Roumoules

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roumoules
Champ de lavandes dans le paysage
Champ de lavandes dans le paysage
Blason de Roumoules
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Forcalquier
Canton Riez
Intercommunalité Durance Luberon Verdon Agglomération
Maire
Mandat
Gilles Megis
2014-2020
Code postal 04500
Code commune 04172
Démographie
Gentilé Roumoulins
Population
municipale
729 hab. (2014 en augmentation de 2,53 % par rapport à 2009)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 49′ 35″ nord, 6° 07′ 50″ est
Altitude Min. 545 m
Max. 783 m
Superficie 26,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte administrative des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Roumoules

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte topographique des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Roumoules

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roumoules

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roumoules

Roumoules (Roumoulo en occitan provençal selon la norme mistralienne et Romolas selon la norme classique) est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Le nom de ses habitants est Roumoulins[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

 Carte élémentaire montrant les limites de la commune, les communes voisines, les zones de végétation et les routes
Roumoules et les communes voisines (Cliquez sur la carte pour accéder à une grande carte avec la légende).

Le village est situé à 600 m d’altitude[2] dans la vallée que le Colostre, affluent du Verdon, a creusé dans le plateau de Valensole. Il se trouve à 15 km à l’ouest de Moustiers-Sainte-Marie et à 3 km à l’est de Riez sur la route départementale 952.

Sept kilomètres plus au nord se trouve Puimoisson, et à peu près à même distance, au sud, le lac et le village de Sainte-Croix-du-Verdon.

Les communes limitrophes de Roumoules sont Puimoisson, Moustiers-Sainte-Marie, Sainte-Croix-du-Verdon, Montagnac-Montpezat et Riez.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le plateau de Valensole[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

  • Le Ravin de Peyrouvier. Une zone hydrographique traversée : Le Colostre de sa source au ruisseau de Mauroue inclus (X270)[4].
  • Le Colostre affluent du Verdon, dont la source est au col de Saint-Jurs, à Moustiers-Sainte-Marie[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Services autocars[modifier | modifier le code]

Lignes régionales[modifier | modifier le code]

Roumoules est desservie par 1 ligne express régionale LER Provence-Alpes-Côte d'Azur[6] qui sont les suivantes:

Ligne Tracé
27 MarseilleGréoux-les-BainsRiez ↔ Roumoules ↔ Castellane[7]
Lignes départementales[modifier | modifier le code]

Le village est aussi reliée par 1 ligne départementale[8]:

Ligne Tracé
BV1 Moustiers-Sainte-Marie ↔ Roumoules ↔ Riez
Lignes intercommunales[modifier | modifier le code]

Le village est aussi reliée par 1 ligne intercommunale, réseau Transagglo[9] :

Ligne Tracé
135 Puimoisson ↔ Roumoules ↔ Riez (Transport à la demande)

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune compte 289 ha de bois et forêts[1].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque sismique nul. Le canton de Riez auquel appartient Roumoules est en zone 1b (sismicité faible) selon la classification déterministe de 1991, basée sur les séismes historiques[10], et en zone 3 (risque modéré) selon la classification probabiliste EC8 de 2011[11]. La commune de Roumoules est également exposée à trois autres risques naturels[11] :

  • feu de forêt,
  • inondation,
  • mouvement de terrain : des secteurs importants de la commune sont concernés par un aléa moyen à fort[12].

La commune de Roumoules est de plus exposée à un risque d’origine technologique, celui de transport de matières dangereuses par route et canalisations[13]. La départementale RD 952 peut être empruntée par les transports routiers de marchandises dangereuses[14].

Le plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) de la commune a été approuvé en 1998 pour les risques d’inondation et de séisme[13] et le Dicrim existe depuis 2011[15].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune dispose actuellement d'un plan d'occupation des sols, en l'attente d'un plan local d'urbanisme[16].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village, tel qu’il apparaît la première fois vers 1020 (in villa Romules), est interprété comme tiré d’un nom propre romain, Romulus[17],[18],[19].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Roumoules tire son origine d’un établissement romain périphérique de Riez. La présence romaine sur la commune est attestée par trois découvertes : en 1957, une sépulture antique appartenant certainement à une nécropole a été découverte au Play, elle contenait probablement les restes d’un centurion et pourrait dater du Ier ou IIe siècle après Jésus-Christ[20]. En 1965, on a découvert à proximité un fer de pilum.

Un peu plus au nord, au lieu-dit "Verdillon", a été découverte en 1964 une sépulture à incinération constituée d’un vase en tôle de bronze et contenant des ossements humains incinérés[21].

Enfin, la troisième trace de la présence de Romains est une inscription antique connue depuis le XVIe siècle mais non visible du fait des transformations de l’église. Elle a peut-être été réemployée dans la construction de l’autel. Il s’agit d’une épitaphe datée du Ier siècle av. J.-C., de Marcus Annius Severus à son épouse Julia Tessallys.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, il existait deux communautés, à Roumoules, et à Saint-Martin-d’Alignosc. Ce dernier aurait pris le nom de Saint-Martin-de-Rimat après un incendie[22]. Fin XIIIe et début XIVe siècles, Jacques de Nati (?-v.1338) fut seigneur de Roumoules[23] ; il succéda à son père Georges décédait vers 1321[24]. En 1309, Guillaume de Roumoules est signalé comme seigneur de Roumoules, de Beaujeu, de Bédéjun, de Bras-d'Asse, d'Entrages, de Majastres, de Vergons et d'Estoublon[25]. En 1353, Rostang de Roumoules lui succéda comme seigneur du lieu.

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Puis, Aix se soumet en octobre 1387, ce qui précipite le ralliement des carlistes, dont le co-seigneur de Roumoules, Foulques du Puy. Il obtient un « chapitre de paix » de Marie de Châtillon le 2 janvier 1388 et prête hommage à Louis II d'Anjou, âgé de dix ans[26]. La communauté villageoise, qui avait soutenu Charles de Duras, se rallie également à la fin de la guerre[27].

La communauté de Saint-Martin-le-Rimat ou Saint-Martin-d’Alignosc, qui comptait 24 feux en 1315, est fortement dépeuplée par la crise du XIVe siècle (Peste noire et guerre de Cent Ans) et annexée par celle de Roumoules au XVe siècle[28]. Les deux communautés relevaient de la viguerie de Moustiers[22].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

La Réforme connaît un certain succès à Roumoules[29], et une partie des habitants se convertissent. Malgré les guerres de religion, une communauté protestante se maintient au XVIIe siècle autour de son temple, grâce à l’édit de Nantes (1598). Mais l’abolition de l’édit de Nantes (1688) lui fut fatale, et elle disparut, ses membres émigrant ou étant convertis de force[30]. Le fief de Roumoules est érigé en marquisat en 1649[31] pour les Grimaldi en 1649[28],[32]. Elle passe ensuite aux Régusse puis, au XVIIIe siècle, à la famille de Clérissy qui est à l'origine de la réputation des faïences de Moustiers-Sainte-Marie.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune compte une société patriotique, créée après la fin de 1792[33]. Saint-Martin-le-Rimat, qui forme une commune de manière éphémère au début de la Révolution, est rattaché à Roumoules avant 1794[34].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le coup d'État du 2 décembre 1851 commis par Louis-Napoléon Bonaparte contre la Deuxième République provoque un soulèvement armé dans les Basses-Alpes, en défense de la Constitution. Après l’échec de l’insurrection, une sévère répression poursuit ceux qui se sont levés pour défendre la République : Roumoules, avec deux habitants traduits devant la commission mixte, est relativement peu touchée[35].

Comme de nombreuses communes du département, Roumoules se dote d’une école bien avant les lois Jules Ferry : en 1863, elle en possède déjà une qui dispense une instruction primaire aux garçons, au chef-lieu[36]. La même instruction est donnée aux filles, même si la loi Falloux (1851) n’impose l’ouverture d’une école de filles qu’aux communes de plus de 800 habitants[37].

Jusqu’au milieu du XXe siècle, la vigne était cultivée à Roumoules. Plusieurs dizaines d’hectares produisaient du vin, destiné à l’autoconsommation et à la vente sur les marchés régionaux. Cette culture est aujourd’hui abandonnée[38].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Roumoules.svg

Blasonnement :
D'azur à deux lions affrontés d'or soutenant de leurs pattes de devant une meule de moulin d'argent[39],[40].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945   Gaston Michel[41]    
1965 2003 Pierre Guillaumond   Maire
avant 2005 en cours
(au 21 octobre 2014)
Gilles Megis[42],[43] SE Professeur
Les données manquantes sont à compléter.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Roumoules était, en 2011, l'une des treize communes du département à n'être rattachée à aucun établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre. À la suite du schéma départemental de coopération intercommunale de 2011 établi par la préfecture, prévoyant « la couverture intégrale du territoire par des EPCI à fiscalité propre »[44], la commune fait partie, depuis le , de la communauté d'agglomération Durance Luberon Verdon.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et la protection et mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté d'agglomération Durance Luberon Verdon.

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[45] :

  • total des produits de fonctionnement : 882 000 , soit 1 240 par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 806 000 , soit 1 133 par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 271 000 , soit 382 par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 488 000 , soit 687 par habitant.
  • endettement : 346 000 , soit 487 par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 2,93 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 8,99 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 33,05 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1765. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[46]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[47].

En 2014, la commune comptait 729 habitants[Note 1], en augmentation de 2,53 % par rapport à 2009 (Alpes-de-Haute-Provence : +1,34 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
710 640 609 621 534 584 607 650 587
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
571 551 525 519 507 480 439 446 410
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
384 350 352 323 266 257 233 238 216
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010
223 163 214 249 301 469 631 716 700
2014 - - - - - - - -
729 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[48].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique avant 1765
1315 1471
82 feux 49 feux

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Paroisse de Roumoules-Digne-Riez-Sisteron. Doyenné : Pays de Manosque et du Plateau des Lavandes.

Économie[modifier | modifier le code]

Aperçu général[modifier | modifier le code]

En 2009, la population active s'élevait à 277 personnes, la commune ne proposant que 130 emplois (l’indicateur de concentration d'emploi est de 47 %). Parmi les emplois localisés dans la commune, l'emploi salarié domine d'une courte majorité (59 %)[49].

Dans la population active de la commune, la proportion de salariés est de 75 % ; et 71 % des actifs de la commune travaillent hors de la commune[50].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Dix-neuf exploitations étaient installées dans la commune en 2010, un chiffre stable depuis 2000[51] (dont 12 professionnelles en 2000[52]). Dix pratiquent les grandes cultures, et quatre des cultures permanentes, le restant se partageant entre élevage ovin et polyculture. La surface agricole utilisée, 1267 ha, est elle en hausse (8, 75 %) : elle est surtout affectée aux grandes cultures (à 76 %)[51].

La culture de l’olivier est pratiquée dans la commune depuis des siècles, tout en étant limitée à certains versants. Le terroir de la commune se situe en effet à la limite altitudinale de l’arbre, qui ne peut que difficilement être exploité au-delà des 650 mètres : à Roumoules, il s’agit des versants bien exposés des vallons entaillant le plateau de Valensole. L’oliveraie de Roumoules occupait plus d’une dizaine d’hectares au début du XIXe siècle. Actuellement, elle a régressé mais reste relativement importante (entre 1000 et 3500 pieds exploités)[53].

Les cultures sont irriguées avec l'eau du canal EDF. Un agriculteur expérimente à grande échelle l'irrigation au goutte-à-goutte enterré, pour un champ de lavande[54].

Industrie-Construction[modifier | modifier le code]

En 2011, sur les 39 établissements de la commune, dix se trouvent dans le secteur de l'industrie ou de la construction[55]. Ce secteur employait 23 salariés en 2009[56].

Activités de service[modifier | modifier le code]

Sur les 39 établissements de la commune, 24 se trouvent dans le secteur des services commerciaux, et 5 dans celui de l'administration[55]. Ce secteur employait 32 salariés en 2009[56].

Le tourisme est peu développé : la commune ne compte aucune installation d'accueil, et les résidences secondaires ne représentent qu'un quart des logements de la commune[57].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Campagne est le principal monument de la commune[58]. Situé dans la vallée du Colostre entre Riez et Roumoules, la terre de Campagne est, selon l’inventaire de production du 28 novembre 1618, l’un des plus anciens domaines seigneuriaux de Provence. On sait qu’en 1324 il appartenait à la famille de Podio, coseigneurs de Riez et de Roumoules. Le château actuel a été construit vers 1680-1690. Il a eu de nombreux propriétaires dont la famille Grimaldi en faveur de qui la seigneurie de Roumoules est érigée en baronnie. Il est finalement acheté en 1782 par Pierre Joseph Clérissy, célèbre faïencier de Moustiers-Sainte-Marie.
De plan rectangulaire, il est encadré par deux pavillons carrés, qui sont eux-mêmes encadrés de tours rondes. Sa toiture en faïences multicolores est classée monument historique[59],[60]. C’est le plus grand toit de tuiles émaillées de Provence, avec 42 000 tuiles de 25 cm sur 13, formant des motifs géométriques (losanges et chevrons)[61]. Son vestibule est dallé de carreaux émaillés vert ou jaune[62].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'abbé Charles Léon Spariat (1860-1936), né à Roumoules, prêtre et écrivain

Évènements[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roger Brunet, « Canton de Riez », Le Trésor des régions, consultée le 8 juin 2013
  2. Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 p. (non-paginé) (ISBN 2-7399-5004-7)
  3. Glaciations quaternaires dans les Alpes franco-suisses et leur piedmont, par G. Monjuvent et J. Winistorfer Plateau de Valensole, par M. Dubar, p.28
  4. Fiche cours d'eau : Ravin de Peyrouvier (X2701220)
  5. Fiche cours d'eau : Le Colostre (X27-0400)
  6. Info LER PACA
  7. Horaires et tarifs LER Ligne 27
  8. Réseau départemental des lignes de transport des A.H.P
  9. DLVA Transports intercommunaux
  10. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence (DDRM), 2008, p. 39
  11. a et b Ministère de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement, Notice communale sur la base de données Gaspar, mise à jour le 27 mai 2011, consultée le 13 août 2012
  12. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, p. 37
  13. a et b Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 97
  14. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 80
  15. [1], base Dicrim, consultée le 13 août 2012
  16. Les documents d'urbanisme applicables
  17. Charles Rostaing, Essai sur la toponymie de la Provence (depuis les origines jusqu’aux invasions barbares, Laffite Reprints, Marseille, 1973 (1re édition 1950), p 376
  18. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 193), , 1869 p. (ISBN 978-2-600-02884-4, lire en ligne)., § 10521, p 635
  19. Bénédicte Fénié, Jean-Jacques Fénié, Toponymie provençale, Éditions Sud-Ouest, 2002 (réédition), (ISBN 978-2-87901-442-5), p. 55
  20. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p., p 21
  21. François Salviat, « Circonscriptions de Provence-Côte d'Azur-Corse (région nord) », Gallia, Tome 28, no 2, 1970. p. 451 et 453.
  22. a et b Daniel Thiery, « Roumoules », Aux origines des églises et chapelles rurales des Alpes-de-Haute-Provence, publié le 22 décembre 2011, mis à jour le 23 décembre 2011, consulté le 13 août 2012
  23. AD du 13, série B2f123v.
  24. AD du 13, série B2f123v
  25. Marie-Zéphirin Isnard, État documentaire et féodal de la Haute-Provence : nomenclature de toutes les seigneuries de cette région et de leurs possesseurs depuis le XIIe siècle jusqu'à l'abolition de la féodalité ; état sommaire des documents d'archive communales antérieures à 1790 ; bibliographie et armoiries, Digne, Vial, 1913, p. 446
  26. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 408 (note 33).
  27. Geneviève Xhayet, op. cit., cartes p. 417-418 et p. 419.
  28. a et b Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, 1969 (notice BnF no FRBNF35450017), p. 193
  29. La mesure du fait religieux
  30. Édouard Baratier, « Les protestants en Provence », cartes 118 et 119 et commentaire in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit.
  31. Édouard Baratier et Ernest Hildesheimer, « Les fiefs provençaux au XVIIIe siècle », carte 111 et commentaire in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit.
  32. L'Église réformée de « Riez-Roumoules et annexes » (1550 1700)
  33. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 296-298
  34. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. Henri Joannet, Jean-Pierre Pinatel, « Arrestations-condamnations », 1851-Pour mémoire, Les Mées : Les Amis des Mées, 2001, p. 72.
  36. Jean-Christophe Labadie (directeur), Les Maisons d’école, Digne-les-Bains, Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, (ISBN 978-2-86-004-015-0), p. 9.
  37. Labadie, op. cit., p. 16.
  38. André de Réparaz, op. cit., p. 56 et 59
  39. Banque du Blason
  40. Durance, Lubéron, Verdon Agglomération Roumoules, Vexillologie Provençale
  41. [Sébastien Thébault, Thérèse Dumont], « La Libération », Basses-Alpes 39-45, publié le 31 mars 2014, consulté le 2 avril 2014.
  42. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, De Puimoisson à Saint-Julien-du Verdon (liste 6), consulté le 6 mars 2013
  43. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, « Liste des maires », 2014, consultée le 20 octobre 2014.
  44. « Schéma départemental de coopération intercommunale » [PDF], Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, (consulté le 8 décembre 2016).
  45. Les comptes de la commune
  46. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  47. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  48. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  49. Insee, Dossier local - Commune : Roumoules, p. 5
  50. Insee, Dossier local, op. cit., p. 7
  51. a et b Ministère de l'Agriculture, « Orientation technico-économique de l’exploitation », Recensements agricoles 2010 et 2000. (lien : attention, le fichier fait 4,4 Mio)
  52. Insee, Dossier local, op. cit., p. 17
  53. Réparaz, « Terroirs perdus, terroirs constants, terroirs conquis : vigne et olivier en Haute-Provence XIXe-XXIe siècles », Méditerranée, 109 | 2007, p. 58
  54. Lætitia Gentili, « Test grandeur nature d'une nouvelle technique d'irrigation », La Provence, 28 octobre 2014, p. 3.
  55. a et b Insee, Dossier local, op. cit., p. 15
  56. a et b Insee, Dossier local, op. cit., p. 16
  57. Insee, Dossier local, op. cit., p. 18
  58. « Château de Campagne », notice no PA00080459, base Mérimée, ministère français de la Culture
  59. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p., p 263-264
  60. Arrêté du 30 janvier 1992, Notice no PA00080459, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 7 décembre 2008
  61. Raymond Collier, op. cit., p 514
  62. Raymond Collier, op. cit., p 513
  63. Château de Saint-Martin
  64. Raymond Collier, op. cit., p 267
  65. Pierre-Joseph de Clérissy 3e baron de Roumoules seigneur de Campagne
  66. Raymond Collier, op. cit., p 176
  67. Raymond Collier, op. cit., p 488
  68. Raymond Collier, op. cit., p 231
  69. Raymond Collier, op. cit., p 532
  70. Monument aux morts
  71. Monument communal

Erreur de référence : La balise <ref> nommée « insee » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.
Erreur de référence : La balise <ref> nommée « insee°06 » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.


Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « Note », mais aucune balise <references group="Note"/> correspondante n’a été trouvée, ou bien une balise fermante </ref> manque