Brigade de la Tempête du Nord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tempête (homonymie).

Brigade de la Tempête du Nord
Image illustrative de l’article Brigade de la Tempête du Nord

Idéologie Nationalisme syrien, sécularisme
Objectifs Renversement du régime baasiste de Bachar el-Assad
Statut Actif
Fondation
Date de formation 2011
Pays d'origine Syrie
Actions
Zone d'opération Gouvernorat d'Alep
Organisation
Chefs principaux • Amar al-Dadikhi (2011-2013)
• Samir Amouri (2013)
• Mahmoud Naddom (depuis 2013)
Membres 1 100 à 2 000 (en 2012)[1]
200 (en 2014)[1]
500 (en 2015)[2]
Fait partie de Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre
Liwa al-Tawhid (2014)
Guerre civile syrienne

La Brigade de la Tempête du Nord (arabe : لواء عاصفة الشمال, Liwa Asifat al-Shamal) est un groupe rebelle de la guerre civile syrienne.

Fondation[modifier | modifier le code]

La Brigade de la Tempête du Nord est fondée au milieu de l'année 2011 à Azaz, une ville du gouvernorat d'Alep, près de la frontière turque[1].

Affiliations[modifier | modifier le code]

Jusqu'au début de l'année 2014, la Brigade de la Tempête du Nord est membre de l'Armée syrienne libre[3],[4],[5]. En mars 2014, elle rallie Liwa al-Tawhid et le Front islamique[6],[2]. Il aurait ensuite rallié le Front du Levant, au moins à partir de début 2017[7].

Effectif et commandement[modifier | modifier le code]

Le chef et fondateur de la brigade est Amar al-Dadikhi, dit « Abou Ibrahim », homme d'affaires et contrebandier en cigarettes avant le conflit[1]. Ce dernier est blessé en janvier 2013 au cours du siège de l'aéroport de Menagh, et évacué vers un hôpital en Turquie où il serait mort en mars 2013. Un autre chef, Samir Aluan ou Samir Amouri, prend le commandement mais il s'enfuit en Turquie lors d'affrontements à Azaz contre l'État islamique en Irak et au Levant. Discrétidé, il est remplacé par Mahmoud Naddom[1],[8].

En 2012, la brigade compte entre 1 100 et 2 000 combattants selon les déclarations de certains de ses membres, mais le groupe décline à partir de 2013, affaibli par de lourdes pertes lors du siège Menagh et la mort de son chef[1]. Début 2014, la brigade ne compterait plus que 200 hommes en Syrie, 150 de ses combattants ayant préféré rejoindre Liwa al-Tawhid, d'autres s'étant réfugiés en Turquie[1]. En janvier 2015, la Brigade de la Tempête du Nord compterait 500 hommes[2]

Idéologie[modifier | modifier le code]

Selon le chercheur Romain Caillet, en 2013 la Brigade Tempête du Nord est laïque et pro-occidentale[3].

Actions[modifier | modifier le code]

Des rebelles de la Brigade de la Tempête du Nord, lors de la bataille d'Afrine, le 1er février 2018.

La Brigade de la Tempête du Nord, alliées à deux autres groupes rebelles, prend le contrôle de la ville d'Azaz le au terme de violent combats contre le régime syrien[9],[1]. Elle prend ensuite part, de août 2012 à août 2013, au siège de l'aéroport de Menagh aux côtés de groupes djihadistes. Les rebelles sortent victorieux de cette bataille, mais un peu affaiblis, en plus d'Amar al-Dadikhi deux de leurs chefs — Hadi Salo et Samir Akkash — ont été tués pendant les affrontements[1].

En juillet 2013, l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL) fait son apparition à Azaz[10],[1]. Le , la Brigade de la Tempête du Nord accueille le sénateur américain John McCain à Azaz. Ce dernier rencontre le général Selim Idriss, commandant en chef de l'Armée syrienne libre. Cette visite marque le début d'une forte hostilité entre l'EIIL et la brigade TN[3],[11]. À la mi-septembre, un médecin allemand escorté par les hommes de l'ASL est découvert en train de prendre des photos près des bâtiments habités par les cadres de l'EIIL. Pour le chercheur Romain Caillet, le « point de non-retour » est atteint, l'EIIL est persuadé d'être espionné par les Américains avec la complicité de la brigade de l'ASL. Deux semaines plus tard, les djihadistes adressent un ultimatum à la brigade Tempête du Nord: ils exigent la remise des armes et l'allégeance de ses combattants à leur « émir », Abou Bakr al-Baghdadi. Les rebelles refusent[3],[12],[1].

Le 18 septembre, les combats éclatent entre l'EIIL et la brigade Tempête du Nord. Les forces djihadistes ont l'avantage et prennent la ville[12],[13]. Le 20 septembre, l'EIIL et la brigade TN concluent un accord de trêve avec la médiation de la Liwa al-Tawhid qui a envoyé des hommes à Azaz pour s'interposer entre les belligérants. Les deux camps s'accordent à mettre fin aux hostilités, à libérer les prisonniers et à restituer les biens saisis[14]. Mais le 2 octobre, les hostilités reprennent et les rebelles de l'ASL sont définitivement expulsés de la ville. Ils se replient en direction d'Afrin, tenue par les Kurdes des YPG[15],[10],[3].

L'EIIL sera finalement expulsé d'Azaz par les rebelles le 28 février 2014[16],[10],[17].*

Affaire des otages libanais[modifier | modifier le code]

Le 22 mai 2012, des rebelles de la Brigade de la Tempête du Nord commandés par un chef nommé Mohammed Nour capturent neuf ou onze pèlerins Libanais de retour d'Iran, qu'ils accusent d'être membres du Hezbollah. En échange de ces otages, ils réclament la libération de 200 femmes détenues dans les prisons du régime syrien[3],[1]. Selon le chercheur Romain Caillet, « une motivation exclusivement matérielle de la brigade TN n'est pas à exclure. Dans cette hypothèse, l'exigence de la libération de 200 prisonnières syriennes n'aurait été qu'un slogan destiné à rallier l'opinion publique syrienne, soucieuse de voir ces femmes être délivrées au plus vite des prisons du régime Assad, où les viols sont monnaie courante »[3].

Les otages libanais détenus par la brigade TN sont libérés le 18 octobre 2013. Selon le chercheur Romain Caillet, il est probable qu'ils aient été exfiltrés en Turquie pendant les combats à Azaz et qu'ils soient passés aux mains des services turcs. Ils auraient été libérés en échange de 200 femmes détenues dans les prisons du régime syrien et de deux pilotes d'avions turcs, enlevés en mai 2013 à Beyrouth par un groupe libanais qui réclamait « davantage d'implication de la Turquie dans l'affaire des otages en Syrie »[3],[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l et m Chris Looney, The Northern Storm Brigade: It’s History, Current Status, and Why It Matters By Chris Looney, Syria Comment, 18 mars 2014.
  2. a b et c Aymenn Jawad Al-Tamimi, Special Report: Northern Storm and the Situation in Azaz (Syria), Middle East Review of International Affairs (MERIA Journal),
  3. a b c d e f g et h Romain Caillet, Non-dits autour d'une libération d'otages en Syrie, Al Huffington Post, 22 octobre 2013.
  4. Samer Abboud, Syria’s War Economy, Carnegie, 9 janvier 2014.
  5. Syrie: des jihadistes avancent vers la frontière avec la Turquie, AFP, 2 octobre 2013.
  6. Charles Lister, twitter.
  7. Cody Roche, Factions Fighting in the Syrian Civil War, Bellingcat, 29 avril 2017.
  8. Josh Rogin, Who Was That With McCain? Not Syrian Kidnappers, NGOs Say, The Daily Beast, 31 mai 2013.
  9. Julie Schneider, REPORTAGE. Azaz, ville syrienne "libérée", Le Point, 16 août 2012.
  10. a b et c Romain Caillet, Échec de l’offensive de l’Armée syrienne libre contre l’État islamique en Irak et au Levant, Orient XXI, 4 février 2014.
  11. Le sénateur John McCain rencontre des chefs rebelles en Syrie, AFP, 27 mai 2013.
  12. a et b Jean-Pierre Perrin et Luc Mathieu, La rébellion syrienne phagocytée par le jihad, Libération, 27 septembre 2013.
  13. Syrie : de l'hostilité à la guerre ouverte entre insurgés et djihadistes, Le Monde avec AFP, 11 janvier 2014.
  14. Syrie : accord de trêve à Azaz, Europe 1 avec AFP, 20 septembre 2013.
  15. Nouveaux combats entre rebelles et islamistes en Syrie, Le Monde, 2 octobre 2013.
  16. Syrie: les jihadistes de l'EIIL se replient face à la menace de leurs rivaux, AFP, 28 février 2013.
  17. Syrie: les jihadistes de l'EIIL se replient face à la menace du Front Al-Nosra, AFP, 28 février 2014.