Bataillon Aidar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bataillon Aidar
батальйон «Айдар»
Image illustrative de l’article Bataillon Aidar

Création
Pays Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Allégeance Ministre de la Défense
Branche Armée de terre ukrainienne
Type Bataillon de volontaires
Effectif 400
Fait partie de Bataillons de défense territoriale
Ancienne dénomination 24e Bataillon de défense territoriale « Aidar »
Devise « Dieu est avec nous »
Guerres Guerre du Donbass
Commandant Oleksandr Bardach
Commandant historique • Serhiy Melnytchouk (2014)
Colonel du régiment Yevhen Ptashnik

Le 24e Bataillon d'assaut séparé « Aidar », anciennement le 24e Bataillon de défense territoriale « Aidar » jusqu'à mars 2015, Aïdar ou Aydar (Айдар), est une unité militaire spéciale formée de volontaires ukrainiens intégrée à l'armée de terre ukrainienne. Il est placé sous le commandement du ministère de l'intérieur d'Ukraine, et intégré un temps aux Force de défense territoriale ukrainienne[1] par l’État-major ukrainien. Ce bataillon est chargé de lutter contre l'insurrection pro-russe à l'Est. Le bataillon est basé à Starobilsk, à quelque 80 kilomètres au nord de Louhansk[2]. Il est composé d'environ 400 volontaires, issus des services d'ordre et de manifestants de l'Euromaïdan[3].

Organisation[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Alors que l’État ukrainien est en faillite et que de nombreux soldats de l'armée nationale ont déserté[4], aussi pour pallier une armée ukrainienne désorganisée et peu motivée dont les appelés du Donbass ne sont plus envoyés combattre dans l'est du pays par crainte qu’ils ne changent de bord[5], le 13 avril 2014, au lendemain des référendums de Lougansk et de Donetsk, le ministre de l'intérieur du gouvernement par intérim Arsen Avakov décide de former des milices armées spéciales, afin de lutter contre le désordre à l'Est. Les actions de combat qui sont menées sont dénommées « opérations antiterroristes », afin de souligner l'illégalité de ces référendums populaires et de ne pas négocier avec les insurgés de l'Est.

Créé en mai 2014, le 24e Bataillon de défense territoriale Aidar a été le premier bataillon de défense territoriale de l'Ukraine, un détachement militaire de volontaires subordonné au ministère de la Défense d'Ukraine.

Ancien emblème du Bataillon

Commandement[modifier | modifier le code]

L'ancien commandant du bataillon Aidar Serhiy Melnytchouk

Le commandement en chef du bataillon Aidar était assuré par Serhiy Melnytchouk (Сергій Мельничук)[6] « qui n’était pas très respecté de ses hommes, ne sachant pas faire régner la discipline et devant confier la stratégie militaire à son no 2 »[7]. Serhiy Melnytchouk quitte la fonction de commandant du bataillon Aidar à la suite de son élection comme député du Parti radical d'Oleh Liachko à la Rada lors des élections législatives. En mars 2015, le Procureur général ouvre une enquête criminelle contre Serhiy Melnychuk pour avoir créé un gang composé de combattants du bataillon Aidar qui ont commis des enlèvements des actes de torture et des vols. En juin 2015, Serhiy Melnytchouk s'est vu retirer son immunité parlementaire[8].

Après l'élection de Serhiy Melnytchouk à la Rada, son adjoint Oleksandr Bardach est devenu le commandant de l'unité[8].

Il est secondé par Valentin Lyholit (Валентин Лихолiт)[5], un sous-officier, qui clame que si les politiciens « trahissent » la cause nationale, les unités de volontaires sont prêts à les renverser de nouveau en disant que « nous avons chassé Ianoukovitch avec des cocktails Molotov, mais maintenant nous avons des blindés »[5]. Chez les combattants de l'unité Aidar, « la méfiance envers l’État est un sentiment partagé »[1]. Après les accords de Minsk II, un combattant du bataillon déclare à un journaliste : « Je ne fais ni confiance aux Russes, ni à Poroshenko et sa clique »[9]. Un proche collaborateur de l’ancien secrétaire Andriy Paroubiy, membre du conseil national de sécurité et de défense de l’Ukraine, confie que « ni le gouvernement, ni le commandement militaire ne font confiance aux bataillons de volontaires »[10].

Maxim Martchenko est commandant de 2015 à 2017[11].

Financement[modifier | modifier le code]

Le bataillon Aidar est financé en partie[12] par l'oligarque milliardaire ukraino-chyprio-israélien Ihor Kolomoïsky, nommé gouverneur de Dnipropetrovsk en mars 2014[13] ; Ihor Kolomoïsky offre des récompenses à ceux qui remettent des armes aux autorités, notamment 1 500 dollars pour un AK-47[14], l'arrestation d’un rebelle pro-russe vaut 10 000 dollars et la libération d'un bâtiment occupé par les séparatistes, 200 000 dollars[15].

Ihor Kolomoïsky offre même un million de dollars à celui qui assassinera le député pro-russe et ancien candidat à la présidentielle ukrainienne du 25 mai 2014, Oleg Tsarev[16].

Ihor Kolomoïsky fait l'objet de poursuites par le Comité d'enquête russe pour « organisation de meurtres, de recours à des moyens et méthodes de guerre illégaux »etc. Un mandat d'arrêt international est prévu[17].

Effectifs[modifier | modifier le code]

Le bataillon Aidar est composé d'environ 400 volontaires, issus des services d'ordre et de manifestants de l'Euromaïdan[3]. Selon le journal allemand Tagesschau, les dirigeants et de nombreux membres du bataillon sont des néo-nazis et des membres de partis d'extrême droite[18].

En octobre 2014, à la suite des élections législatives, Ihor Lapin[19],[20] un combattant du bataillon est élu député du parti du Front populaire et devient un des membres du bureau militaire de ce même parti politique[21].

Le magazine Elle dans son numéro 3594, daté du 14 au 20 novembre 2014 aborde le sujet des femmes combattant dans les bataillons de volontaires et présente notamment Vita Zaveroukha qui fait partie du bataillon Aidar[22],[23]. Dans sa page de réseau social, Vita publie des images d'Hitler, des photos d'elle portant un top noir frappé d'une croix gammée ou en faisant le salut nazi et déclare notamment « l’Ukraine sans les Juifs »[24]. Vita Zaveroukha a été arrêtée par les autorités ukrainiennes en mai 2015 pour avoir abattu deux policiers lors du braquage d'une station service[25].

Dans un article du Guardian datant du 5 mars 2015, sur une des photos, on peut apercevoir, derrière une combattante dénommée Anaconda, une camionnette siglée de symboles nazis comme le 14-88 et le logo de la 36e Waffen-Grenadier-Division de la SS[26] représentant deux grenades à main croisées. Cette unité est connue pour avoir été composée de criminels.

Voyant l'absence de réaction à l'annexion de la Crimée par la Russie[27], Nadia Savtchenko quitte l'armée ukrainienne et rejoint les rangs du bataillon Aidar[28],[29]. Les Russes l'accusent d'être impliquée dans le meurtre de deux journalistes russes[30],[31], Igor Korneliouk et Anton Volochine[32],[33].

Le photographe ukrainien de l'agence Reuters et volontaire dans le bataillon Aidar Viktor Gourniak est mort le 19 octobre 2014 près de la ville de Chtchastya[34].

En novembre 2014, un journaliste russe du nom de Alexeï Toporov affirme que la jihadiste britannique Samantha Lewthwaite servait en tant que sniper au bataillon Aidar jusqu'à qu'elle-même se fasse abattre par un sniper du côté des insurgés[35],[36]. Cependant le 13 novembre 2014, le commandant du bataillon nie la présence de Samantha Lewthwaite dans ses rangs[37].

Le 4 août 2021 l'ancien combattant Volodymir Prokhnich, armé d'une grenade a menacé de faire sauter le cabinet des ministres, il s'est rendu après des négociations et la ministre Ioulia Lapoutina a plaidé en sa faveur car c'est un combattant méritant et a reçu une blessure à la tête lors de son service.

Actions[modifier | modifier le code]

Un séparatiste détenu par des miliciens du bataillon Aidar, le 30 juillet 2014

En 2014, Amnesty International et l'OSCE[38] accusent le bataillon de violations des droits de l'homme, de détentions arbitraires[39], d'exécutions de civils, de prisonniers[40],[41], de vols, rackets[5] et d'autres actions pouvant être traduit comme des crimes de guerre[42].

Un autre rapport d’Amnesty International dénonce que les paramilitaires pro-européens, dont ceux du bataillon Aidar, commettent des actes de crimes de guerres en exécutant des otages et des prisonniers pro-russes en leur coupant la tête[43].

Le [44], selon les Russes, Nadia Savtchenko aurait communiqué par téléphone la position de deux journalistes russes Igor Korneliouk et Anton Volochine[32],[33] aux volontaires du bataillon Aidar qui les ont bombardés[45] aux tirs de mortier.

En juillet 2014, des miliciens du bataillon Aidar ont capturé Tamerlan Enaldiev, l'un des sous-ministres de la Défense de l'Ossétie du Sud[46],[47].

Le [48], le bataillon Aidar reprend la ville de Severodonetsk qui était tenue par les séparatistes prorusses[49]. Dès lors, les combattants volontaires volent et rackettent les habitants de la ville[50].

En septembre 2014, les forces séparatistes découvrent le corps de trois femmes et d'un homme, des civils, qui auraient été exécutés d’une balle dans la tête dans un terrain vague près de Donetsk, dans une zone occupée par la 25e brigade aéroportée ukrainienne et le bataillon Aidar[51].

Le , les bataillons Azov et Aidar, accompagnés par 4 000 personnes qui célébraient le 72e anniversaire de la création de l'UPA ont tenté de prendre le Parlement ukrainien[52].

Le , Amnesty International rapporte que des unités bloquent l'aide humanitaire destinée aux populations des zones contrôlées par les séparatistes. Selon Amnesty International, les bataillons Aidar, Donbass et Dnipro-1 ont bloqué le convoi d'aide humanitaire parce qu'ils « croyaient que la nourriture et les vêtements allaient finalement tomber entre de mauvaises mains et qu'ils seraient vendus au lieu d'être donnés ». Denis Krivosheev, le directeur d'Amnesty International en Europe et Asie Centrale souligne qu'utiliser la faim contre les populations civiles est un crime de guerre[53].

Le , les combattants du bataillon Aidar manifestent devant le parlement ukrainien en brûlant des pneus[54],[55] et tentent de pénétrer dans le ministère de la Défense pour protester contre la dissolution de leur unité[56].

À la suite du cessez-le-feu des accords de Minsk II, dès le 14 février 2015, les combattants du bataillon Aidar ont annoncé leur volonté de ne pas cesser de combattre[57].

En mars 2015, trois combattants du bataillon Aidar sous l'emprise de l'alcool pénètrent dans un appartement à Lysychansk, l'ont saccagé après avoir tabassé le propriétaire. Un officier de Aidar se dédouane des faits en disant que n'importe qui peut acheter l'écusson du bataillon[58].

En avril 2015, le gouverneur de Louhansk déclare que le bataillon Aidar « terrorise la région » et demande au ministère de la Défense ukrainienne de freiner ses membres, après une série de vols[59].

Guerre Ukraine-Russie[modifier | modifier le code]

Le 4 mars 2022, dans le cadre de l'invasion russe de l'Ukraine en 2022, le drone de combat Kronstadt Orion armé et modifié a effectué une frappe aérienne sur le centre de commandement du Bataillon Aidar dans l'Oblast de Donetsk[60].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Olivier Tallès, « Chez les défenseurs de l’identité ukrainienne », La Croix, (consulté le )
  2. « Reportage International - Ukraine: le bataillon Aïdar », RFI,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. a et b « Ces jeunes de Maïdan devenus volontaires à l’est », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Des pro-Russes affirment avoir déserté l'armée ukrainienne », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. a b c et d « Ukraine. Les volontaires en terrain conquis », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. (en-US) « Aydar Batallion ready to fight even as unit’s future remains unclear - Jun. 24, 2014 », KyivPost,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « Législatives en Ukraine : des “héros” bientôt au Parlement », RFI,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. a et b (en-US) « Aidar soldiers uneasy about future as orders come to leave base - Jul. 09, 2015 », KyivPost,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. La-Croix.com, « Après l’accord de paix, la méfiance des volontaires ukrainiens », sur La Croix, (consulté le )
  10. « La gueule de bois de l’armée ukrainienne », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. (uk) « Командир одесской мехбригады досрочно получил очередное звание », Думская,‎ (lire en ligne)
  12. (en-US) « In Ukraine, private armies take fight to Russian separatists », Nationthailand, may 06. 2015 (consulté le )
  13. Piotr Smolnar, Le Monde, 17 juin 2014, p. 5
  14. L’oligarque « genevois » qui défie Poutine La Tribune de Genève du 30 mai 2014
  15. « Des citoyens à Donetsk pour dire non à la Russie », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  16. Louis Imbert, « Les subtils équilibres d’Igor Kolomoïski, nouvel homme fort du Sud-Est ukrainien », sur www.lemonde.fr,
  17. « Ukraine : le ministre Avakov dans le collimateur du Comité d'enquête russe », RIA Novosti,
  18. Blutige Kämpfe in der Ostukraine Tagesschau du 29 septembre 2014
  19. (en-GB) Shaun Walker, « Kommunar, east Ukraine: ‘Nothing to eat, nothing to do, no point in life’ », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  20. (en-GB) Shaun Walker, « Ukraine: draft dodgers face jail as Kiev struggles to find new fighters », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  21. Membres du Bureau militaire (Члени Військової ради en ukrainien) sur le site officiel du parti, 17 septembre 2014)
  22. « Comment le magazine ELLE a été berné par une néo-nazi ukrainienne », sur RFI, (consulté le )
  23. « Le magazine "Elle" s'excuse après la publication d'une interview d’une néo-nazie ukrainienne », sur Les Inrocks, (consulté le )
  24. « Les excuses de ELLE pour son interview d'une néo-nazie ukrainienne », Le Huffington Post, (consulté le )
  25. Will Stewart, « Teen feted as Ukraine's 'Joan of Arc' is neo-Nazi », sur Mail Online, (consulté le )
  26. (en-GB) Elena Savchuk, « The women fighting on the frontline in Ukraine », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  27. Le Figaro avec AFP, « Russie: la pilote ukrainienne bientôt libérée », (consulté le )
  28. Karen Lajon, « À l'étranger, deux destins de femmes en suspens », Le JDD, (consulté le )
  29. « Nadia Savtchenko, l'encombrante prisonnière ukrainienne de Poutine », sur Franceinfo, (consulté le )
  30. L'égérie ukrainienne officiellement inculpée 20 minutes du 24 avril 2015
  31. Une pilote ukrainienne «soignée» par Moscou du Libération du 17 octobre 2014
  32. a et b « UKRAINE. Kiev annonce un cessez-le-feu "sous peu" », sur L'Obs (consulté le )
  33. a et b « Kiev va ordonner « sous peu » un cessez-le-feu unilatéral », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  34. « Le photographe de Reuters, Viktor Gourniak,volontaire du bataillon « Aydar » est mort au combat près de la ville de Chtchastya. », sur InformNapalm.org, (consulté le )
  35. (en-GB) Tom Parfitt, « Samantha Lewthwaite 'killed fighting in Ukraine' », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le )
  36. (en-US) « 'White Widow' terrorist killed by Russian sniper, reports say », sur Fox News, (consulté le )
  37. (en) « White widow 'dead': Reports Samantha Lewthwaite killed in Ukraine », The Independent, (consulté le )
  38. « Latest from OSCE Special Monitoring Mission (SMM) to Ukraine based on information received as of 18:00 (Kyiv time), 21 August 2014 », sur www.osce.org, (consulté le )
  39. « Latest from OSCE Special Monitoring Mission (SMM) to Ukraine based on information received as of 18:00 (Kyiv time), 21 August 2014 », sur www.osce.org (consulté le )
  40. Kiev : charniers et crimes de guerre, mais les médias ont perdu la tête
  41. « Kiev : charniers et crimes de guerre, mais les médias ont perdu la tête », sur Club de Mediapart, (consulté le )
  42. (en) « Ukraine: Abuses and war crimes by the Aidar Volunteer Battalion in the north Luhansk region », Amnesty International, (consulté le )
  43. (en) Damien Sharkov, « Ukrainian Nationalist Volunteers Committing 'ISIS-Style' War Crimes », Newsweek, (consulté le )
  44. « Ukraine – Décès de deux journalistes russes (17 juin 2014) du site du ministère des affaires étrangères français »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  45. « Nadejda Savtchenko, pilote d’hélico ukrainienne, arrêtée par les Russes », Libération, (consulté le )
  46. (en) « Dmitry Tymchuk's military blog: The number of settlements freed from insurgents is growing inexorably every day », KyivPost, (consulté le )
  47. "Айдар" захопив помічника міноборони невизнаної Південної Осетії du Pravda ukrainien du 21 juillet 2014
  48. « Combats fratricides aux abords de Donetsk », Libération,‎
  49. Laurent GESLIN, « Ukraine : cessez-le-feu fantôme sur le front de Lougansk », Libération, (consulté le )
  50. « A Starobilsk, les combattants volontaires ukrainiens en première ligne », sur RFI, (consulté le )
  51. « Ukraine: quatre cadavres de civils découverts à Donetsk », sur RFI, (consulté le )
  52. « Ukraine : Porochenko, l’atout de l’extrême droite », sur L'Humanité, (consulté le )
  53. (en) « Eastern Ukraine: Humanitarian disaster looms as food aid blocked », sur www.amnesty.org (consulté le )
  54. « Ex-chief of Aidar Battalion fired as deputy head of Ukraine parliament committee - Feb. 12, 2015 », sur KyivPost, (consulté le )
  55. « Aidar battalion commander expelled from Radical Party faction - Feb. 05, 2015 », sur KyivPost, (consulté le )
  56. (en) « Ukraine crisis: A dangerous shift in tempo as rebels bolster troop », sur The Independent, (consulté le )
  57. « Ukraine. La trêve mise à mal par des combats dans le Donbass », sur Courrier international, (consulté le )
  58. « Alcohol abuse rampant at war front - Apr. 09, 2015 », sur KyivPost, (consulté le )
  59. « Governor of Luhansk region accuses Aidar of terrorizing the region - Apr. 01, 2015 », sur KyivPost, (consulté le )
  60. « Уничтожение командно-наблюдательного пункта батальона «Айдар» расчетом БПЛА «Иноходец» », sur youtube.com, Russian Defence Ministry,‎

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :