Barret-sur-Méouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barret (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Méouge (homonymie).

Barret-sur-Méouge
Barret-sur-Méouge
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Canton Laragne-Montéglin
Intercommunalité Communauté de communes Sisteronais-Buëch
Maire
Mandat
Bruno Lagier
2014-2020
Code postal 05300
Code commune 05014
Démographie
Gentilé Barretiers
Population
municipale
225 hab. (2015 en diminution de 0,88 % par rapport à 2010)
Densité 8,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 15′ 48″ nord, 5° 44′ 03″ est
Altitude 649 m
Min. 592 m
Max. 1 555 m
Superficie 26,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Barret-sur-Méouge

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Barret-sur-Méouge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barret-sur-Méouge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barret-sur-Méouge

Barret-sur-Méouge est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Barretiers.

Géographie[modifier | modifier le code]

Barret-sur-Méouge est situé à 25 km de Sisteron et 72 km de Gap. La commune est desservie par la ligne de transport scolaire Laragne - Mévouillon)[1].

La Méouge est une rivière qui prend sa source dans la Drôme sur la commune de Barret-de-Lioure.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En vivaro-alpin, c'est Barret-sus-Meüja.

Barret semble dériver de l'oronyme gaulois Barro signifiant sommet et du suffixe diminutif et[2].

Barret-le-Bas : le nom de la localité est attesté sous la forme Barretum inférior dès 1179[3].

Barret-le-Haut : le nom de la localité est attesté sous la forme Barretum capre (« Barret des chèvres ») en 1119[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Xe au XIIe siècle, l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon percevait les revenus de 6 églises de la commune[5].

Jusqu'en 1944, Barret-le-Bas et Barret-le-Haut étaient deux communes distinctes. Après fusion, la nouvelle commune a gardé le nom de Barret-le-Bas jusqu'en 2001, date à laquelle elle a pris son nom actuel de Barret-sur-Méouge.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
avant 2005 en cours
(au 21 octobre 2014)
Bruno Lagier[6],[7] UMP-LR Commerçant
Les données manquantes sont à compléter.

Le résultat du second tour de l'élection présidentielle française de 2012 à Barret-sur-Méouge a été invalidé par le Conseil constitutionnel, les listes d'émargement n'ayant pas été transmises[8],[9]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Barret-sur-Méouge fait partie :

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Barretiers.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2015, la commune comptait 225 habitants[Note 1], en diminution de 0,88 % par rapport à 2010 (Hautes-Alpes : +2,88 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
550502540568520480523493481
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
430442420425414372349408335
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
326342340272269247229234203
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
179342291187237232218233225
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La rivière la Méouge se trouve en bas du village. Elle est le lieu de diverses soirées et animations.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château ruiné du XIIe siècle
  • Église Saint-Michel composite
  • Chapelles (Saint-Laurent XIe/XIIe siècle)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Page 130 - (ISBN 2600028838).
  3. Dans une bulle d'Alexandre IIIe.
  4. Dans une bulle du pape Gélase IIe.
  5. Guy Barruol, Michèle Bois, Yann Codou, Marie-Pierre Estienne, Élizabeth Sauze, « Liste des établissements religieux relevant de l’abbaye Saint-André du Xe au XIIIe siècle », inGuy Barruol, Roseline Bacon et Alain Gérard (directeurs de publication), L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, histoire, archéologie, rayonnement, Actes du colloque interrégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 2-906162-54-X), p. 214-215
  6. Site de la préfecture des Hautes-Alpes, consulté le 9 mai 2008 (fichier au format Excel)
  7. Préfecture des Hautes-Alpes, « Liste des maires du département des Hautes-Alpes », 5 mai 2014, consultée le 23 octobre 2014.
  8. Ministère de l'Intérieur, « Résultat de l'élection présidentielle 2012 », consulté le 24 octobre 2014.
  9. « François Hollande proclamé président de la République avec 51,6 % des voix  », publié le 10 mai 2012, consulté le 24 octobre 2014.
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.