Mison

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mison
Mison
Vue de Mison.
Blason de Mison
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Forcalquier
Canton Sisteron
Intercommunalité Communauté de communes Sisteronais-Buëch
Maire
Mandat
Robert Gay
2014-2020
Code postal 04200
Code commune 04123
Démographie
Gentilé Misonnais
Population
municipale
1 117 hab. (2016 en augmentation de 9,4 % par rapport à 2011)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 15′ 56″ nord, 5° 50′ 54″ est
Altitude Min. 489 m
Max. 735 m
Superficie 31,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Mison

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte topographique des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Mison

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mison

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mison
Liens
Site web mairiedemison.fr/

Mison est une commune française située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Le nom des habitants de Mison est Misonnais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte élémentaire montrant les limites de la commune, les communes voisines, les zones de végétation et les routes
Mison et les communes voisines (Cliquez sur la carte pour accéder à une grande carte avec la légende).

Le village est situé en hauteur, à 638 m, au pied de la colline où se trouvait le château médiéval. Le village des Armands est situé sur la route nationale 75, à 600 m d’altitude environ. Les communes limitrophes sont Laragne-Montéglin, Upaix, Le Poët, Sisteron et Val-Buëch-Méouge[2].

Massif des Alpes et localisation des Baronnies

Géologie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Géologie des Alpes.

Le territoire se situe en limite est des Baronnies, sur des formations calcaires provençales du Jurassique supérieur (dénommées Terres noires[3]) et du Crétacé inférieur (roches sédimentaires issues d'un ancien océan alpin)[4].

L'emplacement entre deux vallées entraine la présence de conglomérats quaternaires (formation sédimentaire)[3].

La nappe de Digne s'étend plus à l'est[5], au niveau du lobe de Valavoire[6] : il s'agit d'une nappe de charriage, c'est-à-dire d'une dalle épaisse de près de 5 000 m qui s'est déplacée vers le sud-ouest durant l'Oligocène et la fin de la formation des Alpes. Les lobes (ou écailles) correspondent à la bordure découpée à l'ouest de la nappe.

Lors des deux dernières grandes glaciations, la glaciation de Riss et la glaciation de Würm, le glacier de la Durance connaît une grande extension. Le glacier rissien recouvre entièrement la commune, à l’exception de la colline où le village actuel est installé, et la ligne de collines allant du Vabre au Langueirard. Le glacier de Würm est moins étendu et s’arrête approximativement à la frontière entre Mison avec Le Poët[7].

Relief[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est vallonné. À l’ouest, la vallée du Buëch est marquée par un fort dénivelé (environ 160 m entre la vallée du Buëch et les collines au nord du village). Plus au sud, la terrasse située entre Durance et Buëch s’établit à 570 m environ[2].

Les principales collines sont les Romeyères à l’ouest de la commune, en bordure du Buëch (point culminant à 705 m), et le Langueirard, au nord, dont les sommets dépassent les 700 m et qui atteint 735 m[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le lac de Mison en hiver, avec la Barre des Écrins en fond.

Le Buëch borde la commune en limite ouest. Les collines sont drainées par des cours d’eau intermittents[2],[8].

Le lac collinaire de Mison s’est formé en limite nord, à 631 mètres d'altitude.

La commune est traversée par une importante voie d’eau artificielle, le canal de Sisteron, franchi par cinq ponts dans la commune. Sur une partie de son cours, il double le canal de Ventavon, canal d’irrigation plus ancien[2].

Transports[modifier | modifier le code]

Le village est sur l'ex-route nationale 75, aujourd'hui RD 4075.

L’échangeur Sisteron-Nord de l’autoroute A51 est situé à proximité[2].

Principaux hameaux[modifier | modifier le code]

Les « quartiers » de la commune sont[9] :

  • le Village
  • les Œufs
  • les Armands
  • la Maure
  • les Girolles
  • les Mazans
  • les Menens
  • le Niac

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Alpes-de-Haute-Provence.

La station météo la plus proche de Mison est située à Sisteron[10].

Relevé météorologique de la région de Sisteron
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 0,5 3 5,4 9,1 12,7 15,4 15,3 12 8,2 3,7 1,1 7,2
Température moyenne (°C) 4,3 5,7 8,7 11,2 15,3 19,2 22,4 22,1 18 13,4 8,2 5,2 12,8
Température maximale moyenne (°C) 8,6 10,9 14,4 16,9 21,4 25,7 29,3 28,9 24 18,5 12,6 9,3 18,4
Précipitations (mm) 26,9 24,3 23,8 44 40 27,9 20,9 32,7 45,9 53,5 52,4 30,7 423
Source : Relevé météo de Sisteron[11][réf. à confirmer]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
8,6
0
26,9
 
 
 
10,9
0,5
24,3
 
 
 
14,4
3
23,8
 
 
 
16,9
5,4
44
 
 
 
21,4
9,1
40
 
 
 
25,7
12,7
27,9
 
 
 
29,3
15,4
20,9
 
 
 
28,9
15,3
32,7
 
 
 
24
12
45,9
 
 
 
18,5
8,2
53,5
 
 
 
12,6
3,7
52,4
 
 
 
9,3
1,1
30,7
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Faune[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque sismique nul. Le canton de Sisteron auquel appartient Mison est en zone 1b (sismicité faible) selon la classification déterministe de 1991, basée sur les séismes historiques[12], et en zone 3 (risque modéré) selon la classification probabiliste EC8 de 2011[13]. La commune de Mison est également exposée à trois autres risques naturels[13] :

  • feu de forêt ;
  • inondation (dans la vallée du Buëch et à proximité du canal EDF) ;
  • mouvement de terrain.

La commune de Mison est de plus exposée à deux risques d’origine technologique :

  • celui de transport de matières dangereuses, par rail, route et canalisations[14]. Ces transports sont principalement à destination des usines Seveso de Sisteron et Saint-Auban[15] :
  • le deuxième risque technologique est celui de rupture de barrage : en cas de rupture du barrage de Serre-Ponçon, c’est toute la vallée de la Durance qui serait menacée par l’onde de submersion[19] qui refluerait également dans la vallée du Buëch[20]. En cas de rupture du barrage de Saint-Sauveur, c’est la vallée du Buëch qui serait menacée.

Aucun plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) n’existe pour la commune a été approuvé en 2006 pour les risques d’inondation, de mouvement de terrain et de séisme[14] et le Dicrim n’existe pas non plus[21].

La commune a été l’objet de plusieurs arrêtés de catastrophe naturelle pour des inondations, coulées de boue et glissements de terrain en 1994 et 1993[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village, tel qu’il apparaît pour la première fois dans les textes (castri Misoni), est interprété de différentes manières[22],[23] :

  • soit comme tiré de la racine *Mis- à valeur oronymique (désignant une montagne) selon Rostaing ;
  • soit comme dérivé d’un nom propre germanique, Meyzo, selon Nègre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Des fondations de murs circulaires protohistoriques ont été découverts par prospection aérienne au début des années 1980[24].

Dans l’Antiquité, le territoire de Mison fait partie de celui des Sogiontiques (Sogiontii), dont le territoire s’étend du sud des Baronnies à la Durance, et recouvre une partie du massif des Monges. Les Sogiontiques sont fédérés aux Voconces, qui contrôlaient les communications entre les Alpes et la vallée du Rhône. Les Sogiontiques, eux, installés à Sisteron et ses environs, contrôlaient les débouchés des vallées du Buëch et de la Durance. Après la conquête romaine, ils sont rattachés avec eux à la province de Narbonnaise. Au IIe siècle, ils sont détachés des Voconces et forment une civitas distincte, avec pour capitale Segustero (Sisteron)[25]. De la période de présence romaine datent quelques vestiges, aux Armands[24].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La localité apparaît pour la première fois dans les chartes en 988[26]. La communauté relevait de la viguerie de Forcalquier[26].

Un château est construit au XIIIe siècle sur un site dominant le confluent de la Méouge et du Buëch[27]. La baronnie de Mison passe des vicomtes de Gap aux comtes de Provence en 1263[28] qui reconstruisent le château fin XIIIe-début XIVe siècle[27]. En 1300, une petite communauté juive était établie à Mison[29]. Le village obtient une charte de franchise en 1360.[réf. nécessaire]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

La baronnie est érigée en marquisat pour Charles d’Armand en 1694[28] ; à l’époque le château est abandonné[27]. Une foire se tenait à Mison au XVIIIe siècle[30].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La chute du Zeppelin allemand L-45 en 1917 sur la commune de Mison, vue par l'hebdomadaire Le Miroir.

Au début de la Révolution, Mison est chef-lieu de canton pendant quelques années[31].

Le coup d'État du 2 décembre 1851 commis par Louis-Napoléon Bonaparte contre la Deuxième République provoque un soulèvement armé dans les Basses-Alpes, en défense de la Constitution. Après l’échec de l’insurrection, une sévère répression poursuit ceux qui se sont levés pour défendre la République : 16 habitants de Mison sont traduits devant la commission mixte, la majorité étant condamnés à la déportation en Algérie[32].

La commune connait un important exode rural à partir des années 1850. La région est également touchée par les épisodes mortels régionaux ou nationaux : épidémies de choléra au XIXe siècle puis guerres mondiales au XXe siècle. La commune perd ainsi plus de la moitié de sa population, passant de 1 411 habitants en 1836 à 511 habitants en 1968.

Comme de nombreuses communes du département, Mison se soucie de donner une instruction primaire à ses enfants bien avant les lois Jules Ferry : en 1863, elle compte déjà deux écoles, aux Armands et à la Silve[33]. Les écoles sont aussi ouvertes aux filles (la loi Falloux obligeait les communes de plus de 800 habitants à enseigner aux filles)[34] : Mison est même la seule commune rurale du département avec Jausiers à ouvrir deux écoles aux filles avant les lois Ferry[35].

Le matin du 20 octobre 1917, le Zeppelin L-45 allemand s’égare, emporté par le vent, et se pose sur les rives du Buëch. L’équipage incendie le dirigeable de 145 m de long ; le génie de l’armée française récupère les 12 tonnes d’aluminium de la carcasse, et quelques moteurs[36],[37].

Durant la Seconde Guerre mondiale, le département est occupé par l'Italie de novembre 1942 à septembre 1943, puis par l'Allemagne nazie jusqu'en août 1944. La ville voisine de Sisteron est bombardée par les Alliés dans le cadre du débarquement de Provence. Elle et Digne sont libérées le 19.

Jusqu’au milieu du XXe siècle, la vigne était cultivée à Mison. Elle produisait un vin destiné à l’autoconsommation, mais surtout au marché de la ville voisine de Sisteron. Cette culture est aujourd’hui abandonnée[38].

Le canal d'irrigation de Ventavon, qui traverse la commune, était initialement alimenté par une prise d'eau sur la Durance. Depuis les travaux d'aménagement de la Durance de la deuxième moitié du XXe siècle, l'eau est fournie par une station de pompage construite par EDF[39].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

De par sa taille, la commune dispose d'un conseil municipal de 15 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[40]). Lors du scrutin de 2008, il n’y eut qu’un seul tour et le maire sortant Robert-Henri Gay a été réélu conseiller municipal avec le septième total de 550 voix, soit 84,62 % des suffrages exprimés. La participation a été de 79,37 %. Il a ensuite été nommé maire par le conseil municipal[41]. La liste conduite par Robert Gay est réélue en 2014, sans opposant, au premier tour avec 100 % des voix exprimées[42].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'élection du maire est la grande innovation de la Révolution de 1789. De 1790 à 1795, les maires sont élus au suffrage censitaire pour deux ans. De 1795 à 1800, il n’y a pas de maires, la commune se contente de désigner un agent municipal qui est délégué à la municipalité de canton.

En 1799-1800, le Consulat revient sur l'élection des maires, qui sont désormais nommés par le pouvoir central. Ce système est conservé par les régimes suivants, à l'exception de la Deuxième République (1848-1851). Après avoir conservé le système autoritaire, la Troisième République libéralise par la loi du 5 avril 1884 l'administration des communes : le conseil municipal, élu au suffrage universel, élit le maire en son sein.

Liste des maires depuis la Libération[43],[44]
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Eugénie Lieutier   résistante (veuve d'un résistant mort en déportation)[45]
1947 1959 Maurice Blanc    
1959 1966 Albert Richand    
1966 1971 Gaston Curnier    
1971 1977 Michel Dugue    
1977 1985 Jean Andrieu RPR Conseiller général
1985 En cours
(au 21 octobre 2014)
Robert Gay[42],[46] RPR puis UMP-LR[47],[48] Ingénieur chimiste Sanofi retraité[49]
Conseiller départemental (2015-)
Les données manquantes sont à compléter.

Près de la chapelle construite à l’écart du cimetière, se trouve une stèle élevée en mémoire de l’ancien maire Jean Andrieu (1925-1985).

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Mison fait partie :

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Mison est une des quinze communes du canton de Sisteron, qui totalisait 12 622 habitants en 2012[50]. Le canton a fait partie de l’arrondissement de Sisteron du au , date de son rattachement à l'arrondissement de Forcalquier et de la deuxième circonscription des Alpes-de-Haute-Provence. Mison fait partie du canton de Sisteron depuis 1801, après avoir fait partie du canton de Mison de 1793 à 1801[31]. Mison fait partie de la juridiction d’instance et prud'homale de Manosque, et de grande instance de Digne-les-Bains[51].

Fiscalité locale[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Mison en 2009[52]
Taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation 7,05 % 0,66 % 5,53 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties 21,02 % 1,94 % 14,49 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties 32,75 % 4,07 % 47,16 % 8,85 %
Taxe professionnelle 8,85 % 1,21 % 10,80 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[53]).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2016 en augmentation de 9,4 % par rapport à 2011, Mison comptait 1117 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2005, 2010, 2015, etc. pour Mison). Depuis 2004, les autres chiffres sont des estimations.

Évolution démographique
1553 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
80 maisons8971 2061 3291 2561 2491 4111 4111 2911 398
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3011 2041 1131 0951 0861 0271 0121 006954939
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
905864744700628648594583548549
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 - - -
5115665797648499451 005---
Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale depuis 2006
(Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[28], EHESS[31], Insee à partir de 1968[54],[55],[56],[57])

L’histoire démographique de Mison, après le lent mouvement de croissance allant jusqu’au début du XIXe siècle, est marquée par une période d’« étale » où la population reste stable à un niveau élevé. Cette période dure peu, de 1831 à 1846. L’exode rural provoque ensuite un mouvement de perte de population de longue durée. En 1921, la commune enregistre la perte de plus de la moitié de sa population par rapport à son maximum historique[58]. Le mouvement de perte se poursuit jusqu’aux années 1960. Depuis, la population est repassée au-dessus du seuil du millier d’habitants.

Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d’une école primaire publique[59]. Ensuite, les élèves sont affectés au collège de la cité scolaire Paul-Arène à Sisteron[60],[61]. Puis ils poursuivent au lycée de la cité scolaire Paul-Arène à Sisteron[62].

Santé[modifier | modifier le code]

L'hôpital le plus proche est celui de Sisteron dépendant du centre hospitalier intercommunal des Alpes du Sud dont le siège est à Gap[63].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 18 397 , ce qui plaçait Mison au 11 111e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[64].

Population active[modifier | modifier le code]

En 2009, la population active s’élevait à 495 personnes, dont 48 chômeurs[65] (49 fin 2011[66]). Ces travailleurs sont majoritairement salariés (79 %)[67] et travaillent majoritairement hors de la commune (71 %)[67].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur primaire (agriculture, sylviculture, pêche) comptait 39 établissements actifs au sens de l’Insee (exploitants non-professionnels inclus) et 20 emplois salariés[68].

Le nombre d’exploitations professionnelles, selon l'enquête Agreste du ministère de l’Agriculture, est de 26 en 2010. Il était de 29 en 2000[69], de 52 en 1988[70]. Actuellement, ces exploitants sont principalement spécialisés dans les cultures permanentes (arboriculture) pour 18 exploitations, les grandes cultures (4 exploitations) et la polyculture (les 4 restantes)[69]. De 1988 à 2000, la surface agricole utile (SAU) a légèrement baissé, de 1 544 à 1 463 ha[70]. La SAU est depuis quasi stable, avec une légère augmentation lors de la dernière décennie, à 1 487 ha[69].

Les agriculteurs de la commune de Mison n’ont droit à aucun label appellation d'origine contrôlée (AOC), mais peuvent bénéficier de dix-huit labels indication géographique protégée (IGP) dont quinze concernent les vins alpes-de-haute-provence (IGP) blanc, rouge et rosé et VDP de Méditerranée mousseux ou primeur blanc, rouge et rosé, les trois restants étant le miel de Provence, l’agneau de Sisteron, et les pommes des Alpes de Haute-Durance[71]. La principale utilisée est bien entendu l’IGP Pommes des Alpes de Haute-Durance, aucun éleveur ovin n’étant installé à Mison, et les quinze labels concernant le vin (alpes-de-haute-provence (IGP) et VDP de Méditerranée) ne sont pas utilisés, la vigne n’étant pas cultivée pour une production commerciale dans la commune[38].

Un arboriculteur de Mison pratique l’arboriculture raisonnée[72].

Industrie[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur secondaire (industrie et construction) comptait 35 établissements, employant 55 salariés[68].

Les abattoirs de Sisteron fournissent les matières premières à deux entreprises de la commune, Alpes Cuir (10 salariés)[73] et le Comptoir sisteronais des peaux[74].

Activités de service[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur tertiaire (commerces, services) comptait 52 établissements (avec 40 emplois salariés), auxquels s’ajoutent les trois établissements du secteur administratif (regroupé avec le secteur sanitaire et social et l’enseignement), salariant 23 personnes[68].

D'après l’Observatoire départemental du tourisme, la fonction touristique est secondaire pour la commune, avec moins d’un touriste accueilli par habitant[75]. Les capacités d'hébergement de la commune consistent en des meublés labellisés[76] et non-labellisés[77]. Les résidences secondaires apportent un complément à la capacité d’accueil[78] : au nombre de 107, elles représentent 18 % des logements. Parmi les résidences secondaires, 12 possèdent plus d’un logement[79],[80].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Une médiathèque est ouverte en novembre 2008[81].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Panneau indicateur du village.
Façade de l'église saint Roch, dans le village de Mison.

Au village, une maison dont la façade est percée de fenêtres cintrées a été construite en 1780[82]. Un ancien relais de poste est situé au hameau des Armands, sur la route nationale[83].

Sur la butte qui domine le village se trouvent les ruines du château fort (Xe siècle) ; sa courtine extérieure est partiellement construite en galets[84]. Ayant appartenu aux comtes de Provence, il est aujourd'hui propriété de la commune. Sa restauration, entamée par l’association Alpes de Lumière, dure de 2005 à 2013[85].

La reconstruction de l’église du village, Notre-Dame-de-la-Baume, est achevée en 1602. La nef est voûtée en berceau et entièrement entourée par une tribune. Le clocher-mur est situé au-dessus du chœur[86],[87]. Le tableau représentant la Sainte Famille date du XVIIe siècle (classé monument historique au titre objet[88]. Parmi le mobilier, on trouve encore une chaire en noyer du XVIIIe siècle[87].

Trois bornes datant du XIVe siècle marquant la frontière entre seigneuries du Poët et de Mison subsistent sur la commune. Une se trouve au lieu-dit Paillade, une autre à Blâche Pauvre ; la dernière, déplacée après les travaux de l’A51, est au musée de Gap. Une copie se trouve au carrefour de la RD 4085 et de la route des Grandes Blâches[89].

La date de première édification de la chapelle Saint-Roch est incertaine, bien que sa titulature indique la recherche d’une protection contre la peste. On peut la situer à la fin du Moyen Âge[26], ou fin XVIe-début XVIIe siècle. Elle est pour cette raison donc située en dehors du village, sur le bord de la route[87]. Elle a été reconstruite à la fin du XIXe siècle[26].

L’église Saint-Pierre se trouve au milieu du hameau de la Silve. Elle est construite en 1868-1874 (ou 1844, ou au XVIIIe siècle), et mesure 21 m sur 6,5 m. Le clocher fait 26 m de haut[87],[26].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Mison (scènes de la gare, aujourd'hui désaffectée) a été l'une des deux communes, avec Sisteron, dans lesquelles a été tourné le film La Maison des bories, réalisé par Jacques Doniol-Valcroze en 1970.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Mison

Blasonnement :
« d'azur à la fasce haussée d'argent chargée du mot MISON de sable, surmontée de deux roses d'argent et accompagnée en pointe d'un chevron abaissé d'or enfermant une autre rose d'argent »[90]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Habitants de Mison », sur habitants.fr.
  2. a b c d e et f « IGN, Carte topographique de Mison » sur Géoportail (consulté le 4 décembre 2013).
  3. a et b Maurice Gidon, Mison.
  4. Maurice Gidon, Les chaînons de Digne.
  5. Carte géologique de la France au 1:1 000 000
  6. Maurice Gidon, La Nappe de Digne et les structures connexes.
  7. Maurice Jorda, Cécile Miramont, « Les Hautes Terres : une lecture géomorphologique du paysage et de ses évolutions », in Nicole Michel d’Annoville, Marc de Leeuw (directeurs) (photogr. Gérald Lucas, dessin. Michel Crespin), Les Hautes Terres de Provence : itinérances médiévales, Le Caire : Association Les hautes terres de Provence ; Saint-Michel-l'Observatoire : C'est-à-dire, 2008, 223 p. (ISBN 978-2-952756-43-3). p. 33.
  8. « rivière Le Buëch (X10-0400) », SANDRE
  9. Le Misonnais, bulletin d'information de Mison, 2008/16, p. 4
  10. Météo-France, « Réseau des postes du Sud-Est », Climathèque, consultée le 11 mars 2013.
  11. « Relevé météo de Sisteron », MSN Météo
  12. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence (DDRM), 2008, p. 39.
  13. a b et c Ministère de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement, Notice communale sur la base de données Gaspar, mise à jour le 27 mai 2011, consultée le 4 août 2012.
  14. a et b Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 96.
  15. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 74.
  16. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 80.
  17. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 81.
  18. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 75.
  19. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 88.
  20. DREAL, « Cartographie de l’onde de submersion des grands barrages », Région PACA, consulté le 9 août 2012.
  21. Formulaire de recherche, base Dicrim, consultée le 4 août 2011.
  22. Charles Rostaing, Essai sur la toponymie de la Provence (depuis les origines jusqu’aux invasions barbares), Laffite Reprints, Marseille, 1973 (1re édition 1950), p. 227.
  23. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 2 : Formations non-romanes ; formations dialectales, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 194), , 676 p. (ISBN 978-2-600-00133-5, lire en ligne). § 14952, p. 853.
  24. a et b Marc Gauthier, « Provence-Alpes-Côte-d'Azur », Gallia, Tome 43, no 2, 1985. p. 533-534.
  25. Brigitte Beaujard, « Les cités de la Gaule méridionale du IIIe au VIIe s. », Gallia, 63, 2006, CNRS éditions, p. 18-19.
  26. a b c d et e Daniel Thiery, « Mison », Aux origines des églises et chapelles rurales des Alpes-de-Haute-Provence, publié le 22 décembre 2010, mis à jour le 5 décembre 2011, consulté le 4 août 2012.
  27. a b et c Mairie de Mison, « Un territoire chargé d’histoire », Site officiel de la mairie de Mison, consulté le 5 juin 2012.
  28. a b et c Sous la direction d'Édouard Baratier, Georges Duby et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, (notice BnF no FRBNF35450017), p. 184.
  29. Édouard Baratier, La démographie provençale du XIIIe au XVIe siècles, avec chiffres de comparaison pour le XVIIIe siècle, Paris : SEVPEN/EHESS, 1961. Collection « Démographie et société », 5. p. 70.
  30. Baratier et Hilsdesheimer, « carte 122 : Les foires (1713-1789) », in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit..
  31. a b et c « Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui », sur site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Henri Joannet, Jean-Pierre Pinatel, « Arrestations-condamnations », 1851-Pour mémoire, Les Mées : Les Amis des Mées, 2001, p. 71.
  33. Jean-Christophe Labadie (directeur), Les Maisons d’école, Digne-les-Bains, Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, (ISBN 978-2-86-004-015-0), p. 9.
  34. Labadie, op. cit., p. 16.
  35. Labadie, op. cit., p. 18.
  36. « Le préfet en temps de guerre », in Chroniques de Haute-Provence Les préfets dans l’histoire de Haute-Provence depuis 1800, Autour d’une exposition réalisée par les Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, (no 340, 2000), p. 50-51, disponible en ligne [1], p. 40.
  37. Le Misonais, 2010/20, p. 12-13.
  38. a et b André de Réparaz, « Terroirs perdus, terroirs constants, terroirs conquis : vigne et olivier en Haute-Provence XIXe-XXIe siècles », Méditerranée, 109 | 2007, p. 56 et 59.
  39. Syndicat mixte d'aménagement de la vallée de la Durance (SMAVD), « Étude générale de la Durance entre Serre-Ponçon et L'Escale, volet hydraulique et sédimentologie. Bilan de l'état actuel »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), SMAVD, 2004. p. 12.
  40. « nombre des membres du conseil municipal des communes », Legifrance
  41. « Résultats élections municipales 2008 à Authon », sur linternaute.com
  42. a et b Mison (04200) : Les résultats des élections municipales 2014, Le Figaro, consulté le 6 avril 2014.
  43. a et b « Administration municipale », Site de la mairie de Mison, publié en 2011, consulté le 5 juin 2012.
  44. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, De Jausiers à Montfort (liste 4), consulté le 8 mars 2013.
  45. [Sébastien Thébault, Thérèse Dumont], « La Libération », Basses-Alpes 39-45, publié le 31 mars 2014, consulté le 3 avril 2014.
  46. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, « Liste des maires », 2014, consultée le 20 octobre 2014.
  47. François de Bouchony, « Le parti socialiste a besoin de conforter son ancrage municipal », La Provence, 3 février 2014, p. 3.
  48. François de Bouchony, « Le paysage avant la bataille », La Provence, 17 mars 2014, p. 3.
  49. « Robert Gay, 40 années au sein de Sanofi », Danielspagnou.fr, publié le 18 octobre 2011, consulté le 5 juin 2011
  50. « Les populations légales 2012 des nouveaux cantons en vigueur à partir du 1er janvier 2015 » [PDF], sur le site de l'INSEE, (consulté le 28 octobre 2015), p. 4 (5 sur PDF).
  51. « Les Juridictions judiciaires des Alpes-de-Haute-Provence », Ministère de la Justice et des Libertés.
  52. « Impôts locaux à Mison », sur taxe.com.
  53. Loi no 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  54. « Résultats du recensement de la population - Mison », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012).
  55. « Recensement de la population au 1er janvier 2005 », sur Archives Wikiwix du site de l'Insee (consulté le 5 mars 2014).
  56. « Recensement de la population au 1er janvier 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012).
  57. « Populations légales 2011 en vigueur le 1er janvier 2014 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2014).
  58. Christiane Vidal, « Chronologie et rythmes du dépeuplement dans le département des Alpes de Haute- Provence depuis le début du XIX' siècle. », Provence historique, tome 21, no 85, 1971, p. 288.
  59. « Établissement primaires publics des Alpes-de-Haute-Provence », Inspection académique des Alpes-de-Haute-Provence
  60. « Sectorisation des collèges des Alpes-de-Haute-Provence », Académie Aix-Marseille,
  61. « Site de la cité scolaire Paul-Arène », Académie Aix-Marseille,
  62. « Sectorisation des lycées des Alpes-de-Haute-Provence », Académie Aix-Marseille,
  63. « CHICAS, site du Centre Hospitalier des Alpes du Sud Gap-Sisteron », sur chicas-gap.fr
  64. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le 6 novembre 2010)
  65. Insee, Dossier local - Commune : Mison, p. 5 (mis à jour le 28 juin 2012).
  66. Insee, Dossier local, p. 8.
  67. a et b Insee, Dossier local, p. 7.
  68. a b et c Insee, Dossier local, p. 16.
  69. a b et c Ministère de l'Agriculture, « Orientation technico-économique de l’exploitation », Recensements agricoles 2010 et 2000. (lien : attention, le fichier fait 4,4 Mio).
  70. a et b Insee, « Exploitations agricoles en 1988 et 2000 », Insee, 2012 (fichier de 24,6 Mio).
  71. « Liste des produits par commune : Mison », sur INAO
  72. Le Misonnais, bulletin d'information de Mison, 2010/19, p. 10-11
  73. Chambre de commerce et d'industrie des Alpes-de-Haute-Provence, SAS Alpes Cuir, consulté le 24 septembre 2012.
  74. Chambre de commerce et d'industrie des Alpes-de-Haute-Provence, Comptoir sisteronnais des peaux, consulté le 24 septembre 2012.
  75. Observatoire départemental du tourisme, Atlas de l'hébergement touristique, décembre 2008, p. 6.
  76. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 32.
  77. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 36.
  78. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 44.
  79. Insee, Dossier local, op. cit., p. 17.
  80. Insee, « Hébergements touristiques des communes, 2008, 2009 et 2012 », Insee, 2012 (fichier de 20,8 Mio).
  81. Le Misonnais, bulletin d'information de Mison, 2008/16, p. 10
  82. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p., p. 369.
  83. Raymond Collier, op. cit., p. 424.
  84. Raymond Collier, op. cit., p. 313.
  85. « Le château de Mison retrouve une seconde vie », Le Dauphiné libéré, publié le 20 septembre 2011, consulté le 5 juin 2012.
  86. Raymond Collier, op. cit., p. 210.
  87. a b c et d Le Misonnais, bulletin d'information de Mison, 2009/18, p. 20.
  88. « tableau : sainte famille (la) », notice no PM04000256, base Palissy, ministère français de la Culture classement par arrêté du 21 janvier 1974, consultée le 18 octobre 2010.
  89. Le Misonnais, bulletin d'information de Mison, 2009/17, p. 9.
  90. Louis de Bresc, Armorial des communes de Provence, 1866. Réédition : Marcel Petit CPM, Raphèle-lès-Arles, 1994