Entrepierres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Entrepierres
Entrepierres
Pont de la Reine Jeanne
Blason de Entrepierres
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Forcalquier
Canton Sisteron
Intercommunalité Communauté de communes Sisteronais-Buëch
Maire
Mandat
Florence Cheilan
2017-2020
Code postal 04200
Code commune 04075
Démographie
Gentilé Interpétrasiens
Population
municipale
386 hab. (2015 en diminution de 1,03 % par rapport à 2010)
Densité 8,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 13′ 08″ nord, 6° 00′ 08″ est
Altitude Min. 455 m
Max. 1 444 m
Superficie 47,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte administrative des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Entrepierres

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte topographique des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Entrepierres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Entrepierres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Entrepierres

Entrepierres est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Son nom fait référence à sa géographie montagneuse, au bord de la Durance, entre Gap et Digne-les-Bains. Grande commune par sa taille (près de 48 km2), résultat de la fusion de trois communes, elle est petite par sa population. Comme beaucoup de communes alentour, elle a connu un exode rural important, et reste aujourd'hui axée sur des activités rurales : agriculture (dont l'agneau de Sisteron), tourisme notamment randonnées.

Le nom de ses habitants est Interpétrasiens[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte élémentaire montrant les limites de la commune, les communes voisines, les zones de végétation et les routes
Entrepierres et les communes voisines (Cliquez sur la carte pour accéder à une grande carte avec la légende).

La commune se trouve au nord des Alpes-de-Haute-Provence. Les communes limitrophes d’Entrepierres sont, dans le sens des aiguilles d’une montre et en partant du nord, Saint-Geniez, Le Castellard-Mélan, Thoard, Sourribes, Salignac, Peipin, Sisteron et Valernes.

Le site qui donne son nom à la commune.

Géologie[modifier | modifier le code]

La commune porte aussi des zones de robines.
Article connexe : Géologie des Alpes.

Le territoire se situe sur des formations calcaires provençales du Jurassique supérieur et du Crétacé inférieur (roches sédimentaires issues d'un ancien océan alpin), entre trois formations géologiques majeures des Alpes[3] :

  • la nappe de Digne à l'est[4], au niveau du lobe de Valavoire[5] : il s'agit d'une nappe de charriage, c'est-à-dire d'une dalle épaisse de près de 5 000 m qui s'est déplacée vers le sud-ouest durant l'Oligocène et la fin de la formation des Alpes. Les lobes (ou écailles) correspondent à la bordure découpée à l'ouest de la nappe ;
  • la faille de la Durance au sud-ouest, dans la vallée ;
  • le Plateau de Valensole au sud : bassin molassique du Miocène et du Pliocène composé de roches sédimentaires détritiques (dépôts liés à l'érosion des montagnes apparues à l'Oligocène).

Une mine de plomb qui était exploitée est aujourd'hui abandonnée. On note également la présence d'une ancienne carrière.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Riou de Jabron en crue.

Le territoire communal est traversée par les rivières du Riou de Jabron et du Vanson[6] (ou Vançon), affluents de la Durance[7]. Ces deux rivières ont un régime torrentiel montagnard.

Topographie[modifier | modifier le code]

Barre rocheuse en limite nord de la commune.

Le village d’Entrepierres est situé à 600 m d’altitude[8].

La Montagne de la Baume se situe à l'ouest, les rochers de Saint-Michel dans la partie est (sommet à 1 246 mètres), la colline de Saint-Joseph en limite est (1 438 mètres), la montagne de Briasc (sommet à 695 mètres) au sud-ouest, et la montagne de Gache culmine à 1 357 mètres au nord de la limite communale. Les gorges des Charenches ont été creusées en limite sud-est par le Vançon, qui coule vers le sud.

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune compte 2 339 ha de bois et forêts, soit près de la moitié de sa superficie[1].

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la partie nord des Préalpes de Digne, immédiatement à l'est de Sisteron et au nord-ouest de Digne-les-Bains.

L'autoroute A 51 passe en limite sud-ouest de la commune, la station de péage de la sortie 22 se trouvant dans la commune d’Entrepierres. Elle relie Gap au nord à Aix-en-Provence au sud. Les départementales 3, 17 et 217 maillent la commune. À l'est, la RD 217 passe sur le pont de la Reine Jeanne. Le GR 6 (GR de Pays de la grande traversée des Préalpes, qui traverse la France jusqu'en Aquitaine) traverse la partie ouest de la commune et longe la limite est.

Une gare ferroviaire desservie par les TER (Marseille-Briançon) se situe à Sisteron, ainsi qu'une gare routière.

L'aérodrome de Sisteron-Vaumeilh se situe à quelques kilomètres au nord, sur la commune de Vaumeilh.

Villages, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

L’entrée dans l’ancienne commune de Vilhosc est encore signalée.

Parmi les hameaux, on compte à proximité de la D 17 Briasc, Montuery, Vilhosc (ancienne commune), Saint-Symphorien (village ruiné), au nord près de la D3 les Meuniers, Mezien et à l'est les Naux.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Alpes-de-Haute-Provence.

La station météo la plus proche d’Entrepierres est située à Sisteron, les autres stations voisines étant plus éloignées (La Motte-du-Caire, Thoard)[9].

Relevé météorologique de la région de Sisteron
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 0,5 3 5,4 9,1 12,7 15,4 15,3 12 8,2 3,7 1,1 7,2
Température moyenne (°C) 4,3 5,7 8,7 11,2 15,3 19,2 22,4 22,1 18 13,4 8,2 5,2 12,8
Température maximale moyenne (°C) 8,6 10,9 14,4 16,9 21,4 25,7 29,3 28,9 24 18,5 12,6 9,3 18,4
Précipitations (mm) 26,9 24,3 23,8 44 40 27,9 20,9 32,7 45,9 53,5 52,4 30,7 423
Source : Relevé météo de Sisteron[10]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
8,6
0
26,9
 
 
 
10,9
0,5
24,3
 
 
 
14,4
3
23,8
 
 
 
16,9
5,4
44
 
 
 
21,4
9,1
40
 
 
 
25,7
12,7
27,9
 
 
 
29,3
15,4
20,9
 
 
 
28,9
15,3
32,7
 
 
 
24
12
45,9
 
 
 
18,5
8,2
53,5
 
 
 
12,6
3,7
52,4
 
 
 
9,3
1,1
30,7
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Le climat montagnard perturbe souvent la circulation routière : ici une route engravée par des pluies abondantes.
Ici, éboulement ayant entraîné un arbre sur la RD 17.

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque sismique nul. Le canton de Sisteron auquel appartient Entrepierres est en zone 1b (sismicité faible) selon la classification déterministe de 1991, basée sur les séismes historiques[11], et en zone 4 (risque moyen) selon la classification probabiliste EC8 de 2011[12]. La commune d’Entrepierres est également exposée à trois autres risques naturels[12] :

  • feu de forêt ;
  • inondation (notamment dans les vallées de la Durance et de son affluent le riou de Jabron) ;
  • mouvement de terrain.

La commune d’Entrepierres est également exposée à deux risques d’origine technologique :

  • le risque transport de matières dangereuses : la commune est traversée par l’autoroute A51 qui peut être empruntée par les véhicules transportant des matières dangereuses[13]. Il s’agit essentiellement de transport de matières premières à destination ou de produits finis sortant des usines Arkema de Château-Arnoux-Saint-Auban et Sanofi-Chimie de Sisteron[14] ;
  • celui de rupture de barrage[15]. En cas de rupture du barrage de Serre-Ponçon, la partie de la commune située en bordure de la Durance serait menacée par l’onde de submersion[16].

Il n’existe pas de plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) pour la commune, mais un plan des surfaces submersibles a été conçu en 1961[15] ; le Dicrim n’existe pas non plus[17].

La commune a été l’objet de plusieurs arrêtés de catastrophe naturelle, pour des inondations et des coulées de boue en 1994, et pour des mouvements de terrain liés à la sécheresse en 1989 et 1997[12]. Les tremblements de terre ressentis à Entrepierres le sont en général de manière très atténuée[18].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La Baume du Trou de l’Argent, en limite de commune de Sisteron, sous la crête de Beaudouze, a changé de nom récemment (auparavant, on l’appelait Baume Rolland), à cause des découvertes de monnaies antiques[19]. Le nom de la commune est formé de l’occitan inter (entre) et pèira (pierre), entre les rochers[20].

Le nom de Vilhosc est formé sur le nom de personne romain Villius, augmenté du suffixe gaulois -osc[21].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Dans l’Antiquité, le territoire des trois communes de Vilhosc, Saint-Symphorien et Entrepierres était partagé entre les Sogiontiques (Sogiontii), dans la vallée de la Durance, et les Bodiontiques, dans celle de la Bléone. Les Sogiontiques sont fédérés aux Voconces, et après la conquête romaine, ils sont rattachés avec eux à la province romaine de Narbonnaise. Au IIe siècle, ils sont détachés des Voconces et forment une civitas distincte, avec pour capitale Segustero (Sisteron)[22].

Au Moyen Âge, les trois communautés relevaient de la viguerie de Forcalquier[21].

Entrepierres[modifier | modifier le code]

Entrée voûtée du village d’Entrepierres (2013).

La Baume du Trou de l’Argent, en limite de commune de Sisteron, sous la crête de Beaudouze, a été occupée à l’époque néolithique[19].

La localité apparaît pour la première fois dans les chartes en 1040 (Inter Petras)[21]. Le fief d’Entrepierres était morcelé entre de nombreuses familles nobles[23]. L’église Saint-Geniez dépend d’abord de l’abbaye Saint-Victor de Marseille[21].

Pendant les guerres de religion, le monastère de Saint-Puech (actuel hameau de Saint-Puy), situé sur la terrasse dominant la Durance, est saccagé et sa voûte s’effondre. Il est abandonné et jamais restauré[21].

Saint-Symphorien[modifier | modifier le code]

Quelques bâtiments de l’ancien village de Saint-Symphorien.

La communauté de Saint-Symphorien est citée au XIe, Sanctus Symphorianus[24]. Au Moyen Âge, l’église Saint-Symphorien dépendait de l’abbaye de Chardavon (actuellement dans la commune de Saint-Geniez), abbaye qui percevait les revenus attachés à cette église[25]. Le prieuré Saint-Gervais était dans la même situation[25]. Le château et le fief appartenaient à la famille Rodulph, puis passa aux Oraison du XVe au XVIe siècle, puis aux Valbelle jusqu’à la Révolution[24].

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. La communauté de Saint-Symphorien se rallie au parti angevin après la mort de celui-ci, la question de faire partie du domaine royal et donc relever d’un autre régime légal et fiscal, ayant vraisemblablement un rôle dans la décision de la communauté[26]. En 1392, Raimond de Turenne détruit le château de Saint-Symphorien, qui était situé sur la colline appelée la Tour (à l'est du village)[21]. La peste noire et ces destructions dues aux routiers, dans le sillage de la guerre de Cent Ans, causent la disparition de la communauté de Saint-Symphorien. Alors qu’elle comptait 68 feux au dénombrement de 1315, elle est complètement désertée à celui de 1471. En 1765, elle comptait 223 habitants[24].

Durant la Révolution française, pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, la commune de Saint-Symphorien change de nom pour Pont-sur-Vanson[27].

Vilhosc[modifier | modifier le code]

Vilhosc est cité au XIe siècle, Vilioscum[28]. En 1471, la communauté de Vilhosc comptait 24 feux, et 202 habitants en 1765[28]. Le fief de Vilhosc relevait de la famille des Brancas aux XVe et XVIe siècles, avant de passer aux Latil (XVIIe siècle), puis aux Valbelle[28].

Vilhosc était la seule des trois communautés à ne pas payer la queste aux comtes de Provence (puis à leurs successeurs, les rois de France) jusqu'à la Révolution, par privilège accordé par Alphonse Ier, comte de Provence et roi d'Aragon[29]. Lors de la crise ouverte par la mort de la reine Jeanne Ire, Armand Barras, seigneur de Vilhosc, soutient Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Le ralliement de Sisteron à la cause angevine, en 1386, entraîne son changement d’engagement, et il prête hommage au jeune duc d’Anjou, Louis II, le 31 mars 1386[30].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1851, à la suite du coup d'État du 2 décembre de Louis-Napoléon Bonaparte, les pays de Sisteron, Forcalquier, Manosque développent une résistance pour défendre la République : 15 000 hommes prennent les armes[31]. Les résistants prennent le contrôle de la préfecture à Digne, et forment un « Comité départemental de résistance ». Mais le soulèvement du département a lieu en retard du reste de la France : quand les premiers succès sont acquis, le coup d'État a déjà vaincu toute résistance ailleurs. Les défenseurs de la Deuxième République préfèrent se disperser. Après l’échec de l’insurrection, une sévère répression s’abat sur ceux qui se sont levés pour défendre la République, dont un habitant de Saint-Symphorien[32].

Les plaques commémoratives faisant office de monument aux morts pour Entrepierres et Vilhosc. Saint-Symphorien n’est pas représenté.

En 1863, Entrepierres et Saint-Symphorien dispensaient déjà une instruction primaire aux garçons : à Entrepierres, il y avait trois écoles (au village chef-lieu, à Mézien et aux Naux), et Saint-Symphorien en avait une seule. Vilhosc était dépourvu d’école[33]. Dans les trois communes, aucune instruction n’est donnée aux filles : ni la loi Falloux (1851) qui impose l’ouverture d’une école de filles aux communes de plus de 800 habitants, ni la première loi Duruy (1867), qui abaisse ce seuil à 500 habitants, ne les concernent[34],[35]. Les subventions accordées par la deuxième loi Duruy (1877) permettent de construire une école neuve à Entrepierres et à Saint-Symphorien ; à Vilhosc, les subventions sont utilisées pour améliorer le bâtiment[36]. Et ce n’est qu’avec les lois Ferry que les petites filles de trois communes sont scolarisées.

Les trois communes subissent un important exode rural des années 1850 à 1968. Elles sont également touchée par les épisodes mortels régionaux ou nationaux : épidémies de choléra puis guerres mondiales (hommes morts au front durant la Première Guerre mondiale). Durant la Seconde Guerre mondiale, le département est occupé par l'Italie de novembre 1942 à septembre 1943, puis par l'Allemagne nazie jusqu'en août 1944. À cette date, la ville voisine de Sisteron est bombardée par les alliés dans le cadre du débarquement de Provence, puis libérée, ainsi qu'Entrepierres.

Jusqu’au milieu du XXe siècle, la vigne était cultivée à Entrepierres, Vilhosc et Saint-Symphorien. Le vignoble occupait une surface de 67 hectares, essentiellement détenue par des habitants de Sisteron. Il produisait un vin destiné en partie à l’autoconsommation, mais surtout au marché de Sisteron. Cette culture est aujourd’hui abandonnée[37].

En 1975, les communes d'Entrepierres, Vilhosc et Saint-Symphorien sont regroupées[38].

Légende[modifier | modifier le code]

Une ancienne légende raconte que le partage des fiefs de la vallée du Haut-Vançon s’est fait sur le pointu de Serette. Quatre seigneurs ont écarté les bras en se tournant le dos, ce qui était contenu entre leurs bras devenait leur fief. Les fiefs d’Entrepierres, Vilhosc, Saint-Geniez et Authon naquirent ainsi[39].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

De par sa taille, la commune dispose d'un conseil municipal de 11 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[40]). Lors du scrutin de 2008 il y eut deux tours (sept élus au premier tour et quatre au second) Michel Maillard a été élu conseiller municipal au premier tour avec le quatrième total de 133 voix soit 55,42 % des suffrages exprimés. La participation a été de 89,55 % . il a ensuite été nommé maire par le conseil municipal [41].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des maires de France.

L'élection du maire est la grande innovation de la Révolution de 1789. De 1790 à 1795, les maires sont élus au suffrage censitaire pour 2 ans. De 1795 à 1800, il n’y a pas de maires, la commune se contente de désigner un agent municipal qui est délégué à la municipalité de canton.

En 1799-1800, le Consulat revient sur l'élection des maires, qui sont désormais nommés par le pouvoir central. Ce système est conservé par les régimes suivants, à l'exception de la Deuxième République (1848-1851). Après avoir conservé le système autoritaire, la Troisième République libéralise par la loi du 5 avril 1884 l'administration des communes : le conseil municipal, élu au suffrage universel, élit le maire en son sein.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 mars 1959 Henri Paret[42]    
mars 1959 1983 Henri Moullet    
mars 1983 mars 1995 Jean Luc Bonnaure    
mars 1995 juin 1995 Jean Cheilan    
juin 1995 mars 2008 Philippe Curti    
mars 2008 2014 Michel Maillard[43]    
avril 2014 décembre 2016 M. Dominique Carnel[44] DVD Cadre
démissionnaire
10 février 2017 en cours
(au 21 février 2017)
Florence Cheilan[45]    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Entrepierres fait partie :

Instances administratives et juridiques[modifier | modifier le code]

Entrepierres est une des quinze communes du canton de Sisteron, qui totalisait 12 622 habitants en 2012[46]. Le canton a fait partie de l’arrondissement de Sisteron du au , date de son rattachement à l'arrondissement de Forcalquier et de la deuxième circonscription des Alpes-de-Haute-Provence. Entrepierres fait partie du canton de Sisteron depuis 1801 après avoir fait partie du canton de Saint-Geniez de 1793 à 1801[38]. Entrepierres fait partie de la juridiction d’instance et prud'homale de Manosque, et de grande instance de Digne-les-Bains[47].

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Entrepierres en 2009[48]
Taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation 5,60 % 0,66 % 5,53 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties 14,27 % 1,94 % 14,49 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties 61,89 % 4,07 % 47,16 % 8,85 %
Taxe professionnelle 14,27 % 1,21 % 10,80 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[49]).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Entrepierres[modifier | modifier le code]

En 2015 en diminution de 1,03 % par rapport à 2010, la commune d'Entrepierres comptait 386 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour Entrepierres). Les autres « recensements » sont des estimations.

Évolution démographique
1315 1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
20 feuxinhabité372421407413383473447432
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
474452439414422397367373346352
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
344302307280218218177157157136
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
10680136163205312379390--
Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale depuis 2006
(Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[23], EHESS[38], Insee à partir de 1968[50],[51],[52])

L’histoire démographique d'Entrepierres, après la saignée des XIVe et XVe siècles et le long mouvement de croissance jusqu’au début du XIXe siècle, est marquée par une période d’« étale » où la population reste relativement stable à un niveau élevé. Cette période dure des années 1811 à 1866. L’exode rural provoque ensuite un mouvement de recul démographique de longue durée. En 1921, la commune a perdu plus de la moitié de sa population par rapport au maximum historique de 1846[53]. Le mouvement de baisse se poursuit jusqu’aux années 1970 et la fusion avec Vilhosc et Saint-Symphorien (qui comptaient ensemble une trentaine d'habitants au dernier recensement avant la fusion). Depuis, le mouvement s'est inversé, avec une croissance forte et régulière qui a permis une multiplication de la population par cinq en quarante ans.

Histogramme de l'évolution démographique

Saint-Symphorien[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de Saint-Symphorien jusqu'à la suppression de la commune
1315 1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831
68 feuxinhabité223233154151201213
1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872
213172167180175167154155
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
13912813610176565857
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
16141876426
(Sources : EHESS[54])

Saint-Symphorien est encore plus touché par la crise des XIVe et XVe siècles, puisque la communauté est anéantie. Au XIXe siècle, la commune est elle aussi marquée par une période d’« étale », mais qui y dure peu de temps, de 1811 à 1836. L’exode rural est donc précoce à Saint-Symphorien. En 1891, la commune a déjà perdu plus de la moitié de sa population par rapport au maximum historique de 1836[55]. Ce mouvement de baisse continue jusqu'à la désertification actuelle.

Vilhosc[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de Vilhosc jusqu'à la suppression de la commune
1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836
24 feux202261248229254255307
1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876
307292304253242219205189
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
1731701601571461429282
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 -
67513436342728-
(Sources : EHESS[56])

La période d’« étale » de Vilhosc dure de 1836 à 1856. L’exode rural est moins précoce qu'à Saint-Symphorien, mais plus rapide : en 1901, la commune a perdu plus de la moitié de sa population par rapport au maximum historique de 1836-1841[53]. L'exode s’accélère même avant la Première Guerre mondiale, et continue jusqu'aux années 1960 et la fusion avec Entrepierres et Saint-Symphorien.

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école.

La commune dispose d’une école primaire publique[57],[58]. Ensuite, les élèves sont affectés au collège de la cité scolaire Paul-Arène à Sisteron[59],[60]. Puis les élèves poursuivent au lycée de la cité scolaire Paul-Arène à Sisteron[61].

Santé[modifier | modifier le code]

Il existe à Sisteron un hôpital dépendant du centre hospitalier intercommunal des Alpes du Sud dont le siège est à Gap[62].

Cultes[modifier | modifier le code]

Avant de faire partie du canton de Sisteron, Entrepierres faisait partie du diocèse de Gap et de la viguerie de Sisteron[63].

Économie[modifier | modifier le code]

Il existe un tourisme de montagne (randonnées, gîtes…), de l'agriculture (ferme d'élevage, vente directe).

Aperçu général[modifier | modifier le code]

En 2009, la population active s’élevait à 185 personnes, dont 16 chômeurs[64] (22 fin 2011[65]). Ces travailleurs sont majoritairement salariés (79 %)[66] et travaillent majoritairement hors de la commune (79 %)[66].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur primaire (agriculture, sylviculture, pêche) comptait 24 établissements actifs au sens de l’Insee (exploitants non-professionnels inclus), soit près de la moitié des établissements de la commune, et un emploi salarié[67].

Le nombre d’exploitations professionnelles, selon l’enquête Agreste du ministère de l’Agriculture, est de onze en 2010. Il était de cinq en 2000[68], de vingt en 1988[69]. Actuellement, ces exploitants sont essentiellement tournés vers les grandes cultures et l’arboriculture[68]. Une ferme pédagogique, élevant dix races différentes d'ânes, est installée à Entrepierres depuis 2013[70]. De 1988 à 2000, la surface agricole utile (SAU) a chuté, de 736 ha à 323 ha[69]. Elle a ensuite légèrement augmenté lors de la dernière décennie, à 367 ha[68].

Les agriculteurs de la commune d'Entrepierres peuvent prétendre à trois labels appellation d'origine contrôlée (AOC) (dont le banon) et à neuf labels indication géographique protégée (IGP), dont les pommes des Alpes de Haute-Durance, le miel de Provence et l'agneau de Sisteron[71].

Parmi ces labels, ceux concernant le vin (alpes-de-haute-provence (IGP) blanc, rouge et rosé et VDP de Méditerranée blanc, rouge et rosé) ne sont pas utilisés, la vigne n’étant pas cultivée pour une production commerciale dans la commune[37].

Au contraire, la culture de l’olivier, pratiquée dans la commune depuis des siècles, s'est maintenue à Entrepierres, tout en étant limitée à des surfaces restreintes. Le terroir de la commune se situe en effet à la limite altitudinale de l’arbre, qui ne peut que difficilement être exploité au-delà des 650 mètres. Actuellement, l’oliveraie communale compte moins de 1 000 pieds[72]. L’huile produite à partir des olives récoltées dans la commune bénéficie des AOC huile d’olive de Provence et huile d’olive de Haute-Provence[71].

Productions agricoles d’Entrepierres[réf. nécessaire].

Industrie[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur secondaire (industrie et construction) comptait huit établissements, employant quatre salariés[67].

Activités de service[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur tertiaire (commerces, services) comptait 15 établissements (avec 11 emplois salariés), auxquels s’ajoutent les quatre établissements du secteur administratif (regroupé avec le secteur sanitaire et social et l’enseignement), salariant sept personnes[67].

D'après l’Observatoire départemental du tourisme, la fonction touristique est importante pour la commune, avec entre un et cinq touristes accueillis par habitant[73], l’essentiel de la capacité d'hébergement étant non-marchande[74]. Plusieurs structures d’hébergement à finalité touristique existent dans la commune :

Les résidences secondaires apportent un complément à la capacité d’accueil[79] : au nombre de 83, elles représentent un tiers des logements[76],[80].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les rochers de Saint-Michel surplombent le Riou et le village.

Le pont dit de la reine Jeanne (faisant référence à la reine Jeanne) se situe sur le Vançon, entre les anciennes communes de Vilhosc et de Saint-Symphorien. En dos-d’âne, son arche mesure 10 m de diamètre, et soutient une chaussée large de 2,17 m ; il date du XVIIe ou du XVIIIe siècle[81], inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques[82].

Il existe des vestiges d’un four à plâtre aux Naux[83].

Le château de Briasc.

Le château de Briasc à Entrepierres est une demeure seigneuriale, avec imitation de tour par un renflement de la façade et fenêtre à meneau (XVIIe siècle)[84]. Des ruines du château de Roche sont présentes à Vilhosc.

La baume du Trou de l’Argent possède une inscription gravée dans une paroi de la grotte de Xavier Dechaux, qu’il laissa lorsqu’il fut de passage sur la commune, à l’été 1865[85]. Il a également laissé des inscriptions sur la montagne de Gache.

Art religieux[modifier | modifier le code]

On compte trois églises sur la commune : l'église Saint-Marc à Entrepierres (tour du clocher-porche très fine[86]), très austère et datée dans son état actuel du XVIIe siècle[21] ; l'église Saint-Symphorien à Saint-Symphorien[21] ; l'église Saint-Saturnin à Mézien, du XVIIe également[21]. Cette dernière église, aujourd'hui désaffectée, a récemment été renforcée d’un arc-boutant et de contreforts de béton côté nord.

Le prieuré Saint-Gervais-et-Saint-Protais de Vihosc, sous une ferme, comprend une crypte classée monument historique[87],[21], à proximité de Dromon (milieu du XIe siècle selon Raymond Collier[88], entre la deuxième moitié du Xe et la première moitié du XIe selon la DRAC).

La chapelle Saint-Pierre de Naux, quelques kilomètres à l’est de Mézien, peut dater du début du XVIe siècle. Elle a été récemment restaurée[21].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir. Wikimedia Commons présente d’autres illustrations sur les églises d'Entrepierres.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Entrepierres

Blasonnement :
« De sinople à deux grands rochers d’argent mouvants l’un du flanc dextre, l’autre du sénestre d’un bourg composé d’une église et de plusieurs maisons aussi d’argent, essorées de sable, bâti au pied du rocher à sénestre et une rivière d’argent mouvant du rocher à dextre et coulant le long de ce bourg. »[89]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Camille Reymond (1884-1967), député aux Assemblées constituantes de 1945-1946

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Irène Magnaudeix, Pierres assisses, pierres mouvantes : Usages et représentations de la pierre par les habitants du Haut-Vançon, Mane, Les Alpes de Lumière, Forcalquier, 2004. (ISBN 2-906162-73-6)
  • Philippe Nucho, Le roman d'Entrepierres, histoire des communautés d'Entrepierres, Vilhosc et Saint Symphorien", Édition S.E.L

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roger Brunet, « Canton de Sisteron », Le Trésor des régions, consultée le 9 juin 2013.
  2. « Habitants de Entrepierres », sur habitants.fr.
  3. Les chaînons de Digne, Carte très schématique, montrant les rapports entre les chaînons des Baronnies orientales (moitié nord) et ceux de Digne (moitié sud), avec l'avant-pays de la nappe de Digne (partie occidentale), par Maurice Gidon, professeur de géologie à l'Université de Grenoble.
  4. Carte géologique de la France au 1:1 000 000
  5. Maurice Gidon, La Nappe de Digne et les structures connexes.
  6. SANDRE, « rivière Le Vançon » (consulté le 28 aout 2008)
  7. SANDRE, « Fiche rivière la durance (X---0000) » (consulté le 31 août 2008)
  8. Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 p. (non-paginé) (ISBN 2-7399-5004-7).
  9. Météo-France, « Réseau des postes du Sud-Est », Climathèque, consultée le 11 mars 2013
  10. « Relevé météo de Sisteron », MSN Météo
  11. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence (DDRM), 2008, p. 39.
  12. a, b et c Ministère de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement, Notice communale sur la base de données Gaspar, mise à jour le 27 mai 2011, consultée le 21 juillet 2012.
  13. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 80.
  14. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 74.
  15. a et b Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 96.
  16. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 88.
  17. Formulaire de recherche, base Dicrim, consultée le 21 juillet 2011.
  18. BRGM, « Épicentres de séismes lointains (supérieurs à 40 km) ressentis à Entrepierres », Sisfrance, mis à jour le 1er janvier 2010, consulté le 21 juillet 2012.
  19. a et b Irène Magnaudeix, Pierres assisses, pierres mouvantes : Usages et représentations de la pierre par les habitants du Haut-Vançon, Mane, Les Alpes de Lumière, Forcalquier, 2004. (ISBN 2-906162-73-6), p. 37.
  20. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 2 : Formations non-romanes ; formations dialectales, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 194), , 676 p. (ISBN 978-2-600-00133-5, lire en ligne). § 21971, p. 1178.
  21. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Daniel Thiery, « Entrepierres », Aux origines des églises et chapelles rurales des Alpes-de-Haute-Provence, publié le 19 décembre 2010, mis à jour le 21 décembre 2010, consulté le 21 juillet 2012.
  22. Brigitte Beaujard, « Les cités de la Gaule méridionale du IIIe au VIIe s. », Gallia, 63, 2006, CNRS éditions, p. 18-19.
  23. a et b Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, 1969 (notice BnF no FRBNF35450017), p. 174
  24. a, b et c Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit., p. 198.
  25. a et b Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit., carte 72.
  26. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 411.
  27. Jean-Bernard Lacroix, « Naissance du département », in La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p. 114.
  28. a, b et c Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit., p. 206.
  29. Édouard Baratier, La démographie provençale du XIIIe au XVIe siècles, avec chiffres de comparaison pour le XVIIIe siècle, Paris : SEVPEN/EHESS, 1961. Collection « Démographie et société », 5. p. 21.
  30. G. Xhayet, op. cit., p. 422.
  31. René Merle, conférence donnée à l'Escale le 17 février 2008
  32. Henri Joannet, Jean-Pierre Pinatel, « Arrestations-condamnations », 1851-Pour mémoire, Les Mées : Les Amis des Mées, 2001, p. 72.
  33. Jean-Christophe Labadie (directeur), Les Maisons d’école, Digne-les-Bains, Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, (ISBN 978-2-86-004-015-0), p. 9.
  34. Labadie, op. cit., p. 16.
  35. Labadie, op. cit., p. 18.
  36. Labadie, op. cit., p. 11.
  37. a et b André de Réparaz, « Terroirs perdus, terroirs constants, terroirs conquis : vigne et olivier en Haute-Provence XIXe – XXIe siècles », Méditerranée, 109 | 2007, p. 56 et 59.
  38. a, b et c EHESS, notice communale d’Entrepierres, consultée le 24 juillet 2009.
  39. Irène Magnaudeix, op. cit., p 26
  40. « nombre des membres du conseil municipal des communes », Legifrance
  41. « Résultats élections municipales 2008 à Entrepierres », sur linternaute.com
  42. [Sébastien Thébault, Thérèse Dumont], « La Libération », Basses-Alpes 39-45, publié le 31 mars 2014, consulté le 3 avril 2014.
  43. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, De Cruis à Hospitalet(L’) (liste 3), consulté le 8 mars 2013.
  44. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, « Liste des maires », 2014, consultée le 20 octobre 2014.
  45. Françoise Latour, "Nouveau maire et nouveaux adjoints", Haute-Provence Info, n° 7, 17-23 février 2017, p. 26.
  46. « Les populations légales 2012 des nouveaux cantons en vigueur à partir du 1er janvier 2015 » [PDF], sur le site de l'INSEE, (consulté le 28 octobre 2015), p. 4 (5 sur PDF).
  47. « Les Juridictions judiciaires des Alpes-de-Haute-Provence », Ministère de la Justice et des Libertés.
  48. « Impôts locaux à Entrepierres », sur taxe.com.
  49. Loi no 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  50. « Résultats du recensement de la population - Entrepierres », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012).
  51. « Recensement de la population au 1er janvier 2006 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012).
  52. « Populations légales 2011 en vigueur le 1er janvier 2014 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2014).
  53. a et b Christiane Vidal, « Chronologie et rythmes du dépeuplement dans le département des Alpes de Haute-Provence depuis le début du XIXe siècle. », Provence historique, tome 21, no 85, 1971, p. 288.
  54. EHESS, notice communale de Saint-Symphorien sur la base de données Cassini, consultée le 12 novembre 2013.
  55. Christiane Vidal, op. cit., p. 287.
  56. EHESS, notice communale de Vilhosc sur la base de données Cassini, consultée le 12 novembre 2013.
  57. « Établissement primaires publics des Alpes-de-Haute-Provence », Inspection académique des Alpes-de-Haute-Provence
  58. Inspection académique des Alpes-de-Haute-Provence, Liste des écoles de la circonscription de Sisteron, publiée le 27 avril 2010, consultée le 31 octobre 2010.
  59. « Sectorisation des collèges des Alpes-de-Haute-Provence », Académie Aix-Marseille,
  60. « Site de la cité scolaire [[Paul Arène]] », Académie Aix-Marseille,
  61. « Sectorisation des lycées des Alpes-de-Haute-Provence », Académie Aix-Marseille,
  62. CHICAS, site du Centre Hospitalier des Alpes du Sud Gap-Sisteron
  63. Daniel Thiery, « Entrepierres », Archeoprovence,
  64. Insee, Dossier local - Commune : Entrepierres, p. 5 (mis à jour le 28 juin 2012).
  65. Insee, Dossier local, p. 8.
  66. a et b Insee, Dossier local, p. 7.
  67. a, b et c Insee, Dossier local, p. 16.
  68. a, b et c Ministère de l'Agriculture, « Orientation technico-économique de l’exploitation », Recensements agricoles 2010 et 2000. (lien : attention, le fichier fait 4,4 Mio).
  69. a et b Insee, « Exploitations agricoles en 1988 et 2000 », Insee, 2012 (fichier de 24,6 Mio).
  70. « Bienvenue au domaine d'Aragon, ferme pédagogique et écologique », La Provence, 7 août 2013, p. 9.
  71. a et b « Liste des appellations AOC et IGP à Entrepierres », sur INAO.
  72. Réparaz, op. cit., p. 58.
  73. Observatoire départemental du tourisme, Atlas de l'hébergement touristique, décembre 2008, p. 6.
  74. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 7.
  75. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 21, 23 et 24.
  76. a et b Insee, Dossier local, op. cit., p. 17.
  77. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 32.
  78. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 36.
  79. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 44.
  80. Insee, « Hébergements touristiques des communes, 2008, 2009 et 2012 », Insee, 2012 (fichier de 20,8 Mio).
  81. Notice qui lui est consacrée par Guy Barruol in Guy Barruol, Philippe Autran et Jacqueline Ursch, D'une rive à l'autre : les ponts de Haute-Provence de l’Antiquité à nos jours, Les Alpes de Lumière no 153, Forcalquier 2006, p. 77.
  82. Arrêté du 3 novembre 1987, « Pont de la Reine Jeanne », notice no PA00080384, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 29 août.
  83. Irène Magnaudeix, op. cit., p. 80-81.
  84. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p., p. 270-271.
  85. Irène Magnaudeix, op. cit., p. 163-164.
  86. Raymond Collier, op. cit., p. 216.
  87. Arrêté du 12 juillet 1934, « Ferme du prieuré de Vilhosc », notice no PA00080383, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 29 août.
  88. Raymond Collier, op. cit., p. 408.
  89. Louis de Bresc Armorial des communes de Provence 1866. Réédition - Marcel Petit CPM - Raphèle-lès-Arles 1994.