Ernest Hildesheimer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hildesheimer.
Ernest Hildesheimer
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Enfant

Ernest Hildesheimer, né le 28 novembre 1912 à Saint-Étienne et mort le 8 mars 2002 à Nice[1], est un archiviste et historien français, spécialiste de la région niçoise.

Jeunesse et vie familiale[modifier | modifier le code]

Il grandit à Hyères[1].

Il s'inscrit ensuite à l'université d'Aix-en-Provence où il obtient une licence ès lettres, puis passe par l'école des chartes dont il sort diplômé en 1936[1].

Il est le père de l'historienne Françoise Hildesheimer[1].

Carrière d’archiviste[modifier | modifier le code]

Il remplit de courtes missions au Conseil d’État, aux archives de Pontoise, puis à la bibliothèque municipale de Rouen pendant plus d'un an (1936-1937)[1].

Il est ensuite recruté aux Archives de France en 1938, aux Archives départementales de l'Aisne. Il y dirige les évacuations vers Château-Thierry puis Laval, et le retour vers Laon dès août[1].

Il est nommé directeur des Archives départementales des Alpes-Maritimes en mai 1941[1],[2]. Il y publie un Guide des Archives des Alpes-Maritimes, encore utilisé[3],[4], et il travaille sur des fonds transfrontaliers et plurilingues (le département étant formé d’un arrondissement détaché du département du Var (l’arrondissement de Grasse), du comté de Nice détaché du royaume de Sardaigne en 1860, et de communes italiennes rattachées à la France en 1946)[1]. Il quitte ses fonctions en ayant atteint la limite d'âge, en 1978[4].

Historien[modifier | modifier le code]

Il commence par rédiger une chronique des premiers événements de la Seconde Guerre mondiale dans l'Aisne, qui est un témoignage de première main[1].

Mais c’est en tant qu’archiviste des Alpes-Maritimes qu’il rédige l’essentiel de son œuvre[4],[1]. Il est considéré comme un spécialiste de l’histoire du département dès 1950[1]. Il est rédacteur en chef de la revue Nice historique[1].

Décorations[modifier | modifier le code]

Il reçoit la Légion d'honneur, les Palmes académiques, est chevalier des Arts et Lettres. Il est aussi médaillé du Mérite italien[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Deux bibliographies abondantes ont été publiées :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Madeleine Villard, « Ernest Hildesheimer », Bibliothèque de l'école des chartes, 2003, tome 161, livraison 2. p. 751-753.
  2. Notice, Librairie Dialogues, consultée le 18 juillet 2012
  3. « Archives municipales [Grasse] », Guide des ressources documentaires en Provence-Alpes-Côte d'Azur, consulté le 18 juillet 2012
  4. a, b et c CG des Alpes-Maritimes, « Les archives départementales », CG06, consulté le 18 juillet 2012