Brigades des martyrs de Syrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Brigades des martyrs de Syrie
Image illustrative de l’article Brigades des martyrs de Syrie

Idéologie Nationalisme syrien
Objectifs Renversement du régime baasiste de Bachar el-Assad
Statut Inactif
Fondation
Date de formation
Pays d'origine Syrie
Dissolution
Date de dissolution
Causes Défaite militaire
Actions
Zone d'opération Gouvernorats d'Idleb, Hama et Alep
Organisation
Chefs principaux Jamal Maarouf
• Alaa Hussein
Membres 7 000 à 12 000[1],[2]
Fait partie de Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre
Front révolutionnaire syrien (2013-2015)
Soutenu par États-Unis, Arabie saoudite
Guerre civile syrienne

L'Union des Brigades et Bataillons des martyrs de Syrie (arabe : تجمع كتائب وألوية شهداء سوريا, Tajammu Alwiyat wa Kata’eb Shuhadah Souriya), plus communément désignée sous le nom de Brigades des martyrs de Syrie, était un groupe rebelle fondé le et dissout en 2015 lors de la guerre civile syrienne.

Fondation et affiliations[modifier | modifier le code]

Des déserteurs de la marine syrienne ayant rallié les Brigades des martyrs de Syrie, en février 2013.

Les Brigades des martyrs de Syrie sont formées le [3],[4]. Le groupe est initialement fondé sous le nom de « Brigades des martyrs du Jabal al-Zawiya »[3]. En mars 2012, il fusionne avec le bataillon Dareq bin Zayd et le bataillon Aqba bin Nafaa et prend brièvement le nom de « Brigade d'Ibrahim Hananou » mais il reprend rapidement son ancien nom[3],[5]. Mi-2012, il se rebaptise « Brigades des martyrs syriens » et enfin « L'Union des Brigades et Bataillons des martyrs de Syrie » en août 2012[3],[5].

Le groupe est affilié à l'Armée syrienne libre[6] et intègre le Conseil militaire d'Idleb[3]. Le , il participe à la fondation d'une coalition de groupes rebelles : le Front révolutionnaire syrien, dont il est la faction dominante[7],[8].

Idéologie[modifier | modifier le code]

Le groupe est nationaliste ; il n'est pas islamiste et son chef, Jamal Maarouf, affirme ne pas être favorable à la formation d'un État islamique en Syrie[3],[2].

Organisation[modifier | modifier le code]

Les Brigades des martyrs du Jabal al-Zawiya sont fondées et initialement commandées par le capitaine Yousif Yahya et le lieutenant Alaa Hussein ; cependant Yousif Yahya quitte le groupe dés janvier ou février 2012 pour fonder un autre mouvement : le bataillon Saiqa[3],[5]. À partir de mars 2012, le commandement passe à Jamal Maarouf, qui prend également en 2013 la direction du Front révolutionnaire syrien[4],[6],[5].

Lorsque le groupe annonce sa fondation en 2011, 150 hommes armés apparaissent sur sa première vidéo[3]. En août 2012, Jamal Maarouf affirme commander 7 000 hommes[1]. En octobre 2012, Foreign Policy porte ses effectifs à 45 000 combattants, dont 10 000 à 12 000 dans la région du Jabal al-Zawiya[2].

Actions et zones d'opérations[modifier | modifier le code]

Les Brigades des martyrs de Syrie sont basées dans le Jabal al-Zawiya, une région montagneuse au sud d'Idleb[3],[8]. Le groupe est également actif dans les gouvernorats d'Idleb, Hama et Alep[8].

En janvier 2014, le groupe prend une part active à l'offensive menée par les rebelles contre l'État islamique en Irak et au Levant qui chasse le groupe djihadiste du gouvernorat d'Idleb[4]. Mais en novembre 2014, il entre en conflit avec le Front al-Nosra et les combats tournent cette fois à son désavantage : les Brigades des martyrs de Syrie sont chassées de la région du Jabal al-Zawiya et de Deir Sounboul, leur quartier-général[4],[9],[10].

Soutiens[modifier | modifier le code]

Le groupe est soutenu par les États-Unis et l'Arabie saoudite, particulièrement après la formation du Front révolutionnaire syrien[4],[8]. En 2014, il reçoit des Américains des missiles BGM-71 TOW[8],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Who will come out on top?, The Economist, 11 août 2012.
  2. a b et c Ammar Abdulhamid, Rebels With a Cause, But Not Much Consensus, Foreign Policy, 1er octobre 2012.
  3. a b c d e f g h et i Asher Berman, Rebel groups in Jebel Al-Zawiya, Institute for the Study of War, 26 juillet 2012.
  4. a b c d et e Benjamin Barthe, Face aux djihadistes, la rébellion syrienne en échec, Le Temps, 6 novembre 2014.
  5. a b c d et e ASSBW, The Syrian Martyrs Brigades went through 3 main names and stages between 2011 and 2015., twitter, 31 août 2017.
  6. a et b Benjamin Barthe, Jamal Maarouf : «l’Armée syrienne libre est sous la coupe d’Al-Nosra », Le Monde, 15 mars 2016.
  7. Aron Lund, The Syria Revolutionaries’ Front, Fondation Carnegie pour la paix internationale, 13 décembre 2013.
  8. a b c d et e Hasan Mustafa, The moderate rebels: a growing list of vetted groups fielding BGM-71 TOW anti-tank guided missiles, octobre 2015.
  9. Armin Arefi, En Syrie, la déroute des modérés, Le Point, 3 novembre 2014.
  10. Syrie : Al-Nosra chasse les rebelles modérés de leur bastion dans le nord-ouest, AFP, 1er novembre 2014.