Vergons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vergons
Vergons
Vue du village, de la colline qui le surplombe à l’ouest.
Blason de Vergons
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Castellane
Canton Castellane
Intercommunalité Communauté de communes Alpes Provence Verdon
Maire
Mandat
Michelle Prince
2014-2020
Code postal 04170
Code commune 04236
Démographie
Population
municipale
114 hab. (2015 en diminution de 5 % par rapport à 2010)
Densité 2,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 54′ 54″ nord, 6° 35′ 17″ est
Altitude Min. 860 m
Max. 1 938 m
Superficie 45,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte administrative des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Vergons

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte topographique des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Vergons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vergons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vergons

Vergons est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle s’étend de part et d’autre du col de Toutes Aures, situé à 1 120 m d’altitude, emprunté par la route nationale 202.

Les deux entrées du village sont marquées par des chapelles : venant de Digne-les-Bains, on aperçoit la petite chapelle Saint-Ferréol perchée sur un roc dominant la route ; venant de Nice, c’est la chapelle Notre-Dame-de-Valvert qui se remarque, isolée dans un pré et signalée comme remarquable par plusieurs auteurs.

Le nom de ses habitants est Vergonais[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte élémentaire montrant les limites de la commune, les communes voisines, les zones de végétation et les routes
Vergons et les communes voisines (Cliquez sur la carte pour accéder à une grande carte avec la légende).

Le village de Vergons est situé sur la route nationale 202, entre Saint-André-les-Alpes et Entrevaux, à 1 024 m d’altitude[3].

La commune est à cheval sur le col de Toutes Aures.

Les communes limitrophes de Versons sont Saint-Julien-du-Verdon, Angles, Allons, Annot, Ubraye, Soleilhas et Demandolx.

Hameaux[modifier | modifier le code]

  • l’Iscle de Vergons.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le Pic de Chamatte domine le village.

Son territoire comporte plusieurs points remarquables :

Le périmètre de protection de la Réserve naturelle géologique de Haute-Provence couvre également la commune de Vergons.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la N 202. Plusieurs pont facilitent l'accès routier[4],[5],[6].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune compte 3 309 ha de bois et forêts[1].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune de Vergons est exposée à trois risques naturels[7] :

  • avalanche ;
  • feu de forêt ;
  • inondation ;
  • mouvement de terrain : plusieurs versants de la commune sont concernés par un aléa moyen à fort[8].

La commune de Vergons est de plus exposée à un risque d’origine technologique, celui de transport de matières dangereuses par route[9]. La route nationale 202 peut être empruntée par les transports routiers de marchandises dangereuses[10].

Aucun plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) n’existe pour la commune[9] et le Dicrim n’existe pas[11].

Sismicité[modifier | modifier le code]

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque sismique nul. Le canton d'Annot auquel appartient Vergons est en zone 1b (sismicité faible) selon la classification déterministe de 1991, basée sur les séismes historiques[12], et en zone 4 (risque moyen) selon la classification probabiliste EC8 de 2011[7].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[13] :

  • rivière le riou,
  • torrents d'angles, la galange,
  • ravins des sambucs, de pra-martin, de la coueste, de la fouent de claude, des crotes, du gabre, du sil, de chambiéres.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Alpes-de-Haute-Provence.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon Ernest Nègre, le nom de la commune (Villa Virgonis en 814, de Vergons en 1174) vient du nom pluriel occitan vergoun, qui désigne une baguette d’osier, avec un sens général de baguette de bois, en référence aux bois de la montagne de Chamatte[14].

Charles Rostaing et le couple des Fénié avancent que Vergons dériverait du nom du peuple gaulois des Vergunni, cité sur le Trophée de la Turbie[15],[16].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le terroir agricole proche de Vergons.

Activités de services[modifier | modifier le code]

Le Bistrot La Chamatte, qui porte le label Bistrot de pays[17], adhère à une charte dont le but est de « contribuer à la conservation et à l’animation du tissu économique et social en milieu rural par le maintien d’un lieu de vie du village »[18].

L'atelier Amabati, sculpteurs, tourneurs sur bois, peintres, participe à une charte dont le but est de " contribuer à la conservation et à l’animation du tissu économique et social en milieu rural par le maintien d’un lieu de vie du village". En effet l'atelier est devenu rapidement un lieu de rencontre, où les anciens ont plaisir à partager leur savoir.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Il est possible que le territoire de Vergons ait été occupé par le peuple gaulois des Vergunni, l'autre possibilité étant que les Vergunni soient rattachés au peuple voisin des Suetrii occupant la moyenne vallée du Verdon (rivière). La conquête romaine se fait entre 23 et 13 av. J.-C.[19]

Selon l’abbé Féraud, érudit du XIXe siècle, est détruite par l'éboulement d’un pan du Chamatte (cette affirmation est à prendre avec circonspection).

En 1830, environ 5 kg de pièces de bronze ont été découvertes dans un pot[20].

Du Moyen Âge à la Révolution française : paroisse...[modifier | modifier le code]

L’abbaye Saint-Victor de Marseille détenait des fermes à Vergons au début du IXe siècle, selon le polyptyque de Wadalde, lorsque la localité apparaît dans les chartes en 814 (villa Vergonis)[21],[22]. Le territoire de la commune dépend ensuite des abbayes des Baux et de Lérins[22], qui y établit un prieuré au XIIe siècle, réuni à celui d’Angles en 1454[23]. En 1245, l’évêque de Senez Sigismond abandonne à l’abbaye la part des dîmes qu’il percevait sur le village[21].

Au XVIe siècle, la paroisse est transférée à l’église Saint-Ferréol. Pendant les guerres de religion, cette église est détruite et c’est Saint-Sébastien qui prend le relais[21].

fief...[modifier | modifier le code]

Parmi les seigneurs connus, en 1309, Guillaume de Roumoules est signalé comme seigneur de Vergons et d’autres lieux (de Roumoules, de Beaujeu, de Bédéjun, de Bras-d'Asse, d’Entrages, de Majastres, et d’Estoublon)[24]. Au XIVe siècle, le fief passe aux d’Agoult, puis aux Rabasse qui le détiennent pendant les XVIe et XVIIe siècles, et enfin aux Glandevès qui le conservent jusqu’à la Révolution[22].

et communauté[modifier | modifier le code]

La communauté relevait de la viguerie de Castellane[21]. Après la grande crise des XIIIe et XIVe siècle, la population redémarre grâce à l’élevage du mouton : à la fin du XVe siècle, le troupeau communautaire compte plus de 4 000 têtes, équivalent à celui de Castellane. La croissance démographique impose de réduire la taille du troupeau afin de libérer des terres cultivables, et à la veille de la Révolution, le troupeau du village ne représente plus que 60 % environ de son niveau maximal[25]. Durant les trois siècles qui séparent la fin du Moyen Âge de la Révolution, la communauté est en lutte constante pour préserver un équilibre entre cultures, élevage et préservation du milieu (bois et terres en pentes) garant de la subsistance future. À partir du XVIIe siècle, des officiers, les banniers (de ban), sont nommés afin de surveiller les biens communaux (le défens) et d’empêcher le bétail d’y paître ; ils collaborent avec un chevrier, un saumalayre (qui surveille les ânes) et un campier[26].

Au milieu du XVIIe siècle, la communauté est sommée de vendre ses fours et ses moulins pour rembourser les dettes engagées lors des guerres de religion[27]. Cela ne suffisant pas, la communauté doit faire mettre en culture les défens et terres communales dans le dernier tiers du XVIIe[28] (elle possédait 8 ha)[29]. Les conséquences se font sentir à partir de 1701 : à chaque orage ou saison pluvieuse marquée, les torrents dévalent les pentes, érodent les montagnes, puis inondent et engravent les terres cultivables. Recouvertes parfois d’un mètre de graviers, elles deviennent incultes (« irréparables »)[29]. Georges Pichard relie directement l’ampleur de ces engravements à l’introduction du capitalisme rural : les créanciers et les seigneurs ont réclamé des paiements en monnaie et pas en nature, ce qui a forcé la communauté à obtenir des ressources monétaires, ce qu’elle a fait par arrentement de ses communaux[30].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, la commune connaît une certaine activité industrielle grâce au tissage de la laine. La fabrique est créée au début des années 1830 par Gibert, sur le modèle de la fabrique Honnorat de Saint-André-de-Méouilles[31]. Cette activité ne s’est pas prolongée au-delà du Second Empire.

La Révolution et l’Empire apportent nombre d’améliorations, dont une imposition foncière égale pour tous, et proportionnelle à la valeur des biens de chacun. Afin de la mettre en place sur des bases précises, la levée d’un cadastre est décidée. La loi de finances du 15 septembre 1807 précise ses modalités, mais sa réalisation est longue à mettre en œuvre, les fonctionnaires du cadastre traitant les communes par groupes géographiques successifs. Ce n’est qu’en 1830 que le cadastre dit napoléonien de Vergons est achevé[32].

Le coup d'État du 2 décembre 1851 commis par Louis-Napoléon Bonaparte contre la Deuxième République provoque un soulèvement armé dans les Basses-Alpes, en défense de la Constitution. Après l’échec de l’insurrection, une sévère répression poursuit ceux qui se sont levés pour défendre la République : 4 habitants de Vergons sont traduits devant la commission mixte[33].

En 1939, la 19e compagnie de travailleurs étrangers (majoritairement des Espagnols réfugiés en France lors de la Retirada) fait un passage à Vergons[34].

Le 6 juin 1944, les Francs-tireurs et partisans (FTP) de la 2e compagnie réussissent une importante embuscade au col de Toutes Aures. Plusieurs gradés de la Gestapo quittent Digne le matin pour Nice par la route nationale 202 et arrivent au col vers 9 heures. Prévenus de ce déplacement, les FTP montent une embuscade, avec une vingtaine d’hommes. Deux FTP sont placés à l’ouest du col en guetteurs, et deux autres au nord[35]. Pris sous les tirs des mitraillettes Sten et de FM, les voitures des gestapistes sont stoppées de part et d’autre du col. Quatre d’entre eux meurent sur place[36]. Trois survivants parviennent à Rouaine, préviennent la gendarmerie d’Annot et les services allemands de Digne[37]. En début d’après-midi, un détachement allemand venu est dépêché de Puget-Théniers : ils abattent un habitant de Vergons, et arrêtent six personnes, dont le maire, qui sont libérés quelques jours plus tard[37]. Les gendarmes d’Annot font œuvre de lenteur : ils n’arrivent sur les lieux qu’à 15 heures (et le 17 juin, trois d’entre eux sont brièvement arrêtés par la Milice de Nice)[37]. Un accrochage a lieu entre Allemands de Digne et un groupe de FTP posté à Saint-Julien-du-Verdon, ce qui déclenche en représailles sept arrestations (cinq sont déportés)[38].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vergons

« D’or à un loup d’azur, lampassé de gueules, passant devant le pied d'un arbre terrassé de sinople »[39],[40]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Façade du bâtiment commun à l’école et à la mairie, côté porche de la mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
    Louis Simon   en fonctions en 1944[37]
mai 1945   Élie Béraud[41]    
         
1977 (?)   Aimé Simon[42]    
avant 2005 en cours
(au 21 octobre 2014)
Michelle Prince[43],[44] DVD Retraitée de l'enseignement
Les données manquantes sont à compléter.

Budget et fiscalité 2016[modifier | modifier le code]

En 2016, le budget de la commune était constitué ainsi[45] :

  • total des produits de fonctionnement : 162 000 , soit 1 411  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 137 000 , soit 1 192  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 113 000 , soit 980  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 90 000 , soit 779  par habitant.
  • endettement : 197 000 , soit 1 714  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 10,48 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 12,91 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 74,64 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 58,73 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 20,79 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2014[46].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Vergons fait partie :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La Communauté de communes Alpes Provence Verdon - Sources de Lumière, créée le avec effet le , regroupe désormais 41 communes. Cet Établissement public de coopération intercommunale (EPCI) s'est engagé dans une démarche d’élaboration d’un Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi)[47].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2015 en diminution de 5 % par rapport à 2010, Vergons comptait 114 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2007, 2012, 2017, etc. pour Vergons). Depuis 2004, les autres chiffres sont des estimations.

Évolution démographique
1278 1303 1315 1471 1698 1765 1793 1800 1806 1821 1831
78 feux[25]83 feux[52]95 feux[22]33 feux[22]60 feux[25]400[22]453335415460480
1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886
490496481490469465436428419435385
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
414403355355320228197187160140118
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 - - - -
88957280108108123----
Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale à partir de 2006
(Sources : Atlas historique de la Provence et Georges Pichard pour l’Ancien Régime[22],[25], EHESS[48], Insee à partir de 1968[49],[50],[51])

L’histoire démographique de Vergons, après la saignée des XIVe et XVe siècles et le long mouvement de croissance jusqu’au début du XIXe siècle, est marquée par une période d’« étale » où la population reste relativement stable à un niveau élevé. Cette période dure de 1821 à 1861. L’exode rural provoque ensuite un mouvement de recul démographique de longue durée. En 1921, la commune a perdu plus de la moitié de sa population par rapport au maximum historique de 1841[53]. Le mouvement de baisse se poursuit jusqu’aux années 1970. Depuis, la croissance de la population a repris.

Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Vergons comptait deux écoles en 1863, une au chef-lieu et la seconde à L’Iscle[54]. La commune attendit cependant que les lois Ferry l’y obligent pour ouvrir une école de filles[55].

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique, paroisse Vergons - Digne - Riez - Sisteron. Doyenné : Var et Verdon[56].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les trois absides de la chapelle romane de Notre-Dame-de-Valvert. On ne voit que les trois formes bombées des absides, au milieu d’un pré. Gros arbre contre la chapelle.
L'église paroissiale Notre-Dame de l’Assomption.
  • Deux bâtiments ont servi de relais à Vergons, et ont été en activité en même temps, chacun étant situé à une entrée du village[57].
  • Cimetière de Vergons.
  • La chapelle Notre-Dame de Valvert[58] (actuellement chapelle du cimetière) est construite dans la deuxième moitié du XIIe siècle[59]. Elle est donnée en 1245 par Sigismond, évêque de Senez, à l’abbaye de Lérins avec l’ensemble des biens et droits qu’il possédait à Vergons[60]. L’abbaye y établit un prieuré de très faible importance, puisque seuls un prieur et un moine y vivaient[61]. Elle servit d’église paroissiale à Vergons jusqu’au XVIe siècle[21],[61],[60], date de la première construction d’une église au village, plus pratique pour les paroissiens[61]. Elle est classée monument historique en 1927[62].
    La nef courte à trois travées donne dans une travée de chœur[61]. La voûte retombe directement sur les pilastres engagés dans les parois latérales, le départ de la voûte est marqué par une corniche en quart-de-rond[60]. Deux chapelles latérales forment un faux transept[63] et forment un triple sanctuaire (abside centrale avec deux absidioles[64] voûtées en cul-de-four[60]). Le chevet est plat. Les auteurs la signalent pour son austérité, sa massivité, et son site naturel qui la met en valeur[65],[60].
  • L’église paroissiale de Vergons[66], Notre-Dame de l’Assomption, est reconstruite à partir de 1897 dans un style gothique : nef de trois travées voûtées sous croisées d’ogives, donnant dans une travée de chœur ; l’abside à trois pans est voûtée d’une croisée d’ogives à branches rayonnantes[67]. Les fonts baptismaux ont la particularité d’être en fonte de fer, et sont classés monument historique au titre objet[68]. Une des cloches date de 1483[69],[70] , l’autre de 1779[71]. Toutes deux en bronze, elles sont classées au titre objet[72]. Les deux autres cloches sont de 1899[73],[74] .
  • L’église paroissiale Sainte-Anne à l’Iscle[75] date de 1855[76],[21].
  • La chapelle Notre-Dame, d’architecture romane, domine le village ; elle est perchée sur le roc situé à l’entrée sud du village. Le premier état de la chapelle a disparu, et dans son état actuel, elle date du XVIIe siècle : nef courte à deux travées voûtées d'arêtes, et abside en cul-de-four[77]. Elle est identifiée comme chapelle Saint-Ferréol[78] par Serge Panarotto, d’après saint Ferréol de Vienne[65].
  • Oratoires et croix monumentales[79],[80],[81],[82] : L’Oratoire Notre-Dame se trouve à l’écart du village.
  • Monument aux morts[83],[84].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Elzéard Bouffier, L'Homme qui plantait des arbres, héros de Jean Giono : dans le récit, le village appelé Vergons compte trois habitants en 1913 et vingt-huit en 1945. Mais comme souvent avec Giono, le lieu dans le roman n’a rien à voir avec le lieu dans la réalité.

Mireille Sacotte, professeur à l'Université Sorbonne-Nouvelle, réside régulièrement à Vergons. EIl se tr


Elle figure parmi les principaux spécialistes de Jean Giono.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roger Brunet, « Canton d’Annot », Le Trésor des régions, consultée le 8 juin 2013
  2. Notice de Vergons, Annuaire des mairies.
  3. Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 p. (non-paginé) (ISBN 2-7399-5004-7)
  4. « pont sur le ravin de Chambières », notice no IA04001115, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. « pont sur le ravin de la Rivière », notice no IA04001528, base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. « pont lieu-dit Prà Mistral », notice no IA04001525, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. a et b Ministère de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement, Notice communale sur la base de données Gaspar, mise à jour le 27 mai 2011, consultée le 6 septembre 2012
  8. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, p. 37
  9. a et b Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 98
  10. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 80
  11. Formulaire de recherche, base Dicrim, consultée le 5 septembre 2012
  12. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence (DDRM), 2008, p. 39
  13. L'eau dans la commune
  14. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 2 : Formations non-romanes ; formations dialectales, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 194), , 676 p. (ISBN 978-2-600-00133-5, lire en ligne)., § 22749
  15. Charles Rostaing, Essai sur la toponymie de la Provence (depuis les origines jusqu’aux invasions barbares, Laffite Reprints, Marseille, 1973 (1re édition 1950), p 336
  16. Bénédicte Fénié, Jean-Jacques Fénié, Toponymie provençale, Éditions Sud-Ouest, 2002 (réédition), (ISBN 978-2-87901-442-5), p. 42
  17. La charte Bistrot de Pays
  18. L'implantation des Bistrots de pays en France métropolitaine en 2010
  19. Guy Barruol, Les peuples préromains du Sud-Est de la Gaule : étude de géographie historique, Paris, Éd. de Boccard, 1969, Revue archéologique de Narbonnaise (RAN), Suppléments 1. p. 379.
  20. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p., p 37
  21. a b c d e et f Daniel Thiery, « Vergons », Aux origines des églises et chapelles rurales des Alpes-de-Haute-Provence, publié le 23 décembre 2011, mis à jour le 24 décembre 2011, consulté le 6 septembre 2012
  22. a b c d e f et g Sous la direction d'Édouard Baratier, Georges Duby et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, (notice BnF no FRBNF35450017), p. 206
  23. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p., p 87
  24. Isnard, État documentaire, p. 446
  25. a b c et d Georges Pichard, « Torrents et société à Vergons au temps du "Petit Âge Glaciaire" », Méditerranée, Tome 102, 1-2-2004. Géosystèmes montagnards et méditerranéens. Un mélange offert à Maurice Jorda, p. 120
  26. Pichard, Torrents..., op. cit., p. 121
  27. Pichard, Torrents..., op. cit., p. 122
  28. Pichard, Torrents..., op. cit., p. 123
  29. a et b Pichard, Torrents..., op. cit., p. 124
  30. Pichard, Torrents..., op. cit., p. 126
  31. Mireille Mistral, L’industrie Drapière dans la Vallée du Verdon, thèse de doctorat d’État en Sciences économiques, Nice : Académie d’Aix-en-Provence, 1951, 231 p., p. 119
  32. Alexeï Laurent, « Paysages ruraux de la première moitié du XIXe siècle dans le sud-est des Basses-Alpes », in Jean-Christophe Labadie (directeur éditorial), La matière et le bâti en Haute-Provence, XVIIIe-XXIe siècle, actes de la première Journée d'études d'histoire de la Haute-Provence, Digne, 13 octobre 2012. Digne-les-Bains : Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013. (ISBN 978-2-86004-016-7), p. 10.
  33. Henri Joannet, Jean-Pierre Pinatel, « Arrestations-condamnations », 1851-Pour mémoire, Les Mées : Les Amis des Mées, 2001, p. 71.
  34. Josette Lesueur, Gérard Lesueur, Les travailleurs espagnols en Ubaye, 1939-1940, Barcelonnette, Sabença de la Valeia, 2010, collection « Cahiers de la Vallée », (ISBN 2-908103-54-0), p. 11
  35. Raymond Moulin, « 6 juin 1944 : l’embuscade du col de Toutes Aures à Vergons », Basses-Alpes 39-45 n° 4, mai 2005, p. 1
  36. Moulin, 6 juin 1944..., op. cit., p. 2
  37. a b c et d Moulin, 6 juin 1944..., op. cit., p. 3
  38. Moulin, 6 juin 1944..., op. cit., p. 4
  39. Louis de Bresc, Armorial des communes de Provence, Raphèle-lès-Arles, Marcel Petit CPM (réimpr. 1994) (1re éd. 1866), 370 p.
  40. Terres de Lumière : Vergons, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  41. [Sébastien Thébault, Thérèse Dumont], « La Libération », Basses-Alpes 39-45, publié le 31 mars 2014, consulté le 2 avril 2014.
  42. Aimé Simon est l’un des 500 élus qui ont parrainé la candidature de Brice Lalonde (Mouvement d'écologie politique) à l’élection présidentielle de 1981, cf Conseil constitutionnel, liste des élus ayant présenté les candidats à l’élection du Président de la République, Journal officiel de la République française du 15 avril 1981, page 1057, disponible en ligne, consulté le 29 juillet 2010
  43. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, De Sourribes à Volx (liste 8), consulté le 10 mars 2013
  44. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, « Liste des maires », 2014, consultée le 20 octobre 2014.
  45. Les comptes de la commune
  46. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  47. Communauté de Communes Alpes Provence Verdon « Sources de Lumière » : Lancement du PLUi du Moyen Verdon
  48. EHESS, notice communale de Vergons sur le site Cassini, consultée le 19 juillet 2009
  49. « Résultats du recensement de la population - Vergons », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  50. « Recensement de la population au 1er janvier 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  51. « Populations légales 2011 en vigueur le 1er janvier 2014 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2014)
  52. Édouard Baratier, La démographie provençale du XIIIe au XVIe siècles, avec chiffres de comparaison pour le XVIIIe siècle, Paris : SEVPEN/EHESS, 1961. Collection « Démographie et société », 5. p. 17
  53. Christiane Vidal, « Chronologie et rythmes du dépeuplement dans le département des Alpes de Haute- Provence depuis le début du XIX' siècle. », Provence historique, tome 21, no 85, 1971, p. 288.
  54. Jean-Christophe Labadie (directeur), Les Maisons d’école, Digne-les-Bains, Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, (ISBN 978-2-86-004-015-0), p. 9.
  55. Labadie, op. cit., p. 16 et 18.
  56. Secteur du Verdon
  57. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p., p. 425
  58. « église puis chapelle Notre-Dame-de-Valvert », notice no IA04001289, base Mérimée, ministère français de la Culture
  59. Raymond Collier, op. cit., p. 88
  60. a b c d et e Robert Bailly, Chapelles de Provence : Bouches-du-Rhône, Alpes-Maritimes, Alpes-de-Haute-Provence, Var, Vaucluse : Origines, Architecture, Croyances, Le-Coteau, Horvath, 1988, (ISBN 2-7171-0565-4), p. 43
  61. a b c et d Raymond Collier, op. cit., p. 87
  62. Arrêté du 27 mai 1927« Chapelle Notre-Dame de Valvert », notice no PA00080505, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 5 mars 2009
  63. Raymond Collier, op. cit., p. 78
  64. Raymond Collier, op. cit., p. 76
  65. a et b Serge Panarotto, Chapelles de Provence : chapelles rurales et petits édifices religieux, Édisud, Aix-en-Provence, 2007, collection « Patrimoines », (ISBN 978-2-7449-0817-0), p. 139
  66. « église paroissiale Saint-Sébastien », notice no IA04000151, base Mérimée, ministère français de la Culture
  67. Raymond Collier, op. cit., p. 390
  68. Arrêté du 23 octobre 1989, « Fonts baptismaux », notice no PM04000602, base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 5 mars 2009
  69. Raymond Collier, op. cit., p 529
  70. Notice no IM04001993, base Palissy, ministère français de la Culture cloche église paroissiale Saint-Sébastien
  71. Notice no IM04001994, base Palissy, ministère français de la Culture cloche n°4 église paroissiale Saint-Sébastien
  72. Arrêté du 24 juillet 1944, « Cloches », notice no PM04000493, base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 5 mars 2009
  73. Notice no IM04001990, base Palissy, ministère français de la Culture cloche (N° 1) dite Anna-Boniface
  74. Notice no IM04001992, base Palissy, ministère français de la Culture cloche (N° 2) dite Philomène-Désirée-Marie-Louise
  75. « église paroissiale Sainte-Anne », notice no IA04001290, base Mérimée, ministère français de la Culture
  76. Raymond Collier, op. cit., p. 380
  77. Raymond Collier, op. cit., p. 225
  78. « chapelle Saint-Ferréol », notice no IA04001288, base Mérimée, ministère français de la Culture
  79. « oratoires et croix monumentales de Vergons », notice no IA04001293, base Mérimée, ministère français de la Culture
  80. « oratoire Saint-Jean-Baptiste », notice no IA04001294, base Mérimée, ministère français de la Culture
  81. « oratoire Saint-Antoine », notice no IA04001295, base Mérimée, ministère français de la Culture
  82. « croix monumentale », notice no IA04001296, base Mérimée, ministère français de la Culture
  83. monument aux morts de la guerre de 1914-1918
  84. Monument aux morts