Élections législatives centrafricaines de 2020-2021

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Élections législatives centrafricaines de 2020-2021
140 députés de l'Assemblée nationale
(Majorité absolue : 71 sièges)
(1er tour)
(1er tour partiel et 2e tour)
(2e tour partiel)
Premier ministre
Sortant
Firmin Ngrebada
MCU

Les élections législatives centrafricaines de 2020 ont lieu le et le en République centrafricaine. Le premier tour est organisé en décembre en même temps que celui de la présidentielle dans une partie des circonscriptions, tandis qu'un second tour est organisé en mars, en même temps qu'un autre premier tour dans les circonscriptions restantes.

Contexte[modifier | modifier le code]

Les élections de 2020 ont lieu dans le contexte de la Pandémie de Covid-19, qui fait craindre un report du scrutin. Le pays est par ailleurs toujours l'objet d'une opération de maintien de la paix des Nations unies, la MINUSCA[1],[2].

Les élections législatives de mars 2016 ont donné lieu à un parlement très fragmenté, 55 des 140 députés étant sans étiquettes, tandis que dix sept partis se partagent les sièges restants, avec 16 sièges pour le plus grand d'entre eux et six partis dotés d'un seul siège.

Début septembre, la Cour constitutionnelle laisse à l'Autorité nationale des élections (ANE) jusqu'au 27 septembre pour publier les nouvelles listes électorales[3]. Le 10 septembre, la classe politique et la société civile prennent acte de l'impossibilité de tenir le scrutin dans les délais. L'opposition et la société civile exigent à la majorité présidentielle la tête d'un gouvernement d'union nationale en échange de la prolongation des mandats présidentiel et parlementaires[4]. De son côté, l'ANE réclame un délai technique jusqu'au 8 octobre sans reporter le scrutin[5].

Système électoral[modifier | modifier le code]

Bâtiment de l'assemblée à Bangui.

La République centrafricaine est dotée d'un parlement bicaméral dont l'Assemblée nationale est la chambre basse. La future chambre haute, le Sénat, n'a cependant pas encore été mise en place. L'assemblée est composée de 140 sièges pourvus pour cinq ans au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans autant de circonscriptions. Est élu dans chacune d'elles le candidat ayant recueilli la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour. À défaut, un second tour est organisé entre les deux candidats arrivés en tête au premier, et celui recueillant le plus de voix est déclaré élu. En cas d'égalité des voix entre un homme et une femme, la femme l'emporte. Si l'égalité des voix concerne deux candidats de même sexe, le plus âgé l'emporte[6],[7].

Les candidats doivent être âgés d'au moins vingt cinq ans, et s'acquitter d'une caution de 250 000 Franc CFA, qui leur est rétribuée s'il obtiennent au moins 10 % des suffrages dans leur circonscription[6].

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des élections législatives centrafricaines de 2020-2021[8]
Parti Premier tour Second tour Total
sièges
+/-
Voix % Sièges Voix % Sièges
Mouvement Cœurs Unis (MCU) 5 Nv
Parti africain pour une transformation radicale et l'intégration des États (PATRIE) 3
Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP) 1
Union pour le renouveau centrafricain (URCA) 2
Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC) 1
Rassemblement démocratique centrafricain (RDC) 0
Convergence nationale - Kwa Na Kwa (KNK) 1
Parti pour la gouvernance démocratique (PGD) 1
Union Nationale des démocrates républicains (UNADER) 1
Mouvement national des indépendants (MOUNI) 2
Autres partis 0
Indépendants 5
Sièges non pourvus 58 -
Suffrages exprimés
Votes blancs et invalides
Total 100 22 100 140 en stagnation
Abstentions
Inscrits / participation

Analyse[modifier | modifier le code]

Un total de 22 candidats sont élus dés le premier tour, tandis que des ballotages sont prévus dans seulement 60 autres, la menace des groupes armés n'ayant permis d'organiser le scrutin dans les 58 circonscriptions restantes[9],[10], tandis que 13 circonscriptions voient les résultats de leur premier tour annulés pour irrégularités par la Cour constitutionnelle. Initialement prévus le 7 février 2021, les second tours sont finalement organisés à une date ultérieure.

En plus des seconds tours prévus dans les circonscriptions où le premier tour a pu avoir lieu, de nouveaux premier tours doivent être organisés dans l'ensemble des circonscriptions où ça n'a pas été le cas ou bien dans lesquelles les résultats ont été annulés. La constitution prévoit que l'Assemblée nationale nouvellement élue soit installée au plus tard le 2 mai 2021. Pour ce faire, au moins deux tiers des sièges doivent être pourvus, à défaut de quoi la Cour constitutionnelle devrait être saisie[11],[12].

Après le rejet par la cour des appels déposés par l'opposition et la proclamation des résultats définitifs du premier tour le 1er février, les principaux partis d'opposition décident de boycotter de second tour, qualifiant le scrutin de « simulacre ». Parmi ceux ci, l'Union pour le renouveau centrafricain (URCA), en position favorable dans plusieurs circonscriptions, revient sur sa décision quelques jours après[12],[13].

Le 13 février, un premier tour partiel pour les circonscriptions concernées est fixé au 14 mars, en même temps que le second tour pour celles ayant eu un premier tour valide[14]. Environ 1 500 observateurs du réseau Arc-en-ciel sont déployés à Bangui et dans 7 préfectures du pays[15].

Soixante neuf députés sont élus à l'issue des scrutins de mars, qui se déroulent sans incidents majeurs[16]. Les violences attendues n'ont cette fois ci pas lieu, l'offensive des forces rebelles ayant entretemps été repoussée grâce à l'intervention de forces paramilitaires russes et rwandaises. La contre offensive permet ainsi au gouvernement de sortir renforcé des évènements de l'entre-deux tours en regagnant du terrain[17]. Sur les 69 députés élus, 50 le sont au second tour, tandis que les dix neuf autres le sont au premier tour partiel. Si 49 sièges sont encore à pourvoir lors d'un second tour partiel, l'assemblée dispose avec 91 députés de la moitié requise pour pouvoir se réunir[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Centrafrique : l'appel au dialogue », sur www.cameroon-tribune.cm (consulté le 18 août 2020).
  2. « En Centrafrique, la MINUSCA poursuit son appui au processus électoral », sur ONU Info, (consulté le 18 août 2020).
  3. « Vers un report de la présidentielle et des législatives en Centrafrique? », sur RFI, RFI, (consulté le 22 septembre 2020).
  4. « Centrafrique: vers un glissement des élections ? », sur RFI, RFI, (consulté le 22 septembre 2020).
  5. « Centrafrique : incertitude sur la tenue de la présidentielle fin décembre », sur TV5MONDE, (consulté le 22 septembre 2020).
  6. a et b Inter-Parliamentary Union, « IPU PARLINE database: REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE (Assemblée nationale), Texte intégral », sur archive.ipu.org (consulté le 18 août 2020).
  7. « Code électoral de 2019 », sur www.droit-afrique.com (consulté le 29 décembre 2020).
  8. « Centrafrique : 22 candidats élus au premier tour des législatives (Cour constitutionnelle) », sur french.xinhuanet.com (consulté le 8 février 2021).
  9. « Élections de 2020-2021: livraison de 4.400 tablettes numériques et autres matériels pour l’enrôlement des électeurs », sur UNDP (consulté le 29 décembre 2020).
  10. « Centrafrique : 21 candidats aux législatives déclarés élus au premier tour », sur french.peopledaily.com.cn, (consulté le 7 janvier 2021).
  11. « Législatives en Centrafrique: encore 118 sièges à pourvoir avant le 2 mai », sur RFI, RFI, (consulté le 8 février 2021).
  12. a et b « Elections législatives en Centrafrique : l’opposition se retire du processus électoral », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 8 février 2021).
  13. « Centrafrique: le parti de l'opposant Dologuélé maintient sa participation aux législatives », sur RFI, RFI, (consulté le 8 février 2021).
  14. « Centrafrique: le second tour des législatives fixé au 14 mars », sur Le360 Afrique, (consulté le 23 février 2021).
  15. « Législatives en Centrafrique: dernière ligne droite et formation d’observateurs électoraux », sur RFI, (consulté le 13 mars 2021).
  16. « Législatives en Centrafrique: déroulement du vote sans incidents majeurs », sur RFI, RFI, (consulté le 27 mars 2021).
  17. « Législatives en Centrafrique : les violences redoutées n’ont pas eu lieu », sur www.jeuneafrique.com (consulté le 16 mars 2021).
  18. LIANG Chen, « Centrafrique/législatives : 69 nouveaux députés provisoirement déclarés élus », sur french.china.org.cn, (consulté le 27 mars 2021).