Barrême

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barrême (homonymie).

Barrême
Barrême
Clocher de l’église Saint-Jean-Baptiste
dominant le village.
Blason de Barrême
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Castellane
Canton Riez
Intercommunalité Communauté de communes Alpes Provence Verdon - Sources de Lumière
Maire
Mandat
Jean-Louis Chabaud
2014-2020
Code postal 04330
Code commune 04022
Démographie
Gentilé Barrémois
Population
municipale
439 hab. (2016 en diminution de 6,2 % par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 57′ 15″ nord, 6° 22′ 07″ est
Altitude Min. 685 m
Max. 1 621 m
Superficie 37,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Barrême

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte topographique des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Barrême

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barrême

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barrême

Barrême est une commune française située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Le nom de ses habitants est Barrémois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 722 m d’altitude[2] et se trouve à 118 km de Nice, 30 km de Digne-les-Bains, 90 km de Grasse et à 76 km de Draguignan.

Carte élémentaire montrant les limites de la commune, les communes voisines, les zones de végétation et les routes
Barrême et les communes voisines (cliquez sur la carte pour accéder à une grande carte avec la légende).

Les communes limitrophes de Barrême sont Saint-Jacques, Saint-Lions, Moriez, Senez, Blieux, Senez à nouveau (enclave du Poil) et Chaudon-Norante.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le périmètre de protection de la réserve naturelle géologique de Haute-Provence couvre également la commune de Barrême.

La commune attire des géologues du monde entier du fait de sa richesse en fossiles caractéristiques (les ammonites). Elle a donné son nom à un étage du Mésozoïque (ou ère secondaire) : le Barrémien (4e étage du Crétacé inférieur).

Relief[modifier | modifier le code]

Sommet de Tourap, une des petites montagnes de Barrême (1 240 m).

La commune s’étend aux confluents des Asse de Moriez, Asse de Clumanc et Asse de Blieux.

La partie de la commune située sur la rive gauche de l’Asse de Blieux fait partie du massif du Montdenier.

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Sur le territoire de la commune, l’Asse forme le Saut du Loup.

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[3] :

  • rivières l'Asse de Clumanc, l'Asse de Moriez, l'Asse,
  • ravins Saint-Martin, du Riou d'Ourgeas.

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune compte 1 860 ha de bois et forêts, soit la moitié de sa superficie[1].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque sismique nul. L'ancien canton de Barrême est en zone 1b (risque faible) selon la classification déterministe de 1991, basée sur les séismes historiques[4], et en zone 4 (risque moyen) selon la classification probabiliste EC8 de 2011[5]. La commune de Barrême est également exposée à trois autres risques naturels[5] :

  • feu de forêt,
  • inondation (dans la vallée de l’Asse),
  • mouvement de terrain[6].

La commune de Barrême est également exposée à un risque d’origine technologique, celui de transport de matières dangereuses[7]. Les routes nationales 85 et 202 peuvent être empruntées par les transports routiers de marchandises dangereuses[8].

Aucun plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) n’existe pour la commune[7] ; le Dicrim existe depuis 2011[9].

La commune a été l’objet de plusieurs arrêtés de catastrophe naturelle : en 1984 pour un tremblement de terre, pour des inondations, glissement de terrain et coulées de boue en 1994, 1996, 2008 et 2011[5]. Outre celui de 1984, et celui du 27 septembre 1911 dont l’épicentre se trouve dans la commune et ne fut pas ressenti, le séisme ressenti de la façon la plus sensible est celui du 19 mars 1935 (épicentre à Saint-Clément, dans les Hautes-Alpes)[10].

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par le chemin de fer de la ligne de Nice à Digne, qui a deux arrêts sur la commune, à l’arrêt facultatif de Gévaudan et à la gare de Barrême[11]. Elle est au carrefour des RN 202, RN 85 et RD 4085, qui est l’ancienne RN 85 départementalisée. RN 85 et RD 4085 font partie de la route Napoléon.

Hameaux[modifier | modifier le code]

  • Gévaudan, sur un sommet proche de la route nationale 202
  • la Basse-Palud

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité est citée sous la forme sancti Jacobi de Barrema en 1215 dans la liste du Pedis, fin du XIIe siècle, liste qui spécifie l'existence de l'église Saint-Jacob et du château de Barrême.

Le nom est formé sur la racine oronymique (désignant une montagne) *BAR[12]. Selon Rostaing, ce toponyme serait antérieur aux Gaulois[13].

Le nom du village de Gévaudan est probablement issu de Gabalatanus, dont l’origine serait un domaine fondé par un Gaulois de la tribu Gabali[14],[15].

Le nom s’écrit Barrema en vivaro-alpin et dans la norme classique du provençal mais Barrèmo dans la norme mistralienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Auguste fait la conquête de la vallée des Asses en même temps que celle des Alpes, qu’il achève en 14 av. J.-C.. À la fin de l’Empire romain, le rattachement de la vallée des Asses à la civitas de Sanitensium (Senez), et à son diocèse, est certain[16].

Barrême apparaît pour la première fois dans les chartes en 1040, alors qu’il vient d’être détruit par un incendie[17],[18]. Le village, qui était établi sur le col Saint-Jean et fortifié, se reconstruit dans la plaine.

Raymond de Turenne, sur la fresque de l'Ospedale Santa-Maria della Scala à Sienne.

En 1235, le baron de Castellane cède ses droits sur Barrême au comte de Provence[19]. Le village reste propriété des comtes de Provence jusqu’en 1348, date à laquelle la reine Jeanne l’échange contre une terre du royaume de Naples[20]. Il devient alors le fief des Villeneuve jusqu’en 1748[20]. À cette date, sept autres familles nobles possèdent des droits de co-seigneurie sur la commune, et cinq y résident[21].

En 1342, la communauté de Barrême est rattachée à la viguerie de Castellane par le comte de Provence[22]. La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Puis, Aix se soumet en octobre 1387, ce qui précipite le ralliement des carlistes, dont le seigneur de Barrême, Géraud de Villeneuve. Alors qu’il soutenait Charles de Duras depuis plusieurs années, il rejoint avec ses deux frères seigneurs de Gourdon et Roquebrune le camp angevin et obtient un « chapitre de paix » de Marie de Châtillon le 2 janvier 1388 et prête hommage à Louis II d'Anjou, âgé de dix ans[23]. La communauté villageoise soutenait elle aussi Charles de Duras, et elle aussi se soumit après 1386[24].

En 1390, le village est rançonné par Raymond de Turenne[25].

Barrême est le chef-lieu d’une baillie dont le territoire est détaché de celui de la baillie de Digne à la fin du XIVe siècle[26]. Elle est chef-lieu de viguerie du XVe siècle jusqu’à la Révolution[27], viguerie dont dépendaient Clumanc, Lambruisse, Tartonne (les terres dites Baussenques, du nom de Raymond des Baux, qui les possédait de la dot d’Étiennette de Provence au XIIe siècle[28]), Saint-Jacques et Chaudon, dont dépendait Norante.

Le village de Gévaudan constitue un fief distinct de celui de Barrême[29].

Temps modernes : XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles[modifier | modifier le code]

À partir du XVIe siècle au moins, la communauté désigne trois consuls pour son administration : deux sont élus par les Barrêmois, le troisième par Saint-Lions ou Gévaudan alternativement un an sur deux[30]. Elle passe de la viguerie de Castellane à celle de Digne[18].

En 1536, lors de l’invasion de la Provence par Charles Quint, toutes les récoltes de l’arrière-pays furent détruites, y compris celles de Barrême[31].

En 1559, Antoine de Mauvans pille les chapelles et brûle les archives communales[32]. Pour se protéger des bandes catholiques et protestantes qui passaient sur les chemins, une muraille est érigée en 1589-1590[33], mais ces murailles construites à la hâte étaient très peu solides et, en 1688, elles avaient disparu et étaient complètement oubliées des Barrêmois[34].

En 1629, l’épidémie de peste atteint Barrême malgré le cordon sanitaire établi en amont, et la touche durement[35]. Très appauvrie, la commune est classée comme « commune impuissante » en 1639, et autorisée à vendre ses terres pour payer ses dettes (49 000 livres)[36]. Une foire de rayonnement local se tenait à Barrême jusqu’à la Révolution[37].

En 1703, l’évêque de Senez Jean Soanen détruit le menhir. La peste de 1720 n’atteint pas Barrême, peut-être en raison du cordon sanitaire établi sur le Verdon[38].

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Brevet royal de Louis XVI en faveur du vicomte de Barrême.

Le cahier de doléances de la communauté de Barrême est rédigé le 29 mars, à la chapelle Notre-Dame-du-Pont, l’hôtel de ville étant trop petit pour accueillir toute la population ; le même jour, les députés de la communauté sont élus pour le porter à Digne[39].

La nouvelle de la prise de la Bastille est accueillie favorablement, cet événement annonçant la fin de l’arbitraire royal et, peut-être, des changements plus profonds dans l’organisation de la France. Immédiatement après l’arrivée de la nouvelle, un grand phénomène de peur collective s’empare de la France. Des rumeurs de troupes de plusieurs milliers d’hommes en armes, soldés par les aristocrates et dévastant tout sur leur passage, se propagent à grande vitesse et provoquent la panique. On sonne le tocsin, on s’arme, on envoie des messages aux villages voisins pour se renseigner, ce qui propage la peur. Les solidarités se créent ainsi ; les milices formées à cette occasion constituent la base des bataillons de la Garde nationales. Cette Grande Peur, venant de Digne et appartenant au courant de la « peur du Mâconnais », atteint Barrême et sa région le 31 juillet 1789 avant de s’éteindre, en bout de course[40].

Les suites de la Révolution sont encore bien accueillies : elle permet par exemple à la commune d’acheter ses biens au seigneur, le marquis Pierre Louis d’Aiminy, en 1792 et 1794[41]. Le curé de Barrême et son vicaire prêtent serment à la constitution civile du clergé[42]. En janvier 1791, le hameau de Saint-Lyons demande son détachement comme commune, qu’il obtient en mars 1791[43].

La société patriotique de la commune fait partie des 21 premières créées dans les Basses-Alpes, avant juin 1792[44].

Avec la déclaration de guerre à l’Autriche (avril 1792), la garde nationale est organisée en juillet, et deux des cloches et la croix du clocher sont descendus pour être envoyées à la fonte. De même, la chapelle Saint-Blaise est utilisée pour stocker du fourrage pour l’armée des Alpes, et en septembre, seize Barrêmois se portent volontaires et rejoignent l’armée[45]. Avec la proclamation de la République (21 septembre), deux chênes sont plantés comme arbre de la liberté pour l’un et arbre de la fraternité pour le second[46].

Le 5 frimaire an III, le représentant en mission Gauthier épure la société populaire (le club)[47].

Durant les Cent-Jours, l’Empereur Napoléon Ier passe la nuit du 3 au 4 mars à Barrême, suivi le 5 par les troupes royales à sa poursuite[48].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le monument porte un coq fier, la mention "Aux morts pour la patrie" et la médaille de guerre en couleurs.
Monument aux morts de la commune.

L’épidémie de choléra fait quelques morts en 1834, puis 25 à l’été 1835[49]. Le village est ravagé par une crue de l’Asse en 1860.

La commune connaît un certain essor industriel grâce au tissage de la laine. La fabrique est ouverte vers 1843 par Ravel, sur le modèle de la fabrique Honnorat de Saint-André-de-Méouilles[50]. Cette activité disparaît à la fin du XIXe siècle[51].

Le coup d'État du 2 décembre 1851 commis par Louis-Napoléon Bonaparte contre la Deuxième République provoque un soulèvement armé dans les Basses-Alpes, en défense de la Constitution. Après l’échec de l’insurrection, une sévère répression poursuit ceux qui se sont levés pour défendre la République : 11 habitants de Barrême sont traduits devant la commission mixte, la majorité étant condamnés à la déportation en Algérie[52].

Comme de nombreuses communes du département, Barrême se dote d’écoles bien avant les lois Jules Ferry : en 1863, elle en compte déjà deux, installées au chef-lieu et au hameau de Gévaudan, qui dispensent une instruction primaire aux garçons[53]. Aucune instruction n’est donnée aux filles : la loi Falloux (1851) impose pourtant l’ouverture d’une école de filles aux communes de plus de 800 habitants, mais n’est pas appliquée[54]. C’est avec la première loi Duruy (1867), qui abaisse ce seuil à 500 habitants, que Barrême se décide à enseigner aussi à ses filles[55]. La commune profite de la deuxième loi Duruy (1877) pour rénover l’école du village[56].

Le train circule sur le premier tronçon de la ligne des chemins de fer de Provence, allant de Digne à Saint-André-les-Alpes à partir du 15 mai 1892[57]. Le tunnel de la Colle est achevé en 1903, et la totalité de la ligne entre Saint-André et Nice est inaugurée du 5 au 7 août 1911 en présence de Victor Augagneur, ministre des Travaux Publics[57].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, deux familles lorraines se réfugient à Barrême. De confession juive[58], elles sont déportées le 30 mars 1944, soit treize personnes au total[59].

Le 4 mars 1944, deux policiers de la Gestapo sont arrêtés par les membres de l’Armée secrète (AS)[60].

La commune a été décorée, le 11 novembre 1948, de la Croix de guerre 1939-1945[61].

Jusqu’au milieu du XXe siècle, la vigne était cultivée dans la commune, uniquement pour l’autoconsommation. Cette culture a depuis été abandonnée[62].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Barreme

Blasonnement: « De gueules fretté de six lances d'or, entresemé de petits écussons du même, et sur le tout un écusson d'azur chargé d'une fleur de lys d'or. »[63],[64].

Les armoiries de Barrême reprennent celles de la maison de Villeneuve (Provence), seigneurs du lieu pendant près de quatre siècles[20].

Économie[modifier | modifier le code]

Ancienne distillerie de lavande.

Aperçu général[modifier | modifier le code]

En 2009, la population active s'élevait à 203 personnes, dont 29 chômeurs[65] (28 fin 2011[66]). Ces travailleurs sont majoritairement salariés (74 %)[67] et travaillent majoritairement hors de la commune (58 %)[67]. L'essentiel des emplois de la commune se trouvent dans les services et les commerces[68].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur primaire (agriculture, sylviculture, pêche) comptait établissements actifs au sens de l’Insee et ne fournissait aucun emploi salarié[68].

Le nombre d’exploitations, selon l’enquête Agreste du ministère de l’Agriculture, est en baisse continue depuis un quart de siècle : il est passé de 14 en 1988[69] à 11 en 2000 et 7 en 2010. Ces exploitations sont des élevages ovins et des fermes pratiquant la polyculture[70]. De 1988 à 2000, la surface agricole utile (SAU) est passé de 1035 ha à 1245 ha, avant de retomber à moins de 600 ha en 2010[70].

Industrie[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur secondaire (industrie et construction) comptait 16 établissements, employant 7 salariés[68].

La commune compte une scierie et une distillerie de lavande[71].

Activités de service[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur tertiaire (commerces, services) comptait 29 établissements (avec 15 emplois salariés), auxquels s'ajoutent les 9 établissements administratifs, sanitaire et sociaux et de l’enseignement (salariant 26 personnes)[68].

D'après l’Observatoire départemental du tourisme, la fonction touristique est importante pour la commune, avec entre un et cinq touristes accueillis par habitant[72], l’essentiel de la capacité d'hébergement étant non marchande[73]. Plusieurs structures d'hébergement à finalité touristique existent dans la commune :

Les résidences secondaires apportent un appoint non négligeable à la capacité d'accueil[79] (114 résidences secondaires sont recensées dans la commune[80]).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Municipalité[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1789 1790 Claude-André Martin   Dernier maire d’Ancien Régime[17]
1790 1791 Jean Mariaud   Premier maire élu après la Révolution française
         
1792   J.-B. Béraud    
         
mai 1945   Antoine Garron[81]    
         
1983 (?)   Michel Blache[82]    
  mars 2008 Jean-Marie Gibelin[83] PR[84] Ancien conseiller général
mars 2008 En cours Jean-Louis Chabaud[85] DVG Employé

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Barrême a fait partie, jusqu'en 2016, de la communauté de communes du Moyen Verdon. Depuis le , elle fait partie de la communauté de communes Alpes Provence Verdon - Sources de Lumière.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La communauté de communes Alpes Provence Verdon - Sources de Lumière, créée le avec effet le , regroupe désormais 41 communes. Cet établissement public de coopération intercommunale (EPCI) s'est engagé dans une démarche d’élaboration d’un plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi)[86].

Budget et fiscalité 2016[modifier | modifier le code]

En 2016, le budget de la commune était constitué ainsi[87] :

  • total des produits de fonctionnement : 553 000 , soit 1 226  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 505 000 , soit 1 120  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 133 000 , soit 295  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 109 000 , soit 241  par habitant.
  • endettement : 776 000 , soit 1 721  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 10,43 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 23,26 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 52,05 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 58,73 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 26,59 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2014 : médiane en 2014 du revenu disponible, par unité de consommation : 19 967 [88].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède une école primaire[89].

La commune possède une bibliothèque municipale informatisée, qui fait aussi office de BCD (catalogue en ligne).

Administrations[modifier | modifier le code]

Une brigade de gendarmerie de proximité est implantée à Barrême. Elle dépend de celle de Mézel[90].

Démographie[modifier | modifier le code]

Fontaine de la place de l’Église.

En 2016, Barrême comptait 439 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2004, 2009, 2014, 2019, etc. pour Barrême). Les autres dates de « recensements » sont des estimations légales.

Évolution démographique
1315 1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
140 feux61 feux1 0818978231 0771 0129971 0771 124
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
1 1371 1301 1141 0661 1021 0001 0269739711 437
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
865820737761707682686643547512
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016
514510435421473433497467435439
Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale depuis 2006
(Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[26], EHESS jusqu'en 1962[91], Insee à partir de 1968[92],[93],[94],[95])

L’histoire démographique de Barrême, après la saignée des XIVe et XVe siècles et le long mouvement de croissance jusqu’au début du XIXe siècle, est marquée par une période d’« étale » où la population reste relativement stable à un niveau élevé. Cette période dure la plus grande partie du XIXe siècle. L’exode rural provoque ensuite un mouvement de recul démographique de longue durée. Après la Seconde Guerre mondiale, la commune enregistre la perte de plus de la moitié de sa population par rapport au maximum historique de 1846, ce qui est assez tardif pour le département[96]. Le mouvement de baisse s'est poursuivi assez tard aussi, jusqu’à la fin des années 1990.

Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Jean-Baptiste.
Chapelle Saint-Jean.
  • Églises : Saint-Jean-Baptiste (1875)[97] ; Sainte-Anne[98], façade ocrée, à Gévaudan (XIXe siècle), reconstruite en 1837[99],[18]
  • La chapelle Saint-Jean[100], église de l’ancien village, restaurée, abrite des ex-voto anciens (1765 et 1836[101]).
  • La chapelle Notre-Dame-de-Miséricorde, à l’entrée du village, également appelée Notre-Dame-du-Pont[102], Notre-Dame-de-Consolation et Notre-Dame-de-Compassion, a pu être construite suite aux calamités de la guerre de Cent Ans[18].
  • L’église Saint-Jean-Baptiste succède à l’ancienne église[103], fermée en 1846 et 1862 car en trop mauvais état et dangereuse. Le prêtre nommé en 1864, Jean-Esprit Pellissier, entame la construction de l’église actuelle. L’ancien château est détruit pour lui laisser la place, et l’église construite de 1870 à 1871. Le chœur est voûté d’ogives[104]. Les cloches sont du XIXe siècle[105],[106].
Chapelle Notre-Dame-de-Miséricorde.
  • Mont calvaire[107].
  • Fontaine place François-Beraud[108].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Livres sur Barrême[modifier | modifier le code]

  • Oxent Miesseroff, Au maquis de Barrême, souvenirs en vrac, Égrégores

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roger Brunet, « Canton de Barrême », Le Trésor des régions, consultée le 9 juin 2013
  2. Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 p. (non paginé) (ISBN 2-7399-5004-7)
  3. L'eau dans la commune
  4. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence (DDRM), 2008, p. 39
  5. a b et c Ministère de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement, Notice communale sur la base de données Gaspar, mise à jour le 27 mai 2011, consultée le 2 juillet 2012
  6. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, p. 37
  7. a et b Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 95
  8. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 80
  9. Barrême, base Dicrim, consultée le 2 juillet 2011
  10. BRGM, « Épicentres de séismes lointains (supérieurs à 40 km) ressentis à Barrême », Sisfrance, consulté le 2 juillet 2012
  11. Chemins de fer de Provence, Horaires Nice - Annot- Digne-les-Bains, consulté le 22 juin 2012
  12. Charles Rostaing, Essai sur la toponymie de la Provence (depuis les origines jusqu’aux invasions barbares, Laffite Reprints, Marseille, 1973 (1re édition 1950), p 89
  13. Charles Rostaing, « Toponymie d’origine pré-gauloise » in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit., carte 11 et commentaire
  14. Rostaing, op. cit., p 380
  15. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Toponymie provençale, Éditions Sud-Ouest, coll. « Sud Ouest Université », , 128 p. (ISBN 978-2-87901-442-5), p. 75.
  16. Brigitte Beaujard, « Les cités de la Gaule méridionale du IIIe au VIIe s. », Gallia, 63, 2006, CNRS éditions, p. 22-23
  17. a et b J.-F. Cruvellier, Histoire de Barrême, Société scientifique et littéraire des Basses-Alpes, p 12
  18. a b c et d Daniel Thiery, « Barreme », Aux origines des églises et chapelles rurales des Alpes-de-Haute-Provence, publié le 13 décembre 2010, mis à jour le 7 décembre 2010 (sic), consulté le 2 juillet 2012
  19. Cruvellier, op. cit., p 21
  20. a b et c Cruvellier, op. cit., p 28
  21. Cruvellier, op. cit., p 29
  22. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, « Histoire de la Sous-Préfecture de Castellane », Préfecture des Alpes de Haute-Provence, consulté le 22 juin 2012
  23. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 408 (note 33).
  24. Geneviève Xhayet, op. cit., cartes p. 417-418 et p. 419.
  25. Cruvellier, op. cit., p 31
  26. a et b Sous la direction d'Édouard Baratier, Georges Duby et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, (notice BnF no FRBNF35450017), p. 163
  27. La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 107
  28. Cruvellier, op. cit., p 19
  29. Baratier, Duby, Hildesheimer, op. cit., p. 177
  30. Cruvellier, op. cit., p 16-17
  31. Cruvellier, op. cit., p 37
  32. Cruvellier, op. cit., p 40
  33. Cruvellier, op. cit., p 47
  34. Cruvellier, op. cit., p 71
  35. Cruvellier, op. cit., p 54-55
  36. Cruvellier, op. cit., p 58
  37. Baratier et Hilsdesheimer, « carte 122 : Les foires (1713-1789) », in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit.
  38. Cruvellier, op. cit., p 76-77
  39. Cruvellier, op. cit., p 87
  40. Michel Vovelle, « Les troubles de Provence en 1789 », carte 154 et commentaire, in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit.
  41. Cruvellier, op. cit., p 89
  42. Cruvellier, op. cit., p 94
  43. Cruvellier, op. cit., p 95
  44. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 296-297
  45. Cruvellier, op. cit., p 99
  46. Cruvellier, op. cit., p 100
  47. Alphand, op. cit.p 333
  48. Cruvellier, op. cit., p 110-116
  49. Cruvellier, op. cit., p 120
  50. Mireille Mistral, L’industrie Drapière dans la Vallée du Verdon, thèse de doctorat d’État en Sciences économiques, Académie d’Aix-en-Provence, Nice, 1951, 231 p., p 135
  51. Mireille Mistral, op. cit., p 191
  52. Henri Joannet, Jean-Pierre Pinatel, « Arrestations-condamnations », 1851-Pour mémoire, Les Mées : Les Amis des Mées, 2001, p. 71.
  53. Jean-Christophe Labadie (directeur), Les Maisons d’école, Digne-les-Bains, Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, (ISBN 978-2-86-004-015-0), p. 9.
  54. Labadie, op. cit., p. 16.
  55. Labadie, op. cit., p. 18.
  56. Labadie, op. cit., p. 11.
  57. a et b Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, « Deux siècles d’activités préfectorales », Préfecture des Alpes de Haute-Provence, consulté le 22 juin 2012
  58. Personnes mortes en déportation
  59. Jacqueline Ribot-Sarfati, « Camps d'internement et de déportation des juifs dans les Basses-Alpes, de la guerre aux occupations italienne et allemande (1939-1944) », in Robert Mencherini (directeur), Provence-Auschwitz : de l'internement des étrangers à la déportation des juifs (1939-1944), Aix-en-Provence : Publications de l'Université de Provence, 2007. (ISBN 978-2-85399-693-8), p. 268.
  60. Jean Garcin, « La résistance armée », Basses-Alpes 39-45, no 7, juillet 2004, p. 4
  61. Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945
  62. André de Réparaz, « Terroirs perdus, terroirs constants, terroirs conquis : vigne et olivier en Haute-Provence XIXe-XXIe siècles », Méditerranée, 109 | 2007, p. 56 et 59
  63. Louis de Bresc, Armorial des communes de Provence, 1866. Réédition : Marcel Petit CPM, Raphèle-lès-Arles, 1994
  64. Moyen Verdon 3 : Barrême, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  65. Insee, Dossier local - Commune : Barrême (04022), p. 5
  66. Insee, Dossier local, p. 8
  67. a et b Insee, Dossier local, p. 7
  68. a b c et d Insee, Dossier local, p. 16
  69. Insee, « Exploitations agricoles en 1988 et 2000 », Insee, 2012 (fichier de 24,6 Mio)
  70. a et b Ministère de l'Agriculture, « Orientation technico-économique de l’exploitation », Recensements agricoles 2010 et 2000. (lien : attention, le fichier fait 4,4 Mio)
  71. http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=04022_1 Distillerie de lavande]
  72. Observatoire départemental du tourisme, Atlas de l'hébergement touristique, décembre 2008, p. 6
  73. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 7
  74. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 11
  75. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 13
  76. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 16
  77. a et b Insee, « Hébergements touristiques des communes, 2008, 2009 et 2012 », Insee, 2012 (fichier de 20,8 Mio)
  78. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 32
  79. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 44
  80. Insee, Dossier local, p. 17
  81. [Sébastien Thébault, Thérèse Dumont], « La Libération », Basses-Alpes 39-45, publié le 31 mars 2014, consulté le 2 avril 2014.
  82. Michel Blache est l’un des 500 élus qui ont parrainé la candidature de Pierre Boussel (MPPT) à l’élection présidentielle de 1988, cf Conseil constitutionnel, liste des citoyens ayant présenté les candidats à l’élection du Président de la République, Journal officiel de la République française du 12 avril 1988, page 4795, disponible en ligne, consulté le 29 juillet 2010
  83. Jean-Marie Gibelin est l’un des 500 élus qui ont parrainé la candidature de Frédéric Nihous (CPNT) à l’élection présidentielle de 2007, cf Parrainages élection présidentielle 2007, consulté le 28 juillet 2010
  84. Parti radical, liste des élus, consultée le 25 septembre 2010
  85. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, D’Aiglun à Braux (liste 1), consulté le 6 mars 2013
  86. Communauté de Communes Alpes Provence Verdon « Sources de Lumière » : Lancement du PLUi du Moyen Verdon
  87. Les comptes de la commune
  88. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  89. Inspection académique des Alpes-de-Haute-Provence, Liste des écoles de la circonscription de Digne, publiée le 6 avril 2010, consultée le 31 octobre 2010
  90. Groupement de gendarmerie départementale des Alpes-de-Haute-Provence, « Carte des Brigades de Gendarmerie », Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, consulté le 15 novembre 2014.
  91. EHESS, notice communale de Barrême sur le site Cassini, consultée le 17 juillet 2009
  92. « Résultats du recensement de la population - Barrême », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012).
  93. « Recensement de la population au 1er janvier 2004 », sur Archives Wikiwix du site de l'Insee (consulté le 5 mars 2014).
  94. « Populations légales 2014 – Commune de Barrême (04022) », sur le site de l'Insee (consulté le 4 mars 2019).
  95. « Populations légales 2016 – Commune de Barrême (04022) », sur le site de l'Insee (consulté le 4 mars 2019).
  96. Christiane Vidal, « Chronologie et rythmes du dépeuplement dans le département des Alpes-de-Haute-Provence depuis le début du XIXe siècle », Provence historique, tome 21, no 85, 1971, p. 288.
  97. Église Saint-Jean-Baptiste
  98. « église paroissiale Sainte-Anne », notice no IA04000163, base Mérimée, ministère français de la Culture
  99. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p., p 380
  100. « chapelle Saint-Jean-Baptiste », notice no IA04000353, base Mérimée, ministère français de la Culture
  101. Raymond Collier, op. cit., p 532
  102. « chapelle Notre-Dame de l'Assomption dite Notre-Dame du Pont », notice no IA04000162, base Mérimée, ministère français de la Culture
  103. « église paroissiale Saint-Jean-Baptiste », notice no IA04000355, base Mérimée, ministère français de la Culture
  104. Raymond Collier, op. cit., p 387-388
  105. Notice no IM04000761, base Palissy, ministère français de la Culture église paroissiale Saint-Jean-Baptiste, cloche (n° 1)
  106. Notice no IM04000760, base Palissy, ministère français de la Culture église paroissiale Saint-Jean-Baptiste, cloche (n° 2)
  107. « mont calvaire », notice no IA04000366, base Mérimée, ministère français de la Culture
  108. Fontaine place François Beraud