Gouvernement Fayez el-Sarraj

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gouvernement Fayez el-Sarraj

État de Libye

Chef de l'Etat Fayez el-Sarraj
Premier ministre Fayez el-Sarraj
Législature 2014-2021
Formation
Fin
Durée 5 ans et 3 jours
Composition initiale
Ministres 18
Femmes 3
Hommes 15
Représentation
Chambre des représentants
102  /  200
Drapeau de la Libye

Le gouvernement el-Sarraj, appelé aussi gouvernement d'union nationale (en anglais : GNA, pour Government of National Accord) ou gouvernement d'entente nationale[1], est le gouvernement de la Libye entre le et le . Il est dirigé par Fayez el-Sarraj.

Historique[modifier | modifier le code]

Il est formé sous l'égide de l'ONU dans le but de résoudre la deuxième guerre civile libyenne[2] avec Fayez el-Sarraj à sa tête[3].

Le , la composition initiale est annoncée[4].

Le , la deuxième composition du gouvernement est annoncée[5].

Le gouvernement formé prend ses fonctions le à Tunis. L'objectif à moyen terme est à l'époque d'installer le gouvernement à Tripoli[6].

Le , le Parlement de Tripoli rejette la déclaration d'entrée en fonction du gouvernement d'union[7]. Le 19 du même mois, c'est au tour de celui de Tobrouk de le rejeter[8].

Le , le gouvernement s'installe à Tripoli[9].

Finalement, la Chambre des représentants décide d'organiser un vote de confiance pour le [10].

Le même jour, le gouvernement prend possession de deux ministères[11].

Le , 102 parlementaires de Tobrouk sur 198, lui apportent leur confiance[12].

En mai 2016, le gouvernement prend le contrôle des ministères de l'Éducation, de l'Intérieur, de la Santé et des Affaires étrangères[13].

Le premier conseil des ministres a eu lieu le [14].

Le , quatre ministres sont démis de leurs fonctions[15]. Il s'agit des ministres de l'Économie, des Finances, de la Justice et de la Réconciliation nationale[14].

Le , le gouvernement s'installe dans des locaux officiels situés dans le centre de la capitale[16].

Le , le Parlement de Tobrouk, réuni avec 101 membres sur 198, réclamant le maintien de Khalifa Haftar en tant que commandant en chef de l'Armée nationale libyenne, rejette par 1 voix pour, 39 abstentions et 61 contre, la confiance au gouvernement d'union et charge el-Sarraj de former un nouveau gouvernement[17]. Les députés progouvernementaux, arguant de ne pas avoir été prévenus du déroulement du vote, contestent la légitimité du vote[18].

Le , le gouvernement est remanié[19].

Il cesse ses fonctions le et est remplacé par le gouvernement Dbeibeh.

Composition[modifier | modifier le code]

Annoncée le 18 janvier 2016[modifier | modifier le code]

Initiale (12 mars 2016)[modifier | modifier le code]

Portefeuille Ministre
Premier ministre Fayez el-Sarraj
Vice-Premier ministre Ahmed Miitig
Moussa al-Koni (jusqu'au 02/01/2017)
Fathi al-Mijabri
Ministre des Affaires étrangères Mohamed Taha Siala
Ministre des Affaires sociales Faïda Mansour el-Chafi
Ministre de la Défense Al-Mahdi Ibrahim al-Barghathi (suspendu : 19/05/2017-29/07/2018)
Ewhid Najim (intérim)
Fayez el-Sarraj (à partir du 06/09/2018)
Ministre de l'Économie Abdelmotaleb Ahmed Abou Farwa (jusqu'au 01/07/2016)
Ministre de l'Éducation Mohamed Khalifa Al-Azzabi
Ministre d'État des Femmes et du Développement Amsa Moustafa Ousta
Ministre d'État des Martyrs, Blessés et Invalides Mouhannad Saïd Younis
Ministre d'État des Migrants et des Déplacés Youssef Aboubakr Jalalah
Ministre d'État de la Réconciliation nationale Abdeljawad Faraja Al-Obaïdi (jusqu'au 01/07/2016)
Ministre d'État de la Réforme des institutions Imane Mohammed Ben Younes
Ministre des Finances Fakhr Mouftah Boufernah (jusqu'au 01/07/2016)
Ministre de l'Intérieur Aref el-Khoja (jusqu'au 02/01/2017)
Abdessalam Achour (à partir du 15/02/2018)
Ministre du Gouvernement local Badad Qansou
Ministre de la Justice Jouma Abdallah Drissi (jusqu'au 01/07/2016)
Ministre des Plans Al-Hadi al-Taher al-Jouhaïmi (jusqu'au 01/07/2016)
Ministre de la Santé Omar Bachir al-Taher
Ministre des Transports Milad Mohamed Matouk
Ministre du Travail Ali Galma Mohamed (jusqu'au 27/07/2017)

Remaniement du 7 octobre 2018[modifier | modifier le code]

Portefeuille Ministre
Premier ministre
Ministre de la Défense
Fayez el-Sarraj
Vice-Premier ministre Ahmed Miitig
Fathi al-Mijabri
Ministre des Affaires étrangères Mohamed Taha Siala
Ministre des Affaires sociales Faïda Mansour el-Chafi
Ministre de l'Économie Ali al-Essawi
Ministre de l'Éducation Mohamed Khalifa Al-Azzabi
Ministre d'État des Femmes et du Développement Amsa Moustafa Ousta
Ministre d'État des Martyrs, Blessés et Invalides Mouhannad Saïd Younis
Ministre d'État des Migrants et des Déplacés Youssef Aboubakr Jalalah
Ministre d'État de la Réforme des institutions Imane Mohammed Ben Younes
Ministre des Finances Faraj Bou Matari
Ministre du Gouvernement local Badad Qansou
Ministre de l'Intérieur Fathi Bachagha
Ministre de la Jeunesse et des Sports Bachir al-Gatari
Ministre de la Santé Omar Bachir al-Taher
Ministre des Transports Milad Mohamed Matouk

Remaniement du 20 décembre 2018[modifier | modifier le code]

Portefeuille Ministre
Premier ministre
Ministre de la Défense
Fayez el-Sarraj
Vice-Premier ministre Ahmed Miitig
Fathi al-Mijabri
Ministre des Affaires étrangères Mohamed Taha Siala
Ministre des Affaires sociales Faïda Mansour el-Chafi
Ministre de l'Économie Ali al-Essawi
Ministre de l'Éducation Mohamed Khalifa Al-Azzabi
Ministre d'État des Femmes et du Développement Amsa Moustafa Ousta
Ministre d'État des Martyrs, Blessés et Invalides Mouhannad Saïd Younis
Ministre d'État des Migrants et des Déplacés Youssef Aboubakr Jalalah
Ministre d'État de la Réforme des institutions Imane Mohammed Ben Younes
Ministre des Finances Faraj Bou Matari
Ministre du Gouvernement local Milad Tahir
Ministre de l'Intérieur Fathi Bachagha
Ministre de la Jeunesse et des Sports Bachir al-Gatari
Ministre de la Santé Hamid ben Omar
Ministre des Transports Milad Mohamed Matouk

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Libye: trois gouvernements, une impasse et la menace daech » (consulté le )
  2. « Afrique - Libye : formation d'un nouveau gouvernement d'union nationale sous l'égide de l'ONU », sur France 24 (consulté le )
  3. (en) « National Unity government announced », sur Libya Herald,
  4. « Libya: Presidential council unveils composition of Libyan coalition govt. » (consulté le )
  5. lib prospect, « PC announces 18 members unity government » (consulté le )
  6. « Libye: soutien occidental au nouveau gouvernement », sur Libération.fr (consulté le )
  7. « Libye : les autorités de Tripoli rejettent le Gouvernement d’union nationale », sur ShemsFm.net (consulté le )
  8. « Libye: nouveau coup dur pour le gouvernement d'union nationale », sur RTBF Info (consulté le )
  9. Frédéric Bobin, « Climat de tensions à Tripoli après l’arrivée du gouvernement d’« union nationale » », sur Le Monde, (consulté le )
  10. « Libye : le mikado du gouvernement d'union nationale », sur Le Point Afrique (consulté le )
  11. « Libye: le cabinet d'union prend le contrôle de deux ministères à Tripoli », sur L'Orient-Le Jour (consulté le )
  12. « Une majorité de députés exprime son soutien au gouvernement d’union en Libye », sur L'Orient-Le Jour (consulté le )
  13. BFMTV, « Libye: le ministre des Affaires étrangères du gouvernement d'union a pris ses fonctions », sur BFMTV (consulté le )
  14. a et b « Libye : Quatre ministres de l’Est limogés - International - El Watan » (consulté le )>
  15. « Libye: quatre ministres du gouvernement d'union limogés - RFI », sur RFI Afrique (consulté le )
  16. Libye : le gouvernement d’union nationale s’installe dans des locaux officiels, dans le centre de Tripoli, Jeune Afrique avec AFP, 12 juillet 2016.
  17. Hélène Sallon, « En Libye, le premier ministre soutenu par l’ONU connaît un revers », sur Le Monde, (consulté le )
  18. « Libye : le gouvernement d'union nationale suscite toujours la méfiance », sur Le Point Afrique (consulté le )
  19. « Libye: le gouvernement d'union nationale remanie des ministères clés », sur L'Orient-Le Jour (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]