Le Castellard-Mélan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Le Castellard-Melan redirige ici.

Le Castellard-Mélan
Le Castellard-Mélan
La Chapelle Notre-Dame et les ruines du castel au second plan
Blason de Le Castellard-Mélan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Digne-les-Bains
Canton Digne-les-Bains-1
Intercommunalité Provence-Alpes Agglomération
Maire
Mandat
Jacques Julien
2014-2020
Code postal 04380
Code commune 04040
Démographie
Gentilé Castellardiens
Population
municipale
1 541 hab. (2015 en augmentation de 2 982 % par rapport à 2010)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 11′ 18″ nord, 6° 07′ 32″ est
Altitude Min. 776 m
Max. 1 840 m
Superficie 25,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte administrative des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Le Castellard-Mélan

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte topographique des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Le Castellard-Mélan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Castellard-Mélan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Castellard-Mélan

Le Castellard-Mélan, anciennement Le Castellard-Melan, est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Le nom de ses habitants est Castellardiens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village du Castellard est situé à 1 050 m d’altitude[2], dans la vallée du Graves. Le hameau de Mélan est situé sur un col donnant dans un vallon parallèle, les deux débouchant dans la vallée de Duyes.

Carte élémentaire montrant les limites de la commune, les communes voisines, les zones de végétation et les routes
Le Castellard-Mélan et les communes voisines (Cliquez sur la carte pour accéder à une grande carte avec la légende).

Les communes limitrophes du Castellard-Mélan sont Authon, Hautes-Duyes, Thoard, Entrepierres, Saint-Geniez.

Relief[modifier | modifier le code]

La montagne de Mélan dépasse les 1 700 m à la Grande Aiguille (1 708 m), et est franchie par le col routier de Font-Belle (vers Authon).

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune compte 1 158 ha de bois et forêts[1].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque sismique nul. Le canton de Digne-les-Bains-Ouest auquel appartient Le Castellard-Mélan est en zone 1b (risque faible) selon la classification déterministe de 1991, basée sur les séismes historiques[3], et en zone 4 (risque moyen) selon la classification probabiliste EC8 de 2011[4]. La commune du Castellard-Mélan est également exposée à trois autres risques naturels[4] :

  • feu de forêt,
  • inondation (dans la vallée des Graves),
  • mouvement de terrain : l’ancienne commune du Castellard est presque entièrement concernée par un aléa moyen à fort[5].

La commune du Castellard-Melan n’est exposée à aucun des risques d’origine technologique recensés par la préfecture[6].

Aucun plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) n’existe pour la commune[6] et le Dicrim n’existe pas non plus[7].

La commune a été l’objet de plusieurs arrêtés de catastrophe naturelle liés à la nature du sol : en 1994 pour des inondations, glissements de terrain et coulées de boue, et en 2007 à cause de la sécheresse ayant entraîné elle aussi des mouvements de terrain[4]. Le tremblement de terre ressenti de la manière la plus sensible dans la commune est celui du 17 février 1947, avec une intensité macro-sismique de IV sur l’échelle MSK et un épicentre situé dans le Piémont[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité du Castellard apparaît pour la première fois dans les textes vers 1200 (sous la forme Castellarium). Le nom vient du terme occitan castelar, qui désigne un château[9],[10].

Celle de Mélan apparaît pour la première fois dans les textes vers 1200 également (Melancum). Sans en être sûr, Ernest Nègre propose comme origine le terme occitan d’origine gauloise amelan, soit l’amélanchier, une espèce alpestre de néflier (dont le fruit est l’amelanco)[11],[12]. Charles Rostaing estime que le toponyme Mélan est antérieur aux Gaulois[13], les Fénié expliquant Melan par un oronyme (terme décrivant le relief) formé sur la racine préceltique Mel*[14].

Le 1er janvier 2011, l'orthographe du Castellard-Melan est changée en Castellard-Mélan[15].

Le nom de ses habitants est Castellardiens[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans l’Antiquité, les Bodiontiques (Bodiontici) peuplaient la vallée de la Bléone, et étaient donc le peuple gaulois qui vivait dans l’actuelle commune de Mallemoisson. Les Bodiontiques, qui sont vaincus par Auguste en même temps que les autres peuples présents sur le Trophée des Alpes (avant 14 av. J.-C.), sont rattachés à la province des Alpes-Maritimes lors de sa création[16].

Au Moyen Âge, les Barras ont construit deux châteaux forts au Castellard (XIIIe siècle)[2]. Ils sont seigneurs de Melan du XIVe siècle à 1789[10], et prélèvent un péage sur la route de Sisteron à la vallée de la Bléone[17]. L’église Sainte-Madeleine dépendait de l’abbaye de Chardavon (actuellement dans la commune de Saint-Geniez), abbaye qui percevait les revenus attachés à cette église[18].

Les deux communautés relevaient de la viguerie de Digne. L’actuelle chapelle de la Madeleine, située sur l’ancienne limite entre les deux communes, était possédée en indivision par les deux communautés, et était église paroissiale pour les deux. Chaque 22 juillet, les deux communautés se retrouvaient pour le pèlerinage commun, pèlerinage qui s’est maintenu après la construction des églises paroissiales aux deux villages, vers le XVIe ou le XVIIe siècle[19].

Durant la Révolution, la commune de Melan compte une société patriotique, créée après la fin de 1792[20]. Pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, la commune du Castellard, qui s’appelait auparavant Châtelard, change de nom pour Rocher-Sec[21].

Les habitants d’Authon se sont longtemps rendu en pèlerinage à la Baume de Saint-Vincent, chaque 29 juin jusqu’en 1843, puis le dimanche de la Trinité[22].

La Deuxième République, amenée par la révolution de 1848, est une période mouvementée dans l’histoire de la commune. Après des promesses de démocratisation et de république sociale, c’est une république conservatrice qui s’installe, réprimant le camp progressiste. Dès 1848, Pierre Magnan est condamné pour avoir pris comme enseigne Le café des montagnards à Mélan (par référence à la Montagne de 1792-93)[23]. Le coup d'État du 2 décembre 1851 commis par Louis-Napoléon Bonaparte provoque un soulèvement armé dans les Basses-Alpes, en application de l’article 110 de la Constitution. Après l’échec de l’insurrection, une sévère répression poursuit ceux qui se sont levés pour défendre la République : Mélan, avec deux habitants traduits devant la commission mixte, est relativement peu touchée[24]. L’un des deux condamnés est Pierre Magnan. Après avoir participé à l’insurrection départementale contre le coup d'État, il s’est caché dans les montagnes. Condamné par contumace, il est poursuivi sans relâche par la gendarmerie et finalement arrêté en mai près de Feissal (actuelle commune d’Authon), avant d’être déporté en Algérie[23].

Comme de nombreuses communes du département, Le Castellard et Melan se dotent d’une école bien avant les lois Jules Ferry : en 1863, une école dispensant une instruction primaire aux garçons fonctionne déjà dans chacun des deux villages[25]. Aucune instruction n’est donnée aux filles : ni la loi Falloux (1851), qui impose l’ouverture d’une école de filles qu’aux communes de plus de 800 habitants, ni la première loi Duruy (1867), qui abaisse ce seuil à 500 habitants, ne les concernent[26],[27]. Ce n’est qu’avec les lois Ferry que les filles des deux communes sont scolarisées.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les villages du Castellard et de Melan sont détruits par les Allemands qui pensaient que les villageois soutenaient les maquisards[28].

Les deux communes du Castellard et de Melan ont fusionné en 1973[29]. La nouvelle commune porte le nom de « Le Castellard-Melan » jusqu'au 1er janvier 2010 où l'orthographe est modifiée en « Le Castellard-Mélan »[30].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires du Castellard, puis du Castellard-Mélan
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945   Faudon Duval[31] Résistant ancien Résistant, se présente sous cette étiquette.
         
juillet 1993   René Heslière    
mars 2001 mars 2008 Joseph Vindeirinho[32]    
mars 2008 en cours
(au 17 avril 2014)
Jacques Julien[33],[34] DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le Castellard-Mélan fait partie :

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2015 en augmentation de 2 982 % par rapport à 2010, la commune du Castellard-Mélan comptait 1541 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2008, 2013, 2018, etc. pour le Castellard-Mélan). Les autres « recensements » sont des estimations.

Évolution démographique du Castellard
1315 1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
20 feux26 feux172197lacune199175175195207
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
177167186174176165160171174147
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
120132118110888682706164
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 - - -
58474755525255---
Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale depuis 2006
(Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime (Le Castellard uniquement)[10] ; EHESS[29], base Insee à partir de 1968[35],[36],[37].)

Dans l’histoire démographique du Castellard, la crise des XIVe et XVe siècles (peste noire et guerre de Cent Ans) et le long mouvement de croissance jusqu’au début du XIXe siècle, est marquée par une période d’« étale » où la population reste relativement stable à un niveau élevé. Cette période dure de 1806 à 1856. L’exode rural provoque ensuite un mouvement de recul démographique de longue durée. En 1921, Le Castellard enregistre la perte de la moitié de ses effectifs du maximum historique de 1841[38]. La baisse de population se poursuit jusqu’aux années 1970, la fusion avec Melan permettant simplement de stabiliser la décrue. Depuis, la population semble stabilisée autour d’une cinquantaine d’habitants.

Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique de Melan
1315 1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
29 feux0195162lacune169118150205181175
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
17016817216916516714414510810593
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 -
72736038283219121110-
Population sans doubles comptes de 1962 à 1999
(Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[12]EHESS[29])

L’histoire démographique de Melan est marquée par la crise des XIVe et XVe siècles (peste noire et guerre de Cent Ans) qui provoque un abandon complet du terroir. À la fin du XVe siècle, elle entame une longue croissance jusqu’au premier tiers du XIXe siècle. La période d’« étale » est quasiment inexistante (identifiée par Christiane Vidal en 1836-1841), l’exode rural commençant presque aussitôt après que le maximum historique ait été atteint. La baisse, plus précoce à Melan qu’au Castellard, est aussi plus rapide, puisque dès 1896, Melan enregistre la perte de la moitié de ses effectifs du maximum historique de 1836[39]. La baisse de population ne s’interrompt ensuite plus, jusqu’à la fusion avec Le Castellard.

Économie[modifier | modifier le code]

Aperçu général[modifier | modifier le code]

En 2009, la population active s’élevait à 23 personnes, dont 1 chômeur[40]. Ces travailleurs sont majoritairement salariés (14 sur 22)[41] et travaillent majoritairement hors de la commune (16 actifs sur 22)[41].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur primaire (agriculture, sylviculture, pêche) comptait trois établissements actifs au sens de l’Insee, sans emploi salarié[42].

Le nombre d’exploitations, selon l’enquête Agreste du ministère de l’Agriculture, est en légère augmentation dans les années 2000, passant de quatre à cinq, partagées entre élevages ovins et grandes cultures[43]. De 1988 à 2000, la surface agricole utile (SAU) a fortement augmenté, de 298 ha à 475 ha, alors que le nombre d’exploitations était divisé par deux (de neuf à quatre)[44]. La SAU s’est effondré lors de la dernière décennie, à 257 ha[43].

Industrie[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur secondaire (industrie et construction) comptait un établissement, n’employant aucun salarié[42].

Activités de service[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur tertiaire (commerces, services) comptait trois établissements (avec un seul emploi salarié), auxquels s’ajoutent les deux établissements du secteur administratif, qui ne salarient personne[42].

D'après l’Observatoire départemental du tourisme, la fonction touristique est importante pour la commune, avec entre plus de cinq touristes accueillis par habitant[45]. Plusieurs structures d’hébergement à finalité touristique existent dans la commune :

  • plusieurs meublés[46] ;
  • des chambres d’hôtes[47] ;
  • un hébergement collectif avec plusieurs centaines de places[48].

Les résidences secondaires apportent un complément appréciable à la capacité d’accueil[49] : au nombre de 25, elles représentent la moitié des logements de la commune. Cinq d’entre elles possèdent plus d’un logement[50],[51].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La dernière tour du château du Castellard, qui faisait 20 mètres de haut, s’est effondrée le 31 janvier 1977, le château est définitivement en ruines[52].

L’église du Castellard, sous le vocable de Notre-Dame selon Raymond Collier et l’Atlas historique de la Provence, de Saint-Étienne selon la DRAC : entre les murs et le plafond, une partie du mur est courbée : cette partie est colorée, peinte en trompe-l'œil de draperies et de motifs végétaux. Le plafond est orné d’une rosace, le chœur est peint de rinceaux et de rosaces (XVIIIe ou XIXe siècle[53],[10]). La cloche date de 1642[54], elle est classée au titre objet[55].

La chapelle Saint-Pierre, à Mélan[12], se trouve près de la grotte Saint-Vincent, sur le versant oriental de la montagne de Melan, et était l’objet d’un pèlerinage[19]. La chapelle Sainte-Madeleine peut voir sa fondation remonter au XIe siècle[19].

La cloche de l’église principale de Mélan date de 1686[54] ; elle est également classée[56].

Le vieux village de Mélan, qui était en ruines, est rénové depuis 1960 par le mouvement Scouts et guides de France : il leur sert de centre d’accueil, d’activité et de formation.

Sites naturels[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Le Castellard.svg

Blasonnement :
D'or à un château de gueules, ajouré de sable.[57]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Roger Brunet, « Cantons de Digne-les-Bains », Le Trésor des régions, consultée le 8 juin 2013.
  2. a et b Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 p. (non-paginé) (ISBN 2-7399-5004-7)
  3. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence (DDRM), 2008, p. 39
  4. a, b et c Ministère de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement, Notice communale sur la base de données Gaspar, mise à jour le 22 novembre 2011, consultée le 5 juillet 2012
  5. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, p. 37.
  6. a et b Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 95.
  7. Formulaire de recherche, base Dicrim, consultée le 5 juillet 2011.
  8. BRGM, « Épicentres de séismes lointains (supérieurs à 40 km) ressentis à Le Castellard-Melan », Sisfrance, mis à jour le 1er janvier 2010, consulté le 5 juillet 2012
  9. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 3 : Formations dialectales (suite) ; formations françaises, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 195), , 1852 p. (lire en ligne). § 26710, p. 1469.
  10. a, b, c et d Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, 1969 (notice BnF no FRBNF35450017), p. 169.
  11. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 193), , 1869 p. (ISBN 978-2-600-02884-4, lire en ligne). § 3996, p. 272.
  12. a, b et c Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit., p. 183.
  13. Charles Rostaing, « Toponymie d’origine pré-gauloise », carte 11 et commentaire in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit..
  14. Bénédicte Fénié, Jean-Jacques Fénié, Toponymie provençale, Éditions Sud-Ouest, 2002 (réédition), (ISBN 978-2-87901-442-5), p. 23.
  15. Le Castellard-Mélan sur le site de l'insee
  16. Brigitte Beaujard, « Les cités de la Gaule méridionale du IIIe au VIIe s. », Gallia, 63, 2006, CNRS éditions, p. 22.
  17. Lucien Stouff, « Ports, routes et foires du XIIIe au XVe siècle », carte 12 et commentaire in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit.
  18. Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit., carte 72.
  19. a, b et c Daniel Thiery, « Le Castellard-Melan », Aux origines des églises et chapelles rurales des Alpes-de-Haute-Provence, publié le 19 décembre 2010, mis à jour le 20 décembre 2010, consulté le 5 juillet 2012
  20. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires », La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p. 296-298.
  21. Charles Bouyssi, Communes et paroisses d’Auvergne, mis en ligne en 2002 charles.bouyssi.free.fr, consulté le 18 novembre 2008.
  22. Irène Magnaudeix, Pierres assisses, pierres mouvantes : Usages et représentations de la pierre par les habitants du Haut-Vançon, Mane, Les Alpes de Lumière, Forcalquier, 2004. (ISBN 2-906162-73-6), p. 41.
  23. a et b Henri Joannet, Jean-Pierre Pinatel, « La chasse à l’insurgé », 1851-Pour mémoire, Les Mées : Les Amis des Mées, 2001, p. 83-87.
  24. Joannet, Pinatel, « Arrestations-condamnations », op. cit., p. 72.
  25. Jean-Christophe Labadie (directeur), Les Maisons d’école, Digne-les-Bains, Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, (ISBN 978-2-86-004-015-0), p. 9.
  26. Labadie, op. cit., p. 16.
  27. Labadie, op. cit., p. 18.
  28. M. Villard, « La guerre de 1939-1945, la Résistance et le débarquement en Provence », carte 195 et commentaire in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit.
  29. a, b et c EHESS, notice communale de Melan sur la base de données Cassini, consultée le 21 novembre 2013.
  30. Code officiel géographique sur le site de l'Insee, consulté le 3 avril 2012.
  31. [Sébastien Thébault, Thérèse Dumont], « La Libération », Basses-Alpes 39-45, publié le 31 mars 2014, consulté le 2 avril 2014.
  32. Joseph Vindeirinho est l’un des 500 élus qui ont parrainé la candidature de Corinne Lepage à l’élection présidentielle de 2002Parrainages élection présidentielle 2002, consulté le 28 juillet 2010, et Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République de 2002
  33. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, De La Bréole à Corbières (liste 2), consulté le 7 mars 2013
  34. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, « De La Bréole à Corbières (liste 2) », Les communes du département, consultée le 17 avril 2014.
  35. « Résultats du recensement de la population - Le Castellard-Mélan », sur le site de Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  36. « Recensement de la population au 1er janvier 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  37. « Populations légales 2011 en vigueur le 1er janvier 2014 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2014)
  38. Christiane Vidal, « Chronologie et rythmes du dépeuplement dans le département des Alpes de Haute- Provence depuis le début du XIX' siècle. », Provence historique, tome 21, no 85, 1971, p. 288.
  39. Vidal, op. cit., p. 287.
  40. Insee, Dossier local - Commune : Le Castellard-Mélan (04040), p. 5.
  41. a et b Insee, Dossier local, p. 7.
  42. a, b et c Insee, Dossier local, p. 16.
  43. a et b Ministère de l'Agriculture, « Orientation technico-économique de l’exploitation », Recensements agricoles 2010 et 2000. (lien : attention, le fichier fait 4,4 Mio).
  44. Insee, « Exploitations agricoles en 1988 et 2000 », Insee, 2012 (fichier de 24,6 Mio).
  45. Observatoire départemental du tourisme, Atlas de l'hébergement touristique, décembre 2008, p. 6.
  46. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 32.
  47. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 38.
  48. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 30.
  49. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 44.
  50. Insee, Dossier local, p. 17.
  51. Insee, « Hébergements touristiques des communes, 2008, 2009 et 2012 », Insee, 2012 (fichier de 20,8 Mio)
  52. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p., p. 314.
  53. Raymond Collier, op. cit., p. 486.
  54. a et b Raymond Collier, op. cit., p. 529.
  55. Arrêté du 7 décembre 1943, Notice no PM04000064, base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 29 octobre 2008.
  56. Arrêté du 7 décembre 1943, Notice no PM04000244, base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 29 octobre 2008.
  57. Louis de Bresc Armorial des communes de Provence 1866. Réédition - Marcel Petit CPM - Raphèle-lès-Arles 1994