Zakhar Prilepine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Evgueni Nikolaïevitch Prilepine
Евгений Николаевич Прилепин
Description de l'image Zahar-Prilepin (1).jpg.
Nom de naissance Evgueni Nikolaïevitch Prilepine (Евгений Николаевич Прилепин)
Alias
Zakhar Prilepine
Захар Прилепин
Naissance (46 ans)
Ilinka, oblast de Riazan
RSFSR, Drapeau de l'URSS Union soviétique
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture russe
Mouvement Littérature russe
Genres
Roman, essai

Œuvres principales

  • Patologii (Pathologies), roman, 2004
  • San'kia, roman, 2006

Compléments

Zakhar Prilepine (en russe : Захар Прилепин) est un écrivain, linguiste, journaliste et homme politique nationaliste russe né le dans le village de Ilinka (oblast de Riazan). Son vrai nom est Evgueni Nikolaïevitch Prilepine (en russe : Евгений Николаевич Прилепин). Prilepine fut membre du Parti national-bolchévique puis de L'Autre Russie de 1996 à 2019, puis a rejoint le parti Russie juste.

Il est également connu pour ses actions militaires en Russie et dans les pays de « l' étranger proche », notamment lors de la Première guerre de Tchétchénie puis lors de la Guerre du Donbass.

Biographie[modifier | modifier le code]

Zakhar Prilepine est le fils d'un professeur et d'une infirmière russes. Il fait ses études à la faculté de philologie (linguistique) de l'université d'État de Nijni Novgorod. Il est commandant dans le service des OMON et prend part à des combats en Tchétchénie en 1996 et 1999[1].

Les premières œuvres de Prilepine sont publiées en 2003 dans le journal Den Literatoury (Jour de la Littérature). Ensuite ses œuvres paraissent dans différents journaux, notamment dans Literatournaïa gazeta, Limonka (le journal du Parti national-bolchevique), Na Kraïou (En bordure), Gueneralnaïa Linia (Ligne générale), mais aussi dans les magazines Sever (Le Nord), Droujba Narodov (Amitié des peuples), Roman-gazeta (Roman-journal), Novy Mir. Il a été le rédacteur principal de l'organe de presse du Parti national-bolchevique de Nijni Novgorod Narodny Nablioudatel (l'Observateur du Peuple). Il a participé au séminaire des jeunes auteurs Moscou-Peredelkino en et aux IV, V et VI Forums des jeunes auteurs de Russie à Moscou.

Prilepine est l'un des dirigeants de l'antenne régionale du Parti national-bolchevique de Nijni Novgorod et prend part à de nombreuses actions. Il a notamment participé à la Marche des Mécontents qui a eu lieu le à Nijni Novgorod, ce qui lui a valu d'être arrêté comme de nombreux activistes de la coalition L'Autre Russie. Il est également le principal rédacteur de la section régionale de Nijni Novgorod de l'Agence des nouvelles politiques.

En , Zakhar Prilepine publie dans LiveJournal un texte où il met en question l'appartenance de la Russie à la culture européenne[2]. Il dit : « La situation est paradoxale – 0,01 % de la population imposent leur discours de singes aux 99,99 % autres ». Parmi les pro-européens, il cite Boris Berezovsky, Roman Abramovitch et Mikhaïl Khodorkovski. En 2021, outré par l'interview d'un ex-violeur par Ksenia Sobtchak, Prilépine écrit : « La Russie d'aujourd'hui me rappelle douloureusement les films soviétiques qui montraient l'Occident décadent avec ses prostituées, ses homosexuels militants, ses pédophiles, sa publicité étouffante et son ignominie. L'Occident s'est avéré exactement comme ça, on ne nous a pas trompés. Mais nous sommes devenus le meilleur élève de cet Occident. Nous sommes dégoûtants »[3].

En novembre 2014, lors de la guerre du Donbass, à laquelle il participe d'une manière ou d'une autre dès le début du conflit[4],[5], Prilepine affirme qu'en cinq mois, 35 000 volontaires sont entrés à l'est de l'Ukraine depuis la Russie pour soutenir les séparatistes locaux[6]. En décembre 2015, il devient conseiller du chef de la République populaire de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko[7], poste qu'il garde jusqu'à l'été 2018[8] quand Zakhartchenko est tué. En novembre 2016, Prilepine s'engage dans les forces militaires de la République populaire de Donetsk et prend la tête d'un bataillon de volontaires[1],[9]. Dans une interview de 2019, il affirme que son bataillon était l'un des plus efficaces, sinon le plus efficace, à l'est de l'Ukraine, car « tuait les gens en grand nombre »[10],[11]. Toujours en 2019, il présente Donbass comme étant « de fait une partie de la Russie » : « Son économie est tournée vers la Russie, il y a partout des assistants et des spécialistes russes là-bas, les ministres du Donbass se rendent en Russie pour faire leurs rapports, l'enseignement y est dispensé selon les normes russes, etc. »[12]

Prilepine se décrit comme un « nationaliste d'extrême gauche »[13]. Il a également des opinions traditionalistes et anti-LGBT sur le plan sociétal.

Zakhar Prilepine a fait partie de la délégation officielle des écrivains russes, invitée par le Salon du livre de Paris en [14]. Sa présence a provoqué des protestations de la part d'activistes ukrainiens qui en sont venus aux mains avec les agents de la sécurité envoyés par les organisateurs du Salon[15]. Il s'est également rendu au Salon du livre de Genève en [16].

En 2020, il annonce la création de son propre parti « Pour la vérité »[17].

Le , Prilepine fait partie de 75 personnes choisies par le président russe Vladimir Poutine pour élaborer des propositions d'amendement de la Constitution russe[18].

Le , Prilepine n'exclut pas que la pandémie de Covid-19 soit une punition divine contre l'Occident, pour avoir légalisé le mariage entre personnes du même sexe : « Si un miracle se produit et que l'épidémie ne frappe pas la Russie de plein fouet, alors nous pourrons affirmer que le Seigneur a puni les pays qui ont reconnu les mariages homosexuels et ont fait du tapage autour de cette question »[19].

En février 2022, l'Union européenne a sanctionné Zakhar Prilepine suite à l'Opération militaire de la Russie contre l'Ukraine[20].

Prilepine est marié et a quatre enfants.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Olivier Tallès, Zakhar Prilepine, écrivain combattant, Olivier Tallès, La Croix, 9 novembre 2017.
  2. (ru) « Вообще — эта тема: Европа ли Россия — в 90% случаях — московская или питерская ».
  3. (ru) « Прилепин назвал россиян омерзительными и предложил ввести временную диктатуру », sur Lenta.ru,‎ (consulté le ).
  4. (ru) Александра Зеркалева et Илья Жегулев, « Боевые товарищи с донбасскими корнями : МХАТ имени Горького возглавили Бояков, Прилепин и Пускепалис. Что все это значит? », sur Meduza,‎ (consulté le ).
  5. (ru) Андрей Веселов, « Батальон Прилепина », sur РИА Новости,‎ (consulté le ).
  6. (ru) Ольга Сухоплюева, « Захар Прилепин: "Народ, населяющий нашу страну... будто желает переместиться в пространство "Дом-2" и там жить" », sur MagCity74,‎ (consulté le ).
  7. (ru) « Захар Прилепин сделал героями нового романа о Донбассе реальных людей », sur РИА Новости,‎ (consulté le ).
  8. (ru) « Захар Прилепин решил уйти из батальона армии ДНР », sur Lenta.ru,‎ (consulté le ).
  9. Emmanuel Grynszpan, Un écrivain russe prend les armes contre l'Ukraine, Le Temps, 15 février 2017.
  10. (ru) [vidéo] Редакция, Полное интервью Захара Прилепина / Редакция / Исходники sur YouTube, (consulté le ).
  11. (ru) Ирина Петровская, « "Полный голимый беспредел – что мы вытворяли" », sur Новая газета,‎ (consulté le ).
  12. (ru) [vidéo] Russian House Brussels, Захар Прилепин в Брюсселе sur YouTube, (consulté le ). Cf. à partir de 45:16.
  13. https://www.ledevoir.com/lire/514955/zakhar-prilepine-et-le-cauchemar-eveille-du-goulag
  14. [1]
  15. Salon du livre de Paris : Des activistes Ukrainiens en sont venus aux mains avec les gardes du corps de Prilepine, ukrinform.fr du 27 mars 2018.
  16. [2]
  17. Valeriia Anikushina, Zakhar Prilepine lance en Russie un parti “conservateur de gauche”, courrierinternational.com, 4 février 2020
  18. (ru) Мария Бондаренко, « Подготовкой поправок в Конституцию займутся Прилепин, Мацуев, Терешкова », sur РБК,‎ (consulté le ).
  19. (ru) « Прилепин увязал однополые браки с пандемией коронавируса », sur Свободная пресса,‎ (consulté le ).
  20. ЕС ввел санкции против 26 россиян, включая Дмитрия Пескова

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]