Salignac (Alpes-de-Haute-Provence)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salignac.

Salignac
Salignac (Alpes-de-Haute-Provence)
Église Sainte-Thérèse de l’Enfant-Jésus
Blason de Salignac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Forcalquier
Canton Sisteron
Intercommunalité Communauté de communes Jabron Lure Vançon Durance
(siège)
Maire
Mandat
Chantal Chaix
2014-2020
Code postal 04290
Code commune 04200
Démographie
Gentilé Salignacais
Population
municipale
633 hab. (2016 en augmentation de 10,66 % par rapport à 2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 09′ 23″ nord, 5° 59′ 00″ est
Altitude Min. 431 m
Max. 802 m
Superficie 14,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Salignac

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte topographique des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Salignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Salignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Salignac

Salignac est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Le nom des habitants de Salignac est Salignacais[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte élémentaire montrant les limites de la commune, les communes voisines, les zones de végétation et les routes
Salignac et les communes voisines (Cliquez sur la carte pour accéder à une grande carte avec la légende).

La commune est située dans la vallée de la Durance. Elle compte plusieurs hameaux, dispersés dans une dépression vallonnée. Le village de Salignac est lui situé à 520 m d’altitude[3].

Les communes limitrophes de Salignac sont Sisteron, Entrepierres, Sourribes et Peipin.

Géologie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Géologie des Alpes.
Massif des Alpes et localisation des Préalpes de Digne

Le territoire se situe en limite est des Baronnies orientales, sur des formations calcaires provençales du Jurassique supérieur et du Crétacé inférieur (roches sédimentaires issues d'un ancien océan alpin), entre trois formations géologiques majeures des Alpes[4] :

  • la nappe de Digne au sud-est[5], au niveau du lobe de Valavoire[6] : il s'agit d'une nappe de charriage, c'est-à-dire d'une dalle épaisse de près de 5 000 m qui s'est déplacée vers le sud-ouest durant l'Oligocène et la fin de la formation des Alpes. Les lobes (ou écaille) correspondent à la bordure découpée à l'ouest de la nappe.
  • la faille de la Durance au sud ouest, dans la vallée ;
  • le Plateau de Valensole au sud-est : bassin molassique du Miocène et du Pliocène composé de roches sédimentaires détritiques (dépôts liés à l'érosion des montagnes apparues à l'Oligocène).

Relief[modifier | modifier le code]

Cultures dans la vallée, collines stérilisées et collines boisées forment le paysage de Salignac.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Elle est traversée par le Riou de Jabron[7],[8], qui conflue avec la Durance[9] sur le territoire de la commune dans sa partie ouest, à l'altitude 434 mètres[8]. La Durance est une rivière à la fois alpine et méditerranéenne, à la morphologie bien particulière. Elle est dite « capricieuse », et était autrefois redoutée pour ses crues (elle était appelée le 3e fléau de la Provence[10]) aussi bien que pour ses étiages. Une station de surveillance de son cours est implantée à Salignac[11].

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Alpes-de-Haute-Provence.

Les stations météos proches de Salignac sont, par ordre de proximité, celles de Sisteron et Château-Arnoux-Saint-Auban[12].

Relevé météorologique de la région de Sisteron
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 0,5 3 5,4 9,1 12,7 15,4 15,3 12 8,2 3,7 1,1 7,2
Température moyenne (°C) 4,3 5,7 8,7 11,2 15,3 19,2 22,4 22,1 18 13,4 8,2 5,2 12,8
Température maximale moyenne (°C) 8,6 10,9 14,4 16,9 21,4 25,7 29,3 28,9 24 18,5 12,6 9,3 18,4
Précipitations (mm) 26,9 24,3 23,8 44 40 27,9 20,9 32,7 45,9 53,5 52,4 30,7 423
Source : Relevé météo de Sisteron[13]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
8,6
0
26,9
 
 
 
10,9
0,5
24,3
 
 
 
14,4
3
23,8
 
 
 
16,9
5,4
44
 
 
 
21,4
9,1
40
 
 
 
25,7
12,7
27,9
 
 
 
29,3
15,4
20,9
 
 
 
28,9
15,3
32,7
 
 
 
24
12
45,9
 
 
 
18,5
8,2
53,5
 
 
 
12,6
3,7
52,4
 
 
 
9,3
1,1
30,7
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune compte 450 ha de bois et forêts, soit 31 % de sa superficie[1].

Transports[modifier | modifier le code]

Salignac est traversée par la route départementale RD604.

La commune est desservie par une gare ferroviaire située à Sisteron (5 km) sur la ligne Lyon-Perrache - Marseille-Saint-Charles (via Grenoble) et desservie également par les TER (Marseille-Briançon), ainsi qu'une gare routière.

Distance des grandes villes françaises

L'orientation et la localisation de Salignac par rapport à quelques grandes villes françaises sont données dans le tableau suivant. Distance à vol d'oiseau[14] :

Ville Marseille Nice Montpellier Lyon Toulouse Strasbourg Bordeaux Paris Nantes Rennes Lille
Distance

Orientation

107 km

(S)

115 km

(S-E)

179 km

(S-O)

200 km

(N)

369 km

(O)

511 km

(N-E)

528 km

(O)

594 km

(N)

680 km

(N-O)

736 km

(N-O)

754 km

(N)

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque sismique nul. Le canton de Volonne auquel appartient Salignac est en zone 1b (sismicité faible) selon la classification déterministe de 1991, basée sur les séismes historiques[15], et en zone 4 (risque moyen) selon la classification probabiliste EC8 de 2011[16]. La commune de Salignac est également exposée à trois autres risques naturels[16] :

  • feu de forêt ;
  • inondation ;
  • mouvement de terrain.

La commune de Salignac est de plus exposée à deux risques d’origine technologique[17] :

  • celui de transport de matières dangereuses par route. L’essentiel de ces transports sont liés aux usines Seveso seuil haut Arkema à Saint-Auban et Sanofi à Sisteron[18]. L’autoroute A51 longe la commune et peut être empruntée par les transports routiers de marchandises dangereuses[19] ;
  • celui de rupture de barrage[20]. En cas de rupture du barrage de Serre-Ponçon, Salignac est dans la zone d’inondation spécifique (crue plus importante que la plus importante des crues naturelles de la Durance). La vallée de la Durance serait submergée, avec des remontées dans les vallons qui y débouchent[21].

Aucun plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) n’existe pour la commune, à l’exception du plan des surfaces submersibles de 1961[17] ; le Dicrim existe depuis 2010[22].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le village.

Logement[modifier | modifier le code]

Salignac comptait 254 logements en 2007 (contre 196 en 1999). Les constructions neuves sont dans la moyenne française, par contre, la commune connaît un important déficit de constructions érigées entre 1949 et 1974 qui s'explique par l'exode rural.

Les résidences principales représentent que 204 logements soit 80,3 % du parc (79,1 % en 1999), réparties à 90,0 % en maisons individuelles (96,4 % en 1999) et 8,8 % en appartements (1,0% en 1999) (respectivement 56,1 % et 42,4 % en France métropolitaine). 81,3 % des habitations principales comportent 4 pièces et plus[23]. Les propriétaires de leurs logements constituent 74,2 % des habitants contre 22,2 % qui sont locataires (respectivement 57,4 % et 39,8 % en France métropolitaine).

Le nombre moyen de pièces principales est de 4,7 pour les maisons et 3,2 pour les appartements (respectivement 4,4 et 3,5 en 1999).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Salignac se nomme Salinhac en occitan vivaro-alpin.

Le nom du village, tel qu’il apparaît la première fois vers 1200 (castrum de Saliniaco) est interprété comme dérivant du gentilice romain Sallinius ou Salinus, et indique un domaine appartenant à un Salinius[24],[25],[26].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1125, le territoire fait partie du comté de Provence.

Le territoire de la commune compte plusieurs tumulus, ainsi que quelques vestiges d’époque romaine. Une villa d’importantes dimensions a été retrouvée[27]. Dans l’Antiquité, le territoire de Salignac fait partie de celui des Sogiontiques (Sogiontii), dont le territoire s’étend du sud des Baronnies à la Durance, et recouvre une partie du massif des Monges. Les Sogiontiques sont fédérés aux Voconces, et après la conquête romaine, ils sont rattachés avec eux à la province romaine de Narbonnaise. Au IIe siècle, ils sont détachés des Voconces et forment une civitas distincte, avec pour capitale Segustero (Sisteron)[28].

La localité apparaît pour la première fois dans les chartes au XIIIe siècle, sous le nom de Salinacum[29]. Il était alors perché sur un promontoire, à l’est de l’emplacement actuel[27]. La communauté relevait de la baillie de Sisteron[27].

La reine Jeanne lui donne le droit de franc-alleu (XIVe siècle).[réf. souhaitée]

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Le seigneur de Salignac, Louis le Roux, soutient le duc d’Anjou dès avril 1382, ce soutien étant conditionné à la participation du duc à l’expédition de secours à la reine[30].

Monument aux morts de Salignac. Deux hommes sont morts après l’armistice du 11 novembre 1918.

Le village étant sur la rive gauche de la Durance, il appartenait au comté de Provence lors de la période d’existence du comté de Forcalquier.

Le coup d'État du 2 décembre 1851 commis par Louis-Napoléon Bonaparte contre la Deuxième République provoque un soulèvement armé dans les Basses-Alpes, en défense de la Constitution. Après l’échec de l’insurrection, une sévère répression poursuit ceux qui se sont levés pour défendre la République : 5 habitants de Salignac sont traduits devant la commission mixte[31].

Comme de nombreuses communes du département, Salignac se dote d’une école bien avant les lois Jules Ferry : en 1863, elle en possède déjà une qui dispense une instruction primaire aux garçons, au chef-lieu[32]. La même instruction est donnée aux filles, bien que la loi Falloux (1851) n’impose l’ouverture d’une école de filles qu’aux communes de plus de 800 habitants[33]. La commune profite des subventions de la deuxième loi Duruy (1877) pour rénover son école[34].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Salignac.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

De par sa taille, la commune dispose d'un conseil municipal de 15 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[35]). Lors du scrutin de 2008, il n’y eut qu’un seul tour et Michel Lauferon a été réélu conseiller municipal au premier tour avec le quatorzième total de 251 voix, soit 77,47 % des suffrages exprimés. La participation a été de 80,20 %. Il a ensuite été nommé maire par le conseil municipal[36].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des maires de France.

L'élection du maire est la grande innovation de la Révolution de 1789. De 1790 à 1795, les maires sont élus au suffrage censitaire pour 2 ans. De 1795 à 1800, il n’y a pas de maires, la commune se contente de désigner un agent municipal qui est délégué à la municipalité de canton.

En 1799-1800, le Consulat revient sur l'élection des maires, qui sont désormais nommés par le pouvoir central. Ce système est conservé par les régimes suivants, à l'exception de la Deuxième République (1848-1851). Après avoir conservé le système autoritaire, la Troisième République libéralise par la loi du 5 avril 1884 l'administration des communes : le conseil municipal, élu au suffrage universel, élit le maire en son sein.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1932 Seconde Guerre mondiale Albert Burle   Déporté en 1944 et mort le 1er janvier 1945 à Neuengamme
         
mai 1945   Adolphe Fabre[37]    
         
avant 2005 2009[réf. souhaitée] Michel Lauferon[38]    
2009[39][réf. à confirmer] En cours
(au 21 octobre 2014)
Chantal Chaix[40],[41] DVG Salariée du secteur médical
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Salignac fait partie:

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Salignac est une des neuf communes de l'ancien canton de Volonne qui totalisait 11 886 habitants en 2012[42]. Le canton a fait partie de l’arrondissement de Sisteron du au , date de son rattachement à l'arrondissement de Forcalquier et de la deuxième circonscription des Alpes-de-Haute-Provence. Salignac a fait partie du canton de Volonne de 1793[43] à 2015 ; à la suite du redécoupage des cantons du département, la commune est rattachée au canton de Sisteron[44].

Salignac fait partie des juridictions d’instance de Forcalquier, de la prud'homale de Manosque, et de grande instance de Digne-les-Bains[45].

Fiscalité locale[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Salignac en 2009[46]
Taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation 4,00 % 0,00 % 5,53 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties 10,78 % 0,00 % 14,49 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties 13,18 % 0,00 % 47,16 % 8,85 %
Taxe professionnelle 0,00 % 13,75 % 10,80 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[47]).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2016 en augmentation de 10,66 % par rapport à 2011, Salignac comptait 633 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2008, 2013, 2018, etc. pour Salignac). Depuis 2004, les autres chiffres sont des estimations.

Évolution démographique
1315 1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
79 feux38 feux513596576636644655655701
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
654645624619561533503513457385
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
363362342290214207174178163153
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 - - -
143127169225310399518---
Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale depuis 2006
(Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[29], EHESS[43], Insee à partir de 1968[48],[49],[50].)

L’histoire démographique de Salignac, après la saignée des XIVe et XVe siècles et le long mouvement de croissance jusqu’au début du XIXe siècle, est marquée par une période d’« étale » où la population reste relativement stable à un niveau élevé. Cette période dure de 1806 à 1861. L’exode rural provoque ensuite un mouvement de recul démographique rapide et de longue durée. Dès 1906, la commune a perdu plus de la moitié de sa population par rapport au maximum historique de 1841[51]. Le mouvement de baisse se poursuit jusqu’aux années 1960. Depuis, la croissance de la population a repris, triplant en trente ans.

Histogramme de l'évolution démographique

Superficie et population[modifier | modifier le code]

Le village de Salignac a une superficie de 1 442 ha et une population de 504 habitants (en 2004), ce qui le classe[52] :

Rang Superficie Population Densité
Drapeau de la France France 18 396e 13 103e 21 711e
Blason de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.svg Provence-Alpes-Côte-d'Azur 591e 710e 506e
Blason du département des Alpes-de-Haute-Provence Alpes-de-Haute-Provence 67e 161e 39e
Arrondissement de Forcalquier 31e 61e 26e
Canton de Volonne 7e 7e 7e

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Burle (Albert, Paul, Alphonse), personne morte en déportation.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d’une école primaire publique[53]. Ensuite les élèves sont affectés au collège de la cité scolaire Paul-Arène à Sisteron[54],[55], puis poursuivent au lycée de la même cité scolaire[56]

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de médecin à Salignac, les plus proches sont à Peipin (3 km) ou à Sisteron (3,9 km)[57]. Les pharmacies les plus proches sont aussi à Peipin ou Sisteron[58].

Salignac dépend du centre hospitalier de Manosque.

Cultes[modifier | modifier le code]

Jusqu’en 1729, la paroisse dépendait de l’archiprêtré de Provence, autrefois appelé Oultre-Durance, dans le diocèse de Gap. À la suite de l'établissement des conférences ecclésiastiques en 1686, l'archiprêtré de Provence était divisé en trois nouveaux archiprêtrés en 1729 et l’archiprêtré de Salignac est créé à ce moment-là. En 1749, les archiprêtrés sont à nouveau divisés, et celui de Salignac est conservé[59].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population[modifier | modifier le code]

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 16 721  (15 027  en France) pour 282 foyers fiscaux, seul 58,2 % de ces foyers sont imposés avec un revenu net de 32 483  représentant un impôt moyen de 1 239  [60],[61].

Population active[modifier | modifier le code]

La population âgée de 15 à 64 ans s'élevait en 2007 à 347 personnes (273 en 1999), parmi lesquelles on comptait 73,0 % d'actifs dont 69,1 % ayant un emploi et 3,9 % de chômeurs (contre 5,7 % en 1999)[62].

La répartition par catégories socioprofessionnelles de la population active de Limans, y compris les actifs sans emploi, fait apparaître une sous-représentation des « ouvriers » et « employés » et une sur-représentation des « artisans, commerçants, chefs d'entreprise » et « professions intermédiaires » par rapport à la moyenne de la France métropolitaine, qui confirme que Limans[Passage problématique] est une commune agricole[63].

Répartition de la population active par catégories socioprofessionnelles (recensement de 2007)

  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres, professions
intellectuelles
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Salignac 2,1 % 16,7 % 10,4 % 31,3 % 18,8 % 20,8 %
Moyenne nationale 2,4 % 6,4 % 12,1 % 22,1 % 29,9 % 27,1 %
Sources des données : L'Internaute

Emploi[modifier | modifier le code]

Salignac avait en 2007 un taux de chômage de 14,8 % (contre 20,2 % en 1999) supérieur à la moyenne nationale (9,6 % en 2005 et 12,9 % en 1999). La répartition de la population est conforme à la moyenne nationale avec 17 % de retraités et 24 % de jeunes scolarisés mais très légèrement supérieur pour les actifs 48,8 % (contre 45,2 % au niveau national)[64].

En 2007 on comptait 72 emplois dans la commune, contre 47 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune étant de 241, l'indicateur de concentration d'emploi est de 30,0 % (contre 36,5 % en 1999), ce qui signifie que la commune offre à peine un emploi pour trois habitants actifs[62], ce qui explique 15,8 % des actifs travaille dans la commune et 76,1 % dans une autre commune du département .

La répartition par secteurs d'activité des emplois à Salignac du fait de sa taille n'est pas diffusée par l’Insee.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Les vergers sont plantés en rangées serrées, chaque rangée couverte d’un voile de protection.
Arboriculture et grandes cultures à Salignac.

Les agriculteurs de la commune de Salignac ont droit à trois labels appellation d'origine contrôlée (AOC), dont le banon et à huit labels indication géographique protégée (IGP) (miel de Provence, agneau de Sisteron, alpes-de-haute-provence (IGP) blanc, rouge et rosé et VDP de Méditerranée blanc, rouge et rosé)[65]. Cependant, la vigne, composante de la triade méditerranéenne, n’est guère présente dans la commune. Au XIXe siècle, elle était cultivée pour l’autoconsommation. Actuellement, il ne reste que quelques hectares exploités[66].

L’olivier n’était pas cultivé à Salignac au début du XIXe siècle. Le terroir de la commune se situe en effet à la limite altitudinale de l’arbre, qui ne peut que difficilement être exploité au-delà des 650 mètres. Actuellement, l’oliveraie communale compte plus de 1000 pieds[67]. L’huile produite à partir des olives récoltées dans la commune peut bénéficier des AOC huile d’olive de Provence et huile d’olive de Haute-Provence[65].

Industrie[modifier | modifier le code]

[réf. nécessaire]Une centrale hydroélectrique utilisant les eaux de la Durance est installée sur la commune.

Activités de service[modifier | modifier le code]

La revue mensuelle L'Âge de faire est éditée à Salignac depuis 2005 : diffusée à 40 000 exemplaires dans les milieux de l’agriculture biologique et promouvant le développement durable, les six personnes qui y travaillent gèrent leur journal en coopérative.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château fort en ruines
  • Château de "Vallée", proche de la Durance, avec chapelle détachée[68]
  • Ruines de l’ancien village
  • Église Saint-Clément[29]
  • Église Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus, de style roman, consacrée en avril 1950[69]. La croix de procession, du XVIe siècle, en cuivre doré, est ornée d’émaux peints (elle est classée monument historique au titre objet depuis 1908[70])
  • Chapelle ruinée au-dessus du village, voûtée en berceau, avec un clocher (1853)[71]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir. Wikimedia Commons présente d’autres illustrations sur les églises de Salignac.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armoiries sont sculptées sur la mairie, en pierre entièrement blanche et en bas-relief
Armoiries sur la mairie.
Blason de Salignac

Blasonnement :
« De gueules à une fleur de lys d'or, surmonté d'une couronne élevée de fleurs de lys, du même[72]. »

Ces armoiries sont présentes sur la façade de la mairie (voir ci-contre).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roger Brunet, « Canton de Volonne », Le Trésor des régions, consultée le 11 juin 2013
  2. « Habitants de Salignac », sur habitants.fr.
  3. Géraldine Bérard, Carte archéologique des Alpes-de-Haute-Provence, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 1997, p 445
  4. Maurice Gidon, Les chaînons de Digne, Carte montrant les rapports entre les chaînons des Baronnies orientales (moitié nord) et ceux de Digne (moitié sud), avec l'avant-pays de la nappe de Digne (partie occidentale).
  5. Carte géologique de la France au 1:1 000 000
  6. Maurice Gidon, La Nappe de Digne et les structures connexes.
  7. SANDRE, « Fiche Cours d'eau : torrent la blaisance (X1110520) » (consulté le 12 décembre 2010)
  8. a et b Géoportail - Institut Géographique National (France), « Géoportail »
  9. SANDRE, « Fiche rivière la Durance (X---0000) »
  10. La tradition provençale dit que les deux premiers étaient le mistral et le Parlement d'Aix
  11. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 28
  12. Météo-France, « Réseau des postes du Sud-Est », Climathèque, consultée le 11 mars 2013
  13. « Relevé météo de Sisteron », MSN Météo
  14. (fr) « Distance entre Salignac et les plus grandes villes Françaises », Annuaire Mairie
  15. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence (DDRM), 2008, p. 39
  16. a et b Ministère de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement, Notice communale sur la base de données Gaspar, mise à jour le 27 mai 2011, consultée le 19 août 2012
  17. a et b Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 98
  18. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 74
  19. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 80
  20. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 88
  21. Direction des services du cabinet et de la sécurité, Plan particulier d’intervention : Barrage de Serre-Ponçon, Préfecture des Hautes-Alpes, version 2012, p. 34
  22. Document, base Dicrim, consultée le 19 août 2012
  23. « Recsencement 2007 à Salignac », Insee
  24. Charles Rostaing, Essai sur la toponymie de la Provence (depuis les origines jusqu’aux invasions barbares, Laffite Reprints, Marseille, 1973 (1re édition 1950), p 363
  25. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 193), , 1869 p. (ISBN 978-2-600-02884-4, lire en ligne)., § 7346, p 477, qui ne signale comme unique possibilité que Sallinius
  26. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Toponymie provençale, Éditions Sud-Ouest, coll. « Sud Ouest Université », , 128 p. (ISBN 978-2-87901-442-5), p. 48.
  27. a b et c Daniel Thiery, « Salignac », Aux origines des églises et chapelles rurales des Alpes-de-Haute-Provence, publié le 22 décembre 2011, mis à jour le 23 décembre 2011, consulté le 19 août 2012
  28. Brigitte Beaujard, « Les cités de la Gaule méridionale du IIIe au VIIe s. », Gallia, 63, 2006, CNRS éditions, p. 18-19
  29. a b et c Sous la direction d'Édouard Baratier, Georges Duby et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, (notice BnF no FRBNF35450017), p. 199
  30. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 409 et 410 (note 41).
  31. Henri Joannet, Jean-Pierre Pinatel, « Arrestations-condamnations », 1851-Pour mémoire, Les Mées : Les Amis des Mées, 2001, p. 71.
  32. Jean-Christophe Labadie (directeur), Les Maisons d’école, Digne-les-Bains, Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, (ISBN 978-2-86-004-015-0), p. 9.
  33. Labadie, op. cit., p. 16.
  34. Labadie, op. cit., p. 11.
  35. « nombre des membres du conseil municipal des communes », Legifrance
  36. « Résultats élections municipales 2008 à Salignac », sur linternaute.com
  37. [Sébastien Thébault, Thérèse Dumont], « La Libération », Basses-Alpes 39-45, publié le 31 mars 2014, consulté le 3 avril 2014.
  38. Site de la préfecture des AHP
  39. Chantal Chaix, d'après la fiche Les biographies.com, mis à jour le 15 février 2011, consulté le 11 octobre 2013
  40. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, De Saint-Jurs à Soleihas (sic) (liste 7), consulté le 10 mars 2013
  41. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, « Liste des maires », 2014, consultée le 20 octobre 2014.
  42. « Populations légales 2012 des cantons du département », sur le site de l'INSEE (consulté le 31 octobre 2015).
  43. a et b EHESS, notice communale de Salignac sur la base de données Cassini, consultée le 31 juillet 2009
  44. « Décret no 2014-226 du 24 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département des Alpes-de-Haute-Provence », sur Légifrance (consulté le 31 octobre 2015).
  45. « Les Juridictions judiciaires des Alpes-de-Haute-Provence », Ministère de la Justice et des Libertés.
  46. « Impôts locaux à Salignac », sur taxe.com.
  47. Loi no 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  48. « Résultats du recensement de la population - Salignac », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  49. « Recensement de la population au 1er janvier 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  50. « Populations légales 2011 en vigueur le 1er janvier 2014 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2014)
  51. Christiane Vidal, « Chronologie et rythmes du dépeuplement dans le département des Alpes de Haute- Provence depuis le début du XIX' siècle. », Provence historique, tome 21, no 85, 1971, p. 288.
  52. « Classement des villes : Salignac », Annuaire des Mairies
  53. « Établissement primaires publics des Alpes-de-Haute-Provence », Inspection académique des Alpes-de-Haute-Provence
  54. « Sectorisation des collèges des Alpes-de-Haute-Provence », Académie Aix-Marseille,
  55. « Site de la cité scolaire [[Paul Arène]] », Académie Aix-Marseille,
  56. « Sectorisation des lycées des Alpes-de-Haute-Provence », Académie Aix-Marseille,
  57. « Médecins proches de Salignac », Pages Jaunes
  58. « Pharmacies proches de Salignac », Pages Jaunes
  59. Paul Guillaume, Bénéfices et bénéficiers de l'ancien diocèse de Gap. Archiprêtré de Provence, XVIe siècle, XVIIe siècle et XVIIIe siècle, compris aujourd’hui dans le diocèse de Digne, Digne, Chaspoul et Barbaroux, 1896 p. 5
  60. (fr) « Rapport de l'INSEE sur Salignac », sur site de l'Insee [PDF]
  61. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur site de l'Insee,
  62. a et b (fr) « Résultats du recensement de la population - 2007 - Emploi », sur site de l'INSEE
  63. « L'emploi à Salignac », sur l'internaute
  64. « Emploi à Limans », sur l'Internaute
  65. a et b « Liste des appellations AOC et IGP à Aubignosc », sur INAO
  66. André de Réparaz, « Terroirs perdus, terroirs constants, terroirs conquis : vigne et olivier en Haute-Provence XIXe-XXIe siècles », Méditerranée, 109 | 2007, p. 56 et 59
  67. Réparaz, op. cit., p. 58
  68. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p., p 271
  69. Raymond Collier, op. cit., p 392
  70. Arrêté du 19 juin 1908, « Croix de procession », notice no PM04000388, base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 10 février 2009
  71. Raymond Collier, op. cit., p 380
  72. Louis de Bresc, Armorial des communes de Provence, 1866. Réédition : Marcel Petit CPM, Raphèle-lès-Arles, 1994