Aller au contenu

Bataille de Bakhmout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bataille de Bakhmout

Informations générales
Date Depuis le
(2 ans et 22 jours)
Lieu Bakhmout, oblast de Donetsk (Ukraine)
48° 35′ 42″ N, 38° 00′ 00″ E
Issue À Bakhmout : victoire russe[Note 1]
Autour de la ville : en cours[Note 2]
Belligérants
Drapeau de la Russie Russie Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Commandants
Drapeau de la Russie Evgueni Prigojine[11]
Drapeau de la Russie Dmitri Outkine
Drapeau de la Russie Anton Yelizarov
Drapeau de la Russie Alexeï Naguine [12]
Drapeau de la Russie Vyacheslav Makarov [13]
Drapeau de l'Ukraine Oleksandr Syrskyi
Drapeau de l'Ukraine Andriy Mikheichenko[14]
Drapeau de l'Ukraine Oleksandr Tarnavsky[15]
Drapeau de l'Ukraine Youri Bereza[16]
Drapeau de l'Ukraine Pavlo Fedosenko[17]
Forces en présence
Voir Forces en présences

Groupe Wagner
Forces armées russes


46 000 à 66 000 hommes[18],[19]
Voir Forces en présences

Forces armées ukrainiennes


Entre 30 000 à 80 000 hommes[20],[21]
Pertes
10 000 morts au moins
(selon le Groupe Wagner)[24]

20 000 à 30 000 morts ou blessés[25]
(selon des responsables occidentaux)

36 524 à 46 624 morts
65 670 blessés
(selon l'Ukraine)
23 000 morts
16 000 blessés[26]
(selon la Russie)

5 000 morts au moins
(selon les recherches nécrologiques BBC/Mediazona])[27]

Drapeau de l'Ukraine 204 civils tués (dont 4 enfants), 505 blessés (dont 17 enfants)[22]
Drapeau de la France 1 journaliste (Arman Soldin) tué[23]

Invasion de l'Ukraine par la Russie de 2022
Guerre du Donbass

Batailles


Offensive de Kiev (Jytomyr, Kiev)


Offensive du Nord (Tchernihiv, Soumy)


Campagne de l'Est (Donetsk, Louhansk, Kharkiv)


Campagne du Sud (Mykolaïv, Kherson, Zaporijjia)


Frappes aériennes dans l'Ouest de l'Ukraine


Guerre navale


Attaques en Crimée


Débordement


Massacres


Coordonnées 48° 35′ 42″ nord, 38° 00′ 00″ est
Géolocalisation sur la carte : Ukraine
(Voir situation sur carte : Ukraine)
Bataille de Bakhmout

La bataille de Bakhmout est une série de combats opposant les Forces armées ukrainiennes aux Forces armées de la fédération de Russie, secondées jusqu'en juin 2023 par la société militaire privée Wagner , qui se déroulent à proximité et dans la ville de Bakhmout depuis 2022. Elle fait partie de la bataille du Donbass, offensive russe de la guerre russo-ukrainienne. Le groupe Wagner annonce la prise totale de la ville le 20 mai 2023, mais les combats continuent dans sa périphérie ouest, et s'intensifient à nouveau lors de la contre-offensive ukrainienne de 2023.

À la fin de l'année 2022, après les contre-offensives ukrainiennes de Kharkiv et de Kherson, le front de Bakhmout est l'une des rares lignes de front en Ukraine où la Russie demeure à l'offensive[28]. Les attaques sur la ville s'intensifient en novembre 2022, les forces d'assaut russes étant alors renforcées par des unités redéployées du front de Kherson, ainsi que par des recrues nouvellement mobilisées[29]. Une grande partie de la ligne de front se transforme dès lors en une guerre de tranchées positionnelle, les deux camps subissant de lourdes pertes sans faire d'avancées significatives[30]. Les forces ukrainiennes sont forcées de se retirer lentement de la ville après une féroce bataille urbaine.

Le , Bakhmut est en grande partie capturée par les forces russes[31]. L'armée ukrainienne revendique toujours le contrôle d'une petite bande de la ville proprement dite le long de l'autoroute T0504[32].  Néanmoins, l'Ukraine lance des contre-attaques sur les flancs de la Russie, cherchant à encercler la ville. À peu près au même moment, le 25 mai, le groupe Wagner commence à se retirer de la ville pour être remplacé par des troupes russes régulières[33].

Bien qu'étant au départ une cible d'importance moyenne, Bakhmout devient un point central de la guerre russo-ukrainienne en raison de l'investissement très important des deux belligérants. Le front de Bakhmout est surnommé le « hachoir à viande » par certains analystes[34]. L'intensité des affrontements dans le secteur est comparée aux batailles de la Première guerre[Note 3] et de la Seconde Guerre mondiale[35],[36].

En 2014, dans le sillage de l'Euromaïdan et de l'annexion de la Crimée par le Russie, des troubles pro-russes dans l'est de l'Ukraine conduisent à un conflit armé dans le Donbass, jusqu'à atteindre la ville industrielle d'Artemivsk (renommée depuis en Bakhmout), cette bataille s'achevant par une victoire ukrainienne. Le conflit est gelé jusqu'à reprendre avec l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février 2022, provoquant une forte escalade de la guerre russo-ukrainienne. L'invasion provoque la plus grande crise de réfugiés depuis la Seconde Guerre mondiale[37],[38], avec plus de 6,5 millions d'Ukrainiens fuyant le pays[39] et un tiers de la population déplacée[40],[41].

Percée russe de Popasna et chute de Severodonetsk

[modifier | modifier le code]

Le 8 mai, le gouverneur de l'oblast de Louhansk, Serhiy Haidaï, déclare sur sa chaîne Telegram que les Russes ne contrôlent que la moitié de la ville de Popasna[42], puis admet plus tard que les forces ukrainiennes se sont retirées de cette ville[43]. Le 12 mai, les forces russes et de la république populaire de Louhansk (RPL) battent les forces ukrainiennes lors de la bataille de Roubijné et prennent le contrôle total de la ville, poursuivant leurs tentatives d'encercler Sievierodonetsk et Lyssytchansk, dans un second temps[44],[45]. Le 17 mai 2022, les forces russes bombardent la ville et le site de production électrique Boudinok situé près de Bakhmout. Selon l'Ukraine, lors d'une attaque à la roquette russe, cinq bâtiments sont détruits et 5 personnes dont un enfant tués[46],[47].

Le , les forces russes poursuivent leur avancée à l'ouest et au sud de Popasna, dans le but de couper la route vers Sievierodonetsk[48],[49]et percent vers Popasna[50]. Le , ayant sécurisé leur route d'avance, elles tentent de pousser simultanément vers l'ouest en direction de Bakhmout et vers le nord pour couper les liaisons hors route vers Sievierodonetsk[51]. Le , l'attaque depuis Popasna a pour objectif de couper la route entre les deux villes. Les forces ukrainiennes se replient pour assurer la défense de la ville. Le , lors d'une nouvelle offensive, les Russes parviennent à établir un poste de contrôle sur la route T1302, détruite par les forces armées ukrainiennes[52].

Le 3 juillet, les forces du groupe Wagner s'emparent d'un village à 12 km de Bakhmout[53]. Après les batailles de Sievierodonetsk et Lyssytchansk début juillet, les forces russes et séparatistes capturent tout l'oblast de Louhansk et le champ de bataille se déplace vers les villes de Bakhmout et Soledar[54]. Le 25 juillet, les forces ukrainiennes se retirent de la centrale électrique de Vuhlehirska , ainsi que de la ville voisine de Novoluhanske, donnant aux forces russes et séparatistes un « petit avantage tactique » vers Bakhmout[55]. Deux jours plus tard, le 27 juillet, le bombardement russe de Bakhmout a tué trois civils et en a blessé trois autres[56].

Première campagne : offensive russe (juillet 2022 - mai 2023)

[modifier | modifier le code]

Forces en présences

[modifier | modifier le code]

Groupe Wagner (50 000 hommes)[57]

Forces armées russes

Après les contre-offensives de Kherson et de Kharkiv, en novembre 2022 et tandis que les combats deviennent plus intenses, plusieurs brigades sont repositionnées à Bakhmout. Les 17e, 24e, 28e, 46e, 57e, 61e et 63e brigade sont prélevées du front de Kherson.

Forces armées ukrainiennes

Ministère de l'Intérieur :

Direction Général du renseignement (GUR) :

Corps des volontaires ukrainiens (transformé en la 67e brigade mécanisée en décembre 2022)

Premiers bombardements et empiètement russe (août-octobre 2022)

[modifier | modifier le code]

Sur les 73 000 habitants de Bakhmout avant le début de l'invasion russe de l'Ukraine, moins de 20 000 restaient dans la ville en .

Immeuble à Bakhmout après le bombardement du 17 mai 2022.

Le 1er août, les forces russes lancent des attaques terrestres massives contre des localités au sud et au sud-est de Bakhmout. Le ministère russe de la Défense et les pages pro-russes de Telegram affirment que la bataille de Bakhmout a commencé[81],[82]. Le front de Bakhmout est principalement défendu par la 58e brigade motorisée devant la ville, la 72e brigade mécanisée au sud et deux bataillons des 10e brigade d'assaut de montagne et 80e brigade d'assaut aérien au nord. Le lendemain, l'Ukraine signale une intensification des frappes aériennes et des bombardements russes sur Bakhmout, entamant une attaque au sol dans la partie sud-est de la ville. Le , les mercenaires du Wagner réussissent à percer les défenses ukrainiennes et à atteindre la rue Patricio Lumumba à la périphérie est de la ville[83]. Dans les jours suivants, les forces russes continuent à pousser vers Bakhmout depuis le sud, l'état-major ukrainien déclarant le 14 août que les forces russes ont obtenu un « succès partiel » près de Bakhmout, mais sans donner de détails[84].

Le 21 septembre, des bombardements nocturnes dans le centre-ville provoquent la destruction par incendie du palais de la culture Martynov, où siégeait une organisation humanitaire. Lors de l'extinction de l'incendie, le service d'incendie local est bombardé, endommageant du matériel et blessant deux membres du service d'urgence de l'État[85]. La nuit, un immeuble de cinq étages est partiellement détruit par les bombardements russes[86],[87]. Une frappe de missiles russes le 22 septembre détruit le pont principal sur la rivière Bakhmouta qui traverse la ville, perturbant à la fois les déplacements des civils et la logistique militaire ukrainienne[88]. Fin septembre, la 93e brigade mécanisée ukrainienne qui participait à la contre-offensive de Kharkiv est redéployée pour renforcer le flanc nord de la ville vers Bakhmuts'ke et Soledar.

Le 7 octobre, les forces russes avancent dans les villages de Zaïtseve et Opytne à la périphérie sud et sud-est de Bakhmout, tandis que le 10 octobre, le ministère britannique de la Défense affirme que les troupes russes se rapprochent de la ville[89],[90]. Le 12 octobre, les forces russes revendiquent la prise d'Opytne, située à 3 km au sud de Bakhmout, et d'Ivanhrad[91]. Le 23 octobre, dans la banlieue est, les troupes russes sont repoussées de 2 km lors d'une contre-attaque des forces armées ukrainiennes. Selon des sources ukrainiennes, une contre-attaque mineure lancée le 24 octobre chasse les forces russes de certaines usines en périphérie est de la ville, le long de la rue Patrice-Lumumba[92]. Au cours du mois, la 30e brigade mécanisée relaie la 72e brigade mécanisée qui est transférée vers Vouhledar.

Escalade hivernale (novembre-décembre 2022)

[modifier | modifier le code]
Soldat ukrainien dans une tranchée près de Bakhmout, novembre 2022

En novembre 2022, la ville est détruite à 60 % et seuls dix à quinze mille civils y sont toujours présents. La bataille est l'une des plus intenses du front. Il s'agit d'une bataille de positions avec une forte activité de l'artillerie. C'est le groupe Wagner et non l'armée régulière qui combat côté russe. Selon des journalistes européens, des soldats inexpérimentés seraient envoyés en première ligne dans le but de repérer les positions ukrainiennes et de les frapper avec des tirs d'artillerie. L'intérêt stratégique de la poursuite des combats est faible selon des sources occidentales depuis la reprise d'Izioum par l'Ukraine en septembre, mais le chef de Wagner, Evgueni Prigojine, souhaiterait une victoire russe pour, selon elles, « se mettre en avant »[93].

À la fin novembre, l'armée ukrainienne commence à transférer progressivement un grand nombre de brigades vers Bakhmout afin de faire face aux assauts du groupe Wagner de plus en plus nombreux. La 53e brigade mécanisée est déployée dans la banlieue sud de la ville vers Opytne.

Les forces russes percent les lignes de défense le long du flanc sud de Bakhmout, en prenant les villages d'Andriivka, Ozarianivka et Zelenopillia, et en réalisant des avancées mineures à Opytne les 28 et 29 novembre. Le groupe Wagner attaque Kourdiumivka, contigu à Ozarianivka, et certaines sources prorusses ont affirmé que le village avait été pris[94]. Les forces russes attaquent dans le même temps les positions ukrainiennes au sud-est de Bakhmout[95]. Le 3 décembre, Serhii Cherevatyi, porte-parole ukrainien du commandement opérationnel Est, décrit le front de Bakhmout comme « le secteur le plus sanglant, le plus cruel et le plus brutal [...] de la guerre russo-ukrainienne jusqu'à présent », ajoutant que les Russes ont mené 261 attaques d'artillerie au cours de la seule journée écoulée[96]. Le même jour, un membre de la Légion géorgienne déclare aux médias qu'un groupe de volontaires géorgiens a été encerclé lors d'affrontements près de Bakhmout. Le commandant a été blessé ainsi que cinq ou six volontaires, servant dans la 57e brigade ukrainienne, ont été tués. La présidente géorgienne Salomé Zourabichvili exprimant peu après ses condoléances aux familles des soldats tués[97]. Les 6 et 7 décembre, le ministère russe de la défense affirme que ses troupes, y compris les combattants de Wagner, ont réussi à repousser les contre-attaques ukrainiennes au sud de Bakhmout[98]. Le , des images montrent que la ville est détruite par les obus, et que les combats sont devenus une guerre de tranchées[99]. À partir du mois de décembre, les ukrainiens déploient les 24e brigade mécanisée, 28e brigade mécanisée, 46e brigade aéromobile, 57e brigade motorisée, 60e brigade mécanisée, 61e brigade d'infanterie, 63e brigade mécanisée et 128e brigade d'assaut de montagne qui étaient utilisées lors de la contre-offensive de Kherson.

Le 9 décembre 2022, le président Volodymyr Zelensky accuse la Russie d'avoir « détruit » Bakhmout, la qualifiant de « nouvelle ville du Donbass que l'armée russe a transformée en ruines brûlées ». Petro Stone, ancien soldat et témoin oculaire de la bataille, a qualifié le front de Bakhmout de « hachoir à viande », affirmant que les Russes « couvraient Bakhmout de tirs 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 »[100]. Des soldats de la 24e brigade mécanisée ukrainienne relatent aux médias des engagements récents sur le champ de bataille, notamment une fusillade de plusieurs jours avec 50 soldats russes retranchés derrière une ligne d'arbres où, à certains endroits, « nous n'étions séparés que de 100 mètres ». Les soldats ukrainiens affirment que les troupes russes de la ligne de front attaquaient souvent avec un faible soutien de chars, les combattants du groupe Wagner servant de troupes d'assaut principales et les « mobiks » (volontaires russes récemment mobilisés) sous-équipés tenant des positions défensives. Un artilleur ukrainien affirme que « 80 % de la population civile restante, qui survit dans des sous-sols et est approvisionnée par des camions d'épicerie mobiles qui entrent périodiquement dans la ville, est pro-russe »[101].

L'état-major ukrainien confirme des affrontements à Bakhmoutske et à Soledar, tout en affirmant avoir repoussé tous les assauts. Le 11 décembre, un pont ferroviaire sur l'autoroute E40 (M-03) au nord de Bakhmout est détruit. Les Russes accusent, par la suite, les Ukrainiens de l'avoir démoli afin d'entraver d'éventuelles avancées russes vers Sloviansk[102].

Le 17 décembre, des images de tranchées dans le centre-ville de Bakhmout apparaissent sur Internet, indiquant que les défenseurs ukrainiens se préparent au combat urbain dans la ville[103].

Les 18 et 19 décembre, les forces ukrainiennes, comprenant apparemment de l'infanterie à pied soutenue par des véhicules de ravitaillement tactique Wolfhound donnés par les Britanniques, contre-attaquent le long de la rue Fyodor-Maksimenko et repoussent les troupes de Wagner vers la périphérie est de la zone suburbaine au cours de combats urbains « acharnés ». Pendant ce temps, la force opérationnelle conjointe de l'Ukraine déclare repousser quotidiennement « cinq à sept groupes d'infiltration russes » près de Bakhmout[104]. Un commandant ukrainien déclare que l'abondance de la surveillance par drone permet aux forces ukrainiennes de répondre rapidement aux petits assauts russes dans la périphérie, tout en affirmant que la Russie ne contrôle pas la zone industrielle orientale de Bakhmout[105].

Les 20 et 21 décembre, le président Volodymyr Zelensky se rend à l'improviste sur le front de Bakhmout, y rencontre des soldats, remet des médailles et prononce un discours[106],[107]. Pendant ce temps, de violents bombardements et des combats à la périphérie de Bakhmout[108] se poursuivent alors que les forces russes tentent continuellement de briser les positions ukrainiennes retranchées sur les flancs de la ville. Les combattants de Wagner attaquent les bastions de Bakhmouts'ke (en), Pidhorodne et Klichtchiïvka, situés respectivement le long des flancs nord-est et sud-ouest de Bakhmout, tandis que les Ukrainiens continuent de tenir le nord d'Opytne, émoussant l'avancée de la Russie depuis le sud[109]. Le 26 décembre, le gouverneur ukrainien de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, déclare que plus de 60 % des infrastructures de la ville ont été endommagées ou détruites[110].

Poursuite des efforts d'encerclement russe (janvier-mai 2023)

[modifier | modifier le code]

Début janvier 2023, le rythme des combats et la cadence des tirs d'artillerie dans le secteur de Bakhmout augmentent considérablement, le journal The Kyiv Independent considérant que la bataille atteint « son point culminant »[111]. Plus de vingt brigades ukrainiennes participent en rotation à la défense du secteur de Bakhmout.

Après une offensive locale début janvier 2023, les forces russes prennent la ville voisine de Soledar, située à 20 kilomètres au nord de Bakhmout, le 16 janvier 2023. Dans son compte rendu du 7 janvier, l'ISW considère que la prise de Soledar aiderait les forces russes à avancer sur la ville par le nord, même s'il estime qu'elles devraient prendre le contrôle de la route Siversk-Bakhmout, située à 7 kilomètres à l'ouest des positions russes près de Soledar, afin de couper les lignes d'approvisionnement des forces ukrainiennes vers Bakhmout[112],[113],[114]. À partir de cette victoire, les Russes commencent leurs tentatives pour encercler Bakhmout par le nord et par le sud.

Le 20 janvier 2023, le ministère de la défense russe et les forces de Wagner revendiquent la prise du village de Klichtchiïvka, situé à 9 kilomètres au sud-ouest de Bakhmout, sans que des sources indépendantes puissent confirmer cette affirmation[115],[116],[117]. Le 31 janvier, les forces russes revendiquent la prise du village de Blahodatne, situé au nord de la ville[118].

Le 1er février, The New York Times rapporte que les Russes augmentent l'intensité des attaques sur la ville et ses environs[119]. Le même jour, Denis Pouchiline, chef des forces séparatistes, affirme que la ville est « opérationnellement encerclée »[120]. A ce moment là, la défense ukrainienne est composée comme suit : les 61e brigade d'infanterie et 63e brigade mécanisée tiennent le flanc nord de la ville appuyés par la 4e brigade de chars ; la ville est défendu par la 24e brigade mécanisée, 57e brigade motorisée les 1re et 3e brigade de la Garde nationale; le flanc sud de la ville est tenue par les 28e et 60e brigade mécanisée[121]. Vers la mi-février, le grignotage effectué par l'armée russe et le groupe Wagner se poursuit, avec notamment la prise des villages de Paraskoviïvka, Krasna Hora puis Berkhivka, au nord de Bakhmout revendiquée par les mercenaires de Wagner[122] et ainsi la coupure d'une ligne ferroviaire.

Au début du mois de mars 2023, la situation se dégrade fortement pour les défenseurs de la ville, les forces russes coupant peu à peu les routes menant à la ville[123],[124]. Le 6 mars, Volodymyr Zelensky demande à l'état-major de « trouver les forces » pour défendre Bakhmout. Le 7 mars, le Groupe Wagner affirme contrôler la partie orientale de la ville après que les forces ukrainiennes ont fait sauter 2 ponts stratégiques et ont évacué l'est de la rivière Bakhmouta[125],[126].

Le lendemain, le président Zelensky refuse une nouvelle fois de faire évacuer Bakhmout, affirmant que sa chute pourrait provoquer la prise d'autres villes du Donbass, dont Sloviansk et Kramatorsk[127]. Le même jour, Jens Stoltenberg n'exclut pas que la ville puisse tomber à court terme[128]. Fin , la ville ne serait plus contrôlée qu’à un tiers par l’Ukraine d’après un conseiller à la présidence[129]. L'armée ukrainienne affirme le « tenir » encore Bakhmout, dont le groupe Wagner revendique la prise « au sens légal » après en avoir conquis la mairie[130].

En avril 2023, selon John Kirby du département de la Défense des États-Unis, 10 000 soldats de Wagner seraient morts pendant l'offensive russe de l'hiver, essentiellement des anciens prisonniers « jetés dans les combats à Bakhmout sans entraînement ni commandement militaire suffisant »[131].

Le 19 avril, la ville de Bakhmout serait contrôlée à plus de 90 % par les forces armées russes, selon ces dernières[132]. Le 5 mai, le chef du groupe Wagner, Evgueni Prigojine, annonce que, faute de munitions suffisantes, ses hommes quitteront leurs positions à Bakhmout le 10 mai en étant remplacés par des tchétchènes du bataillon Akhmat (forces spéciales de la Garde nationale russe)[réf. souhaitée]. Le 8 mai, Evgueni Prigojine, déclare que des combats « féroces » se poursuivent à Bakhmout[133], précisant que ses troupes recevaient davantage de munitions après qu’il a menacé de les retirer des combats. Selon lui, les forces russes ont avancé de 130 mètres au cours de la journée écoulée. Il affirme que les troupes ukrainiennes ne contrôlent plus que 2,36 kilomètres carrés de la ville[134].

Le 9 mai, Jour de la Victoire en Russie, la ville n'est toujours pas totalement contrôlée par les forces russes.

Capture de la ville et retrait du groupe Wagner (mai 2023)

[modifier | modifier le code]

Le 20 mai 2023, Evgueni Prigojine, chef du groupe Wagner, revendique la prise complète de la ville[135],[136],[137]. Kyïv dément la prise de la ville, évoquant cependant une situation « critique »[138]. L'Ukraine affirme toujours contrôler « certaines installations industrielles et infrastructures de la zone »[139]. Le 23 mai, selon le secrétaire du conseil de sécurité nationale ukrainien, Oleksiy Danilov, une partie de la ville assiégée de Bakhmout reste sous contrôle ukrainien. Il déclare sur CNN : « Si les Russes pensent avoir pris Bakhmout, je peux dire que ce n’est pas vrai »[140].

Le , le New York Times rapporte que la bataille de Bakhmout était presque terminée et que les forces russes contrôlaient la ville, et que les forces armées ukrainiennes tentaient de faire pression sur la ville depuis les flancs[141]. Dans une vidéo publiée sur Telegram le 25 mai, Evgueni Prigojine annonce que le groupe Wagner entame son retrait de Bakhmout et commence à transférer certaines de ses positions à l'armée régulière russe et que ce mouvement se poursuivra jusqu'au 1er juin 2023[142].

Deuxième campagne : contre-offensive ukrainienne (mai - octobre 2023)

[modifier | modifier le code]

Forces en présences

[modifier | modifier le code]

Forces armées russes

Forces armées ukrainiennes

Ministère de l'Intérieur :

Direction Général du renseignement (GUR) :

Début des contre-attaques ukrainiennes sur les flancs

[modifier | modifier le code]

À partir du 10 mai, l’Ukraine plonge la Russie dans le « brouillard de guerre » pour préparer sa contre-offensive. En attendant le déclenchement annoncé d’une série d’attaques d’ampleur sur le front contre l’armée russe, l'armée et le gouvernement ukrainiens multiplient les opérations de désinformation et les signaux contradictoires destinés à aveugler l’adversaire[159]. La 3e brigade d'assaut ukrainienne passe à l'offensive le 10 mai sur le flanc sud du front de Bakhmout et met en déroute deux compagnies de la 72e brigade de fusiliers motorisés russe et une compagnie d'assaut de Wagner[160]. Les forces ukrainiennes reprennent une bande de 3 km de large et 2 km de profondeur. Cette poussée permet d'améliorer la position des défenseurs ukrainiens et leurs lignes d'approvisionnement[161].

Le 11 mai, les forces ukrainiennes avancent vers une université professionnelle dans le centre-ville. Wagner tient toujours plus de 80 % de la ville[162]. Le 12 mai, le ministère de la Défense russe annonce un redéploiement d'unités (désigné comme un « mouvement vers des positions tactiques plus avantageuses ») dans la zone du réservoir de Berkhivs'ke au nord-ouest de Bakhmout[163]. C'est en réalité un recul important des Russes qui permet aux forces ukrainiennes de reprendre le contrôle d'une route stratégique allant du centre-ville vers Tchassiv Iar, plus à l'ouest[164]. Ce même jour, des images montrent des soldats russes fuyant sous des bombardements de l'artillerie ukrainienne sur la rive sud du réservoir de Berkhivs'ke[165].

Le 13 mai, le commandant des forces terrestres d'Ukraine, le général Oleksandr Syrskyi, annonce que « l’armée ukrainienne avance dans certaines zones autour de Bakhmout » et que « l’opération défensive en direction de Bakhmout se poursuit », ajoutant que « l’ennemi perd de l’équipement et des troupes ». Les soldats de la 56e brigade motorisée ukrainienne reprennent des positions perdues au nord-est de Hryhorivka. Selon le porte-parole du Commandement opérationnel est de l'armée ukrainienne, les forces ukrainiennes auraient libéré 17,3 km2 de terrain en trois jours de contre-attaques[166].

Le 14 mai, le ministère de la Défense russe annonce la mort de deux colonels à Klichtchiïvka, au sud de Bakhmout, le commandant de la 4e brigade motorisée, Viatcheslav Makarov, et le commandant adjoint du 2e corps d'armée de la Garde de l'ancienne milice populaire de la république populaire de Lougansk, Evgueni Brovko[167]. L'Ukraine affirme avoir repris « plus de 10 positions russes » dans la banlieue de Bakhmout. « Aujourd'hui, nos unités ont capturé plus de dix positions ennemies au nord et au sud dans la banlieue de Bakhmout » déclare ainsi la vice-ministre de la Défense, Hanna Maliar[168].

Le 16 mai, la vice-ministre de la Défense ukrainienne, Hanna Maliar déclare : « Ces derniers jours, nos troupes ont libéré environ 20 kilomètres carrés au nord et au sud de la périphérie de Bakhmout. Dans le même temps, l’ennemi progresse dans Bakhmout même, détruisant complètement la ville à l’aide de l’artillerie »[169].

Le 18 mai, le porte-parole des forces armées ukrainiennes sur le front oriental, Serhi Tcherevaty, déclare que « Bakhmout reste l’épicentre des hostilités dans l’est de l’Ukraine. Au cours des combats, nos unités – malgré le fait que nous n’ayons actuellement aucun avantage en termes de munitions, de moyens, ou de nombre de soldats –, continuent d’avancer sur les flancs. Nous avons réussi à couvrir 150 à 1 700 mètres au cours des dernières 24 heures ». Il indique également que le 17 mai l’armée « avait frappé les positions russes 487 fois avec de l’artillerie à canon et à réaction ; il y a eu 25 affrontements de combat, six raids aériens. » Il ajoute enfin que « 130 occupants ont été tués dans les combats, 145 ont été blessés et quatre ont été capturés. Deux canons automoteurs MSTA, un véhicule aérien sans pilote Orlan-10 et huit entrepôts de campagne contenant des munitions ont également été détruits. »[170].

Batailles pour Klichtchiïvka et Andriïvka

[modifier | modifier le code]

Le 10 juin, le porte-parole de l’armée ukrainienne pour le front oriental, Serhi Tcherevaty, affirme que ses troupes ont avancé de 1 400 mètres autour de Bakhmout[171]. Le 25 juin, le même porte-parole affirme que ses unités ont avancé de 600 à 1 000 mètres sur les flancs sud et nord autour de Bakhmout[172]. Le 24 juin, le bataillon Aidar et la 3e brigade d'assaut attaquent les forces russes qui quittent leurs positions à l'ouest du canal Sivertsky-Donetsk et avancent en direction de Klichtchiïvka[173].

Le 4 juillet 2023, la journaliste américaine Sarah Ashton-Cirillo (en) affirme que « la Russie utilise activement des armes chimiques contre les troupes ukrainiennes dans la direction de Bakhmout »[174]. Le , la 3e brigade d'assaut prend une position fortifiée russe située à l'ouest de Klichtchiïvka[175].

Le , le porte-parole de la 3e brigade d'assaut annonce la libération d'Andriivka, village totalement détruit situé près de Bakhmout[176] Durant la bataille, la 72e brigade de fusiliers motorisés russe, aurait été décimée, le lieutenant-colonel Roman Venevitin, commandant de la brigade ainsi que les officiers commandants de bataillons auraient été tués. Le 2e bataillon de la brigade a utilisé un drone avec haut-parleur afin d'inciter les derniers survivants, retranchés dans les gravats du hameau à se rendre[146]. La 72e brigade affrontait la 3e brigade d'assaut depuis le mois de mai. Elle avait été médiatiquement mise en lumière à la suite d'un différend avec le Groupe Wagner qui l'accusait d'avoir battu en retraite sans en avertir les paramilitaires causant la mort de 500 d'entre eux selon Evgueni Prigojine. Le lieutenant-colonel Venevitin avait également été temporairement capturé par les mercenaires à la suite d'un accrochage entre les deux parties[177].

Le 18 septembre, c'est au tour du village de Klichtchiïvka d'être libéré par les efforts combinés de la 5e brigade d'assaut, 80e brigade d'assaut aérien, 95e brigade d'assaut aérien et la brigade d'assaut de police Lyut[178].

Le 1er octobre, les Ukrainiens avancent à l'est, au nord et au sud de Klichtchiïvka et Andriïvka pour tenter de reprendre le chemin de fer. L'armée ukrainienne déclare que les Russes ont concentré 10 000 hommes à Bakhmout même, tandis que des sources russes affirment que leurs forces empêchent les troupes ukrainiennes d'avancer au-delà de la voie ferrée au milieu d'assauts locaux continus[179]. Le 12 octobre, les Ukrainiens continuent à revendiquer des gains non précisés de « centaines de mètres » dans le sud de Bakhmout tout en repoussant toutes les contre-attaques russes, tandis que les forces russes affirment avoir repoussé les avancées ukrainiennes le long de la ligne Klichtchiïvka-Andriïvka- Kourdioumivka[180]. Cependant, les troupes ukrainiennes auraient traversé la voie ferrée au nord de Klichtchiïvka le 24 octobre, au milieu d'affrontements en cours. Les Ukrainiens revendiquent également des contre-attaques réussies près de Khromove et Bohdanivka, à l'ouest de Bakhmout[181].

Reprise de l'initiative russe (depuis octobre 2023)

[modifier | modifier le code]

Le , le général ukrainien Oleksandr Syrskyi déclare que les forces russes transfèrent des réserves et renforcent « considérablement » leur groupe sur le front de Bakhmout en vue d'une nouvelle offensive visant à reconquérir les positions perdues le long des flancs de la ville. Le porte-parole militaire ukrainien, Volodymyr Fityo, citant des rapports des services de renseignement, déclare que les Russes se préparent depuis début octobre 2023 et que les troupes ukrainiennes ont renforcé « leurs positions défensives, techniquement leurs fortifications et renforcé leurs réserves » en réponse. Des sources russes, notamment le ministère russe de la Défense, déclarent que des éléments du 331e régiment aéroporté de la Garde, des 98e et 106e divisions aéroportées de la Garde, de la 200e brigade séparée de fusiliers motorisés, du détachement Spetsnaz « Viking » et de la brigade d'assaut « Alexandre Nevski » font partie du personnel opérant sur le front de Bakhmout à ce moment-là[182],[183],[184],[185],[186].

Début novembre, les combats de position au sud de Bakhmout se poursuivent le long de la ligne ferroviaire Klichtchiïvka-Andriïvka-Kourdioumivka, tandis que des sources russes affirment qu'une intensification des opérations offensives est en cours sur l'axe du réservoir de Berkhivka, plus au nord-ouest de Bakhmout[187]. Le 6 novembre, des sources ukrainiennes et russes rapportent que les troupes russes ont fait une avancée « marginale » au sud du réservoir de Berkhivka, même s'il n'est alors pas clair si les soldats russes ont repris l'intégralité du réservoir ou seulement la rive sud[188]. Le 10 novembre, des sources russes rapportent que la Russie a regagné les positions perdues dans la forêt au nord de Klichtchiïvka et une limite forestière au nord d'Andriïvka, repoussant les forces ukrainiennes loin de la voie ferrée et de l'autoroute T0513. Cependant, les mines, drones et l'artillerie ukrainiens compliquent l’avancée. À son tour, l'état-major ukrainien signale avoir repoussé les assauts près de Bohdanivka, Ivanivske, Klichtchiïvka et Andriïvka[183].

À la mi-novembre, le général Syrskyi confirme que les forces russes ont intensifié leurs assauts au nord et au sud de Bakhmout pour tenter de reprendre l'initiative et de reprendre les positions perdues[189],[185].

Les 13 et 14 novembre, les troupes russes, y compris des éléments de la division « Tempête » de la 98e division aéroportée, avancent à l'ouest de Yahidne sur le flanc nord, avançant le long d'une limite forestière au sud-ouest d'Orikhovo-Vassylivka en direction de Bohdanivka et sécurisant ainsi de nouvelles positions près du réservoir de Berkhivka. Les troupes russes auraient traversé la voie ferrée au nord de Klichtchiïvka et consolidé leurs positions, bien que la 93e brigade mécanisée affirme que l'artillerie les a repoussées de l'autre côté de la voie ferrée. Youri Fedorenko, commandant de la compagnie « Achilles », spécialisée dans les drones, confirme que la situation dans la direction de Bakhmout devient compliquée, attribuant le crédit aux tactiques constamment changeantes des troupes russes et à l'utilisation intensive de drones sur le champ de bataille. Pendant ce temps, l'état-major ukrainien rapporte avoir repoussé de nombreuses attaques au nord et au sud de Bakhmut dans ses rapports quotidiens, notamment vers Bohdanivka, Ivanivske, Andriïvka, Klichtchiïvka et à l'ouest de Doubovo-Vassylivka[184],[185].

Le 19 novembre, les Russes poursuivent leurs assauts contre les villages de Khromove, Bohdanivka, et contre Klichtchiïvka, où les Ukrainiens continuaient de tenir les hauteurs tactiques à l'ouest du village[186]. Le 29 novembre, la Russie déclare que ses forces ont pris le contrôle de Khromove[190].

Au début de 2024, les Russes continuent de progresser vers l'ouest de Bakhmout, bénéficiant d'un rapport de feu d'artillerie favorable ainsi que de bombes planantes qui se déversent sur les fortifications ukrainiennes. En mars, ils capturent le village d’Ivanivske et les hauteurs environnantes[191]. À la mi-avril, ils atteignent la périphérie de Tchassiv Iar[192], marquant le début de la bataille pour cette localité. Fin avril, le village de Bohdanivka tombe aux mains des russes[193] qui revendique par ailleurs la reprise de Klichtchiïvka fin mai[194].

Début mars 2023, la BBC News indique que selon des « responsables occidentaux anonymes », les pertes russes seraient de 20 000 à 30 000 morts ou blessés[25],[195].

Le , Evgueni Prigojine admet qu'environ 10 000 des 50 000 détenus recrutés dans les prisons ont été tués en Ukraine, soit 20 % d'entre eux[24]. Il indique qu'une proportion similaire de ses combattants professionnels ont également été tués au combat, mais sans donner précisément leur nombre[24]. Il affirme également que les pertes ukrainiennes sont plus importantes : « Moi j'ai trois fois moins de tués et [...] environ deux fois moins de blessés »[24].

En juin 2024, une analyse par le média russe Mediazona[196], en collaboration avec le service russe de la BBC, indique avoir obtenu des documents sur les paiements posthumes du groupe Wagner. L'analyse par Mediazona des documents de Wagner fournit un compte rendu détaillé du déroulement de la bataille, de l'ampleur des pertes subies, des méthodes et lieux de recrutement des prisonniers[197], et des dépenses financières effectuées pour indemniser les familles des personnes impliquées.

Selon la BBC, l'authenticité de ces documents semble avérée car ils ont été recoupés avec la liste des personnes décédées[198], le registre des successions contenant les cas d'héritage[199], les messages en ligne des proches des combattants de Wagner[200] et les bases de données de la police russe qui ont fait l'objet d'une fuite.

Les principales conclusions sont les suivantes :

La bataille de Bakhmout est décrite comme l'une des batailles les plus sanglantes du XXIe siècle, le champ de bataille étant vu comme un « vortex » pour les armées ukrainienne et russe[201]. Avec des pertes extrêmement élevées, très peu de terrain gagné et des paysages criblés d'obus, les médias occidentaux et le gouvernement américain comparent les combats à Bakhmout à ceux qui caractérisaient la Première Guerre mondiale[201],[202]. Début , le journaliste Gallagher Fenwick estime que la comparaison de Bakhmout à Verdun est « raisonnable dans l’absolu effroi auquel on assiste »[203].

La valeur stratégique de Bakhmout est considérée a posteriori comme faible par de nombreux analystes, dont certains affirmaient cependant le contraire au début de la bataille, Michel Goya considérant en particulier, comme d'autres, que Bakhmout n'avait d'intérêt que dans le but de poursuivre une percée vers Kramatorsk et Sloviansk, une situation rendue dans tous les cas très improbable par le caractère prolongé de la bataille[réf. nécessaire]. Après la contre-offensive de Kharkiv et la libération de Kherson, la région de Bakhmout reste l'une des rares zones où la Russie est à l'offensive à partir de la fin de l'année 2022[204]. La principale raison pourrait être que le groupe Wagner s'est vu confier par le Kremlin la tâche de capturer Bakhmout, ce qui pourrait apporter d'importantes récompenses financières et politiques à Evgueni Prigojine, qui n'hésite donc pas à maintenir la pression sur la zone[204].

Les forces russes dans les environs de Bakhmout sont principalement composées de mercenaires du groupe Wagner et de recrues nouvellement mobilisées. À la mi-novembre, des rapports indiquent que la Russie aurait redéployé certaines forces du front de Kherson vers des zones proches de Bakhmout pour soutenir les combattants du groupe Wagner, ainsi que des renforts nouvellement enrôlés, à la suite du retrait russe de Kherson. Les forces ukrainiennes sont alors composées de diverses unités issues des 93e brigade mécanisée et 58e brigade motorisée, avant qu'elles ne soient renforcées en raison des pertes subies au cours de la bataille[205].

La ville finit par jouir d'une importance stratégique en tant que « verrou » du front, l'état-major ukrainien craignant que la prise de la ville par les Russes ne leur permette d'attaquer les bastions du Donbass encore contrôlés par l'Ukraine, en particulier Sloviansk et Kramatorsk[206],[127],[207].

La consommation de munitions est si importante que les États occidentaux ont du mal à maintenir les stocks de l'armée ukrainienne. Le département de la Défense des États-Unis fait d'ailleurs part de ses inquiétudes à ce sujet à Kyïv en mars 2023[208].

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Les forces russes ont annoncé qu'elles s'étaient emparées de la ville le [1],[2],[3],[4]. L'Ukraine a démenti ces informations et a affirmé détenir une bande "insignifiante" sur la route T0504, à la périphérie sud-ouest de la ville[5]. En , le président Zelensky a déclaré que l'Ukraine continuerait à se battre pour reprendre Bakhmout[6].
  2. Les forces ukrainiennes ont poursuivi des contre-attaques limitées sur les flancs nord et sud de la ville, alors que les attaques russes se poursuivent également[7],[8],[9],[10].
  3. Et en particulier la bataille de Verdun.

Références

[modifier | modifier le code]
  1. Yaroslav Trofimov et Matthew Luxmoore, « Brutal Battle for Bakhmut Leaves Russia With an Uncertain Victory », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne [archive du ])
  2. « Bakhmut Falls But Is It Really a Russian Victory? », Bloomberg,‎ (lire en ligne)
  3. Mark Trevelyan, « Russia's Prigozhin claims capture of Bakhmut, Ukraine says fighting goes on », Reuters,‎ (lire en ligne)
  4. « Russia takes Bakhmut: Taking stock of the war's bloodiest battle so far », sur The Kyiv Independent,
  5. (en) « Russian Offensive Campaign Assessment, May 21, 2023 », sur Institute for the Study of War (consulté le )
  6. Jake Sherman, What Zelensky told us, (lire en ligne)
  7. (en) « Ukraine aims to encircle Bakhmut as Russia says it captures city », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. (en) « Russian Offensive Campaign Assessment, May 22, 2023 », sur Institute for the Study of War (consulté le )
  9. (en) « Russian Offensive Campaign Assessment, May 23, 2023 », sur Institute for the Study of War (consulté le )
  10. Kateryna Stepanenko, « The Kremlin's Pyrrhic Victory in Bakhmut: A Retrospective on the Battle for Bakhmut » [archive du ], sur Institute for the Study of War,
  11. (nl) Koen Marée, « Wagner-baas Prigozjin: Bachmoet veroveren vanwege 'ondergrondse steden' » [« Wagner boss Prigozhin: conquering Bakhmut because of 'underground cities' »], NRC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. James Bickerton, « Russian Wagner commander gakilled in Ukraine's Donbas » [archive du ], sur Newsweek, (consulté le ).
  13. Radio-Canada, « La France va équiper plusieurs bataillons ukrainiens avec des blindés et des chars », sur radio-canada.ca, (consulté le ).
  14. Carlotta Gall, « Ukraine Signals It Will Stay on the Offensive, Despite Talk of a Lull », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  15. « The Fight to Survive Russia's Onslaught in Eastern Ukraine », The New Yorker,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  16. (en-US) Thomas Gibbons-Neff, Natalia Yermak et Tyler Hicks, « Two Cities, Two Armies: Pivot Points in the Fight in Ukraine's East », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne [archive du ], consulté le )
  17. « Fighters of 92nd brigade near Balaklia captured Russian soldiers from Kaliningrad. VIDEO », sur censor.net (consulté le ).
  18. [1]
  19. (en) By Kathleen Magramo, Sophie Tanno, Aditi Sangal, Matt Meyer, Elise Hammond and Tori B. Powell CNN, « Battle for Bakhmut has turned into a "slaughter-fest for the Russians," top US general says », sur CNN, (consulté le ).
  20. [2]
  21. « Ukraine deployed over 80,000 servicemen around Artyomovsk, says Wagner Group founder », TASS,‎ (lire en ligne).
  22. (en-US) « Mayor: 204 Bakhmut residents killed, 505 injured since start of full-scale invasion », (consulté le )
  23. « Guerre en Ukraine : Arman Soldin, journaliste de l’AFP, tué près de Bakhmout », sur lemonde.fr, .
  24. a b c et d Zone International- ICI.Radio-Canada.ca, « Environ 10 000 des détenus recrutés par Wagner tués en Ukraine, selon leur chef | Guerre en Ukraine », sur Radio-Canada.ca (consulté le ).
  25. a et b (en-GB) « Up to 30,000 Russian casualties claimed in Bakhmut », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. Article Komsomolskaïa Pravda (en russe) du 23 mai 2023.
  27. [3] ( en anglais). Du 21 juin 2024.
  28. (en) Chris Brown, « Why the battle for the small city of Bakhmut is so important to both Russia and Ukraine » Accès libre, sur CBC, (consulté le ).
  29. (en) ?, « In Ukraine, Bakhmut Becomes a Bloody Vortex for 2 Militaries » Accès payant, sur The New York Times, (consulté le ).
  30. (en) Peter Beaumont, « Fighting in Ukraine descends into trench warfare as Russia looks to break through » Accès libre, sur The Guardian, (consulté le ).
  31. (en) « Kyiv says Bakhmut situation ‘critical’ as Wagner claims control », sur Al Jazeera (consulté le )
  32. (en) Rob Picheta, « Russia has claimed to control Bakhmut, but Ukraine says it's still fighting. Here's what we know », sur CNN, (consulté le )
  33. (en-US) Ivan Nechepurenko, « Wagner’s Withdrawal From Bakhmut Would Present Test to Russian Army », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  34. (en) « Maria Senovilla: "Bakhmut is the blackest point of the Ukrainian war. Up to 400 Ukrainian soldiers a day are being killed" », sur Atalayar, (consulté le )
  35. (en) « Intense Fighting Reported In Ukraine's Soledar As Kremlin Tamps Down Victory Claims », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty (consulté le ).
  36. (en-US) « Senior Defense Official and Senior Military Official Hold a Background Briefing »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur U.S. Department of Defense (consulté le )
  37. (en) Daniel Keane, Elly Blake, « What is the Homes for Ukraine refugees scheme and how do you apply? », Evening Standard, (consulté le ).
  38. (en) Antonio Pita et Raúl Sánchez Costa, « Ukrainian exodus could be Europe's biggest refugee crisis since World War II » [archive du ], El País, (consulté le ).
  39. (en) « Situation Ukraine Refugee Situation », United Nations High Commissioner for Refugees (consulté le ).
  40. (en) Rebecca Ratcliffe, Abené Clayton, Adam Gabbatt, Léonie Chao-Fong, Samantha Lock et Tom Ambrose, « Biden outlines 'consequences' if China aids Russia – as it happened » [archive du ], The Guardian, (consulté le ).
  41. (en) « Ukraine war: Putin being misled by fearful advisers, US says », BBC News, (consulté le ).
  42. « Сергій Гайдай / Луганська ОДА », Telegram (consulté le ).
  43. Luhansk governor refutes Russia’s claims of capturing entire oblast
  44. (en) « Ukrainian forces lose foothold in eastern town », CNN, (consulté le ).
  45. (en) « Russian Offensive Campaign Assessment », Institute for the Study of Warfare, (consulté le ).
  46. « Від Вугледара до Бахмута. Росія сьогодні масовано обстрілює Донецьку область », sur РБК-Україна,‎ .
  47. « В Бахмуті обстрілом зруйновано багатоповерхівку: важко поранено дівчинку, є загиблий », sur РБК-Україна,‎ .
  48. « Russia advances in eastern Ukraine as Zelenskyy says Donbas turning into hell », sur NBC News, .
  49. Russian Offensive Campaign Assessment, May 20, Critical Threats (lire en ligne)
  50. Russia advances in eastern Ukraine as Zelenskyy says Donbas turning into hell, NBC, (lire en ligne)
  51. Russian Offensive Campaign Assessment, May 22, ISW (lire en ligne)
  52. (uk) « ЗСУ ліквідували ворожий блокпост на трасі з Бахмута до Лисичанська », sur Новини України - #Букви,‎ (consulté le ).
  53. « Russian Offensive Campaign Assessment, July 3 », sur Critical Threats (consulté le ).
  54. (en) « Russians trying to improve tactical position in Bakhmut direction », sur www.ukrinform.net, (consulté le )
  55. (en) « Russians prepare offensive on Siversk, Soledar – General Staff », sur www.ukrinform.net, (consulté le )
  56. (en) By Kathleen Magramo, Jack Guy and Adrienne Vogt CNN, « Ukraine says battles ongoing near Donetsk city of Bakhmut », sur CNN, (consulté le )
  57. (en) David Rising, « Russia’s Wagner boss threatens Bakhmut pullout in Ukraine », A.P,‎ (lire en ligne)
  58. a b c d et e (en) Centre for Defense Strategies, « CDS Daily brief (24.02.23) | CDS comments on key events », sur defence.org.ua, .
  59. a b et c (en) David Axe, « Bakhmut Is ‘Soaked In Blood’ As Eight Of Ukraine’s Best Brigades Battle 40,000 Former Russian Prisoners », Forbes,‎ (lire en ligne)
  60. (en) AFP, « Ukraine holds line with Western arms, but needs more », sur RFI, .
  61. (en) David Axe, « As Russian Forces Push Toward Bakhmut, Ukrainian Crews In Upgraded T-64 Tanks Push Back », Forbes,‎ (lire en ligne)
  62. a et b (en) Asami Terajima, « Brigade that spent 2 months in Bakhmut: ‘It was becoming harder each week’ », The Kyiv Independant,‎ (lire en ligne)
  63. a et b (en) Tim Lister,Frederik Pleitgen,Konstantin Hak, « Fighting Wagner is like a 'zombie movie' says Ukrainian soldier », sur CNN, (consulté le ).
  64. a et b (en) Maryan Kushnir, « On Defense In Bakhmut, Ukrainian Forces Hit From All Sides », sur Radio Free Europe/Radio Liberty, .
  65. a b et c Remy Ourdan, « Bakhmout, derniers combats dans l’enfer du « Verdun de l’Ukraine » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  66. (en) @EdsenTheWeather, « 56th brigade together with artillerymen shells Russian infantry west of Berkhivka near Berkhiv'ske reservoir », sur X, .
  67. a et b (uk) 57 окрема мотопіхотна бригада імені кошового отамана Костя, « ГордієнкаДень 303. Бойові будні захисників Бахмуту. », sur facebook,‎ .
  68. a b et c (en) David Axe, « A Fierce Ukrainian Mechanized Brigade Is Routing Russian Mercenaries In One Symbolic Eastern Town », sur Forbes (consulté le ).
  69. (en) Sergey Kuzmitsky, « In Soledar, the 61st brigade of the Armed Forces of Ukraine, which previously entered Kherson without a fight, was almost completely destroyed », sur TopWar.ru, .
  70. (en) Scripps News, « Ukraine’s 63rd Brigade Moves East – With Trench Family Of Wartime Pets », sur Youtube, .
  71. (en) James Marson, « A Soldier’s View of the Battlefields and Trenches of Bakhmut », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  72. (en) Militaryland, « Invasion Day 192 – Summary », sur Militaryland.com.
  73. (en) « Soledar is under AFU control, heavy fighting going on there », sur Interfax-Ukraine (consulté le ).
  74. (uk) « Андрей Шептицький стане новим патроном Львова », sur НТА,‎ (consulté le ).
  75. a et b (en-US) Cristian Segura, « A Red Bull and a smoke, then back to the front lines of Bakhmut », sur EL PAÍS English, (consulté le ).
  76. Thomas d'Istria, « Dans la bataille acharnée pour Bakhmout, le rôle-clé de la 80e brigade ukrainienne d’assaut aérien », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  77. (uk) « CБУ остаточно підтвердила особу Героя, розстріляного після слів «Слава Україні!» », sur SSU (consulté le ).
  78. a et b (en) David Axe, « A Brigade of Ukrainian Moms, Dads And Retirees Is Resisting Russia’s Human Wave Attacks In Bakhmut », Forbes,‎ (lire en ligne)
  79. a et b (en) International Legion for the defense of Ukraine, « LEGION IN THE BATTLE FOR BAKHMUT », sur ildu.com.ua.
  80. (uk) « Житель Ужгорода загинув поблизу Соледара - Карпатський об'єктив », sur ko.net.ua,‎ (consulté le )
  81. « Russian Offensive Campaign Assessment, August 1 » [archive du ], sur Critical threats, (consulté le ).
  82. « August 1, 2022 Russia-Ukraine news » [archive du ], CNN, (consulté le ).
  83. « The Wagner PMC, supported by Russian artillery, was able to break through to Patrice Lumumba Street in Bakhmut from the eastern side. Insider reports that an AFU roadblock was destroyed in the – XUA-фото войны » [archive du ],‎ (consulté le ).
  84. « Russian Offensive Campaign Assessment, August 14 », The Institute for the Study of War,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  85. « В Бахмуті палає найстаріший палац культури, пошкоджена будівля ДСНС та немає води. Наслідки обстрілів на 8 вересня (ФОТО, ВІДЕО) » [« In Bakhmut, the oldest palace of culture is on fire, the building of the State Emergency Service is damaged and there is no water. Consequences of shelling on September 8 (PHOTOS, VIDEO) »] [archive du ], sur Вільне радіо,‎ (consulté le ).
  86. (uk) « У Бахмуті під завалами будинку знайшли тіло загиблого » [« In Bakhmut, the body of the deceased was found under the rubble of a house »] [archive du ], sur Українська правда (consulté le ).
  87. Суспільне, « З-під завалів зруйнованого будинку в Бахмуті рятувальники витягнули чоловіка. Рятувальні роботи продовжуються » [« Rescuers pulled a man out from under the rubble of a destroyed house in Bakhmut. Rescue operations continue »], Суспільне,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  88. « Russian occupiers destroy bridge that bisects Bakhmut », Ukrainske Pravda,‎ (lire en ligne, consulté le )
  89. « Ukraine battles Russian advance in key town of Bakhmut » [archive du ] (consulté le ).
  90. « Russian troops moving closer to the eastern Ukrainian town of Bakhmut, UK says », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  91. « Fighter of 128th brigade Mykhailo Pokydchenko killed in Opytne area. PHOTO », Censor.NET, (consulté le ).
  92. « A Fierce Ukrainian Mechanized Brigade Is Routing Russian Mercenaries In One Symbolic Eastern Town », Forbes,‎ (lire en ligne)
  93. Fabien Magnenou, « Guerre en Ukraine : le groupe Wagner s'acharne à prendre Bakhmout, en dépit de toute logique militaire », sur francetvinfo.fr, .
  94. (en) Grace Mappes, Madison Williams, Yekaterina Klepanchuk, Angela Howard, Karolina Hird, et Frederick W. Kagan, « Russian Offensive Campaign Assessment, November 29 » Accès libre, sur ISW, (consulté le ).
  95. (en) Jerome ?, « Invasion Day 278 – Summary » Accès libre, sur MilitaryLand, (consulté le ).
  96. (en) inconnu, « Bakhmut ‘has reputation as most bloody, cruel and brutal part of front’ » Accès libre, sur The new voice of Ukraine, (consulté le ).
  97. (en) inconnu, « Five Georgian military volunteers killed in Ukraine: encircled near Bakhmut, Donetsk Oblast » Accès libre, sur Ukrainska Pravda (via yahoo news), (consulté le ).
  98. (en) Gerrard Kaonga, « Wagner Group Repels Fresh Ukrainian Advances in Battle for Bakhmut—Report » Accès libre, sur Newsweek, (consulté le ).
  99. « Guerre en Ukraine : découvrez les terribles images de la ville de Bakhmout complètement détruite par les obus », sur midilibre.fr, .
  100. (en) Aila Slisco, « Russia Has 'Destroyed' Bakhmut; Donbas Front Lines 'Difficult': Zelensky » Accès libre, sur Newsweek, (consulté le ).
  101. (en) Peter Beaumont, « ‘Only 100 metres apart’: Ukrainians and Russians face off in Donetsk » Accès libre, sur The Guardian, (consulté le ).
  102. (en) ?, « Russian Offensive Campaign Assessment, December 12 » Accès libre, sur Critical threats, (consulté le ).
  103. (en) Riley Bailey, Karolina Hird, Grace Mappes, George Barros, Angela Howard, et Frederick W. Kagan, « Russian Offensive Campaign Assessment, December 17 » Accès libre, sur ISW, (consulté le ).
  104. (en) Karolina Hird, Kateryna Stepanenko, Grace Mappes, Madison Williams et Frederick W. Kagan, « Russian Offensive Campaign Assessment, December 19 » Accès libre, sur ISW, (consulté le ).
  105. (en) Isabel Van Brugel, « Ukrainian Drone Captures Horrors of Bakhmut Battle as Fighting Rages—Video » Accès libre, sur Newsweek, (consulté le ).
  106. ?, « Ukraine: Zelensky à Bakhmout, le point le plus chaud du front » Accès libre, sur Le Point, (consulté le ).
  107. (en) Hugo Bachega, « Ukraine war: Volodymyr Zelensky visits front-line city of Bakhmut » Accès libre, sur BBC News, (consulté le ).
  108. « 'Explosions Every Minute:' Inside Bakhmut As Fighting Rages », RFE/RFL,‎ (lire en ligne, consulté le )
  109. « Russian Offensive Campaign Assessment, December 20 », The Institute for the Study of War,‎ (lire en ligne, consulté le )
  110. « Governor: Over 60% of infrastructure in Bakhmut damaged or destroyed », Yahoo News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  111. Illia Ponomarenko, « As Battle of Bakhmut nears culmination, Ukraine's artillery gasps for more ammo », sur The Kyiv Independent, (consulté le ).
  112. The Kyiv Independent news, « Ukrainian military source: Russia controls administrative territory of Soledar », sur The Kyiv Independent, (consulté le )
  113. (en) « Institute for the Study of War », sur Institute for the Study of War (consulté le ).
  114. Karolina Hird, Riley Bailey, Layne Philipson, Madison Williams et Frederick W. Kagan, « Russian Offensive Campaign Assessment, January 7, 2023 ».
  115. (en) Reuters, « Russia claims capture of Klishchiivka near Ukraine's Bakhmut », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  116. (en-US) Ian Lovett, « Russia’s Wagner Unit Claims Control of Ukrainian Town Near Bakhmut », sur WSJ (consulté le ).
  117. (en) « Russia claims capture of village near Ukraine’s Bakhmut », sur aljazeera.com (consulté le ).
  118. « Guerre en Ukraine: le kremlin revendique la prise d'un village à proximité de Bakhmout », sur Figaro Live, (consulté le ).
  119. (en-US) Matthew Mpoke Bigg, « Russia-Ukraine War: Russia Pours Fighters Into Battle for Bakhmut », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  120. (en) « Putin’s troops claim to have ‘surrounded’ Bakhmut, as Ukrainians flee », sur The Independent, (consulté le ).
  121. (en) « CDS Daily brief (01.02.23) | CDS comments on key events »,
  122. « Guerre en Ukraine. Le chef du groupe Wagner revendique la prise d'une localité au nord de Bakhmout », sur republicain-lorrain.fr (consulté le ).
  123. (cs) « Rusové obklíčili Bachmut z další strany, naznačil ukrajinský štáb », sur iDNES.cz, (consulté le ).
  124. « Guerre en Ukraine: le poing russe se ferme sur Bakhmout », sur LEFIGARO, (consulté le ).
  125. « Guerre en Ukraine : le groupe Wagner revendique la prise de la partie orientale de Bakhmout, Zelensky s’inquiète », sur sudouest.fr, (consulté le ).
  126. « Ukraine : le groupe Wagner assure contrôler « la partie orientale » de Bakhmout », sur MSN (consulté le ).
  127. a et b « Guerre en Ukraine: Zelensky affirme que la chute de Bakhmout pourrait causer la perte d'autres villes », sur MSN (consulté le ).
  128. « Ukraine : Bakhmout pourrait tomber "dans les prochains jours", selon le patron de l’Otan », sur L'Express, (consulté le ).
  129. « L’Ukraine ne contrôle plus qu’un tiers de Bakhmout », sur sudouest.fr, (consulté le ).
  130. « Guerre en Ukraine, jour 404 : combats à Bakhmout, Poutine décore le blogueur tué dans un attentat », sur la-croix.com, (consulté le ).
  131. « Guerre en Ukraine : 20 000 soldats russes ont été tués depuis décembre, selon les États-Unis », sur Le Parisien, (consulté le ).
  132. (en) Kaitlin Lewis, « Russia claims near total control of Bakhmut as Putin tours occupied land », sur Newsweek, (consulté le ).
  133. Des images saisissantes filmées par un soldat dans les tranchées de Bakhmout
  134. « GUERRE EN UKRAINE: LE GROUPE WAGNER DÉCLARE QUE DES COMBATS "FÉROCES" SE POURSUIVENT À BAKHMOUT », sur BFM avec AFP, (consulté le ).
  135. « Guerre en Ukraine : le patron de Wagner dit avoir pris le contrôle de Bakhmout, il remettra la ville aux mains de l'armée russe le 25 mai », sur La Dépêche (consulté le ).
  136. « Ukraine: le patron de Wagner annonce la capture complète de Bakhmout par les Russes », sur TVA Nouvelles, (consulté le ).
  137. « Guerre en Ukraine : le groupe Wagner annonce s'être emparé de Bakhmout, Kyïv assure au contraire que les combats se poursuivent », sur Franceinfo, (consulté le ).
  138. « DIRECT. Guerre en Ukraine : au G7, au Japon, Volodymyr Zelensky mène une offensive diplomatique », sur France Info, (consulté le ).
  139. « Ukraine : le patron de Wagner annonce la prise de Bakhmout, Kyïv déclare toujours contrôler des zones », sur L'Express, (consulté le ).
  140. « Guerre en Ukraine : « Je veux leur prouver que le pouvoir de Poutine n’est pas illimité » ; des groupes armés russes vantent le « succès » de leur opération à Belgorod », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  141. Thomas Gibbons-Neff, « What’s Next for Russia After Spilling So Much Blood for Bakhmut? », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  142. Guerre en Ukraine: Wagner commence à se retirer de Bakhmout
  143. a et b (en) Institute for the Study of War, « RUSSIAN OFFENSIVE CAMPAIGN ASSESSMENT, OCTOBER 22, 2023 », sur ISW, .
  144. (en) Project Owl Osint, « Ukraine Control Map ».
  145. a b c d e et f (en) Centre for Defence Strategies, « Russia's war on Ukraine. Daily Snapshot. 04.07.2023 », .
  146. a et b (en) David Axe, « An Elite Ukrainian Brigade Just Annihilated A Russian Brigade Near Bakhmut », Forbes,‎ (lire en ligne)
  147. (en) Centre for Defence Strategies, « Russia's war on Ukraine. Daily Snapshot. 17.06.2023 », .
  148. (en) Centre for Defense Strategies, « Russia's war on Ukraine. Daily Snapshot. 04.07.2023 », sur cdsdailybrief.substack.com, .
  149. a et b (en) Centre for Defence Strategies, « Russia's war on Ukraine. 30.08.2023 », .
  150. a b et c (en) Institute for the Study of War, « RUSSIAN OFFENSIVE CAMPAIGN ASSESSMENT, SEPTEMBER 26, 2023 », sur ISW, .
  151. a et b (en) ISW, « UKRAINE’S OPERATIONS IN BAKHMUT HAVE KEPT RUSSIAN RESERVES AWAY FROM THE SOUTH », sur Institue for the Sty of War, .
  152. a et b (en) Institute for the Study of War, « RUSSIAN OFFENSIVE CAMPAIGN ASSESSMENT, JULY 1, 2023 », sur ISW, .
  153. (en) Centre for Defence Strategies, « Russia's war on Ukraine. 25.10.2023 », .
  154. (en) Centre for Defence Strategies, « CDS Daily brief. 16.07.2023 », .
  155. (en) Centre for Defence Strategies, « Russia's war on Ukraine. 25.09.2023 », .
  156. (en) Centre for Defence Strategies, « Russia's war on Ukraine. Daily Snapshot. 30.06.2023 », .
  157. Christel Brigaudeau, « Contre-offensive en Ukraine : sur place, nous avons rencontré deux Français en partance pour Bakhmout », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  158. (en) Asami Terajima, « ‘It’s a lottery’: How Ukraine’s assault brigade counterattacks near Bakhmut », The Kyiv Independant,‎ (lire en ligne)
  159. « Le groupe Wagner menace de se retirer de Bakhmout », sur Radio France, (consulté le ).
  160. « Guerre en Ukraine : le régiment Azov affirme, à son tour, que de nombreux soldats russes désertent leur position à Bakhmout », sur La Dépêche, (consulté le ).
  161. « Les combats restent importants au niveau de Bakhmout », sur Twitter, (consulté le ).
  162. « Guerre en Ukraine : la situation au 11 mai 2023, cartes à l'appui », sur Euronews, (consulté le ).
  163. « Guerre en Ukraine : les défenses russes « s’effondrent » à Bakhmout, assure Wagner », sur Le JDD, (consulté le ).
  164. «Il faut immédiatement arrêter de mentir», sur 20 minutes, (consulté le ).
  165. « Des véhicules et troupes russes qui battent en retraite du front de #Bakhmut pris sous des frappes d'artillerie ukrainiennes, aux abords du réservoir de Berkhivs'ke. », sur Twitter, (consulté le ).
  166. « En Ukraine, les enjeux contraires de la bataille pour les ruines de Bakhmout », sur TV5 Monde, (consulté le ).
  167. « L'Ukraine dit avoir subi une nouvelle attaque de missiles et de drones », sur Boursorama avec Reuters, (consulté le ).
  168. « Guerre en Ukraine : l'armée ukrainienne reprend des positions russes à Bakhmout », sur Le Point avec AFP, (consulté le ).
  169. « Guerre en Ukraine : les Etats européens créent un registre international des dommages causés par l’invasion russe », sur Le Monde, (consulté le ).
  170. « La défense ukrainienne a avancé de 150 à 1 700 mètres sur le front de Bakhmout au cours des dernières vingt-quatre heures », sur Le Monde, (consulté le ).
  171. « Guerre en Ukraine : Kiev revendique la reconquête de trois villages », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  172. « En vidéo, des troupes ukrainiennes prennent d'assaut des positions près de Bakhmout » Accès libre, sur Ln24, (consulté le ).
  173. (en) « 3rd Assault Brigade completely cleared western bank of Siverskyi Donets – Donbas canal », sur Ukrainska Pravda, .
  174. Moscou emploie des armes chimiques dans la région de Bakhmout, selon le commandement ukrainien
  175. (en) « Ukrainian forces gain ground near Klishchiivka on Bakhmut front », sur Ukrainska Pravda, .
  176. https://www.rfi.fr/fr/europe/20230915-ukraine-l-armée-affirme-avoir-repris-le-village-d-andriivka-dans-la-région-de-donetsk
  177. (en) Defense Express, « Newly Created 72nd Motor Rifle Brigade of russian Army Completely Wiped Out in Eastern Ukraine ».
  178. (en) Reporting by Pavel Polityuk, Nick Starkov and Elaine Monaghan; Writing by Elaine Monaghan and Lidia Kelly; Editing by Diane Craft and Stephen Coates, « Ukraine recaptures village near Bakhmut, Zelenskiy says », Reuters,‎ (lire en ligne)
  179. (en) Institute for the Study of War, « RUSSIAN OFFENSIVE CAMPAIGN ASSESSMENT, OCTOBER 1, 2023 », sur Institute for the Study of War, (consulté le )
  180. (en) Institute for the Study of War, « RUSSIAN OFFENSIVE CAMPAIGN ASSESSMENT, OCTOBER 12, 2023 », sur Institute for the Study of War, (consulté le )
  181. (en) John Moretti, « War in Ukraine Update for Oct 24 (Europe Edition): ‘This Is a Hell No’ », sur Get the Latest Ukraine News Today - KyivPost (consulté le )
  182. (en) Institute for the Study of War, « RUSSIAN OFFENSIVE CAMPAIGN ASSESSMENT, NOVEMBER 4, 2023 », sur Institute for the Study of War, (consulté le )
  183. a et b (en) Institute for the Study of War, « RUSSIAN OFFENSIVE CAMPAIGN ASSESSMENT, NOVEMBER 10, 2023 », sur Institute for the Study of War, (consulté le )
  184. a et b (en) Institute for the Study of War, « RUSSIAN OFFENSIVE CAMPAIGN ASSESSMENT, NOVEMBER 13, 2023 », sur Institute for the Study of War, (consulté le )
  185. a b et c (en) Institute for the Study of War, « RUSSIAN OFFENSIVE CAMPAIGN ASSESSMENT, NOVEMBER 14, 2023 », sur Institute for the Study of War, (consulté le )
  186. a et b (en) Institute for the Study of War, « RUSSIAN OFFENSIVE CAMPAIGN ASSESSMENT, NOVEMBER 17, 2023 », sur Institute for the Study of War, (consulté le )
  187. (en) Institute for the Study of War, « RUSSIAN OFFENSIVE CAMPAIGN ASSESSMENT, NOVEMBER 1, 2023 », sur Institute for the Study of War, (consulté le )
  188. (en) John Moretti, « ‘Soldiers Repelled Orc Attack’ – War in Ukraine Update for Nov. 7 (Europe Edition) », sur Get the Latest Ukraine News Today - KyivPost, (consulté le )
  189. (en) « Ukraine war latest: Russia intensifies assaults near Bakhmut », sur The Kyiv Independent, (consulté le )
  190. (en) « Russia Says It Has Taken Control Village Outskirts Ukraines Bakhmut », Reuters,‎ (lire en ligne)
  191. « Ocheretyne, Chasiv Yar, Krasnohorivka : les Russes avancent encore dans l'est de l'Ukraine », (consulté le )
  192. (en) ISW, « Russian Offensive Campaign Assessment, April 11, 2024 », (consulté le )
  193. « Ukraine : Moscou revendique la prise d’une petite localité dans l’est et se rapproche de sa cible, Tchassiv Iar », Le Parisien, (consulté le )
  194. (en) « Russia deals symbolic blow to Ukraine with village capture », (consulté le )
  195. « Guerre en Ukraine : la prise partielle de Bakhmout par les Russes, au prix d’une boucherie », sur Libération (consulté le ).
  196. (en) « The price of Bakhmut. We reveal the staggering toll of Russia’s bloodiest battle since WW2 and Wagner’s inmates recruited to fight it », sur Mediazona (consulté le )
  197. (en) Anatoly Kurmanaev, Ekaterina Bodyagina, Alina Lobzina et Oleg Matsnev, « A Prison at War: The Convicts Sustaining Putin’s Invasion. », The New York Times (Digital Edition),‎ , NA–NA (lire en ligne, consulté le )
  198. (en) « Russian casualties in Ukraine. Mediazona count, updated », sur Mediazona (consulté le )
  199. (en) « Russia suffers 75,000 military deaths in Ukraine war by end of 2023. Investigation by Mediazona and Meduza », sur Mediazona (consulté le )
  200. (ru) « Mothers of War: What Relatives of Mercenaries from the Wagner PMC Are Saying », sur Протокол,‎ (consulté le )
  201. a et b (en) Altman, « Ukraine Situation Report: The Bloody Battle For Bakhmut », The Drive, (consulté le ).
  202. (en) Ellyatt, « Trenches, mud and death: One Ukrainian battlefield looks like something out of World War I », CNBC (consulté le ).
  203. Yves Calvi, « INVITÉ RTL - Guerre en Ukraine : pourquoi compare-t-on Bakhmout à Verdun ? », sur rtl.fr, (consulté le ).
  204. a et b (en) Brown, « Why the battle for the small city of Bakhmut is so important to both Russia and Ukraine », Canadian Broadcasting Corporation, (consulté le ).
  205. (en-US) Thomas Gibbons-Neff, « In Ukraine, Bakhmut Becomes a Bloody Vortex for 2 Militaries », New York Times,‎
  206. « Guerre en Ukraine : pourquoi Volodymyr Zelensky s'accroche-t-il autant à Bakhmout, ville dévastée et "presque encerclée par les forces russes" ? », sur MSN (consulté le ).
  207. « Guerre en Ukraine : à Bakhmout, Zelensky craint un revers décisif face aux avancées russes », sur Yahoo News (consulté le ).
  208. (en-US) « Ukraine Burns Through Ammunition in Bakhmut, Putting Future Fights at Risk », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)

Lien externe

[modifier | modifier le code]