République populaire de Donetsk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Donetsk.

République populaire de Donetsk

Донецкая Народная Республика (ru)

Донецька народна республіка (uk)

Drapeau
Drapeau
Blason
Description de l'image Карта Донецкой Народной Республики.png.
Hymne national Lève-toi Donbass!
Administration
Forme de l'État République populaire
Revendiqué par Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Reconnu par Ossétie du Sud[1]
Président du présidium du soviet suprême Andrei Purgin
Président de la république Alexandre Zakhartchenko
Capitale Donetsk
Géographie
Fuseau horaire UTC +3[2]
Histoire
Indépendance Ukraine
Déclarée
Démographie
Économie
Monnaie Hryvnia ukrainienne
Rouble russe (proposé)[3]
Rouble de Donetsk[3]
Divers
Code ISO 3166-1
Indicatif téléphonique ++380 62
Organisations internationales War Flag of Novorussia.svg Nouvelle-Russie
Carte des territoires contrôlés par les séparatistes en date du 14 avril 2014.

La République populaire de Donetsk (RPD en forme abrégée[4]) est un État sécessionniste de l'Ukraine autoproclamé dans l'oblast de Donetsk le . Il propose une fusion le avec la République populaire de Lougansk dans ce qui est nommé l'Union des républiques populaires. Cette sécession, intervenant lors de la crise ukrainienne, a été notamment orchestrée par la milice populaire du Donbass.

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de l'Ukraine montrant en rouge la « République fédérale de Donetsk » qui était le but de l'organisation République de Donetsk, en 2006.

La République de Donetsk est d'abord le nom d'une organisation fondée le et ayant pour projet l'autonomie de l'oblast de Donetsk[5]. L'idée d'un référendum sur l'avenir de l'oblast de Donetsk dans le contexte de la crise ukrainienne de 2013-2014 est lancée notamment par Pavel Goubarev, gouverneur choisi à mains levées par les manifestants de Donetsk comme leur gouverneur en mars 2014 ; il est arrêté trois jours plus tard par la SBOu ukrainienne et libéré en mai 2014, en échange de prisonniers des forces « Alpha ». Entretemps a lieu le référendum d'autodétermination de la Crimée, le 16 mars 2014.

Autoproclamation[modifier | modifier le code]

C'est donc le 11 mai 2014 qu'a lieu un référendum d'autodétermination dont les résultats portent vers l'indépendance de la république de Donetsk[6]. Néanmoins, ce référendum n'est reconnu ni par l'Union européenne et les États-Unis (qui émettent de vives déclarations à l'encontre des russophones et de la Russie), ni par la Fédération de Russie qui se contente du silence.

Le 12 mai 2014, le chef de la république populaire de Donetsk, Denis Pouchiline, demande à Moscou d'étudier le rattachement de la République populaire de Donetsk à la Fédération de Russie[7], alors que selon Djavad Iskenderov, co-président du gouvernement temporaire, il n’était pas question de rejoindre la Fédération de Russie, malgré les liens avec cette dernière[8]. Igor Strelkov, devenait commandant militaire dans la République populaire de Donetsk également le 12 mai. Le 17 mai 2014, le procureur général d'Ukraine déclare la république populaire de Donetsk « organisation terroriste ».

Mi-mai, plusieurs responsables séparatistes sont mis en cause, leurs anciennes activités financières en Russie, impliquant notamment des pyramides financières douteuses, étant révélées au public[9]. Les jours suivants, Alexandre Borodaï, citoyen russe de 41 ans et possible agent du FSB se proclame chef du gouvernement de la République de Donetsk[10].

Union des républiques populaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Union des républiques populaires.

Le 24 mai 2014, lors d'un Congrès, elle décide de s'unir avec la République populaire de Lougansk pour former les États fédérés de Nouvelle-Russie (Novorossia)[11] qui finissent par prendre le nom d’Union des républiques populaires. Parallèlement les opérations contre les insurgés s'intensifient.

Le 26 mai 2014, des combats ont lieu menés par l'aviation ukrainienne à bord d'avions Mig-29, Su-25, et d'hélicoptères Mil Mi-24 contre les insurgés de la république populaire de Donetsk, provoquant la mort de dizaines de civils et de rebelles pro-russes. Début juin, des colonnes de chars entourent la ville. Le 7 juin 2014, un attentat par balles a lieu contre Denis Pouchiline tuant son assistant[12]. Dans la nuit du 12 au 13 juin 2014, une bombe fait exploser la voiture de Denis Pouchiline qui ne se trouvait pas à bord, tuant deux de ses assistants. L'« opération anti-terroriste », telle qu'elle est nommée par le pouvoir central de Kiev, se poursuit tout le mois de juin. La ville de Marioupol est reprise par l'armée ukrainienne, le bataillon Azov[13], le bataillon Donbass et le bataillon Ukraine, les combats ayant commencé à l'aube du 13 juin. Plusieurs pertes sont à déplorer du côté des insurgés et seulement des blessés légers du côté des forces de Kiev. « Le plan se réalise avec succès » déclare le ministre de l'intérieur ukrainien Arsen Avakov[14]. Trois cents personnes sont arrêtées ce même jour, dont le maire, Alexandre Fomenko. Le 16 juin 2014, une dizaine de civils meurent et plus d'une dizaine d'autres sont blessés dans un assaut mené par les forces gouvernementales, près de Kramatorsk[15].

Le 5 juillet 2014, l'armée ukrainienne reprend militairement les villes de Sloviansk et Kramatorsk[16],[17]. La ville de Seversk est reprise par l'armée ukrainienne le 10 juillet 2014. Des lance-roquettes Grad sont déployées à 10 km de Donetsk au village d'Elenovka, le 16 juillet 2014[18].

Le 16 juillet le ministre de la sécurité de la RPD, l’Ukrainien Alexandre Khodakovski, est remplacé par Vladimir Antioufeiev, homme politique russe de Transnistrie.

Le le vol 17 Malaysia Airlines est abattu par un missile sol-air au-dessus du territoire contrôlé par les forces de la RPD, chacune des parties en conflit accusant l’autre d’être responsable de la catastrophe. Les services secrets ukrainiens (SBU)[19] et le gouvernement américain[20] affirment que le missile a été tiré à partir d'une zone tenue par les rebelles de la RPD, d'après des images satellitaires, et que le système de missile utilisé, SA11, est de fabrication russe et a pu être livré par la Russie aux séparatistes.

Le même jour, à Moscou, Denis Pouchiline démissionne de ses fonctions de président du soviet suprême de la république populaire, son successeur par intérim est Vladimir Makovitch[21], puis Boris Litvinov est élu le 23 juillet 2014[22]. Le 21 juillet 2014, trois villes de la région de Donetsk sont attaquées et prises par les forces loyalistes : Dzerjynsk, Roubejnoïé et Soledar, ainsi qu'une banlieue de Donetsk, Peski. Ce même jour également, les forces loyalistes avancent dans la banlieue de Lougansk[23].

Remplacement des dirigeants russes[modifier | modifier le code]

Le 7 août 2014, le Premier ministre Alexandre Borodaï laisse son poste à l’Ukrainien Alexandre Zakhartchenko, réduisant en apparence l’influence des citoyens russes dans le gouvernement de la RPD[24].

Ekaterina Goubareva en août 2014.

Le 14 août est annoncé le remplacement du ministre de la défense Strelkov, Russe, par l’Ukrainien Vladimir Kononov[25]. Parallèlement le dirigeant de la RPL Valéri Bolotov est remplacé le même jours par Igor Plotnitski[26].

Le 15 août la ministre des affaires étrangères Ekaterina Goubareva (Ukrainienne) est démise de ses fonctions et remplacée par Alexandre Karaman, homme politique de Transnistrie proche de Vladimir Antioufeiev.

Un volontaire russe ayant combattu dans les rangs des séparatistes, Anton Raïevski, interprète la réorganisation du personnel dirigeant la RPD comme une purge ciblée des partisans de Strelkov, qui aurait perdu les faveurs du Kremlin, par l’équipe d’Antioufeiev, plus expérimentée et proche des services secrets[27].

Donetsk, le 24 avril 2015.

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

À l'occasion d'une réunion d'urgence à Genève le 17 avril 2014, la Russie, l'Ukraine, les États-Unis et l'Union européenne se rejoignent sur le fait que les formations militaires illégales en Ukraine doivent être dissoutes, et que toute personne occupant des bâtiments administratifs doit déposer les armes et les quitter. L'accord ajoute la possibilité d'une amnistie pour tous les manifestants anti-gouvernementaux. Néanmoins les séparatistes pro-russes à Donetsk refusent ces conditions imposées unilatéralement, défiant ainsi les autorités de Kiev et mettant en question l'entente occidentale sur l'Ukraine[28],[29],[30].

En cas de non désescalade du conflit, les États-Unis avaient insisté sur le fait de prendre des « mesures additionnelles » (sanctions) contre la Russie[31],[32].

En août 2014, une représentation officielle de la RPD est accueillie en Serbie[33].

Bureau de vote à Donetsk, lors des élections du 2 novembre 2014.

Le 2 novembre 2014,des élections générales sont organisées par les séparatistes pro-russes, Alexandre Zakhartchenko est alors élu Président de la République Populaire de Donetsk.

Alexandre Zakhartchenko, président de la République populaire de Donetsk.

Conférence de Minsk[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Protocole de Minsk.

Les représentants de la république populaire de Donetsk et le gouvernement de Kiev signent le 5 septembre 2014 à Minsk un protocole d'accord pour un cessez-le-feu, à partir du jour-même à 18 heures[34].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « South Ossetia recognizes Donetsk People's Republic », Kyiv Post,‎
  2. http://tass.ru/en/world/756540
  3. a et b « Donetsk Rebels Plan to Make Own Currency », themoscowtimes.com,‎ (consulté le 25 septembre 2014)
  4. « L'un des assistants du chef de la RPD tué dans le centre de Donetsk », sur La Voix de la Russie,‎
  5. (uk) « СБУ затримала лідера «Донецької республіки» », sur espreso.tv,‎
  6. (en) « Referendum results in Donetsk and Lugansk Regions show landslide support for self-rule », sur Russia Today,‎
  7. (en) « Donetsk People's Republic asks Moscow to consider its accession into Russia », sur Russia Today,‎
  8. « À la rencontre de cette « République populaire de Donetsk » », sur euronews.com,‎
  9. Pierre Avril, « Les ex-truands de la République de Donetsk », Le Figaro, 17 / 18 mai 2014, page 10.
  10. Adrien Jaulmes, « Le mystérieux patron de la République de Donetsk », Le Figaro, 19 mai 2014, page 6.
  11. « Ukraine : Donetsk et Lougansk forment un nouvel État », sur La Voix de la Russie,‎
  12. Denis Pouchiline ne se trouvait pas dans sa voiture ce soir-là
  13. Piotr Smolnar, Le Monde, 17 juin 2014, p. 5
  14. (ru) ITAR-TASS, Article du 13 juin 2014
  15. (en) ITAR-TASS, Ukraine's military continues shelling cities in Donetsk, Luhansk regions, article du 17 juin 2014
  16. Le drapeau ukrainien flotte à nouveau sur le bastion rebelle de Sloviansk - Article de francetvinfo.fr du 5 juillet 2014.
  17. L'armée ukrainienne reprend Kramatorsk aux insurgés prorusses - article de francetvinfo.fr du 5 juillet 2014.
  18. (fr) RIA Novosti, Des lance-roquettes Grad sont déployés à 10 km de Donetsk, article du 16 juillet 2014
  19. « SBU intercepts phone conversations of separatists admitting downing a civilian plane », Kyiv Post,‎
  20. « MH17 : les États-Unis affirment que le système de missile venait de Russie », Le Figaro,‎
  21. (ru) Председатель Верховного совета самопровозглашенной Донецкой народной республики (ДНР) Денис Пушилин заявил о своей отставке.
  22. (ru) ITAR-TASS, article du 23 juillet 2014
  23. (ru) ITAR-TASS, article du 21 juillet 2014
  24. « À Donetsk, Zakhartchenko est la nouvelle tête des prorusses », sur liberation.fr,‎ (consulté le 12 août 2014)
  25. (ru) « Владимир Кононов назначен и. о. министра обороны ДНР вместо Игоря Стрелкова », sur kommersant.ru,‎ (consulté le 15 août 2014).
  26. (en) « The rebel leaders dropping out of the fight in eastern Ukraine »,‎ .
  27. (ru) « Русский фашист: спецслужбы ФСБ "зачищают неугодников Кремля" среди патриотов РФ на Донбассе », sur ipress.ua,‎ (consulté le 25 août 2014).
  28. Ukraine : des troupes russes à la frontière « en raison de la situation », Le Parisien, 18 avril 2014
  29. (en) Eastern Ukraine militants snub Geneva deal on crisis, BBC News, 18 avril 2014
  30. UKRAINE. Les pro-russes continuent d'ignorer l'accord de Genève, Le Nouvel Observateur, 19 avril 2014
  31. Ukraine : pas de nouvelles sanctions contre Moscou avant jeudi, BFMTV, 15 avril 2014
  32. Ukraine : les États-Unis préparent « activement » de nouvelles sanctions contre la Russie, RTL Info, 16 avril 2014
  33. (en) « In Serbia, an office was opened for DNR »,‎ .
  34. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/09/05/97001-20140905FILWWW00192-ukraine-un-cessez-le-feu-conclus-entre-kiev-et-les-separatistes.php

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]