La Motte-du-Caire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Motte.
La Motte-du-Caire
Monument aux morts de La Motte-du-Caire.
Monument aux morts de La Motte-du-Caire.
Blason de La Motte-du-Caire
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Forcalquier
Canton Seyne
Intercommunalité Communauté de communes Sisteronais-Buëch
Maire
Mandat
Patrick Massot
2014-2020
Code postal 04250
Code commune 04134
Démographie
Gentilé Mottois
Population
municipale
545 hab. (2014)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 20′ 40″ nord, 6° 01′ 45″ est
Altitude Min. 623 m – Max. 1 547 m
Superficie 27,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte administrative des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
La Motte-du-Caire

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte topographique des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
La Motte-du-Caire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Motte-du-Caire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Motte-du-Caire

La Motte-du-Caire est une commune française située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont les Mottois[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

 Carte élémentaire montrant les limites de la commune, les communes voisines, les zones de végétation et les routes
La Motte-du-Caire et les communes voisines (Cliquez sur la carte pour accéder à une grande carte avec la légende).

La commune est située aux confins des Alpes-de-Haute-Provence, à 25 km au nord-est de Sisteron, sur un terrain ondulé. Le lac de Seignon et deux sources s’y trouvent : une source sulfureuse et la source de la Béligue.

Rose des vents Melve Melve Le Caire Rose des vents
Melve N Le Caire
O    La Motte-du-Caire    E
S
Sigoyer Clamensane Clamensane

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Article connexe : Géologie des Alpes.
Massif des Alpes et localisation des Préalpes de Digne.

Le territoire se situe en limite est des Baronnies orientales, sur des formations calcaires provençales du Jurassique supérieur et du Crétacé inférieur (roches sédimentaires issues d'un ancien océan alpin), entre trois formations géologiques majeures des Alpes[3] :

  • la nappe de Digne à l'est[4], au niveau du lobe de Valavoire[5] : il s'agit d'une nappe de charriage, c'est-à-dire d'une dalle épaisse de près de 5 000 m qui s'est déplacée vers le sud-ouest durant l'Oligocène et la fin de la formation des Alpes. Les lobes (ou écailles) correspondent à la bordure découpée à l'ouest de la nappe ;
  • la faille de la Durance au sud-ouest, dans la vallée.

Lors de la glaciation de Riss, la commune est presque entièrement recouverte par le glacier de la Durance, seuls les sommets, dont ceux de La Montagne et de Jalinier, dépassant. Lors de la glaciation de Würm, le glacier avance beaucoup moins loin, aux limites de la commune avec Melve, à l’ouest[6].

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Alpes-de-Haute-Provence.

Deux stations météos se trouvent à La Motte-du-Caire, une manuelle et une automatisée[7].

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune compte 1 176 ha de bois et forêts, soit 43 % de sa superficie[1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune de La Motte-du-Caire est accessible par la RD 951, depuis Nibles au sud, ou Faucon-du-Caire au nord. La sortie de l'autoroute A51 la plus proche est la sortie 23, de Sisteron-Nord.

Deux lignes de bus desservent La Motte-du-Caire[8] : Turriers - Sisteron et Bayons - Sisteron.

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque sismique nul. Le canton de La Motte-du-Caire est en zone 1a (sismicité très faible mais non négligeable) selon la classification déterministe de 1991, basée sur les séismes historiques[9], et en zone 3 (risque modéré) selon la classification probabiliste EC8 de 2011[10]. La commune de La Motte-du-Caire est également exposée à trois autres risques naturels[10] :

  • feu de forêt ;
  • inondation ;
  • mouvement de terrain.

La commune de La Motte-du-Caire n’est exposée à aucun des risques d’origine technologique recensés par la préfecture[11].

Aucun plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) n’existe pour la commune[11] et le Dicrim n’existe pas non plus[12].

Le tremblement de terre le plus fortement ressenti dans la commune est celui de Laragne-Montéglin le 19 mai 1866, qui atteignit une intensité macro-sismique ressentie de VII sur l’échelle MSK et fit quelques dégâts[13],[14].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La Motte-du-Caire se nomme en vivaro-alpin : La Mota dau Caire [la 'mutœ du 'kajre] dans la norme classique et La Mouto dòu Caïre dans la norme mistralienne.

Le nom du village, tel qu’il apparaît pour la première fois dans les textes en 1168 (la Mota), fait référence à une colline, ou une construction au sommet d’une colline[15]. La référence au village voisin, Le Caire, est officialisée en 1988[16].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des sépultures sous tegulae (gallo-romaines) ont été découvertes sur la commune.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le village était construit sur la rive gauche du Grand Vallon, avant de s’établir sur celle de droite[17].

La localité apparaît pour la première fois dans les chartes en 1168[18], mais une motte castrale est élevée au XIe siècle[19]. La communauté relevait de la baillie de Sisteron[17]. L’église paroissiale a appartenu brièvement à l’abbaye Saint-Victor de Marseille avant de revenir au chapitre de Gap[17]. La communauté relevait de la baillie de Sisteron[17]. En 1300, une petite communauté juive était établie à La Motte-du-Caire[20].

En 1348, la reine Jeanne, chassée de son royaume de Naples, dut se réfugier en Provence. Pour reconquérir ses États napolitains, elle vendit Avignon au pape pour 80 000 florins, et obtint au passage l'absolution pontificale qui la lavait de tout soupçon dans le meurtre de son premier époux André de Hongrie. Reconnaissante, elle offrit à Guillaume II Roger, frère du pape, le fief de Valernes, qui fut érigé en vicomté par lettres patentes en 1350[21]. La nouvelle vicomté comprenait les communautés de Bayons, Vaumeilh, la Motte, Bellaffaire, Gigors, Lauzet, les Mées, Mézel, Entrevennes et le Castellet, avec leurs juridictions et dépendances[22].

En 1498, l’ordre des Trinitaires y est appelé pour prendre en charge l’hôpital des pauvres du Christ appartenant à la communauté[17].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Pendant les guerres de religion, les Ligueurs occupent le village en 1585.

Une foire s’y tenait au XVIIIe siècle[23].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Au début de la Révolution française, la nouvelle de la prise de la Bastille est accueillie favorablement, mais provoque un phénomène de peur collective d’une réaction aristocratique. Localement, la Grande Peur, venant de Tallard et appartenant au courant de la « peur du Mâconnais », atteint la région de La Motte le soir du 31 juillet 1789. Les consuls de la communauté villageoise sont prévenus qu’une troupe de 5 à 6 000 brigands se dirige vers la Haute-Provence après avoir pillé le Dauphiné. Les communautés de La Motte, Clamensane, Saint-Geniez, Authon, Curbans, Bayons et Claret constituent ensemble une troupe de 700 hommes armés. Elles mettent le marquis d’Hugues de Beaujeu à sa tête, qui décide de se porter au-devant du danger en allant surveiller les bacs sur la Durance[24].

Dès le 2 août, l’affolement retombe, les faits-divers à l’origine des rumeurs étant éclaircis. Mais un changement important a eu lieu : les communautés se sont armées, organisées pour se défendre et défendre leurs voisins. Un sentiment de solidarité est né à l’intérieur des communautés et entre communautés voisines, et les consuls décident de maintenir les gardes nationales. Aussitôt la peur retombée, les autorités recommandent toutefois de désarmer les ouvriers et les paysans sans terre, pour ne conserver que les propriétaires dans les gardes nationales[24].

Les habitants de la commune créent leur société patriotique après la fin de 1792[25] et nommée Société de Frères amis de la Liberté, Égalité, Fraternité et République puis Société de Frères amis de la Liberté, Égalité et République indivisible[26]. Plus de la moitié de la population masculine la fréquente[27]. Le couvent des trinitaires est déclaré bien national et vendu à un particulier, qui le transforme en auberge et utilise la chapelle Saint-Joseph comme écurie[17].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le coup d'État du 2 décembre 1851 commis par Louis-Napoléon Bonaparte contre la Deuxième République provoque un soulèvement armé dans les Basses-Alpes, en défense de la Constitution. Après l’échec de l’insurrection, une sévère répression poursuit ceux qui se sont levés pour défendre la République : 7 habitants de La Motte-du-Caire sont traduits devant la commission mixte, la peine la plus courante étant la déportation en Algérie[28].

Comme de nombreuses communes du département, La Motte-du-Caire se soucie d’instruction primaire bien avant les lois Jules Ferry : en 1863, elle compte déjà une école de garçons[29], et une autre de filles (bien que la loi Falloux (1851) n’impose l’ouverture d’une école de filles qu’aux communes de plus de 800 habitants)[30].

En juin 1940, quand l’Italie déclare la guerre à la France, les habitants de Saint-Paul-sur-Ubaye qui vivent entre la ligne Maginot et la frontière sont évacués et relogés dans un premier temps à La Motte-du-Caire, avant d’être transportés en Lozère[31].

Jusqu’au milieu du XXe siècle, la vigne était cultivée dans la commune, uniquement pour l’autoconsommation. Cette culture, qui s'était maintenue dans l'entre-deux-guerres mondiales malgré la crise phylloxérique[32], a depuis été abandonnée[33].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de La Motte-du-Caire

Blasonnement :
D’azur à une montagne d’or, au pied de laquelle coule une rivière d’argent.[34]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

De par sa taille, la commune dispose d'un conseil municipal de 11 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[35]). Lors du scrutin de 2008, il n’y eut qu’un seul tour et Marcel Clément a été réélu conseiller municipal avec le troisième total de 220 voix, soit 59,14 % des suffrages exprimés. La participation a été de 92,54 %. Il a ensuite été nommé maire par le conseil municipal[36].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des maires de France.

L'élection du maire est la grande innovation de la Révolution de 1789. De 1790 à 1795, les maires sont élus au suffrage censitaire pour 2 ans. De 1795 à 1800, il n’y a pas de maires, la commune se contente de désigner un agent municipal qui est délégué à la municipalité de canton.

En 1799-1800, le Consulat revient sur l'élection des maires, qui sont désormais nommés par le pouvoir central. Ce système est conservé par les régimes suivants, à l'exception de la Deuxième République (1848-1851). Après avoir conservé le système autoritaire, la Troisième République libéralise par la loi du 5 avril 1884 l'administration des communes : le conseil municipal, élu au suffrage universel, élit le maire en son sein.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945   Fernand Reymond[37]    
         
mars 1977 mars 2014 Marcel Clément[38],[39] PS Conseiller général (1981-2015)
avril 2014 en cours
(au 21 octobre 2014)
Patrick Massot[40] DVG Chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La Motte-du-Caire fait partie :

Administrations[modifier | modifier le code]

La Motte-du-Caire est une des 34 communes du canton de Seyne depuis 2015, qui totalise 8 377 habitants en 2012. La commune fait partie de l’arrondissement de Sisteron du au , date de son rattachement à l'arrondissement de Forcalquier et de la deuxième circonscription des Alpes-de-Haute-Provence. La Motte-du-Caire fait partie du canton de La Motte-du-Caire de 1793 à 2015 (Lamotte de 1793 à 1801)[41].

La Motte-du-Caire fait partie des juridictions d’instance de Forcalquier, de la prud'homale de Manosque, et de grande instance de Digne-les-Bains[42].

Une brigade de gendarmerie de proximité est implantée à La Motte-du-Caire[43].

Fiscalité locale[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à La Motte-du-Caire en 2009[44]
Taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation 6,88 % 0,64 % 5,53 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties 17,71 % 2,25 % 14,49 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties 56,31 % 6,44 % 47,16 % 8,85 %
Taxe professionnelle 15,55 % 1,28 % 10,80 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[45]).

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2014, La Motte-du-Caire comptait 545 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2005, 2010, 2015, etc. pour La Motte-du-Caire). Depuis 2004, les autres chiffres sont des estimations.

Évolution démographique
1315 1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
160 feux 88 feux 645 550 581 611 574 692 692 719
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
717 720 659 680 690 646 686 715 697 678
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
652 626 595 559 483 458 444 477 376 341
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014 -
362 347 420 403 438 484 506 525 545 -
Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale depuis 2006
(Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[46], EHESS[41], base Insee à partir de 1968[47],[48],[49],[50])

L’histoire démographique de La Motte-du-Caire, après la saignée des XIVe et XVe siècles et le long mouvement de croissance jusqu’au début du XIXe siècle, est marquée par une période d’« étale » où la population reste relativement stable à un niveau élevé. Cette période dure de 1831 à 1891. L’exode rural provoque ensuite un mouvement de baisse de la population de longue durée. À La Motte, ce mouvement commence plus tard que dans le reste du département, et la perte de la moitié de sa population du maximum historique de 1851 n’est enregistrée que dans les années 1950[51]. Le mouvement de recul dure donc moins longtemps à La Motte qu’ailleurs, et la population de la commune se remet à croître dans les années 1970 jusqu’à nos jours.

Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le groupe scolaire au début du XXe siècle

La commune dispose d'une école primaire publique[52],[53]. Ensuite, les élèves sont affectés au collège Marcel-Massot[54],[55]. Puis ils poursuivent au lycée de la cité scolaire Paul-Arène à Sisteron[56],[57].

Santé[modifier | modifier le code]

Une maison médicale est installée à La Motte-du-Caire[58], avec la présence d'un médecin, un infirmier, un kinésithérapeute et un dentiste. Une pharmacie fait partie des commerces de la commune.

L'hôpital le plus proche est le Centre Hospitalier de Gap-Sisteron[59] à Gap (environ 41 km).

Sports[modifier | modifier le code]

ASW 20 en phase d'atterrissage

Le club de vol à voile de la Motte-du-Caire est installé sur la vélisurface située dans la vallée du Grand Vallon, à 2 km au sud de la commune[60].

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique en l'église paroissiale de la commune.

Économie[modifier | modifier le code]

Aperçu général[modifier | modifier le code]

En 2009, la population active s’élevait à 201 personnes, dont 28 chômeurs[61] (17 fin 2011[62]). Ces travailleurs sont majoritairement salariés (70 %)[63] et travaillent majoritairement dans la commune, ce qui est assez exceptionnel (à 61 %)[63].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur primaire (agriculture, sylviculture, pêche) comptait 19 établissements actifs au sens de l’Insee (exploitants non-professionnels inclus) et 9 emplois salariés[64].

Le nombre d’exploitations professionnelles, selon l’enquête Agreste du ministère de l’Agriculture, est de 12 en 2010. Il était de 17 en 2000[65], de 23 en 1988[66]. Actuellement, ces exploitants sont très majoritairement des arboriculteurs (9 sur les 12). L’élevage ovin est aussi représenté[65]. De 1988 à 2000, la surface agricole utile (SAU) a fortement augmenté, de 423 à 525 ha[66]. La SAU a légèrement augmenté lors de la dernière décennie, à 549 ha[65].

Les agriculteurs de la commune de La Motte-du-Caire ont droit à deux labels appellation d'origine contrôlée (AOC) (huile essentielle de lavande de Haute-Provence et banon) et à neuf labels indication géographique protégée (IGP), dont pommes des Alpes de Haute-Durance, miel de Provence et agneau de Sisteron[67]. Les six labels concernant la vigne (alpes-de-haute-provence (IGP) blanc, rouge et rosé et VDP de Méditerranée blanc, rouge et rosé) ne sont pas utilisés, la vigne n’étant plus cultivée pour une production commerciale dans la commune[33].

Productions agricoles de La Motte-du-Caire[réf. nécessaire].

Industrie[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur secondaire (industrie et construction) comptait 11 établissements, employant 13 salariés[64].

Activités de service[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur tertiaire (commerces, services) comptait 34 établissements (avec 30 emplois salariés), auxquels s’ajoutent les 20 établissements du secteur administratif (regroupé avec le secteur sanitaire et social et l’enseignement), salariant 50 personnes[64].

D'après l’Observatoire départemental du tourisme, la fonction touristique est d’une importance moyenne pour la commune, avec entre un et cinq touristes accueillis par habitant[68], l’essentiel de la capacité d'hébergement étant non-marchande[69]. Quelques structures d’hébergement à finalité touristique existent dans la commune :

  • une aire naturelle de camping et un camping classé deux étoiles[70] avec une capacité de 32 emplacements[71] ;
  • plusieurs meublés labellisés[72] et d’autres non-labellisés[73] ;
  • un gîte d’étape représente le seul hébergement collectif[74].

Les résidences secondaires apportent un complément à la capacité d’accueil[75] : au nombre de 94, elles représentent 24 % des logements. Parmi les résidences secondaires, 20 possèdent plus d’un logement[71],[76].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de La Motte-du-Caire

Le monument aux morts est orné de statues de pleureurs en bronze[77].

Le château de la Bastie-Neuve est du XIXe siècle[78], propriété privée). Dans la grand-rue, se trouve une maison dont l’encadrement de porte (arc en accolade à double gorge, surmontée d’une fenêtre à accolade également) date de la fin du Moyen Âge[79].

La gendarmerie était autrefois installée dans une maison seigneuriale de ville, de la seconde moitié du XVIIIe siècle, avec portail immense à fronton ouvrant sur une petite cour. La porte d’entrée, d’aspect monumental, est cintrée, est ornée de moulurations de style Louis XV[80].

Le rocher qui parle à La Motte-du-Caire

L’église paroissiale, placée sous le patronage de sainte-Marie-Madeleine et de la Trinité, date de 1851. Elle remplace une église reconstruite en 1599, et conserve le clocher de l’ancienne église (construit en 1785), qui s’achève en pyramide flanqué de quatre pyramidions. La nef, longue de trois travées, est bordée de six chapelles latérales peu profondes[81]. Dans son mobilier, l’église conserve une Déposition de croix du milieu du XVIIe siècle, classé monument historique au titre objet[82].

Le bâtiment de l’ancien couvent des trinitaires subsiste au village, signalé par la date 1682 sur les pierres de la porte[17].

  • Rues étroites et pentues (rue Casse-Cul)
  • le Sentier des contes, ou la route des rochers qui parlent.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roger Brunet, « Canton de La Motte-du-Caire », Le Trésor des régions, consultée le 11 juin 2013.
  2. « Nom des habitants des communes françaises, La Motte-du-Caire », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 28 mai 2011).
  3. Maurice Gidon, Les chaînons de Digne, Carte très schématique, montrant les rapports entre les chaînons des Baronnies orientales (moitié nord) et ceux de Digne (moitié sud), avec l'avant-pays de la nappe de Digne (partie occidentale).
  4. Carte géologique de la France au 1:1 000 000
  5. La Nappe de Digne et les structures connexes,par Maurice Gidon, professeur de géologie à l'Université de Grenoble.
  6. Maurice Jorda, Cécile Miramont, « Les Hautes Terres : une lecture géomorphologique du paysage et de ses évolutions », in Nicole Michel d’Annoville, Marc de Leeuw (directeurs) (photogr. Gérald Lucas, dessin. Michel Crespin), Les Hautes Terres de Provence : itinérances médiévales, Le Caire : Association Les hautes terres de Provence ; Saint-Michel-l'Observatoire : C'est-à-dire, 2008, 223 p. (ISBN 978-2-952756-43-3). p. 33.
  7. Météo-France, « Réseau des postes du Sud-Est », Climathèque, consultée le 11 mars 2013
  8. Lignes de bus à La Motte du Caire
  9. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence (DDRM), 2008, p. 39.
  10. a et b Ministère de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement, Notice communale sur la base de données Gaspar, mise à jour le 27 mai 2011, consultée le 5 août 2012.
  11. a et b Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 97.
  12. Formulaire de recherche, base Dicrim, consultée le 5 août 2011.
  13. BRGM, « Épicentres de séismes lointains (supérieurs à 40 km) ressentis à La Motte-du-Caire », Sisfrance, mis à jour le 1er janvier 2010, consulté le 5 août 2012.
  14. BRGM, « fiche 40045 », Sisfrance, consultée le 5 août 2012.
  15. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 193), , 1869 p. (ISBN 978-2-600-02884-4, lire en ligne). § 1585, p. 84.
  16. Philippe Nucho, Les structures territoriales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : éditions de Haute-Provence, 1993. (ISBN 2-909800-07-5), p. 64.
  17. a, b, c, d, e, f et g Daniel Thiery, « La Motte-du-Caire », Aux origines des églises et chapelles rurales des Alpes-de-Haute-Provence, publié le 22 décembre 2010, mis à jour le 11 décembre 2011, consulté le 5 août 2012.
  18. Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 p. (non-paginé) (ISBN 2-7399-5004-7).
  19. Parc naturel du Luberon, Autour de l’An Mil en pays de Forcalquier, catalogue d’exposition, 2007, p. 31.
  20. Édouard Baratier, La démographie provençale du XIIIe au XVIe siècles, avec chiffres de comparaison pour le XVIIIe siècle, Paris : SEVPEN/EHESS, 1961. Collection « Démographie et société », 5. p. 70.
  21. Jean-Marie Schio, Guillaume II Roger de Beaufort
  22. Édouard de Laplane, Histoire de Sisteron, tirée de ses archives, Digne, 1845, T. I, p. 126.
  23. Baratier et Hilsdesheimer, « carte 122 : Les foires (1713-1789) », in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit.
  24. a et b G. Gauvin, « La grande peur dans les Basses-Alpes », Annales des Basses-Alpes, tome XII, 1905-1906.
  25. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p. 296-298.
  26. Alphand, op. cit., p. 310.
  27. Alphand, op. cit., p. 320.
  28. Henri Joannet, Jean-Pierre Pinatel, « Arrestations-condamnations », 1851-Pour mémoire, Les Mées : Les Amis des Mées, 2001, p. 71.
  29. Jean-Christophe Labadie (directeur), Les Maisons d’école, Digne-les-Bains, Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, (ISBN 978-2-86-004-015-0), p. 9.
  30. Labadie, op. cit., p. 16.
  31. Pierre Martin-Charpenel, « Lutte contre l’invasion italienne », Mémorial de la Résistance et des combats de la Seconde Guerre mondiale dans les Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Commission départementale de l’information historique pour la paix des Alpes-de-Haute-Provence, 1992, p. 37.
  32. Paul Minvielle, « La viticulture dans les Alpes du Sud entre nature et culture », Méditerranée, 107 | 2006, mis en ligne le 1er décembre 2008, consulté le 12 juillet 2013.
  33. a et b André de Réparaz, « Terroirs perdus, terroirs constants, terroirs conquis : vigne et olivier en Haute-Provence XIXe-XXIe siècles », Méditerranée, 109 | 2007, p. 56 et 59.
  34. Louis de Bresc, Armorial des communes de Provence, 1866. Réédition : Marcel Petit CPM, Raphèle-lès-Arles, 1994
  35. « nombre des membres du conseil municipal des communes », Legifrance
  36. « Résultats élections municipales 2008 à La Motte-du-Caire », sur linternaute.com
  37. [Sébastien Thébault, Thérèse Dumont], « La Libération », Basses-Alpes 39-45, publié le 31 mars 2014, consulté le 3 avril 2014.
  38. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, De Montfuron à Puimichel (liste 5), consulté le 8 mars 2013.
  39. Marcel Clément est l’un des 500 élus qui ont parrainé François Hollande (PS) à l’élection présidentielle de 2012, Conseil constitutionnel, « Listes des citoyens ayant présenté les candidats à l’élection du Président de la République », Journal officiel, 31 mars 2012.
  40. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, « Liste des maires », 2014, consultée le 20 octobre 2014.
  41. a et b EHESS, notice communale de La Motte-du-Caire sur la base de données Cassini, consultée le 27 juillet 2009.
  42. « Les Juridictions judiciaires des Alpes-de-Haute-Provence », Ministère de la Justice et des Libertés.
  43. Groupement de gendarmerie départementale des Alpes-de-Haute-Provence, « Carte des Brigades de Gendarmerie », Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, consulté le 15 novembre 2014.
  44. « Impôts locaux à La Motte-du-Caire », taxes.com
  45. Loi no 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  46. Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, 1969 (notice BnF no FRBNF35450017), p. 186.
  47. « Résultats du recensement de la population - La Motte-du-Caire », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012).
  48. « Recensement de la population au 1er janvier 2005 », sur Archives Wikiwix du site de l'Insee (consulté le 5 mars 2014).
  49. « Recensement de la population au 1er janvier 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2014).
  50. « Populations légales 2011 en vigueur le 1er janvier 2014 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2014).
  51. Christiane Vidal, « Chronologie et rythmes du dépeuplement dans le département des Alpes de Haute- Provence depuis le début du XIX' siècle. », Provence historique, tome 21, no 85, 1971, p. 289.
  52. « Établissement primaires publics des Alpes-de-Haute-Provence », Inspection académique des Alpes-de-Haute-Provence
  53. Inspection académique des Alpes-de-Haute-Provence, Liste des écoles de la circonscription de Sisteron, publiée le 27 avril 2010, consultée le 31 octobre 2010.
  54. Inspection académique des Alpes-de-Haute-Provence, Liste des collèges publics, publiée le 6 avril 2010, consultée le 31 octobre 2010.
  55. « Sectorisation des collèges des Alpes-de-Haute-Provence », Académie Aix-Marseille,
  56. « Sectorisation des lycées des Alpes-de-Haute-Provence », Académie Aix-Marseille,
  57. « Site de la cité scolaire [[Paul-Arène]] », Académie Aix-Marseille,
  58. Santé à La Motte du caire
  59. centre hospitalier de Gap Sisteron
  60. « Site du club de vol à voile de La Motte-du-Caire », sur INAO (consulté le 27 juillet 2009)
  61. Insee, Dossier local - Commune : La Motte-du-Caire, p. 5 (mis à jour le 28 juin 2012).
  62. Insee, Dossier local, p. 8.
  63. a et b Insee, Dossier local, p. 7.
  64. a, b et c Insee, Dossier local, p. 16.
  65. a, b et c Ministère de l'Agriculture, « Orientation technico-économique de l’exploitation », Recensements agricoles 2010 et 2000. (lien : attention, le fichier fait 4,4 Mio).
  66. a et b Insee, « Exploitations agricoles en 1988 et 2000 », Insee, 2012 (fichier de 24,6 Mio).
  67. « Liste des appellations AOC et IGP à La Motte-du-Caire », sur INAO
  68. Observatoire départemental du tourisme, Atlas de l'hébergement touristique, décembre 2008, p. 6.
  69. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 7.
  70. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 21, 22 et 25.
  71. a et b Insee, Dossier local, op. cit., p. 17.
  72. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 32.
  73. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 36.
  74. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 30.
  75. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 44.
  76. Insee, « Hébergements touristiques des communes, 2008, 2009 et 2012 », Insee, 2012 (fichier de 20,8 Mio).
  77. Raymond Collier, op. cit., p. 533
  78. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p., p. 271
  79. Raymond Collier, op. cit., p. 358
  80. Raymond Collier, op. cit., p. 365
  81. Raymond Collier, op. cit., p. 384
  82. Arrêté du 21 avril 1975, notice de la Base Palissy, consultée le 26 novembre 2008

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]