Secteur droit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Secteur droit
(uk) Правий сектор
Image illustrative de l’article Secteur droit
Logotype officiel.
Présentation
Leader Andriy Tarasenko
Fondation
Siège Kiev
Devise Dieu, Ukraine, liberté
Aile paramilitaire Corps des volontaires ukrainiens (non officiel)
Positionnement Extrême droite[1]
Idéologie Nationalisme[1]
Conservatisme religieux
Anticommunisme
Euroscepticisme
Adhérents 10 000
Couleurs Rouge et noir
Site web pravyysektor.info
Représentation
Députés
1 / 450

Le Secteur droit (en ukrainien : Пра́вий се́ктор, Pravyï sektor) est un parti politique ultranationaliste ukrainien. Il est fondé en tant que confédération paramilitaire en novembre 2013, durant les événements relatifs à Euromaïdan pendant lesquels il joue un rôle notable, puis se structure en parti politique en mars 2014. Il fut fondé par Dmytro Iaroch. Ses membres interviennent activement aux côtés des forces gouvernementales dans la guerre du Donbass[réf. nécessaire].

Historique[modifier | modifier le code]

Les idées défendues par Secteur droit se rapportent à l'indépendance de la nation ukrainienne vis-à-vis de la Russie, à la lutte contre les personnes en lien avec l'ancien pouvoir du président Viktor Ianoukovytch, mais pas à une ligne économique. Ce parti est né du regroupement de mouvements d’extrême droite ukrainiens : Tryzub, Assemblée nationale ukrainienne - Autodéfense ukrainienne, Patriotes d'Ukraine, Assemblée sociale-nationale et le Sich.

Manifestation de Secteur droit à Odessa.

Le journal israélien Haaretz a rapporté que Secteur droit et Svoboda ont distribué des traductions récentes de Mein Kampf et des Protocoles des Sages de Sion sur la place Maïdan et fait état de sa préoccupation de la présence importante de membres de ces deux mouvements ultra-nationalistes parmi les manifestants[2]. Cependant, l'organisation s'est éloignée de l'antisémitisme[3]. Iarosh déclaré que son organisation non seulement ne soutiendrait pas l'antisémitisme et la xénophobie à l'avenir, mais le combattrait par tous les moyens légaux[4].

Le 17 mars 2014, le chef adjoint de l'UNA-UNSO et sous-chef de secteur droit, Mykola Karpyuk, a soudainement disparu. Le secteur droit a déclaré que Karpyuk avait été enlevé par le FSB et se trouvait actuellement en Russie. Il était accusé d'avoir combattu contre les forces fédérales russes vingt ans plus tôt en Tchétchénie et a été condamné à 22 ans[5].

Lors des élections législatives ukrainiennes de 2014, Secteur droit n'atteint pas le seuil de 5 % pour le scrutin de liste mais obtient toutefois deux sièges de députés à la Rada dans les circonscriptions individuelles (Dmytro Iaroch et Boryslav Bereza).

Le milliardaire Ihor Kolomoïsky est proche de ce mouvement.

À l'occasion de la deuxième gay pride ukrainienne à Kiev en juin 2015, les groupes d’extrême droite avaient très ouvertement fait part de leur intention d’empêcher la tenue du défilé. Dmitro Iaroch a écrit sur Facebook que « les représentants du mouvement politique et militaire Pravy Sektor seront obligés d’empêcher la réalisation de ces projets destructeurs des valeurs familiales, de la morale et de l’image traditionnelle des êtres humains »[6]. Les ultranationalistes ont blessé une dizaine de manifestants homosexuels et neuf policiers dont un grièvement[7].

En juillet 2015, une fusillade à Moukatcheve, dans l'oblast de Transcarpatie, comportant une forte présence de minorité hongroise, des individus camouflés portant des symboles de Secteur droit attaquent des civils vus comme un groupe criminel local et des policiers dans un poste de circulation et fait trois morts et treize blessés, parmi lesquels six policiers, trois civils et huit membres de Secteur droit. Deux des morts sont des membres de Secteur droit. Le procureur de l'Oblast qualifie l'attaque d'acte terroriste[8],[9],[10].

En septembre 2015, Secteur droit participe au blocus de la Crimée par l'Ukraine[11].

En vue de l'élection présidentielle de 2019, Secteur droit apporte son soutien au candidat de Svoboda, Rouslan Kochoulynsky[12].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Année Voix % Mandats Rang Gouvernement
2014 284 574 2,0
1 / 450
12e Opposition

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Année Candidat Premier tour
% Rang
2014 Dmytro Iaroch 0,70 11e
2019 pas de candidat (soutient Rouslan Kochoulynsky)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Wolfram Nordsieck, « Ukraine », sur parties-and-elections.eu (consulté le 17 juillet 2015).
  2. (en) « The new dilemma for Jews in Ukraine », sur Haaretz, .
  3. Emmanuel Dreyfus, « Ukraine Beyond Politics », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne) :

    « Pravy Sektor defines itself as "neither xenophobic nor anti-Semitic, as Kremlin propaganda claims" and above all as "nationalist, defending the values of white, Christian Europe against the loss of the nation and deregionalisation". Like Svoboda, it rejects multiculturalism… Svoboda's success over the past few years and the presence of neo-fascist groups such as Pravy Sektor in Independence Square are signs of a crisis in Ukrainian society. It is first and foremost a crisis of identity: in 22 years of independence, Ukraine has not managed to develop an unbiased historical narrative presenting a positive view of all its regions and citizens: even today, the Ukrainians are seen as liberators in Galicia but as fascists in Donbass. »

  4. Ukraine Jews dispute Kremlin anti-Semitism claims
  5. Tortured and sentenced to 20 years in Russia for being Ukrainian
  6. « Une Gay Pride dans la violence à Kiev », Le Monde du 6 juin 2015.
  7. « Des pierres et des coups lors de la Gay Pride à Kiev », sur liberation.fr, .
  8. « Fusillade à Moukatchevo: Pravy Sektor accuse les combattants de Donetsk », sur sputniknews.com, .
  9. (en) « Far-Right group Pravy Sektor challenges Ukraine government after shootout », sur telegraph.co.uk, .
  10. (en) « Mukachevo events qualified as act of terror - prosecutors », sur http://tass.ru/, .
  11. « Les Tatars de Crimée lancent le blocus », sur fr.rbth.com, (consulté le 6 mai 2016).
  12. (uk) « Націоналісти визначились з кандидатом у президенти », Українська правда,‎ (lire en ligne, consulté le 21 novembre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (uk) Site officiel
  • (en) (en-GB) David Stern, « Kiev takes on far right », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 30 octobre 2017)