Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique
Abréviation MINUSCA
Type Opération de maintien de la paix
Adoption
Durée en cours
5 ans et 10 jours
Commandement de la force Drapeau du Gabon Parfait Onanga-Anyanga[1]
Contribution et personnel
Contributeurs

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA) est une opération de maintien de la paix des Nations unies en Centrafrique[2]. Elle intervient dans le cadre de la guerre en Centrafrique.

Historique[modifier | modifier le code]

La MINUSCA est créée le 10 avril 2014 par la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies.

Le 15 novembre 2018, des massacres sont commis contre un camp de réfugiés à Alindao. Ceux-ci ont fait au moins soixante morts dont 2 prêtres, et l'évêché a été pillé. La MINUSCA était présente, mais n'a pas réagit. Le cardinal Dieudonné Nzapalainge, archevêque de Bagui a demandé une enquête internationale[3],[4].

Mandat[modifier | modifier le code]

La MINUSCA est autorisée à prendre toutes les mesures requises pour s'acquitter du mandat de : stabilisation de la situation dans les principales agglomérations et contribution au rétablissement de l’autorité de l’État dans tout le pays.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Effectifs[modifier | modifier le code]

Le déploiement maximal de la MINUSCA autorisé par l'ONU est de 12 000 personnels, dont 11 200 soldats.

Commandant[modifier | modifier le code]

Le commandant de la MINUSCA est Parfait Onanga-Anyanga.

Coopération[modifier | modifier le code]

La MINUSCA coopère notamment avec la mission de formation de l'Union européenne en République centrafricaine[5].

Processus DDR[modifier | modifier le code]

Le DDR (Désarmement-Démobilisation-Réintégration) est un processus consistant à désarmer les membres des groupes armés, à libérer ces combattants de leurs groupes et à les aider à réintégrer la société civile. Il vise à soutenir les ex-combattants afin qu'ils puissent devenir des participants actifs au processus de paix.

Ce processus est enclenché dans de nombreux pays en soutien aux opérations de maintien de la paix et notamment en République Centrafricaine.

Pertes[modifier | modifier le code]

Le , cinq soldats rwandais de la MINUSCA sont tués et huit blessés dans une fusillade à Bangui, lorsqu'un des soldats du contingent ouvre de feu sur ses compagnons d'armes avant d'être tué à son tour[6].

Le 4 janvier 2017, deux casques bleus marocains sont tués et un autre blessé lors d'une fusillade perpétrée par un groupe alors non identifié à 60 kilomètres à l'ouest de la ville d'Obo, dans le sud-est du pays[7].

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Secrétaire général nomme M. Parfait Onanga-Anyanga, du Gabon, Représentant spécial pour la République centrafricaine »,
  2. Le Monde du 11/4/2014
  3. « Centrafrique: un massacre à Alindao dans un camp de réfugiés et dans la cathédrale », Zenith,‎ (lire en ligne, consulté le 17 novembre 2018)
  4. « En Centrafrique, les leaders religieux appellent à une enquête internationale », VaticanNews,‎ (lire en ligne, consulté le 11 décembre 2018)
  5. Décision (PESC) 2016/610, troisième considérant
  6. Centrafrique : un Casque bleu tue quatre de ses compagnons, Le Point avec AFP, 8 août 2015.
  7. « La MINUSCA condamne l’attaque meurtrière contre des Casques bleus dans le sud-est de la RCA », MINUSCA,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2017)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Décision  (PESC) 2016/610 du Conseil relative à une mission militaire de formation PSDC de l'Union européenne en République centrafricaine (EUTM RCA), 32016D0610, adoptée le 19 avril 2016, JO du 20 avril 2016, p. 21-26, entrée en vigueur le 19 avril 2016 [consulter en ligne, notice bibliographique]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles annexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]