Saint-Benoît (Alpes-de-Haute-Provence)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Benoît.

Saint-Benoît
Saint-Benoît (Alpes-de-Haute-Provence)
Village de Saint-Benoît.
Blason de Saint-Benoît
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Castellane
Canton Castellane
Intercommunalité Communauté de communes Alpes Provence Verdon
Maire
Mandat
Maurice Laugier
2014-2020
Code postal 04240
Code commune 04174
Démographie
Population
municipale
152 hab. (2016 en augmentation de 17,83 % par rapport à 2011)
Densité 7,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 58′ 05″ nord, 6° 43′ 35″ est
Altitude Min. 515 m
Max. 1 402 m
Superficie 21,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Saint-Benoît

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte topographique des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Saint-Benoît

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Benoît

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Benoît

Saint-Benoît (Sant Beneset en occitan provençal) est une commune française située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Le nom de ses habitants est Saint-Benoîtiens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte élémentaire montrant les limites de la commune, les communes voisines, les zones de végétation et les routes
Saint-Benoît et les communes voisines (Cliquez sur la carte pour accéder à une grande carte avec la légende).

Les communes limitrophes de Saint-Benoît sont Castellet-lès-Sausses, Entrevaux, Ubraye, Annot et Braux.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Jaussiers et Ourgès.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le village est construit sur une colline, à 720 m d’altitude[2].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[3] :

  • Le Var (fleuve),
  • ravins du riou, de mallunes, du gros vallon, de saint-jean, de la lare, du fontanil, du courtévéras,
  • torrent le Coulomp.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Alpes-de-Haute-Provence.

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune compte 1 200 ha de bois et forêts, soit plus de la moitié de sa superficie[1].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Deux petites routes relient le village à la route nationale 202.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Le chemin de fer est inauguré en 1908 : alors qu’il arrivait à Pont de Gueydan depuis l’année précédente, le train relie alors Saint-Benoît à Annot dans un sens, et à Nice dans l’autre[4]. La ligne de Nice à Digne est achevée un peu plus tard, et inaugurée du 5 au 7 août 1911 en présence de Victor Augagneur, ministre des Travaux Publics[5].

La commune dispose également d’un arrêt facultatif sur la ligne du train des Pignes[6].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Benoît est exposée à trois risques naturels[7] :

  • feu de forêt,
  • inondation (dans la vallée de la Vaïre),
  • mouvement de terrain : plusieurs versants de la commune sont concernés par un aléa moyen à fort[8].

La commune de Saint-Benoît est de plus exposée à un risque d’origine technologique, celui de transport de matières dangereuses par route[9]. La départementale RD 900 (ancienne route nationale 100) peut être empruntée par les transports routiers de marchandises dangereuses[10].

Aucun plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) n’existe pour la commune[9] et le Dicrim n’existe pas[11].

Sismicité[modifier | modifier le code]

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque sismique nul. Le canton d'Annot auquel appartient Saint-Benoît est en zone 1b (sismicité faible) selon la classification déterministe de 1991, basée sur les séismes historiques[12], et en zone 4 (risque moyen) selon la classification probabiliste EC8 de 2011[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est fréquenté à l’époque néolithique et à l’âge du bronze (découvertes archéologiques dans les grottes de Saint-Benoît[13], au-dessus du Coulomp[14]).

Le nom du peuple installé dans la vallée à l’arrivée des Romains n’est pas certain, mais il peut s’agir des Nemeturii[15]. Après la Conquête (achevée en 14 av. J.-C.), le territoire de l’actuelle commune de Saint-Benoît est rattaché à la civitas de Glanate (Glandèves). À la fin de l’Antiquité, le diocèse de Glandèves reprend les limites de cette civitas[16].

Moyen Âge et Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Le village est initialement installé sur la colline de Villevieille. La fondation au XIIIe siècle d'un prieuré bénédictin par l'abbaye Saint-Dalmas de Valdeblore[17] entraîne le déplacement du village sur son site actuel[18],[19]. Le prieuré passe ensuite à l'abbaye Saint-Dalmas de Pedona (aujourd'hui à Borgo San Dalmazzo)[20]. Les Pontevès sont les seigneurs du lieu aux XIVe et XVe siècles ; les Lombard leur succèdent du XVe siècle à la Révolution française[19].

Administrativement, la communauté de Saint-Benoît relevait de la baillie d’Outre-Siagne, circonscription administrative du comté de Provence jusqu’en 1245. Celle-ci est ensuite démembrée en plusieurs circonscriptions plus petites, et après une période de stabilisation, on sait qu’en 1264 Saint-Benoît faisait partie de la viguerie de Puget-Théniers[21]. Elle est ensuite rattachée à celle d’Annot à sa création au XVIIIe siècle[18].

Après la guerre de Cent Ans et une fois la sécurité revenue, de 1442 à 1471, 40 familles quittent les deux villages de Braux et Saint-Benoit pour s'installer dans des régions plus faciles à cultiver, ou dans des fiefs où les paysans sont moins imposés[22].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune compte une société patriotique, créée après la fin de 1792[23]. Pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, la commune change de nom pour Collet[24].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

La Révolution et l’Empire apportent nombre d’améliorations, dont une imposition foncière égale pour tous, et proportionnelle à la valeur des biens de chacun. Afin de la mettre en place sur des bases précises, la levée d’un cadastre est décidée. La loi de finances du 15 septembre 1807 précise ses modalités, mais sa réalisation est longue à mettre en œuvre, les fonctionnaires du cadastre traitant les communes par groupes géographiques successifs. Ce n’est qu’en 1830 que le cadastre dit napoléonien de Saint-Benoît est achevé[25].

Au XIXe siècle, une paroisse est créée pour le hameau d’Ourges, qui dessert également le hameau de Jaussiers sur la commune voisine d’Ubraye[18]. Une école est aussi située à Jaussiers, alors que le hameau d’Ourges en est dépourvu[26].

Comme de nombreuses communes du département, Saint-Benoit se dote d’écoles bien avant les lois Jules Ferry : en 1863, elle compte déjà deux écoles dispensant une instruction primaire aux garçons, situées au village chef-lieu et au hameau des Clots[26]. Aucune instruction n’est donnée aux filles : ni la loi Falloux (1851), qui impose l’ouverture d’une école de filles aux communes de plus de 800 habitants, ni la première loi Duruy (1867), qui abaisse ce seuil à 500 habitants, ne concernent Saint-Benoît[27],[28]. La deuxième loi Duruy (1877) lui permet, grâce aux subventions de l’État, de rénover l’école du village[29]. Ce n’est qu’avec les lois Ferry que les petites filles de la commune sont scolarisées.

En 1940, un centre d’internement pour indésirables étrangers ouvre à Saint-Benoit. Le bâtiment hébergeant les prisonniers est prêté par un membre de la famille Rothschild[30].

Jusqu’au milieu du XXe siècle, un vignoble existait à Saint-Benoît, dont la production était consommée sur place et s’exportait. Il n’en reste plus rien aujourd’hui[31].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village apparaît pour la première fois vers 1200 (castrum sant Benedicti), sous sa forme occitane, qui a été francisée par la suite[32].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Saint Benoit04.svg

Blasonnement :
D’or à une fasce d’azur, chargée d’une crosse couchée d’or, et accompagnée de trois joubarbes de sinople, tigées et arrachées du même, posées deux en chef et une en pointe.[33],[34].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Industrie-Construction[modifier | modifier le code]

Une carrière est exploitée par Cozzi, filiale de la SCREG (elle-même filiale via Colas du groupe Bouygues) dans le lit du Var à Pont de Gueydan[35].

L’usine hydroélectrique du Pont de la Donne est située sur la commune de Saint-Benoît (parfois signalée à Annot). Elle utilise les eaux du torrent le Coulomp via une conduite forcée. La turbine ainsi mise en mouvement a une puissance de 3,4 mégawatts[36].

Un inventaire des anciens sites industriels et activités de service a été réalisé[37].

Activités de services[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945   Jules Sauvaire[38]    
         
avant 2005 mars 2008 Edmond Vives    
mars 2008 2014 Henri Ferraro[39]    
avril 2014 En cours
(au 21 octobre 2014)
Maurice Laugier[40]   Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Budget et fiscalité 2016[modifier | modifier le code]

En 2016, le budget de la commune était constitué ainsi[41] :

  • total des produits de fonctionnement : 142 000 , soit 1 043  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 95 000 , soit 701  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 83 000 , soit 610  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 101 000 , soit 744  par habitant ;
  • endettement : 5 000 , soit 37  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 14,02 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 9,02 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 34,355 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 58,73 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 18,65 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2014 : médiane en 2014 du revenu disponible, par unité de consommation : 22 502 [42].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Saint-Benoît fait partie :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La Communauté de communes Alpes Provence Verdon - Sources de Lumière, créée le avec effet le , regroupe désormais 41 communes. Cet Établissement public de coopération intercommunale (EPCI) s'est engagé dans une démarche d’élaboration d’un Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi)[43].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2016 en augmentation de 17,83 % par rapport à 2011, Saint-Benoit comptait 152 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour Saint-Benoit). Depuis 2004, les autres chiffres sont des estimations.

Évolution démographique
1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
61 feux429550396445523512556590548
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
516479431395392385405415402379
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
26929825824424819118317414697
1968 1975 1982 1990 1999 2006 - - - -
71546685112122----
Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale en 2006
(Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[19], EHESS[44], Insee à partir de 1968[45],[46],[47])

L’histoire démographique de Saint-Benoit, après la saignée des XIVe et XVe siècles et le long mouvement de croissance jusqu’au début du XIXe siècle, est marquée par une période d’« étale » où la population reste relativement stable à un niveau élevé. Cette période dure peu, de 1836 à 1846. L’exode rural provoque ensuite un mouvement de recul démographique rapide et de longue durée. En 1901, la commune a perdu plus de la moitié de sa population par rapport au maximum historique de 1841[48]. Le mouvement de baisse ne s'interrompt définitivement que dans les années 1970. Depuis, la population a repris sa croissance, doublant en trente ans.

Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil

  • Pont dit de la reine Jeanne[49] (faisant référence à la reine Jeanne de Provence) : long de 39 m, large de 2,7, en dos-d'âne. L'arche a un diamètre de 29 m et une hauteur sous voûte de 12,5 m. Un pont existait déjà en 1296, trente ans avant la naissance de la reine Jeanne. Le pont actuel, à la construction soignée, date en partie du dernier quart du XVIIe siècle, en partie des années 1728-1735, date de sa dernière reconstruction après une crue. La chaussée, caladée, s’élargit aux extrémités (ailes). Les trous de boulins ayant servi à soutenir le cintre lors de la construction sont encore visibles[50]. L’architecte responsable de sa dernière reconstruction est Tallon[51]. Il est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques[52].
  • Pont de Gueydan, au débouché des gorges de Daluis, date du début des Temps modernes. Les parties conservées (tunnels d’accès et une partie des culées) sont classées monument historique[53]. Il a été doublé par un pont après 1843 : tous deux sont détruits à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Un nouveau pont est construit en 1979, avec une arche de 37 m de portée, le tablier étant porté, par l’intermédiaire de voûtes d'élégissement, par deux arcs parallèles et indépendants[54].
  • Viaduc de chemin de fer du Coulomp.
L'église paroissiale.
Chapelle de la Vierge.

Patrimoine religieux

  • L’église paroissiale, sous le titre de Saint-Benoît et le patronage de saint Marc[55] (roman XVIe siècle) : autel et porche en marbre. Le mur du chœur intérieur est doublé par un second mur, qui date d’une église précédente (XIIIe ou début du XIVe siècle)[56]. Quant à la nef, elle date de la fin du XVIIe siècle (1677)[57].
Dans son mobilier, un calice du XVIIIe siècle est classé monument historique au titre objet[58].
La cloche est de 1765[59]
  • Au village se trouve également la chapelle de la Vierge[18].
  • L’église Notre-Dame de l’Assomption à Ourgès[19] a perdu son toit[18].
  • Monument aux morts[60].

Sites naturels[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roger Brunet, « Canton d’Annot », Le Trésor des régions, consultée le 8 juin 2013
  2. Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 p. (non-paginé) (ISBN 2-7399-5004-7)
  3. L'eau dans la commune
  4. Mathieu Golinelli, Les Chemins de Fer Secondaires de France, 06 : Département des Alpes-Maritime et Monaco, Fédération des amis des chemins de fer secondaires, 1997-2008, consulté le 23 juin 2012
  5. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, « Deux siècles d’activités préfectorales », Préfecture des Alpes de Haute-Provence, consulté le 22 juin 2012
  6. Chemins de fer de Provence, Horaires Nice - Annot- Digne-les-Bains, consulté le 22 juin 2012
  7. a et b Ministère de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement, Notice communale sur la base de données Gaspar, mise à jour le 27 mai 2011, consultée le 14 août 2012
  8. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, p. 37
  9. a et b Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 97
  10. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 80
  11. Formulaire de recherche « Copie archivée » (version du 25 mai 2012 sur l'Internet Archive), base Dicrim, consultée le 14 août 2012
  12. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence (DDRM), 2008, p. 39
  13. Grotte de Saint-Benoît
  14. Géraldine Bérard, Carte archéologique des Alpes-de-Haute-Provence, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 1997, p 400
  15. Raymond Boyer et Guy Barruol, carte 12 « Peuples et habitats de l’époque pré-romaine », in Baratier, Duby & Hildesheimer, Atlas historique de la Provence, et commentaire
  16. Brigitte Beaujard, « Les cités de la Gaule méridionale du IIIe au VIIe s. », Gallia, 63, 2006, CNRS éditions, p. 22
  17. « Présentation de la commune de Saint-Benoît », notice no IA04001596, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. a b c d et e Daniel Thiery, « Saint-Benoît », Aux origines des églises et chapelles rurales des Alpes-de-Haute-Provence, publié le 22 décembre 2011, mis à jour le 23 décembre 2011, consulté le 14 août 2012
  19. a b c et d Sous la direction d'Édouard Baratier, Georges Duby et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, (notice BnF no FRBNF35450017), p. 194
  20. Jean-François Boué, « Implantation des ordres réguliers au Moyen Âge », CG 06.
  21. Philippe Jansen, « Les droits comtaux dans les vigueries de Provence orientale d’après l’enquête de 1333 », Rives méditerranéennes, 37 | 2010, mis en ligne le 15 octobre 2011, p. 3-4.
  22. Édouard Baratier, La démographie provençale du XIIIe au XVIe siècles, avec chiffres de comparaison pour le XVIIIe siècle, Paris : SEVPEN/EHESS, 1961. Collection « Démographie et société », 5. p. 85
  23. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 296-298
  24. Jean-Bernard Lacroix, « Naissance du département », in La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 113
  25. Alexeï Laurent, « Paysages ruraux de la première moitié du XIXe siècle dans le sud-est des Basses-Alpes », in Jean-Christophe Labadie (directeur éditorial), La matière et le bâti en Haute-Provence, XVIIIe-XXIe siècle, actes de la première Journée d'études d'histoire de la Haute-Provence, Digne, 13 octobre 2012. Digne-les-Bains : Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013. (ISBN 978-2-86004-016-7), p. 10.
  26. a et b Jean-Christophe Labadie (directeur), Les Maisons d’école, Digne-les-Bains, Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, (ISBN 978-2-86-004-015-0), p. 9.
  27. Labadie, op. cit., p. 16.
  28. Labadie, op. cit., p. 18.
  29. Labadie, op. cit., p. 11.
  30. Thérèse Dumont, « Compte-rendu de la soirée "1939-1945, L’INTERNEMENT EN FRANCE DES « INDÉSIRABLES » : LE CAMP DE FORCALQUIER », EOEP, publié le 18 janvier 2013
  31. André de Réparaz, « Terroirs perdus, terroirs constants, terroirs conquis : vigne et olivier en Haute-Provence XIXe-XXIe siècles », Méditerranée, 109 | 2007, p. 56 et 59
  32. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 3 : Formations dialectales (suite) ; formations françaises, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 195), , 1852 p. (lire en ligne)., § 28315, p 1610
  33. Louis de Bresc, Armorial des communes de Provence, 1866. Réédition : Marcel Petit CPM, Raphèle-lès-Arles, 1994
  34. Terres de Lumière : Dallas, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  35. SCREG, « Carrières et granulats », consultée le 28 septembre 2012
  36. Mathieu Ruillet, Éric Ruchet, Étude du potentiel régional pour le développement de la petite hydroélectricite, Groupe énergies renouvelables, environnement et solidarité (GERES), 5 décembre 2005, p. 60
  37. Inventaire historique des anciens sites industriels et activités de service du Département des Alpes-de-Haute-Provence
  38. [Sébastien Thébault, Thérèse Dumont], « La Libération », Basses-Alpes 39-45, publié le 31 mars 2014, consulté le 2 avril 2014.
  39. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, De Puimoisson à Saint-Julien-du Verdon (liste 6), consulté le 6 mars 2013
  40. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, « Liste des maires », 2014, consultée le 20 octobre 2014.
  41. Les comptes de la commune
  42. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  43. Communauté de Communes Alpes Provence Verdon « Sources de Lumière » : Lancement du PLUi du Moyen Verdon
  44. EHESS, notice communale de Saint-Benoît sur le site Cassini, consultée le 18 juillet 2009
  45. « Résultats du recensement de la population - Saint-Benoît », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  46. « Recensement de la population au 1er janvier 2006 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  47. « Populations légales 2010 en vigueur le 1er janvier 2014 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2014)
  48. Christiane Vidal, « Chronologie et rythmes du dépeuplement dans le département des Alpes de Haute- Provence depuis le début du XIX' siècle. », Provence historique, tome 21, no 85, 1971, p. 288.
  49. Pont de la Reine Jeanne, sur le site Structurae
  50. Notice qui lui est consacrée par Guy Barruol in Guy Barruol, Philippe Autran et Jacqueline Ursch, D'une rive à l'autre : les ponts de Haute-Provence de l’Antiquité à nos jours, Les Alpes de Lumière no 153, Forcalquier 2006, p 110
  51. Serge Montens, Les plus beaux ponts de France, Paris, Bonneton, 2001, (ISBN 2-86253-275-4), p. 41
  52. Arrêté du 19 janvier 1928, notice de la Base Mérimée, consultée le 29 août 2008
  53. Arrêté du 28 février 1944, notice de la Base Mérimée, consultée le 29 août 2008
  54. Notice qui lui est consacrée par Guy Barruol in Guy Barruol, Philippe Autran et Jacqueline Ursch, D'une rive à l'autre, op. cit., Forcalquier 2006, p 111-112
  55. Église paroissiale Saint-Marc
  56. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p., p 144
  57. Raymond Collier, op. cit., p 151 et 214
  58. Arrêté du 30 janvier 1995, notice de la Base Palissy, consultée le 29 août 2008
  59. « Cloche de église paroissiale Saint-Marc », notice no PA00081562, base Mérimée, ministère français de la Culture
  60. Monument aux morts