Armée nationale syrienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Armée nationale syrienne
Image illustrative de l’article Armée nationale syrienne
Image illustrative de l’article Armée nationale syrienne

Idéologie Nationalisme syrien
Islamisme sunnite (en partie)
Nationalisme turc (en partie)
Néo-ottomanisme (en partie)
Objectifs Renversement du régime baasiste de Bachar el-Assad et du Système fédéral démocratique de Syrie du Nord
Statut Actif
Fondation
Date de formation
Pays d'origine Syrie
Actions
Zone d'opération Gouvernorat d'Alep
Organisation
Chefs principaux Selim Idriss
Haitham Afissi
Membres 20 000 à 35 000[1],[2] (en 2018)
50 000 à 110 000 hommes[3],[4] (en 2019)
Fait partie de Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre
Soutenu par Turquie
Guerre civile syrienne
Deuxième guerre civile libyenne
Seconde guerre du Haut-Karabagh

L'Armée nationale syrienne (ANS) (arabe : الجيش الوطني السوري, al-Jayš al-Watanī as-Sūrī) est un rassemblement de groupes rebelles soutenus par la Turquie, fondé en 2017 lors de la guerre civile syrienne. Elle est formée par la réunion de la grande majorité des groupes de l'Armée syrienne libre, d'Ahrar al-Cham, de Jaych al-Islam et de divers autres groupes.

À partir de 2020, certains de ses combattants sont utilisés comme mercenaires par la Turquie et interviennent en Libye et dans le Haut-Karabagh.

Fondation[modifier | modifier le code]

L'Armée nationale syrienne (ANS) est formée après l'opération Bouclier de l'Euphrate par le rassemblement de plusieurs dizaines de groupes rebelles soutenus par la Turquie[1],[5]. Sa fondation est annoncée en , mais c'est en qu'elle est réellement formée[1].

L'ANS est rattachée théoriquement au « gouvernement intérimaire syrien » présent à Gaziantep, mais dans les faits elle est sous les ordres de la Turquie[6],[4],[7].

Le , le Front national de libération rallie l'Armée nationale syrienne[8],[9],[7].

Dans l'ensemble, l'Armée nationale syrienne rassemble des factions issues de l'Armée syrienne libre et des groupes islamistes indépendants[10].

Idéologie[modifier | modifier le code]

Les idéologies des différents groupes de l'Armée nationale syrienne sont assez diverses[1]. L'ANS reprend les codes de l'Armée syrienne libre[1]. Certains groupes sont plutôt islamistes[1],[4].

Pour le journaliste Wassim Nasr, la dimension idéologique n’est pas primordiale : « C’est un grand micmac. Il y a ceux qui sont proches des Frères musulmans et qui considèrent qu’Erdogan est aujourd’hui le chef de ce courant, mais, globalement, je ne les qualifie pas idéologiquement : ce sont d’abord et avant tout des supplétifs. La dimension mercantile domine, ils vont là où on les paie »[7].

Pour Thomas Pierret, chercheur au CNRS : « Il n’y a pas d’unité idéologique parmi ces groupes. Leur seul point commun est qu’ils se sont établis à un moment ou à un autre dans la région d’Alep »[10].

Pour le New York Times, « très mal nommée », l'Armée nationale syrienne, est « en fait en grande partie composée de la lie du mouvement rebelle du conflit, vieux de huit ans ». Pour Elizabeth Tsurkov, membre du Foreign Policy Research Institute, « ce sont essentiellement des gangsters, mais ils sont également racistes envers les Kurdes et les autres minorités »[11].

Organisation[modifier | modifier le code]

Commandement[modifier | modifier le code]

L'Armée nationale syrienne est commandée par le colonel Haitham Afissi[2]. La 3e légion est dirigée par Abou Riyadh, issu du Front du Levant[1]. Le porte-parole est Youssef Hammoud[12],[4].

En 2019, le général Selim Idriss devient le ministre de la Défense du Gouvernement intérimaire syrien et le commandant en chef de l'Armée nationale syrienne[8],[7].

Effectifs[modifier | modifier le code]

En 2018, l'Armée nationale syrienne compte entre 20 000 et 35 000 hommes entraînés et équipés par la Turquie[1],[2].

En octobre 2019, après sa fusion avec le Front national de libération, l'ANS revendique 80 000 combattants[4]. Cependant d'autres effectifs sont donnés à la même période : le général Selim Idriss parle ainsi de 50 000 hommes dans les rangs de l'ANS ; un commandant, Mustafa Secari, déclare que l'ANS dispose de 100 000 hommes, tandis qu'Adnan Ahmed, un commandant adjoint, affirme qu'elle compte 110 000 combattants, dont 70 000 issus du Front national de libération[3].

Les combattants de l'ANS sont entraînés et rémunérés par la Turquie[4]. La plupart des combattants sont Arabes mais l'ANS compte également une minorité de Turkmènes et de Kurdes[7].

Composition[modifier | modifier le code]

Des rebelles de la 3e légion de l'Armée nationale syrienne au cours de la bataille d'Afrine, le .
Chef rebelle de la Brigade de la Tempête du Nord au cours de la bataille d'Afrine, le .
Le colonel Hassan Rajoub, commandant en chef de la 23e division, en mars 2018 lors de la bataille d'Afrine.

Les forces de l'Armée nationale syrienne sont divisées en quatre légions qui rassemblent elles-mêmes plusieurs groupes rebelles :

Historique et actions[modifier | modifier le code]

L'Armée nationale syrienne est initialement basée dans la région d'al-Bab[2]. En 2018, elle s'empare de la région d'Afrine après l’opération Rameau d’Olivier contre les Forces démocratiques syriennes[1]. En 2019, elle prend part à l'Opération Source de paix[7].

Pour Fabrice Balanche, géographe et maître de conférences à l’Université Lyon-2, une partie des forces de l'Armée nationale syrienne engagée dans l'Opération Source de paix est composée de locaux, « notamment de la tribu Jays, qui a notoirement collaboré avec Daech et qui a participé en 2014 à la bataille de Kobané, aux côtés des djihadistes »[7].

Engagement en Libye[modifier | modifier le code]

En décembre 2019, la Turquie de Recep Tayyip Erdoğan décide de venir en aide au Premier ministre libyen, Fayez el-Sarraj, soutenu par l'ONU, face à une campagne de plusieurs mois menée par son rival, le chef de guerre Khalifa Haftar[17]. À partir de décembre 2019, des rebelles syriens de l'Armée nationale syrienne sont envoyés à Tripoli[18],[19]. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), plusieurs combattants syriens appartenant notamment à la Division Sultan Mourad, à Suqour al-Cham, à la Brigade al-Moutasem, à la Division al-Hamza, à Faylaq al-Cham, au Liwa Suqour al-Chamal et au Liwa Sultan Souleymane Chah ont signé un contrat pour un engagement de trois à six mois en Libye en échange d'un salaire de 2 000 à 2 500 dollars — contre 50 à 70 dollars en Syrie — et la nationalité turque[19],[20],[21],[22],[23]. En février 2020, le nombre des mercenaires syriens présents en Libye est d'environ 4 700 selon l'OSDH[24]. Le président turc Recep Tayyip Erdoğan reconnait officiellement la présence en Libye de supplétifs syriens le 21 février 2020[25].

Engagement au Haut-Karabagh[modifier | modifier le code]

En 2020, des mercenaires de l'ANS interviennent dans le conflit au Haut-Karabagh, aux côtés des forces de l'Azerbaïdjan[26],[27].

Exactions[modifier | modifier le code]

Lors de l'opération Rameau d'olivier et l'opération Source de paix, l'Armée nationale syrienne se rend coupable d'exécutions sommaires et de pillages, lui donnant selon L'Orient-Le Jour une « image de soldatesque indisciplinée »[4],[28].

Le 15 septembre 2020, un rapport des enquêteurs de la Commission indépendante internationale sur la Syrie dans le cadre de l'ONU dénonce les exactions commises à contre les populations kurdes par les forces de l'Armée nationale syrienne : tortures, viols, assassinats, pillages systématiques, rackets, déplacements forcés, appropriations forcées de propriétés civiles, détentions arbitraires et enlèvements[29].

Drapeaux et logos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n et o Matteo Puxtton, « Syrie: la 3e Légion, rebelles syriens et supplétifs de la Turquie à Afrin », France Soir,
  2. a b c et d Reuters, « Les rebelles syriens créent une Armée nationale avec la Turquie », Challenges, (consulté le 1er novembre 2019)
  3. a et b (en) Fehim Tastekin, « Who are the Turkish-backed forces in latest Syria incursion? », Al-Monitor, (consulté le 1er novembre 2019)
  4. a b c d e f et g OLJ avec AFP, « Les supplétifs syriens, fantassins de l'offensive turque en Syrie »,
  5. Caroline Hayek, « Les luttes fratricides gagnent le camp pro-Ankara », OLJ,
  6. Benjamin Barthe, « L’Armée syrienne libre, de la lutte contre Assad à la milice proturque », Le Monde,
  7. a b c d e f et g Alexis Feertchak, « Qui sont les rebelles syriens qui se battent avec les Turcs ? », Le Figaro,
  8. a et b Eşber Ayaydın et Tuncay Çakmak, « En Syrie, "l’Armée Nationale" et "Le Front National de Libération" se sont unifiés », Anadolu Agency,
  9. Benjamin Barthe, « Face aux Kurdes, la Turquie envoie combattre des rebelles syriens avides de revanche », Le Monde,
  10. a et b Luc Mathieu, « Syrie : supplétifs, parrains… des forces en présence très diverses », Libération,
  11. (en) Ben Hubbard et David D. Kirkpatrick,, « Kurds’ Sense of Betrayal Compounded by Empowerment of Unsavory Rivals », The New York Times, (consulté le 1er novembre 2019)
  12. AFP, « Syrie: les rebelles pro-Ankara consolident leurs positions près de Minbej », Le Point, (consulté le 1er novembre 2019)
  13. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao ap aq ar as at au av aw ax ay az ba bb bc bd be bf bg bh bi bj bk bl bm et bn Aymenn Jawad Al-Tamimi, The Structure of the Syrian National Army, Aymenn Jawad Al-Tamimi's Blog, .
  14. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab et ac « انفوغراف », NORS Studies,‎
  15. https://twitter.com/badly_xeroxed/status/1093534543422914561
  16. « "Nour Al-Din Al-Zanki" disbans, joins new entity », Syria Call,
  17. (en) Bethan McKernan, Exclusive: 2,000 Syrian fighters deployed to Libya to support government, theguardian.com, 15 janvier 2020
  18. Frédéric Bobin et Allan Kaval, « Le théâtre libyen, nouvelle poudrière régionale », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mars 2020)
  19. a et b « La Turquie aurait envoyé des combattants syriens en Libye, selon l'OSDH », L'Orient-Le Jour, (consulté le 15 mars 2020)
  20. « Shipped by Turkey from Syria: 14 Turkish-backed mercenaries killed in Libya battles », , OSDH, .
  21. (en) « Shipped by Turkey from Syria: 14 Turkish-backed mercenaries killed in Libya battles », The Syrian Observatory for Human Rights,
  22. (en) Bethan McKernan, « Exclusive: 2,000 Syrian fighters deployed to Libya to support government », The Guardian, (consulté le 15 mars 2020)
  23. (en) « Turkey’s mercenaries: 6,650 Syrian mercenaries volunteer to go to Libya, 117 mercenaries killed in Tripoli so far and 150 others cross to Europe », The Syrian Observatory for Human Rights,‎ (lire en ligne)
  24. « Turkey’s recruitment of Syrian mercenaries: Turkey receives more volunteers exceeding the number it requests and more mercenaries killed in Tripoli », The Syrian Observatory for Human Rights,
  25. Le Parisien avec AFP, « Conflit en Libye : Erdogan confirme la présence de combattants syriens pro-Ankara », (consulté le 15 mars 2020)
  26. Benjamin Barthe et Madjid Zerrouky, Le Haut-Karabakh, nouveau théâtre d’intervention des mercenaires syriens à la solde d’Ankara, Le Monde, 2 octobre 2020.
  27. [vidéo] Djihadistes au Haut-Karabakh ? "Ce sont des mercenaires qui se battent pour la solde", France 24, 2 octobre 2020.
  28. AFP, « Syrie : neuf civils « exécutés » par les rebelles proturcs », La Presse, (consulté le 1er novembre 2019)
  29. Allan Kaval, Un rapport de l’ONU dévoile des exactions systématiques dans les régions kurdes occupées par les Turcs en Syrie, Le Monde, 15 septembre 2020