Valdoule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Valdoule
Valdoule
Le village de Montmorin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Canton Serres
Intercommunalité Communauté de communes Sisteronais-Buëch
Maire
Mandat
Gérard Tenoux
2017-2020
Code postal 05150
Code commune 05024
Démographie
Population
municipale
212 hab. (2016)
Densité 3,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 28′ 08″ nord, 5° 30′ 52″ est
Altitude Min. 627 m
Max. 1 564 m
Superficie 58,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Valdoule

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Valdoule

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valdoule

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valdoule
Liens
Site web valdoule.fr

Valdoule est, depuis le , une commune nouvelle française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Elle regroupe les communes de Bruis, de Montmorin et de Sainte-Marie qui deviennent des communes déléguées, le [1]. Son chef-lieu est fixé à Bruis.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Valdoule est située dans les Hautes-Alpes, à l'ouest de Gap, et au nord de Serres. La commune est limitrophe du département de la Drôme, et de la commune de La Charce.

Communes limitrophes de Valdoule
Saint-Dizier-en-Diois Valdrôme Valdrôme
La Charce Valdoule Serres
Pommerol Rosans L'Épine

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par l'Oule, rivière de 32,7 Km, qui prend sa source à Montmorin, ancienne commune faisant partie de Valdoule, pour se jeter dans l'Eygues, à Rémuzat.


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la route départementale 26 reliant La Charce (Drôme) à L'Épine sur la RD 994.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Vallée de la rivière l'Oule.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Communes déléguées[modifier | modifier le code]

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Bruis
(siège)
05024 CC du Sisteronais-Buëch 25,15 77 (2015) 3,1


Montmorin 05088 CC Sisteronais-Buëch 25,86 90 (2015) 3,5
Sainte-Marie 05150 CC Sisteronais-Buëch 7,50 40 (2015) 5,3

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Juillet 2017 En cours Gérard Tenoux DVD Agriculteur
Conseiller départemental (2015-)
Ancien président de la Communauté de communes de la Vallée de l'Oule
Conseiller général (2011-2015)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2016, la commune comptait 212 habitants[Note 1].

Évolution de la population  [ modifier ]
2015 2016
207212
(Sources : Insee à partir de 2015[2].)

Économie[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

à Bruis[modifier | modifier le code]

  • Tablette de marbre blanc : la pierre de Bruis (inscript. Chrétienne 538 ap. J.-C.) Pierre tombale chrétienne se trouvant à l'église de Bruis, c'est la plus ancienne trace de présence chrétienne retrouvée sur les Hautes-Alpes : [in] PACE BONAE MEMORIA [vix] I ANNIS QVINQVAGINTA [i] OHANNE VCC IND. SECUNDA : D’heureuse mémoire, Ici repose [en] paix [qui vécut] cinquante ans sous l’administration de Jean, durant la deuxième année de l’induction / (l’induction est une période de quinze ans, instituée par Constantin pour la levée des impôts à partir de 313).
  • Donjon du XIIe siècle : cette tour construite en pierres plates posées sur leur lit le plus large, tourne ses quatre faces vers les points cardinaux ; elle assura longtemps la protection du village primitif de Bruis, situé à son pied.
  • Château du XVIIe siècle : érigé en 1669, le petit château de Bruis n’est guère signalé à l’attention du voyageur que par la présence d’une tour circulaire à l’angle nord-ouest. Hors cette particularité, il développe un simple corps de logis à étage sur lequel ont été greffées deux ailes de bâtiments communs, la cour étant fermée par un mur en retour qui clôt l’univers castral. De façon significative, il succède, en tant qu’édifice symbolique du pouvoir local, à la tour quadrangulaire du XIIe siècle dressée sur la colline voisine ; construite en pierres plates posées sur leur lit le plus large, cette dernière assura longtemps la protection du village primitif de Bruis situé à son pied. Avec l’éclosion des Temps modernes, les fortifications s’effacent ainsi au profit de bâtiments qui permettent l’exercice d’une activité agricole assurant au maître des lieux une domination fondée sur la prospérité matérielle et non plus sur les armes.
  • Église Saint-Michel de 1683, nouveau clocher bâti en 1905.
  • Nouvelle place du village : fête patronale le 15 août.
  • Nouvel oratoire de Font Sante (ancienne fontaine dont l’histoire remonte au XIXe siècle), inauguré le par Mgr di Falco, en présence du maire Gérard Tenoux et du père Joseph-Mary, et dédié à « Notre-Dame des Anges ».

à Montmorin[modifier | modifier le code]

  • Le château de Montmorin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « recueil des actes administratifs des Hautes Alpes (page 25) » (consulté le 8 juin 2017).
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2015 et 2016.