Division al-Hamza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Division al-Hamza
Image illustrative de l’article Division al-Hamza

Idéologie Nationalisme syrien
Objectifs Renversement du régime baasiste de Bachar el-Assad
Statut Actif
Fondation
Date de formation
Pays d'origine Syrie
Actions
Zone d'opération Gouvernorats d'Idleb, Alep et Hama
Organisation
Chefs principaux Seïf Abou Bakr
Membres 1 600 revendiqués[1]
Fait partie de Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre
Chambre d'opérations Hawar Kilis (depuis 2016)
Armée nationale syrienne (depuis 2017)
Soutenu par Turquie, États-Unis
Guerre civile syrienne

La Division al-Hamza (arabe : فرقة الحمزة) est un groupe rebelle de la guerre civile syrienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

La Division al-Hamza naît le 23 avril 2016 à Azaz par la fusion de plusieurs groupes rebelles : le Liwa Marea Al-Semood, la brigade Dhi Qar, la brigade de l'Éclair du Nord, la brigade des opérations spéciales et la brigade al-Hamza, la plus importante, qui donne son nom au nouveau groupe[2],[3]. Le 22 juin 2016, la brigade Samarcande, composée de combattants Turkmènes, rallie à son tour le mouvement[2],[3]. La division al-Hamza se qualifie alors de « forces spéciales »[2],[3].

Affiliations[modifier | modifier le code]

La Division al-Hamza est affiliée à l'Armée syrienne libre[1],[2],[3]. Elle intègre aussi en avril 2016 la chambre d'opérations Hawar Kilis[2],[3]. Fin 2017, le groupe intègre l'Armée nationale syrienne[4].

Effectifs et commandement[modifier | modifier le code]

Le groupe est commandé par Seïf Abou Bakr[1],[2],[3]. En octobre 2016, ce dernier affirme être à la tête de 1 600 combattants, dont 600 nouvelles recrues ayant rejoint le groupe après le début de l'Opération Bouclier de l'Euphrate[1].

Armement[modifier | modifier le code]

Soutenu par les États-Unis, le groupe bénéficie de missiles antichar BGM-71 TOW livrés en 2016[3].

Soutiens[modifier | modifier le code]

Le groupe est soutenu par la Turquie et entretient également de bonnes relations avec les États-Unis, les combattants de la Division al-Hamza collaborent à plusieurs reprises avec les forces spéciales américaines[1].

Actions[modifier | modifier le code]

À partir de l'été 2016, la division prend part à l'Opération Bouclier de l'Euphrate aux côtés de l'armée turque[5],[2],[3]. Elle participe à la bataille de Jarablus et à la bataille d'al-Bab[2],[3].

Comme d'autres groupes de l'ASL, la Division Hamza organise des exfiltrations de déserteurs de l'État islamique. Quelques dizaines d'ex-djihadistes sont même enrôlés dans la division après avoir passés des « tests de déradicalisation »[6].

Annexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]