Garde nationale (Russie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Garde nationale
Emblème de la garde nationale
Emblème de la garde nationale
Insigne d'épaule de la garde nationale
Insigne d'épaule de la garde nationale
Drapeau de la garde nationale
Drapeau de la garde nationale

Création 5 avril 2016
Affiliation Président de la Russie
Juridiction Drapeau de la Russie Russie
Siège Drapeau de Moscou Moscou, rue Krasnokazarmennaya, 9A
Coordonnées 55° 45′ 33″ N, 37° 41′ 50″ E
Effectifs 350000 hommes
Direction Général d'armée Viktor Zolotov
Site web https://rosguard.gov.ru/

Le Service fédéral des troupes de la garde nationale de la Fédération de Russie (Rosgvardia)[1] (en russe : Федеральная служба войск национальной гвардии Российской Федерации) est une force militaire interne du gouvernement russe créée le [2].

La Garde nationale est l'organe directeur central des troupes de la garde nationale de la Fédération de Russie[1], créé sur la base des troupes internes de Russie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

La première agence d'application de la loi militaire de Russie se nomme Oprichnina, fondée par le tsar Ivan le Terrible en 1565 avant d'être dissoute en 1584. Pendant longtemps, il n'existe pas de troupe interne dans le pays et ce n'est qu'à l'époque de l'Empire russe que des troupes de garnison apparaissent. Ces dernières deviennent la garde intérieure en 1811. Cela marque l'apparition officielle des troupes de garnison internes du pays[3].

Le 28 avril 1827 ( dans le calendrier grégorien), le service est transformé en corps spécial de gendarmerie de l'armée impériale russe, qui passe plus tard sous le commandement du ministère de l'Intérieur de l'Empire russe.

Après la révolution russe, le 13 avril 1917 ( dans le calendrier grégorien), la gendarmerie est abolie. À la suite de la victoire des bolcheviks dans la guerre civile, la Garde rouge est réorganisée en garde du convoi du NKVD de l'URSS. Ce dernier est ensuite réformé en troupes intérieures de l'URSS.

La dernière formation de ce type existant avant la création de la Garde nationale correspond aux troupes internes de Russie, créées en 1992. Les troupes comprennent alors toutes les anciennes formations des troupes internes du ministère de l'Intérieur de l'URSS stationnées sur le territoire de la RSFSR.

Création de la garde nationale[modifier | modifier le code]

Vladimir Poutine et le général de l'armée Viktor Zolotov, 5 avril 2016.

Des projets de création d'une Garde nationale, subordonnée au président, sont annoncés en 2012[4]. La Garde nationale est d'abord supposée assurer la sécurité du pays et protéger l'ordre constitutionnel. Cet ordre se base sur le modèle des troupes internes du ministère de l'Intérieur de la Russie et d'autres structures de pouvoir, y compris aux frais de certaines des forces et des actifs inclus dans les forces aéroportées, l'armée de l'air, la marine et la police militaire, ainsi que des unités Ministère russe des situations d'urgence.

Nouveau camouflage pour les troupes de la Garde nationale A-TACS. Nijni Novgorod, place de Minine et Pojarski.

Le , le président Vladimir Poutine[2] annonce la création du Service fédéral des troupes de la garde nationale russe (Rosgvardia), ainsi que la réorganisation des troupes internes du ministère russe de l'Intérieur en troupes de la garde nationale de la Fédération de Russie, dont les tâches principales devraient être la lutte contre le terrorisme et le crime organisé en contact étroit avec le ministère de l'Intérieur[5]. La Garde nationale comprend également des unités d'OMON, du SOBR (un centre à usage spécial pour les forces d'intervention rapide), des unités de l'aviation, ainsi qu'un département administratif chargé d'octroyer des licences d'autorisation de sociétés de sécurité privée et des licences de port d'arme[6].

Selon le discours officiel, la création de la Garde nationale a lieu dans le cadre de la réforme visant à améliorer le travail des forces de l'ordre russes[7],[8],[9].

La Garde nationale reprend les missions traditionnelles des anciennes Troupes de l’Intérieur auxquelles sont venues s’ajouter la lutte contre les nouvelles menaces telles que le terrorisme et la criminalité organisée. Elle remplit les missions suivantes :

  • maintien de l’ordre et de la sécurité publique ;
  • protection des objectifs nationaux d’intérêt vital ;
  • lutte antiterroriste et contre l’extrémisme (hors missions du service fédéral de sécurité, FSB) ;
  • protection des sites sensibles (nucléaires, etc.) et des moyens de communication gouvernementaux ;
  • participation à la gestion de crise et à la défense opérationnelle du territoire ;
  • opérations de contre-terrorisme (hors missions du FSB) ;
  • coopération avec les gardes-frontières du FSB dans la protection des frontières de la Fédération de Russie ;
  • contrôle de l’armement (délivrance des autorisations de port) et des licences des sociétés de sécurité privée ;
  • protection de personnalités (hors missions du FSO) ;
  • protection des sites et moyens d’acheminement des matières énergétiques ;
  • toute mission fixée par décision présidentielle, en accord avec la Constitution et les lois de la fédération de Russie. À ce titre, intervenant au profit du ministère de l’Intérieur (MVD), du FSB, du comité d’enquêtes (SK) ou de la procurature, la Garde nationale est désormais responsable des missions de répression par la force des manifestations contestataires et de la dislocation, par tous moyens, des manifestations non autorisées, des interpellations des casseurs lors des manifestations, ainsi que de la neutralisation des provocateurs tout comme la sécurisation de zone.

[10]

Le président de la Russie est directement responsable des activités de la Garde nationale. Le 14 avril 2016, lors d'une ligne directe, Vladimir Poutine explique la création de la Garde nationale par la nécessité de placer un contrôle particulier sur le trafic d'armes dans le pays[11].

L'actuel directeur de la Garde nationale est Viktor Zolotov.

Occupation russe de l'Ukraine[modifier | modifier le code]

La Garde nationale est amenée à jouer un rôle important dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022 puisqu'elle se voit confier le maintien de l'ordre dans les diverses villes ukrainiennes occupées[12], notamment à Kherson où elle procède à l'arrestation de plusieurs centaines de manifestants qui protestaient contre la présence militaire russe dans la ville[13].

Elle est également utilisée quand l'emploi de conscrits est jugé non adaptée à la difficulté d'une tâche. La Garde nationale est déployée lors de la deuxième phase du conflit, l'élimination de toute opposition dans le Donbass nouvellement conquis[14].

Insignes[modifier | modifier le code]

Grades de garde nationale[modifier | modifier le code]

Les grades militaires sont attribués aux militaires des unités militaires et des formations de la garde nationale en service sous contrat et nommés aux postes de soldats, de sergents, ainsi qu'aux postes d'adjudants et d'officiers.

Officiers
Code OTAN
équivalent
OF-10 OF-9 OF-8 OF-7 OF-6 OF-5 OF-4 OF-3 OF-2 OF-1 OF(D)
État-major du commandement suprême Personnel de commandement supérieur État-major de commandement moyen
Flag of National Guard Forces Command.svg Russie pas d'équivalent Général de l'armée Colonel général Lieutenant général Major général Colonel Major Russia-Army-OF-3-2010.svg Russia-Army-OF-2-2010.svg Russia-Army-OF-1c-2010.svg Russia-Army-OF-1b-2010.svg Russia-Army-OF-1a-2010.svg pas d'équivalent
Général d'armée
(Генерал армии)
Colonel général
(Генера́л-полко́вник)
Lieutenant général
(Генера́л-лейтена́нт)
Major général
(Генера́л-майо́р)
Colonel
(Полко́вник)
Lieutenant colonel
(Подполко́вник)
Major
(Майо́р)
Capitaine
(Капита́н)
Lieutenant principal
(Старший лейтенант)
Lieutenant
(Лейтенант)
Lieutenant subalterne
(Младший лейтенант)
Enrôlé
Code OTAN
équivalent
OR-9 OR-8 OR-7 OR-6 OR-5 OR-4 OR-3 OR-2 OR-1
Sous-officiers Militaires du rang
Flag of National Guard Forces Command.svg Russie Russia-Army-OR-9b-2010.svg Russia-Army-OR-9a-2010.svg Russia-Army-OR-8-2010внг.png pas d'équivalent Russia-Army-OR-6-2010внг.png Russia-Army-OR-5-2010внг.png Russia-Army-OR-4-2010внг.png pas d'équivalent Russia-Army-OR-2-2010внг.png Russia-Army-OR-1-2010внг.png
Praporchtchik-chef
(Старший прапорщик)
Praporchtchik
(Прапорщик)
Starchina
(Старшина)
Sergent-chef
(Старший сержант)
Sergent
(Сержант)
Sous-sergent
(Младший сержант)
Appointé
(Ефрейтор)
Soldat
(Рядовой)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Указ Президента Российской Федерации от 30.09.2016 г. № 510 «О Федеральной службе войск национальной гвардии Российской Федерации».
  2. a et b Указ Президента Российской Федерации № 157 от 5 апреля 2016 года «Вопросы Федеральной службы войск национальной гвардии Российской Федерации». Официальный сайт [[Президент Российской Федерации|президента Российской Федерации]] // kremlin.ru.
  3. « Войска правопорядка в дореволюционный период (до 1917 г.) », sur rosgvard.ru, Garde nationale russe (consulté le ).
  4. В России может появиться Национальная гвардия президента. Газета «Коммерсантъ» // kommersant.ru (2 апреля 2012 года).
  5. События. В России создана Национальная гвардия. Официальный сайт Президента Российской Федерации // kremlin.ru (5 апреля 2016 года).
  6. Путин объявил о создании Национальной гвардии. «РИА-Новости» // ria.ru (5 апреля 2016 года).
  7. Путин объявил о создании в России Национальной гвардии на базе Внутренних войск МВД. Информационное агентство России «ТАСС», 05.04.2016
  8. В России появится нацгвардия // lenta.ru (5 апреля 2016 года).
  9. Анастасия Анушевская. Чем будет заниматься Нацгвардия РФ и зачем её создают? Газета «Аргументы и факты» // aif.ru (5 апреля 2016 года).
  10. (ru) « Федеральная служба войск национальной гвардии | Росгвардия », sur Федеральная служба войск национальной гвардии (consulté le )
  11. « Путин объяснил, для чего понадобилось создавать Нацгвардию », Российская газета (consulté le )
  12. Philippe Chapleau, « Guerre en Ukraine. Que sait-on de la Garde nationale russe, chargée d’occuper les grandes villes ? », Ouest-France, (consulté le )
  13. « Guerre en Ukraine: les autorités locales affirment que 400 protestataires ukrainiens ont été arrêtés à Kherson », Nice-Matin, (consulté le )
  14. « En Ukraine, la garde nationale de Poutine, force d’occupation dans le sillage de l’armée russe », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )