Sainte-Croix-du-Verdon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sainte-Croix-du-Verdon
Sainte-Croix-du-Verdon
Vue générale du village.
Blason de Sainte-Croix-du-Verdon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Digne-les-Bains
Intercommunalité CA Provence-Alpes Agglomération
Maire
Mandat
Bruno Bourjac
2023-2026
Code postal 04500
Code commune 04176
Démographie
Gentilé Saint-Cruxiens
Population
municipale
115 hab. (2021 en diminution de 4,17 % par rapport à 2015)
Densité 8,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 45′ 35″ nord, 6° 09′ 07″ est
Altitude Min. 443 m
Max. 669 m
Superficie 13,7 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Valensole
Législatives 1re circonscription des Alpes-de-Haute-Provence
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Sainte-Croix-du-Verdon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Sainte-Croix-du-Verdon
Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence
Voir sur la carte topographique des Alpes-de-Haute-Provence
Sainte-Croix-du-Verdon
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Sainte-Croix-du-Verdon

Sainte-Croix-du-Verdon est une commune française située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes de Sainte-Croix-du-Verdon sont Roumoules, Moustiers-Sainte-Marie, Les Salles-sur-Verdon, Bauduen, Baudinard-sur-Verdon et Montagnac-Montpezat.

La géographie du lieu est marquée par le vaste lac de Sainte-Croix (2 200 ha), que le village domine à 513 m d'altitude[1]. L’entrée des gorges de Baudinard est située sur la commune.

Le village était situé dans la plaine, avant de se déplacer sur un site en hauteur au XVIe siècle[2]. Il se trouve actuellement au bord du lac de Sainte-Croix, l’ancien site ayant été noyé.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Montagnac-Montpezat, Moustiers-Sainte-Marie, Roumoules, Baudinard-sur-Verdon, Bauduen et Les Salles-sur-Verdon.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune occupe l’extrémité est du plateau de Valensole et se situe aux portes des gorges de Baudinard[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte du réseau hydrographique de la commune

La commune est limitée au sud-est par le lac de Sainte-Croix, une une retenue artificielle de 767 millions de m³, mise en eau par Électricité de France (EDF) en 1973, à la suite de la construction du barrage de Sainte-Croix, sur le cours du Verdon[4],[5].

  • Surveillance des eaux de surface, des eaux souterraines, des eaux destinées à la consommation, pollution et prélèvements dans la commune, caractéristiques des masses d'eau affectées par la commune[6] :
    • eau superficielle : pompage dans le lac de Sainte Croix du Verdon ;
    • eau souterraine : sources Les Fures.
  • Un « contrat de rivière Verdon » a été élaboré et mis en œuvre[7].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat méditerranéen altéré, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[8]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat de montagne et le climat méditerranéen et est dans la région climatique Provence, Languedoc-Roussillon, caractérisée par une pluviométrie faible en été, un très bon ensoleillement (2 600 h/an), un été chaud (21,5 °C), un air très sec en été, sec en toutes saisons, des vents forts (fréquence de 40 à 50 % de vents > 5 m/s) et peu de brouillards[9].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 12,2 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,7 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 809 mm, avec 6,4 jours de précipitations en janvier et 3,4 jours en juillet[8]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Aiguines_sapc », sur la commune des Aiguines à 8 km à vol d'oiseau[10], est de 13,6 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 805,6 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 42,3 °C, atteinte le ; la température minimale est de −12,2 °C, atteinte le [Note 1],[11],[12].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[13]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sainte-Croix-du-Verdon est une commune rurale[Note 2],[15]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[16],[17]. La commune est en outre hors attraction des villes[18],[19].

La commune, bordée par un plan d’eau intérieur d’une superficie supérieure à 1 000 hectares, le lac de Sainte-Croix, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[20]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[21],[22].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (35,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (35,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : eaux continentales[Note 3] (32 %), terres arables (27,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (21,9 %), forêts (11 %), zones agricoles hétérogènes (7,4 %)[23].

L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

La commune compte 484 ha de bois et forêts[24].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2020, le nombre total de logements dans la commune était de 304, alors qu'il était de 268 en 2015 et de 264 en 2010[I 1].

Parmi ces logements, 22 % étaient des résidences principales, 76,7 % des résidences secondaires et 1,3 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 53,6 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 42,8 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Sainte-Croix-du-Verdon en 2020 en comparaison avec celle des Alpes-de-Haute-Provence et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (76,7 %) très supérieure à celle du département (30,8 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 61,8 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (67,2 % en 2015), contre 59,4 % pour les Alpes-de-Haute-Provence et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Sainte-Croix-du-Verdon en 2020.
Typologie Sainte-Croix-du-Verdon[I 1] Alpes-de-Haute-Provence[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 22 60,9 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 76,7 30,8 9,7
Logements vacants (en %) 1,3 8,3 8,2

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque sismique nul. Le canton de Riez auquel appartient Sainte-Croix-du-Verdon est en zone 1b (sismicité faible) selon la classification déterministe de 1991, basée sur les séismes historiques[25], et en zone 4 (risque moyen) selon la classification probabiliste EC8 de 2011[26]. La commune de Sainte-Croix-du-Verdon est également exposée à trois autres risques naturels[26] :

  • feu de forêt,
  • mouvement de terrain : le secteur central de la commune est concernée par un aléa moyen à fort[27].

La commune est également exposée à deux risques de type technologique[28] :

  • risque de rupture du barrage de Castillon : Sainte-Croix-du-Verdon fait partie de la zone d’inondation spécifique en cas de rupture du barrage de Castillon[29],[30]. Si cette rupture advenait, l'onde de submersion passerait en crête au-dessus de celui de Chaudanne[31], et parcourrait les 45 kilomètres qui séparent le barrage de Castillon du pont du Galetas en un peu moins d’une heure[32]. L'onde arriverait déjà considérablement affaiblie, mais submergerait tout de même le pont du Galetas et entrerait dans la commune sept minutes après avoir passé le pont[33]. Le PPI prévoit que le barrage de Sainte-Croix contiendrait l'eau du lac de Castillon environ vingt-trois minutes, qui monterait jusqu'à la cote 500, avant de le déborder et de continuer jusqu'à Quinson[33]. À cette cote, le lac de Sainte-Croix aurait monté de vingt mètres : les eaux lècheraient les premières maisons du village, recouvrant le pont de la D 111 avant le barrage[33] ;
  • l'autre risque de nature technologique est lié au transport de matières dangereuses empruntant la route départementale RD 11 qui passe en bordure de commune[34].

Aucun plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) n’existe pour la commune[28] et le Dicrim n’existe pas[35].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village apparaît pour la première fois en 1097 (villa Santa Crucis), d’après une église qui prétendait conserver une relique de la Vraie Croix, sous une forme occitane, qui a été francisée par la suite[36].

Sainte-Croix-du-Verdon portait précédemment, jusqu'au , le nom de Sainte-Croix-de-Verdon[37]. La commune se nomme Santa Crotz de Verdon en provençal selon la norme classique et Santo-Crous dòu Verdoun selon la norme mistralienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est fréquenté pendant la Préhistoire, notamment deux grottes où l’on a retrouvé des outils (paléolithique à la grotte du Figuier, Âge du bronze dans la grotte du Capitole)[1].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le village est créé sur un point de passage du Verdon, emprunté par une voie romaine. Cette voie romaine a été construite à flanc de montagne sous Auguste, entaillée sur plusieurs sections ; la route était parfois assise sur un mur de remblai. Elle prenait la direction du col de la Fare[38].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, les évêques de Riez sont seigneurs du lieu[39]. La communauté est alors appelée Sancta Crux de Salleta[39] en référence à la commune voisine des Salles. La paroisse relevait de l'abbaye Saint-Victor de Marseille qui nommait le prêtre et percevait les redevances attachées à l’église[40]. L’évêque de Riez était seigneur laïc de Sainte-Croix : le fief, une partie des terres et le village lui appartenaient[40]. La communauté relevait de la viguerie de Moustiers[40].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, la famille de Forbin est la famille seigneuriale de Sainte Croix. Une branche de ce nom, les Forbin-Sainte Croix, a existé avant la Révolution.

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune compte une société patriotique, créée après la fin de 1792[41]. Pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II () invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, la commune change de nom pour Montpeiret[42], ou Peiron-sans-Culottes, selon les sources[43].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Au moment du coup d’État du 2 décembre 1851, la commune se soulève pour défendre la République et c’est le curé Chassan qui mène les insurgés de la commune en direction de la préfecture[44]. Après l’échec de l’insurrection, une sévère répression poursuit ceux qui se sont levés pour défendre la République : 9 habitants de Sainte-Croix sont traduits devant la commission mixte, la peine la plus courante étant la déportation en Algérie[45].

Comme de nombreuses communes du département, Sainte-Croix se dote d'une école bien avant les lois Jules Ferry : en 1863, elle en possède déjà une qui dispense une instruction primaire aux garçons, au chef-lieu[46]. Aucune instruction n’est donnée aux filles : la loi Falloux (1851) n’impose l'ouverture d'une école de filles qu'aux communes de plus de 800 habitants[47]. Si la première loi Duruy (1867) abaisse ce seuil à 500 habitants ne concerne pas Sainte-Croix, la commune décide néanmoins d’ouvrir une école de filles[48].

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le , les Allemands attaquent un maquis de 150 hommes réfugiés à la ferme Bœuf. Neuf résistants y sont exécutés, puis dix à la ferme Les Fabres sur le plateau de Bel-Air[49]. La commune est libérée le en fin de journée, lorsqu’une colonne de l'US Army traverse le village, en venant de Salernes[50] via Bauduen et se dirigeant vers Riez. Cette colonne progresse sans rencontrer de résistance, et arrive à Riez dans la nuit[51].

Jusqu’au milieu du XXe siècle, la vigne était cultivée à Sainte-Croix. Le vin produit, de qualité médiocre, était destiné à l'autoconsommation. Cette culture est aujourd'hui abandonnée[52].

Une retenue d'eau sur le Verdon a été envisagée dès 1908[53]. et concédé à la société Scheider dans l'entre-deux-guerres[54].. Le projet est relancé à partir de 19622[55], et le barrage est mis en eau en 1973, formant le lac de Sainte-Croix. La commune a alors perdu 627 des 1 997 hectares qu'elle comptait auparavant[40].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Digne-les-Bains du département des Alpes-de-Haute-Provence.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Riez[56]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Valensole

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription des Alpes-de-Haute-Provence.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Sainte-Croix-du-Verdon était, en 2011, l'une des treize communes du département à n'être rattachée à aucun établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre.

À la suite de la publication du schéma départemental de coopération intercommunale de 2011 établi par la préfecture, prévoyant « la couverture intégrale du territoire par des EPCI à fiscalité propre »[57], la commune est intégrée depuis 2013 de la communauté de communes Asse Bléone Verdon créée à cette date par la fusion des communautés de communes des Trois Vallées et de l'Asse et de ses Affluents

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté d'agglomération dénommée Provence-Alpes Agglomération.

Insatisfaite de ce rattachement et souhaitant intégrer Durance-Luberon-Verdon Agglomération, la commune a tenté sans succès en 2019 de quitter Provence-Alpes Agglomération dont elle est restée membre[58].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1945   Robert Rouvier[59]    
         
avant 2005 novembre 2006 Émile Rouvier    
novembre 2006 mars 2008 Jean-Marie Bourjac[60]    
mars 2008 février 2011[61] Jean-Marie Fouque[62]   Mandat écourté par la démission du maire et du conseil municipal
mars 2011[63],[64] juin 2023[60] Jean-Marie Bourjac[Note 4] DVG Retraité
Mort en fonction
septembre 2023[66] En cours
(au 30 novembre 2023)
Bruno Bourjac   Enseignant , fils de Jean-Marie Bourgeac

Population et société[modifier | modifier le code]

Le nom de ses habitants est Saint-Cruxiens[24].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1765. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[67]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[68].

En 2021, la commune comptait 115 habitants[Note 5], en diminution de 4,17 % par rapport à 2015 (Alpes-de-Haute-Provence : +2,64 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
333388417422482521496472486
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
456483469465414387411366359
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
311256253260208192161158124
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006
126106107617787102138149
2009 2014 2019 2021 - - - - -
124121119115-----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[56] puis Insee à partir de 2006[69].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique avant 1765[réf. nécessaire]
1315 1471
61 feux25 feux

L’histoire démographique de Sainte-Croix-du-Verdon, après la saignée des XIVe et XVe siècles et le long mouvement de croissance jusqu’au début du XIXe siècle, est marquée par une période d’« étale » où la population reste relativement stable à un niveau élevé. Cette période dure de 1821 à 1866. L’exode rural provoque ensuite un mouvement de recul démographique de longue durée. En 1911, la commune a perdu plus de la moitié de sa population par rapport au maximum historique de 1831[70]. Le mouvement de baisse ne s'interrompt définitivement que dans les années 1970. Depuis, la population de la commune a doublé.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La culture de l’olivier est pratiquée dans la commune depuis des siècles, tout en étant limitée à des surfaces restreintes. Le terroir de la commune se situe en effet à la limite altitudinale de l’arbre, qui ne peut que difficilement être exploité au-delà des 650 mètres. Actuellement, l’oliveraie communale compte moins de 1000 pieds[71].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Point de vue sur Sainte-Croix et son lac.
  • Le lac de Sainte-Croix et le barrage de Sainte-Croix.
  • Le château appartenant aux évêques de Riez, en ruines, était orné de gypseries[72].
  • L'église paroissiale, placée sous le vocable de la Sainte-Croix, est construite au XVIe siècle. Les deux cloches de l'église sont respectivement de 1561 et 1619[73]. Les importants travaux de restauration de 1834 n’ont rien laissé d’apparent de cette époque[74].
  • Fontaine, initialement édifiée en 1826 à la maison de maître de la Campagne Sarraire et vendue avant la mise en eau du barrage, puis rachetée par la municipalité et réinstallée sur la placette Jean-Marie Bourjac, face à l'école[65]

La commune est traversée par le Sentier de grande randonnée GR4, les sentiers de grande randonnée de pays GRP du Tour des balcons du Verdon et plateau de Valensole et le GRP du Tour du Lac de Sainte-Croix[75].

Sainte-Croix-du-Verdon dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

En 1957 puis en 1973, soit à 16 années d'intervalle, la télévision va s'intéresser à la vie des habitants de Sainte-Croix-du-Verdon, dans deux documentaires respectivement produits par la Radiodiffusion Télévision Française et par l'Office national de radiodiffusion télévision française.

Le premier documentaire, diffusé en 1957, s'intitule Sainte-Croix du Verdon[76]. Il s'agit d'un épisode de la série À la découverte des Français produite par Jean-Claude Bergeret et diffusée entre 1957 et 1974. Réalisé par Jacques Krier et Roger Benamou, ce documentaire met en lumière la rudesse de la vie des villageois, confrontés à l'exode rural et au projet de construction du barrage de Sainte-Croix.

Le second documentaire, diffusé en 1973, toujours dans la série À la découverte des Français[77], redonne la parole aux participants du premier documentaire. Certains ont choisi de s'établir loin de Sainte-Croix-du-Verdon et témoignent de leurs choix professionnels, d'autres ont choisi de rester, malgré les incertitudes liées à la mise en service du barrage, alors en cours de construction. Ces derniers évoquent les indemnisations accordées par EDF, jugées insuffisantes pour reconstituer les exploitations agricoles promises à la submersion. Rares sont ceux qui ont choisi de résister et refusent encore de conclure un accord avec l'entreprise nationale. Paradoxalement, le village reprend vie, des maisons ont été restaurés et de nouveaux habitants sont venus s'installer.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sainte-Croix-du-Verdon Blason
D'argent à une croix potencée de gueules cantonnée de quatre croisettes du même (croix de Jérusalem)[78],[79].
Détails
Armes parlantes.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Nota : Les sites externes font souvent référence à Sainte-Croix-de-Verdon, la nouvelle dénomination pouvant tarder à être prise en compte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Une place du village porte le nom de ce maire[65].
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 p. (non-paginé) (ISBN 2-7399-5004-7).
  2. Sainte-Croix-Du-Verdon, par Daniel Thiery : L’ancienne église Sainte-Croix
  3. Gorges et grottes de Baudinard
  4. « Henri Proglio présent pour les 40 ans du lac de Sainte-Croix : Le Président du Groupe EDF a célébré vendredi les 40 ans du lac de Sainte-Croix-du-Verdon », Haute-Provence info,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. T.BL., « Alpes-de-Haute-Provence : il y a 50 ans, la mise en eau qui a bouleversé le Verdon : Quelques années après la construction du lac de Serre-Ponçon, EDF a mis en eau Sainte-Croix, dans le Verdon. Si une centaine de foyers a dû tout quitter, l’ouvrage offre depuis de l’électricité et de l’eau potable », La Provence,‎ 5/8/2023 mis à jour le 6/8/2023 (lire en ligne Accès limité, consulté le ).
  6. L'eau dans la commune
  7. Contrat de rivière Verdon
  8. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  9. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Sainte-Croix-du-Verdon et Aiguines », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France « Aiguines_sapc », sur la commune des Aiguines - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. « Station Météo-France « Aiguines_sapc », sur la commune des Aiguines - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  13. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  14. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  15. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Les communes soumises à la loi littoral », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  21. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Loi relative à l’amenagement, la protection et la mise en valeur du littoral », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. a et b Roger Brunet, « Canton de Riez », Le Trésor des régions, consultée le 8 juin 2013.
  25. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence (DDRM), 2008, p. 39.
  26. a et b Ministère de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement, Notice communale sur la base de données Gaspar, mise à jour le 27 mai 2011, consultée le 14 août 2012.
  27. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, p. 37.
  28. a et b Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 97.
  29. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 88.
  30. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Plan particulier d'intervention des barrages de Castillon et Chaudanne, version du 4 juillet 2012, p. 14.
  31. DREAL, « Cartographie de l’onde de submersion des grands barrages », Région PACA, consulté le 9 août 2012.
  32. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, PPI de Castillon-Chaudanne, p. 23.
  33. a b et c Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, PPI de Castillon-Chaudanne, p. 25.
  34. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 80.
  35. Formulaire de recherche, base Dicrim, consultée le 14 août 2012.
  36. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 3 : Formations dialectales (suite) ; formations françaises, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 195), , 1852 p. (lire en ligne)., § 27320, p. 1511-1512
  37. La nouvelle dénomination a été officialisée par le décret no 2005-1155 du 12 septembre 2005 portant changement de nom de communes (NOR : INTA0500236D) publié au Journal officiel no 215 du 15 septembre 2005 page 14945
  38. Géraldine Bérard, Carte archéologique des Alpes-de-Haute-Provence, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 1997, p. 402.
  39. a et b Sous la direction d'Édouard Baratier, Georges Duby et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, (BNF 35450017), p. 198-199
  40. a b c et d Daniel Thiery, « Sainte-Croix-du-Verdon », Aux origines des églises et chapelles rurales des Alpes-de-Haute-Provence, publié le 22 décembre 2011, mis à jour le 23 décembre 2011, consulté le 14 août 2012.
  41. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p. 296-298
  42. Jean-Bernard Lacroix, « Naissance du département », in La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p. 113
  43. Charles Bouyssi, Communes et paroisses d’Auvergne, mis en ligne en 2002 [1], consulté le 18 novembre 2008.
  44. Maxime Amiel, « Les Riézois dans l’insurrection de décembre 1851 », p. 196-200 de Provence 1851 : une insurrection pour la République, Actes des journées de 1997 à Château-Arnoux et de 1998 à Toulon, Association pour le 150e anniversaire de la résistance au coup d'État du 2 décembre 1851, Les Mées, 2000, p. 196.
  45. Henri Joannet, Jean-Pierre Pinatel, « Arrestations-condamnations », 1851-Pour mémoire, Les Mées : Les Amis des Mées, 2001, p. 71.
  46. Jean-Christophe Labadie (directeur), Les Maisons d’école, Digne-les-Bains, Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, (ISBN 978-2-86-004-015-0), p. 9.
  47. Labadie, op. cit., p. 16.
  48. Labadie, op. cit., p. 18.
  49. « Sainte-Croix-du-Verdon : commémoration du massacre de Maquisards il y a 70 ans : Lundi 11 août, une cérémonie était organisée en hommage aux 19 maquisards fusillés en 1944 », Haute-Provence info,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. Henri Julien (directeur de publication), Guide du débarquement de Provence, 15 août 1944, Digne-les-Bains, Éditions de Haute-Provence, 1994, (ISBN 2-909800-68-7), p. 126.
  51. Henri Julien, op. cit., p. 125.
  52. André de Réparaz, « Terroirs perdus, terroirs constants, terroirs conquis : vigne et olivier en Haute-Provence XIXe – XXIe siècles », Méditerranée, 109 | 2007, p. 56 et 59.
  53. "Mémoire Vive" n°1 (ISSN 1630-3539), pages 15 et 16.
  54. Compléments d'information dans "Monographie des Salles-sur-Verdon", http://www.lessallessurverdon.com/LShistobarr.html
  55. http://www.lessallessurverdon.com/LSecrits.html onglet « Presse quotidienne régionale », références :
    , Le Méridional : « Quel sera le sort des habitants des Salles et de Bauduen qui seront engloutis sous les eaux du Verdon ? »
    , Le Provençal : « Importante séance de travail à Aups, pour informer et apaiser les populations des villages qui seront noyés par le barrage de Sainte-Croix. »
    , Le Provençal : « Le barrage de Sainte-Croix-Fontaine-L'Evêque : les contacts suscités à Baudinard, Bauduen et Les Salles-sur-Verdon ont écarté une scission entre les populations et l'EDF. »
    , Le Petit Varois : « Le barrage de Sainte-Croix doit naître dans le Haut-Var, mais deux villages ne veulent pas mourir noyés sous les eaux du Verdon. Avec inquiétude leurs habitants s'interrogent sur leur sort. »
    25 février 1962, Le Méridional : « Les problèmes posés par la construction du prochain barrage de Ste-Croix ont été examinés aux Salles-sur-Verdon par les membres du Syndicat de défense des Intérêts agricoles et économiques. »
  56. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  57. « Schéma départemental de coopération intercommunale » [PDF], Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, (consulté le ).
  58. Bernard Aigrot, « Sainte-Croix-du-Verdon restera dans Provence Alpes Agglomération : Le conseil d'agglomération a voté contre le retrait de la commune de Sainte Croix du Verdon de la communauté d'agglomération Provence Alpes Agglomération (PAA). », Haute-Provence info,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  59. [Sébastien Thébault, Thérèse Dumont], « La Libération », Basses-Alpes 39-45, publié le 31 mars 2014, consulté le 2 avril 2014.
  60. a et b Guillaume Messien, « Sainte-Croix-du-Verdon. Décès du maire Jean-Marie Bourjac : Il était âgé de 81 ans. Jean-Marie Bourjac a été élu pour la première fois maire en 2006 », Haute-Provence info,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Maire une première fois entre novembre 2006 et mars 2008, il avait été réélu en mars 2011, puis en 2014 et 2020 lors des scrutins municipaux ».
  61. Nadia Tighidet, « Sainte-Croix-de-Verdon: Après trois ans de gel, ils élisent leur maire dimanche : L'intégralité du conseil de Jean-Marie Fouque a démissionné le 3 février », La Provence,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  62. Site de la préfecture des AHP
  63. Emmanuelle Fabre, « Ste-Croix-de-Verdon : La liste de Jean-Marie Bourjac l'emporte largement », La Provence,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  64. « De Puimoisson à Saint-Julien-du Verdon (liste 6)] »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence (consulté le ).
  65. a et b Rafaël Coiffier, Thomas Delsol, « Alpes-de-Haute-Provence : L’incroyable histoire de la fontaine "sauvée des eaux" : Vendue juste avant la mise en eau du lac de Sainte-Croix, il y a un demi-siècle, une fontaine historique retrouve sa place au cœur du village », La Provence,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  66. « Sainte-Croix-du-Verdon : le nouveau maire Bruno Bourjac veut "recréer une cohésion et une identité au village" : À la suite du décès en juin dernier de Jean-Marie Bourjac, maire de la commune, le conseil municipal a élu son fils, Bruno Bourjac, comme successeur. Ce dernier, fraîchement investi, souhaite ardemment "poursuivre les travaux de (s)on père", en même temps qu' "inscrire son village dans une forme de modernité », La Provence,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  67. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  68. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  69. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  70. Christiane Vidal, « Chronologie et rythmes du dépeuplement dans le département des Alpes-de-Haute-Provence depuis le début du XIXe siècle. », Provence historique, tome 21, no 85, 1971, p. 287.
  71. Réparaz, op. cit., p. 58.
  72. Comtesse du Chaffaut, Gypseries en Haute-Provence : cheminées et escaliers (XVIe – XVIIe siècles), Turriers, Naturalia publications, (ISBN 2-909717-22-4), p 121
  73. Notice no PM04002803, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture deux cloches
  74. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p., p 380
  75. Daniel Jourdanet, « Retour sur l'inauguration du GR de Pays le Tour du lac de Sainte-Croix : Dernièrement était inauguré le GR de Pays le Tour du lac de Sainte-Croix », Haute-Provence info,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  76. Sainte-Croix du Verdon [Production de télévision], Jacques Krier et Roger Benamou, dans À la découverte des Français (, 50 minutes) Radiodiffusion Télévision Française. Consulté le .
  77. Village en sursis ou Sainte Croix de Verdon [Production de télévision], Jean Claude Bergeret, dans À la découverte des Français (, 48 minutes) Office national de radiodiffusion télévision française. Consulté le .
  78. Louis de Bresc, Armorial des communes de Provence, Raphèle-lès-Arles, Marcel Petit CPM, (1re éd. 1866).
  79. Dominique Cureau, « Asse Bléone Verdon : Sainte-Croix-du-Verdon », sur vexil.prov.free.fr (consulté le ).