Saint-André-de-Rosans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-André-de-Rosans
Saint-André-de-Rosans
La mairie de Saint-André-de-Rosans.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Intercommunalité Communauté de communes du Sisteronais-Buëch
Maire
Mandat
Cécile Liotard
2020-2026
Code postal 05150
Code commune 05129
Démographie
Population
municipale
152 hab. (2018 en augmentation de 8,57 % par rapport à 2013)
Densité 4,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 22′ 41″ nord, 5° 30′ 55″ est
Altitude Min. 557 m
Max. 1 213 m
Superficie 36,61 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Serres
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Saint-André-de-Rosans
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes
Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Saint-André-de-Rosans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-André-de-Rosans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-André-de-Rosans
Liens
Site web https://www.saintandrederosans.com

Saint-André-de-Rosans est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. La commune ne fait pas partie du parc naturel des Baronnies provençales créé en 2014 bien que située à l'intérieur de son périmètre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village de Saint-André-de-Rosans est situé à l'ouest du département des Hautes-Alpes à proximité du parc naturel régional des Baronnies provençales.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Sommets et montagnes :

  • le Fourchat,
  • Montagnes de Maraysse, de l’Archier.

Les boules de grès situées au sud-est de la commune de Rosans[1].

Sismicité[modifier | modifier le code]

la commune se trouve en zone de sismicité faible[2].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[3] :

  • rivière l'Eygues[4],
  • rivière l'Armalause[5],
  • rivière Lidane,
  • torrents de Baudet, de l'Esclate, de Riou Tord, du Chancelier, de Pré Buillet, des Mourres, des Gravières, de Gournier,
  • ruisseaux des Fontettes, de Crémas, le Rieu, de Combe Rousse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Ses communes limitrophes sont[6] :

Communes limitrophes de Saint-André-de-Rosans
Rosans Moydans Ribeyret
Saint-André-de-Rosans Sorbiers
Montferrand-la-Fare,
Roussieux (Drôme)
Chauvac-Laux-Montaux (Drôme)

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par les routes départementales 425 (liaison de Roussieux à la RD 994 en direction de Serres et Gap) et 949 (liaison de Rosans à Laragne-Montéglin)[6].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-André-de-Rosans est une commune rurale[Note 1],[7]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[8],[9]. La commune est en outre hors attraction des villes[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (72,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (75,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (49,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (20,9 %), terres arables (16,7 %), zones agricoles hétérogènes (10,7 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (2,2 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latine Sanctus Andrea Rosanensis au XIe siècle, sous la forme Cella sanctis Andree en 1075 dans une bulle clunisienne.

Sant Andreu de Rosans en occitan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le un prêtre nommé Richaud fonda un prieuré à Saint-André de Rosans et le donna à l'ordre de Cluny[14].

Saint-André-de-Rosans a en effet pour origine l'ancien prieuré conventuel de Cluny fondé en 988.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1981[15]   Louis Richaud    
mars 2001 2014 Robert Noello   Professeur des écoles
mars 2014 En cours Cécile Liotard[16],[17]   Agricultrice sur petite exploitation

Budget et fiscalité 2016[modifier | modifier le code]

En 2016, le budget de la commune était constitué ainsi[18] :

  • total des produits de fonctionnement : 169 000 , soit 1 149  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 81 000 , soit 554  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 30 000 , soit 201  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 88 000 , soit 600  par habitant ;
  • endettement : 182 000 , soit 1 237  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 11,35 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 11,65 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 59,89 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 96,83 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 20,19 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2015 : médiane en 2015 du revenu disponible, par unité de consommation : 13 375 [19].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Saint-André-de-Rosans fait partie :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[21].

En 2018, la commune comptait 152 habitants[Note 2], en augmentation de 8,57 % par rapport à 2013 (Hautes-Alpes : +1,02 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
644512682658672674700678660
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
660608579540502506518519502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
453386363313305281268225190
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
176137119123141139147144148
2018 - - - - - - - -
152--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie d'Aix-Marseille.

Établissements d'enseignements[24] :

  • Écoles maternelles à Ribeyret, Rosans,
  • École primaire à Rosans,
  • Collège à Serres,
  • Lycée à Nyons[25].

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[26] :

  • Médecin à Rosans,
  • Infirmiers à Rosans, Orpierre,
  • Hôpitaux à Laragne-Monteglin, Sisteron, Buis-les-Baronnies.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique, église de Saint-André de Rosans, chapelles de Sironne et des Isnières diocèse de Gap[27].

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Membres de l’association Agribio 05[28].
  • Culture et élevage, culture de plantes à épices, aromatiques, médicinales et pharmaceutiques[29]...

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Auberge du Prieuré.
  • Gîtes et chambres d'hôtes.
  • Restaurants à Rosans.

Commerces[modifier | modifier le code]

Commerces de proximité à Rosans, Verclause[30].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges du prieuré de Saint-André-de-Rosans : église (XIe et XIIe siècles), bâtiments conventuels (XIIe et XIIIe siècles). Le prieuré de Saint-André-de-Rosans a été établi à la suite d'une donation d'un clerc, prénommé Richaud, à l'abbaye de Cluny en 988. Les biens donnés s'étendaient sur plusieurs communes situées aux confins des Hautes-Alpes et de la Drôme, mais aussi dans le Vaucluse (Malaucène) ou dans les Alpes-de-Haute-Provence (Mison). Le prieuré subsiste jusqu'à la Révolution, mais il est en grande partie détruit à l'occasion des Guerres de religion. Il fut souvent confondu, jusqu'au XIXe siècle avec un temple consacré à Bacchus tant son décor lié à la vigne est important. Les spécialistes ont reconnu dans ces lacs de pampres la feuille du cépage Paga Debiti. L'édifice est classé et partiellement inscrit au titre des monuments historiques en 1925, 1986 et 1987[31].
  • Tour carrée inscrite au titre des monuments historiques en 1988[32].
  • La maison du seigneur Manent avec, sur le mur de sa maison, son blason de 1664.
  • Aire de pesage, fontaine et lavoir.
  • Le monument aux morts[33].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason du seigneur Manent.

Saint-André-de-Rosans n'a pas d'emblème[34].

Blason du seigneur Manent (daté de 1664), sur le mur de sa maison.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les Boules de Grès de Saint-André-de-Rosans
  2. Didacticiel de la règlementation parasismique
  3. L'eau dans la commune
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Armalause (V5300600) » (consulté le ).
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Aigue (V53-0400) » (consulté le ).
  6. a et b Carte de Saint-André-de-Rosans sur Géoportail.
  7. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. Tableau historique des Hautes-Alpes, mandement de Saint-André de Rosans
  15. Liste des élus ayant présenté les candidats à l'élection du président de la République
  16. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le )
  17. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le )
  18. Les comptes de la commune
  19. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  24. Établissements d'enseignements
  25. Lycée à Nyons
  26. Professionnels et établissements de santé
  27. Messes à proximité de Saint-André-de-Rosans
  28. Membres de l’association Agribio 05
  29. Activités agricoles Saint-André-de-Rosans
  30. Commerces de proximité
  31. Notice no PA00080605, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. Notice no PA00080606, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. Monument aux morts : Conflits commémorés 1914-1918 - 1939-1945
  34. Interdépartementale des Baronnies : Saint-André-de-Rosans n'a pas d'emblème, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau