Forces de soutien rapide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Forces de soutien rapide
Création 2013
Pays Soudan

Les Forces de soutien rapide (FSR) (en arabe : قوات الدعم السريع, Quwat al-Da’m al-Sari’, en anglais : Rapid Support Forces) sont une force paramilitaire soudanaise sous le commandement du National Intelligence and Security Service (NISS) créée à la mi-2013 et issue des milices janjawids[1] dans le but de lutter contre les groupes rebelles au Soudan[2]. En janvier 2014, un amendement à la Constitution a conféré au NISS et à la FSR le statut de « force régulière ».

Commandement et structure[modifier | modifier le code]

La force est commandée sur le terrain par le général Mohamed Hamdan Dogolo, plus connu sous le nom de « Hemidti », un ancien chef janjawid qui avait d'abord été intégré avec ses hommes dans une autre force paramilitaire, la Brigade du renseignement aux frontières.

La majorité des membres des FSR sont des Darfouris recrutés par Hemidti, notamment au sein de sa tribu, les Arabes Rizeigat[2].

Les FSR comptaient en 2014 entre 5 000 et 6 000 soldats et 600 à 750 véhicules, et seraient globalement mieux équipées que la plupart des autres forces paramilitaires[2].

Guerre du Darfour[modifier | modifier le code]

Initialement déployé dans le Kordofan du Sud, dans le sud du Soudan, les FSR sont transférées au Darfour au mois de février 2014 pour combattre les rebelles[2].

Les FSR ont mené deux campagnes anti-insurrectionnelles dans la région du Darfour[2]. La première opération baptisée Eté décisif s'est déroulée principalement entre le sud du Darfour et le nord du Darfour entre fin février et début mai 2014. La seconde, Eté décisif II, s'est déroulée principalement dans et autour de Djebel Marra, la région montagneuse située principalement à au Darfour central, entre le début janvier 2015 et le début de la saison des pluies en juin 2015.

Au cours de cette période, ces forces ont commis de graves violations du droit international humanitaire et relatif aux droits humains[2], notamment en attaquant à plusieurs reprises des villages, incendiant et pillant des maisons, battant, violant et exécutant des villageois, avec le soutien des forces armées soudanaises et d'autres groupes de milices dites janjawid soutenues par le gouvernement.

Dans la première phase de la campagne, les FSR sont accusées par Human Rights Watch (HRW) d'avoir fait des « tueries, des viols en masse et la torture des civils ; le déplacement forcé des communautés entières ; la destruction de l'infrastructure physique nécessaire à la survie dans l'environnement dûr désertique dont des puits, des réserves d'alimentation, des abris et des outils d'agriculture. » Ils auraient brûlé et attaqué de façon répétée dix villes du Darfour du Sud, surtout le 27 février 2014 et le lendemain[2]. Un témoin dans le village de Donkey Dereisa, Hissein, 18 ans, a vu son collègue de classe décapité pendant l'attaque du 28 février, et des femmes nues mortes. Un autre témoin du même village interviewé par HRW, Adam, a observé les FSR brûler les maisons du village, tuer quatre hommes qui ont essayé de résister, et violer, d'après lui, la plupart des femmes du village[2].

Les violations ont continué pendant la phase II de la campagne début 2015, selon l'enquête de HRW basée sur des entretiens avec 43 victimes et témoins. Un défecteur de l'armée a déclaré concernant les opérations près de Golo et Sarong qu'il a vu des FSR et d'autre soldats gouvernmentaux violant « nombreuses » femmes. Selon un autre soldat interviewé, un des vice-présidents du Soudan, Hassabo Mohammed Abdel Rahman, aurait ordonné des FSR et d'autres soldats à tuer tous les habitants des régions rebelles à l'est de la montagne Dzebel Marra[2]. Le 1 janvier 2015, un témoin, Alnur, du village de Fanga, a vu trois civils tués par balles et cinq femmes en train d'être violées par les FSR[2]. Jameya du village de Bardani a vu les FSR violer des filles devant leurs pères et violer sa propre fille[2]. Umm-Jumma de Bardani estime à peu près 100 filles et femmes du village, dont elle-même et ses trois filles, ont été violées par les FSR[2].

En avril 2015, les FSR ont capturé 100 à 150 véhicules du Mouvement pour la justice et l'égalité (MJE) à Goz Dango, dans le sud du Darfour, et a obligé le groupe rebelle à se réfugier au Soudan du Sud voisin[2].

En 2017, elles ont arrêté Moussa Hilal, un autre chef de guerre tribal arabe rizeigat. L'arrestation a eu lieu près de Mistariha, sa ville natale située dans le nord du Darfour, après des affrontements qui ont fait plusieurs dizaines de victimes dans les deux camps.

Massacre de Khartoum du 3 juin 2019[modifier | modifier le code]

Les FSR auraient largement participé au massacre du 3 juin 2019[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hamid E. Ali et Ahmed Hussain Adam, « Bashir’s Autocratic Regime is Fighting for its Survival », African Arguments,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mai 2019).
  2. a b c d e f g h i j k l et m (en) Jonathan Loeb, « "Men With No Mercy" – Rapid Support Forces Attacks against Civilians in Darfur, Sudan », Human Rights Watch, (consulté le 13 septembre 2019)
  3. (en) « Sudan’s livestream massacre », sur BBC News (consulté le 12 juillet 2019)