3, puis du 3 au 4 août, respectivement, 12 puis 437 militaires de l'armée régulière ukrainienne demandent l'assistance de la mission pour traverser la frontière afin de pouvoir la rejoindre en un autre point sûr[135]. Par ailleurs, cette même mission fait état de combats autour du poste-frontière de Goukovo et rapporte que deux obus ont traversé la frontière ukrainienne pour atterir en Russie[136],[137].

Le 3 août, douze soldats ukrainiens de la 72e brigade mécanisée du point frontalier de Goukovo entre l'Ukraine et l'oblast de Rostov ont rendu leurs armes et demandé l'asile, motivant leur décision par leur absence de libre-arbitre et leur manque d'approvisionnement[138],[139].

Dans la nuit du 4 août suivant, 438 soldats ukrainiens, dont des militaires de la 72e brigade motorisée et des garde-frontières, se sont adressés aux garde-frontières russes pour leur demander d'effectuer un couloir humanitaire[140]. Un peu plus tard, 180 de ces soldats sont renvoyés en Ukraine à leur propre demande[141]. Le représentant du centre d'information analytique ukrainien SNBO, Andreï Lyssenko, déclare que 311 soldats ukrainiens se trouvent sur le territoire russe, dont 171 militaires des forces armées et 140 garde-frontières[142].

Le 4 août, le ministère des affaires étrangères russe demande à l'OSCE, au Conseil de l'Europe, au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et à l'ONU de venir en aide aux populations du Sud-Est de l'Ukraine.

Le même jour, après d'intenses combats, l'armée régulière reprend la ville de Yassynouvata et, d'après Reuters, appelle les civils à fuir les zones contrôlées par les séparatistes pro-russes qui « pillent la population locale, procèdent à des enlèvements, s'emparent de bâtiments et de véhicules privés » selon un porte-parole militaire ukrainien. À Donetsk, l'état-major ukrainien a demandé aux séparatistes de respecter des cessez-le-feu autour de certaines artères pour permettre le départ des civils[143]. Selon la Voix de la Russie, l'armée ukrainienne concentre des BM-27 Uragan autour de la ville[144]. Le lendemain, selon l'AFP, alors que les forces armées ukrainiennes se retirent de la ville de Yassynouvata après l'avoir prise la veille, les combats se poursuivent dans un quartier à l'ouest de Donetsk (district de Petrovski) et à Marïnka[145],[146].

Le 5 août, 200 soldats ukrainiens se trouvant sur le territoire russe sont renvoyés en Ukraine[147]. Le lendemain, les 48 soldats restants seront également rapatriés en Ukraine[148].

Dans la nuit du 5 au 6 août, selon l'OSCE, les combats continuent aux portes de Donetsk, la ville est notamment la cible de plusieurs obus de forte puissance, lesquels provoquent des cratères importants. Un des obus n'ayant pas explosé comporte la mention « OFAB100 »[149].

Le 6 août, le conseiller du ministère de la défense ukrainien, Anton Guerachtchenko, déclare à l'antenne de la chaîne de télévision ukrainienne « 112 Украина » (112 Ukraine) que 300 membres de la police de Donetsk se sont rangés volontairement du côté de la République populaire de Donetsk. Il admet que dans la région « 10 à 15 % des membres de la police sont traîtres à l'Ukraine »[150]. Le même jour, le commandant du 1er bataillon de la 72e brigade mécanisée, Ivan Boïtenko, ainsi que ses subordonnés les majors Alexandre Potapov, Alexandre Okhrimenko, Vitaly Doubniak, sont arrêtés pour avoir ouvert le feu sur le territoire russe et « avoir enfreint l'article 356 (ch. 34) du code pénal de la Fédération de Russie » portant sur l'« emploi de moyens et de méthodes de conduite de guerre interdits »[151] avant d'être finalement remis aux autorités ukrainiennes le 10 août.

Les 7 et 8 août, selon l'agence française AFP, des combats provoquant la mort de plusieurs soldats ukrainiens ont lieu non loin de la frontière russo-ukrainienne[152]. D'après l'agence de presse russe Itar-Tass, le président ukrainien signe, le 8 août, la loi adoptée par le parlement le 22 juillet, visant à relever l'âge limite des appelés au service militaire à 60 ans[153].

Présente image et images ci-dessus du 6 et 7 août 2014, près de Popasna (région de Lougansk) montrant des militaires ukrainiens du Bataillon Donbass accompagnés de mitraillettes, lance-roquettes, mitrailleuses, pièces d'artillerie diverses, et même un canon.

Le 9 août, les combats se poursuivent à Donetsk, des obus touchent le quartier Kyivski.

Bien qu'aucun immeuble d'habitation ne soit touché directement et qu'aucune victime ne soit à déplorer, de nombreuses fenêtres sont soufflées[154].

Selon Associated Press, après la prise de Krasnyï Loutch par les forces loyalistes, Alexandre Zakhartchenko affirme dans la soirée que « le groupe de combattants Donetsk-Horlivka de la Nouvelle Russie est entièrement encerclé » et que ses troupes sont prêtes à accepter un cessez-le-feu dans le but d'éviter une catastrophe humanitaire. Dans un communiqué, le président Petro Porochenko indique être prêt à accepter une mission humanitaire à condition que l'aide vienne sans accompagnement militaire, qu'elle transite par un poste frontalier sous contrôle ukrainien et qu'elle ait un caractère international[155],[156].

Répondant à l’appel d’aide humanitaire du ministère des affaires étrangères russe (du 4 août), le CICR affirme le 9 août qu'il renforcera son aide à la population. Il annonce qu'il augmentera ses effectifs présents dans le Donbass avec l'appui de l'OSCE[157],[158]. Mais dans la semaine suivante, l'aide importante promise n'est pas apportée. Et les Russes frontaliers du Donbass restent les seuls à pouvoir intervenir rapidement[159].

Convois humanitaires russes[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Droit d'ingérence et Ingérence humanitaire.
Le premier convoi d'aide humanitaire de la Russie pour l'Ukraine de l'est : il a été décidé le 11 août, il finit par forcer le blocus ukrainien le 22 août 2014. Neuf autres convois suivront de septembre à décembre. Dès janvier 2015 un onzième convoi de 124 camions arrivera dans le Donbass.
Habitations en feu à Chakhtarsk (raïon de Chakhtarsk dans l'oblast de Donetsk), en première semaine d'août 2014

Le , la Fédération de Russie décide d'envoyer un convoi d'aide humanitaire à destination de Louhansk, l'opération devant être menée en collaboration avec le CICR. Néanmoins, cette annonce est accueillie avec méfiance par les pays occidentaux qui craignent que ce convoi ne soit qu'un prétexte pour intervenir militairement en Ukraine[160]. Les États-Unis s'y opposent formellement. Le ministre de l'Intérieur ukrainien écrit sur son profil Facebook qu'« aucun convoi de Poutine ne serait autorisé en Ukraine », qualifiant l'initiative du Kremlin de « provocation inacceptable de la part d'un agresseur cynique. »[161]. Le convoi part de Moscou le 12 août, tandis que les autorités ukrainiennes annoncent très rapidement qu'elles ne laisseront pas entrer sur leur territoire les 280 camions Kamaz de couleur blanche composant ce convoi[162].

À l'image des États-Unis dans les guerres d'Afghanistan et d'Irak, le gouvernement ukrainiens et son service de sécurité d'Ukraine distribuent à leurs militaires un jeu de carte contenant les photos et noms des chefs séparatistes à arrêter ou éliminer. La carte à gauche représente Igor Strelkov, le commandant des forces d'auto-défense, puis ministre de la Défense de la République populaire de Donetsk.

Le 12 août, d'après l'AFP, Kiev annonce que l'armée a repris la ville de Vougleguirsk dans l'oblast de Donetsk et les villes de Pervomaïsk, de Kalynove et de Kamychevakha dans l'oblast de Louhansk[163].

Le 13 août, le CICR informe les autorités internationales que des « milliers de personnes sont privées d'accès à l'eau potable, aux médicaments et à l'électricité » en raison de l'encerclement de Donetsk par les forces régulières de Kiev. Le convoi tel qu'il est inspecté comporte 2 000 tonnes de vivres dont 400 tonnes de céréales, 100 tonnes de sucre, 54 tonnes de médicaments et de produits de soins et 69 générateurs électriques[164].

Le 14 août, Kiev annonce l'envoi de son propre convoi d'aide humanitaire dans l'Est du pays. Ce dernier, composé de 15 camions transportant 240 tonnes de produits de première nécessité, doit partir des villes de Kiev, Dnipropetrovsk et Kharkiv avant d'être pris en charge par le CICR à Starobilsk[165]. Le 15 août dans la matinée, ce convoi est arrivé à Louhansk[166].

En ce 14 août, selon Reuters, les séparatistes pro-russes signalent d'intenses bombardements dans la périphérie de Donetsk. D'après un de leurs sites internet, les forces ukrainiennes ont bombardé le faubourg Leninski et plusieurs quartiers de Donetsk[167]. Peu de temps après ces bombardements, Valery Bolotov, chef des séparatistes pro-russes de la région de Louhansk, dans l'est de l'Ukraine, démissionne pour des raisons inconnues[168],[169]. Selon l'AFP, en 24 heures, vingt-deux civils ont été tués par les bombardements[170], au moins soixante-quatorze en 72 heures ainsi que cent seize blessés[171].

À son briefing du 14 août, Washington, par la voix de Mary Haft, du Département d'État des États-Unis, demande à Kiev de « ne pas utiliser d'armement lourd contre la population civile du Donbass »[172].

Le service de presse du président Porochenko affirme que les forces régulières ukrainiennes auraient détruit des blindés russes ayant franchi la frontière près d'Izvarino dans la nuit du 14 au 15 août 2014, affirmation aussitôt démentie par le ministère de la défense russe[173], le général Igor Konachenko déclare qu'« il n'y a aucun convoi militaire russe qui aurait traversé la frontière entre la Russie et l'Ukraine (...) Les forces ukrainiennes détruisent des fantômes ». Pour le ministère russe des Affaires étrangères, « l'intensification brutale des opérations militaires dans cette région a de toute évidence pour but de couper l'itinéraire convenu avec Kiev », pour le passage du convoi humanitaire de ravitaillement, entente entre le vice-ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Riabkov, le chef des opérations du CICR en Europe et en Asie centrale Laurent Corbaz et Kiev[174].

Le 15 août, Moscou proteste contre la livraison de chars T-72 de la part du ministère de la défense de Hongrie aux autorités de Kiev, information donnée par le site hongrois hidfo.net[31].

Le 16 août, le président ukrainien Porochenko annonce sur son compte twitter que les forces régulières ont pris « héroïquement » la ville minière de Jdanivka à 40 kilomètres de Donetsk, tandis que dans cette dernière, cinq civils sont tués par les forces régulières ukrainiennes[175],[176],[177]. Le même jour les médias russes annoncent la désertion de 17 militaires ukrainiens dans l'est de l'Ukraine vers Rostov-sur-le-Don[178].

Toujours le 16 août, alors que le convoi humanitaire russe est toujours bloqué à une vingtaine de kilomètres de la frontière russo-ukrainienne, Pascal Cuttat, responsable CICR en Russie annonce que Kiev et Moscou « se sont mis d'accord sur la façon de procéder à l'inspection du convoi ». Il est convenu que le convoi soit inspecté par le CICR et franchisse le point de passage d'Izvarino par groupe de trente camions[179],[180].

Le 18 août au matin, le CICR attendait toujours le feu vert de Kiev pour commencer l'inspection.

Le 17 août, un avion de chasse MiG-29 est abattu par les séparatistes[181], tandis qu'à Berlin se tient une réunion quadripartite réunissant les ministres des Affaires étrangères russe, ukrainien, allemand et français.

Funérailles d'un soldat loyaliste ukrainien, le 11 septembre 2014

Le 22 août, dix jours après la décision de son envoi, le premier convoi humanitaire russe décide finalement d'entrer de lui-même en Ukraine, Kiev n'ayant toujours pas donné l'accord. Les États-Unis appellent alors la Russie à retirer le convoi humanitaire entré en Ukraine sans autorisation[182].

Un second convoi humanitaire russe rejoindra la ville de Lougansk, le 13 septembre 2014 (à la suite du plan de paix de Minsk)[183]. Constitué de 200 camions[184] KamAZ, le convoi, inspecté par la douane russe, ukrainienne et par les agents du Comité international de la Croix-Rouge, franchit le poste de Izvarino[185], en Ukraine, à 8 heures du matin en direction de Lougansk. Il transporte 1 880 tonnes de vivres, des conserves, du sucre, de la farine, ainsi que des groupes électrogènes diesel. Après les premiers déchargements, le convoi a immédiatement rejoint la frontière russe.

Un troisième convoi humanitaire russe atteindra plus à l'ouest, la ville de Donetsk, le 20 septembre 2014[186]. Constitué d'environ 200 camions, le convoi livre 2 000 tonnes d'aide humanitaire: céréales, conserves, sucre, médicaments. Le déchargement d'un KamAZ prend une heure[187], les premiers véhicules déchargés ont déjà rejoint le territoire de la Fédération de Russie.

Par la suite tout au long de l'automne et de l'hiver 2014-2015 des convois humanitaires réguliers en provenance de Russie approvisionneront le Donbass, mais sans médiatisation occidentale.

Contre-offensive séparatiste en fin août[modifier | modifier le code]

Trois chars ukrainiens à un checkpoint loyaliste, dans le Donbass, 21 août 2014
Le commandant Arseni Sergueïevitch Pavlov, séparatiste pro-russe blessé en décembre. Il est le chef du Bataillon Sparta basé dans le Donbass.
Deux chars ukrainiens détruits durant la bataille dans le Donbass, en fin août.
Le commandant séparatiste pro-russe Alexander Khodakovsky, basé dans le Donbass en août.
Article détaillé : Marioupol.

Dans la dernière semaine d'août 2014, une vaste contre-attaque des insurgés met fin à l'étau de l'armée ukrainienne autour de Donetsk que les analyses occidentaux estimaient pourtant fatal à terme à l'ensemble de la rébellion[188]. La nouvelle offensive des insurgés pro-russes intègre l'ouverture d'un nouveau front en direction de la mer d'Azov et de la ville portuaire de Marioupol. Elle déstabilise fortement les militaires ukrainiens. La ville stratégique de Marioupol sera encerclée en fin de mois, et même atteinte dans ses faubourgs, le 4 septembre 2014. L'encerclement de la ville par les rebelles durera jusqu'en octobre. Puis à la suite de négociations de cessez-le-feu, les pro-russes mettront fin à l'encerclement.

Le 21 août, les insurgés reprennent la hauteur de Saour-Moguila, stratégique pour la route de Donetsk et lieu d'une bataille de la Seconde Guerre mondiale et dont l’obélisque du complexe mémorial avait été détruit par des tirs d’artillerie le 21 août[189].

Dès le 24 août, une contre-offensive séparatiste stoppe l’offensive des troupes ukrainiennes contre Donetsk et Louhansk[190]. Parallèlement, le Service national des gardes-frontières d'Ukraine annonce que des attaques à l'artillerie et au mortier sont menées depuis la Russie aux abords de la ville de Novoazovsk[191]. Andreï Pourguine, vice-Premier ministre de la république auto-proclamée de Donetsk déclare : « nous avons lancé une offensive dans la région de Marioupol, plus précisément dans le district de Novoazovsk que nous avons attaqué par l’ouest et par le nord. Nous avons infligé des pertes matérielles irréparables à l’armée ukrainienne et la destruction de leurs engins de guerre permettra à la population civile de moins souffrir des destructions qui lui sont infligées… Notre objectif majeur c’est d’encercler et de réduire à néant les bataillons de la Garde nationale ukrainienne qui sont cantonnés plus au nord… Pour cela nous devons assurer nos arrières, et nos arrières aujourd’hui se trouvent dans les secteurs de Telmanovo et de Novoazovsk[192] ».

Intervention russe suspectée[modifier | modifier le code]

2014-08-30. War in Donbass 26.JPG
À la fin d'août, devant les caméras, un colis suspect aurait été trouvé dans des véhicules fouillés par une des milices du parti Svoboda (l'Union panukrainienne, un des mouvements de l'extrême-droite ukrainienne).
Un des chefs du parti Svoboda, Oleksandr Maksymovytch Sytch a été, à Kiev, vice-Premier ministre du gouvernement Iatseniouk du 27 février au 2 décembre.

Le , Andriï Lyssenko, porte-parole militaire ukrainien déclare que des militaires russes auraient été observés en Ukraine. « Le personnel et les véhicules appartiennent à l'unité militaire 74268 de la première compagnie de parachutistes des forces aéroportées de Pskov », dans le nord-ouest de la Russie. S'y trouverait notamment la sacoche d'officier d'un commandant de peloton[193]. Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense, rétorque que « les documents militaires (...) trouvés dans ces blindés sont d'anciens formulaires qui ne sont plus utilisés (valables) depuis à peu près cinq ans ».

Le 25 août, selon la présidence de l'UE, le chef de l'État ukrainien, Petro Porochenko exprime une vive préoccupation à propos de la violation de la frontière ukrainienne par des véhicules blindés russes et par l'intention de la Russie d'envoyer une nouvelle fois un soi-disant convoi humanitaire en Ukraine[194]. Ce 25 août, les services de sécurité de l'Ukraine (SBU) annoncent dans un communiqué que des parachutistes russes ont été arrêtés 20 km à l'intérieur du territoire ukrainien avec des documents d'identité et des armes. Kiev diffuse des témoignages vidéo des parachutistes russes capturés, ce qui constitue une première preuve matérielle de la participation des forces russes dans les combats.

Le 26 août, selon Moscou, ces soldats se seraient « égarés » lors d’une patrouille le long de la frontière. Le ministère russe de la Défense reconnait qu'un groupe de soldats russes a traversé la frontière (c'est la première fois que la Russie admet la présence de soldats russes en Ukraine), mais ils l'auraient fait « par erreur », le ministère russe de la Défense prétextant que, en raison de la « mauvaise définition de la frontière entre les deux pays », ils n'auraient pas vu qu'ils pénétraient en territoire ukrainien[195],[192]. Au contraire, selon le témoignage des soldats, ils auraient été « volontairement » envoyés en Ukraine. Un soldat témoigne : « Quand on a fait exploser mon blindé j'ai commencé à avoir peur, je me suis rendu compte qu'ici c'est la guerre entre l'Ukraine et la Russie, (...) ce que raconte la télévision russe ne correspond pas à la réalité[192] ». Le même soldat ajoute qu'une compagnie entière n'aurait pas pu traverser la frontière « par accident » comme l'a affirmé une source militaire russe.

Le 27 août, selon l'état-major ukrainien, une colonne composée d'une centaine d'engins, dont des chars, des véhicules blindés de transport de troupes et des lance-roquettes multiples Grad, s'est dirigée vers le sud de la zone contrôlée par les séparatistes pro-russes[196].

Le 28 août, Barack Obama, menaçant d'adopter de nouvelles sanctions contre Moscou, déclare que « la Russie est responsable de la violence dans l'est de l'Ukraine. La violence est encouragée par la Russie »[197]. D'après l'ambassadeur des États-Unis à Kiev, la Russie, loin de se contenter de fournir à la rébellion des systèmes de défense antiaériens, type Pantsir-S1, est « directement impliquée » dans le conflit[198]. Dans le même temps, le quotidien Vedomosti se demande : « sommes-nous en guerre en Ukraine ? Si oui, sur quelles bases ? Si non, qui repose dans les tombes fraîchement creusées dans les cimetières de guerre ? », en rappelant que « le silence et les commentaires vaseux des institutions officielles ne font qu'engendrer un climat de suspicion, en rappelant les moments désagréables de l'histoire russe et soviétique ».

Alexandre Zakhartchenko, chef du bataillon « Oplot », puis 1er ministre de la République populaire de Donetsk.

Le même jour en matinée, l'ambassadeur russe auprès de l'OSCE nie toute présence de soldats de l'Armée russe[199]. Le chef séparatiste de Donetsk Alexandre Zakhartchenko explique qu'il y a en effet des militaires russes en congés qui combattent en Ukraine pour défendre leurs frères slaves[198]. Il reconnaît dans un entretien télévisé du 28 août au matin, que « 3 000 à 4 000 soldats » russes ont servi ou servent dans les rangs des insurgés. « Parmi nous se trouvent des soldats, qui, plutôt que de passer leurs permissions sur les plages, nous ont rejoints, et qui combattent pour la liberté de leurs frères[200] ».

L’OTAN confirme et précise que plus de 1 000 soldats russes combattent actuellement sur le territoire ukrainien[201] Toutefois, selon l'universitaire français Jacques Sapir, ce chiffre de 1 000 volontaires russes (additionnés aux 15 000 volontaires ukrainiens rebelles de la RPD) n'explique pas l'effondrement brutal des armées et milices loyalistes de Kiev qui représentent 50 000 hommes[202].

Intervention confirmée de volontaires russes[modifier | modifier le code]

L'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire et représentant permanent de la Russie au conseil de sécurité des Nations unies Vitali Tchourkine serre la main à Dmitry Medvedev, ex-Président de la Russie et actuel président du parti Russie unie. Il jouit d'une grande liberté de parole et s'exprime sur les grands sujets comme le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Le , Vitali Tchourkine, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire et représentant permanent de la Russie au conseil de sécurité des Nations unies déclare en séance au conseil de sécurité que « les volontaires russes ne seraient, non pas des conscrits, mais des volontaires engagés aux côtés des rebelles ukrainiens dans le Donbass ». Les volontaires se seraient regroupés, puis entrainés en Russie avant de passer la frontière ukrainienne. Ce nouveau rapport de force leur permet une contre-attaque dans le sud-est de l'Ukraine.

Le même jour, le conseil de sécurité ukrainien annonce que Novoazovsk et des villages avoisinants sont envahis par des troupes russes[203].

Les rebelles séparatistes pro-russes s'emparent de la ville de Novoazovsk[200] et se dirigent ensuite au sud en direction de Marioupol. À la suite de cette action, le gouvernement de Kiev demande a l'OTAN une aide supplémentaire, une « aide pratique » ainsi que des « décisions cruciales » de la part de l'OTAN et de l'Europe. Pour le premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, l'Ukraine a « besoin d'aide »[200].

Le 30 août, les forces rebelles prennent Telmanovo[204] et se dirigent aux abords de Marioupol, tandis que Bruxelles examine la possibilité de nouvelles sanctions contre la Russie. La porte-parole du conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, Caitlin Hayden, déclare : « nous saluons le consensus de l'Union européenne qui a montré un soutien fort de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine, et également invité à préparer de nouvelles sanctions contre la Russie qui seront examinées dans les jours prochains »[205].

Le 31 août, un échange de prisonniers a lieu entre la Russie et l'Ukraine : dix parachutistes russes contre soixante-trois soldats ukrainiens au poste-frontière de Nekhoteïevka. Les soixante-trois soldats ukrainiens sont entrés sur le territoire russe le 3 août en fuyant les combats qui opposent les rebelles pro-russes aux forces loyalistes[206]. Le même jour, les rebelles pro-russes annoncent avoir vaincu des hommes du bataillon Aidar (87 soldats) et avoir détruit trois chars dans les environs de l'aéroport de Louhansk[207]

Le 1er septembre, l'aéroport de Lougansk et ses environs sont repris pendant la contre-attaque des rebelles ukrainiens russophones qui continuent leur progression[208].

Plan de paix de septembre[modifier | modifier le code]

Le , les présidents russe et ukrainien évoquent lors d'un entretien téléphonique des idées pour sortir de la crise[209] et s’entendent sur une trêve dans l’est de l’Ukraine[210]. Kiev annonce d'abord qu'un « cessez-le-feu permanent » a été conclu, ce que Moscou nuance rapidement en indiquant ne pas remettre en cause cet accord mais ne pas pouvoir physiquement l'appliquer car déclarant ne pas être partie au conflit[209].

Cartes des frontières du plan de paix de Minsk signé le 5 septembre 2014

En ce 3 septembre, Vladimir Poutine, alors en voyage en Mongolie, propose un plan en sept points pour le règlement du conflit en Ukraine[211].

Il consiste à :

  • Mettre un terme effectif aux offensives des forces armées et milices dans le sud-est de l'Ukraine, les régions de Donetsk et Lougansk.
  • Retirer les forces armées ukrainiennes à bonne distance des agglomérations pour mettre les populations civiles hors de portée des tirs d'artillerie.
  • Mettre en place un groupe de surveillance internationale pour assurer le cessez-le-feu et la sécurité dans la zone pacifiée.
  • Exclure toute utilisation de l'aviation militaire contre les populations civiles et les zones habitées.
  • Échanger tous les prisonniers de chaque camp, sans conditions.
  • Ouvrir un couloir humanitaire pour laisser passer les réfugiés et l'aide humanitaire dans les régions du Donbass, Donetsk et Lougansk.
  • Permettre à des brigades de génie civil de réparer ou reconstruire les infrastructures et bâtiments publics à l'approche de l'hiver.

Le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk rejette la proposition de Vladimir Poutine qualifiant celle-ci de « poudre aux yeux » visant à tromper l'Occident, le véritable plan de Poutine « c'est de détruire l'Ukraine et de rétablir l'Union soviétique » ajoute-t-il[212].

Mais la diplomatie reprenant sa place dans le conflit, la présidence ukrainienne contredit son premier ministre et confirme que des discussions sont en cours[212]. Devant la forte progression des séparatistes, un protocole d'accord doit être signé dans les 48 heures.

Cessez-le-feu du 5 septembre[modifier | modifier le code]

Soldat pro-russe honoré à Donetsk, le 20 septembre 2014

Le , les représentants de la république populaire de Donetsk, de la république populaire de Lougansk et le gouvernement de Kiev signent à Minsk un protocole d'accord pour un cessez-le-feu, à partir du jour-même à 18 heures[213]. La conférence qui réunit ces trois parties[214], en présence de Mikhaïl Zourabov ambassadeur de la Russie en Ukraine, est dirigée par Heidi Tagliavini[215], diplomate suisse mandatée par l'OSCE pour accompagner le groupe de contact entre les autorités russe et ukrainienne.

Le 16 septembre, pendant le cessez-le-feu, les armées de Donetsk et celle de Lougansk ont décidé de fusionner pour former les « forces armées des États de Novorossiya »[216],[217],[218].

Violations du cessez-le-feu[modifier | modifier le code]

Une maison en feu durant la bataille dans le Donbass, en fin septembre 2014.

Le , et malgré l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, l'aéroport international de Donetsk (dernière position tenue par l'armée ukrainienne dans la région de Donetsk) devient le théâtre d'échange de tirs, faisant des dizaines de morts. Les rebelles accusent les unités ukrainiennes stationnées à l'aéroport, de bombarder le centre-ville de Donetsk.

En octobre, la ville de Marioupol est toujours encerclée par les pro-russes. La situation se stabilise néanmoins et la ville reste entre les mains des troupes loyalistes ukrainiennes, ces dernières parvenant, au cours d'âpres combats, à contenir les assauts des rebelles pro-russes. Le cessez-le-feu est finalement mis en place en fin d'octobre et met fin à l'encerclement (seulement au nord et à l'ouest de la ville). C'est un calme très relatif, souvent clairsemé d'escarmouches, qui règnera sur Marioupol jusqu'à la fin d'année 2014.

Un véhicule de l'OSCE

Reprise des combats[modifier | modifier le code]

Le 9 novembre, un convoi de l'OSCE est pris pour cible par des militaires sous uniforme ukrainien[219].

Le 24 décembre, les belligérants concluent un nouvel accord à Minsk sur un échange de prisonniers. Il commence le 26 décembre et concerne 222 rebelles pro-russes et 150 Ukrainiens[220].

Progression séparatiste en janvier-février 2015[modifier | modifier le code]

Après d'âpres et rudes combats, un char ukrainien a été détruit sur une des pistes de l'aéroport international Sergueï Prokofiev de Donetsk, le 24 décembre 2014.

Le , les forces gouvernementales effectuent de leurs positions des tirs de mortiers, de lance-grenades automatiques et de lance-missiles Grad sur l'oblast de Louhansk[221]

Le 2 janvier 2015, l'armée ukrainienne dénonce treize attaques par les forces séparatistes dans le cours de la journée. Alors que les séparatistes rapportent que les troupes ukrainiennes ont violé la trêve à plus de vingt reprises[222].
voir carte

Le 3 janvier, des éclaireurs pro-russes en costumes de camouflage pour la neige harcèlent de tirs d'armes automatiques et de grenades propulsées par fusée, les positions de la 92e brigade ukrainienne, près de Stanytsia Louhanska[223]. Le jour suivant, les séparatistes tirent avec des armes légères, des grenades propulsées par fusée, des missiles antichars et de l'artillerie sur l'aéroport de Donetsk, Nikichino, Novo Aidar, Bohdanivka et Orlov; ainsi que des roquettes « Grad » sur le village de Hnutove[224].

Le 5 janvier, le Ministère des Affaires étrangères ukrainien déclare qu'il se réunira le 9 janvier à Astana, la capitale du Kazakhstan avec les ministres des Affaires étrangères russe, allemand et français. Les dirigeants allemands et français ont exprimé des doutes sur d'éventuels résultats[225],[226]. Le lendemain, des médias ont enregistré huit violations de trêve dans la zone des mines de charbon du Donbass, à Nikyshyne et autour de l'aéroport de Donetsk[227]
voir carte

Le 7 janvier[228], les autorités séparatistes se plaignent de dix-huit violations du cessez-le-feu[229]. Le lendemain, la Russie fait passer un onzième convoi humanitaire constitué de 124 camions. Le ministère des situations d'urgence de la Russie déclare que la cargaison est constitué de 700 tonnes d'aide humanitaire pour le Donbass. Au cours des 10 précédentes missions, ce sont plus de 13 000 tonnes d'aide humanitaire qui ont été distribuées[230],[231].
voir carte

Le 9 janvier, le gouverneur de l'oblast de Louhansk Moskal déclare que les pièces d'artillerie des Ukrainiens de Kiev bombardent la région de Lougansk de manière beaucoup plus intense depuis la veille[232] et que la situation est de plus en plus tendue dans les zones de Donetsk, Lougansk et Marioupol[233]. Le jour suivant, les forces pro-russes ouvrent le feu à 34 reprises sur les positions ukrainiens : l'aéroport de Donetsk, Berezove, Bohdanivka, Avdiivka, Kamyanka, Taramtchouk, Slavne, Doslidne, Vodyane, Severne, Marinka, Tonenke, Novotroitske, Tchernoukhine, Nikichino, Nijnie, Sokolniki, Krimsky et Redkodoub sont visés[234].
voir carte

Vidéo du bombardement du 13 janvier 2015, près de Volnovakha (sud-ouest de Donetsk).
Pendant l'hiver 2014-2015, des camions surchargés de charbon sont conduits à travers le dangereux corridor de Faschivka - Debaltseve - Donetsk pour alimenter les chauffages et cuisines de la population, 15 janvier 2014

Le 11 janvier dans l'après-midi, les forces pro-russes ouvrent le feu à 41 reprises sur des positions ukrainiennes avec des armes légères, des mortiers, des grenades propulsées par fusée, des missiles antichars, les canons de chars, de l'artillerie et des roquettes Grad sur Doslidne, Tonenke, Vodyane, Pisky, Hranitne, Avdiivka, Zolote, Mirne, Orlov-Ivanivka, Nikichino, Krimsky, Redkodoub, Tchermalik, Tchernoukhine et Kryakivka. Alors que les troupes ukrainiennes lancent des offensives sur Stanytsia Louhanska et la route de Bakhmoutka, et bombardent la ville de Donetsk où deux usines et la mine de charbon « Zasyatko » sont endommagées[235]. Le lendemain, le président ukrainien annonce pour l'année 2015, l'instauration de trois nouvelles vagues de mobilisation militaire[236]. Les Nations unies alertent les médias : au total 4 800 personnes ont été tuées en Ukraine orientale, dans la période d'avril à décembre 2014[237]

Le 13 janvier, une attaque à la roquette sur un autobus transportant des civils a lieu à un barrage routier sous contrôle pro-russe et situé à 51 km au sud-ouest de Donetsk. Elle fait treize morts et une quinzaine de blessés. Les deux camps se rejettent la responsabilité du drame. Le lendemain, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon condamne l'attaque et réclame une enquête, demandant que les responsables « soient traduits en justice »[238].
voir carte

Le 15 janvier, les forces pro-russes ouvrent le feu à 129 reprises sur des positions ukrainiennes. Selon le colonel Andreï Lissenko, c'est un record pour ce début d'année. Cela montre qu'une offensive majeure est en cours[239],[240]. Sur le front Est (oblast de Lougansk), les rebelles ciblent Kryakovka, Verkhnya Vilkhova, Trehizbenka, Stanitsya Louhanska, Krimsky. Pour le front Ouest (oblast de Donetsk), les attaques sont centrées sur l'aéroport de Donetsk, et sur Pisky, Tonenke, Krasnohorivka et Bohdanivka[241]. Une partie des défenseurs loyalistes ukrainiens se sont retirés de l'aéroport de Donetsk[242]. Le Parlement européen condamne aussitôt « les actes de terrorisme et le comportement criminel commis par les séparatistes et autres forces irrégulières dans l'Est de l'Ukraine ». Il appelle à la tenue de sanctions contre la Russie jusqu'à ce que « ce pays arrête sa « politique agressive et expansionniste » »[243]. Le lendemain, l'offensive pro-russe sur l'aéroport de Donetsk continue dans la journée. Plusieurs parachutistes ukrainiens sont tués et une vingtaine blessés. Les observateurs de l'OSCE dénombrent pour les 15 et 16 janvier au total 138 violations du cessez-le feu, dont 64 menées par les forces ukrainiennes et 74 par les séparatistes[244].

Le 17 janvier, les séparatistes coupant les lignes d'approvisionnement et de commandement des militaires de Kiev, encerclent et bombardent l'aéroport de Donetsk où sont blessés plusieurs « cyborg » - surnom que se donnent les parachutistes ukrainiens défendant l'aéroport de Donetsk - [245]. Le 19 janvier, les observateurs de l'OSCE constatent des bombardements de la part des séparatistes sur Horlivka et Debaltseve. La zone couverte est d'environ 1 km2[246].
voir carte

Bien qu'en ruines, après d'intenses et longs combats, l'aéroport international de Donetsk, considéré comme stratégique, est définitivement repris par les séparatistes le 21 janvier 2015.

Le 20 janvier, les combats continuent à l'aéroport de Donetsk et reprennent dans la zone de Marioupol où le village de Zorya est touché par des roquettes d'artillerie « Grad »[247]. En cette journée, l'ONU annonce que le nombre de personnes déplacées qui ont quitté le Donbass serait évalué à un demi-million de personnes[248].
voir carte

Le 21 janvier, les forces ukrainiennes admettent avoir perdu l'aéroport de Donetsk qu'ils contrôlaient depuis 241 jours (du 26 mai 2014 jusqu'au 21 janvier 2015)[249]. Les villages de Ouglegorsk, Boulavyne et Olkhovatka, dans la poche dite de Debaltseve, sont sous un feu intense des séparatistes[250].
voir carte

Le trolleybus frappé par une bombe ou une roquette le 22 janvier, dans le quartier Bosse de la ville séparatiste de Donetsk.
Le quartier Bosse de Donetsk est dévasté depuis les bombardements ukrainiens du 22 janvier 2014.

Le 22 janvier, un porte-parole de bataillon Dnipro-2 (loyalistes) publie un rapport affirmant que des « partisans » ukrainiens ont fait sauter un train transportant du charbon vers la Russie à la gare de Krasna Mohyla, près de Sverdlovsk[251]. Le quartier Bosse de Donetsk est frappé par des bombardements. Un trolleybus est détruit : huit personnes civiles sont mortes; treize ont été hospitalisés. Les rebelles annoncent la prise du village de Krasny Partizan, où ils ont tué 4 militaires ukrainiens et fait 10 prisonniers[252]. Ce jour, l'OTAN aurait donné son « feu vert » pour créer six nouvelles bases de l'OTAN en Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Roumanie et Bulgarie[253].
voir carte

Le 24 janvier, les hostilités reprennent sur le front stratégique de Marioupol (ville portuaire du sud). Les séparatistes y lancent une offensive d'ampleur. Des tirs font trente victimes civiles et plus de 80 blessés[254]. Les autorités ukrainiennes auraient constaté des « tirs rebelles au lance-roquettes multiples Grad sur le faubourg Est de la ville ». De grandes manifestations anti-russes sont alors organisées dans toute l'Ukraine pro-loyaliste. Mais les deux ennemis s'accusent mutuellement[255],[256].

Le 26 janvier, alors qu'un pilonnage lourd continue sur la ville de Debaltseve qui est en rupture énergétique, et sur le secteur de Stanitsya Louhanska (dont la plupart des habitants ont été évacués), des colonnes blindées pro-russes tentent de traverser la rivière Donets en divers points[257],[258].
« voir carte » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2015-02-22

Le 27 janvier, les milices annoncent avoir repris la ville de Popasna et les villages de Krasny Pakhar et Lozove. Ils serait bientôt prêts à refermer la poche de Debaltseve[259] ,[260]. L'ONU annonce que de la mi-avril 2014 à la fin janvier 2015, ce sont 5 187 personnes qui ont été tuées et 11 515 personnes blessées. Les défenseurs russes des droits de l'homme annoncent le chiffre de 6242 tués[261],[262]
voir carte

Le 28 janvier, les forces armées anti-gouvernementales annoncent qu'elles ont augmenté leur zone de contrôle dans l'est de l'Ukraine d'environ 550 km2 de plus; ceci depuis le plan de paix de Minsk du début de septembre. Alors que le président ukrainien Porochenko offre au président russe Poutine et aux séparatistes pro-russes de revenir aux frontières de la zone démilitarisée et de signer un plan de paix identique à celui de Minsk[263].
voir carte

Le 29 janvier, la gare de Debaltseve est fortement endommagée par des tirs de roquettes et la ville elle-même est en rupture d'électricité, de gaz et eau (depuis la neuvième journée consécutive)[264]. Sur le front nord, l'artillerie rebellefrappe les avant-postes ukrainiens autour de Sokolniki, Krimsky, Makarove, Chtchastia, Vilkhove, Stanitsya Louhanska, Nijnie et Teplela; ceci pour le contrôle de la route Bakhmout. Plus à l'ouest, dans la région de Donetsk, Hranitne, Pisky, Opytne, Marinka et Slavne sont bombardées par les troupes pro-russes qui s'emparent finalement, en soirée, de Mikhaïlovka et de Verhnetoretske[265],[266].
voir carte

En ce dernier jour du mois de janvier, les forces pro-gouvernementales reculent encore dans le chaudron de Debaltseve. Le ministre de la Défense ukrainien Stepan Poltorak déclare lors d'une conférence de presse : « Malheureusement Debaltseve est en partie sous le contrôle de groupes terroristes »[267]. Dans le même temps, les forces de Kiev évacuent les localités de Nikichino et Ouglegorsk qui tombent dans les mains des séparatistes[268]. Et en ce 31 janvier 2015, un douzième convoi humanitaire russe de 160 camions contenant 750 tonnes d'aide (dont la moitié pour la région de Donetsk et l'autre moitié pour celle de Lougansk), entre en Ukraine[269].
voir carte

Le 1er février, les affrontements sont nombreux et durs. Le commandant Džohhar Dudajevi du bataillon Maintien de la paix, le général de brigade Issa Mounaïev meurent dans une bataille autour de la ville de Debaltseve. Le commandant Semen Semenchenko du Bataillon Donbass est blessé. Et quatre de ses subordonnés sont tués lors d'une tentative de reprise de Ouglegorsk[270],[271],[272].
voir carte

Pendant l'hiver 2014-2015, nombre de bâtiments résidentiels de Donetsk ont été bombardés par l'armée ukrainienne. Ils sont devenus inhabitables à l'image de cet immeuble situé 29 avenue du Kremlin dans le quartier d'Octobre (raïon de Kouïbychev de Donetsk). Les habitants devenus réfugiés sont ainsi obligés de s'exiler.

Le 2 février, la ville de Donetsk est pilonnée systématiquement par les forces gouvernementales[273] Le correspondant militaire Alexander Kots dit que vers 23 heures 30, l'aéroport de Donetsk a été bombardé par l'armée ukrainienne en utilisant des coquilles phosphoriques. Et que des civils sont arrivés au service médical avec des brûlures sévères. De plus, les milices pro-russes ont affirmé avoir abattu un missile balistique ukrainien Tochka-U en périphérie de Lougansk. Une partie du missile balistique serait tombée près de l'usine métallurgique Alchevsk. Les États-Unis qui fournissent déjà l'Ukraine en armement non létal, s'apprêtent à lui fournir de l'armement dit de « défense » pour une valeur de 1 milliard de dollars[274].
voir carte

Le 3 février, alors que 2 000 résidents ont été évacués de Debaltseve et Avdiivka, par deux couloirs humanitaires passant par Ouglegorsk et Debaltseve[275],[276], les Nations Unies annoncent que depuis avril 2014, ce sont 5 358 personnes qui sont mortes dans le Donbass, et 12 235 personnes ont été blessées[277].
voir carte

Tir d'un char ukrainien, dans le Donbass le 6 février 2015

Le 5 février, alors que la veille des obus ukrainiens avaient touché l'hôpital et une école maternelle à Donetsk (plusieurs civils tués)[278] ,[279], les résidents de la ville ont signalé des bombardements avec du phosphore et des obus incendiaires, par l'armée ukrainienne sur presque chaque quartier de la ville.
voir carte

Le 6 février, alors que les militaires ukrainiens sur le terrain ont indiqué que leurs troupes qui ont enduré une semaine sans réapprovisionnement, se sont retirées du village de Redkodoub (Ridkodoub) à l'ouest de Fachtchivka (poche de Debaltseve)[280], Hollande et Merkel se déplacent en Russie chez Poutine pour négocier un nouveau plan de paix. Ils se donnent jusqu'au 11 février pour préparer une nouvelle réunion à Minsk, en Biélorussie[281].
voir carte

Le 8 février, les séparatistes ont affirmé avoir supprimé la dernière résistance ukrainienne dans le secteur de la mine « Ouglegorskaïa »[282]. La localité de Kalynivka (au nord-est de Vouhlehirsk) a été aussi prise sans combat par les troupes rebelles, car les unités de l'armée ukrainienne ont reculé (comme à Redkodoub, le 6)[283]. Le même jour, le colonel Lysenko, porte-parole de l'ATO, a annoncé un « treizième convoi humanitaire russe » constitué de 175 camions[284].
voir carte

Le 9 février, les sources séparatistes annoncent avoir repris le village stratégique de Lohvynove, bloquant ainsi la route stratégique entre Debaltseve et Artemivsk. La localité de Novohryhorivka (Novogrigorevka) et la partie sud de Kamyanka sont aussi tombées[285]. Le ministre de la Défense de la République de Donetsk, Edouard Bassourine annonce peu après que 5 000 à 6 000 militaires ukrainiens sont piégés à l'intérieur de la ville encerclée de Debaltseve. Il a également indiqué que les combats se poursuivaient dans Chornukhyne et dans les faubourgs de Debaltseve[286].
voir carte

Carte de la poche loyaliste de Debaltseve (en jaune) où les combats font rage depuis le 17 janvier 2015. Ce carrefour routier et ferroviaire est hautement stratégique dans l'est de l'Ukraine.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le 10 février, alors qu'ils enclerclent complètement la ville stratégique de Debaltseve qui est maintenant isolée, les séparatistes pro-russes ont aussi bombardé et détruit le quartier général de l'armée ukrainiens à Kramatorsk, pourtant situé profondément en zone loyaliste (à 75 km de la ligne de front). En réaction, le bataillon « Azov » de l'armée ukrainienne a affirmé avoir mené une offensive réussie sur les positions séparatistes à l'est de Marioupol, où il aurait récupéré les villages de Chirokino et Sakhanka[287].
voir carte

Le 11 février, alors que les séparatistes ont repris plus de 550 km2 depuis le plan le cessez-le-feu de Minsk[288], Hollande, Merkel, Porochenko et Poutine se déplacent à Minsk en Biélorussie, pour tenter d'affiner et de signer un nouveau plan de paix bâti dans le cadre d'un règlement global[289].
En cas d'échec, le président Petro Porochenko menace de décréter la loi martiale sur l'ensemble de l'Ukraine.
voir carte.

Le 18 février 2015, la ville de Debaltseve et la poche environnante sont évacuées[290] par les forces gouvernementales ukrainiennes[291], tandis que les observateurs de l'OSCE s'apprêtent à y entrer, selon les accords de Minsk II[292]. Kiev fait état de treize militaires ukrainiens tués dans la bataille (dont ceux du bataillon Donbass) et d'au moins quatre-vingt-treize soldats ukrainiens prisonniers et quatre-vingt-deux portés disparus[293].

Avril 2015[modifier | modifier le code]

Entre le 13 et 14 avril, six soldats ukrainiens ont été tués et douze blessés dans l'est séparatiste prorusse de l'Ukraine malgré la trêve en vigueur[294].

Le 29 et 30 avril, un soldat ukrainien, un combattant rebelle et deux civils ont été tués dans la région de Lougansk et à Donetsk[295].

Mai 2015[modifier | modifier le code]

//

Échange de prisonniers et aide humanitaire et nouveaux enlèvements[modifier | modifier le code]

Le , cinq séparatistes sont échangés contre trois soldats gouvernementaux et un religieux orthodoxe[296].

Au même moment arrive de l'aide humanitaire[297].

Le , les séparatistes enlèvent un travailleur de l'ONU[298].

Le , Nadia Savtchenko est graciée et échangée par la Russie contre deux Russes emprisonnés en Ukraine, Evgueni Erofeïev et Alexandre Alexandrov, accusés par Kiev d'appartenir au service de renseignement militaire russe (GRU) et d'avoir combattu aux côtés des rebelles dans l'Est lors de la Crise ukrainienne.

Réactions à la guerre du Donbass[modifier | modifier le code]

Réactions nationales[modifier | modifier le code]

Carte de la guerre civile en Ukraine

Réactions des loyalistes ukrainiens[modifier | modifier le code]

  • Le , le président intérimaire ukrainien Tourtchinov décide de lancer une « opération anti-terroriste à grande échelle ».
  • Le 6 août, le conseiller du ministère de la défense ukrainien, Anton Guerachtchenko, déclare à la chaîne de télévision ukrainienne 112 Украина (112 Ukraine) que « 300 membres de la police de Donetsk se sont rangés volontairement du côté de la République populaire de Donetsk ». Et il admet que dans la région au moins « 10 à 15 % des membres de la police sont traîtres à l'Ukraine » et passés dans le camp pro-russe.
  • Le 25 août, le chef de l'État ukrainien élu en juin, Petro Porochenko exprime une vive préoccupation à propos d'une violation de la frontière ukrainienne par des véhicules blindés russes (Kiev affirme avoir arrêté dix parachutistes russes) et par l'intention de la Russie d'envoyer une nouvelle fois un « soi-disant » convoi humanitaire en Ukraine[194].
  • En novembre, le président ukrainien Porochenko édicte un décret ordonnant l'arrêt des services publics dans les régions de l'est contrôlées par les séparatistes pro-russes[299]. Appliqué à partir du 1er décembre[300], ce décret suspend également les versements des salaires et des pensions aux personnes résidant dans ces territoires[300]. Il prévoit également de demander à la banque centrale ukrainienne de suspendre les services bancaires destinés aux entreprises et particuliers de ces régions[301].
Manifestation des habitants de Donetsk, le 20 décembre 2014.

Réactions des séparatistes ukrainiens[modifier | modifier le code]

  • Dès avril 2014, des volontaires russes issus de mouvements nationalistes russes, déclarent défendre les populations russophones menacées par la « junte » de Kiev. Un de ces combattants russes en Ukraine déclare ainsi : « Je suis nationaliste et pour moi la priorité c’est de défendre mon peuple, les Russes… »[réf. nécessaire].
  • Le 15 août, un soldat pro-russe arrivé en Ukraine témoigne : « Quand on a fait exploser mon blindé, j'ai commencé à avoir peur. Je me suis rendu compte qu'ici c'est la guerre entre l'Ukraine et la Russie... »[réf. nécessaire]

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Les votes à l'Assemblée générale des Nations unies concernant l'intégrité territoriale de l'Ukraine, Résolution 68/262 du 27 mars 2014
Réactions par pays :
  •       - État pour une résolution pacifique du conflit.
  •       - État en faveur de l'intégrité territoriale de l'Ukraine.
  •       - État condamnant les actes russes.
  •       - État condamnant les actes russes et les interprétant comme une intervention militaire.
  •       - État soutenant l'intervention russe.
  •      - État reconnaissant les intérêts légitimes russes.
  •       - Ukraine.
  •       - Russie.

Organisations[modifier | modifier le code]

Drapeau des Nations unies ONU :

  • Le , le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a condamné la violence qui a eu lieu dans l'Est de l'Ukraine le week-end du 14 au 16 mars et a exhorté toutes les parties « à s'abstenir de toute violence et à s'engager à la désescalade et dans un dialogue national pour la poursuite d'une solution politique et diplomatique[302] ».
  • Le 27 mars, l'Assemblée générale des Nations unies adopte une résolution dénonçant le référendum en Crimée (estimant qu'il n'avait aucune validité) et l'annexion russe de la péninsule. La résolution recueille 100 voix pour, 11 voix contre et 58 abstentions, sur les 193 États membres[303].
  • Le 21 juillet, à la demande de la Russie, le Conseil de sécurité des Nations unies se réuni et adopte une résolution demandant un accès sécurisé et illimité au site de l’écrasement du vol MH17, appelant ainsi toutes les parties sur le terrain à une coopération complète dans le cadre de l'enquête internationale.
  • Le 14 janvier 2015, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon condamne le bombardement d'un bus au sud de Donetsk (zone sous contrôle des pro-russes) et réclame une enquête, demandant que les responsables « soient traduits en justice »[238].

Flag of NATO.svg OTAN :

  • Le , le Pentagone annonce envoyer six avions de combat et un avion de ravitaillement supplémentaires afin d'augmenter les quatre participant déjà à la mission Baltic Air Policing[304],[305].
  • Le 7 mars, la Turquie, membre de l'OTAN, fait décoller six de ses F-16 après qu'un avion espion russe a volé près de ses côtes au large de la mer Noire (celui-ci serait néanmoins resté dans l'espace aérien international)[306].
  • Le 10 mars, des avions Awacs de l'OTAN sont envoyés au-dessus de la Pologne et de la Lituanie pour surveiller la frontière russe (exclave de Kaliningrad[307]).
  • Le 29 août 2014, le chef de l'OTAN, M. Rasmussen déclare : « Il est désormais clair que des troupes et de l'équipement russes ont franchi la frontière. Nous appelons la Russie à cesser ses actions militaires illégales, à arrêter son soutien aux séparatistes armés et à prendre les mesures immédiates et vérifiables en vue d'une désescalade de cette crise. »
  • Le 31 août, le Frankfurter Allgemeine Zeitung affirme que l'OTAN s'apprêterait à ouvrir cinq nouvelles bases en Europe centrale et de l'Est de quatre mille hommes afin de garantir la sécurité de l'Europe contre la Russie[308],[309].

États[modifier | modifier le code]

Le secrétaire d'État des États-Unis John Kerry (2e en partant de la gauche sur la photo) lors d'une réunion avec des membres du gouvernement ukrainien à Kiev, le 4 mars 2014.
Rencontre à Milan (Italie) entre le président de la Russie Vladimir Poutine (à gauche), le président de l'Ukraine Petro Porochenko (à droite), la chancelière de l'Allemagne Angela Merkel (de dos) et le président de la France François Hollande (de face), le 17 octobre 2014.

Le 6 mars, Shivshankar Menon, conseiller à la sécurité nationale de la République indienne, appelle toutes les parties impliquées à chercher une solution pacifique à cette crise diplomatique ; questionné sur la position officielle de l'Inde sur les événements qui se déroulent en Ukraine, il déclare « nous espérons que, quels que soient les problèmes internes en Ukraine, ils puissent être résolus pacifiquement, ainsi que les problématiques plus large de réconcilier les différents intérêts impliqués, et il y a des intérêts russes ainsi que d'autres qui sont impliqués. Nous espérons qu'ils seront discutés, négociés et qu'une résolution satisfaisante de ces conflits d'intérêts sera trouvée »[310]. Le 8 mars 2014, l'Inde déclare que les « intérêts russes en Crimée sont légitimes »[311].

Le président de la République serbe de Bosnie, Milorad Dodik, déclare que le référendum organisé en Crimée est légitime[312].

Drapeau de l'Allemagne Allemagne :

  • Le , quatre jours après le référendum de Crimée du 16 mars, la chancelière allemande Merkel évoque la possibilité de davantage de sanctions de l'Union européenne contre la Russie[313], tandis que le président américain Obama annonce imposer des sanctions (en) contre vingt citoyens russes, dont des proches du président Poutine et contre la banque russe Rossiya (17e plus importante banque de Russie) en réponse à l'annexion de la Crimée. Il refait par ailleurs part du soutien de l'OTAN aux États baltes[314].
  • Le 10 juillet 2014, la ville de Siversk étant prise par l'armée ukrainienne, et la bataille de Donetsk se préparant, la chancelière Angela Merkel demande dans une conversation téléphonique au président Porochenko « une certaine retenue ».

Drapeau des États-Unis États-Unis :

  • Le , les États-Unis annoncent envoyer 12 avions et 300 personnels en Pologne en réponse vraisemblablement aux activités russes en Crimée[315],[316].
  • Le 7 avril 2014, le secrétaire d'État américain John Kerry déclare que le conflit à Kharkiv, Donetsk, Louhansk et Marioupol est une « campagne soigneusement orchestrée avec le soutien russe[318] ». La sous-secrétaire d'État, Victoria Nuland, a déclaré que les États-Unis n'ont aucun doute sur le fait que les Russes sont bien derrière les prises de contrôle de bâtiments gouvernementaux dans l'est de l'Ukraine[319].
  • Le 15 avril, Obama presse Poutine « d'user de son influence avec les groupes armés[320] ».
  • Le 28 août, Barack Obama, menaçant d'adopter de nouvelles sanctions contre Moscou, déclare que « la Russie est responsable de la violence dans l'est de l'Ukraine. La violence est encouragée par la Russie. ».
  • Le 30 août, la porte-parole du conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, Caitlin Hayden, déclare : « nous saluons le consensus de l'Union européenne qui a montré un soutien fort de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine, et également invité à préparer de nouvelles sanctions contre la Russie qui seront examinées dans les jours prochains. ».

Drapeau de la France France :

Jielbeaumadier paix ukraine 2 paris 2014.jpeg

À Paris, des manifestations pour la paix demandant l'arrêt des combats en Ukraine, les 16 mars (photo du haut) et 22 juin 2014 (en dessous).
  • Le , le ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, déclare que « lorsqu'un pays envoie des forces militaires dans un autre pays sans l'accord et contre l'accord de cet autre pays, ça s'appelle une intervention et évidemment c'est inacceptable. Si la Russie ne modifie pas en urgence son comportement, il est probable que les sanctions européennes seront renforcées. ».

Drapeau de la Russie Russie :

  • Le , le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, affirme que la Russie n'a pas l'intention d'envahir l'Ukraine orientale[321] alors que 100 000 soldats russes seraient massés près de la frontière ukrainienne, prêts à rejouer le scénario de la Crimée dans l'est du pays selon le gouvernement ukrainien[322].
  • Le 6 avril 2014, Le ministre des Affaires étrangères Lavrov explique aux médias que c'est l'Union européenne et les États-Unis, et non pas la Russie, qui se sont rendus coupables de la déstabilisation de l'Ukraine et que son pays fait tout pour promouvoir la stabilité de l'Ukraine[323]. Ces déclarations sont ressenties comme étant ironiques en Ukraine.
  • Le 8 avril, le ministère des Affaires étrangères russe déclare sur son site officiel : « Nous appelons à la cessation immédiate de tous les préparatifs militaires, ce qui pourrait conduire à une guerre civile. ». Le ministère dénonce la participation d'experts américains de la société militaire privée Greystone déguisés en soldats ainsi que de militants du groupe d'extrême droite ukrainien Pravy Sektor dans la répression des manifestations dans l'est de l'Ukraine.
  • Le 16 juin, à la suite de l'attaque de l'ambassade russe à Kiev, Alexeï Pouchkov, président de la commission des Affaires étrangères à la Douma, dit : l'« attaque du consulat général à Odessa, les insultes répétées à l'égard du président russe, les arrestations toujours plus fréquentes de journalistes russes et le refus de payer pour le gaz sont [...] une décision délibérée coordonnées avec les États-Unis. Ce sont les maillons d'une même chaîne. ».
  • Le 20 juillet, la Russie, par la voix de son président, Vladimir Poutine, demande à l'ONU qu'une enquête internationale indépendante soit diligentée, procédure qui est engagée par la réunion le 21 juillet du Conseil de sécurité des Nations unies.
  • Le 26 juillet, le directeur de l'administration des frontières russe (FSB) de l'oblast de Rostov déclare que « quarante soldats ukrainiens ont quitté leur poste et demandé la permission d'entrer dans le territoire russe afin de ne pas combattre contre leur propre peuple ».
  • Le 4 août, le ministère des Affaires étrangères russe demande sans résultat à l'OSCE, au Conseil de l'Europe, au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et à l'ONU de venir en aide aux populations du Sud-Est de l'Ukraine.
  • Le 15 août, le ministère russe des Affaires étrangères s'indigne des bombardements ukrainiens vers la frontière près d'Izvarino : « l'intensification brutale des opérations militaires dans cette région a de toute évidence pour but de couper l'itinéraire convenu avec Kiev », pour le passage du convoi humanitaire de ravitaillement, entente entre le vice-ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Riabkov, le chef des opérations du CICR en Europe et en Asie centrale Laurent Corbaz et Kiev.
  • Le 28 août, Vitali Tchourkine, représentant de la Russie à l'ONU, admet en session du Conseil de sécurité à New York que « des volontaires russes combattent dans le Donbass » et que « les États-Unis envoient eux-mêmes des dizaines de conseillers militaires a l'état-major de Kiev ».
Présence russe et déclarations de Vladimir Poutine[modifier | modifier le code]
Le président russe Vladimir Poutine s'exprime lors d'une conférence de presse le 4 mars, dénonçant les événements à Kiev comme un « coup anticonstitutionnel » et en insistant sur le fait que la Russie a le droit de « protéger ses citoyens en Ukraine ».

Le , le Président de la Russie Vladimir Poutine s'exprime lors d'une conférence de presse à propos de la situation en Ukraine et dénonce les événements à Kiev comme un « coup anticonstitutionnel ». Il insiste sur le fait que la Russie a le droit de « protéger ses citoyens en Ukraine[324] ».

Le 13 avril, Poutine rétorque à Obama qu'il devrait « user de son influence pour éviter un bain de sang dans l'est de l'Ukraine »[325].

Le 16 avril, Vladimir Poutine en appelle à l'ONU pour trouver une solution diplomatique au conflit alors que les États-Unis affirment que « le gouvernement ukrainien a la responsabilité d'assurer le droit et l'ordre et que ces provocations dans l'est de l'Ukraine créent une situation à laquelle le gouvernement doit répondre[326] ».

Le 21 août, Andriï Lyssenko, porte-parole militaire ukrainien déclare que des militaires russes auraient été observés en Ukraine. Puis le 27 août, le président ukrainien affirme que des troupes russes sont entrées en Ukraine[327]. Au Conseil de sécurité de l'ONU, les États-Unis appellent Moscou à cesser « d’alimenter le conflit ».

Le 28 août, selon le journal français Le Figaro, alors que le nombre de soldats russes présents sur le territoire ukrainien se compterait en milliers, et il serait dit à leurs familles qu'ils sont en manœuvre hors des réseaux de téléphonie mobile[198].

Le lendemain, c'est le journal français L'Express qui rapporte les propos de Lidia Sviridova et de Valentina Melnikova de l'Union des comités de mères de soldats de Russie. Valentina pense que des soldats russes sont envoyés de force en Ukraine[328] et déclare : « Poutine viole non seulement les lois internationales, la Convention de Genève, mais aussi la loi russe. Quant au commandant en chef des forces aériennes, il oblige ses hommes à combattre dans un pays étranger, l'Ukraine, quand leurs mères reçoivent des cercueils anonymes »[329]. Ella Poliakova, présidente du comité des mères de soldats de Saint-Pétersbourg, et Sergueï Krivenko, directeur du groupe « Le Citoyen et l'armée », affirment que 100 conscrits russes seraient morts près de Snijne en Ukraine. Pour Lidia Sviridova du Comité des mères de Saratov, certaines familles sont désemparées et « demandent quoi faire, avec des conscrits forcés à signer des contrats pour être envoyés à la frontière ». Par ailleurs selon le magazine français L'Express, des documents seraient signés sous la contrainte pour attester que les soldats sont volontaires[329]. Des soldats russes tués dans l'Est de l'Ukraine seraient enterrés dans des tombes anonymes[329] selon ce même magazine.

Le ministère russe de la défense, qui nie la mort de 100 soldats russes en Ukraine, parle d'un « délire […], qui mérite une attention sérieuse seulement de la part de la société des psychiatres russes »[330]. Immédiatement, le comité des mères de soldats de Saint-Pétersbourg, sous prétexte qu'il reçoit son financement de diverses ONG américaines, est classé « agent étranger » par le ministère russe de la justice[331].

Les militaires russes capturés près du village de Dzerkalny, dans les environs de Lougansk, dans le territoire ukrainien, indiquent qu'une unité entière russe est présente à sept kilomètres de leur lieu de capture. Les soldats de cette unité ne portent pas leur insigne, mais portent toutefois le même uniforme que les soldats capturés. Les numéros d'identification de leurs véhicules sont illisible car recouverts de peinture blanche[200].

Selon certains officiels militaires russes, la présence de soldats et d'armement militaire sur le territoire ukrainien serait le fait d'une « erreur »[200], mais le 28 août, Vitali Tchourkine, représentant de la Russie à l'ONU, admet en session du conseil de sécurité à New York que « des volontaires russes combattent dans le Donbass » et que, selon lui, « les États-Unis envoient eux-mêmes des dizaines de conseillers militaires a l'état major de Kiev »[332].

Le même jour, le chef de l'OTAN, M. Rasmussen déclare : « Il est désormais clair que des troupes et de l'équipement russes ont franchi la frontière. Nous appelons la Russie à cesser ses actions militaires illégales, à arrêter son soutien aux séparatistes armés et à prendre les mesures immédiates et vérifiables en vue d'une désescalade de cette crise. »[333].

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères français, déclare quant à lui que « lorsqu'un pays envoie des forces militaires dans un autre pays sans l'accord et contre l'accord de cet autre pays, ça s'appelle une intervention et évidemment c'est inacceptable. Si la Russie ne modifie pas en urgence son comportement, il est probable que les sanctions européennes seront renforcées. »[333]

Le 30 août, le ministère russe de la Défense, par la voix d'Anatoli Antonov, indique que « Moscou n’effectue pas d’opérations militaires en Ukraine »[334]. Pour lui, la présence de matériel russe sur le territoire ukrainien daterait de l’époque de l’ex-Union soviétique.

Le 31 août, Vladimir Poutine, appelle à des négociations « sur des questions d'organisation politique de la société et du système d'État dans le but de garantir d'une manière inconditionnelle les intérêts légaux des habitants du Donbass »[335]. En France, cette annonce est traduite dans certains médias comme un appel à la formation d'un État[336], ce qui est rapidement démenti[337] par le Kremlin. Les accords de Minsk II, du 12 février 2015, sont signés selon le Format Normandie (Hollande-Merkel-Porochenko-Poutine) et mettent en place un cessez-le-feu. Vladimir Poutine déclare quelques jours plus tard qu'il « espère que les autorités ukrainiennes ne vont pas empêcher les soldats ukrainiens de déposer leurs armes » à propos de l'encerclement de Debaltsevo et il ajoute que « ce qui se passe actuellement à Debaltsevo peut être expliqué et était prévisible », l'encerclement étant antérieur à la signature des accords de Minsk[338]. La ville est évacuée par les soldats ukrainiens le 18 février 2015.

Conséquences de la guerre du Donbass[modifier | modifier le code]

Victimes civiles à Lougansk, 18 juin 2014.

Victimes de la guerre[modifier | modifier le code]

  • Au , le nombre officiel de morts dans ce conflit serait « officiellement » de 375 victimes[99].
  • Au 10 juillet, selon les sources du ministère de l'intérieur ukrainien, le bilan du conflit serait de 478 morts[106].
  • Au 26 juillet, l'ONU dénombrerait au moins 1 129 personnes tuées et 3 442 blessées en Ukraine depuis la mi-avril[124].
  • Au 10 août, selon l'ONU, le nombre de victimes du conflit serait de 2 086 morts (il a presque doublé en deux semaines). En moyenne, plus de 60 personnes ont été tuées ou blessées chaque jour.

On dénombre aussi près de 5 000 blessés, dont des soldats ukrainiens, des membres de groupes armés et des civils[339].

  • Au 7 septembre, le nombre des combattants tués approcheraient les 2 000 soit :
    • 864 militaires et miliciens pro-ukrainiens seraient morts et 3 215 blessés[340].
    • et au moins 1 000 militaires et miliciens pro-russes seraient morts[8].
  • Au 31 octobre 2014, plus de 4 000 civils auraient trouvé dans le conflit.
  • Le 12 janvier 2015, les Nations unies estiment le nombre de victimes à 4 800 personnes tuées en Ukraine orientale pour la période d'avril à décembre 2014.
  • Le 27 janvier, l'ONU annonce 5 187 tués et 11 515 personnes blessées de mi-avril 2014 à la fin janvier 2015. Les défenseurs russes des droits de l'homme annoncent le chiffre de 6 242 tués.
  • Le 3 février, les Nations Unies rectifient le nombre de tués à 5 358 personnes. En seulement une semaine, le nombre de blessés passe de 11 515 personnes à 12 235 personnes, soit près de 100 blessés par jour.

Mort de journalistes[modifier | modifier le code]

La représentante de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) pour la liberté des médias, Dunja Mijatović s'inquiète du sort de plusieurs journalistes russes.

Plusieurs journalistes sont tués pendant le conflit, comme Andrea Rocchelli, journaliste italien, et Andreï Mironov, journaliste russe et militant de l'association « Memorial » tués par un tir de mortier le 25 mai 2014. Leur photographe français, William Rouguelin est blessé par balles.

Le , Igor Korneliouk, journaliste russe d'origine ukrainienne, correspondant de la chaîne d'État Rossiya 24, ainsi que ses deux opérateurs, Anton Volochine et Victor Denissov, sont tués par un tir de mortier de l'armée ukrainienne, près de Louhansk[341], ce alors même qu'ils avaient tous des gilets portant l'inscription médias. Le président Porochenko promet une enquête[342].

Le 30 juin, un journaliste russe de la chaîne Perviy Kanal est tué par balles alors qu'il effectuait un reportage avec les rebelles aux abords d'une unité militaire ukrainienne[343].

Le 5 septembre, le reporter-photographe russe Andreï Stenine, de l'agence Rossia Sevodnia (« Russia Today »), est enterré à Moscou[344]. Porté disparu depuis le 5 août 2014, il semblait dans un premier temps qu'il était détenu par les services secrets ukrainiens selon une déclaration d'Anton Guerachtchenko, conseiller du ministère de la défense ukrainien dans un entretien à la radio lettone Baltkom, le 12 août 2014[345]. La représentante de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) pour la liberté des médias, Dunja Mijatović, avait alors appelé à sa libération. Toutefois, à la suite d'une enquête menée par la Russie dès la mi-août, il est finalement apparu que ce dernier avait été tué lors de combats entre forces ukrainiennes et rebelles pro-russes près de Donetsk alors qu'il circulait en voiture[346],[347].

Plusieurs journalistes ukrainiens sont assassinés, notamment le 16 avril 2015 à Kiev, le journaliste « pro-russe » Oles Bouzina, qui s'est plusieurs fois prononcé en faveur de la paix entre les deux pays, et ce moins de vingt-quatre heures après l'assassinat du député « pro-russe » Oleg Kalachnikov[348].

Wassil Slipak[modifier | modifier le code]

Wassyl Slipak chantant à l'Institut Culturel Ukrainien de Paris le 27 juin 2014.

Le chanteur d'opéra ukrainien Wassyl Slipak est tué au front par un sniper le 29 juin 2016, près de Louhansk. Il avait vécu 19 ans en France et avait été soliste à l'Opéra Bastille, avant de rejoindre le 7e bataillon du Corps de Volontaires Ukrainiens (DOuK, Secteur droit)[349], [350], [351].

Lyssytchansk détruit, 4 août 2014.
Maison détruite dans le Donbass, 13 décembre 2014.

Utilisation d'armes mortelles prohibées[modifier | modifier le code]

Le , dans un de ses rapports Human Rights Watch a accusé les forces gouvernementales, les milices pro-gouvernementales et les insurgés de l'utilisation incriminée de roquettes non guidées sur des zones peuplées. En est résulté un nombre important de morts parmi les civils. Dans son rapport, cette organisation de défense et protection des droits humains a souligné que l'utilisation indiscriminée de ces roquettes sur des zones peuplées viole le droit international humanitaire ou les lois de la guerre, et peut constituer un crime de guerre[352].

Le 6 août, le commandant du 1er bataillon de la 72e brigade mécanisée, Ivan Boïtenko, ainsi que ses subordonnés les majors Alexandre Potapov, Alexandre Okhrimenko, Vitaly Doubniak, sont arrêtés pour avoir ouvert le feu sur le territoire russe et « avoir enfreint l'article 356 (ch. 34) du code pénal de la Fédération de Russie » portant sur l'« emploi de moyens et de méthodes de conduite de guerre interdits ». Puis quatre jours plus tard, ces hommes sont renvoyés aux autorités ukrainiennes.

Le 14 août, Washington, par la voix de Mary Haft, du département d'État, demande à Kiev de « ne pas utiliser d'armement lourd contre la population civile du Donbass ».

Outre du pilonnage de plus en plus lourd sur des zones civiles (à partir de la fin janvier 2015), l'aéroport de Donetsk perdu par Kiev a été bombardé par des militaires ukrainiens qui ont utilisé des coquilles phosphoriques (au début de février). L'armée ukrainienne a ensuite procédé à des bombardements avec du phosphore et des obus incendiaires sur la ville de Donetsk, ainsi que des missiles balistiques ukrainiens Tochka-U (dont un est tombé en banlieue de Lougansk).

Le , le journaliste Pierre Avril du journal le Figaro confirme : « Aux mains des séparatistes pro-russes, la ville [Donetsk] dépeuplée est sous le feu de l'artillerie du gouvernement central » (de Kiev).

Violations des droits de l'Homme[modifier | modifier le code]

Le , le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme publie un rapport sur la situation des droits de l'homme en Ukraine. Ce texte évoque « une détérioration alarmante » de ces derniers dans le Donbass ainsi qu'en Crimée, prenant plusieurs exemples de meurtres, tortures, enlèvements et intimidations dont ont été victimes certains individus[353] des deux côtés.

Le 8 septembre, lors d’une rencontre avec le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, le secrétaire général d'Amnesty International Salil Shetty exhorte le gouvernement ukrainien à mettre fin aux atteintes aux droits humains et aux crimes de guerre commis par les bataillons d’engagés volontaires agissant aux côtés des forces armées ukrainiennes régulières[354].

Arrestations arbitraires[modifier | modifier le code]

  • Dès mars 2014, Anton Davidtchenko, leader du groupe communiste marxiste-léniniste Borotba à Odessa est arrêté[355].
Ukrainiens pro-russes[modifier | modifier le code]
  • Le , Pavel Goubarev, « gouverneur du peuple » autoproclamé de Donetsk est emprisonné[356], libéré ensuite en échange d'agents du Service de sécurité d'Ukraine (SBU);
  • Le 13 mars, Alexandre Kharitonov, chef de l'organisation « Garde de Louhansk » est arrêté[357] ;
  • Le 22 mars, Mikhaïl Tchoumatchenko, chef de la « Milice populaire Donbass » est emprisonné[358] ;
  • Le 3 avril, Robert Donya, « adjoint du gouverneur du peuple » de Donesk est emprisonné[359] ;
  • Le 4 avril, Dmitri Kouzmenko, « maire du peuple » autoproclamé de Marioupol est emprisonné[360] ;
  • Le 23 avril, plusieurs Ukrainiens ont également été arrêtés par les milices pro-russes[361].
  • Au début de mai, la maire de Sloviansk, Nelia Chtepa, a été déposée, fait prisonnière par des milices pro-russes avant de réapparaître le 9 mai au défilé de la Victoire de Sloviansk pour s'installer ensuite à Kiev. Finalement, elle est arrêtée le 11 juillet 2014 par les forces du ministère de l'intérieur d'Ukraine et convoyée pour son incarcération en attente de procès à Kharkiv avec d'autres personnes soupçonnées d'« atteinte à l'intégrité du territoire de l'Ukraine »[362].
  • Le 10 juin, Viatcheslav Ponomarev qui s'est proclamé maire de Sloviansk le 25 avril[363] est déposé le 10 juin par le colonel Strelkov, commandant des forces séparatistes de Sloviansk, pour être remplacé le 13 juin par Vladimir Pavlenko.
  • Le 3 août, Elena Blokha, journaliste à la Gazette municipale de Donetsk, est emprisonnée et détenue depuis alors qu'elle tentait de passer en Crimée[364].
Citoyens russes[modifier | modifier le code]
Autres citoyens du monde[modifier | modifier le code]
  • Le , Beness Aijo, citoyen britannique d'origine lettone, membre du Parti national-bolchevique et de L'Autre Russie, est arrêté à Donetsk pour « préparation d'un coup d'État visant à renverser le gouvernement et porter atteinte à l'intégrité territoriale de l'Ukraine ». Auparavant, Aijo avait déclaré qu'il était venu en Ukraine pour « protéger les Russes du bandérisme ».
  • Le 21 avril, le journaliste américain Simon Ostrovsky est emprisonné (du 21 au 24 avril[368])

Enlèvements et actes de torture[modifier | modifier le code]

Un séparatiste détenu par des soldats ukrainiens, le 30 juillet 2014

Le , l'ONG Amnesty International publie un rapport dénonçant les rapts et actes de tortures commis par des militants pro-russes à l'encontre des partisans de l'unité ukrainienne. Bien qu'il soit difficile de donner un chiffre exact concernant le nombre d'enlèvements, il rappelle que le ministère de l'Intérieur ukrainien fait état de 500 enlèvements lors des trois derniers mois[369].

Quelques semaines plus tard, Amnesty International publie cette fois un rapport (du 6 août) qui dénonce l'impunité dont bénéficient les groupes d'autodéfense loyalistes pro-Kiev, notamment celui dirigé par Liachko, lesquels pratiquent des enlèvements et des tortures et se filment durant leurs méfaits[370].

Le 13 juillet, Sergueï Doglov, journaliste ukrainien aux positions pro-russes, porté disparu depuis le , date de son enlèvement à Marioupol par des hommes armés et cagoulés, est retrouvé mort à Dnipropetrovsk[371],[372]. Ce dernier aurait été, selon Dunja Mijatović, détenu par le Service de sécurité d'Ukraine[373]. Mi-août 2014, un journaliste français d'origine russo-ukrainienne (favorable aux insurgés), Youri Yourtchenko, est enlevé par des milices de Kiev[374].

Le 12 août, un journaliste russe de l'agence de presse RIA Novosti est enlevé alors qu'il relatait les événements en Ukraine[375]. La fédération internationale des journalistes a exprimé sa profonde inquiétude concernant cet enlèvement[376].

Le 22 août, le ministre des Affaires étrangères lituanien, Linas Linkevičius annonce via son compte Twitter que le consul honoraire Mykola Zelenec a été kidnappé puis tué à Louhansk, selon lui par des séparatistes[377].

Le 29 août, le député russe Lev Schlossberg est attaqué et blessé à la tête et aux yeux par trois inconnus, alors qu’il enquêtait sur la présence de soldats russes en Ukraine, après avoir assisté aux funérailles secrètes de soldats russes supposément tués en Ukraine[378].

Crimes de guerre[modifier | modifier le code]

Le 3 avril 2015, Arseni Pavlov (« Motorola ») affirme avoir tué quinze prisonniers de guerre ukrainiens[379].

Périls humanitaires[modifier | modifier le code]

Une femme à l'intérieur de sa maison bombardée, septembre 2014.
Un quartier détruit de Kourakhove (région de Donetsk) ; le 26 novembre 2014.

Conditions de vie dans les villes assiégées[modifier | modifier le code]

De nombreux témoignages font état de conditions de vie déplorables dans les villes où séparatistes et militaires ukrainiens s'affrontent.

Au début d'août 2014, il n'y avait plus ni eau, ni électricité, ni téléphone à Louhansk. De même, la plupart des magasins seraient fermés et les pensions et salaires ne seraient plus versés[380]. Trois polycliniques et quatre hôpitaux municipaux ont été partiellement détruits par les combats[381]. En outre, en raison de l'étau de l'armée ukrainienne, les habitants rapportent que les allers-retours en ville sont devenus périlleux[382].

Le 6 août, dans le centre de Louhansk, une église a été la victime de tirs d'artillerie de l'armée ukrainienne, l'endommageant fortement[383]. L’artillerie ukrainienne ne se livrerait toutefois pas au pilonnage de la ville entière et aurait concentré ses tirs sur les quartiers périphériques de la gare et Petrovski au sud, là ou se trouve la ligne de front[384].

Le 7 août, la mairie de Donetsk avertit que 300 000 personnes ont déjà quitté la ville à cause des combats[385].

Le 9 août, après la prise de Krasnyï Loutch par les forces loyalistes, Alexandre Zakhartchenko de Associated Press, affirme dans la soirée que « le groupe de combattants Donetsk-Horlivka de la Nouvelle Russie est entièrement encerclé » et que ses troupes sont prêtes à accepter un cessez-le-feu dans le but d'éviter une catastrophe humanitaire.

Le 13 août, le CICR informe les autorités internationales que des « milliers de personnes sont privées d'accès à l'eau potable, aux médicaments et à l'électricité » en raison de l'encerclement de Donetsk par les forces régulières de Kiev.

Le 18 août, les autorités de Louhansk mettent en garde contre la propagation de maladies infectieuses dues à l'absence d'eau courante et à l'accumulation des ordures, non-ramassées à cause du conflit[386]. Donetsk connaît des pénuries alimentaires ainsi que de médicaments faute d'approvisionnement[387].

Le 3 septembre, le Protocole de Minsk prévoit d'ouvrir un couloir humanitaire pour laisser passer les réfugiés et l'aide humanitaire dans les régions du Donbass, Donetsk et Lougansk. Mais les violations de cessez-le-feu de la part ne permettent pas d'ouvrir ce corridor à partir des villes assiégées par les loyalistes de Kiev, pour laisser passer les réfugiés dont les habitations ont été détruites.

Réfugiés de guerre[modifier | modifier le code]

Résidents de la ville de Yassynouvata dans un refuge improvisé contre les bombardements, 24 septembre 2014.
Des enfants de Donetsk sont réfugiés dans un abri souterrain, 6 janvier 2015.

À la mi-juin 2014, près de vingt mille personnes se sont déjà réfugiées en Russie (principalement dans la région de Rostov-sur-le-Don) et d'autres dans d'autres régions d'Ukraine. Cependant, les habitants des villes assiégées ne peuvent en sortir, faute de couloir humanitaire. Rien que pour les seuls vingt-quatre heures du 16 au 17 juin 2014, le ministère de la Défense ukrainien, par la voix de son porte-parole, Vladimir Tchepovoï, reconnaît que les forces gouvernementales ont tué 80 insurgés[388] autour de Louhansk.

Au début d'août, et d'après le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), entre janvier 2014 et le début d'août 2014, 168 000 personnes se sont réfugiées en Russie et environ 117 000 personnes ont été déplacées, dont 102 600 de Louhansk et Donetsk, et 15 200 de Crimée[389]. Pour leur venir en aide et afin de prévenir l'hiver approchant, il recommande au gouvernement ukrainien de mettre en place en urgence un registre des migrations internes. Il rappelle en outre que la Russie a comptabilisé 730 000 Ukrainiens arrivés sur son territoire depuis le début de l'année, ces derniers ayant profité du régime d'exemption de visa mis en place avec l'Ukraine[390].

Le 17 août, les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) constatent que 55 bus, remplis de civils fuyant les zones de combat du Donbass, attendent au poste frontière de Kherson, près de Tchonhar, afin de pouvoir se rendre en Crimée[391].

Le 2 septembre, selon le journal français Le Monde, le conflit en Ukraine aurait fait près de 500 000 déplacés du Donbass[4] Le 20 janvier 2015, l'ONU évalue à plus d'un demi-million, le nombre de migrants qui ont quitté l'oblast de Donetsk (4,37 millions d'habitants en 2013) et l'oblast de Louhansk (2,25 millions d'habitants en 2013), soit environ 7,5 % de leur population totale[248].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) OSCE, « Statement by the Delegation of Ukraine at the 805-th FSC Plenary Meeting », sur osce.org,‎
  2. (en) RTL avec l'AFP, « Ukraine : la TV russe évoque la présence de soldats », sur rtl.fr
  3. « Ukraine: plus de 4000 morts dans le conflit », sur Le Figaro
  4. a et b « Ukrainien : plus d'un demi-million de civils ont fui la zone de combat », sur Le Monde
  5. Ukraine: plus de 9.000 morts depuis le début du conflit, AFP, 9 décembre 2015.
  6. (uk) « Книга пам'яті загиблих », Herman Shapovalenko, Yevhen Vorokh, Yuriy Hirchenko (consulté le 31 janvier 2015)
  7. (en) Olena Goncharova, « Over 2,600 Ukrainian servicemen killed, around 9,000 wounded since Feb 2014 », Interfax,‎ (lire en ligne)
  8. a et b (ru) « На территории Украины официально подтверждено задержание 25 диверсантов - Смешко », sur unian.net,‎ .
  9. a et b Michael Segalov, Russia 'accidentally reveals' number of its soldiers killed in eastern Ukraine, The Independant, 26 août 2015.
  10. (en) « Armed pro-Russian insurgents in Luhansk say they are ready for police raid », Kyiv Post, 12 avril 2014.
  11. (en) « Ukraine leader asks for UN peacekeepers in restive east of country », Yahoo! News, 14 avril 2014.
  12. (fr) « En Ukraine, l'est ne reconnaîtra jamais les nouvelles autorités », sur Le Monde.fr (consulté le 23 février 2014).
  13. « Ukraine : la Rada abroge la loi sur le statut du russe », sur RIA Novosti,‎ .
  14. « En Crimée, bastion pro-russe : “Kiev a été prise par des fascistes” », LeMonde.fr, 25 février 2014 ; consulté le 26 février 2014.
  15. Prise de contrôle de l'aéroport de Simferopol, source : dépêche de l'agence Interfax Ukraine.
  16. « Des manifestations pro-russes massives dans l'est de l'Ukraine », lemonde.fr, 1er mars 2014.
  17. (en) « New head of Ukraine's navy 'defects' in Crimea », sur BBC (consulté le 4 mars 2014).
  18. 2
  19. Source : Communiqué du Parlement de Crimée cité par Radio Canada le 6 mars 2014
  20. a et b (en) Pro-Moscow activists proclaim Ukraine city ‘Donetsk people’s republic’, The Irish Times, 7 avril 2014
  21. (en) Russia warns of civil war if Ukraine uses force to quell eastern revolt, CNN, 8 avril 2014
  22. « Des mercenaires en Ukraine », sur Le Monde,‎ .
  23. Philippe Chapleau, « Academi, peut-être en Ukraine, certainement en Afghanistan », sur Ouest-France,‎ (consulté le 18 juillet 2014).
  24. Ria novosti, 7 août 2014
  25. « Sikorski and Dziewulski: The Strategy and Tactics of the Neo-Commonwealth » (consulté le 26 juillet 2015)
  26. « Poland calls for end to 'Polish mercenaries in Ukraine' reports » (consulté le 26 juillet 2015)
  27. « Donetsk militia take Polish mercenaries captive » (consulté le 26 juillet 2015)
  28. (fr)Ukraine : Kiev achètera des blindés pour son opération dans l'est du pays, RIA Novosti, 18 juin 2014.
  29. a et b RIA Novosti, Ukraine : l'UE lève l'embargo sur le matériel militaire, dépêche du 2 août 2014
  30. La voix de la Russie
  31. a et b « Blindés pour Kiev : la Hongrie viole ses engagements internationaux (Moscou) », sur RIA Novosti,‎ .
  32. (ru) Article du 2 février 2015
  33. Le Figaro : « des voix s'élèvent à l'ouest pour armer l'Ukraine », 2 février 2015, p. 2
  34. Trois cents parachutistes américains vont entraîner des soldats ukrainiens, lemonde.fr, 17 avril 2015
  35. « "Forte probabilité" d'une intervention russe en Ukraine selon l'Otan », sur 11/08/2014,‎
  36. « Pour les Occidentaux, « il est évident » que des soldats russes sont en Ukraine », sur LeMonde,‎ (consulté le 18 septembre 2014)
  37. « Ukraine : 4000 soldats russes à la frontière », sur LeFigaro,‎ (consulté le 18 septembre 2014)
  38. « Moscou reconnaît la présence de soldats russes en Ukraine », sur nouvelobs.com,‎ (consulté le 18 septembre 2014)
  39. AFP : Menacée de nouvelles sanctions, la Russie nie avoir des troupes en Ukraine
  40. a et b « Le "Russian jihad" ou ces combattants russes partis faire la guerre en Ukraine », sur france24.com,‎ (consulté le 31 août 2014).
  41. (en) Maria Tsvetkova, Richard Balmforth, « Ukraine threatens to retake territory from defiant rebels », sur Reuters,‎ (consulté le 18 juin).
  42. Reuters, « Un hélicoptère ukrainien abattu par les rebelles, 14 morts », sur Capital,‎ (consulté le 18 juin 2014).
  43. Le Temps
  44. Ria Novosti
  45. (en) Armed pro-Russian extremists launch coordinated attacks in Donetsk Oblast, seize regional police headquarters, set up checkpoints, Kyiv Post, 12 avril 2014
  46. (en) Ukraine says Russia stoking unrest as gunmen seize more buildings, Reuters, 12 avril 2014
  47. (en) Ukraine gunmen seize buildings in Sloviansk, BBC News, 12 avril 2014
  48. (en) Ukraine crisis : President vows to fight pro-Russia forces, BBC News, 14 avril 2014
  49. (en) Ukraine crisis: Pro-Russian attack in Ukraine's Horlivka, BBC News, 14 avril 2014
  50. (uk) Парубій: Українські спецслужби затримали офіцерів ГРУ, які діяли в Україні, Pravda.com.ua, 14 avril 2014
  51. (en) Ukraine crisis: UN meeting told Russia is massing 40,000 troops on the border, The Telegraph, 14 avril 2014.
  52. (en) Satellite images reveal Russian military buildup on Ukraine's border, The Guardian, 10 avril 2014.
  53. « Ukraine : un navire américain “provoqué” par un avion de combat russe », BFM TV, 14 avril 2014
  54. (en) Russian jet makes “provocative and unprofessional” pass at USS Donald Cook, CBS News, 14 avril 2014.
  55. La France déploie la frégate Dupleix en mer Noire, Le Courrier de Russie, 14 avril 2014.
  56. (en) Ukraine says Donetsk 'anti-terror operation' under way, BBC News, 15 avril 2014
  57. (en) Shots Fired As Troops Land At Ukraine Airport, Sky News, 16 avril 2014
  58. Démonstration de force des pro-russes à la veille d'une réunion sur l'Ukraine, Le Figaro, 15 avril 2014
  59. Kramatorsk : les soldats ukrainiens passent du côté des milices populaires, La Voix de la Russie, 16 avril 2014
  60. (en) « Ukraine crisis: Military vehicles 'seized' in Kramatorsk », sur BBC News,‎ .
  61. L’aérodrome de Kramatorsk repris par l’armée ukrainienne, Euronews, 15 avril 2014
  62. (en) « Oleksandr Turchynov instructed to disband the 25th airborne brigade servicemen of which demonstrated cowardice and laid down their weapons », sur president.gov.ua,‎ .
  63. (en) « The Ukrainian Army Is Crumbling Before Putin », sur thedailybeast.com,‎ .
  64. (en) Ukraine Deploys Military as Russia Evokes Specter of Civil War, Yahoo! Finance, 15 avril 2014.
  65. Ukraine : des troupes russes à la frontière « en raison de la situation », Le Parisien, 18 avril 2014
  66. (en) Eastern Ukraine militants snub Geneva deal on crisis, BBC News, 18 avril 2014
  67. UKRAINE. Les pro-russes continuent d'ignorer l'accord de Genève, Le Nouvel Observateur, 19 avril 2014
  68. Ukraine : pas de nouvelles sanctions contre Moscou avant jeudi, BFMTV, 15 avril 2014
  69. Ukraine : les États-Unis préparent "activement" de nouvelles sanctions contre la Russie, RTL Info, 16 avril 2014
  70. (en) « Ukraine recaptures two airborne combat vehicles on eve of truce », sur Kyiv Post,‎ .
  71. (uk) « Українські військові переконали екстремістів повернути ще 4 БМД », sur Pravda Ukraine,‎ .
  72. (en) « Ukraine crisis: Kiev calls Easter truce in east », sur BBC News,‎ .
  73. « Ukraine : au moins un mort dans une fusillade à Sloviansk », sur Le Monde,‎ .
  74. Adrien Jaulmes, « Ukraine : les pro-russes rejettent l’appel de Genève », sur Le Figaro,‎ 19 / 20 avril 2014.
  75. « Dans l'est de l'Ukraine, les manifestants abandonnent la rue aux gros bras », sur lemonde.fr,‎ .
  76. « Dans l'Est de l'Ukraine, le maire de Kharkiv grièvement blessé », sur lemonde.fr,‎ .
  77. « En Ukraine, des symboles de l'État pris d'assaut dans l'Est », sur lemonde.fr,‎ .
  78. « Les pro-russes prennent la ville de Louhansk », sur nouvelobs.com,‎ .
  79. Le Vif Belgique, Ukraine : deux militaires tués
  80. Article dans Marianne, Pourquoi le massacre d'Odessa a-t-il si peu d'écho dans les médias ?, 6 mai 2014
  81. Une vidéo montre le début de l’incendie mortel d’Odessa, rue89.nouvelobs.com, 3 mai 2014
  82. Poutine, la Russie et les médias français : le coup de gueule de Vladimir Fédorovski, entretien, lefigaro.fr, 8 mai 2014
  83. Combats meurtriers dans le sud-est de l'Ukraine, lefigaro.fr, 9 mai 2014
  84. LeMonde.fr, 12 mai 2014
  85. (en) Agence Reuters, Article du 17 mai 2014
  86. Les séparatistes abattent un hélicoptère de l'armée, 12 morts, lenouvelobs.fr, 29 mai 2014
  87. (en) Ukrainian official: Russian tanks have entered the country, CNN, 13 juin 2014.
  88. (en) Russia Sent Tanks to Separatists in Ukraine, U.S. Says, The New York Times, 13 juin 2014.
  89. Le Point, Article du 13 juin 2014
  90. Piotr Smolnar, Le Monde, article du 17 juin 2013, p. 5
  91. (es) Opération militaire à Marioupol : des membres de l'autodéfense sont tués
  92. Le Figaro international, L'ambassade de Russie attaquée à Kiev, article du 14 juin 2014
  93. (ru) ITAR-TASS, Article du 15 juin 2014
  94. (ru) ITAR-TASS, Article du 15 juin 2014
  95. (ru) (en) ITAR-TASS, Article du 14 juin 2014
  96. (en) ITAR-TASS, Ukraine's military continues shelling cities in Donetsk, Luhansk regions, article du 17 juin 2014
  97. Le Monde, 17 juin 2014, p. 5
  98. (en) Russia, Ukraine on way to serious conflict, ITAR-TASS, 17 juin 2014
  99. a et b Le Figaro, article du 23 juin 2014, p. 6
  100. (ru) ITAR-TASS, Article du 22 juin 2014
  101. (es) Minuto a minuto: Además de la guerra civil, Ucrania le apuesta a la guerra del gas
  102. Pierre Avril, Le Figaro, « Face aux rebelles, Kiev reprend les armes », 2 juillet 2014, p. 7
  103. (ru) Ukraine : l'armée reprend le contrôle d'Artëmovsk et de Droujkovka, RIA Novosti, 6 juillet 2014.
  104. (ru) Олег Царев: в Славянске проводятся аресты всех мужчин в возрасте от 25 до 35 лет, ITAR-TASS, 6 juillet 2014.
  105. Le Monde, « La bataille de Donetsk se prépare », 11 juillet 2014, p. 2
  106. a et b (uk) « МОЗ: в зоні АТО загинули 478 осіб », sur forbes.ua,‎ .
  107. (ru) « Меркель призвала Порошенко соблюдать соразмерность в спецоперации на востоке Украины », sur ITAR-TASS,‎ .
  108. « Ukraine : la guerre aux portes de Donetsk », sur Le Figaro,‎ .
  109. « Ukraine : des milliers d'habitants fuient Donetsk », sur Le Point,‎ .
  110. Maps of the Crash of Malaysia Airlines Flight 17 // The New York Times, 17.07.2014
  111. Final report MH17
  112. Final report MH17
  113. « Un avion malaisien s'écrase en Ukraine », sur Tribune de Genève,‎ (consulté le 17 juillet 2014).
  114. « Un Boeing s'écrase, peut-être abattu par un missile en Ukraine : au moins 4 Français tués », sur LCI,‎ (consulté le 17 juillet 2014)
  115. Crash MH17, TV5 Monde, 21 juillet 2014.
  116. n. c., « Ukraine. Kiev accuse la Russie d'avoir abattu ses deux avions », Ouest-france.fr,‎ ([www.ouest-france.fr/ukraine-kiev-accuse-la-russie-davoir-abattu-ses-deux-avions-2717469 lire en ligne]).
  117. (en) Kiev says Russia shot down Ukrainian jet, Sky News, 17 juillet 2014.
  118. « Crash en Ukraine: les boîtes noires révèlent une "décompression" liée à une forte explosion », sur bfmtv.com,‎ (consulté le 28 juillet 2014)
  119. (en) « 10 more questions Russian military pose to Ukraine, US over MH17 crash », sur rt.com,‎ (consulté le 28 juillet 2014)
  120. (en) « Malaysian Boeing disaster – Russia’s questions to Ukraine », sur rt.com,‎ (consulté le 28 juillet 2014)
  121. (en) MH17 Crash, Onderzoeksraad Voor Veiligheid, , 279 p. (lire en ligne), p. 153-253.
  122. « Ukraine : les miliciens ont quitté Lissitchansk », sur La Voix de la Russie,‎ .
  123. « Ukraine : La ville de Lyssytchansk reprise aux séparatistes », sur 20 minutes,‎ .
  124. a et b Plus de 1100 morts en Ukraine depuis mi-avril, Le Figaro, 28 juillet 2014.
  125. « Deployment of OSCE observers to the Russian Federation one element to de-escalate situation, Chair says, calling for further and broader measures to follow suit »,‎ (consulté le 9 août 2014)
  126. (ru) Погранслужба ФСБ: более 40 украинских военных покинули свои части, RIA Novosti, 26 juillet 2014.
  127. Ukraine : les pro-russes perdent du terrain, Le Figaro, 28 juillet 2014
  128. Intenses combats dans l'est de l'Ukraine, 19 civils tués, Le Figaro, 29 juillet 2014.
  129. Ukraine : tirs d'artillerie à Donetsk, Le Figaro, 29 juillet 2014.
  130. Ukraine : 13 civils dont deux enfants tués, Le Figaro, 27 juillet 2014.
  131. (en) « Youtube - CNN 2014 07 29 Ballistic missiles Ukraine »,‎ (consulté le 1er août 2014).
  132. (en) Ukraine conflict: Army claims strategic town in Donetsk, BBC News, 30 juin 2014
  133. « Ukraine MH17: Forensic scientists reach jet crash site », BBC News,‎ (lire en ligne)
  134. « Au moins 10 soldats ukrainiens morts dans des combats », sur Euronews,‎ .
  135. (en) « Weekly update from the OSCE Observer Mission at the Russian Checkpoints Gukovo and Donetsk, for the period 30 July – 5 August 2014 », OSCE,‎ .
  136. (en) « Spot report by the OSCE observer mission at the Russian checkpoints Gukovo and Donetsk, 3 August 2014 »,‎ .
  137. « Ukraine : l’OSCE a confirmé le pilonnage du poste-frontière de Goukovo », sur La Voix de la Russie,‎ .
  138. (ru) 12 украинских военных сложили оружие и перешли границу с РФ, ITAR-TASS, 3 août 2014.
  139. (ru) Украинские военные попросили убежища в России, Interfax, 3 août 2014.
  140. (ru) Sloutski : la Fédération de Russie est prête à accueillir les soldats ukrainiens ne souhaitant pas combattre contre leurs concitoyens, ITAR-TASS, 4 août 2014.
  141. (ru) 180 украинских военнослужащих отправлены на Украину из Ростовской области, Interfax, 4 août 2014.
  142. (ru) Le SNBO a compté 311 soldats ukrainiens sur le territoire russe, Interfax, 4 août 2014.
  143. Le Figaro et Reuters, « Ukraine : l'armée appelle les civils à fuir », Le Figaro,‎ (consulté le 14 août 2014).
  144. « L’armée ukrainienne concentre des systèmes Ouragan près de Donetsk », sur La Voix de la Russie,‎ .
  145. AFP, « Ukraine : intenses combats et tirs à Donetsk », Le Figaro,‎ .
  146. Anatolii Stepanov, AFP, « Les forces armées ukrainiennes resserrent leur étau sur Donetsk », sur France 24,‎ .
  147. (ru) Около 200 украинских военнослужащих, перешедших границу с РФ, отправлены на Украину, ITAR-TASS, 6 août 2014.
  148. (ru) Kiev confirme le retour de 48 soldats du territoire russe, Interfax, 8 août 2014.
  149. (en) « Latest from OSCE Special Monitoring Mission (SMM) to Ukraine based on information received as of 18:00 hrs, 6 August 2014 », OSCE,‎ .
  150. (ru) Советник главы МВД Украины: в Донецке 300 сотрудников милиции перешли на сторону ДНР, ITAR-TASS, 6 août 2014.
  151. (ru) Arrestation de cinq militaires ukrainiens, ITAR-TASS, 8 août 2014.
  152. AFP, « Ukraine : 15 morts et 79 blessés en 24h », Le Figaro,‎ .
  153. (en) « Poroshenko increases age limits for reservists liable for military service », ITAR-TASS,‎ (consulté le 9 août 2014).
  154. « Ukraine : explosions à Donetsk », sur Le Figaro,‎ .
  155. auteur non cité, « Ukraine : Donetsk encerclée, une « mission humanitaire » russe rejetée », sur Le Monde,‎ .
  156. Associated Press, « Ukraine : les rebelles assiégés prêts à un cessez-le-feu à Donetsk », sur La Presse,‎ .
  157. (en) « Swiss OSCE Chairperson-in-Office acknowledges humanitarian efforts in Ukraine, calls for co-operative measures », OSCE (consulté le 9 août 2014)
  158. « Le CICR va renforcer son aide à la population en Ukraine », Swissinfo (consulté le 10 août 2014)
  159. (en) « OSCE willing to support humanitarian efforts in Ukraine - chairperson », Itar-Tass,‎ (consulté le 9 août 2014)
  160. « Ukraine : un convoi humanitaire russe provoque les soupçons des Occidentaux », sur France Télévisions,‎ .
  161. Le Figaro, « Russie-Ukraine : le convoi de la discorde », 14 août 2014, p. 8
  162. AFP, « Un convoi humanitaire russe en route vers l'Ukraine », sur Le Monde,‎ .
  163. AFP, « Kiev annonce la reprise de quatre villes dans l’est de l’Ukraine », sur Les Échos,‎ .
  164. Le Figaro, 13 août 2014, p. 3
  165. AFP, « Ukraine : Kiev envoie son propre convoi d'aide humanitaire dans l'Est », sur Le Figaro,‎ .
  166. « Kiev inspecte les camions d’aide russe, le convoi humanitaire ukrainien est arrivé vers Louhansk », sur Euronews,‎ .
  167. Reuters, « Ukraine : bombardements autour de Donetsk », sur Le Figaro,‎ .
  168. Reuters, « Ukraine : démission du chef des séparatistes pro-russes de Louhansk », sur Le Figaro,‎ .
  169. (en) Interfax, « Bolotov resigns as Luhansk People's Republic leader, will be replaced by Plotnitsky », sur Kyiv Post,‎ .
  170. « Ukraine : 22 morts en 24h à Lougansk », Le Figaro,‎ .
  171. AFP, « Donetsk : 74 civils tués en trois jours », Le Figaro,‎ .
  172. (ru) « США призвали Киев не применять тяжелое оружиe », RIA Novosti,‎ .
  173. Déclaration de Kiev sur un convoi militaire russe : démenti de Moscou, RIA Novosti, 15 août 2014.
  174. RIA Novosti, « Le convoi humanitaire russe passe la frontière ukrainienne », RIA Novosti,‎ (lire en ligne).
  175. (ru) « Порошенко: украинские военные установили контроль над городом Ждановка », sur RIA Novosti,‎ .
  176. (en) « Ukrainian army liberates Zhdanivka in Donetsk region - Poroshenko », Interfax,‎ .
  177. « Donetsk : 5 personnes tuées lors des bombardements », La Voix de la Russie,‎ .
  178. Ukraine : 17 militaires passent sur le territoire russe, fuyant les combats, RIA Novosti, 16 août 2014.
  179. Ukraine : accord sur le convoi humanitaire russe, amorce d'un retour à la diplomatie, Le Monde, 1er août 2014.
  180. (ru) Le convoi d'aide humanitaire de la Fédération de Russie entrera en Ukraine par Izvarino, RIA Novosti, 17 août 2014.
  181. AFP, « Ukraine : un avion militaire abattu par les rebelles », sur Le Figaro,‎ .
  182. « Ukraine : les USA appellent au retrait du convoi », sur lefigaro.fr,‎ .
  183. « Le deuxième convoi humanitaire russe arrive à Lougansk », sur tdg.ch,‎ .
  184. « Un deuxième convoi humanitaire russe arrive à Lougansk », sur fr.ria.ru,‎ .
  185. (ru) Aleksandr Ievstigneïev, « Второй гуманитарный конвой из России доставил в Луганск необходимую помощь », 1tv.ru,‎ (lire en ligne)
    Traduction française du titre de l'article : « Le deuxième convoi humanitaire en provenance de la Russie apporte l'aide indispensable à la ville de Lougansk »
    .
  186. « Ukraine : le 3e convoi humanitaire russe arrive à Donetsk », sur fr.ria.ru,‎ .
  187. (ru) Oleg Chichkine, « Первая колонна машин, которая доставила в Донецк гуманитарную помощь, вернулась на территорию РФ », 1tv.ru,‎ (lire en ligne)
    Traduction française du titre de l'article : « Le premier convoi de véhicules qui a livré l'aide humanitaire à Donetsk est de retour sur le territoire de la Fédération de Russie »
    .
  188. (en) « After Re-Establishing Supply Lines, Ukrainian Separatists Launch Counteroffensive », sur Forbes (consulté le 26 octobre 2014)
  189. (ru) « В результате артобстрела на Саур-Могиле упал обелиск мемориального комплекса », sur tsn.ua,‎ .
  190. (en) « Ukrainian Separatists Fight Back to Maintain Supply Lines », sur Stratfor.com,‎ .
  191. (en) « Situation at the Ukrainian-Russian border », sur dpsu.gov.ua,‎ .
  192. a, b et c « Ukraine : les soldats russes capturés étaient là « par erreur » pour Moscou », sur rfi.fr,‎ (consulté le 31 août 2014).
  193. Rédaction numérique de RTL, avec AFP, « Ukraine : deux blindés de l'armée russe saisis, Moscou dément », Rtl.fr,‎ (lire en ligne).
  194. a et b « Ukraine : Kiev affirme avoir arrêté dix parachutistes russes », sur Le Parisien,‎ .
  195. (en) « Russia admits its soldiers have been caught in Ukraine », sur The Guardian,‎ .
  196. « L’Ukraine accuse la Russie d’avoir implanté un bataillon à Donetsk », RFI,‎ (lire en ligne).
  197. « Moscou accroît son ingérence militaire en Ukraine », sur Le Monde,‎ .
  198. a, b et c « Tollé autour de soldats russes entrés en Ukraine », sur Le Figaro,‎ (consulté le 30 août 2014).
  199. ibidem
  200. a, b, c, d et e « Les éléments qui accréditent l'intervention de soldats russes en Ukraine », sur Le Monde,‎ (consulté le 30 août 2014).
  201. « Le Conseil de sécurité de l'ONU réuni en « urgence » sur le dossier ukrainien », sur Le Monde,‎ (consulté le 28 août 2014).
  202. « Interview pour Solidarité Étudiante », sur Marianne,‎ .
  203. (ru) « Новоазовск и другие населенные пункты перешли под контроль российских войск, - СНБО », sur lb.ua,‎ (consulté le 28 août 2014).
  204. (ru) « L'armée de Nouvelle-Russie a libéré Telmanovo », sur vesna.ru,‎ .
  205. « Les États-Unis saluent la volonté de l'UE d'imposer de nouvelles sanctions contre la Russie », sur RIA Novosti,‎ .
  206. Lemonde.fr avec AFP, « Échange de prisonniers entre la Russie et l'Ukraine », Lemonde.fr,‎ (lire en ligne).
  207. (ru) « Ополченцы выбили батальон "Айдар" с территории аэропорта Луганска », sur RIA Novosti,‎ .
  208. Vidéo de l'aéroport de Lougansk
  209. a et b « Ukraine : Moscou et Kiev trouvent un accord pour une trêve dans l'est du pays », sur France Télévisions,‎ .
  210. « Accord entre Poutine et Porochenko sur un cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 3 septembre 2014).
  211. (en) itar-tass, « Putin peace plan not dogma, aims to achieve peace in Ukraine — Peskov », en.itar-tass.com,‎ (lire en ligne).
  212. a et b rfi.fr, « Ukraine : Vladimir Poutine propose un plan de paix », rfi.fr,‎ (lire en ligne).
  213. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/09/05/97001-20140905FILWWW00192-ukraine-un-cessez-le-feu-conclus-entre-kiev-et-les-separatistes.php
  214. (ru) Aleksandr Botoukhov, « Участники контактной группы по Украине покидают Минск после достигнутого соглашения о перемирии », 1tv.ru,‎ (lire en ligne)
    Traduction française du titre de l'article : « Le groupe de contact ukrainien quitte Minsk après l'accord de cessez-le-feu »
    .
  215. Michel Guillaume, « Heidi Tagliavini, le retour de la grande dame de la diplomatie helvétique », hebdo.ch,‎ (lire en ligne).
  216. (ru) « ДНР и ЛНР приступили к созданию Армии Новороссии », sur Novorossiva,‎ (consulté le 26 octobre 2014)
  217. (en) « Donetsk, Luhansk armies to form armed forces », sur Information Telegraph Agency of Russia,‎ (consulté le 26 octobre 2014)
  218. (en) « Kremlin-backed rebels form Novorossiya army », sur Kyiv Post,‎ (consulté le 26 octobre 2014)
  219. (uk)(ru)Rapport de mission de l'OSCE
  220. Le Monde avec AFP : Ukraine : début de l'échange de prisonniers entre Kiev et rebelles pro-russes
  221. « Под Чернухино боевики применили «Град», под Дебальцево - артиллерию », Ukrajinska Pravda,‎ 1. jaanuar 2015 (consulté en 1. jaanuar 2015)
  222. « Боевики в пятницу 13 раз обстреляли позиции сил АТО », Unian,‎
  223. « Под Счастьем боевики обстреляли бойцов 92-й бригады », Unian,‎
  224. « За ніч бойовики 10 разів обстріляли позиції сил АТО », Ukrinform,‎
  225. « Встреча в "нормандском формате" состоится 9 января - МИД », Ukrayinska Pravda,‎ 5. jaanuar 2015 (consulté en 5. jaanuar 2015)
  226. « Deutschland - Ukraine-Gipfel Mitte Januar noch unsicher », sur de.reuters.com, Reuters Deutschland,‎ 5. jaanuar 2015 (consulté en 5. jaanuar 2015)
  227. « Каратели нарушили режим перемирия восемь раз за сутки », Novorossia.su,‎
  228. Jour de Noël dans la religion orthodoxe, qui est fixé au 25 décembre dans le calendrier julien, soit treize jours de différence avec le calendrier grégorien
  229. « За сутки каратели не менее 18 раз открывали огонь на Донбассе », Novorossia.su,‎
  230. « Одиннадцатый конвой Путина пересек границу Украины », Liga Novosti,‎ 8. jaanuar 2015 (consulté en 8. jaanuar 2015)
  231. « 124 грузовика с подарками Путина террористам уже на территории Украины, - ГПСУ », Infovastupanu,‎ 8. jaanuar 2015 (consulté en 8. jaanuar 2015)
  232. Militants shell Ukrainian positions 34 times last night – press center, Interfax-Ukraine (9 January 2015)
  233. « СНБО: за сутки погибли четверо украинских военных (карта) », Liga Novosti,‎ 9. jaanuar 2015
  234. « Українських військових за день обстріляли понад 30 разів - штаб АТО », Korrespondent.net,‎
  235. « У неділю українських військових 41 раз обстріляли в зоні АТО », Korrespondent.net,‎
  236. « Ukraine: nouveau pic de violences dans l'Est séparatiste », sur La Croix,‎
  237. « В Берлине началась встреча в нормандском формате на уровне МИД », Liga Novosti,‎ 11. jaanuar 2015
  238. a et b « Ukraine : l'ONU condamne l'attaque du bus », sur Le Figaro,‎
  239. « За сутки погибли 2 военных, 6 - ранены », Ukrayinska Pravda,‎
  240. « В боях с террористами за сутки погибли двое украинских военных, - СНБО », Information Resistance,‎
  241. « Боевики за сутки 129 раз обстреляли позиции сил АТО », Unian,‎
  242. « Глава ДНР пригласил Порошенко "на чай" в аэропорт Донецка », NTV.ru,‎
  243. « Ukraine: MEPs condemn terrorist acts and say sanctions against Russia must stay », European Parliament,‎ (consulté le 15 janvier 2015)
  244. « За сутки "режим тишины" нарушили 138 раз, стреляют со всех сторон - ОБСЕ », Ukrayinska Pravda,‎
  245. « Report From OUN Commander On Latest Fighting At Donetsk Airport », The Interpreter Magazine,‎ (consulté le 18 janvier 2015)
  246. « Latest from OSCE Special Monitoring Mission (SMM) to Ukraine based on information received as of 18:00 (Kyiv time) », OSCE,‎ (consulté le 21 janvier 2015)
  247. « Под Мариуполем возобновились бои: уничтожено 10 единиц техники противника и 40 боевиков "ДНР" », Infovastupanu,‎ 21.01.2015, 10:15 (consulté le 21 janvier 2015)
  248. a et b « Официальное число переселенцев с Донбасса приближается к полутора миллионам, - ООН », Infovastupanu,‎ 21.01.2015, 17:45 (consulté le 21 janvier 2015)
  249. (en) Ukraine forces admit loss of Donetsk airport to rebels, The Guardian, 21 janvier 2015
  250. « Боевики снова обстреляли Донецк, силы АТО в районе Марьинки успешно отразили атаку », Unian,‎
  251. « Партизани підірвали потяг, який перевозив вугілля в Росію - полк "Дніпро-1" », Ukrayinska Pravda,‎
  252. « Сепаратисты рапортуют о взятии поселка Красный Партизан », Korrespondent.net,‎
  253. « NATO Military Committee has given the green light to create NATO bases in Baltics », Above Top Secret,‎ 22. jaanuar 2015
  254. Marioupol bombardée par les séparatistes pro-russes
  255. « За последние сутки 1 военнослужащий погиб и 20 ранены, - штаб АТО », Information Resistance,‎
  256. « Боевики стреляли 27 раз. Больше всего досталось Счастью », Ukrayinska Pravda,‎
  257. « В Станице Луганской в результате обстрела боевиками погибли 2 мирных жителя », Unian,‎
  258. « Под Станицей боевики пытались форсировать Северский Донец - журналист », Unian,‎
  259. « Окруженные под Дебальцево украинские военные рассказали о « сильных атаках » », Tvzvezda.com,‎
  260. « Ополченцы успешно выбивают противника из Попасной », Novorossia.su,‎
  261. « ООН: из-за боев в Украине погибли 5 187 человек », Liga novosti,‎ 27. jaanuar 2015
  262. « ООН: за время конфликта на Украине погибли 5187 человек », ITAR-TASS,‎ 27. jaanuar 2015
  263. « Порошенко предложил Путину демилитаризированные зоны », Ukrayinska Pravda,‎ 28. jaanuar 2015
  264. « Удар у спину. Мешканці міста, за яке кілька місяців гинули бійці АТО, тепер вимагають, аби вони пішли геть », Expres.ua,‎
  265. « Вчера вечером возле Песок и Новобахмутовки шли бои », Unian,‎
  266. « Ополчение установило контроль над Михайловкой » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 29. jaanuar 2015, 21:28
  267. « Полторак: Дебальцево частично контролируется террористами », Ukrayinska Pravda,‎ 31. jaanuar 2015, 13:26 (consulté en 31. jaanuar 2015, 14:24)
  268. « СМИ: Подразделения ВСУ отошли из Углегорска », Unian,‎
  269. « Гумконвой пересек границу и движется к Донецку и Луганску », RIA Novosti,‎ 31. jaanuar 2015
  270. « Погибший генерал Иса Мунаев собирался просить Порошенко об украинском гражданстве - боец », UNIAN,‎
  271. « Погибший генерал Иса Мунаев собирался просить Порошенко об украинском гражданстве - боец », UNIAN,‎ 2. veebruar 2015
  272. « На Донбассе погиб "личный враг Путина" Иса Мунаев », UNIAN,‎ 2. veebruar 2015
  273. le Figaro, article de Pierre Avril, « Aux mains des séparatistes pro-russes, la ville [Donetsk] dépeuplée est sous le feu de l'artillerie du gouvernement central », 3 février 2015, p. 5
  274. Le Figaro, 2 février 2015, p. 2-3
  275. « Из Дебальцево и Авдеевки эвакуированы более 2000 человек », Liga News,‎
  276. « З бойовиками вдалося домовитись про гуманітарні коридори на день », Ukrayinska Pravda,‎
  277. « На Донбассе погибли уже 5358 человек – ООН », Ukrayinska Pravda,‎ 3. veebruar 2015, 14:28
  278. « Под обстрел боевиков в Донецке кроме больницы попали детский сад и стоматология - ГПУ », UNIAN,‎ 4. veebruar 2015, 15:32
  279. « Ukraine conflict: Deadly shell hits Donetsk hospital », BBC News Online,‎ 4. veebruar 2015, 13:15
  280. « Армія вирвалася з Рідкодубу з втратами Джерело: fakty.ictv.ua », Fakty,‎
  281. « Меркель и Олланд сегодня приедут в Киев », UNIAN,‎ 5. veebruar 2015, 12:48
  282. « Ополчению удалось занять Углегорскую шахту » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 7 février 2015
  283. « ДНР: Ополченцы заняли два населенных пункта и важную высоту » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 8 février 2015
  284. « Сводные данные ИАЦ СНБО на 12:30 – 08 февраля », URJKN I-AK,‎ 8. veebruar 2015, 13:24
  285. « Армия ДНР взяла под контроль стратегическую трассу под Дебальцево » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 9 février 2015
  286. « Минобороны ДНР: « Дебальцевский котел » замкнут » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 9 février 2015
  287. « "Азов" заявляет о взятии села Широкино под Мариуполем », Unian,‎
  288. « После минского « перемирия » террористы захватили 500 кв. км. украинской территории », Infovastupanu,‎ 21. jaanuar 2015
  289. « Ukraine conflict: Is Russia stoking war or pushing peace? », BBC News Online,‎ 20. jaanuar 2015 (consulté en 20. jaanuaril 2015)
  290. (ru) Vidéo de la reddition d'une colonne gouvernementale ukrainienne près de Debaltsevo, le 18 février 2015 au matin
  291. Le Figaro, Les forces ukrainiennes se retirent de Debaltseve, article du 18 février 2015
  292. (ru) agence Tass, article du 18 février 2015
  293. Le Monde, article du 20 février 2015
  294. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/04/14/97001-20150414FILWWW00136-six-soldats-tues-dans-l-est-de-l-ukraine.php
  295. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées ref1.
  296. « Ukraine : échange de 9 prisonniers avec les séparatistes pro-russes », sur euronewsfr (consulté le 21 février 2016)
  297. « Ukraine: des aides humanitaires pour les habitants près de Donbass », sur rfi.fr (consulté le 25 février 2016)
  298. « Un collaborateur de l'ONU retenu captif par les pro-Russes en Ukraine », sur rts.ch (consulté le 13 avril 2016)
  299. http://www.ladepeche.fr/article/2014/11/15/1992018-ukraine-va-retirer-tous-services-publics-est-separatiste.html
  300. a et b http://fr.ria.ru/world/20141201/203114484.html
  301. http://www.challenges.fr/monde/20141115.REU0751/kiev-veut-suspendre-les-services-publics-dans-l-est-de-l-ukraine.html
  302. (en) Ukraine: Ban ‘deeply concerned’ Crimea vote will worsen complex, tense situation, UN, 17 mars 2014
  303. L'Assemblée générale dénonce le rattachement de la Crimée à la Russie, Centre d'actualité des Nations unies, 27 mars 2014
  304. (en) More U.S. jets on NATO patrol in Baltics amid Ukraine crisis: source, Reuters, 5 mars 2014
  305. (en) U.S. Moves Six Fighter Jets to Baltics, More Airmen to Poland, NBC News, 5 mars 2014
  306. (en) Turkish Fighters Scrambled After Russian Spy Plane Spotted, NBC News, 7 mars 2014
  307. (en) Ukraine Crisis: Nato Deploy Awacs Surveillance Jets to Monitor Ukraine Border, The International Business Times, 10 mars 2014
  308. (de) « Russland eine Bedrohung für euroatlantische Sicherheit », sur Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ .
  309. « Europe de l'Est : l'Otan veut déployer cinq nouvelles bases (journal) », sur RIA Novosti,‎ .
  310. (en) « India Backs Russia’s ‘Legitimate Interests’ in Ukraine », sur The Diplomat (consulté le 14 mars 2014).
  311. (en) « Russian interests in Ukraine's Crimea ‘legitimate’, India says », sur The Times of India,‎ (consulté le 8 mars 2014).
  312. http://balkans.courriers.info/article24441.html
  313. (en) Crimea crisis: Merkel warns Russia faces escalating sanctions, BBC News, 20 mars 2014
  314. (en) Obama expands U.S. sanctions on Russians over Crimea annexation, Reuters, 20 mars 2014
  315. (en) Ukraine Crisis: Obama Orders 12 F-16 Fighter Jets and 300 US Troops to Poland, International Business Times, 6 mars 2014
  316. (en) Ukraine crisis: US sends fighter jets to Baltic and increases pressure on Vladimir Putin, The Telegraph, 6 mars 2014
  317. (en) Navy destroyer USS Truxtun crosses Dardanelles en route to Black Sea, RT, 7 mars 2014
  318. (en) « Ukraine crisis: Protesters declare Donetsk 'republic' », BBC News, 7 avril 2014
  319. (en) « Senior U.S. diplomat: no doubt Russians involved in Ukraine unrest », Reuters, 9 avril 2014.
  320. Ukraine : Obama presse Poutine "d'user de son influence avec les groupes armées", La Tribune, 15 avril 2014
  321. Ukraine : Kerry et Lavrov se retrouvent dimanche soir à Paris, Le Figaro, 28 mars 2014
  322. L'Ukraine sous la menace des troupes russes à ses frontières, Le Figaro, 28 mars 2014
  323. (en) It's not Russia that is destabilising Ukraine, The Guardian, 7 avril 2014
  324. (en) Putin defends Ukraine stance, cites lawlessness, The Washington Post, 4 mars 2014
  325. (en) Putin to Obama: Use your influence to prevent bloodshed in Ukraine, RT.com, 14 avril 2014
  326. Ukraine : Vladimir Poutine en appelle à l'ONU, Le Monde, 15 avril 2014
  327. France 24, « Kiev assure que des troupes russes sont entrées sur son territoire », France24.com,‎ (lire en ligne).
  328. (ru) « Союз комитетов солдатских матерей сообщил о насильной отправке солдат в Украину : L'Union des comités des mères de soldats a rapporté des cas d'envoi contraint de soldats en Ukraine », sur Dojd,‎
  329. a, b et c Marie Le Douaran, « "Il n'y a pas de guerre en Ukraine", mais des soldats russes y meurent », L'Express,‎ (lire en ligne).
  330. (ru) « Минобороны России опровергает гибель 100 российских военных на Украине : Le ministère russe de la justice nie la mort de 100 soldats russes en Ukraine », sur Kommersant,‎
  331. (ru) « Russie: Une ONG de mères de soldats russes classée « agent de l'étranger » », sur L'Express,‎
  332. (ru) n. c., « Чуркин спустя десятки заседаний ООН признал, что на Донбассе воюют россияне », zn.ua,‎ (lire en ligne)
    Traduction française du titre de l'article : « Tchourkine reconnaît que des volontaires russes combattent dans le Donbass »
  333. a et b Lemonde.fr, avec AFP et Reuters, « Face à « l'agression » russe, l'Ukraine se tourne vers l'OTAN », Lemonde.fr,‎ (lire en ligne).
  334. La Voix de la Russie, « Moscou n’effectue pas d’opérations militaires en Ukraine (ministère russe de la Défense) », french.ruvr.ru,‎ (lire en ligne).
  335. (ru) « Владимир Путин: « Нужно приступить к переговорам о политической организации общества и государственности на юго-востоке Украины » : Vladimir Poutine : il faut entamer des négociations sur l'organisation politique de la société et l'appareil d'État dans le Sud-Est de l'Ukraine », sur Kommersant,‎ .
  336. « Poutine évoque un « État » pour l'Est ukrainien », sur Le Figaro,‎ .
  337. (ru) « Песков: Путин не говорил о придании государственности Новороссии : Peskov : Poutine n'a pas parlé d'attribuer un système d'État à la Nouvelle-Russie », sur Kommersant,‎ .
  338. Le Figaro, article du 17 février 2015
  339. Reuters, « Ukraine : deux fois plus de morts en 15 jours », sur Le Figaro,‎ .
  340. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées en.itar-tass.com.
  341. (en) Russian journalist dies in Ukraine's Luhansk, ITAR-TASS, 17 juin 2014.
  342. (ru) Порошенко выразил Путину соболезнования в связи с гибелью сотрудников ВГТРК, ITAR-TASS, 17 juin 2014.
  343. « Un journaliste russe tué dans l'est de l'Ukraine », sur Le Monde,‎ .
  344. « Andreï Stenine enterré à Moscou », sur La Voix de la Russie,‎ .
  345. RIA Novosti, dépêche du 12 août 2014
  346. « Un photographe de presse russe tué en Ukraine », sur France Télévisions,‎ .
  347. « Ukraine : le journaliste russe Andreï Stenine retrouvé mort », sur L'Express,‎ .
  348. Ukraine : deux personnalités pro-russes tuées par balle à Kiev en 24 heures, lemonde.fr, 16 avril 2015
  349. (uk) Article Obozrevatel.com (29.06.16)
  350. (en) reporter.ua Article reporter-ua du 29.06.16
  351. (en) Article Prestupnosti.net du 29.06.16
  352. Human Rights Watch, « Ukraine: Unguided Rockets Killing Civilians (Ukraine: roquettes non guidées sont en train de tuer des civils) », sur Human Rights Watch hrw.org,‎
  353. (en) « Report on the human rights situation in Ukraine », sur Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme,‎ .
  354. Amnesty International, « Les bataillons de volontaires pro-ukrainiens violent les lois de la guerre », sur Amnesty International,‎ .
  355. (ru) « Боротьбисты в Одессе вышли под управление СБУ с требованием освободить Давидченко » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), mars 2014, sur borotba.org.
  356. (en) « Pro-Moscow protest leader arrested in Ukraine's Donetsk », sur reuters.com,‎ .
  357. (en) « =“The people’s governor” Kharitonov was detained in Lugansk », sur nahnews.com.ua,‎ .
  358. (en) « Shots fired as Russian troops storm Ukrainian airbase in Crimea », sur haaretz.com,‎ .
  359. (ru) « СБУ задержала заместителя донецкого сепаратиста Губарева », sur unian.net,‎ .
  360. (ru) « Народный мэр » Мариуполя Дмитрий Кузьменко задержан сотрудниками СБУ, sur 0629.com.ua,‎ .
  361. Adrien Jaulmes, « À Sloviansk, le sang coule et la guerre menace », Le Figaro, 25 avril 2014, page 4.
  362. (ru) ITAR-TASS, Dépêche du 11 juillet 2014
  363. RFI, 26 avril 2014
  364. (en) « Ukraine’s Security Troops Detain Newspaper Editor-in-Chief », sur ria.ru,‎ .
  365. (uk) СБУ затримала російського шпигуна, Pravda.com.ua, 20 mars 2014
  366. (en) « The Other Russia concerned about fate of two activists arrested in Ukraine », sur Kyiv Post,‎ .
  367. (en) « SBU detains 2 Russians suspected of plotting to abduct Ukrainian politicians », sur Kyiv Post,‎ .
  368. (en) « Simon Ostrovsky Has Been Released », sur Vice News,‎ (consulté le 18 juillet 2014).
  369. « Ukraine. De nombreux éléments attestent que des enlèvements et des actes de torture ont été commis », sur Amnesty International,‎ .
  370. (en) « Ukraine : l'impunité règne pour les membres de groupes d'autodéfense pro-Kiev auteurs d’enlèvements et de mauvais traitements », sur Amnesty International,‎ .
  371. « Le rédacteur en chef d’un journal ukrainien tué », sur La Voix de la Russie,‎ .
  372. (en) « Editor of Russian-Language Newspaper Tortured and Killed in Eastern Ukraine », sur The Moscow Times,‎ .
  373. (en) « Ukrainian journalist supposedly detained by Ukraine's Security Service - OSCE », sur La Voix de la Russie,‎ .
  374. (ru) Un journaliste français enlevé, 19 août 2014
  375. AFP, « Un journaliste russe disparaît en Ukraine », sur Le Figaro,‎ .
  376. AFP, « La Russie enquête sur l'enlèvement d'un de ses journalistes en Ukraine », sur Challenges,‎ .
  377. « Ukraine : La Lituanie annonce le meurtre d'un consul honoraire par les rebelles », sur Le Monde,‎ .
  378. Rédaction en ligne, « Agression d’un député russe qui enquêtait sur la présence de soldats russes en Ukraine », Lesoir.be,‎ (lire en ligne).
  379. (en) Oleg Soukhov, « I killed 15 prisoners of war in Ukraine, claims Russian fighter », The guardian,‎ (lire en ligne).
  380. « Ukraine : la mairie de Louhansk fait état d’une situation critique », sur La Voix de la Russie,‎ .
  381. « Lougansk proche de la catastrophe humanitaire et sanitaire (mairie) », sur RIA Novosti,‎ .
  382. « Ukraine : Lougansk assiégée manque de tout » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 4 août 2014, sur journalmetro.com.
  383. (ru) « По храму в центре Луганска нанесен артиллерийский удар », sur interfax-religion.ru,‎ .
  384. (de) Christian Neef, « Russischer Präsident in der Ukraine-Krise: Putins Lügen », sur spiegel.de,‎ .
  385. http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/08/07/un-hopital-de-donetsk-est-touche-par-un-obus-de-mortier-video_n_5657921.html
  386. « Ukraine : combats dans le centre de Lougansk, 15 corps de civils retrouvés », sur lepoint.fr,‎ .
  387. « Ukraine : les combats font rage à Lougansk », sur tdg.ch,‎ .
  388. (ru) Mirtesen.ru, article du 17 juin 2014
  389. (en) « Ukraine: Humanitarian needs rise as internal displacement tops 117,000 people », UNHCR,‎ (consulté le 5 août 2014)
  390. « Le HCR recommande à l'Ukraine de créer un système central d'enregistrement alors que le nombre de déplacés internes atteint 117 000 personnes », UNHCR,‎
  391. (en) « Latest from OSCE Special Monitoring Mission (SMM) to Ukraine based on information received as of 18:00 (Kyiv time), 18 August 2014 », OSCE,‎ .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]