Saint-Geniez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Geniez (homonymie).
Saint-Geniez
Route de Sisteron à Saint-Geniez
Route de Sisteron à Saint-Geniez
Blason de Saint-Geniez
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Forcalquier
Canton Sisteron
Intercommunalité Communauté de communes du Sisteronais
Maire
Mandat
Lucienne Barbero
2014-2020
Code postal 04200
Code commune 04179
Démographie
Population
municipale
89 hab. (2012)
Densité 2,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 14′ 45″ N 6° 03′ 13″ E / 44.2458333333, 6.0536111111144° 14′ 45″ Nord 6° 03′ 13″ Est / 44.2458333333, 6.05361111111  
Altitude Min. 637 m – Max. 1 705 m
Superficie 38,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte administrative des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Saint-Geniez

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte topographique des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Saint-Geniez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Geniez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Geniez

Saint-Geniez, ou parfois Saint-Geniez-de-Dromon, est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Commune de contrastes, elle est à la fois grande en superficie (ayant fusionné avec une autre commune) et très petite en population. À la suite d'un fort exode rural, elle a vu sa population divisée par 10 du XIXe siècle aux années 1970, et peine à retrouver une dynamique (école fermée) ; les activités sont agricoles et touristiques. Elle présente un relief accidenté avec une altitude variant de plus de 1 000 mètres au sein du territoire (Robert Bailly parle de « reliefs wagnériens »). Elle fait partie de la réserve naturelle géologique de Haute-Provence : on peut y observer de nombreux fossiles. Sa chapelle Notre-Dame de Dromon est signalée pour sa crypte et comme site possible de l’antique Théopolis de Dardannus.

Le nom des habitants de Saint-Geniez est Saint-Genais[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Massif des Alpes et localisation des Préalpes de Digne
 Carte élémentaire montrant les limites de la commune, les communes voisines, les zones de végétation et les routes
Saint-Geniez et les communes voisines (Cliquez sur la carte pour accéder à une grande carte avec la légende).

Les communes limitrophes de Saint-Geniez sont Valavoire, Châteaufort, Authon, Le Castellard-Mélan, Entrepierres et Valernes.

La commune est située dans la partie nord des Préalpes de Digne, au nord-est de Sisteron et au nord-ouest de Digne-les-Bains.

Géologie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Géologie des Alpes.

Le territoire fait partie de la réserve naturelle géologique de Haute-Provence[3]. Il se situe en limite de la nappe de Digne[4], immédiatement à l'ouest du lobe de Valavoire[5]. Il s'agit d'une nappe de charriage, c'est-à-dire d'une dalle épaisse de près de 5 000 m qui s'est déplacée vers le sud-ouest durant l'Oligocène et la fin de la formation des Alpes. Les lobes (ou écaille) correspondent à la bordure découpée à l'ouest de la nappe. À l'ouest, on retrouve des formations calcaires provençales du Jurassique supérieur et du Crétacé inférieur (roches sédimentaires issues d'un ancien océan alpin). On trouve différents fossiles dans ces roches : échinodermes, mollusques bivalves, mollusques céphalopodes, brachiopodes, mollusques ammonoïdes[6].

Une mine de plomb qui était exploitée est aujourd'hui abandonnée. On note également la présence d'une ancienne carrière.

Topographie[modifier | modifier le code]

Le Trainon (1654 m), vu d’Entrepierres.

Le village est à une altitude de 1 100 m[7]. Le territoire varie de 637 mètres (vallée du Vançon au sud-est) à 1 705 mètres d'altitude (montagne de Mélan à l'est). Il présente une topographie accidentée et de fortes pentes, avec plusieurs ravins (ravin de Saint-Symphorien, ravin du Prayas, ravin de Terre-Basse...), vallées étroites (défilé de Pierre-Écrite) et rochers (rocher de Dromont).

L'ensemble est boisé par la forêt domaniale du Vanson à l'ouest et à l'est ; le nord présente également quelques boisements : bois d'Eygrières, Bois de Clamoussier. Au total, la commune compte  ha de bois et forêts[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le Riou de Jabron[8] et le Vançon (ou Vanson)[9], affluents de la Durance[10].

Transports[modifier | modifier le code]

L’autoroute A 51 passe à l'ouest à moins de 10 kilomètres de la commune, dans la vallée de la Durance ; elle va vers Gap au nord et Aix-en-Provence au sud. La départementale RD 3 traverse la commune d'est en ouest (d'Authon à Entrepierres, puis vers Sisteron). Le GR 6 (GR de Pays de la grande traversée des Préalpes, qui traverse la France jusqu'en Aquitaine) passe au sud de la commune, ainsi qu'un chemin de petite randonnée.

Une gare ferroviaire desservie par les TER (Marseille-Briançon) se situe à Sisteron, ainsi qu'une gare routière.

L’aérodrome de Sisteron-Thèze se situe à quelques kilomètres au nord-ouest, à Vaumeilh.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Alpes-de-Haute-Provence.

Les stations météos proches de Saint-Geniez sont, par ordre de proximité, celles de Sisteron (mais située dans le contexte différent de la vallée de la Durance et 600 m plus bas en altitude), La Motte-du-Caire (elles aussi plus basses en altitude), Thoard et Bayons[11].

Relevé météorologique de la région de Sisteron
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 0,5 3 5,4 9,1 12,7 15,4 15,3 12 8,2 3,7 1,1 7,2
Température moyenne (°C) 4,3 5,7 8,7 11,2 15,3 19,2 22,4 22,1 18 13,4 8,2 5,2 12,8
Température maximale moyenne (°C) 8,6 10,9 14,4 16,9 21,4 25,7 29,3 28,9 24 18,5 12,6 9,3 18,4
Précipitations (mm) 26,9 24,3 23,8 44 40 27,9 20,9 32,7 45,9 53,5 52,4 30,7 423
Source : Relevé météo de Sisteron[12][réf. à confirmer]
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
8,6
0
26,9
 
 
 
10,9
0,5
24,3
 
 
 
14,4
3
23,8
 
 
 
16,9
5,4
44
 
 
 
21,4
9,1
40
 
 
 
25,7
12,7
27,9
 
 
 
29,3
15,4
20,9
 
 
 
28,9
15,3
32,7
 
 
 
24
12
45,9
 
 
 
18,5
8,2
53,5
 
 
 
12,6
3,7
52,4
 
 
 
9,3
1,1
30,7
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque sismique nul. Le canton de Sisteron auquel appartient Saint-Geniez est en zone 1b (sismicité faible) selon la classification déterministe de 1991, basée sur les séismes historiques[13], et en zone 4 (risque moyen) selon la classification probabiliste EC8 de 2011[14]. La commune de Saint-Geniez est également exposée à trois autres risques naturels[14] :

  • feu de forêt,
  • inondation (dans la vallée de la Bléone),
  • mouvement de terrain : le sud de la commune est concerné par un aléa moyen à fort[15].

La commune de Saint-Geniez n’est exposée à aucun des risques d’origine technologique recensés par la préfecture[16] et aucun plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) n’existe pour la commune[16] ; le Dicrim n’existe pas non plus[17].

Le tremblement de terre du 18 mai 1866, dont l’épicentre était situé à Laragne, a été fortement ressenti dans la commune. Il a dépassé une intensité macro-sismique ressentie de VII sur l’échelle MSK (dégâts sur les maisons)[18],[19].

Hameaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal compte de nombreux hameaux :

  • Abros (ancienne paroisse, au sud) ;
  • Chabert, à l'est ;
  • Chardavon (ancienne commune), à l'ouest. Il est situé dans un bassin isolé, entre les massifs d’Aigue-Champs au sud et de Gache au nord ;
  • Dromon ;
  • les Bellets ;
  • la Pène ;
  • le Roucas Blanc (ancienne paroisse) ;
  • Saurines ou Sorine depuis le début du XXe siècle ;
  • Terre Basse.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Saint-Geniez comptait 119 logements en 2007 (contre 95 en 1999). Les constructions anciennes sont bien plus présentes que la moyenne française : en 2007, 40,5 % des résidences principales dataient d'avant 1949. En revanche, la commune connaît un important déficit de constructions des années 1950 aux années 1980 qui s'explique par l'exode rural.

Les résidences principales ne représentent que 47 logements soit 38,2 % du parc (33,7 % en 1999), réparties à parts égales de 48,6 % en maisons individuelles (93,7 % en 1999) et appartements (2,1 % en 1999) (respectivement 56,1 % et 42,4 % en France métropolitaine). 77,8 % des habitations principales comportent quatre pièces et plus[20]. Les propriétaires de leurs logements constituent 61,9 % des habitants contre 21,6 % qui sont locataires (respectivement 57,4 % et 39,8 % en France métropolitaine).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Saint-Geniez se nomme Sant Giniés en occitan vivaro-alpin.

Le nom du village apparaît pour la première fois en 1030 (ecclesia Beati Genesii), il est nommé d’après saint Genès d'Arles ou Genès de la Colonne (Genesius en latin), Sant Genesio sous sa forme occitane, qui a été francisée par la suite[21],[22]. Il est également appelé Saint-Geniez-de-Dromon (Sanctus Genesius Dromone, XIe siècle).

Le nom du hameau d’Abros, dans la vallée du Vançon, vient du mot gaulois broga, champ, ou limite[23].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Rocher de Dromon où certains[Qui ?] situent la cité de Théopolis[réf. nécessaire]

Dans l’Antiquité, les territoires des communes de Chardavon et de Saint-Geniez font partie de celui des Sogiontiques (Sogiontii), dont le territoire s’étend du sud des Baronnies à la Durance, et recouvre une partie du massif des Monges. Les Sogiontiques sont fédérés aux Voconces, et après la conquête romaine, ils sont rattachés avec eux à la province romaine de Narbonnaise. Au IIe siècle, ils sont détachés des Voconces et forment une civitas distincte, avec pour capitale Segustero (Sisteron)[24].

Chardavon, isolé dans un vallon accessible uniquement par le défilé de Pierre-Écrite, recèle plusieurs traces d’occupation ancienne, depuis le Néolithique[25] et l’âge du bronze. Le territoire était habité sous le Haut-Empire romain, comme l’attestent les découvertes de surface[25] (aucune fouille entreprise). Chardavon est un des emplacements avancés pour la cité de Théopolis fondée par Dardanus, un préfet du prétoire du Bas-Empire romain, le site étant isolé et protégé par les montagnes.

Une agglomération gallo-romaine se situe à Dromon.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le rocher de Dromon (1 285 m) est occupé par un château fort à partir du XIe siècle : auparavant, il avait été occupé au Néolithique[26]. Quand le château est détruit, le village se déplace sur son site actuel[7]. L’évêque de Gap donne l’église de Saint-Geniez, avec les revenus afférents, à l’abbaye Saint-Victor de Marseille au XIe siècle[27]. L’abbaye est de plus seigneur du lieu jusqu’au XIVe siècle ; les Gombert lui succèdent jusqu’à la Révolution[28].

Lors de la crise ouverte par la mort de la reine Jeanne Ire, Jame Gombert, seigneur de Beaudument et Dromon, soutient Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Le ralliement de Sisteron à la cause angevine, en 1386, entraîne son changement d’engagement, et il prête hommage au jeune duc d’Anjou, Louis II, le 27 mars 1386[29].

Le village est déserté au XVe siècle, après la peste noire et les destructions liées à la guerre de Cent Ans. Les communautés de Dromon, qui comptait 78 feux au dénombrement de 1315, et de Saint-Geniez (12 feux)[28] fusionnent à la fin du XVe siècle[30].

L’abbaye Saint-Victor cède l’église paroissiale au chapitre de Notre-Dame-des-Doms d’Avignon au XVIIe siècle[27].

Le village de Chardavon est signalé dans les chartes au début du XIe siècle, une trentaine d’années avant qu’une prévôté de chanoines réguliers s’y installe[31] pour y fonder l’abbaye Notre-Dame-et-Saint-Jean-Baptiste. Celle-ci prospère, et compte à son apogée 18 églises sous sa dépendance dans le diocèse de Gap[32] (21 selon Daniel Thiery)[27]. Le couvent est détruit par une bande de routiers en 1385, et les chanoines s’installent à Saint-Marcel de la Baume-lès-Sisteron[31],[27]. Les habitants du village restent sur place après le départ des chanoines (54 habitants en 1765)[28].

Une autre communauté, celle de la Penne, signalée en 1030, comptait 20 feux en 1315. Elle aussi est ravagée aux XIVe et XVe siècles et complètement désertée[27].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Geniez est saccagée pendant les guerres de religion[27].

Une société par actions tente d’exploiter des mines de plomb en 1602, mais elles sont peu rentables ; une autre tentative a lieu en 1614, sans plus de succès[33].

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grande Peur.

Au début de la Révolution française, la nouvelle de la prise de la Bastille est accueillie favorablement, mais provoque un phénomène de peur collective d’une réaction aristocratique. Localement, la Grande Peur, venant de Tallard et appartenant au courant de la « peur du Mâconnais », atteint Seyne dans la nuit du 31 juillet 1789. Les consuls de Seyne préviennent ensuite les communautés de la viguerie, dont Saint-Geniez et Chardavon, qu’une troupe de 5 à 6 000 brigands se dirige vers la Haute-Provence après avoir pillé le Dauphiné. Le 1er août, les habitants de Chardavon se réfugient derrière les murs de la place forte de Seyne avec leurs meubles et leur bétail, et les hommes y reçoivent des armes tirées de l’arsenal de la citadelle[34]. Les communautés de La Motte, Clamensane, Saint-Geniez, Authon, Curbans, Bayons et Claret constituent ensemble une troupe de 700 hommes armés. Elles mettent le marquis d’Hugues de Beaujeu à sa tête, qui décide de se porter au-devant du danger en allant surveiller les bacs sur la Durance[34].

Dès le 2 août, l’affolement retombe, les faits-divers à l’origine des rumeurs étant éclaircis. Mais un changement important a eu lieu : les communautés se sont armées, organisées pour se défendre et défendre leurs voisins. Un sentiment de solidarité est né à l’intérieur des communautés et entre communautés voisines, et les consuls décident de maintenir les gardes nationales. Aussitôt la peur retombée, les autorités recommandent toutefois de désarmer les ouvriers et les paysans sans terre, pour ne conserver que les propriétaires dans les gardes nationales[34].

À l’été 1790, une émeute envahit le château et le met à sac : les deux tours du château sont abattues et l’incendie est évité de peu[35].

La société patriotique de Saint-Geniez est créée après la fin de 1792[36]. Pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, la commune change de nom pour Dromont[37], d’après le nom d’une montagne (d’où le t en référence au rocher[38]). En 1793, le château est mis aux enchères pour démolition[39].

En 1810, le vallon de l’Aigue est creusé au pied de la montagne de Trenon et de la Barre Rousse, pour détourner les eaux qui coulaient de ces montagnes, emportaient les terres cultivables et inondaient le village[40].

Des mines de plomb ont existé à Chardavon. Jugées anciennes, ces galeries sont appelées mines sarrasines. Même si on ne peut les dater aussi loin, on peut attester leur exploitation au XVe siècle[41]. La mine de plomb de Saurine (actuel lieu-dit de Sorine) du seigneur est comblée dès qu’il émigre à la Révolution[42]. Son exploitation est relancée par son épouse, Madame de Commandaire, à partir de 1811. Les gisements exploités débutent aux hameaux de Naux et Seaurin, et occupent une superficie de 13 hectares. Les treize veines de baryte sulfaté ont une épaisseur de 20 cm à un mètre, certains rognons pesant plus de 50 kg. La production de minerai, l’alquifoux, atteint 25 quintaux par mois. Il est transporté brut à dos de mulets vers Sisteron, Avignon et Toulon. En 1814, les filles de Mme de Commandaires héritent des mines. Mais les guerres napoléoniennes se terminent avec Waterloo (1815), avec elles prend fin le Blocus continental et la rentabilité de l’alquifoux de Saint-Geniez chute. Le sire de Commandaire revient d’émigration et les mines lui sont dévolues en 1821, la production ayant chuté à 100 quintaux annuels. Ayant combattu dans les armées anglaises contre la France, il perçoit une pension versé par le Royaume-Uni, et abandonne les mines[43]. Elles ne furent pas remise en service, malgré de très nombreux projets formulés entre les années 1820 et les années 1940[44],[45].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Entre 1820 et 1874, trois moulins sont construits subitement à Saint-Geniez, en partie par rivalité avec Authon, pour faire de la farine et de l’huile de noix[46].

Le coup d'État du 2 décembre 1851 commis par Louis-Napoléon Bonaparte contre la Deuxième République provoque un soulèvement armé dans les Basses-Alpes, en défense de la Constitution. Après l’échec de l’insurrection, une sévère répression poursuit ceux qui se sont levés pour défendre la République : 5 habitants de Saint-Geniez sont traduits devant la commission mixte[47].

La commune absorbe celle de Chardavon en 1859[48].

Comme de nombreuses communes du département, Saint-Geniez se dote d’écoles bien avant les lois Jules Ferry : en 1863, elle compte déjà deux écoles dispensant une instruction primaire aux garçons (au village chef-lieu et à Abros)[49]. Bien que la loi Falloux (1851) n’impose l’ouverture d’une école de filles qu’aux communes de plus de 800 habitants, les filles de Saint-Geniez sont déjà scolarisées dans les années 1860[50].

La commune subit un important exode rural des années 1870 à 1975. Elle est également touchée par les épisodes mortels régionaux ou nationaux : en 1884, la population communale subit une épidémie de choléra. Elle cause 3 morts[51]. Une partie des hommes appelés au front meurent durant la Première Guerre mondiale. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le département est occupé par l'Italie de novembre 1942 à septembre 1943, puis par l'Allemagne nazie jusqu'en août 1944. À cette date, la ville voisine de Sisteron est bombardée par les alliés dans le cadre du débarquement de Provence. La libération se fait très rapidement après le débarquement.

Légende[modifier | modifier le code]

Une ancienne légende raconte que le partage des fiefs de la vallée du Haut-Vançon s’est fait sur le pointu de Serette. Quatre seigneurs ont écarté les bras en se tournant le dos, ce qui était contenu entre leurs bras devenait leur fief. Les fiefs d’Entrepierres, Vilhosc, Saint-Geniez et Authon naquirent ainsi[52].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

De par sa taille, la commune dispose d'un conseil municipal de 9 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[53]). Lors du scrutin de 2008 il y eut deux tours (huit élus au premier tour et un au second) Michel Manceau a été réélu conseiller municipal au premier tour avec le quatrième total de 51 voix soit 52,04 % des suffrages exprimés. La participation a été de 91,59 %. il a ensuite été nommé maire par le conseil municipal [54].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des maires de France.

L'élection du maire est la grande innovation de la Révolution de 1789. De 1790 à 1795, les maires sont élus au suffrage censitaire pour 2 ans. De 1795 à 1800, il n’y a pas de maires, la commune se contente de désigner un agent municipal qui est délégué à la municipalité de canton.

En 1799-1800, le Consulat revient sur l'élection des maires, qui sont désormais nommés par le pouvoir central. Ce système est conservé par les régimes suivants, à l'exception de la Deuxième République (1848-1851). Après avoir conservé le système autoritaire, la Troisième République libéralise par la loi du 5 avril 1884 l'administration des communes : le conseil municipal, élu au suffrage universel, élit le maire en son sein.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945   Paul Daumas[55]    
         
  juillet 2005 Bernard Airaudi   démissionne pour raisons de santé[56]
juillet 2005 janvier 2013[57] Michel Manceau   démissionne pour raisons de santé[56]
février 2013 2014 Caroline Barzic[58]    
avril 2014 en cours
(au 21 octobre 2014)
Lucienne Barbero[59]    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances administratives et juridiques[modifier | modifier le code]

Saint-Geniez est une des cinq communes du canton de Sisteron qui totalise 8 742 habitants en 2006. Le canton a fait partie de l’arrondissement de Sisteron du au , date de son rattachement à l'arrondissement de Forcalquier.et de la Deuxième circonscription des Alpes-de-Haute-Provence. Saint-Geniez fait partie du canton de Sisteron depuis 1801 après avoir fait partie du canton de Saint-Geniez de 1793 à 1801[48]. Saint-Geniez fait partie de la juridiction d’instance et prud'hommale de Manosque, et de grande instance de Digne-les-Bains[60].

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Saint-Geniez en 2009[61]
Taxe part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 5,15 % 0,66 % 5,53 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 11,25 % 1,94 % 14,49 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 47,23 % 4,07 % 47,16 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 11,69 % 1,21 % 10,80 % 3,84 %

La Part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[62]).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune de Saint-Geniez comptait 89 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2004, 2009, 2014, etc. pour Saint-Geniez). Les autres « recensements » sont des estimations.

Le tableau et le graphique ci-dessous présentent l’évolution démographique de la commune de Saint-Geniez jusqu’en 1856, puis celle de Saint-Geniez et Chardavon fusionnées après 1859.

Évolution démographique de Saint-Geniez et Dromon
1315 1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
90 feux inhabité 451 470 500 550 505 482 482 500
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
552 515 566 526 498 450 439 432 398 424
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
426 410 375 339 249 218 188 147 105 90
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2012 -
74 67 51 59 55 90 104 90 89 -
Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale depuis 2006
(Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[28], EHESS[48], Insee à partir de 1968[63],[64],[65],[66])


L’histoire démographique de Saint-Geniez, après l'abandon complet au XVe siècle et la croissance jusqu’au début du XIXe siècle, est marquée par une période d’« étale » où la population reste relativement stable à un niveau élevé. Cette période est assez longue à Saint-Geniez, et occupe les deux premiers tiers du siècle. L’exode rural provoque ensuite un mouvement de recul démographique rapide, et de longue durée. En 1921, la commune a perdu plus de la moitié de sa population par rapport au maximum historique de 1846[67]. Le mouvement de baisse ne s'inverse que très récemment, dans les années 1990. Depuis, la population tourne autour d'une centaine d'habitants.

Histogramme de l'évolution démographique

Chardavon[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de Chardavon
1765 1793 1800 1806 1821 1831
54 55 53 49 49 43
1836 1841 1846 1851 1856 -
48 30 41 43 40 -
Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale depuis 2006
(Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[28], EHESS[68], Archives départementales[69])


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La pyramide des âges, à savoir la répartition par sexe et âge de la population, de la commune de Saint-Geniez en 2009[70] ainsi que, comparativement, celle du département des Alpes-de-Haute-Provence la même année[71], sont représentées avec les graphiques ci-dessous. La population de la commune comporte 51,1 % d'hommes et 48,9 % de femmes pour un total de 90 individus. Les tranches pour lesquelles le déséquilibre est le plus prononcé en faveur des hommes sont les tranches 45-60 ans et 60-75 ans. La population de Saint-Geniez est jeune comparativement à la population du département

Pyramide des âges de Saint-Geniez en 2009
en pourcentage
[72]
Hommes Classe d’âge Femmes
90  ans ou +
75 à 89 ans
4,5 
13,2 
60 à 74 ans
13,6 
32,6 
45 à 59 ans
22,7 
34,8 
30 à 44 ans
22,7 
13,0 
15 à 29 ans
27,3 
10,9 
0 à 14 ans
13,6 
Pyramide des âges du département des Alpes de Haute Provence en 2009
en pourcentage.
[73]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,4 
8,2 
75 à 89 ans
11,4 
17,2 
60 à 74 ans
17,5 
20,8 
45 à 59 ans
21,3 
18,6 
30 à 44 ans
18,5 
15,5 
15 à 29 ans
14,0 
18,2 
0 à 14 ans
15,9 

Superficie et population[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Geniez a une superficie de 3 894 ha et avait une population de 101 habitants en 2007, ce qui la classait[74] :

Rang Population Superficie Densité
Flag of France.svg France 32 827e 2 050e 36 494e
Flag of Provence-Alpes-Cote dAzur.svg Provence-Alpes-Côte d'Azur 855e 240e 902e
Alpes-de-Haute-Provence 155e 52e 172e
Arrondissement de Forcalquier 69e 13e 81e
Canton de Sisteron 4e 4e 4e

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose ni d'école maternelle ni d'école primaire[75]. Une classe unique a fonctionné jusqu'en 1972, puis de 1995 à 2009, mais a fermé par manque d'effectif[76]. Après le primaire, les élèves sont affectés au collège de la cité scolaire Paul-Arène à Sisteron[77],[78], puis au lycée de la même cité scolaire[79].

Santé[modifier | modifier le code]

L'hôpital le plus proche est celui de Sisteron, établissement dépendant du Centre Hospitalier intercommunal des Alpes du Sud dont le siège est à Gap[80].

Cultes[modifier | modifier le code]

Saint-Geniez faisait partie du diocèse de Sisteron[27]. Jusqu’en 1729, la paroisse dépendait de l’archiprêtré de Provence, autrefois appelé Oultre-Durance, dans le diocèse de Gap. À la suite de l'établissement des conférences ecclésiastiques en 1686, l'archiprêtré de Provence a été divisé en trois nouveaux archiprêtrés en 1729, puis six en 1749. L’archiprêtré est de Saint-Geniez-de-Dromon est créé à ce moment-là et dure jusqu’à la Révolution[81].

Fêtes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Aperçu général[modifier | modifier le code]

En 2009, la population active s'élevait à 30 personnes, la commune ne proposant que 15 emplois (l’indicateur de concentration d'emploi est de 53 %). Parmi les emplois localisés dans la commune, l'emploi salarié est minoritaire (40 %)[82]. L’économie de la commune est surtout agricole.

54 % des actifs de la commune travaillent hors de la commune[83].

Il existait des carrières de marbre au sud de la commune.

Emploi[modifier | modifier le code]

La répartition de la population est conforme à la moyenne nationale avec 44,4 % d'actifs, 26,8 % de retraités, mais inférieur avec seulement 20 % de jeunes scolarisés[84].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Chevaux de race fjord en liberté à Saint-Geniez

Une partie de la population vit de l’agriculture, essentiellement de l’élevage ovin, mais aussi de chevaux et chèvres[85].

Sept exploitations étaient installées dans la commune en 2010, un chiffre en baisse depuis 2000[86] qui avait connu un pic avec 12 exploitations dont 3 professionnelles. L’agriculture arrive en tête des établissements de la commune (6 en 2009 et 2 salariés[87]) ; elle emploie au total 18 personnes à temps plein ou partiel[88]. En 2000, sept exploitations pratiquaient l’élevage ovin ou équin, ce qui représentait un doublement par rapport à 1988[88] (le nombre est depuis redescendu à 5[86]). La surface agricole utilisée, 570 ha, est elle en forte baisse depuis 2000 où elle était de 983 ha (soit une chute de 42 %) : elle est surtout affectée à l’élevage (à 89 %)[86].

L’activité agricole de la commune est soutenue par différents labels :

Cependant, excepté pour l’agneau de Sisteron, ces labels ne contribuent à valoriser qu’une production marginale des exploitations.

Industrie-Construction[modifier | modifier le code]

En 2011, il n’y avait qu’un seul établissement du secteur secondaire, dans le secteur de la construction[87].

Activités de service[modifier | modifier le code]

Sur les 15 établissements de la commune, 5 se trouvent dans le secteur des services commerciaux, et 2 dans celui de l'administration (avec deux salariés)[87].

Le tourisme est peu développé : la commune ne compte aucune installation d'accueil ; les résidences secondaires représentent un peu plus de la moitié des logements de la commune[90]. Il bénéficie néanmoins d‘un environnement calme et d’un climat ensoleillé, et s’appuie sur quelques infrastructures minimales : gîtes, chambres d’hôtes[85], relais équestre[91].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts est une plaque émaillée[92].

La Pierre-Écrite[modifier | modifier le code]

Inscription dite Pierre-Écrite.
Dessin de l’inscription.

La Pierre-Écrite (peira escricha) est une inscription romaine classée monument historique depuis 1909[93], sur un rocher, dans un défilé, un peu au-dessous de Chardavon. Elle date du deuxième quart du Ve siècle (entre 425 et 450), et le dénommé Dardannus y signale la construction d’une route et d’une ville nouvelle pour qu’une communauté de chrétiens puisse s’y installer, formant une Théopolis, en référence à saint Augustin[94]. En amont et en aval du défilé, se trouvent une volée de marches qui permettaient d’éviter le passage par ce lieu resserré, en passant par les hauteurs[95].

Plusieurs maisons ont un linteau avec une date inscrite, souvent du XIXe siècle. Parfois, il s’agit simplement de la date du remplacement du linteau en bois par un autre en pierre, la maison est plus ancienne[96]. Le linteau de la maison Bernard, les derniers maçons de la commune, est orné depuis 1896 des outils du maçon, sculptés en bas-relief : massette, truelle, têtu (marteau à deux têtes pointues), équerre[97].

Près du passage caladé du Malpas, entre Authon et Saint-Geniez, se trouve une pierre gravée, portant la date de 1849, représentant un diable ou un démon, souriant et aux traits félins, comme le Matagot des Hautes-Alpes[98].

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Façade de la chapelle Notre-Dame-de-Dromon.

La chapelle Notre-Dame-de-Dromon, sur le site de l’antique oppidum et ville romaine de Théopolis[réf. nécessaire], date du XIIe siècle, mais a été reconstruite en 1656[99]. En ruines dans les années 1970, elle a été restaurée depuis. Les chapiteaux sont du Xe siècle. À proximité se trouvait un château du XIe siècle. Elle est bâtie sur un plan tricconque : une abside en cul-de-four et deux absidioles. Elle possède une crypte datant des VIIIe et IXe siècles et aux décorations de style byzantin. La chapelle latérale de la crypte a presque disparu, il ne reste que l’abside[100]. L’ensemble et le sol environnant sont classés monument historique depuis 1910[101]. Elle abrite une statue de la Vierge à l’Enfant, en albâtre, du XVIIe siècle (classée monument historique au titre objet[102],[103]).

L’église paroissiale Saint-Geniez ou Saint-Genes (XVIIe et XIXe siècle), possède une nef de quatre travées et un seul bas-côté, au nord ; elle est inscrite comme monument historique[104]. Elle possède un médaillon de grande dimensions représentant le Baptême du Christ, en marbre, du XVIIIe siècle, classé au titre objet[105].

La chapelle, ancienne église, Saints-Jacques-et-Saint-Philippe au hameau de Abroz, reconstruite en 1617, comporte une nef de deux travées, sous fausses croisées d’ogives[106],[28]. Elle est placée sous le patronage de la Vierge et a été restaurée dans les années 1990[27]. Deux chapelles en dépendaient : Notre-Dame-de-Pitié à La Forest, reconstruite au XVIIe siècle, est en ruines depuis plusieurs décennies, ainsi que la chapelle de la Roubine[27].

L'église Notre-Dame-de-Consolation à Chardavon (1671), placée sous le patronage de Saint-Roch[27], comporte deux chapelles du XIIIe siècle et un clocher du XVIIIe siècle[31].

Source[modifier | modifier le code]

Dans le vallon des Teyssières, la source des Eaux-Chaudes surgit, laissant couler une eau soufrée à 30 °C, que le maire, M. Jourdan, a tenté de mettre en valeur dans les années 1950[107].

Vestiges et ruines[modifier | modifier le code]

Près de Chardavon, à la crête du Lauzas, se trouvent les vestiges d’un four à chaux[108].

Il reste des ruines du château de Brianson et des chapelles aux hameaux de Forêt et de Robinette.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Saint Geniez.svg

Blasonnement :
De gueules à une fasce d'argent, chargée du mot ST-GENIEZ de sable, et accompagnée de trois croisettes pattées d'or, deux en chef et une en pointe[109].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Irène Magnaudeix, Pierres assises, pierres mouvantes : Usages et représentations de la pierre par les habitants du Haut-Vançon, Mane, Les Alpes de Lumière, Forcalquier, 2004. (ISBN 2-906162-73-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roger Brunet, « Canton de Sisteron », Le Trésor des régions, consultée le 9 juin 2013
  2. « Habitants de Saint-Geniez », sur habitants.fr.
  3. Territoire de la Réserve Naturelle Géologique de Haute-Provence sur le site de celle-ci.
  4. Carte géologique de la France au 1:1 000 000
  5. Maurice Gidon, La Nappe de Digne et les structures connexes.
  6. Dominique Bidon, Les fossiles sur le territoire de Saint-Geniez de Dromon, publié le 24 juillet 2009
  7. a et b Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 p. (non-paginé) (ISBN 2-7399-5004-7)
  8. SANDRE, « rivière Riou de Jabron (X1110520) »
  9. SANDRE, « rivière Le Vançon » (consulté le 28 août 2008)
  10. SANDRE, « Fiche rivière la durance (X---0000) » (consulté le 31 août 2008)
  11. Météo-France, « Réseau des postes du Sud-Est », Climathèque, consultée le 11 mars 2013
  12. « Relevé météo de Sisteron », MSN Météo
  13. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence (DDRM), 2008, p. 39
  14. a et b Ministère de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement, Notice communale sur la base de données Gaspar, mise à jour le 27 mai 2011, consultée le 14 août 2012
  15. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, p. 37
  16. a et b Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 97
  17. Formulaire de recherche, base Dicrim, consultée le 14 août 2012
  18. BRGM, « Épicentres de séismes lointains (supérieurs à 40 km) ressentis à Saint-Geniez », Sisfrance, mis à jour le 1er janvier 2010, consulté le 14 août 2012
  19. BRGM, « fiche 40045 », Sisfrance, consultée le 14 août 2012
  20. « Recsencement 2007 à Saint-Geniez », Insee
  21. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 3 : Formations dialectales (suite) ; formations françaises, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 195),‎ , 1852 p. (lire en ligne), § 28401, p 1617-1618
  22. Bénédicte Fénié, Jean-Jacques Fénié, Toponymie provençale, Éditions Sud-Ouest, 2002 (réédition), ISBN 978-2-87901-442-5, p. 60
  23. Bénédicte Fénié, Jean-Jacques Fénié, op. cit., p. 21
  24. Brigitte Beaujard, « Les cités de la Gaule méridionale du IIIe au VIIe s. », Gallia, 63, 2006, CNRS éditions, p. 18-19
  25. a et b Géraldine Bérard, Carte archéologique des Alpes-de-Haute-Provence, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 1997, p. 405.
  26. Géraldine Bérard, Carte archéologique, op. cit., p. 409.
  27. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Daniel Thiery, « Saint-Geniez », Aux origines des églises et chapelles rurales des Alpes-de-Haute-Provence, publié le 22 décembre 2011, mis à jour le 23 décembre 2011, consulté le 14 août 2012
  28. a, b, c, d, e et f Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, 1969 (notice BnF no FRBNF35450017h), p. 195.
  29. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 422.
  30. Guide des ressources documentaires en PACA, Archives municipales [Saint-Geniez], consultée le 11 décembre 2008.
  31. a, b et c Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit., p. 170.
  32. Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit., carte 72.
  33. Joseph Billioud, « Les mines de plomb des Basses-Alpes du XVIe au XIXe siècle », Provence historique, tome 8, no 31, 1958, p. 44-45.
  34. a, b et c G. Gauvin, « La grande peur dans les Basses-Alpes », Annales des Basses-Alpes, tome XII, 1905-1906
  35. André Lombard, « Violences et troubles de 1789 à l’An VI », La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 157
  36. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 296-298
  37. Jean-Bernard Lacroix, « Naissance du département », in La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 114
  38. Irène Magnaudeix, op. cit., p 25
  39. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean,‎ , 559 p., p. 243.
  40. Irène Magnaudeix, op. cit., p. 47.
  41. Irène Magnaudeix, Pierres assises, pierres mouvantes : Usages et représentations de la pierre par les habitants du Haut-Vançon, Mane, Les Alpes de Lumière, Forcalquier, 2004. ISBN 2-906162-73-6, p 126
  42. Irène Magnaudeix, op. cit., p 36
  43. Billioud, op. cit., p. 50-51.
  44. Irène Magnaudeix, op. cit., p 130-132
  45. Billioud, op. cit., p. 51-52.
  46. Irène Magnaudeix, op. cit., p 89
  47. Henri Joannet, Jean-Pierre Pinatel, « Arrestations-condamnations », 1851-Pour mémoire, Les Mées : Les Amis des Mées, 2001, p. 71.
  48. a, b et c EHESS, notice communale de Saint-Geniez sur la base de données Cassini, consultée le 31 juillet 2009
  49. Jean-Christophe Labadie (directeur), Les Maisons d’école, Digne-les-Bains, Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, (ISBN 978-2-86-004-015-0), p. 9.
  50. Labadie, op. cit., p. 16.
  51. Pierre Colomb, « L'épidémie de choléra de 1884 », Annales de Haute-Provence, Bulletin de la Société scientifique et littéraire de Haute-Provence, no 320, 3e trimestre 1992, p 210
  52. Irène Magnaudeix, op. cit., p 26
  53. « nombre des membres du conseil municipal des communes », Legifrance
  54. « Résultats élections municipales 2008 à Saint-Geniez », sur linternaute.com
  55. [Sébastien Thébault, Thérèse Dumont], « La Libération », Basses-Alpes 39-45, publié le 31 mars 2014, consulté le 3 avril 2014.
  56. a et b Maxime Lancestre, « Le maire de Saint-Geniez démissionne de ses fonctions », La Provence, publié le 14 janvier 2013, consulté le 14 février 2013
  57. Site de la préfecture des AHP
  58. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, De Puimoisson à Saint-Julien-du Verdon (liste 6), consulté le 6 mars 2013
  59. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, « Liste des maires », 2014, consultée le 20 octobre 2014.
  60. « Les Juridictions judiciaires des Alpes-de-Haute-Provence », Ministère de la Justice et des Libertés
  61. « Impots locaux à Saint-Geniez », taxes.com
  62. Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  63. « Résultats du recensement de la population - Saint-Geniez », sur le site de l'Insee (consulté le 1 janvier 2012)
  64. « Recensement de la population au 1er janvier 2004 », sur Archives Wikiwix du site de l'Insee (consulté le 5 mars 2014)
  65. « Recensement de la population au 1er janvier 2009 », sur le site de l'Insee (consulté le 1 janvier 2012)
  66. « Populations légales 2011 en vigueur le 1er janvier 2014 », sur le site de l'Insee (consulté le 1 janvier 2014)
  67. Christiane Vidal, « Chronologie et rythmes du dépeuplement dans le département des Alpes de Haute- Provence depuis le début du XIX' siècle. », Provence historique, tome 21, no 85, 1971, p. 288.
  68. EHESS, notice communale de Chardavon sur la base de données Cassini, consultée le 5 janvier 2014.
  69. Recensement de 1856, p. 5.
  70. « Évolution et structure de la population à Saint-Geniez », sur sur le site de l'Insee (consulté le 9 octobre 2012)
  71. « Résultats du recensement de la population - 2009 », sur http://www.recensement-2009.insee.fr, INSEE (consulté le 9 octobre 2012)
  72. « Évolution et structure de la population à Saint-Geniez en 2009 », sur www.recensement-2009.insee.fr (consulté le 9 octobre 2012)
  73. « Résultats du recensement de la population des Alpes de Haute Provence en 2009 », sur www.recensement-2009.insee.fr (consulté le 9 octobre 2012)
  74. « Classement des villes : Saint-Geniez », Annuaire des Mairies
  75. « Établissement primaires publics des Alpes-de-Haute-Provence », Inspection académique des Alpes-de-Haute-Provence
  76. L'école de Saint Geniez, Dominique Bidon
  77. « Sectorisation des collèges des Alpes-de-Haute-Provence », Académie Aix-Marseille,‎
  78. « Site de la cité scolaire Paul-Arène », Académie Aix-Marseille,‎
  79. « Sectorisation des lycées des Alpes-de-Haute-Provence », Académie Aix-Marseille,‎
  80. « CHICAS, site du Centre Hospitalier des Alpes du Sud Gap-Sisteron », sur chicas-gap.fr
  81. Paul Guillaume, Bénéfices et bénéficiers de l'ancien diocèse de Gap. Archiprêtré de Provence, XVIe siècle, XVIIe siècle et XVIIIe siècle, compris aujourd’hui dans le diocèse de Digne, Digne, Chaspoul et Barbaroux, 1896 p. 5
  82. Insee, Dossier local - Commune : Roumoules, p. 5
  83. Insee, Dossier local, op. cit., p. 7
  84. « Emploi à Saint-Geniez », sur l'Internaute
  85. a et b Dominique Bidon, L’économie locale, page consultée le 11 décembre 2008
  86. a, b et c Ministère de l'Agriculture, « Orientation technico-économique de l’exploitation », Recensements agricoles 2010 et 2000. (lien : attention, le fichier fait 4,4 Mio)
  87. a, b et c Insee, Dossier local, op. cit., p. 15
  88. a et b Insee, Dossier local, op. cit., p. 16
  89. « Liste des appellations AOC et IGP à Saint-Geniez », sur INAO
  90. Insee, Dossier local, op. cit., p. 17
  91. [Carte IGN au 1:25000], géoportail
  92. http://www.saint-geniez.net/village/morts.html
  93. Arrêté du 10 mars 1909, « Notice no PA00080464 », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 10 décembre 2008
  94. Parc naturel du Luberon, Autour de l’An Mil en pays de Forcalquier, catalogue d’exposition, p 11
  95. Irène Magnaudeix, op. cit., p 29
  96. Irène Magnaudeix, op. cit., p 150
  97. Irène Magnaudeix, op. cit., p 151
  98. Irène Magnaudeix, op. cit., p 172-174
  99. Irène Magnaudeix, op. cit., p 51
  100. Raymond Collier, op. cit., p 44 et 408
  101. Arrêté du 13 février 1997, « Notice no PA00080463 », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 10 décembre 2008
  102. Arrêté du 20 janvier 1936, « Notice no PM04000360 », base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 10 décembre 2008
  103. Raymond Collier, op. cit., p 469
  104. Arrêté du 10 juin 1993, « Notice no PA04000026 », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 10 décembre 2008
  105. Arrêté du 30 décembre 1988, « Notice no PM04000796 », base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 10 décembre 2008
  106. Raymond Collier, op. cit., p 189
  107. Irène Magnaudeix, op. cit., p 43-44
  108. Irène Magnaudeix, op. cit., p 94
  109. Louis de Bresc, Armorial des communes de Provence, 1866. Réédition : Marcel Petit CPM, Raphèle-lès-Arles, 1994