Châteauneuf-Val-Saint-Donat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Châteauneuf.

Châteauneuf-Val-Saint-Donat
Châteauneuf-Val-Saint-Donat
Chapelle Sainte-Madeleine,
dans la forêt proche du village
Blason de Châteauneuf-Val-Saint-Donat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Forcalquier
Canton Château-Arnoux-Saint-Auban
Intercommunalité Communauté de communes Jabron Lure Vançon Durance
Maire
Mandat
Michel Flamen d'Assigny
2014-2020
Code postal 04200
Code commune 04053
Démographie
Gentilé Chabannais
Population
municipale
503 hab. (2015 en stagnation par rapport à 2010)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 05′ 42″ nord, 5° 57′ 01″ est
Altitude Min. 480 m
Max. 1 458 m
Superficie 21,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte administrative des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Châteauneuf-Val-Saint-Donat

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte topographique des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Châteauneuf-Val-Saint-Donat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châteauneuf-Val-Saint-Donat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châteauneuf-Val-Saint-Donat

Châteauneuf-Val-Saint-Donat est une commune française située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Elle est située au pied de la montagne de Lure, dans une vallée parallèle à la vallée de la Durance, à proximité du parc naturel régional du Luberon. Le territoire est montagneux, bien que situé sous 1 500 mètres. Il présente un fort ensoleillement et un patrimoine bâti typique de cette partie de la Provence, avec des jas et des bories[1] (gîtes, cabanes en pierre sèche) ; mais également de nombreuses ruines, dont l'ancien village. Malgré un fort exode rural, la commune a gardé des activités locales (agriculture notamment élevage d'agneau, culture d'oliviers), et a connu une importante croissance démographique durant la deuxième moitié du XXe siècle, dépassant les 500 habitants.

Le nom de ses habitants est Chabannais[2],[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte élémentaire montrant les limites de la commune, les communes voisines, les zones de végétation et les routes
Châteauneuf-Val-Saint-Donat et les communes voisines (Cliquez sur la carte pour accéder à une grande carte avec la légende).

Les communes limitrophes de Châteauneuf-Val-Saint-Donat sont Aubignosc, Château-Arnoux-Saint-Auban, Montfort, Mallefougasse-Augès et Valbelle.

Topographie[modifier | modifier le code]

La montagne de Lure, frontière linguistique entre le provençal et le vivaro-alpin

Le territoire de la commune occupe sur les contreforts orientaux de la montagne de Lure. Le village des Chabannes, chef-lieu de la commune, est situé à 464 m d’altitude[4], dans une vallée parallèle à celle de la Durance.

L'altitude varie sur le territoire communal de 480 mètres, en limite sud-est (ravin de Chabrières), à 1 458 mètres. L'ouest du territoire correspond à l'est de la chaine de la montagne de Lure. Son sommet est à 1 826 mètres, entre Cruis et Noyers-sur-Jabron ; elle correspondait autrefois à une frontière linguistique entre deux variétés de la langue occitane). Le pas de Jean-Richaud (1 416 m), en limite nord-ouest, est une crête de la chaine de la montagne de Lure[1].

Géologie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Géologie des Alpes.
Massif des Alpes et localisation des Baronnies et des Préalpes de Digne.

Le territoire se situe en limite est des Baronnies, sur des formations calcaires provençales du Jurassique supérieur et du Crétacé inférieur (roches sédimentaires issues d'un ancien océan alpin), entre plusieurs formations géologiques majeures des Alpes[5] :

  • les Baronnies ;
  • la nappe de Digne à l'est[6], au niveau du lobe de Valavoire[7] : il s'agit d'une nappe de charriage, c'est-à-dire d'une dalle épaisse de près de 5 000 m qui s'est déplacée vers le sud-ouest durant l'Oligocène et la fin de la formation des Alpes. Les lobes (ou écailles) correspondent à la bordure découpée à l'ouest de la nappe ;
  • la faille de la Durance au sud-ouest, dans la vallée ;
  • le Plateau de Valensole au sud-est : bassin molassique du Miocène et du Pliocène composé de roches sédimentaires détritiques (dépôts liés à l'érosion des montagnes apparues à l'Oligocène).

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Alpes-de-Haute-Provence.

Les stations météos proches de Châteauneuf-Val-Saint-Donat sont situées à Château-Arnoux-Saint-Auban (cinq kilomètres)[8].

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune compte 454 ha de bois et forêts, soit 21 % de sa superficie[2].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'habitat se trouve dans la vallée, sous la forme d'un hameau, Chabannes, et de plusieurs bâtis ou groupes de bâtis nommés jas : les Jas, le jas des bides, le jas de l'Amagnon, le jas de Péguier, le jas de Martel. Des jas sont également présents à l'ouest au-dessus de 900 mètres, dans les pentes de la montagne : jas des Provens, de Vial, de Mathieu, de Glacière. On retrouve également le terme de borie ou borys (exploitation rurale ou cabane en pierre sèche), entre 600 et 800 mètres : bory haute, basse, vieille, d'Emile, de Barbarin, de Mathieu. Certains jas et bories sont en ruines[1].

Transports[modifier | modifier le code]

Les routes départementales RD 801 et RD 951 desservent la commune. L'autoroute A 51 Val de Durance passe au-delà de la limite est, dans la vallée de la Durance[1].

Les gares SNCF les plus proches sont celles de Château-Arnoux-Saint-Auban à 5,3 km et Sisteron à 11 km ; toutes les deux sont sur la ligne de Lyon à Marseille via Grenoble.

Distance des grandes villes françaises

L'orientation et la localisation de Châteauneuf-Val-Saint-Donat par rapport à quelques grandes villes françaises sont données dans le tableau suivant. Distance à vol d'oiseau[9] :

Ville Marseille Nice Montpellier Lyon Toulouse Strasbourg Bordeaux Paris Nantes Rennes Lille
Distance

Orientation

100 km

(S)

114 km

(S-E)

175 km

(S-O)

205 km

(N)

366 km

(O)

518 km

(N-E)

526 km

(O)

599 km

(N)

682 km

(N-O)

738 km

(N-0)

760 km

(N)

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque sismique nul. Le canton de Volonne auquel appartient Aiglun est en zone 1b (risque faible) selon la classification déterministe de 1991, basée sur les séismes historiques[10], et en zone 4 (risque moyen) selon la classification probabiliste EC8 de 2011[11]. La commune d’Aiglun est également exposée à trois autres risques naturels[11] :

  • feu de forêt ;
  • inondation ;
  • mouvement de terrain : la commune est presque entièrement concernée par un aléa moyen à fort[12].

La commune est également exposée aux risques technologiques :

  • risque industriel lié à la proximité des usines Arkema de Saint-Auban[13] ;
  • risque lié au transports de matières dangereuses par canalisation. Il s’agit de la canalisation Transalpes qui sert à acheminer de l’éthylène et qui traverse la commune[14].

Il n’existe pas de plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) pour la commune[15], ni de Dicrim[16]., mais la commune est incluse dans le Plan particulier d'intervention de l’usine Arkema[17].

La commune a été l’objet de plusieurs arrêtés de catastrophe naturelle, en 1994 et en 2009 pour des inondations et des coulées de boue[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon Ernest Nègre, la localité de Châteauneuf apparaît pour la première fois dans les textes en 1143[18].

Son extension Val-Saint-Donat fait référence à saint Donat qui avait installé son ermitage dans le vallon du Mardaric au VIe siècle.

Le nom des habitants de Châteauneuf-Val-Saint-Donat est Chabannais[19]. Le sobriquet traditionnel est Estubassats, ce qui signifie « les Enfumés » en occitan[20].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans l’Antiquité, le territoire de la commune faisait partie de celui des Sogiontiques (Sogiontii), qui peuplent la montagne de Lure, en étant fédérés aux Voconces. Après la Conquête, ils sont rattachés avec eux à la province romaine de Narbonnaise. Au IIe siècle, ce peuple est détaché des Voconces et forme une civitas distincte, avec pour capitale Segustero (Sisteron)[21].

Le territoire de l’actuelle commune était traversé par la voie domitienne[22].

Alors que le sud-est de la Gaule était une terre burgonde, le roi des Ostrogoths Théodoric le Grand fait la conquête de la région entre la Durance, le Rhône et l’Isère en 510. La commune dépend donc brièvement à nouveau de l’Italie, jusqu’en 526. En effet, pour se réconcilier avec le roi burgonde Gondemar III, la régente ostrogothe Amalasonthe lui rend ce territoire[23].

Le 29 juin 1220, les accords de Meyrargues sont signés entre Guillaume de Sabran et Raymond Bérenger IV de Provence, au sujet du comté de Forcalquier qu'ils se disputaient. Le nord du comté, de Forcalquier incluse jusqu'au Buëch alla au comte de Provence, moins quelques enclaves comme Châteauneuf qui resta à Guillaume de Sabran[24].

La localité apparaît pour la première fois dans les chartes en 1237, sous le nom de Castrum novum vallis sancti Donati, qui devient ensuite Châteauneuf-le-Charbonnier[25]. Le vieux village est abandonné après la fin du Moyen Âge et l’habitat se disperse[22].

Au Moyen Âge, les églises de Châteauneuf et de Val-Saint-Donat dépendaient de l’abbaye de Cruis, qui percevait les revenus attachés à ces églises[26] jusqu’à ce qu’elle soit rattachée à la mense capitulaire de Digne[22]. La communauté relevait de la viguerie de Sisteron[22]. Les seigneurs de Châteauneuf sont les Glandevès au XVIe siècle, puis les Joannis, et enfin les Meyronnet à partir du XVIIe siècle. Le fief est érigé en marquisat pour Paul de Meyronnet en 1727[25],[27].

Durant la Révolution, la commune compte une société patriotique, créée après la fin de 1792[28]. Pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, la commune change de nom pour Beauvent-de-Lure[29]. Enfin, en 1793, le château est mis aux enchères pour démolition[30].

Le coup d'État du 2 décembre 1851 commis par Louis-Napoléon Bonaparte contre la Deuxième République provoque un soulèvement armé dans les Basses-Alpes, en défense de la Constitution. Après l’échec de l’insurrection, une sévère répression poursuit ceux qui se sont levés pour défendre la République : 7 habitants de Châteauneuf-Val-Saint-Donat sont traduits devant la commission mixte, la peine la plus courante étant la déportation en Algérie[31].

Comme de nombreuses communes du département, Châteauneuf-Val-Saint-Donat se dote d’une école bien avant les lois Jules Ferry : en 1863, elle en possède déjà une qui dispense une instruction primaire aux garçons, au chef-lieu[32]. La loi Falloux (1851), qui impose l’ouverture d’une école de filles aux communes de plus de 800 habitants, ne concerne pas la commune[33]. La première loi Duruy (1867), qui abaisse ce seuil à 500 habitants, n’oblige pas non plus Châteauneuf-Val-Saint-Donat à instruire les filles, mais la commune ouvre tout de même une école de filles avant 1873[34]. La commune profite des subventions de la deuxième loi Duruy (1877) pour construire une école neuve[35].

Comme toute la France, la commune compte des hommes morts au front durant la Première Guerre mondiale. Un exode rural massif se produit de plus durant un siècle, de 1841 à 1954. La population est ainsi quasiment divisée par 4, passant de 441 à 125 habitants.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le département est occupé par l'Italie en 1942-1943, puis par l'Allemagne nazie jusqu'en août 1944. Un maquis se forme à Châteauneuf-Val-Saint-Donat. Il s’établit dans les montagnes et mène deux actions malgré le manque d’armes. Au début de juin 1944, il attaque la garnison allemande de l’usine de Château-Arnoux-Saint-Auban. Le maquis est alors rejoint par des ouvriers de l’usine. Le 18 juin, le maquis est dissous : ne restent qu’une quarantaine de résistants, qui s’installent à la borie de Mathieu. Après la défaite du maquis du Vercors, les défenses sont renforcées Le 21 juillet, lors de l’attaque de la garnison de Sisteron par les FFI, le maquis de Châteauneuf attaque des renforts allemands sur la route nationale 85 au nord de Peipin[36].

Le débarquement de Provence ainsi que différents bombardements permettent une libération rapide de la zone.

Jusqu’au milieu du XXe siècle, la vigne était cultivée à Châteauneuf-Val-Saint-Donat. Le vin produit, de qualité médiocre, était destiné à l’autoconsommation. Cette culture est aujourd’hui abandonnée[37].

La commune retrouve une croissance démographique jusque dans les années 2000, où elle atteint 513 habitants en 2006.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

De par sa taille, la commune dispose d'un conseil municipal de 11 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[38]). Lors du scrutin de 2008, il y eut deux tours (cinq élus au premier tour et six au second). Michel Flament d’Assigny a été élu conseiller municipal au premier tour avec le quatrième total de 202 voix, soit 52,88 % des suffrages exprimés. La participation a été de 91,39 %. Il a ensuite été élu maire par le conseil municipal[39].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des maires de France.

L'élection du maire est la grande innovation de la Révolution de 1789. De 1790 à 1795, les maires sont élus au suffrage censitaire pour 2 ans. De 1795 à 1800, il n’y a pas de maires, la commune se contente de désigner un agent municipal qui est délégué à la municipalité de canton.

En 1799-1800, le Consulat revient sur l'élection des maires, qui sont désormais nommés par le pouvoir central. Ce système est conservé par les régimes suivants, à l'exception de la Deuxième République (1848-1851). Après avoir conservé le système autoritaire, la Troisième République libéralise par la loi du 5 avril 1884 l'administration des communes : le conseil municipal, élu au suffrage universel, élit le maire en son sein.

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945   Clément Rolland[41]    
         
  juin 1995 Raoul Martinet[42]    
juin 1995[43],[44] en cours
(au 17 avril 2014)
Michel Flamen-d'Assigny[45],[46] UMP-LR  
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Châteauneuf-Val-Saint-Donat fait partie:

Instances administratives et juridiques[modifier | modifier le code]

Châteauneuf-Val-Saint-Donat est une des neuf communes de l'ancien canton de Volonne qui totalisait 11 886 habitants en 2012[47]. Le canton a fait partie de l’arrondissement de Sisteron du au , date de son rattachement à l'arrondissement de Forcalquier, et de la deuxième circonscription des Alpes-de-Haute-Provence. Châteauneuf-Val-Saint-Donat a fait partie du canton de Volonne de 1793[48] à 2015 ; à la suite du redécoupage des cantons du département, la commune est rattachée au canton de Château-Arnoux-Saint-Auban[49].

Châteauneuf-Val-Saint-Donat fait partie des juridictions d’instance de Forcalquier, de la prud'homale de Manosque, et de grande instance de Digne-les-Bains[50].

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Châteauneuf-Val-Saint-Donat en 2009[51]
Taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation 6,08 % 0,00 % 5,53 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties 8,82 % 0,00 % 14,49 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties 38,59 % 0,00 % 47,16 % 8,85 %
Taxe professionnelle 0,00 % 11,10 % 10,80 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[52]).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2015 en stagnation par rapport à 2010, la commune de Châteauneuf-Val-Saint-Donat comptait 503 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour Châteauneuf-Val-Saint-Donat). Les autres « recensements » sont des estimations.

Comme de nombreuses communes du département, la commune a connu un exode rural. La commune a régulièrement perdu de la population entre 1841 et 1954, puis a connu une croissance importante, avec une population multipliée par trois en près de cinquante ans.

Évolution démographique
1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
12 feux414420426442368399407441432
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
435432399402400413406365359342
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
296297251206191169150131125144
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - - -
139141191296348505497---
Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale depuis 2006
(Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[25], EHESS[48], Insee à partir de 1968[53],[54],[55])

L’histoire démographique de Châteauneuf-Val-Saint-Donat, après la saignée des XIVe et XVe siècles et le long mouvement de croissance jusqu’au début du XIXe siècle, est marquée par une période d’« étale » où la population reste relativement stable à un niveau élevé. Cette période dure presque tout le siècle, et s’interrompt en 1876. L’exode rural provoque ensuite un mouvement de recul démographique de longue durée. En 1921, la commune a perdu plus de la moitié de sa population par rapport au maximum historique de 1841[56]. Le mouvement de baisse se poursuit jusqu’aux années 1960. Depuis, la croissance de la population a repris et a même permis à Châteauneuf-Val-Saint-Donat de connaître son plus haut historique au début du XXIe siècle.

Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d’une école primaire publique[57],[58]. Ensuite les élèves sont affectés au collège de la cité scolaire Paul Arène à Sisteron[59],[60]. Ensuite les élèves poursuivent au Lycée de la cité scolaire Paul Arène à Sisteron[61] .

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de médecin à Châteauneuf-Val-Saint-Donat, les plus proches sont à Château-Arnoux (4,6 km) ou à Peipin (4,7 km)[62]. Les trois pharmacies les plus proches sont aussi à Château-Arnoux[63].

Châteauneuf-Val-Saint-Donat dépend du centre hospitalier de Manosque.

Cultes[modifier | modifier le code]

Châteauneuf-Val-Saint-Donat faisait partie du diocèse de Sisteron[22].

Économie[modifier | modifier le code]

Aperçu général[modifier | modifier le code]

En 2009, la population active s’élevait à 253 personnes, dont 20 chômeurs[64] (19 fin 2011[65]). Ces travailleurs sont majoritairement salariés (79 %)[66] et travaillent majoritairement hors de la commune (83 %)[66].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur primaire (agriculture, sylviculture, pêche) comptait huit établissements agricoles actifs au sens de l’Insee (exploitants non-professionnels inclus), mais aucun emploi salarié[67].

Le nombre d’exploitations professionnelles, selon l’enquête Agreste du ministère de l’Agriculture, est de quatre seulement en 2010. Il était de sept en 2000[68], de 12 en 1988[69]. Actuellement, ces exploitants sont essentiellement tournés vers l’élevage ovin et les grandes cultures[68]. De 1988 à 2000, la surface agricole utile (SAU) a fortement augmenté, de 368 ha à 1 071 ha[69].

Les agriculteurs de la commune de Châteauneuf-Val-Saint-Donat ont droit à quatre labels appellation d'origine contrôlée (AOC), dont huile essentielle de lavande de Haute-Provence et banon, et à neuf labels indication géographique protégée (IGP) (petit épeautre, miel de Provence, agneau de Sisteron)[70].

La culture de l’olivier est pratiquée dans la commune depuis des siècles, tout en étant limitée à des surfaces restreintes. Le terroir de la commune se situe en effet à la limite altitudinale de l’arbre, qui ne peut que difficilement être exploité au-delà des 650 mètres. L’oliveraie de Châteauneuf-Val-Saint-Donat occupait moins de 10 hectares au début du XIXe siècle, et compte actuellement plus d’un millier de pieds exploités[71]. L’huile produite à partir des olives récoltées dans la commune bénéficie des AOC huile d’olive de Provence et huile d’olive de Haute-Provence[70].

Parmi ces labels, ceux concernant le vin (alpes-de-haute-provence (IGP) blanc, rouge et rosé et VDP de Méditerranée blanc, rouge et rosé) ne sont pas utilisés, la vigne n’étant pas cultivée pour une production commerciale dans la commune[37].

Productions agricoles de Châteauneuf-Val-Saint-Donat[réf. nécessaire].

Industrie[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur secondaire (industrie et construction) comptait 15 établissements, employant 14 salariés[67].

Activités de service[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur tertiaire est le principal employeur (commerces, services) comptait 21 établissements (avec six emplois salariés), auxquels s’ajoutent les quatre établissements du secteur administratif (regroupé avec le secteur sanitaire et social et l’enseignement), salariant six personnes[67].

D'après l’Observatoire départemental du tourisme, la fonction touristique est peu importante pour la commune, avec moins d’un touriste accueilli par habitant[72], l’essentiel de la capacité d'hébergement étant non-marchande[73]. Si la commune ne compte aucun hôtel ni aucun camping, plusieurs structures d’hébergement à finalité touristique existent néanmoins :

Les résidences secondaires apportent un complément à la capacité d’accueil[76] : au nombre de 40, elles représentent 15 % des logements[77],[78].

Les commerces de la commune profitent de ce flux touristique, comme le café Le Beau Vent de Lure, qui porte le label Bistrot de pays[79]. Il adhère à une charte dont le but est de « contribuer à la conservation et à l’animation du tissu économique et social en milieu rural par le maintien d’un lieu de vie du village »[80].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments et édifices religieux[modifier | modifier le code]

L’église Notre-Dame-de-l’Étoile se trouve dans le village ruiné, et est elle-même en ruines : c’est un ancien prieuré du chapitre de Digne. L’abside était en cul-de-four[81]. Elle a servi d’église paroissiale jusqu’au XVIIIe siècle[22].

L’église de l’Exaltation-de-la-Sainte-Croix date du XVIIIe siècle[4] et se trouve au village[22].

chapelle Sainte-Madeleine[modifier | modifier le code]

La chapelle Sainte-Madeleine, du XIIe siècle est isolée, à 3 km de Chabannes. Qualifiée de chef-d’œuvre[22], ce monument historique inscrit est construit en pierres de taille blanches, et se trouve actuellement au milieu de la forêt. Les murs épais (1,1 m) sont construits dans un appareil de taille moyenne mais régulier ; ils délimitent une nef rectangulaire à trois travées voûtées en berceau. Elle est réparée une première fois en 1675, et abrite des ermites de 1686 à 1792, avant d’être abandonnée[82],[83],[22]. En 1793, elle est vendue comme bien national[84].

Elle a été restaurée dans les années 1960-1970 : la voûte, qui n’était plus protégée par le toit, disparu, a été rejointoyée, recouverte d’une dalle de béton, et la couverture de lauzes entièrement refaite[82]. Sa façade comporte un arc de décharge et un œil-de-bœuf en entonnoir[83].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Monuments et lieux civils[modifier | modifier le code]

Il subsiste des portions de la route royale construite vers 1782 à la combe Saint-Donat, indiquée par erreur comme voie domitienne sur la carte IGN. Elle est située à proximité de Montfort, venant du Mardaric et allant jusqu’à Châteauneuf en escaladant la Louvière par son flanc sud (la voie domitienne passe le Mardaric au pont des Monges et continue en ligne droite)[85],[86].

Le lavoir de Plaît-Dieu, au milieu de la campagne mais à proximité d’un établissement gallo-romain, a dû être construit dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Il est doté d’une pierre allongée servant à essorer les draps[87].

Les ruines du château fort (il n’en reste que les soubassements, de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle[88]), sont liées à l’enceinte de l’ancien village, lui-même en ruine[89].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Châteauneuf Val Saint Donat

Blasonnement :
« De gueules à un château de deux tours jointes par un entre-mur d'or, maçonné de sable, accompagné de trois roses d'argent, une en chef et deux en flancs, et en pointe, d'un trèfle du même, mouvant de deux palmes d'or. »[90]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d [Carte IGN]
  2. a et b Roger Brunet, « Canton de Volonne », Le Trésor des régions, consultée le 11 juin 2013
  3. « Habitants de Châteauneuf-Val-Saint-Donat », sur habitants.fr.
  4. a et b Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 p. (non-paginé) (ISBN 2-7399-5004-7)
  5. Les chaînons de Digne, Carte très schématique, montrant les rapports entre les chaînons des Baronnies orientales (moitié nord) et ceux de Digne (moitié sud), avec l'avant-pays de la nappe de Digne (partie occidentale), par Maurice Gidon, professeur de géologie à l'Université de Grenoble.
  6. Carte géologique de la France au 1:1 000 000
  7. La Nappe de Digne et les structures connexes,par Maurice Gidon, professeur de géologie à l'Université de Grenoble.
  8. Météo-France, « Réseau des postes du Sud-Est », Climathèque, consultée le 11 mars 2013
  9. (fr) « Distance entre Châteauneuf-Val-Saint-Donat et les plus grandes villes Françaises », Annuaire Mairie
  10. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence (DDRM), 2008, p. 39
  11. a b et c Ministère de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement, Notice communale sur la base de données Gaspar, mise à jour le 27 mai 2011, consultée le 26 juin 2012
  12. Préfecture, DDRM, p. 37
  13. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence, 2008, p. 72
  14. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence, 2008, p. 75
  15. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 95
  16. Formulaire de recherche, base Dicrim, consultée le 26 juin 2011
  17. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence, op. cit., p. 95
  18. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 3 : Formations dialectales (suite) ; formations françaises, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 195), , 1852 p. (lire en ligne). § 26638, p 1464
  19. Mairie de Châteauneuf-Val-Saint-Donat, Page de la Gazette Chabanaise, consultée le 26 juin 2012
  20. Jean-Yves Royer, « Les sobriquets villageois », in Guy Barruol, André de Réparaz, Jean-Yves Royer (directeurs de la publication), La montagne de Lure, encyclopédie d’une montagne en Haute-Provence, Forcalquier, Alpes de Lumière, collection « Les Alpes de Lumière », no 145-146, 2004, (ISBN 2-906162-70-1), 320 p., p. 227
  21. Brigitte Beaujard, « Les cités de la Gaule méridionale du IIIe au VIIe s. », Gallia, 63, 2006, CNRS éditions, p. 18-19
  22. a b c d e f g h et i Daniel Thiery, « Châteauneuf-Val-Saint-Donat », Aux origines des églises et chapelles rurales des Alpes-de-Haute-Provence, publié le 19 décembre 2010, mis à jour le 20 décembre 2010, consulté le 26 juin 2012
  23. Audrey Becker-Piriou, « De Galla Placidia à Amalasonthe, des femmes dans la diplomatie romano- barbare en Occident ? », Revue historique, 2008/3, n° 647, p. 531.
  24. Mariacristina Varano, Espace religieux et espace politique en pays provençal au Moyen Âge (IXe-XIIIe siècles). L'exemple de Forcalquier et de sa région, thèse soutenue à l'université d'Aix-Marseille I, 2011, p. 486.
  25. a b et c Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, 1969 (notice BnF no FRBNF35450017), p. 170
  26. Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit., carte 72
  27. Édouard Baratier et Ernest Hildesheimer, « Les fiefs provençaux au XVIIIe siècle », carte 111 et commentaire in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit.
  28. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p. 296-298.
  29. Jean-Bernard Lacroix, « Naissance du département », in La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p. 113.
  30. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p., p 243
  31. Henri Joannet, Jean-Pierre Pinatel, « Arrestations-condamnations », 1851-Pour mémoire, Les Mées : Les Amis des Mées, 2001, p. 71.
  32. Jean-Christophe Labadie (directeur), Les Maisons d’école, Digne-les-Bains, Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, (ISBN 978-2-86-004-015-0), p. 9.
  33. Labadie, op. cit., p. 16.
  34. Labadie, op. cit., p. 18.
  35. Labadie, op. cit., p. 11.
  36. Achille Lenarduzzi, La résistance et le maquis dans le secteur de Saint-Auban (extrait), consulté le 26 juillet 2012
  37. a et b André de Réparaz, « Terroirs perdus, terroirs constants, terroirs conquis : vigne et olivier en Haute-Provence XIXe-XXIe siècles », Méditerranée, 109 | 2007, p. 56 et 59
  38. « nombre des membres du conseil municipal des communes », Legifrance
  39. « Résultats élections municipales 2008 à Châteauneuf-Val-Saint-Donat », sur linternaute.com
  40. Joseph-Marie Maurel, « LISTE DES CONSULS, MAIRES ET ADJOINTS de Châteauneuf », in Monographie de Châteauneuf-Val-Saint-Donat, Forcalquier, Albert Crest Imprimeur, 1891, p. 107-114 dans l’édition papier.
  41. [Sébastien Thébault, Thérèse Dumont], « La Libération », Basses-Alpes 39-45, publié le 31 mars 2014, consulté le 3 avril 2014.
  42. Raoul Martinet est l’un des 500 élus qui ont parrainé la candidature d’Édouard Balladur (RPR) à l’élection présidentielle de 1995, cf. Conseil constitutionnel, liste des citoyens ayant présenté les candidats à l’élection du Président de la République, Journal officiel de la République française du 12 avril 1995, page 5736, disponible en ligne, consulté le 29 juillet 2010
  43. P. V., « M. Flamen d'Assigny pour un 4e mandat », La Provence, 17 février 2014, p. 9.
  44. , « Deux listes en course pour le scrutin », La Provence, 18 mars 2014, p. 10.
  45. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, De La Bréole à Corbières (liste 2), consulté le 7 mars 2013
  46. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, « De La Bréole à Corbières (liste 2) », Les communes du département, consultée le 17 avril 2014.
  47. « Populations légales 2012 des cantons du département », sur le site de l'INSEE (consulté le 31 octobre 2015).
  48. a et b EHESS, notice communale de Châteauneuf-Val-Saint-Donat sur la base de données Cassini, consultée le 24 juillet 2009
  49. « Décret no 2014-226 du 24 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département des Alpes-de-Haute-Provence », sur Légifrance (consulté le 31 octobre 2015).
  50. « Les Juridictions judiciaires des Alpes-de-Haute-Provence », Ministère de la Justice et des Libertés
  51. « Impôts locaux à Châteauneuf-Val-Saint-Donat », taxes.com
  52. Loi no 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  53. « Résultats du recensement de la population - Châteauneuf-Val-Saint-Donat », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  54. « Recensement de la population au 1er janvier 2006 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  55. « Populations légales 2011 en vigueur le 1er janvier 2014 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2014)
  56. Christiane Vidal, « Chronologie et rythmes du dépeuplement dans le département des Alpes de Haute- Provence depuis le début du XIX' siècle. », Provence historique, tome 21, no 85, 1971, p. 288.
  57. « Établissement primaires publics des Alpes-de-Haute-Provence », Inspection académique des Alpes-de-Haute-Provence
  58. Inspection académique des Alpes-de-Haute-Provence, Liste des écoles de la circonscription de Sisteron, publiée le 27 avril 2010, consultée le 31 octobre 2010
  59. « Sectorisation des collèges des Alpes-de-Haute-Provence », Académie Aix-Marseille,
  60. « Site de la cité scolaire [[Paul Arène]] », Académie Aix-Marseille,
  61. « Sectorisation des lycées des Alpes-de-Haute-Provence », Académie Aix-Marseille,
  62. « Médecins proches de Châteauneuf-Val-Saint-Donat », Pages Jaunes
  63. « Pharmacies proches de Châteauneuf-Val-Saint-Donat », Pages Jaunes
  64. Insee, Dossier local - Commune : Châteauneuf-Val-Saint-Donat, p. 5 (mis à jour le 28 juin 2012)
  65. Insee, Dossier local, p. 8
  66. a et b Insee, Dossier local, p. 7
  67. a b et c Insee, Dossier local, p. 16
  68. a et b Ministère de l'Agriculture, « Orientation technico-économique de l’exploitation », Recensements agricoles 2010 et 2000. (lien : attention, le fichier fait 4,4 Mio)
  69. a et b Insee, « Exploitations agricoles en 1988 et 2000 », Insee, 2012 (fichier de 24,6 Mio)
  70. a et b « Liste des appellations AOC et IGP à Aubignosc », sur INAO
  71. Réparaz, op. cit., p. 58
  72. Observatoire départemental du tourisme, Atlas de l'hébergement touristique, décembre 2008, p. 6
  73. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 7
  74. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 32
  75. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 38
  76. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 44
  77. Insee, Dossier local, op. cit., p. 17
  78. Insee, « Hébergements touristiques des communes, 2008, 2009 et 2012 », Insee, 2012 (fichier de 20,8 Mio)
  79. La charte Bistrot de Pays
  80. L'implantation des Bistrots de pays en France métropolitaine en 2010
  81. Raymond Collier, op. cit., p 137
  82. a et b Raymond Collier, op. cit., p 118
  83. a et b Arrêté du 30 juin 1997, « Chapelle Sainte-Madeleine », notice no PA04000009, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 3 novembre 2008
  84. Mairie de Châteauneuf-Val-Saint-Donat, La chapelle Sainte-Madeleine, consulté le 26 juin 2012
  85. Madeleine Viré, « La route royale de la Combe de Saint-Donat à Châteauneuf-Val-Saint-Donat construite vers 1782 », in Chroniques de Haute-Provence, Bulletin de la Société scientifique littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 304, 1987, p 91-108
  86. Guy Barruol, Notice consacrée aux ponts de Montfort in Guy Barruol, Philippe Autran et Jacqueline Ursch, D'une rive à l'autre : les ponts de Haute-Provence de l’Antiquité à nos jours, Les Alpes de Lumière no 153, Forcalquier 2006, p 100-101
  87. J.-L. Léger, Le Plait-Dieu, site de la mairie de Châteauneuf-Val-Saint-Donat, consulté le 26 juin 2012
  88. Raymond Collier, op. cit., p 272
  89. Raymond Collier, op. cit., p 313
  90. Louis de Bresc Armorial des communes de Provence 1866. Réédition - Marcel Petit CPM - Raphèle-lès-Arles 1994