Armée de l'air syrienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

القوات الجوية العربية السورية
Armée de l'air syrienne
Image illustrative de l’article Armée de l'air syrienne
Le drapeau de l'Armée de l'air syrienne.

Création 1948 - présent
Pays Drapeau de la Syrie Syrie
Allégeance Président de Syrie
Type Force aérienne
Effectif 20 000 hommes
Fait partie de Forces armées syriennes
Garnison Damas
Surnom SyAAF
Couleurs Roundel of Syria.svg
Devise Unité, Liberté, Socialisme
Équipement 400 avions
Guerres Guerre des Six Jours
Guerre du Kippour
Première guerre du Liban
Guerre civile syrienne
Commandant Général Issam Hallak
Drapeau jusqu'en 2007.
Deux MiG-21MF syriens en 1977.

L'armée de l'air syrienne est la force aérienne de Syrie, et l'une des composantes des forces armées syriennes. Son commandant est le général Issam Hallak.

Elle dispose actuellement[Quand ?] d'un parc d'environ 350 avions de combat et de 60 hélicoptères.

Engagements[modifier | modifier le code]

L'armée de l'air syrienne participa à la Guerre des Six Jours, à la guerre du Kippour et à la première guerre du Liban pendant la guerre civile libanaise. Elle est aujourd'hui engagée massivement contre les forces rebelles de la révolution et les groupes islamistes qui affrontent l'État syrien depuis le début de la guerre civile syrienne.

  • À la fin de la guerre du Kippour, sur le front Syrien, les MiG-21 ont eu 30 victoires confirmées contre l'aviation israélienne ; 29 MiG-21 ont été abattus par Tsahal.
  • Le , un MiG-23 syrien piloté par Al Masri abattit 2 F-4E israéliens, mais fut ensuite abattu par un missile sol-air tiré par la défense aérienne syrienne à cause d'une erreur d'identification[1].
  • En 1981, deux MiG-25 syriens furent abattus par des F-15 israéliens.
  • Lors de l'Invasion du Liban de 1982, de nombreux MiG-23 syriens ont été abattus par les avions de chasse israéliens. Le , 2 MiG-23 syriens abattirent 2 A-4 SkyHawk israéliens alors qu'ils survolaient le nord du Liban[2]. Des Gazelles syriennes y ont engagé des blindés israéliens avec les résultats suivants : en 200 sorties, elles détruisirent 6 blindés et de nombreux autres véhicules, et six d’entre elles furent perdues[3].
  • Le , un Britten-Norman-2L du service topographique turc, volant au-dessus du Hatay, est abattu par 2 MiG-21 syriens à proximité du chantier de construction du barrage Atatürk et à 20 km à l'intérieur des frontières turques. Les cinq passagers sont tués. L'acte est suivi de déclarations martiales de chaque côté[4],[5].
  • Le 14 septembre 2001, 2 MiG-29 syriens furent abattus alors qu'ils se rapprochaient d'un AWACS israélien escorté par 2 F-15 au large de Tartous.
  • Le 16 septembre 2013, un hélicoptère Mil Mi-17 fut abattu par l'armée turque après que celui-ci a violé son espace aérien[6].
  • Le 23 mars 2014, un Mig-23 syrien est abattu par un F-16 Turc pour violation d'espace aérien.
  • Le 18 juin 2017, un Su-22 est abattu par un Super-Hornet F/A-18E de l'US Navy alors qu'il bombardait une formation des Forces démocratiques syriennes[7].
  • Le 24 juillet 2018, un Su-22 syrien est abattu par deux missiles Patriot de Tsahal alors qu'il survolait l'espace aérien israélien au-dessus du plateau du Golan[8],[9].

L'armée de l'air est la seule unité encore opérationnelle sur tout le territoire. Mais l'aviation a subi d’importantes pertes dans les combats contre les rebelles, réduisant fortement ses capacités offensives (50 % de taux de disponibilité). Depuis 2011, elle s'est rendue responsable de nombreux crimes de guerre en bombardant des écoles et des hôpitaux[10] et en employant des bombes à sous-munitions, y compris sur des quartiers résidentiels occupés par des civils[11].

Équipement[modifier | modifier le code]

Installations de l'Armée de l'air syrienne[modifier | modifier le code]

Les installations de l'armée de l'air sont nombreuses :

La plus importante est celle de Heimim, dont les installations sont partagées avec l'aéroport civil international de Lattaquié.

Il en est de même pour l'aéroport international de Damas.

Enfin, citons l'aéroport militaire de Tiyas qui a été touché par des frappes de missiles au lendemain de l'attaque chimique de Douma.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) « Early MiG-23M/MS Floggers in Action »
  2. (en) « Early MiG-23M/MS Floggers in Action »
  3. (en) « Syrian Attack Helicopters »
  4. http://www.geopolitics.gr/PDF/art-imaz-tur04fr.pdf
  5. (en) Daniel Pipes, « The Quiet Crisis: Turkish-Syrian Relations », sur Daniel Pipes, (consulté le 27 juin 2012)
  6. « la Turquie a abattu un hélicoptère syrien »
  7. (en) Jeff Schogol, « Navy F/A-18e Super Hornet shoots down Syrian jet after it attacks US allies », sur http://www.militarytimes.com/, (consulté le 19 juin 2017).
  8. (en) « IDF shoots down Syrian fighter jet that entered Israeli airspace », sur timesofisrael.com, (consulté le 24 juillet 2018)
  9. « Israël abat un avion syrien qui a pénétré dans son espace aérien », sur FIGARO, (consulté le 24 juillet 2018)
  10. « Syrie : bombardés, des hôpitaux contraints d'être évacués », sur leparisien.fr, (consulté le 24 juillet 2018)
  11. « Poursuite des bombardements sur la ville syrienne de Homs », sur www.20minutes.fr (consulté le 24 juillet 2018)
  12. a b c d e f g h i j k l m n o p et q « Worldwide active fleet by region », dans Flight International, World Air Forces 2018, Flight Global, 2018