Quwat al-Jalil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Quwat al-Jalil
Image illustrative de l’article Quwat al-Jalil

Idéologie Nationalisme palestinien
Nationalisme arabe
Antisionisme
Statut Actif
Fondation
Date de formation
Pays d'origine Syrie
Organisation
Chefs principaux Fadi al-Mellah
Membres 4 800 revendiqués[1]
Guerre civile syrienne

Quwat al-Jalil (arabe : قوات الجليل, les « Forces de Galilée ») est une milice du régime syrien fondée en 2011 pendant la guerre civile syrienne.

Fondation[modifier | modifier le code]

Le mouvement est fondé le en Syrie, il est la branche armée du Harakat Shabab al-Oudat al-Falastinia (Le Mouvement des jeunes du Retour de la Palestine)[1]. Lors de la guerre civile syrienne, il commence ses opérations militaires en 2012[1].

Idéologie[modifier | modifier le code]

Le mouvement est nationaliste palestinien, dans son manifeste publié le il annonce son objectif de « libérer » la Palestine et déclare qu'il refuse tout compromis avec Israël[1].

Effectifs en commandement[modifier | modifier le code]

La milice est commandée par Fadi al-Mellah, secondé par Fadi Sheibani[1]. Fin 2015, ce dernier revendique être à la tête de 4 800 hommes[1]. Il affirme également que son groupe serait présent au Liban et dans la Bande de Gaza[1].

Actions[modifier | modifier le code]

Selon son chef, Fadi al-Mellah, la milice est présente sur tous les fronts en Syrie[1]. Elle prend notamment part à la bataille de la Ghouta orientale[1], à la bataille de Deir ez-Zor[1], à la bataille de Palmyre de mars 2016[1], à l'offensive de Tabqa en juin 2016[2] et à la bataille de Wadi Barada[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k Aymenn Jawad Al-Tamimi, Quwat al-Jalil: A Pro-Assad Palestinian Syrian Militia, Syria Comment, 23 décembre 2015.
  2. Leith Fadel, Syrian Army enters Raqqa after liberating the Zakiyah Crossroad, 47 km to Tabaqa: map, Al-Masdar News, 3 juin 2016.
  3. "Territorial Control Map - Wadi Barada Pocket", Omran Dirasat, 4 janvier 2017.