Gouvernement Khalifa al-Ghowel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir gouvernement de salut national.
Gouvernement Khalifa al-Ghowel
Libye
Description de l'image defaut.svg.
Chef d'État Nouri Bousahmein
Premier ministre Khalifa al-Ghowel
Formation
Fin
Durée 1 an, 11 mois et 15 jours

Composition initiale
Ministres 16
Femmes 0
Hommes 16
Drapeau de la Libye

Le gouvernement Khalifa al-Ghowel, aussi nommé gouvernement de salut national[1], était un gouvernement non reconnu de la Libye du au et du au . Investi par le Congrès général national et était dirigé par Khalifa al-Ghowel, il siégeait à Tripoli.

Ce gouvernement était opposé au gouvernement Abdallah al-Thani et au gouvernement el-Sarraj.

Historique[modifier | modifier le code]

Initialement formé le , le gouvernement est remanié le suivant[2]. Désigné par le Congrès général national, il est contesté par son homologue siégeant à Tobrouk et n'est pas reconnu par la communauté internationale ni par l'ONU.

Le , après l'installation à Tripoli de Fayez el-Sarraj à la tête d'un gouvernement d'union nationale, al-Ghowel se réfugie à Misrata et présente sa démission le lendemain[3]. Le 5 avril, le gouvernement al-Ghowel abandonne le pouvoir au gouvernement de Fayez el-Sarraj[4]. Il se replie alors à Misrata[5].

Le , Khalifa al-Ghowel annonce que son gouvernement reprend le pouvoir après s'être rendu maître de l'hôtel Rixos, siège du Haut Conseil d'État[6].

Le 16 mars 2017, al-Ghowel est de nouveau chassé du pouvoir puis quitte Tripoli après la prise par les forces du GNA de l'hôtel Rixos, combats au cours desquels il est blessé[7].

Composition[modifier | modifier le code]

  • Premier ministre : Khalifa al-Ghowel
  • Ministre de la Défense par intérim : Khalifa al-Ghowel
  • Premier vice-Premier ministre : Abdel-Moneim Eddali
  • Deuxième vice-Premier ministre : Ahmed Al-Hafir
  • Ministre d'État des relations avec le Parlement : Oussam Abou Naji
  • Ministre de l'Intérieur : Abdellati Gaddor
  • Ministre des Affaires étrangères : Ali Abou Zakok
  • Ministre des Travaux publics : Hecham Belhaj
  • Ministre du Plan et du Développement : Abdel-Latif al-Tounisi
  • Ministre des Finances : Nasser Mohammed
  • Ministre de la Justice : Moustafa Galaib
  • Ministre du Gouvernement local : Mohaned Younis
  • Ministre de la Santé : Taher al-Senoussi
  • Ministre de l'Éducation : Khalifa al-Sarwi
  • Ministre de l'Enseignement supérieur : Saleh al-Fakhari
  • Ministre de l'Économie : Mouftah al-Faqih

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Libye: trois gouvernements, une impasse et la menace daech » (consulté le 19 mars 2016)
  2. (en) « GNC approves a mini-government » (consulté le 28 février 2016)
  3. (en) « Tripoli Salvation Government resigns, hands power back to GNC - Libyan Express », sur Libyan Express (consulté le 4 avril 2016)
  4. « Libye : les autorités de Tripoli cèdent le pouvoir au gouvernement soutenu par l’ONU », Le Monde, 5 avril 2016
  5. Frida Dahmani, Libye : le chef du gouvernement rebelle Khalifa al-Ghwell a quitté Tripoli, Jeune Afrique, 1er avril 2016.
  6. « Libye : un rival du gouvernement d’union affirme avoir repris le pouvoir », Jeune Afrique, 16 octobre 2016
  7. (en-US) Reuters, « Fighting in Libya’s Capital as One Government Seizes Another’s Compound », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)