Bataille de Tripoli (2019-2020)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Tripoli.
Bataille de Tripoli
Description de cette image, également commentée ci-après
Des combattants du GNA à Tripoli, le 7 juillet 2019.
Informations générales
Date en cours
(10 mois et 11 jours)
Lieu Tripoli
Belligérants
Drapeau de la Libye Gouvernement d'union nationale Flag of Syria 2011, observed.svg Armée nationale syrienne
Drapeau de la Turquie Turquie
Drapeau de la Libye Chambre des représentants Flag of Darfur.svg ALS-Minnawi
Drapeau de la Russie Groupe Wagner
Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis
Commandants
Drapeau de la Libye Fayez el-Sarraj
Drapeau de la Libye Oussama Jouili
Drapeau de la Libye Mohamed Alhudairi
Drapeau de la Libye Ibrahim Ben Rajab
Drapeau de la Libye Khalifa Haftar
Drapeau de la Libye Abdessalem al-Hassi
Forces en présence
Drapeau de la Libye
17 000 à 35 000 hommes[1],[2]
15 avions[3]

Flag of Syria 2011, observed.svg
4 700 à 6 000 hommes[4]

Drapeau de la Turquie
35 hommes[5]
Drapeau de la Libye
18 000 à 25 000 hommes[6],[2]
27 avions[7]
21 hélicoptères[7]

Drapeau du Soudan Flag of Darfur.svg
1 000 à 4 000 hommes[8]

Drapeau de la Russie
300 à 2 000 hommes[9]

Drapeau des Émirats arabes unis
Plusieurs drones Wing Loong 2[10]
Pertes
Drapeau de la Libye
~ 1 000 morts[11]

Flag of Syria 2011, observed.svg
80 morts au moins[4]
Drapeau de la Libye
~ 1 000 morts[11]
~ 300 prisonniers au moins[12],[13],[14]

Drapeau de la Russie
35 morts au moins[15]
Civils :
280 morts au moins[11]
147 000 déplacés[11]
(du 4 avril 2019 à janvier 2020)

Deuxième guerre civile libyenne

Coordonnées 32° 54′ 08″ nord, 13° 11′ 09″ est
Géolocalisation sur la carte : Afrique
(Voir situation sur carte : Afrique)
Bataille de Tripoli
Géolocalisation sur la carte : Libye
(Voir situation sur carte : Libye)
Bataille de Tripoli

La bataille de Tripoli se déroule depuis le , dans le contexte de la deuxième guerre civile libyenne. Elle est lancée par l'Armée nationale libyenne (ALN) contre les forces du Gouvernement d'union nationale (GNA) afin de prendre le contrôle de la capitale, Tripoli, et de ses environs. Le GNA désigne également sa contre-attaque sous le nom opération Volcan de la Colère.

Contexte[modifier | modifier le code]

Depuis 2014, la Libye est divisée. En 2019, deux gouvernements se font face : d'un côté le Gouvernement d'union nationale (GNA), dirigé par Fayez el-Sarraj, présent à Tripoli, la capitale, et reconnu par un certain nombre de milices de l'ouest de la Libye ; de l'autre le Gouvernement de Tobrouk, à l'est, dont l'homme fort est le maréchal Khalifa Haftar, le chef de l'Armée nationale libyenne (ANL)[16],[17],[18]. Le GNA est reconnu par l'ONU et par les principaux États occidentaux[16],[13]. Il est également soutenu par l'Italie, principal partenaire économique de la Libye, par la Turquie et par le Qatar[19],[20]. L'ANL bénéficie quant à elle du soutien militaire de l'Égypte, des Émirats arabes unis et de l'Arabie saoudite[21],[13],[19],[3],[22]. La Russie soutient aussi discrètement Haftar, même si elle entretient officiellement des liens avec les deux gouvernements rivaux[23],[24]. La France tient quant à elle une position ambiguë en reconnaissant officiellement le GNA, mais elle a par le passé fourni des aides à l'ANL lors d'opérations contre les djihadistes et est depuis accusée par le GNA d'avoir contribué à favoriser la montée en puissance d'Haftar[3],[13],[6],[25],[26],[27],[28].

Au début de l'année 2019, l'Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar mène une offensive dans le Fezzan, au sud-ouest de la Libye, qui lui permet de prendre le contrôle d'une partie de la région[29],[30],[31]. Le rapport des forces est alors favorable au Gouvernement de Tobrouk qui contrôle la plus grande partie du pays[16],[13].

Le , lors de négociations à Abou Dabi, le Gouvernement d'union nationale et le Gouvernement de Tobrouk concluent un accord sur l'organisation d’élections en Libye[32]. Selon Le Monde, lors de cette rencontre « Haftar et Sarraj concluent un accord verbal – aucun document écrit n’a été signé – sur un partage du pouvoir en vertu duquel Sarraj conserverait la tête de l’exécutif (le conseil présidentiel) et Haftar se verrait reconnaître le commandement suprême d’une armée réunifiée »[33]. Une conférence nationale est alors prévue à la mi-avril à Ghadamès[34]. Le 31 mars, l'Union africaine annonce également la tenue en juillet à Addis-Abeba, en Éthiopie, d'une conférence de « réconciliation » entre les différentes parties libyennes[21].

Le 27 mars, le maréchal Haftar se rend en Arabie saoudite, où il est reçu par le roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud[35]. Il aurait alors reçu une aide financière de plusieurs millions de dollars pour recruter et payer des combattants et acheter la loyauté de chefs de tribus[36].

Le , le général Ahmad al-Mesmari, porte-parole de l'ANL, annonce la préparation d'une offensive pour « purger l'ouest » libyen « des terroristes et des mercenaires », mais sans identifier davantage les cibles[21]. Le Premier ministre Fayez el-Sarraj donne alors l'ordre à ses troupes de se préparer à « faire face à toute menace »[21].

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Forces du Gouvernement d'union nationale[modifier | modifier le code]

Le Gouvernement d'union nationale est reconnu par diverses milices territorialisées, réparties par villes et par quartiers[37]. Tripoli est tenue par quatre ou cinq milices rassemblées depuis décembre au sein de la Force de protection de Tripoli[21],[38]. Dans la capitale, la Brigade Nawasi compte 1 800 hommes, la Force Rada 1 500, le groupe Ghneiwa 800 et la Garde présidentielle 800[3]. Les milices des villes de Misrata, Zintan et Zaouïa soutiennent également le GNA[39]. Misrata, la troisième ville de Libye, compte 200 milices rassemblée au sein de la coalition al-Bunyan al-Marsous, formant au total 18 000 à 20 000 hommes qui représentent la plus grande force armée du GNA[2],[3],[40]. La 166e brigade de Misrata, forte de 700 hommes, est notamment signalée dans la région de Tripoli au début des combats[39],[41]. Au total, l'ensemble des combattants en Libye reconnaissant l'autorité du GNA est estimé entre 17 000 et 35 000[1]. Le GNA dispose également d'une quinzaine d'avions de guerre à Tripoli et Misrata[3] et de quelques hélicoptères[42]. Le GNA baptise sa contre-offensive Opération Volcan de la Colère[3],[40].

La position de la Force Rada, une des principales milices de Tripoli, d'idéologie salafiste madkhaliste, basée dans l'aéroport de Mitiga, demeure cependant incertaine, celle-ci s'étant par le passé déclarée neutre dans le conflit opposant les deux gouvernements rivaux alors que d'autres milices salafistes madkhalistes servent également dans les forces de l'Armée nationale libyenne[6],[25],[43]. La ville de Zinten est également divisée, alliée d'Haftar en 2014 elle avait ensuite rallié Sarraj en 2016 lors de la formation du GNA[6],[44]. L'« Organe de sûreté générale » de Zinten soutient le GNA pendant l'offensive d'Haftar[37] et le soir du 5 avril, Fayez el-Sarraj forme une nouvelle cellule d'opération dirigée par Oussama Jouili, chef de milice de Zintan[45]. Des forces des brigades de Zinten combattent dans les deux camps mais évitent de s'affronter directement[44]. Selon Frédéric Bobin, journaliste pour Le Monde : « Une loi non écrite commande l’engagement des combattants de Zinten dans cette nouvelle « bataille de Tripoli » : les factions rivales doivent choisir des fronts distincts afin d’éviter tout risque de collision. Les Zintenis pro-Haftar présents à l’aéroport international n’iront sûrement pas à Azizia où guerroient les Zintenis pro-Sarraj »[44].

À partir de décembre 2019, des rebelles syriens de l'Armée nationale syrienne sont envoyés à Tripoli[46],[47]. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), à la date du 29 décembre, 300 combattants syriens sont à Tripoli et 900 à 1 000 autres, appartenant notamment à la Division Sultan Mourad, à Suqour al-Cham, à la Brigade al-Moutasem, à la Division al-Hamza et à Faylaq al-Cham ont signé un contrat pour un engagement de trois à six mois en Libye en échange d'un salaire de 2 000 à 2 500 dollars — contre 50 à 70 dollars en Syrie — et la nationalité turque[47],[48],[49]. Mi-janvier 2020, le nombre des mercenaires syriens présents en Libye est d'environ 2 000[49],[50]. Il passe ensuite à 4 700 début février selon l'OSDH[4].

Forces de l'Armée nationale libyenne[modifier | modifier le code]

Au début des combats, Le Monde rapporte que selon une source occidentale et une source émiratie 18 000 hommes de l'Armée nationale libyenne (ANL) enserrent la région de Tripoli[6],[22]. Le nombre total des combattants de l'ANL en Libye est généralement estimé à 25 000[2],[1]. Arnaud Delalande, consultant sur les questions de défense spécialisé sur la Libye, fixe également le nombre total de ses combattants à 25 000 hommes, incluant 7 000 réguliers et 18 000 miliciens[20]. RFI chiffre cependant ses effectifs à 70 000 combattants dans l'ensemble de la Libye[45]. Malgré son nom, l'Armée nationale libyenne est elle-même constituée de milices[37]. Elle comprend des milices des villes de l'est de la Libye, des milices tribales, d'anciens militaires kadhafistes, des miliciens salafistes madkhalistes, des combattants soudanais du MJE et de l'ALS et des Tchadiens du RFC[37],[3],[51]. Début novembre 2019, des mercenaires russes du Groupe Wagner sont également engagés aux côtés des forces d'Haftar[15],[52]. Leurs effectifs ne sont pas connus, les différentes estimations allant de 300 à 2 000[9]. Fin 2019, 1 000 à 4 000 mercenaires soudanais renforcent également les troupes d'Haftar[8],[53],[54]. Ces derniers appartiennent à la faction de l'Armée de libération du Soudan (ALS) dirigée par Minni Minnawi et au Rassemblement des Forces de Libération du Soudan[55]. Le Mouvement pour la justice et l'égalité (MJE) sert quant à lui initialement dans le camp d'Haftar, mais il serait ensuite entré en conflit avec ce dernier, ainsi qu'avec les autres groupes soudanais, et aurait finit par rallier le GNA[56],[57],[55]. L'ONU indique également dans un rapport en janvier 2020, que des miliciens janjawid des Forces de soutien rapide dirigées par le général Mohamed Hamdan Dogolo, dit « Hemitti », pourraient être présents en Libye, mais sans certitude[55]. Il pourrait s'agir d'ex-janjawid autonomes de tout leadership soudanais et combattant en tant que simples mercenaires[55].

L'ANL mobilise la Brigade Tarek ben Ziyad et la 73e brigade[3]. Au début de l'offensive, la milice de la ville de Tarhounah, la 7e brigade, rejoint l'ANL[58]. La 7e brigade était auparavant affiliée au GNA, mais des tensions avec les milices de Tripoli avaient dégénéré en conflit en août 2018[58]. L'ANL dispose de blindés et d'armement moderne fournis par les Émirats arabes unis[3]. Ses forces aériennes comportent trois Soukhoï Su-22 et deux Mirage F1 basés à l'aéroport d’Al-Watiya, à l'ouest de la capitale[3]. Au total, les forces aériennes de l'ANL comptent 27 chasseurs-bombardiers — dont 18 MiG-21S, 4 MiG-23S, trois Su-22S et deux Mirage F1S — 7 hélicoptères Mi-24/35, 14 hélicoptères Mi-8, Mi-14 et Mi-17, ainsi que quelques avions de transport Il-76 et C-130 Hercules[7]. Selon Arnaud Delalande, les hélicoptères de l'ANL, comme ceux du GNA, sont utilisables seulement de nuit car trop vulnérables aux tirs venant du sol le jour[42]. Moins de la moitié de cette flotte provient de l'ancienne armée de l'air libyenne, le reste fut fourni par l'Égypte et les Émirats arabes unis entre octobre 2014 et juin 2015[7]. Des drones Wing Loong 2 armés de missiles antichars LJ-7 Blue Arrow de fabrication chinoise sont également engagés des combats, probablement pilotés par les Émiratis depuis la base d'al-Khadim, dans l'est libyen[10],[20],[42]. Des experts de l'ONU enquêtent alors sur une possible implication militaire des Émirats dans le conflit en Libye[42].

Forces internationales[modifier | modifier le code]

Le 8 avril, la Mission d'appui des Nations unies en Libye (MANUL, une mission onusienne uniquement politique) déclare qu'elle reste à Tripoli.

L'armée américaine annonce le 7 avril le retrait provisoire de ses militaires en Libye à cause des combats[39]

Le 9 avril, l'Italie annonce le maintien de sa mission militaire en Libye[59]. Celle-ci, la mission Miasit, lancée en janvier 2018, comprend jusqu'à 400 soldats déployés à Tripoli et Misrata chargés selon le ministère italien de la Défense de « soutenir les autorités libyennes dans leurs actions de pacification et de stabilisation du pays et de contrôle de l'immigration clandestine, des trafics illicites et des menaces à la sécurité, en harmonie avec les lignes d'intervention définies par les Nations Unies »[59].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Annonce de l'offensive[modifier | modifier le code]

Le , dans un enregistrement diffusé sur Facebook par le bureau des médias de l'Armée nationale libyenne, le maréchal Haftar donne l'ordre à ses troupes d'« avancer » et d'« entrer » dans la capitale libyenne, Tripoli[60],[21]. Il promet d'épargner les civils, les « institutions de l'Etat » et les ressortissants étrangers[21] : « Nous répondons à l'appel de Tripoli. Pour les héros de la nation, l'heure a sonné. Nous avons rendez-vous pour la conquête de Tripoli. Avancez alors, avec des pas confiants en Dieu, entrez dans la ville en paix, pour ceux qui veulent la paix. Soyez des défenseurs des droits et non des envahisseurs. Ne levez pas vos armes, sauf contre celui qui choisit de vous affronter. Ne tirez que contre les hommes armés. Ceux qui jettent les armes, ceux qui restent chez eux, ceux qui lèvent le drapeau blanc, seront en sécurité. Assurer la sécurité des habitants et protéger leurs biens, ainsi que toutes les institutions de la capitale, relèvent de votre devoir »[61].

Le Conseil militaire de Misrata dirigé par le général Ibrahim Ben Rajab réagit rapidement[62]. Dans un communiqué, les Brigades de Misrata déclarent qu'elles « se tiennent prêts (...) à stopper l'avancée maudite » des forces du maréchal Haftar[62]. Elles demandent au chef du GNA, Fayez el-Sarraj, de donner ses « ordres sans délai » aux commandants des forces de la région ouest « pour affronter ce rebelle » en ajoutant que « s'il s'abstient de le faire immédiatement, il susciterait le doute et serait soupçonné de complicité » avec les forces de Haftar[62]. La Force de protection de Tripoli, une récente coalition de milices tripolitaines pro-GNA, annonce également le lancement d'une opération pour contrer l'avancée des troupes d'Haftar[21]. La contre-offensive est baptisée « Ouadi Doum 2 » en référence à une défaite de l'armée libyenne en 1978, lors du Conflit tchado-libyen, où Haftar, alors officier dans l'armée de Kadhafi, avait été fait prisonnier[2].

Le 6 avril, Fayez el-Sarraj déclare : « Nous avons tendu nos mains vers la paix mais après l'agression qui a eu lieu de la part des forces appartenant à Haftar et sa déclaration de guerre contre nos villes et notre capitale (...), il ne trouvera que force et fermeté »[63]. Il accuse alors Haftar d'avoir « trahi l'accord » d'Abou Dhabi de février 2019, d'avoir « tenté de le poignarder dans le dos », de provoquer « une guerre sans gagnant » et de « détruire les efforts des Libyens et de la communauté internationale en vue d'une solution pacifique »[63].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Le 4 avril, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, l'Italie et les Émirats arabes unis publient un communiqué commun appelant « toutes les parties » libyennes à faire baisser « immédiatement les tensions »[21]. Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, alors en visite à Tripoli, adresse également dans une conférence de presse un « appel ferme » pour « l'arrêt de tous les mouvements militaires, (...) à la retenue, au calme et à la désescalade, à la fois militaire et politique. [...] Il n'existe pas de solution militaire en Libye. La solution doit être politique »[21]. Antonio Guterres se rend le lendemain à Benghazi pour rencontrer le maréchal Haftar avant de quitter le pays « le cœur lourd et profondément inquiet »[64]. Le 5 avril, la Russie et l'Allemagne demandent à leur tour la fin des opérations militaires[64].

Le soir du 5 avril, le Conseil de sécurité des Nations unies se réunit en urgence à huis clos et demande aux forces de pro-Haftar de cesser leur offensive[65]. Le 7, le Conseil échoue cependant à se mettre d'accord sur une déclaration commune[66]. Une proposition britannique soutenue par les États-Unis appelant les forces du maréchal Haftar à arrêter leur avancée vers Tripoli est bloquée par la Russie qui propose alors une déclaration appelant toutes les forces armées libyennes, et pas seulement celles de Haftar, à cesser le combat, mais celle-ci est rejetée à son tour par les États-Unis[66].

Le 6 avril, réunis à Dinard, en France, les ministres des Affaires étrangères du G7 demandent la fin immédiate des « mouvements militaires vers Tripoli, qui entravent les perspectives du processus politique mené par les Nations unies »[67],[68].

Le 7 avril, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo déclare : « Nous avons fait clairement savoir que nous sommes opposés à l'offensive militaire des forces de Khalifa Haftar et nous appelons à l'arrêt immédiat de ces opérations militaires contre la capitale libyenne. [...] Les Etats-Unis, avec leurs partenaires internationaux, continuent à presser les dirigeants libyens de revenir aux négociations politiques sous la médiation du représentant spécial du secrétaire général Ghassan Salamé. Une solution politique est la seule manière d'unifier le pays et de fournir un plan pour la sécurité, la stabilité et la prospérité pour tous les Libyens »[69]. Le lendemain, la Russie affirme pour sa part utiliser « toutes les possibilités à sa disposition pour appeler toutes les parties à s'abstenir de toute action pouvant mener à un bain de sang et à des morts parmi la population civile »[70].

Le 8 avril, l'Union européenne demande à son tour la fin des opérations militaires[71].

Le 9 avril, l'ONU annonce que la conférence interlibyenne prévue du 14 au 16 avril à Ghadamès est reportée[72].

Le 10 avril, dans un entretien téléphonique entre Béji Caïd Essebsi, Fayez el-Sarraj ainsi que Ghassan Salamé le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en Libye, le président tunisien a invité toutes les parties à privilégier l’apaisement et le dialogue et à faire preuve de retenue afin d’épargner des souffrances supplémentaires au peuple libyen[73].

Fayez el-Sarraj déclare au journal Le Monde le 23 avril : « Nous sommes satisfaits de la condamnation de l’attaque de Tripoli exprimée par certains pays. Mais la condamnation en elle-même n’est pas suffisante. Elle doit être accompagnée d’actions concrètes. [...] La communauté internationale devrait prendre une position claire. Malheureusement, nous notons que certains pays sont hésitants à nommer cette attaque pour ce qu’elle est »[74].

Le 14 avril, le maréchal Haftar se rend en Égypte, où il est reçu au Caire par le président Abdel Fattah al-Sissi[75],[76].

Le ministère libyen de l'Intérieur annonce également la suspension de la coopération militaire avec la France, accusant Paris de soutenir le maréchal Haftar[77]. Fayez el-Sarraj déplore également l'attitude « peu claire » de la France[74]. Celle-ci dément les accusations et en réaffirme son soutien au GNA[77].

Le camp pro-Haftar rejette tous les appels aux cessez-le-feu et Fayez al-Sarraj refuse quant à lui tout processus politique, tant qu'un cessez-le-feu n'est pas instauré au préalable que les combattants de l'ANL ne se retirent pas sur les lignes qu'ils occupaient avant le début de l'offensive[78]. Les négociations sont alors bloquées[78]. L'ANL cherche alors à légitimer son offensive en la présentant comme une guerre contre le « terrorisme », mais le GNA dément compter dans ses rangs des personnes accusées de terrorisme[78]. Le représentant spécial de l'ONU Ghassan Salamé déclare également le 15 avril que l'offensive d'Haftar « ressemblait davantage à un coup d'Etat qu'à une lutte antiterroriste »[78].

Le 19 avril cependant, la Maison blanche annonce que le président Donald Trump s'est entretenu par téléphone avec le maréchal Khalifa Haftar quatre jours plus tôt[79],[80],[81]. Selon le communiqué de la maison blanche, les deux hommes ont discuté d'une « vision commune pour la transition de la Libye vers un système politique démocratique et stable » et le président Trump a « reconnu le rôle significatif du maréchal Haftar dans la lutte contre le terrorisme et la sécurisation des ressources pétrolières de Libye »[79],[82]. Le porte-parole de l'ANL, Ahmad Al-Mesmari, déclare alors : « Nous avons remporté la bataille politique et nous avons convaincu le monde que les forces armées (de l'ANL) combattent le terrorisme »[82]. Selon Le Monde : « Un tel appel téléphonique à M. Haftar de M. Trump, qui n’a pas honoré M. Sarraj d’un tel geste, a aussitôt été interprété comme un basculement de Washington dans le camp pro-Haftar, en rupture avec la position beaucoup plus équilibrée que le département d’Etat avait jusqu’à présent défendue »[74].

Le Conseil de sécurité des Nations unies apparaît pour sa part très divisé[83]. Une résolution réclamant un cessez-le-feu et un accès humanitaire inconditionnel aux zones de combat est proposée par le Royaume-Uni avec le soutien de la France et de l'Allemagne, mais elle se heurte à l'opposition des États-Unis, de la Russie, et des trois pays africains au Conseil de sécurité : l'Afrique du Sud, la Côte d'Ivoire et la Guinée équatoriale, qui jugent le texte trop dur contre Haftar[79],[83],[84],[82],[85].

Les 7 et 8 mai, Fayez el-Sarraj fait une rapide tournée européenne et se rend à Rome, Berlin, Paris et Londres afin de s'entretenir avec Giuseppe Conte, Angela Merkel, Emmanuel Macron et Theresa May[86],[85]. De son côté, Haftar se rend en Égypte rencontrer Abdel Fattah al-Sissi pour la seconde fois depuis le début de son offensive[87],[88].

Le 22 mai, le maréchal Haftar se rend en France, où il est reçu par le président Emmanuel Macron[89]. Le président français lui demande alors de faire « un pas publiquement en direction du cessez-le-feu », mais le maréchal Haftar déclare que les conditions d'un cessez-le-feu ne sont « pas réunies »[90],[91].

Le 16 juin, Fayez el-Sarraj présente « une initiative politique pour une sortie de crise », dans laquelle il propose, en coordination avec la mission de l'ONU en Libye, la tenue d'un « forum libyen » pour réunir « les forces nationales influentes sur les plans politique et social, et partisanes d’une solution pacifique et démocratique »[92]. Cette initiative prévoit également la tenue simultanée « d’élections présidentielle et législatives avant la fin 2019 »[92]. L'initiative est cependant rejetée quelques jours plus tard par Haftar qui affirme que l'offensive « ne s'arrêtera pas avant que tous ses objectifs ne soient atteints »[93].

Début avril : combats indécis entre le GNA et l'ANL[modifier | modifier le code]

Carte de la progression des forces de l'ANL :

Les forces de l'ANL prennent position à l'ouest et au sud de Tripoli[6]. Leurs unités sont signalées à El Azizia, Janzour, Sabratha et Zaouïa[6].

Le 2 avril, les forces de l'ANL s'emparent sans combattre de Gharyan, située à 100 kilomètres au sud-ouest de Tripoli, après avoir obtenu le ralliement d'un groupe armé local[21],[94],[61]. Le 4 avril, la ville de Sermane, située à 60 km à l'est de Tripoli, est également prise sans combat par les forces pro-Haftar[61].

Le soir du 4 avril, plusieurs dizaines d'hommes de l'ANL avec quinze pick-up prennent sans combattre le contrôle du barrage de sécurité « pont 27 », à 27 kilomètres à l'ouest de Tipoli[21]. L'attaque est menée par les unités 106 et 107, considérées comme faisant partie des troupes d'élite de l'ANL[2],[65]. Pourtant le lendemain, peu avant l'aube, les milices pro-GNA de Zaouïa reprennent ce point au terme d'un court accrochage et font plusieurs dizaines de prisonniers[12],[58]. Le porte-parole de l'ANL, Ahmad al-Mesmari, reconnait que 128 soldats ont été capturés[12]. Le GNA donne pour sa part un bilan de 145 prisonniers et 60 véhicules capturés[13],[37]. Fayez el-Sarraj se rend ensuite personnellement sur place accompagnés de commandants militaires afin d'échanger avec les combattants avant de reprendre la route de Tripoli[12].

Les premiers combats significatifs débutent le 5 avril en fin de journée, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Tripoli, dans les environs de Gasr Ben Ghechir, Soug al-Khamis, al-Saeh et Soug al-Sabt[12],[58],[2]. Les forces de l'ANL tentent alors de prendre le contrôle de l'aéroport international de Tripoli[12]. Selon le GNA, elles parviennent à s'en emparer brièvement avant d'être repoussées[12]. Des combats ont également lieu dans la région d'El Azizia, à environ 50 kilomètres au sud-ouest de Tripoli[12],[58]. L'ANL revendique la prise de la ville d'El Azizia, ainsi que celle de Tarhounah, 90 kilomètres au sud-est de Tripoli, où la milice de la ville, la 7e brigade, fait défection pour rejoindre l'ANL[2],[58],[65].

Le soir du 5 avril, les troupes de l'ANL entrent également dans la ville de Gasr Ben Ghechir, à moins de 30 kilomètres au sud de Tripoli[65],[95].

Le 6 avril, les combats se poursuivent, notamment dans les environs de Wadi al-Rabi et de Gasr Ben Ghechir[67]. Des frappes aériennes contre les troupes de l'ANL sont signalées : l'ANL rapporte un raid aérien d'un appareil de Misrata à Al-Aziziya qui n'aurait pas fait de victime ; la Force de protection de Tripoli évoque de son côté des « bombardements intensifs » menés par des avions de Tripoli et Misrata, mais ne donne pas de bilan[95],[67].

Le 7 avril, l'ANL réplique en menant à son tour ses premiers raids aériens dans la région de Tripoli[96],[97]. Ces frappes sont menées contre des hangars de véhicules militaires près de l'aéroport international[98]. L'aviation GNA mène ensuite un raid sur l'aéroport de Wattyia, à l'ouest de Tripoli, où sont basés les avions des forces d'Haftar[98]. Après un pause nocturne, les combats reprennent au sud de la capitale, en particulier à Wadi al-Rabi et près de l'aéroport[39]. Le même jour, le nouveau porte-parole du GNA, le colonel Mohamad Gnounou, proclame le début d'une « contre-offensive » baptisée « Volcan de la colère » pour « purger toutes les villes » des « forces illégitimes »[39],[97].

Le 8 avril, les combats se poursuivent dans la banlieue sud de la capitale[99],[98],[100]. Des combattants de l'ANL auraient pénétré dans le quartier de Khalat Fourjan, à une dizaine de kilomètres du centre-ville[98]. Les forces du GNA tiennent toujours l'aéroport international de Tripoli, cependant l'aéroport de Mitiga, le seul fonctionnel à Tripoli, est touché par une frappe aérienne de l'ANL[99],[71],[100],[72]. Elle ne fait pas de victime mais une des pistes d’atterrissage est endommagée et les vols sont suspendus par l'Autorité de l'aviation civile[99],[71]. L'ANL revendique le raid et affirme avoir visé un avion militaire MiG-23 et un hélicoptère[72].

Le 9 avril, les combats et les bombardements aériens se poursuivent à Gasr Ben Ghachir et Wadi al-Rabi, mais aucun camp ne prend véritablement l'avantage[72]. Selon le GNA, des frappes aériennes sont également menées contre les lignes d'approvisionnement de l'ANL jusque dans le centre du pays[72]. Le 10 avril, après de violents combats, l'ANL revendique la prise de la caserne du 4e bataillon à El Azizia[101]. Celle-ci change de mains à plusieurs reprises[36]. Les 12 et 13 avril, le GNA affirme avoir mené 21 frappes aériennes contre l'ANL[36]. Le 12 avril, un avion de l'ANL bombarde pour sa part un camp d'une milice du GNA à Zouara[102].

Dans les jours qui suivent, les combats et les frappes aériennes se concentrent dans la périphérie sud de Tripoli, dans les villes et quartiers d'El Azizia, Wadi al-Rabi, Ain Zara, al-Swani, Gasr Ben Ghachir, Abou Salim, Khalat Al-Ferjan, Salaheddine, le camp de Yarmouk et l'aéroport international[101],[36],[103],[104],[10]. Les deux camps affirment avancer sur tous les fonts mais aucun ne semble prendre l'avantage[36]. À Tripoli, plusieurs manifestations ont également lieu courant avril sur la place des Martyrs pour dénoncer l'offensive de Haftar[105],[106]. Certains manifestants accusant le gouvernement français de soutenir Haftar apparaissent également vêtus de gilets jaunes, en référence au mouvement de contestation qui secoue alors la France[105],[106].

Le 14 avril, le GNA affirme que ses forces ont abattu un avion de chasse de l'ANL[107]. Une source de l'AFP au sein de l'ANL confirme la perte d'un MiG-23, mais l'attribue à une « panne technique » et affirme que le pilote a pu s'éjecter et a été secouru[107].

Le soir du 16 avril, des roquettes s'abattent dans le centre-ville et des quartiers du sud de Tripoli, faisant six morts et 35 blessés[78].

Mi-avril : contre-offensive du GNA[modifier | modifier le code]

Le 18 avril, les forces du GNA reprennent la ville d'El Azizia[108],[109]. Le 20 avril, le GNA annonce le lancement d'une contre-offensive[110]. Ses troupes parviennent au cours de la journée à progresser de quelques kilomètres à Ain Zara et Wadi al-Rabi[110],[82],[111]. Sept frappes aériennes sont également menées sur Gharyan et contre la base aérienne al-Watiya[110],[111]. Le 23 avril, sur le front au sud-ouest de Tripoli, les forces de l'ANL sont repoussées à une soixantaine de kilomètres, cependant elles conservent leurs positions au sud-est[109],[112]. Les combats les plus importants ont alors lieu dans les environs d'al-Hira, entre El Azizia et Gharyan[113]. Lentement, les forces du GNA continuent de regagner une partie du terrain les jours suivants[41],[114]. L'ANL conserve cependant sa pointe la plus avancée à Aïn Zara, dans la banlieue sud-est, à une douzaine de kilomètres du centre-ville[20]. Début mai, les combats se poursuivent à Aïn Zara, ainsi qu'à Salaheddine et Khalat al-Ferjan, situés à 20 kilomètres du centre-ville ; autour de l'aéroport, à 30 kilomètres de Tripoli ; et au nord de la ville de Gharyan, à 80 kilomètres au sud-ouest de Tripoli[20]. Selon Jalel Harchaoui, chercheur à l'Institut Clingendael de La Haye : « La ligne de front varie de manière très fluide et accidentée, parfois plusieurs fois par jour »[20]. Mais dans l'ensemble, même si les forces du GNA sont parvenues à desserrer un peu l'étreinte de l'ANL lors de la contre-offensive du 20 avril, les fronts restent bloqués[20].

Mai et juin : accalmie dans les combats[modifier | modifier le code]

Les combats connaissent ensuite une certaine accalmie, notamment après le début du ramadan le 6 mai[115],[116] Cependant le 21 mai, les forces du GNA lancent une nouvelle offensive[115],[116]. Les combats sont alors les plus violents depuis le début du mois de mai[115],[116]. Les forces du GNA parviennent à progresser de 2 à 3 kilomètres dans le quartier de Salaheddine[115],[116]. Le 23 mai, les combats baissent à nouveau en intensité[116].

Fin juin : reprise de Gharyan par les forces du GNA[modifier | modifier le code]

Le 26 juin, les forces du GNA lancent une attaque surprise contre la ville de Gharyan[117],[118],[119]. Huit raids aériens sont effectués par les avions du GNA, puis les troupes au sol entrent dans la ville en profitant du retournement de certains combattants locaux[117],[118],[119]. L'attaque est menée par des combattants amazighs et zintanis[119]. Rapidement, la ville tombe entièrement aux mains des forces anti-Haftar[117],[118],[119],[120]. Le porte-parole des forces du GNA, Moustafa al-Mejii, revendique des dizaines de morts et 18 prisonniers dans les rangs des forces d'Haftar[94]. Trois jours plus tard, un autre porte-parole du GNA, Mohamad Gnounou, annonce quant à lui que 150 combattants de l'ANL ont été faits prisonniers et que 70 véhicules armés et « blindés émiratis » ont été capturés[14]. Du côté de l'ANL, des Tchadiens et des Soudanais figurent parmi les prisonniers[118] et plusieurs Touaregs d'Oubari figurent parmi les morts[119]. Une source médicale à l'hôpital de Gharyan fait pour sa part état à l'AFP d'au moins 15 morts pour l'ANL et 8 pour le GNA[117]. La défaite est lourde pour l'ANL, qui perd un verrou stratégique, son principal poste de commandement pour la bataille de Tripoli, une piste d'atterrissage permettant des livraisons aériennes, d'importants stocks de munitions, des drones d'observation et des blindés livrés par les Émirats arabes unis, des missiles russes et des roquettes de fabrication chinoise et des lance-missiles antichars américains FGM-148 Javelin[117],[119],[121],[122],[123],[124]. La provenance des Javelin est initialement soupçonnée d'être d'origine émiratie[125]. Or, les Émirats avaient pris l'engagement auprès des États-Unis de ne pas transmettre leurs armes à une tierce-entité[124],[126],[124]. Cependant, il s'avère que les quatre armes anti-chars Javelin avaient appartenu à l'armée française après avoir été achetées en 2010 aux États-Unis[125]. Le Ministère français des Armées nie avoir transféré ces armes a des forces locales et affirme qu'elles étaient destinées à « l'autoprotection d’un détachement français déployé à des fins de renseignement en matière de contre-terrorisme », qu'elles étaient « endommagées et hors d'usage » et auraient été « temporairement stockées dans un dépôt en vue de leur destruction »[125]. Le Ministère des affaires étrangères du GNA réagit alors en demandant des « explications urgentes » à Paris[127].

Tensions entre la Turquie et l'Armée nationale libyenne[modifier | modifier le code]

Le 18 mai, malgré l'embargo sur les armes décrété en 2011 par l'ONU, une trentaine de véhicules blindés BMC Kirpi (en) sont livrés au grand jour par la Turquie dans le port de Tripoli et immédiatement envoyés sur le front[128],[129],[42]. En mai, des drones turcs, dont certains armés, sont également livrés aux forces du GNA[120],[124],[126]. Quatre drones Bayraktar TB2 sont fournis initialement, avant d'être suivis par quatre autres après la destruction de deux appareils le 8 juin[124]. Le 19 juin, le président turc Recep Tayyip Erdoğan confirme que son pays fournit bien des armes au GNA, en vertu d'un « accord de coopération militaire entre Ankara et Tripoli »[14],[130]. Selon lui, ce soutien aux forces de Tripoli a d'ailleurs permis de « rééquilibrer » la situation face aux forces de Haftar[14],[130].

Quelques mois plus tard, un rapport d'experts de l'ONU déplore « l'intensification d'un conflit par procuration » et la violation de l'embargo sur les armes par les Émirats arabes unis, la Jordanie et la Turquie qui acheminent du matériel militaire en Libye « sans vraiment d'effort pour en dissimuler la provenance »[131].

Selon Jalel Harchaoui, chercheur à l'Institut Clingendael de La Haye, Ankara « souhaite se projeter comme une puissance capable de venir sauver le pluralisme politique d'une agression menée par le Golfe et l'Égypte, lesquels préfèrent un autoritarisme strict à l'autoritarisme populiste d'Erdogan »[124].

Le 28 juin, en réponse aux livraisons d'armes au GNA par la Turquie, Haftar donne l'ordre à ses forces de prendre pour cible les navires turcs, les sites stratégiques, les compagnies et projets appartenant à l'État turc, d'arrêter les ressortissants turcs et d'interdire les vols vers la Turquie[14],[130]. Le porte-parole de l'ANL, Ahmad al-Mesmari, accuse alors l'armée turque d'être directement impliquée dans la bataille, ce que le GNA dément[14],[130]. Le 30 juin, Ankara accuse les forces d'Haftar d'avoir arrêté six de ses ressortissants[132]. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, déclare alors : « La détention de six de nos concitoyens par des milices illégales liées à Haftar est un acte de violence et de piraterie. Nous nous attendons à ce que nos concitoyens soient libérés immédiatement. Si cela n’arrive pas, des forces d’Haftar deviendront des cibles légitimes »[133],[132]. Mais le même jour, dans la soirée, l'ANL déclare avoir détruit un drone turc Bayraktar à l'aéroport de Mitiga, d'une frappe aérienne alors que l'appareil s'apprêtait à décoller[133],[132]. Le lendemain, les Turcs — des marins selon Ankara — sont libérés[134].

Bombardement d'un centre de détention de migrants à Tajoura[modifier | modifier le code]

Le 3 juillet, un centre de détention de migrants est bombardé par l'ANL à Tajoura, à l'est de Tripoli[135],[136]. Deux des cinq hangars, où sont détenus au total 600 migrants, principalement érythréens et soudanais, sont touchés[135]. La première frappe touche un hangar vide, ce qui provoque un début de panique[137]. Des gardes ouvrent le feu sur des migrants qui tentent de s'enfuir après le bombardement[137]. Une deuxième frappe aérienne touche ensuite un second hangar, à l'intérieur duquel se trouvent 120 personnes[137]. Selon l'ONU, au moins 53 migrants et réfugiés, dont six enfants, trouvent la mort dans l'attaque[137],[138]. Le 5 juillet, un porte-parole de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) indique que 350 migrants, dont 20 femmes et quatre enfants, sont toujours détenus à cette date dans le centre de Tajoura[138].

Situé à proximité de la base d'une milice, le camp de Tajoura est sous le contrôle du GNA qui accuse l'ANL d'être responsable de la frappe[135],[136]. Celle-ci dément en accusant le GNA de « fomenter un complot »[135]. L'attaque est condamnée par l'ONU, l'Union africaine, l'Union européenne, la France, l'Italie, le Qatar, le Nigeria, la Turquie et plusieurs ONG[135],[136]. Ghassan Salamé, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en Libye, qualifie l'attaque de « crime de guerre » et de « carnage ignoble et sanglant »[136]. Cependant l'adoption d'une condamnation unanime du Conseil de sécurité des Nations unies est bloquée par les États-Unis[139]. L'ONU avait auparavant exprimé son inquiétude sur le sort d'environ 3 500 migrants et réfugiés « en danger dans des centres de détention situés près de zones d'affrontements »[135]. Le porte-parole du secrétaire-général de l'ONU indique également que « l'ONU avait fourni la localisation exacte du centre de détention aux parties »[135]. Le campa avait été touché une première fois par un raid aérien le 7 mai et deux personnes avaient été blessées[137]. Au moins 660 000 migrants résident alors Libye et 5 700 sont retenus dans des centres de détention[140],[137],[136].

Le 9 juillet, le GNA annonce que les 300 migrants encore détenus dans le centre de Tajoura ont été libérés[141].

Juillet-août : poursuite de l'offensive de l'ANL depuis Tarhounah[modifier | modifier le code]

Des combattants du GNA à Tripoli, le 7 juillet 2019.

Après son échec à Gharyan, l'Armée nationale libyenne établit une nouvelle salle de commandement et une piste d'atterrissage à Tarhounah, à 60 kilomètres au sud-est de Tripoli[142]. Elle multiplie alors ses frappes aériennes et son porte-parole, Ahamd el Mesmari, promet une « bataille définitive »[142]. Le 3 juillet, un raid aérien de l'ANL vise l'aéroport de Mitiga, provoquant la suspension des vols[143]. Le 5 juillet, les forces de l'ALN affirment avoir abattu un avion du GNA, ce dernier affirme avoir perdu contact avec l'appareil[144].

Le 22 juillet, l'Armée nationale libyenne lance une offensive au sud de la capitale[145]. Elle déclare avoir progressé, ce que le GNA dément en affirmant pour sa part avoir repoussé l'offensive et détruit trois chars, deux blindés et quatre véhicules[145],[146]. Le GNA affirme déplorer la mort de six hommes dans ses rangs contre 25 tués ou blessés du côté des forces pro-Haftar et onze « mercenaires » faits prisonniers[146]. Le même jour, un avion L-39 Albatros de l'ANL atterrit également en Tunisie, dans la région de Médenine, pour des raisons incertaines[147],[148]. Les autorités tunisiennes évoquent officiellement un incident technique, mais selon une source sécuritaire tunisienne de RFI, le pilote aurait refusé de bombarder Tripoli et aurait fait défection[149].

Le 29 juillet, un hôpital de campagne est bombardé au sud de Tripoli, causant la mort de cinq médecins et faisant huit blessés[150]. L'attaque est revendiquée par le porte-parole de l'ANL Ahmad al-Mesmari qui présente l'hôpital de campagne comme une « couverture » utilisée « par les terroristes pour ne pas être visés » et qui affirme que les victimes « ne sont pas des médecins mais des étudiants en faculté de médecine. [...] Certains ont été emprisonnés dans les années 90 pour terrorisme, d’autres appartiennent au mouvement des Frères musulmans »[150]. L'attaque est condamnée par la Mission d'appui des Nations unies en Libye[150].

Le 10 août, les belligérants se mettent d'accord pour une trêve provisoire pendant les festivités de l'Aïd al-Adha[151],[152]. L'ANL annonce cesser ses opérations dans la banlieue de Tripoli entre le 10 août à 15h00 et le 12 août à 15h00[151],[152]. Le GNA déclare également « accepter une trêve humanitaire pour les jours de fête d'Al-Adha », qui durent du 10 au 13 août, à condition qu'elle concerne « toutes les zones de combats, avec cessation des tirs directs et indirects et de tout mouvement de troupes »[151]. Il exige également « l'interdiction des vols et des survols de reconnaissance dans la totalité de l'espace aérien ainsi que de tout départ d'avion des bases aériennes »[151]. La trêve n'est cependant que partiellement respectée et les combats reprennent le soir du 13 août[153].

L'ANL commence également à mener des bombardements aériens contre l'aéroport de Mitiga le 11 août, puis contre l'aéroport de Zouara le 15[154],[155],[156]. L'ANL revendique les raids de Zouara, où elle affirme avoir ciblé des drones turcs[156]. Cible d'attaques répétées, l'aéroport de Mitiga ferme début septembre[157]

Le 21 août, le GNA affirme regagné du terrain dans le secteur d'Esbea, à 40 kilomètres au sud de Tripoli, et repris plusieurs positions, dont l'académie de l'armée de l'air[158]. Moustafa al-Mejii, porte-parole du GNA, donne un bilan de 20 morts et plusieurs dizaines de blessés pour l'ANL contre sept tués pour le GNA[158].

Septembre à novembre : nouvelle accalmie dans les combats[modifier | modifier le code]

À partir de septembre, les combats baissent encore en intensité, le front se stabilise mais des bombardements sont encore menés ponctuellement[159],[160],[161]. Après avoir été utilisés intensivement pendant plusieurs mois, la plupart des avions de combat des deux forces aériennes sont alors immobilisés pour des raisons de maintenance[162]. Les deux camps continuent alors de recourir aux drones[162]. Ghassan Salamé, le représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU, déclare notamment fin septembre que la Libye est « probablement le plus grand théâtre de guerre de drones au monde »[162]. Il relève leur utilisation à 600 reprises par un camp et à 300 par l'autre, sans préciser lesquels[162]. Chaque camp cherche alors à détruire les drones de l'adversaire, ainsi que leurs centres de commandement et leurs bases de décollage[162]. Selon le site russe Meduza, 35 mercenaires russes du Groupe Wagner auraient été tués en septembre dans un raid aérien près de Tripoli alors qu'ils combattaient aux côtés des forces d'Haftar[15].

Offensive de décembre 2019[modifier | modifier le code]

Le 12 décembre 2019, Khalifa Haftar annonce avoir donné l'ordre de lancer la « bataille finale » pour le contrôle de Tripoli[163],[164]. Il déclare : « L'heure zéro a sonné pour l'assaut large et total attendu par tout Libyen libre et honnête »[163]. Le GNA affirme pour sa part que la situation est « sous contrôle » et que leurs troupes maintenaient leurs positions au sud de la capitale[163]. Ftih Bashagha, le ministre de l'Intérieur du GNA, qualifie l'annonce de « nouvelle tentative désespérée » et déclare : « Nous sommes prêts à repousser toute nouvelle tentative folle du putschiste Haftar »[163]. Des combats ont lieu près des casernes de Yarmouk et Hamza, au sud de la capitale, et les forces pro-GNA annoncent avoir repoussé une attaque dans le secteur de Toghar et détruit quatre chars[163],[164]. Le 27 décembre, l'ANL affirme avoir avancé de plusieurs centaines de mètres à Salaheddine et Khallatat, tandis que le GNA déclare avoir contre-attaqué et repris les positions perdues, tuant 18 hommes des forces de Haftar et faisant 10 prisonniers[165].

Intervention de la Turquie en janvier 2020[modifier | modifier le code]

Fin 2019, si les lignes de front ont peu bougé, le GNA s'inquiète de l'intervention des mercenaires du Groupe Wagner, qui déploient notamment un système de brouillage de drones[166],[46]. De plus les forces de Haftar dominent désormais les airs après être parvenues à détruire plusieurs drones turcs[166]. Le 27 novembre, le GNA signe un accord militaire et maritime avec la Turquie[167],[168]. L'accord suscite notamment la colère de la Grèce, qui accuse Ankara de chercher à revendiquer des droits sur des zones en Méditerranée riches en hydrocarbures, notamment au large de la Crète et de Chypre[166],[169]. Le 20 décembre, le GNA demande à cinq « pays amis » — la Turquie, les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Italie et l'Algérie — d'« activer les accords de coopération en matière de sécurité »[170]. La Turquie se déclare alors prête à intervenir militairement en Libye si le GNA en fait la demande[171],[172],[173],[174],[168],[46],[175]. Dés fin décembre, des rebelles syriens de l'Armée nationale syrienne et des officiers de renseignement turcs sont envoyés à Tripoli[46],[176],[47],[49].

Le 2 janvier 2020, la Grande Assemblée nationale vote une résolution qui autorise un déploiement de l'armée turque en Libye[177]. Le maréchal Khalifa Haftar annonce alors « accepter le défi » et déclare « le djihad et la mobilisation générale », exhortant « tous les Libyens » à porter les armes, « hommes et femmes, militaires et civils, pour défendre notre terre et notre honneur »[178]. Le lendemain, le Parlement de Benghazi rompt ses relations avec la Turquie[179]. L'intervention turque est également condamnée par les États-Unis, l'Égypte, les Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite, Israël, la France, la Grèce et Chypre[177],[180],[181],[182]. Le 5 janvier, le président Recep Tayyip Erdoğan annonce le début des opérations de déploiement des militaires turcs en Libye[180]. Le 8 janvier, il déclare que 35 militaires turcs sont en Libye, mais que leur rôle est de conseiller et de former les forces du GNA et non de prendre part aux combats[5].

Le 4 janvier, une école militaire dans le quartier de Al-Hadba Al-Khadra, à Tripoli, est la cible d'une frappe aérienne qui cause la mort de 30 cadets et fait des dizaines de blessés[11],[183]. L'attaque est imputée par Ghassan Salamé à « un pays soutenant l'ANL »[184].

Cessez-le-feu en janvier 2020[modifier | modifier le code]

Le 8 janvier, à Istanbul, le président turc Recep Tayyip Erdoğan et le président russe Vladimir Poutine appellent dans une déclaration commune les différents belligérants à cessez les hostilités[185]. Dans un premier temps, le maréchal Haftar annonce le 9 janvier la poursuite des opérations[186], mais le 11 il proclame finalement un cessez-le-feu[187]. Le 12, le GNA accepte à son tour l'arrêt des combats[186]. Le cessez-le-feu est globalement respecté, malgré quelques violations[188],[189],[9]. Le 13 janvier, Fayez el-Sarraj et Khalifa Haftar se rendent à Moscou pour engager des pourparlers[190],[191],[9]. Un accord de cessez-le-feu est paraphé par Sarraj, mais Haftar refuse quant à lui de le signer et quitte Moscou le 14 janvier[188].

Le 19 janvier, une conférence sous l'égide de l'ONU se tient à Berlin, où elle rassemble les chefs d'État ou de gouvernement de l'Allemagne, de la Russie, de la Turquie, de la France, du Royaume-Uni, de l'Italie, des États-Unis, de l'Égypte, des Émirats arabes unis, de l'Algérie et de la république du Congo, ainsi que l'Union africaine, l'Union européenne et la Ligue arabe. Également présent à Berlin, Fayez el-Sarraj et Khalifa Haftar ne se rencontrent cependant pas directement. Un communiqué commun appelant au maintien du cessez-le-feu et au renforcement de l'embargo sur les armes est rendu public par tous les acteurs internationaux invités, mais aucun accord n'est conclu[192],[193],[194],[195]

Le 26 janvier, le cessez-le-feu est rompu par l'ANL qui lance un offensive sur la localité d'Abou Grein, entre Misrata et Syrte, et s'empare de deux villages : Qaddaheya et Wedi Zamzam[196].

Cependant le 4 février, l'émissaire de l'ONU Ghassan Salamé annonce que les deux parties, représentées par deux délégations constituées de cinq officiers militaires chacune, sont venues à Genève pour engager des discussions et ont accepté de transformer la « trêve » en un « cessez-le-feu durable »[197],[198]. La trêve demeure cependant fragile, des combats continue d'éclater ponctuellement dans les jours qui suivent[199].

Pertes[modifier | modifier le code]

Le 5 avril, le porte-parole de l'ANL, Ahmad al-Mesmari, reconnait cinq morts et 128 prisonniers au cours des combats livrés depuis la veille[12]. Le lendemain, l'ANL reconnait 14 morts dans ses rangs[39]. Le bilan passe ensuite à 28 morts et 92 blessés le 10 avril[200].

Le 8 avril, le ministère de la Santé du Gouvernement d'union nationale annonce de son côté un bilan d'au moins 35 morts et environ 40 blessés, combattants et civils, depuis le début de l'offensive[201].

Au 9 août, l'OMS recense 1 093 morts, dont 106 civils et 5 752 blessés, dont 289 civils, depuis le début de l'offensive[151],[127]. Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU fait état de 75 000 personnes déplacées[115].

Début janvier 2020, le bilan de l'ONU passe à au moins 2 000 combattants et 280 civils tués et 146 000 déplacés depuis le début de l'offensive[11].

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), le nombre de mercenaires syriens de l'Armée nationale syrienne tués en Libye est d'au mois 19 à la date du 16 janvier 2020[50], puis de 80 à la date du 4 février, tandis que 64 combattants ont déserté pour fuir vers l'Europe[4].

Le 29 juillet 2019, la Mission d'appui des Nations unies en Libye déclare que depuis le début du conflit « 37 attaques sur des personnels et des installations de santé ont été enregistrées, faisant 11 morts, 33 blessés en plus de 19 ambulances directement ou indirectement touchées »[150].

Conséquences[modifier | modifier le code]

En avril, l'AFP indique que « Le maréchal Haftar et son ANL qui tablaient sur une victoire rapide "sans combats" en nouant des alliances avec des factions de la Tripolitaine semblent surpris par la mobilisation pro-GNA »[39]. Haftar aurait espéré le ralliement rapide de plusieurs milices du GNA[39].

Selon le politologue Wolfram Lacher, chercheur à l'Institut allemand des affaires internationales et de sécurité : « Cette guerre n’était pas le scénario privilégié par Khalifa Haftar. Son plan initial était de faire entrer des troupes en petit nombre à Tripoli avant que ses adversaires n’aient le temps de réagir, et d’entraîner la défection et le ralliement à son camp de groupes armés locaux et de responsables sécuritaires. La responsabilité de l’engagement des hostilités dans les zones densément peuplées serait ainsi revenue à ses adversaires. La pression locale et internationale les aurait alors contraints au cessez-le-feu et Khalifa Haftar aurait pu se servir de sa position nouvellement acquise à Tripoli comme d’un tremplin, la transformant en pouvoir politique à l’occasion d’une conférence nationale prévue mi-avril, sous l’égide de l’ONU. Ce plan a toutefois échoué dès le premier jour de l’opération. L’attaque de Khalifa Haftar n’a pas eu l’effet escompté de diviser les groupes armés dans l’ouest de la Libye, mais les a au contraire unis contre lui. Haftar n’a pas su comprendre les motivations des milices, et a surestimé leur opportunisme. Il n’a désormais plus d’autre choix que de jouer le tout pour le tout à Tripoli, car une défaite serait désastreuse pour lui »[202].

Les deux camps alimentent une guerre de l'information sur les réseaux sociaux[203].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Qui s’affrontent sur le terrain en Libye ?, France 24, 6 avril 2019.
  2. a b c d e f g et h Maryline Dumas, Tripoli: les tensions se poursuivent, Le Figaro, 6 avril 2019.
  3. a b c d e f g h i j et k Célian Macé et Hala Kodmani, Libye: le maréchal Haftar fait trembler Tripoli, Libération, 8 avril 2019.
  4. a b c et d Turkey’s recruitment of Syrian mercenaries: Turkey receives more volunteers exceeding the number it requests and more mercenaries killed in Tripoli, OSDH, 4 février 2020.
  5. a et b Libye : 35 militaires turcs sur place, pas de participation aux combats, annonce Erdogan, AFP, 8 janvier 2020.
  6. a b c d e f et g Frédéric Bobin, En Libye, le maréchal Haftar intensifie la pression sur Tripoli, Le Monde, 5 avril 2019.
  7. a b c et d Arnaud Delalande, Forces on the Libyan ground: Who is Who, Institut pour les études de politique internationale, 28 mai 2018.
  8. a et b Patrick Angevin, Libye. La Turquie envoie des miliciens syriens au secours de son protégé Sarraj, Ouest-France, 15 janvier 2020.
  9. a b c et d Frédéric Bobin, En Libye, le cessez-le-feu de Tripoli illustre l’influence de la médiation turco-russe, Le Monde, 13 janvier 2020.
  10. a b et c Frédéric Bobin, A Tripoli, la rancœur des combattants anti-Haftar, Le Monde, 30 avril 2019.
  11. a b c d e et f Libye : au moins vingt-huit morts dans un raid contre une école militaire, Le Monde avec AFP, 6 janvier 2020.
  12. a b c d e f g h et i Libye: Guterres "profondément inquiet", combats au sud de Tripoli, AFP, 5 avril 2019.
  13. a b c d e et f Célian Macé, Haftar, l’offensive de trop en Libye ?, Libération, 5 avril 2019.
  14. a b c d e et f Le maréchal Haftar promet d'attaquer les intérêts turcs en Libye, AFP, 29 juin 2019.
  15. a b et c Marc Nexon, Ces miliciens russes morts en Libye qui embarrassent Moscou, Le Point, 8 octobre 2019.
  16. a b et c Alexis Feertchak, En Libye, le risque d’une nouvelle escalade militaire, Le Figaro, 5 avril 2019.
  17. Marie Verdier, En Libye, le maréchal Haftar tente l’assaut de Tripoli, La Croix, 5 avril 2019.
  18. Les forces de l’homme fort de l’Est libyen aux portes de Tripoli, Le Monde, 5 avril 2019.
  19. a et b Les puissants soutiens des deux camps rivaux libyens, ATS, 6 avril 2019.
  20. a b c d e f et g En Libye, impasse militaire et luttes d'influence étrangères, AFP, 3 mai 2019.
  21. a b c d e f g h i j k et l Imed Lamloum, Libye: des forces du maréchal Haftar aux portes de Tripoli, AFP, 5 avril 2019.
  22. a et b Louis Imbert et Benjamin Barthe, En Libye, l’axe prosaoudien en soutien aux troupes du maréchal Haftar, Le Monde, 18 avril 2019.
  23. En Libye, la Russie mise sur Haftar mais ménage ses intérêts, AFP, 9 avril 2019.
  24. Jihâd Gillon, Russie : un pied dans chaque camp libyen, Jeune Afrique, 5 février 2019.
  25. a et b Leela Jacinto, How the West’s silence emboldened Libya’s Haftar, France 24, 6 avril 2019.
  26. Marc Semo, Libye : la France embarrassée par son soutien au maréchal Haftar, Le Monde, 8 avril 2019.
  27. Libye: la France nie «tout plan caché», RFI, 9 avril 2019.
  28. Frédéric Bobin et Marc Semo, Libye : la France critiquée pour son rôle ambigu dans la crise actuelle, Le Monde, 12 avril 2019.
  29. François d’Alançon, Libye : la dynamique Haftar s’amplifie, La Croix, 14 février 2019.
  30. Frédéric Bobin, En Libye, les avancées du maréchal Haftar rebattent les cartes de la crise, Le Monde, 8 février 2019.
  31. Arianna Poletti, Libye : le maréchal Haftar avance dans le sud-ouest et inquiète Tripoli, Jeune Afrique, 8 février 2019.
  32. En Libye, les pouvoirs rivaux se mettent d’accord pour organiser des élections, Le Monde avec AFP, 28 février 2019.
  33. Frédéric Bobin, En Libye, le pari perdu des diplomaties européennes sur le maréchal Khalifa Haftar, Le Monde, 7 avril 2019.
  34. « Libye: conférence nationale en avril pour dresser une «feuille de route» », sur Le Figaro (consulté le 21 mars 2019)
  35. Libye – Arabie saoudite : le maréchal Haftar reçu à Riyad par le roi Salman, Jeune Afrique, 27 mars 2019.
  36. a b c d et e Libye: 121 morts et près de 600 blessés dans les combats près de Tripoli en dix jours, AFP, 14 avril 2019.
  37. a b c d et e [vidéo] Libye : Les combats se rapprochent de Tripoli, France 24, 5 avril 2019.
  38. Libye: qui sont les milices qui tiennent Tripoli?, RFI, 10 avril 2019.
  39. a b c d e f g et h Libye: Haftar à l'assaut de Tripoli, en face la résistance s'organise, AFP, 7 avril 2019.
  40. a et b Libye: une opération «Volcan de la colère» composée de milices hétéroclites, RFI, 21 avril 2019.
  41. a et b Au sud de Tripoli, la laborieuse avancée des troupes anti-Haftar, AFP, 30 avril 2019.
  42. a b c d et e Mauvais présage en Libye, les armes continuent d'affluer, AFP, 20 mai 2019.
  43. Jules Crétois, Libye : qui sont les forces spéciales Rada, ces puissants salafistes de Tripoli qui ont capturé le frère du kamikaze de Manchester ?, Jeune Afrique, 26 mai 2018.
  44. a b et c Frédéric Bobin, En Libye, la ville de Zinten fracturée entre pro et anti-Haftar, Le Monde, 4 mai 2019.
  45. a et b Bataille de Tripoli: quelles sont les forces en présence?, RFI, 6 avril 2019.
  46. a b c et d Frédéric Bobin et Allan Kaval,Le théâtre libyen, nouvelle poudrière régionale, Le Monde, 28 décembre 2019.
  47. a b et c La Turquie aurait envoyé des combattants syriens en Libye, selon l'OSDH, OLJ, 29 décembre 2019.
  48. Shipped by Turkey from Syria: 14 Turkish-backed mercenaries killed in Libya battles, OSDH, 14 janvier 2020.
  49. a b et c Bethan McKernan, Exclusive: 2,000 Syrian fighters deployed to Libya to support government, The Guardian, 15 janvier 2020.
  50. a et b 3,250 volunteers and 19 killed so far in Tripoli battle, SOHR continues to monitor the transfer of “mercenaries” to Libya, OSDH, 16 janvier 2020.
  51. , Benoît Delmas, Libye : ces salafistes madkhalistes qui soutiennent Haftar, Le Point,
  52. Benoît Vitkine et Frédéric Bobin, La Libye, nouveau théâtre d’intervention des mercenaires russes, Le Monde, 22 novembre 2019.
  53. Mathieu Galtier, Libye : «En face, ils n’ont aucune règle», Libération, 13 janvier 2020.
  54. Célian Macé, En Libye, les «parrains» lancés dans une escalade militaire, Libération, 5 janvier 2020.
  55. a b c et d Qui sont les acteurs soudanais présents en Libye?, RFI, 24 janvier 2020.
  56. Tchad: qui a épaulé l'armée tchadienne à Kouri Bougouri?, RFI, 15 janvier 2019.
  57. Sudanese armed groups fighting in Libya over non-payments by Haftar, Libya Observer, 4 mars 2019/
  58. a b c d e et f Libye: l’offensive de Khalifa Haftar repoussée à 30 kilomètres de Tripoli, RFI, 5 avril 2019.
  59. a et b Libye: l'Italie maintient sa mission militaire, Le Figaro avec AFP, 9 avril 2019.
  60. En Libye, le maréchal Haftar ordonne à ses troupes "d'avancer et d'entrer" dans Tripoli, France 24 avec AFP, 4 avril 2019.
  61. a b et c Libye: le maréchal Haftar ordonne à ses forces d'entrer dans Tripoli, RFI, 4 avril 2019.
  62. a b et c Libye: des groupes armés pro-gouvernement «prêts» à stopper l'offensive de Haftar, Le Figaro avec AFP, 4 avril 2019.
  63. a et b Libye: Sarraj met en garde contre une "guerre sans gagnant", Haftar poursuit son assaut, AFP, 6 avril 2019.
  64. a et b Libye : l’ONU espère qu’une « confrontation sanglante » pourra être évitée, Le Monde avec AFP et Reuters, 5 avril 2019.
  65. a b c et d Libye: la communauté internationale demande à Haftar de stopper son offensive, RFI, 5 avril 2019.
  66. a et b ONU: la Russie bloque une déclaration visant les forces de Haftar, AFP, 8 avril 2019.
  67. a b et c Libye : des combats au sud de Tripoli font craindre un nouvel embrasement, Le Monde avec AFP, 6 avril 2019.
  68. Marine Pennetier et Julie Carriat, "Harmonie" au G7 de Dinard dominé par la crise en Libye, Reuters, 6 avril 2019.
  69. Libye : Washington veut "l'arrêt immédiat" de l'offensive de Haftar, Europe 1 avec AFP, 8 avril 2019.
  70. Libye: le Kremlin appelle «toutes les parties» à la retenue, Le Figaro avec AFP, 8 avril 2019.
  71. a b et c En Libye, une frappe aérienne a touché le seul aéroport fonctionnel de Tripoli, Le Monde avec AFP, 8 avril 2019.
  72. a b c d et e L'ONU reporte une conférence interlibyenne en raison des violents combats, AFP, 9 avril 2019.
  73. https://www.espacemanager.com/entretien-telephonique-de-beji-caid-essebsi-avec-fayez-al-sarraj-et-ghassen-salame.html, espacemanger, 10 avril 2019
  74. a b et c Frédéric Bobin, Tripoli déplore le « manque de solidarité » de la France face à l’attaque du maréchal Haftar, Le Monde, 23 avril 2019.
  75. Alexandre Buccianti, Libye: rencontre entre le maréchal Haftar et le président égyptien Sissi au Caire, RFI, 14 avril 2011.
  76. Libye: le président égyptien Sissi reçoit le maréchal Haftar, Le Figaro avec Reuters, 14 avril 2019.
  77. a et b Accusée de soutenir le maréchal Haftar, la France réaffirme son appui à Tripoli, France 24 avec AFP et Reuters, 18 avril 2019.
  78. a b c d et e Libye: la communauté internationale divisée, des roquettes sur la capitale, AFP, 17 avril 2019.
  79. a b et c Libye: soutien américain à Haftar, le jeu international se clarifie, AFP, 19 avril 2019.
  80. Eric de Salve, Libye: la Maison Blanche annonce que Trump s'est entretenu avec Haftar, RFI, 20 avril 2019.
  81. Steve Holland et Michelle Nichols, Trump s'est entretenu au téléphone avec le maréchal libyen Haftar, Reuters, 19 avril 2019.
  82. a b c et d En Libye, les forces de Haftar piétinent toujours aux portes de la capitale, AFP, 21 avril 2019.
  83. a et b Marie-Pierre Olphand, Ghassan Salamé: les divisions internationales sur la Libye «m'attristent», RFI, 21 avril 2019.
  84. Michelle Nichols, Ulf Laessing et Marine Pennetier, USA et Russie ne soutiennent pas une résolution de l'Onu sur la Libye, Reuters, 19 avril 2019.
  85. a et b Marc Semo, Macron appelle à un « cessez-le-feu sous supervision internationale » en Libye, Le Monde, 9 mai 2019.
  86. David Rich, Quels soutiens pour le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj en visite en Europe ?, France 24, 7 mai 2019.
  87. Le maréchal libyen Haftar reçu en Egypte par Sissi, Le Figaro avec AFP, 9 mai 2019.
  88. Libye: Khalifa Haftar en visite au Caire pour la 2e fois en moins d'un mois, RFI, 11 mai 2019.
  89. Libye: Macron reçoit le maréchal Haftar, RFI, 22 mai 2019.
  90. À l'Élysée, Haftar affirme que les conditions d'un cessez-le-feu en Libye ne sont pas réunies, France 24 avec AFP, 22 mai 2019.
  91. Gaël Vaillant, Libye : Emmanuel Macron n'a pas réussi à convaincre le maréchal Khalifa Haftar, Le Journal du Dimanche avec AFP, 22 mai 2019.
  92. a et b Libye : Fayez Sarraj annonce une initiative pour sortir de la crise, Le Monde avec AFP, 16 juin 2019.
  93. Libye: Haftar décidé à poursuivre son offensive sur Tripoli, Le Figaro avec AFP, 20 juin 2019.
  94. a et b Libye: les forces anti-Haftar reprennent une importante ville dans l'Ouest, Le Figaro avec AFP, 26 juin 2019.
  95. a et b Libye: l’ONU maintient la date de la conférence nationale, RFI, 6 avril 2019.
  96. Libye: premiers bombardements aériens autour de Tripoli, RFI, 7 avril 2019.
  97. a et b Raid aérien, "contre-offensive": l'escalade se poursuit en Libye, AFP, 7 avril 2019.
  98. a b c et d Libye: les armes prennent le pas sur les discussions, RFI, 8 avril 2019.
  99. a b et c En Libye, vols suspendus à Tripoli, cible d'une offensive de Haftar, AFP, 8 avril 2019.
  100. a et b Libye: raid aérien contre l’aéroport à Tripoli imputé à Haftar, RFI, 8 avril 2019.
  101. a et b Libye: les combats s'intensifient autour de Tripoli avant une réunion à l'ONU, AFP, 10 avril 2019.
  102. Un avion des forces pro-Haftar frappe un camp militaire dans l'ouest de la Libye, France 24, 12 avril 2019.
  103. François d’Alançon, En Libye, le maréchal Haftar marche sur Tripoli, La Croix, 14 avril 2019.
  104. Libye: plus de 200 morts depuis le début de l’offensive de Khalifa Haftar, RFI, 18 avril 2019.
  105. a et b Libye: nouvelle manifestation contre Haftar et la France avec des gilets jaunes, AFP, 26 avril 2019.
  106. a et b Frédéric Bobin, En Libye, les Tripolitains dépités par l’offensive du maréchal Haftar, Le Monde, 27 avril 2019.
  107. a et b Libye: un avion de chasse des pro-Haftar «abattu» près de Tripoli, Le Figaro avec AFP, 14 avril 2019.
  108. Militari di Tripoli conquistano Azizia, ANSA, 18 avril 2019.
  109. a et b Libye: les forces de Tripoli repoussent l'armée d'Haftar, Le Figaro avec Reuters, 23 avril 2019.
  110. a b et c Libye: contre-attaque anti-Haftar, les combats redoublent au sud de Tripoli, AFP, 20 avril 2019.
  111. a et b Libye: contre-attaque des forces liées au GNA, les combats s'intensifient à Tripoli, RFI, 20 avril 2019.
  112. Libye: les combattants fidèles à Tripoli tentent de maintenir leur position, RFI, 25 avril 2019.
  113. Libye: les combats s'enlisent, la situation humanitaire "empire", AFP, 23 avril 2019.
  114. Mathieu Galtier, Libye : aux portes de Tripoli, une bataille de cliques et de broc, Libération, 28 avril 2019.
  115. a b c d et e Libye: combats violents au sud de Tripoli, crainte d'une "longue" guerre, AFP, 21 mai 2019.
  116. a b c d et e Libye: reprise des combats dans la banlieue de Tripoli, RFI, 22 mai 2019.
  117. a b c d et e Libye: revers pour Haftar dans la bataille de Tripoli, OLJ avec AFP, 27 juin 2019.
  118. a b c et d Libye: les troupes de Khalifa Haftar en déroute à Gheryan, RFI, 28 juin 2019.
  119. a b c d e et f Célian MAcé, L'armée de Haftar chassée de Gharyan, verrou de la Tripolitaine, Libération, 28 juin 2019.
  120. a et b Frédéric Bobin, En Libye, la bataille de Tripoli tourne en défaveur du maréchal Haftar, Le Monde, 30 juin 2019.
  121. Libye: découverte de missiles américains sur une base pro-Haftar selon le GNA, AFP, 29 juin 2019.
  122. Grégoire Pourtier, Libye: des armes achetées par les Émirats aux Etats-Unis retrouvées à Gheryan, RFI, 30 juin 2019.
  123. Libye: à Gharyan, cité stratégique, la fuite précipitée des forces pro-Haftar, AFP, 29 juin 2019.
  124. a b c d e et f En Libye, la tension Haftar-Ankara risque d'exacerber une guerre régionale par procuration, AFP, 2 juillet 2019.
  125. a b et c Libye : des missiles de l’armée française retrouvés sur une base de combattants pro-Haftar, Le Monde avec AFP, 10 juillet 2019.
  126. a et b Jean-Luc Mounier, La défaite du maréchal Haftar à Gharian en Libye attise les tensions avec la Turquie, France 24, 1er juillet 2019.
  127. a et b Missiles de l’armée française en Libye : Tripoli veut des explications « urgentes » de Paris, Le Monde avec AFP, 11 juillet 2019.
  128. Olivier Fourt, Libye: un embargo de l'ONU violé sous le nez des marines européennes, RFI, 19 mai 2019.
  129. Libye: les forces anti-Haftar dotées de dizaines de blindés en renfort, VOA avec AFP, 18 mai 2019.
  130. a b c et d Le maréchal Haftar menace les intérêts turcs en Libye, RFI, 29 juin 2019.
  131. Libye: un rapport au Conseil de sécurité dénonce «un conflit par procuration», RFI, 9 novembre 2019;
  132. a b et c Six Turcs détenus par les forces pro-Haftar en Libye, selon Ankara qui menace de riposter, France 24 avec AFP, 1er juillet 2019.
  133. a et b Vives tensions entre la Turquie et les forces du maréchal Haftar en Libye, Le Monde avec AFP, 1er juillet 2019.
  134. « Libye: six Turcs détenus par les forces d'Haftar relâchés », sur Le Figaro (consulté le 1er juillet 2019)
  135. a b c d e f et g Carnage dans un centre pour migrants en Libye, appels à une enquête, AFP, 3 juillet 2019.
  136. a b c d et e Ce que l'on sait du bombardement d'un centre de migrants en Libye, Franceinfo avec AFP et Reuters, 4 juillet 219.
  137. a b c d e et f Raid aérien en Libye : des gardes ont ouvert le feu sur des migrants, selon l'ONU, France 24 avec AFP, 4 juillet 2019.
  138. a et b Libye: près de 1.000 morts en trois mois d'assaut contre Tripoli selon l'OMS, AFP, 5 juillet 2019.
  139. Libye : les Etats-Unis bloquent une résolution pour condamner le carnage dans un centre pour migrants, Franceinfo avec AFP, 4 juillet 2019.
  140. Julia Pascual, Les migrants bloqués en Libye « ont le choix entre errer en Méditerranée ou mourir bombardés », Le Monde, 4 juillet 2019.
  141. Libye: les migrants du centre de Tajoura ont été libérés, RFI, 10 juillet 2019.
  142. a et b Tripoli: après 100 jours de combats, l'ANL annonce l'assaut final, RFI, 16 juillet 2019.
  143. « Libye : raid des pro-Haftar contre l'aéroport de Tripoli, vols suspendus », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 3 juillet 2019)
  144. « Libye : les forces de Haftar disent avoir abattu un avion de leurs rivaux », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 6 juillet 2019)
  145. a et b Libye: bataille de communication entre les forces d'Haftar et le GNA, RFI, 24 juillet 2019.
  146. a et b Libye: Tripoli annonce avoir repoussé une offensive des forces de Haftar, Le Figaro avec AFP, 23 juillet 2019.
  147. Alain Chémali, Tunisie: la mystérieuse mission du pilote libyen qui a posé son L-39 en catastrophe à Medenine, Franceinfo, 23 juillet 2019.
  148. Libye: un avion des forces du maréchal Haftar atterrit d'urgence en Tunisie, RFI, 22 juillet 2019.
  149. Atterrissage d'un avion libyen en Tunisie: le pilote aurait fait défection, RFI, 30 juillet 2019.
  150. a b c et d Libye : les forces pro-Haftar revendiquent le raid aérien contre un hôpital, AFP, 30 juillet 2019.
  151. a b c d et e En Libye, les belligérants acceptent une trêve pendant l'Aïd al-Adha, AFP, 10 août 2019.
  152. a et b Libye: trêve temporaire acceptée par les forces pro-Haftar et le GNA, RFI, 10 août 2019.
  153. En Libye, la trêve n'est plus à l'ordre du jour, RFI, 13 août 2019.
  154. Libye: tirs sur l'aéroport de Mitiga en violation de la trêve, AFP, 11 août 2019.
  155. Libye: l'aviation de Haftar a bombardé l'aéroport de Zouara, RFI, 15 août 2019.
  156. a et b Libye: raids des forces pro-Haftar contre des aéroports, 3 blessés, Le Figaro avec AFP, 16 août 2019.
  157. Libye : raid aérien contre un aéroport à l’est de Tripoli, AFP, 5 octobre 2019.
  158. a et b Libye: le gouvernement d'union dit gagner du terrain au sud de Tripoli, Le Figaro avec AFP, 21 août 2019.
  159. Célian Macé, Libye : front stabilisé, mais terrain glissant, Libération, 25 septembre 2019.
  160. Libye: deux enfants tués par des roquettes au sud de Tripoli, Paris Match avec AFP, 22 octobre 2019.
  161. Marie Verdier, En Libye, les civils piégés par une guerre qui s’éternise, La Croix, 17 octobre 2019.
  162. a b c d et e Dans le ciel libyen, bataille entre drones turcs et émiratis, AFP, 29 septembre 2019.
  163. a b c d et e En Libye, le maréchal Haftar lance la "bataille finale" pour le contrôle de Tripoli, France 24 avec Reuters, 12 décembre 2019.
  164. a et b Libye: le maréchal Haftar annonce un «assaut large et total» sur Tripoli, RFI, 13 décembre 2019.
  165. Libye: le maréchal Haftar remet la pression sur Tripoli, RFI, 27 décembre 2019.
  166. a b et c Libye: la Turquie appelée par Tripoli à une implication plus directe, AFP, 21 décembre 2019.
  167. Libye : un accord militaire entre Ankara et Fayez al-Sarraj provoque la colère de Khalifa Haftar et d’Athènes, Franceinfo avec agences, 4 décembre 2019.
  168. a et b Célian Macé et Hala Kodmani, La Libye, nouvelle frontière des ambitions d’Erdogan, Libération, 26 décembre 2019.
  169. La Grèce tente de contrer la Turquie dans sa ruée vers le gaz, France 24 avec AFP, 24 décembre 2019.
  170. Libye: face à Haftar, Tripoli demande l'aide de cinq pays «amis», Le Figaro avec AFP, 20 décembre 2019.
  171. La Turquie se rapproche d'une intervention militaire en Libye, Reuters, 15 décembre 2019.
  172. Libye: Tripoli ouvre la voie à un soutien militaire accru d'Ankara, L'Obs avec AFP, 19 décembre 2019.
  173. La Turquie s'apprête à envoyer des troupes en Libye, AFP, 26 décembre 2019.
  174. Tripoli a demandé l'aide militaire de la Turquie, qui y répondra (porte-parole), AFP, 27 décembre 2019.
  175. Libye: les raisons de l'implication de la Turquie dans la conflit, RFI, 27 décembre 2019.
  176. Des mercenaires syriens envoyés par la Turquie seraient présents en Libye, RFI, 31 décembre 2019.
  177. a et b Turquie : le Parlement autorise Erdogan à déployer l'armée en Libye, AFP, 3 janvier 2020.
  178. Libye : le maréchal Haftar appelle à la mobilisation contre une intervention militaire turque, Jeune Afrique avec AFP, 4 janvier 2020.
  179. Le Parlement libyen vote la rupture des relations avec la Turquie, RFI, 4 janvier 2020.
  180. a et b Libye : Erdogan annonce le début du déploiement de soldats turcs, Le Figaro avec AFP, 5 janvier 2020.
  181. Les Emirats condamnent la décision turque d'envoyer des soldats en Libye, AFP, 3 janvier 2020.
  182. Libye : Macron craint un «risque d'escalade» lié aux «interférences» étrangères, Le Figaro avec AFP, 3 janvier 2020.
  183. Raid contre une école militaire en Libye : 30 morts, selon un nouveau bilan, AFP, 5 janvier 2020.
  184. Frédéric Bobin, La prise de Syrte est une étape majeure dans l’offensive du maréchal Haftar en Libye, Le Monde, 7 janvier 2020.
  185. Erdogan et Poutine appellent à une trêve en Libye et une désescalade Iran/US, AFP, 8 janvier 2020.
  186. a et b Libye : après Haftar, ses rivaux du GNA acceptent le cessez-le-feu, AFP, 12 janvier 2020.
  187. Libye: Haftar annonce un cessez-le-feu après les appels du Kremlin et d'Ankara, AFP, 12 janvier 2020.
  188. a et b Libye : Haftar a quitté Moscou sans signer l'accord de cessez-le-feu, Le Figaro avec AFP, 14 janvier 2020.
  189. Des violations du cessez-le-feu signalées en Libye, Le Monde avec AFP, 12 janvier 2020.
  190. Libye : Haftar et al-Sarraj à Moscou pour signer les modalités du cessez-le-feu, Le Figaro avec AFP, 13 janvier 2020.
  191. Daniel Vallot, Libye: Fayez el-Sarraj et le maréchal Haftar en Russie pour des discussions, RFI, 13 janvier 2020.
  192. En Libye, la communauté internationale veut mettre fin aux ingérences étrangères, Le Monde avec AFP, 20 janvier 2020.
  193. Célian Macé, A Berlin, le sommet sur la Libye accouche d'une souris, Libération, 20 janvier 2020.
  194. Frédéric Bobin, A Berlin, un appel fragile de la communauté internationale pour relancer la paix en Libye, Le Monde, 20 janvier 2020.
  195. Nathalie Versieux, Libye: la conférence de Berlin appelle à renforcer l’embargo sur les armes, Le Figaro, 20 janvier 2020.
  196. Libye: reprise des combats entre les forces du GNA et celles de Khalifa Haftar, RFI, 26 janvier 2020.
  197. À Genève, les camps rivaux libyens prêts à négocier "un cessez-le-feu durable", France 24 avec AFP et Reuters, 4 février 2020.
  198. Libye : l’ONU salue des négociations autour d’un « cessez-le-feu durable », Le Monde avec AFP et Reuters, 4 février 2020.
  199. Libye: nouveaux combats près de Tripoli malgré une résolution de l'ONU, Le Figaro avec AFP, 14 février 2020.
  200. Fahad Shabbir, Libyan National Army Lost 28 Soldiers Since Launch Of Tripoli Offensive - Spokesman, UrduPoint, 11 avril 2019.
  201. Libye: 35 morts depuis le début de l'offensive de Haftar, selon Tripoli, AFP, 8 avril 2019.
  202. Wolfram Lacher, Bataille de Tripoli : la méprise de Khalifa Haftar, Le Monde, 17 avril 2019
  203. Le Point, magazine, « En Libye, les combats font rage aussi sur les réseaux sociaux », sur Le Point (consulté le 18 avril 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Analyses[modifier | modifier le code]

Reportages[modifier | modifier le code]

Reportages photographiques[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]