Ubraye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ubraye
Ubraye
Ubraye.
Blason de Ubraye
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Castellane
Intercommunalité Communauté de communes Alpes Provence Verdon - Sources de Lumière
Maire
Mandat
Claude Roustan
2020-2026
Code postal 04240
Code commune 04224
Démographie
Population
municipale
99 hab. (2021 en augmentation de 12,5 % par rapport à 2015)
Densité 2,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 54′ 33″ nord, 6° 41′ 51″ est
Altitude Min. 720 m
Max. 1 938 m
Superficie 35,65 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Castellane
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Ubraye
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Ubraye
Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence
Voir sur la carte topographique des Alpes-de-Haute-Provence
Ubraye
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Ubraye

Ubraye est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Le nom de ses habitants est Ubrayens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte élémentaire montrant les limites de la commune, les communes voisines, les zones de végétation et les routes
Ubraye et les communes voisines (Cliquez sur la carte pour accéder à une grande carte avec la légende).

La commune est composée de 5 petits villages : Ubraye (à 949 m d'altitude[2]), Rouainette (à 1 230 m d'altitude[2]), Laval, Jaussier et le Touyet (qui est une paroisse à partir de 1807[3]).

Les villages d’Ubraye et de Rouainette sont des villages perchés.

La seule route d'accès au Touyet est construite en 1954, l’électricité n’arrive qu’en 1958[4], le téléphone en 1934 (une cabine financée par le conseil général) et la télévision en 1962 (antenne de Valberg)[5].

Hameaux[modifier | modifier le code]

  • Laval,
  • Rouainette,
  • Le Touyet,
  • Jaussiers.

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune compte 960 ha de bois et forêts[1].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

  • La Bernarde (1 941 m),
  • Sommet de la Pène.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Pont abandonné sur la RD 10[6].

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale RD 10.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune d’Ubraye est exposée à trois risques naturels[7] :

  • feu de forêt,
  • inondation,
  • mouvement de terrain : quelques versants de la commune sont concernés par un aléa moyen à fort[8].

La commune d’Ubraye n’est exposée à aucun des risques d’origine technologique recensés par la préfecture[9] et aucun plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) n’existe pour la commune[9] ; le Dicrim n’existe pas[10].

Sismicité[modifier | modifier le code]

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque sismique nul. Le canton d'Annot auquel appartient Ubraye est en zone 1b (sismicité faible) selon la classification déterministe de 1991, basée sur les séismes historiques[11], et en zone 4 (risque moyen) selon la classification probabiliste EC8 de 2011[7].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[12] :

  • torrent la galange,
  • ravins de farney, de chabre mourte, du riou, de la combe garnier, de la fouent, du tuvéras, de chambre fache, des jardins, de la basse, de saint-jean, de paillon,
  • ruisseaux de laval, la bernade.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat des marges montargnardes, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[13]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne ou de marges de montagne et est dans une zone de transition entre les régions climatiques « Var, Alpes-Maritimes  » et « Alpes du sud »[14].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,1 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,3 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 072 mm, avec 6 jours de précipitations en janvier et 5,2 jours en juillet[13]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Méailles_sapc », sur la commune de Méailles à 14 km à vol d'oiseau[15], est de 11,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 033,2 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 38,3 °C, atteinte le ; la température minimale est de −14,2 °C, atteinte le [Note 1],[16],[17].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[18]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[19].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village, tel qu’il apparaît la première fois en 1125 (Bertrannus de Ubraia), est issu d’un nom de personne gaulois, Eburos ou Eburus, avec le suffixe -aco, signifiant ainsi terre d’Eburos. C’est un des très rares cas où le suffixe -aco a été féminisé[20],[21],[22].

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Patrimoine agricole :

Commerces[modifier | modifier le code]

Patrimoine artisanal et industriel :

Tourisme[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La localité apparaît pour la première fois dans les chartes en 1125[31]. L’église et les revenus qui en dépendaient relevaient des évêques d’Entrevaux[32] et la seigneurie était aux comtes de Provence[32]. Elle passe ensuite aux Pontevès, puis à la branche des Clary-Pontevès (1408-Révolution). La dîme alors perçue était d’un treizième des récoltes (le treizain)[33]. L’abbaye Saint-Eusèbe d'Apt a été propriétaire d’un prieuré à Ubraye[34].

La communauté relève d’abord de la viguerie de Castellane, puis de celle d’Annot quand celle-ci est créée[32],[35].

Durant la Révolution française, pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, la commune change de nom pour Enchastrayes[36].

La Révolution et l’Empire apportent nombre d’améliorations, dont une imposition foncière égale pour tous, et proportionnelle à la valeur des biens de chacun. Afin de la mettre en place sur des bases précises, la levée d’un cadastre est décidée. La loi de finances du précise ses modalités, mais sa réalisation est longue à mettre en œuvre, les fonctionnaires du cadastre traitant les communes par groupes géographiques successifs. Ce n’est qu’en 1830 que le cadastre dit napoléonien d’Ubraye est achevé[37].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie d'Ubraye.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[38]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1862 1891 Auguste Reboul    
1891 1896 Benjamin Reboul    
1896 1903 Jean Mandine    
1903 1904 Joseph Clenchard    
1904 1905 Ferdinand Trabaud    
1905 1908 Philippe Sauvaire    
1908 1925 Ferdinand Trabaud    
1925 1943 Joseph Philip    
1943 1945 Michel Olive Germain    
1945 1977 Émile Boule    
1977 1989 Eugène Duprat    
1989 En cours
(au 21 octobre 2014)
Claude Roustan[39],[40],[41]   Retraité de la fonction publique

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Ubraye a fait partie, de 2004 à 2016, de la communauté de communes Terres de Lumière ; celle-ci a fusionné avec d'autres communautés de communes du sud-est du département pour constituer, le , la communauté de communes Alpes Provence Verdon - Sources de Lumière.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Ubraye est une commune rurale[Note 2],[42]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[43],[44]. La commune est en outre hors attraction des villes[45],[46].

La communauté de communes Alpes Provence Verdon - Sources de Lumière, créée le avec effet le , regroupe désormais 41 communes. Cet établissement public de coopération intercommunale (EPCI) s'est engagé dans une démarche d’élaboration d’un plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi)[47].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (97,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (97,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (57,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (31 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (9,5 %), prairies (2,5 %)[48].

L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2021, Ubraye comptait 99 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2004, 2009, 2014, etc. pour Ubraye). Depuis 2004, les autres chiffres sont des estimations.

Évolution de la population  [ modifier ]
1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
637628530558599566590609639
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
606666657605538522509507444
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
423357332330280248218179152
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006
1118977594310485110107
2009 2014 2019 2021 - - - - -
1048910099-----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[49] puis Insee à partir de 2006[50].)
Évolution démographique avant 1793
1302 1315 1471
85 feux[51]75 feux21 feux
(Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[31])

L’histoire démographique d’Ubraye, après la saignée des XIVe et XVe siècles et le long mouvement de croissance jusqu’au début du XIXe siècle, est marquée par une période d’« étale » où la population reste relativement stable à un niveau élevé. Cette période de 1811 à 1866. L’exode rural provoque ensuite un mouvement de recul démographique de longue durée, et assez rapide, puisque dès 1911, la commune enregistre la perte de la moitié de sa population du maximum historique de 1856[52]. Le mouvement de recul se poursuit tardivement, et ne s’interrompt que dans les années 1980. Depuis, la population s’est stabilisée autour d’une centaine d’habitants.

Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Comme de nombreuses communes du département, Ubraye se dote d’écoles bien avant les lois Jules Ferry : en 1863, elle compte déjà trois écoles dispensant une instruction primaire aux garçons, au village chef-lieu et aux hameaux du Touyet et de Jaussiers. De plus, en limite communale, une école existe au hameau de Rouaine, appartenant à la commune d’Annot[53]. Aucune instruction n’est donnée aux filles : la loi Falloux (1851) n’impose l’ouverture d’une école de filles qu’aux communes de plus de 800 habitants, et ne concerne pas Ubraye[54]. La première loi Duruy (1867), qui abaisse ce seuil à 500 habitants, n’est pas appliquée[55]. Ce n’est qu’avec les lois Ferry que les filles d’Ubraye sont scolarisées. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.

Santé[modifier | modifier le code]

Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.

Cultes[modifier | modifier le code]

Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village, pour se défendre des coups de main et des attaques impromptues, est construit tourné vers la place centrale, les façades extérieures formaient une enceinte défensive[56].

L’église paroissiale, placée sous l’invocation de saint Julien, au village d’Ubraye, est d’architecture romane ; construite dans la seconde moitié du XIIIe siècle, elle a été reprise de nombreuses fois, jusqu’à la dernière restauration dans les années 1970. La nef, formée de trois travées voûtées en berceau, s’achève par une abside en cul-de-four. Le bas-côté nord est voûté d’arêtes. L’église est dotée d’un clocher-tour avec une cloche de 1764[57], de plan carré[58]. Elle a conservé dans son mobilier :

Enfin, l’église possédait un plat de quête en cuivre repoussé, du XVe ou du XVIe siècle, classé au titre objet, mais qui a disparu[64].

Il y a une autre église, sous la titulature de Saint-Pons, au Touyet[32] : deux bustes-reliquaires, et un Christ naïf figurent dans son mobilier[32] ; l’église Saint-Sébastien de Rouainette, sous le patronage de saint Louis, était une succursale de Rouaine (commune d’Annot)[32].

Il y a de nombreuses chapelles : Saint-Joseph à Rouainette[65] (en ruines, seconde moitié du XVIIe siècle[66])[32], Saint-Barthélemy à Laval[32], Notre-Dame de la Rivière[67] à l'est d’Ubraye, restaurée en 2008[32], Notre-Dame des Neiges[68] dans la montagne (en ruines), le prieuré Saint-Martin à Jaussiers (en ruines ou disparu[32]), romane à Ubraye et au Touyet, la chapelle Sainte-Anne, actuellement maison[69].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.

Blason de Ubraye Blason
Écartelé au 1er et 4e d’azur à une bande d’or, accompagné de deux étoiles du même, une en chef et une en pointe, au 2e de gueules à un pont à deux arches d’or maçonné de sable et au 3e d’or à un loup ravissant d’azur, armé et lampassé de gueules[82],[83].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré. en comité interministériel des ruralités.

Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré..

Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roger Brunet, « Canton d’Annot », Le Trésor des régions, consultée le 8 juin 2013.
  2. a et b Autheman, op. cit., p.  4.
  3. Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 p. (non-paginé) Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré..
  4. Autheman, p. 19.
  5. Roger Autheman, Le Touyet d'Ubraye : haut village de nos Alpes du Sud, canton d'Annot, éditions Lou Sourgentin, Nice, 1991, p. 32.
  6. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  7. a et b Ministère de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement, Notice communale sur la base de données Gaspar, mise à jour le 27 mai 2011, consultée le 1er septembre 2012.
  8. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, p. 37.
  9. a et b Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 98.
  10. Formulaire de recherche Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.« Copie archivée »Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré. (version du Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré. sur Internet Archive), base Dicrim, consultée le 1er septembre 2012.
  11. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence (DDRM), 2008, p. 39.
  12. L'eau dans la commune
  13. a et b Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  14. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré..
  15. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré..
  16. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  17. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  18. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  19. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  20. Charles Rostaing, Essai sur la toponymie de la Provence (depuis les origines jusqu’aux invasions barbares, Laffite Reprints, Marseille, 1973 (1re édition 1950), p 358
  21. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.., § 3198, p. 204.
  22. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré..
  23. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  24. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  25. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  26. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  27. Moulin à farine
  28. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  29. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  30. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  31. a et b Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré., p. 204.
  32. a b c d e f g h i et j Daniel Thiery, « Ubraye », Aux origines des églises et chapelles rurales des Alpes-de-Haute-Provence, publié le 23 décembre 2011, mis à jour le 24 décembre 2011, consulté le 1er septembre 2012.
  33. Autheman, op. cit., p. 10.
  34. Jean-François Boué, « Implantation des ordres réguliers au Moyen Âge », CG 06.
  35. Hubert-Alexis Jaillot, La Provence divisée en ses Vigueries et Terres adjacentes.
  36. Jean-Bernard Lacroix, « Naissance du département », in La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p. 113.
  37. Alexeï Laurent, « Paysages ruraux de la première moitié du XIXe siècle dans le sud-est des Basses-Alpes », in Jean-Christophe Labadie (directeur éditorial), La matière et le bâti en Haute-Provence, XVIIIe-XXIe siècle, actes de la première Journée d'études d'histoire de la Haute-Provence, Digne, 13 octobre 2012. Digne-les-Bains : Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré., p. 10.
  38. 1862-1989 : Autheman, op. cit., p. 45.
  39. Claude Roustan est l’un des 500 élus qui ont parrainé François Hollande (PS) à l’élection présidentielle de 2012, Conseil constitutionnel, « Listes des citoyens ayant présenté les candidats à l’élection du Président de la République », Journal officiel, 31 mars 2012.
  40. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, De Sourribes à Volx (liste 8), consulté le 10 mars 2013.
  41. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, « Liste des maires Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.« Copie archivée »Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré. (version du Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré. sur Internet Archive) », 2014, consultée le 20 octobre 2014.
  42. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré..
  43. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré..
  44. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré..
  45. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré..
  46. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré..
  47. Communauté de Communes Alpes Provence Verdon « Sources de Lumière » : Lancement du PLUi du Moyen Verdon
  48. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  49. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  50. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  51. Édouard Baratier, La démographie provençale du XIIIe au XVIe siècles, avec chiffres de comparaison pour le XVIIIe siècle, Paris : SEVPEN/EHESS, 1961. Collection « Démographie et société », 5. p. 17.
  52. Christiane Vidal, « Chronologie et rythmes du dépeuplement dans le département des Alpes de Haute- Provence depuis le début du XIXe siècle », Provence historique, tome 21, no 85, 1971, p. 289.
  53. Jean-Christophe Labadie (directeur), Les Maisons d’école, Digne-les-Bains, Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré., p. 9.
  54. Labadie, op. cit., p. 16.
  55. Labadie, op. cit., p. 18.
  56. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré., p 297
  57. Cloche de l'église paroissiale Saint-Julien
  58. Raymond Collier, op. cit., p. 116.
  59. Raymond Collier, op. cit., p. 474.
  60. Arrêté du 30 janvier 1995, notice de la Base Palissy, consultée le 3 mars 2009
  61. Arrêté du 30 janvier 1995, notice de la Base Palissy, consultée le 3 mars 2009
  62. Arrêté du 30 janvier 1995, notice de la Base Palissy, consultée le 3 mars 2009
  63. Arrêté du 1er avril 1909, notice de la Base Palissy, consultée le 3 mars 2009
  64. Arrêté du 23 mars 1937, notice de la Base Palissy, consultée le 3 mars 2009
  65. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  66. cf. registres paroissiaux de Rouainette, succursale d'Ubraye, aux Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence (réf. 1MI5/0184 BMS1727-1793, p.63), "Mémoire des Messes de fondation de Saint-Sébastien de Rouainette" : la chapelle Saint-Joseph est mentionnée comme construite en application de la volonté testamentaire d'Angelin Goujon dit Mouton (testament de 1669) par ses héritiers Maximin Goujon et Honoré et Jacques Chalvé "à la tête de [la] terre" qu'Angelin Goujon a léguée à l'Eglise.
  67. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  68. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  69. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  70. Plaque commémorative
  71. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  72. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  73. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  74. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  75. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  76. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  77. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  78. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  79. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  80. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.
  81. Fédération Nationale de la Pêche en France
  82. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré..
  83. Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré..
Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.

Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.

Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.Le temps alloué pour l’exécution des scripts a expiré.