Sergueï Narychkine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sergueï Narychkine
Illustration.
Sergueï Narychkine.
Fonctions
Directeur du Service des renseignements extérieurs de la Fédération de Russie
En fonction depuis le
(1 an, 10 mois et 21 jours)
Prédécesseur Mikhaïl Fradkov
Président de la Douma d'État

(4 ans, 9 mois et 14 jours)
Groupe politique Russie unie
Prédécesseur Boris Gryzlov
Successeur Viatcheslav Volodine
Biographie
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Léningrad
Nationalité Russe
Parti politique Russie unie

Sergueï Narychkine

Sergueï Evguenievitch Narychkine (en russe : Сергей Евгеньевич Нарышкин), né le à Léningrad, est un homme politique russe, ancien président de la Douma d'État de Russie du [1] au 22 septembre 2016. Il a été nommé par le président de la Fédération de Russie, directeur du service des renseignements extérieurs de la Fédération de Russie, le 22 septembre 2016[2], nomination prenant effet le 5 octobre 2016.

Carrière[modifier | modifier le code]

Sergueï Narychkine est issu d'une vieille famille aristocratique[3]. Il passe son enfance dans l'oblast de Léningrad à Vsevolojsk[4], puis à Léningrad près de la Fontanka[5]. Il termine l'institut mécanique de Léningrad en 1978 avec une spécialité d'ingénieur en radio mécanique, puis entre à la filiale de Minsk de l'école supérieure du comité pour la sécurité de l'État, l'école supérieure du K.G.B. . Plus tard, il poursuit une formation en économie à l'institut international de management de Saint-Pétersbourg en 1997. Sergueï Narychkine maîtrise l'anglais et le français.

En 1982, il est assistant du prorecteur des relations scientifiques internationales et vice-directeur du département des relations économiques extérieures de l'institut polytechnique de Léningrad. Ensuite, il est collaborateur à partir de 1988 au conseil économique de l'ambassade d'URSS en Belgique. Selon des sources non officielles[6], il aurait fait la connaissance de Vladimir Poutine entre 1978 et 1982 alors qu'il suit une formation en tant que jeune cadre du Komsomol à l'école N°101 de la Première direction générale du KGB (aujourd'hui Académie du renseignement extérieur). Il retourne à Saint-Pétersbourg en 1992 où il travaille à la mairie, dirigée par Anatoli Sobtchak et dont le comité pour le développement économique est à l'époque dirigé par Vladimir Poutine et le département des finances dirigé par Alexeï Koudrine (futur ministre des Finances). En 1995, il dirige le département des investissements extérieurs de la banque du BTP de Saint-Pétersbourg. Deux ans plus tard, il devient directeur du département des investissements, vice-président du comité économique et d'investissement du gouvernement de l'oblast de Léningrad et l'année suivante président du comité des relations économiques extérieures du gouvernement de l'oblast de Léningrad.

Sa carrière politique nationale démarre en février 2004, lorsqu'il est nommé vice-directeur de l'appareil économique du gouvernement de la fédération de Russie auprès de Vladimir Poutine (et également à partir de mars de celui du Premier ministre Mikhaïl Fradkov). Il en est directeur à partir de septembre 2004, après le départ de Dmitri Kozak. Il est chargé de la réforme de l'administration présidentielle. En février 2007, il est Premier vice président du gouvernement de Russie (tout en conservant son poste de chef de l'appareil présidentiel) jusqu'au 12 mai 2008 au moment de l'entrée en fonction de Dmitri Medvedev, en étant parallèlement président du comité de direction de la holding Объединённая судостроительная корпорация (Corporation unie de construction navale) de 2008 à 2011.

Du 12 mai 2008 au 20 décembre 2011, Narychkine est directeur de l'administration du président de Russie. Il laisse la place à Sergueï Ivanov. Il est élu le 4 décembre 2011 à la VIe Douma, en tant que député de l'oblast de Léningrad sur les listes de Russie unie. Il est élu président de la Douma d'État, le 21 décembre suivant.

Il est frappé des sanctions de l'Union européenne à l'encontre de la Fédération de Russie pour l'immixtion de celle-ci dans la crise ukrainienne de 2013-2014.

En 2017, il est nommé à la tête du comité pour les commémorations du centenaire de la révolution russe. Cette désignation est mise en parallèle avec l'embarras du pouvoir russe à assumer l'héritage de Lénine (dont les célébrations sont minimes), alors que le président Vladimir Poutine considère avec effroi les bouleversements de la révolution de 1917 comme de la chute de l'URSS, étant davantage nostalgique de l'Empire tsariste et assimilant l'idée révolutionnaire avec les révolutions de couleur qui ont renversé des régimes pro-russes dans les années 2000, ainsi qu'avec les manifestations de 2011. Dans une conférence de presse, Sergueï Narychkine a ainsi indiqué qu'il fallait « tirer les leçons historiques de ces événements qui se sont déroulés il y a cent ans. L'une d'elles est la valeur de l'unité et de la solidarité entre les citoyens et la capacité de la société de trouver des compromis aux moments difficiles de l'histoire, afin d'éviter des division extrêmes pouvant aboutir à la guerre civile »[3].

Il est nommé directeur du service des renseignements extérieurs de la Fédération de Russie (SVR) le 22 septembre 2016[7].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Sergueï Narychkine est marié, il est père d'un garçon (Andreï) et d'une fille (Veronika) adultes. Il joue de la guitare et aime le ski.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La nouvelle Douma ouvre la session sous la pression de la rue, L'Express, 21 décembre 2011.
  2. Ouest France, Article du 23 septembre 2016
  3. a et b Adrien Jaulmes, « Le fantôme de Lénine », Le Figaro, vendredi 25 août 2017, page 16.
  4. Aucune information officielle n'est diffusée sur la personnalité et la condition de ses parents Evgueni Mikhaïlovitch Narychkine et Zoïa Nikolaïevna. Selon certaines sources, il descendrait d'une branche de la famille des anciens aristocrates Narychkine, mais cela est démenti par son fils
  5. (ru) Article d'Izvestia
  6. (ru) Article de rbc.ru
  7. Ouest France, Article du 23 septembre 2016