Noyers-sur-Jabron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noyers.
Noyers-sur-Jabron
Le village de Noyers-sur-Jabron.
Le village de Noyers-sur-Jabron.
Blason de Noyers-sur-Jabron
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Forcalquier
Canton Sisteron
Intercommunalité Communauté de communes Jabron Lure Vançon Durance
Maire
Mandat
François Hugon
2014-2020
Code postal 04200
Code commune 04139
Démographie
Gentilé Nucetois
Population
municipale
510 hab. (2015 en augmentation de 9,91 % par rapport à 2010)
Densité 9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 10′ 12″ nord, 5° 49′ 45″ est
Altitude Min. 524 m
Max. 1 825 m
Superficie 56,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte administrative des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Noyers-sur-Jabron

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte topographique des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Noyers-sur-Jabron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Noyers-sur-Jabron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Noyers-sur-Jabron

Noyers-sur-Jabron est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Nucetois[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

 Carte élémentaire montrant les limites de la commune, les communes voisines, les zones de végétation et les routes
Noyers-sur-Jabron et les communes voisines (Cliquez sur la carte pour accéder à une grande carte avec la légende).

La commune est traversée par le Jabron et le lac de Saint-Nazaire s’y trouve. Le village de Noyers est à 560 m d'altitude[1],[3].

Géologie[modifier | modifier le code]

On note la présence de grès sur la commune[4], et de gisements d’argile[5].

Relief[modifier | modifier le code]

Rocher du Loup (1 281 m, pointe gauche de la barre rocheuse au fond de l’image) et Roc de l’Aigle (1 219 m, pointe droite de la même barre), dominant la vallée à Noyers-sur-Jabron.

Le territoire de Noyers-sur-Jabron est traversé d’ouest en est par le Jabron, sa vallée constituant le point bas du relief nucétois, de 590 m à son entrée dans Noyers à 524 m à sa sortie du territoire communal. Rive droite et au sud du Jabron, le relief s'organise selon des axes ouest-est parallèles au cours du torrent. En limite sud de la commune, le relief s’élève jusqu’à la crête de la montagne de Lure, dont le sommet est limitrophe de Noyers-sur-Jabron, à 1 825 m. La crête descend à l’est à 1 594 m au Pas de la Graille, seul franchissement de la montagne à Noyers-sur-Jabron, et à 1 704 m à l’ouest[3].

Entre la montagne de Lure et le cours du Jabron, le terroir est barré par la montagne de Pélegrine et sa terminaison occidentale la montagne de Boudeichard (sommet à 1 355 m). La pente raide de Pélegrine à l’ubac est suivie d’un piémont en pente douce, de 900 à 550 m d’altitude en arrivant au Jabron. Un seul passage pédestre relie la vallée du Jabron avec la vallée entre Pélegrine et Lure, le Pas des Portes[3].

Rive gauche et au nord du Jabron, le relief est composé de longs épaulements qui s’avancent jusqu’au torrent, avec des altitudes de 800 à 900 m. Les vallons qu’ils forment sont reliés par de petits cols, comme celui marqué par la chapelle Saint-Claude (environ 910 m). Ces collines s’élèvent jusqu’au pied d'une barre qui ferme le paysage mais alimente la légende. Les sommets de cette barre sont, d’ouest en est, le Rancurel (1 354 m), le Rocher du Loup (1 280 m), le Roc de l’Aigle (1 219 m) et le Rocher de Pierre Impie (1 090 m, situé sur le territoire de Ribiers mais facilement visible de Noyers). Cette barre est franchie par deux cols pédestres, le Pas de Liérette et le Pas de la Montagne (respectivement 1 241 m et 1 170 m)[3].

Enfin, au nord, deux vallons n’appartiennent pas à la vallée du Jabron, et se trouvent sous la Crête de l’Âne (1 615 m) et entre le Rancurel et la Crête des Planes (1 432 m). Ces deux crêtes sont séparées par le col de Blauge, à 1 372 m, vers Éourres[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Du relief décrit précédemment, découle un réseau hydrographique simple. De la montagne de Lure et de l’adret de Pélegrine, descendent le torrent du Grand Vallat, à l’ouest (limitrophe de Châteauneuf-Miravail), et le torrent du Grand Vallon, qui coule vers l’est et Valbelle (où il devient la Biaïsse). De multiples sources et ravins naissent sur l’ubac de Pélegrine et coulent vers le Jabron ; le plus important d’entre eux est le torrent du ravin du Pas de la Combe[3].

La partie de Noyers au nord du Jabron est elle aussi sillonnée de torrents, dont le ravin des Baumes à l’ouest et le Riou Sara à l’est[3]. Enfin, deux vallons isolés sont drainés par le ravin de Brison qui coule vers Ribiers et le Buëch, et le ravin de la Garderie qui se jette dans le ravin Verduigne, qui s’écoule vers Saint-Vincent-sur-Jabron[3].

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune compte 451 ha de bois et forêts, soit seulement 8 % de sa superficie[1].

Hameaux[modifier | modifier le code]

  • les Bérauds
  • le Chènebotte
  • le Couvent
  • le Durban
  • la Font des Vious
  • la Grotte
  • Lauche
  • les Peyrouries
  • Saint-Martin
  • Serre Marie
  • le Vieux Noyers
  • la Bastie

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale RD 946, ancienne route nationale 546, qui suit la vallée du Jabron. Quelques chemins d’intérêt communal, goudronnés ou non, desservent les pentes inférieures rive droite et rive gauche, les vallons éloignés étant desservis uniquement par des pistes forestières ou des chemins pédestres[3].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Cabine téléphonique en ciment.

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque sismique nul. Le canton de Noyers-sur-Jabron est en zone 1a (sismicité très faible mais non négligeable) selon la classification déterministe de 1991, basée sur les séismes historiques[6], et en zone 3 (risque modéré) selon la classification probabiliste EC8 de 2011[7]. La commune de Noyers-sur-Jabron est également exposée à trois autres risques naturels[7] :

  • feu de forêt,
  • inondation (dans la vallée du Jabron),
  • mouvement de terrain.

La commune de Noyers-sur-Jabron n’est exposée à aucun des risques d’origine technologique recensés par la préfecture[8] et aucun plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) n’existe pour la commune[8] ; le Dicrim n’existe pas non plus[9].

La commune a été l’objet de plusieurs arrêtés de catastrophe naturelle : pour des inondations, des coulées de boue et des glissements de terrain en 1994, et à nouveau pour des inondations et coulées de boue en 2003[7]. Le tremblement de terre du 18 juillet 1938, dont l’épicentre était situé à Guillestre, a été ressenti avec une intensité macro-sismique de V sur l’échelle MSK (dormeurs réveillés, chutes d’objets)[10],[11].

Sites des villages[modifier | modifier le code]

Le village originel de Noyers, aujourd’hui nommé Le Vieux-Noyers, occupe un replat à mi-pente, séparé du Jabron par un abrupt[12]. Ce site venteux est progressivement abandonné au XIXe pour celui du village actuel, Noyers-le-Bas, plus proche de la route départementale, et à proximité de sources[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Localisation de Noyers-sur-Jabron au pied de la Montagne de Lure

Selon Ernest Nègre, la localité apparaît pour la première fois dans les textes en 1168, sous le nom de de Nogueriis, dérivé de l’occitan nougié (désignant le noyer), qui a plus tard été francisé en Noyers. Le sens du toponyme communal est donc transparent[14],[15].

La toponymie de la commune est d’abord une description du relief : on a le Peissiou, où le pei- est une des formes locales qu’a pris le terme latin podium[16]. Parmi les termes les plus utilisés à Noyers, on a l’ubac, l’adret, la côte et leurs dérivés : rive gauche du Jabron, on a l’Ubac de Brison et l’Adrech de la Montagne, sur la même montagne, et les Côtes et l’Adroit, à l’ouest de Noyers, et sur l’autre versant, le hameau de l’Ubac ; et rive droite, on a encore la Côte de Garin[17]. Le serre, qui désigne une crête allongée au profil heurté, en dents de scie, est aussi utilisé avec des noms de personne : Serre Bernard, Serre Marie[18]. Les plaines sont, dans le vocabulaire de Lure, un espace plan en altitude : à Noyers, ces plaines sont à 1300 m d’altitude, sur le Rancurel : l’adret de la montagne se nomme la côte du Pui (avec un doublet toponymique pour nommer une montagne)[16].

Les effets de l’érosion sont également visibles dans la toponymie : on a les Gourds, qui sont localement un trou d’eau dans le rocher, et les Gravières, près des ruines du prieuré, qui sont formées des graviers arrachés aux pentes des montagnes et abandonnés là par les eaux pluviales[17].

Localement, les portes sont un passage étroit dans la montagne : le Pas des Portes est ainsi le col qui passe dans un défilé entre la Montagne Pélegrine et la montagne de Sumiou[17].

La Font des Vious est une source[17].

Le terme jarjayes est localement un espace où poussent les vesces : le toponyme est utilisé repris pour le Moulin (à eau, sur les rives du Jabron) et le pont de Jarjayes. La Fayée de Lure est nommée ainsi d’après la hêtraie qui y poussait[17].

Enfin, les aménagements de l’homme pour exploiter l’espace ont donné de nombreux toponymes : l’élevage ovin a ainsi suscité de nombreux jas (bergerie) suivi du nom du propriétaire (de Paul, de Périvoye, de Madame), et on trouve également une bergerie des Égaux, plus récente[17]. Dans le toponyme la Grange la Lauze, le terme grange désigne une ferme, la lauze les pierres utilisées pour les couvertures des bâtiments[17]. Les clos sont des champs épierrés dont les pierres ont servi à clôturer le champ avec des murs en pierre sèche : on a les Grands Clos rive gauche, et le Grand Clot sur la montagne de Pélegrine[17]. Les cultures complantées et l’élevage ont donné lieu au pré des Poiriers, au pré du Rey.

En vivaro-alpin et en provençal la commune se nomme Noièrs dans la norme classique et Nouiés dans la norme mistralienne

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Les restes d’un temple de Mars ont été découverts à Chènebotte[19]. À cette époque, les Sogiontiques (Sogiontii) peuplent la vallée du Jabron, en étant fédérés aux Voconces. Après la Conquête (en 125-122 av. J.-C.), ils sont rattachés avec eux à la province romaine de Narbonnaise. Au IIe siècle, ce peuple est détaché des Voconces et forme une civitas distincte, avec pour capitale Segustero (Sisteron)[20].

Un habitat d'époque gallo-romaine a été retrouvé à proximité du Jas de Madame ; cet habitat montre que l'itinéraire franchissant la montagne de Lure par la baisse de Malcor était régulièrement emprunté à cette époque[21].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Alors que le sud-est de la Gaule était une terre burgonde, le roi des Ostrogoths Théodoric le Grand fait la conquête de la région entre la Durance, le Rhône et l’Isère en 510. La commune dépend donc brièvement à nouveau de l’Italie, jusqu’en 526. En effet, pour se réconcilier avec le roi burgonde Gondemar III, la régente ostrogothe Amalasonthe lui rend ce territoire[22].

La localité est citée pour la première fois à l’occasion de la victoire de saint Bevons sur les Maures au Xe siècle à Peyrimpi, selon Michel de la Torre[23].

La richesse et l’étendue du territoire de Noyers a suscité l’implantation de nombreux établissements ecclésiastiques en tirant profit[24]. L’église Saint-Martin est achetée par l’abbaye de Cruis en 1274 avec le fief d’Aigremont[25],[24]. Le fief est acheté par les comtes de Provence en 1343[26], puis le village siège de ce fief disparaît : il n’en reste que les ruines de Montaigre entre le Rancurel et la crête de l’Âne[24]. Le prieuré Saint-Nazaire, rive droite du Jabron, comme le prieuré Saint-Julien, proche de Chénebottes, et l’église Saint-Pierre de Jarjayes, relevaient également de l’abbaye de Cruis[24]. Le prieuré Saint-Julien relevait de l’abbaye de Valbelle, puis au XVIIIe siècle du séminaire de Manosque[24]. La communauté relevait de la baillie de Sisteron[24].

Comme toutes les communautés de la vallée du Jabron, les communautés de Noyers et de Jarjayes avaient le privilège de ne pas payer la queste aux comtes de Provence (puis à leurs successeurs, les rois de France) jusqu'à la Révolution[27].

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Mais ce dernier, entre les mauvais souvenirs qu'il a laissé lors de sa tentative de conquête en 1368[28] et la confusion des premières années sur la réalité de la mort de Jeanne Ire[29], ne se rallie que peu de communautés. La communauté de Noyers est confisquée et occupée de force au début de la guerre par les troupes de Marie de Blois, veuve de Louis Ier et venue en Provence défendre les intérêts de leur fils Louis II[30].

Le plus ancien moulin à eau de Noyers existait déjà en 1342[5]. La seigneurie appartient aux d’Agoult du XIVe au XVe siècle, et aux Clermont aux XVIIe-XVIIIe siècles[31].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

En 1516, les habitants de Noyers et de Ribiers s’opposent à propos du bornage de leurs terres : la dispute dégénère en combat sanglant, qui donne lieu à un procès de longue haleine.

Les gisements d’argile étaient exploités par une tuilerie (tuilière en provençal) vers 1660[5].

Lors de la peste de 1628-1630, un cordon sanitaire est mis en place le long du Jabron[32]. Il ne suffit pas à rassurer les habitants de Noyers : la messe est célébrée uniquement les dimanches, sur un autel en bois, élevé à l’écart du village et près du cimetière. Les paysans y assistaient de loin[33]. Cette épidémie tue un habitant sur dix, soit 120 personnes environ[34].

Lors de l’épidémie de peste de 1720-1722, Noyers est située au nord de la ligne du Jabron, élément du cordon sanitaire allant de Bollène à Embrun et isolant la Provence du Dauphiné (et dont fait partie le mur de la peste). Dès la fin août, des mesures de fermeture des routes principales et de quarantaine sont prises par la communauté[35], le comte de Roussillon, seigneur du village, assistant exceptionnellement aux séances du conseil[36]. L’interdiction de franchir le Jabron, sous peine de mort, est décidée par le gouverneur d’Argenson début août, et le cordon est mis en place le 26 septembre[37] pour n’être levé par ordonnance royale que le 19 novembre 1722[37]. Pendant toute la période, la communauté de Noyers est fortement mobilisée : alors que le conseil se réunit habituellement quatre fois par an, les réunions ont lieu jusqu’à cinq fois par mois en 1721[38].

Le gouverneur d’Argenson fait lever une compagnie de milice par viguerie : celle de Sisteron (dont font partie les hommes de Noyers) surveille les bacs entre Le Poët et Peyruis[39]. Ensuite, quatre autres compagnies sont levées pour d’autres tâches de surveillance[40]. À Noyers, la ligne sur le Jabron est surveillée par deux compagnies (une centaine d’hommes[41]) du régiment de Poitou revenant d’Espagne[32] à partir de la fin d’octobre 1720[42]. Les soldats sont renforcés par 16 hommes levés dans la population de Noyers (en plus de ceux envoyés à la compagnie de milice placée sur la Durance et non comptée la contribution de Jarjayes)[40]. La communauté de Noyers est requise pour construire des corps de garde pour loger les soldats le long de la ligne. Trois sont prévus des confins de Bevons à la Bastide Neuve, et cinq autres de Chénebotte au Couvent de Mallemialle[43] et les approvisionner en bois de chauffe et huile pour l’éclairage, avec en moyenne 70 stères par corps de garde et par an[44]. Les corps de garde prévus sont construits, et la ligne est renforcée de 21 guérites placées dans les intervalles, à une moyenne de 250 m[41]. Une baraque supplémentaire est construite au village, pour servir de « corps de garde de fatigue » : les soldats punis y étaient emprisonnés et affectés à des travaux de force[45]. La communauté de Noyers construit ces baraques et guérites à l’économie, en utilisant du pin et de la paille ; mais elles s’effondrent et on lui demande de les reconstruire[46]. La communauté de Noyers est coupée en deux par la ligne : les habitants vivant au Sud de la ligne, notamment au village de Jarjayes, se retrouvent en zone interdite et ne participent donc plus aux charges de la communauté. En outre, la communauté est privée de ses ressources en bois, essentiellement situées dans la montagne de Lure. Les sacrements religieux ne sont plus dispensés : les baptêmes de 1720-1722 sont enregistrés dans les registres de catholicité en une seule fois, fin 1722[47]. La communauté subit aussi les désagréments de la présence des militaires : les livraisons de bois n’étant pas toujours suffisantes, ceux-ci se servent à proximité en coupant les arbres fruitiers complantés dans les champs proches des corps de garde[48]. Ces désagréments n’empêchent pas le rapprochement entre la population de Noyers et les soldats : deux enfants nés en 1721 ont un soldat comme père, et un soldat épouse une Nucétaine[49]. En novembre 1721, un an après la mise en place de la ligne du Jabron, les approvisionnements manquent en certaines denrées : un contrebandier qui tentait de passer la ligne avec un tonneau d’huile est pris sur le fait et fusillé[50]. Fin janvier 1722, le régiment du Poitou, présent depuis un an, est relevé mais la ligne est maintenue jusqu’en décembre[51]. Les baraques et guérites sont immédiatement démontées, et le bois et les tuiles vendues aux enchères[52]. Le temps de la peste est définitivement fermé en 1723, avec le comblement des fosses qui avaient été ouvertes en prévision des morts dus à l’épidémie (il n’y en a eu aucun)[53], et le remboursement des frais occasionnés par les États de Provence[54]. La croix de la Plane, entre Ribières et Noyers, est élevée en mémoire de la ligne et aussi appelée « croix de Poitou » en souvenir du régiment qui gardait la ligne[55].

Le moulin de Jarjayes était très bien équipé avant la Révolution : l'une de ses paires de meules était taillée dans la pierre de Marseille. Cette qualité de pierre, coûteuse, permettait de tirer une meilleure qualité de farine de la mouture, et montre que le meunier avait atteint un niveau de richesse assez élevé[56].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune compte une société patriotique, créée après la fin de 1792[57]. Le 5 frimaire an III, le représentant en mission Gauthier épure la société[58].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Monument aux morts de la Première Guerre mondiale.

La commune de Jarjayes est rattachée à Noyers-sur-Jabron en 1832[59]. Citée dès le XIe siècle (Gargaia), la communauté de Jarjayes compte 99 habitants en 1765[60].

L’habitat se déplace progressivement dans la vallée, vers un village qu’on appelle alors Noyers-le-Bas, plus proche de la route départementale et de de sources. Une école, une nouvelle église Notre-Dame-de-Bethléem, un presbytère sont construits[13]. En 1844, sur les 1194 habitants, 340 vivaient dans le vieux village, et 854 dans le nouveau (et les écarts)[61]. L’école est construite dans la vallée en 1855, suivie d’une église en 1866 et finalement de la mairie en 1913[24].

Comme de nombreuses communes du département, Noyers est donc doté d’une école bien avant les lois Jules Ferry : en 1863, elle donne déjà une instruction primaire aux garçons[62], ainsi qu’aux filles, la loi Falloux l’y obligeant (car elle avait plus de 800 habitants)[63]. Elle profite de la deuxième loi Duruy sur l’éducation (1877) pour construire une école neuve au hameau Saint-Martin, et pour améliorer l’école du village grâce aux subventions de l’État[64].

C’est en 1845, après avoir lu l’histoire de Sisteron d’Édouard de Laplane, où l’auteur remarquait la concordance toponymique entre le saint protecteur de Saint-Laurent-de-Voghera, san Bovo, et Bevons, que l’abbé de Noyers décide d’établir le culte du saint : une relique est donnée par les habitants de Saint-Laurent-de-Voghera en 1851, et une chapelle construite à Noyers-le-Vieux[65].

Le coup d'État du 2 décembre 1851 commis par Louis-Napoléon Bonaparte contre la Deuxième République provoque un soulèvement armé dans les Basses-Alpes, en défense de la Constitution. Après l’échec de l’insurrection, une sévère répression poursuit ceux qui se sont levés pour défendre la République : 6 habitants de Noyers-sur-Jabron sont traduits devant la commission mixte[66].

Jusque vers 1850, la seule route existant à Noyers allait de Saint-Vincent-sur-Jabron à Sisteron. Elle est prolongée jusqu’à Séderon dans les années 1850, et goudronnée dans les années 1930. Dans le sens nord-sud, seul le chemin muletier passant par le Pas des Portes est utilisé[67].

En 1884, la commune est touchée par une épidémie de choléra : elle cause 7 morts[68].

L’électrification du village se fait en deux étapes : le moulin Girard, de M. Roman, est transformé pour la production d’électricité par son propriétaire et alimente l’éclairage des rues et quelques particuliers. En 1935, le village est relié au réseau national[69].

Jusqu’au milieu du XXe siècle, la vigne était cultivée à Noyers-sur-Jabron. Plusieurs dizaines d’hectares produisaient un vin destiné à l’autoconsommation et à la vente sur les marchés locaux. Cette culture est aujourd’hui abandonnée[70].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Noyers.svg

Blasonnement :
De gueules à une fasce d’argent, chargée du mot NOYERS de sable et accompagnée de trois étoiles d’argent, deux en chef et une en pointe[71].

Économie[modifier | modifier le code]

Aperçu général[modifier | modifier le code]

En 2009, la population active s’élevait à 191 personnes, dont 20 chômeurs[72] (12 fin 2011[73]). Ces travailleurs sont majoritairement salariés (75 %)[74] et travaillent majoritairement hors de la commune (77 %)[74].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Grumes de résineux entassées par tas de quelques uns, dans une coupe où des arbres ont été conservés.
Exploitation forestière.

Fin 2010, le secteur primaire (agriculture, sylviculture, pêche) comptait 19 établissements actifs au sens de l’Insee (exploitants non professionnels inclus) et trois emplois salariés[75].

Le nombre d’exploitations professionnelles, selon l’enquête Agreste du ministère de l’Agriculture, est de 13 en 2010. Il était de 11 en 2000[76], de 22 en 1988[77]. Actuellement, ces exploitants sont très majoritairement tournés vers l’élevage ovin (huit d’entre eux), les grandes cultures intéressant trois exploitations[76]. De 1988 à 2000, la surface agricole utile (SAU) a fortement augmenté, de 755 à 1 355 ha[77]. La SAU a continué sa croissance lors de la dernière décennie pour arriver à 1 519 ha[76].

Industrie[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur secondaire (industrie et construction) comptait 9 établissements, n’employant aucun salarié[75].

Activités de service[modifier | modifier le code]

Le Pas des Portes est un site renommé pour la randonnée pédestre : la partie finale son sentier d’accès, côté nord, est caladé.

Fin 2010, le secteur tertiaire (commerces, services) comptait 16 établissements (avec neuf emplois salariés), auxquels s’ajoutent les cinq établissements du secteur administratif (regroupé avec le secteur sanitaire et social et l’enseignement), salariant 12 personnes[75].

D'après l’Observatoire départemental du tourisme, la fonction touristique est d’une importance moyenne pour la commune, avec entre un et cinq touristes accueillis par habitant[78], avec des capacités d'hébergement très faibles[79]. Les seules structures d’hébergement à finalité touristique de Noyers-sur-Jabron sont des meublés labellisés[80] et non labellisés[81] et des chambres d’hôtes[82].

Les résidences secondaires apportent un complément intéressant à la capacité d’accueil[83] : au nombre de 72, elles représentent le quart des logements. Parmi les résidences secondaires, quatre possèdent plus d’un logement[84],[85].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Noyers-sur-Jabron, serrée contre l’église.

Municipalité[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945   Émile Bonnet[86]    
    Daniel Mullers    
avant 2005 mars 2008 Annick Latil    
mars 2008 2014 Hervé Dewaele[87]    
avril 2014 en cours
(au 21 octobre 2014)
François Hugon[88] DVD Chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Noyers-sur-Jabron fait partie:

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est dotée d’une école primaire[89].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2015 en augmentation de 9,91 % par rapport à 2010, Noyers-sur-Jabron comptait 510 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2005, 2010, 2015, etc. pour Noyers-sur-Jabron). Depuis 2004, les autres chiffres sont des estimations.

Évolution démographique
1315 1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
200 feux 40 feux 968 1 058 931 1 064 1 107 1 186 1 366 1 254
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
1 193 1 177 1 092 1 061 995 937 877 898 866 840
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
797 708 630 565 459 475 437 405 304 272
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 - -
236 252 232 240 291 337 365 464 - -
Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale depuis 2006
(Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[31], EHESS[59], Insee à partir de 1968[90],[91],[92],[93])

L’histoire démographique de Noyers-sur-Jabron est marquée par un maximum de population en 1836, suivi immédiatement d’un mouvement de diminution, sans période d’ « étale » où la population serait restée à un niveau élevé. Cette diminution est lente et dure longtemps : c’est entre 1901 et 1906 que la commune perd la moitié de sa population de 1836[94]. La baisse s’est poursuivie jusqu’aux années 1970, et malgré la reprise que Noyers-sur-Jabron connait depuis, la commune reste en dessous des 50 % de la population de 1836.

Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Façade nord (côté vallée) du château de la Périvoye.

Le château ou les bastides de Périvoye datent du XVIIe siècle[23].

Le château de la Grande-Bastie, un peu à l’écart du village, est construit au début du XVIIe siècle. Sa façade, prise entre deux tourelles rondes, dont une abrite la chapelle, a été reprise par la suite, avec des fenêtres en plein cintre, et la porte encadrée de deux pilastres et un entablement horizontal. L’ensemble paraît élégant sans ostentation[95]. L’escalier, sous croisées d’ogives, est orné de gypseries[96].

On relève parfois l’existence d’une maison noble à l’Est du village, appelée Château-Girard, et qui date du XVIIe[13].

Vue sur le village du Vieux Noyers et Notre-Dame de Bethléem.

L’église paroissiale, est construite au village bas en même temps que le presbytère et l’école. Elle est achevée en 1861. Construite avec une nef unique de trois travées voûtées en berceau, sans bas-côtés, mais bordée de six chapelles latérales. L’abside est couverte en cul-de-four. Le clocher est une tour construite contre le chœur, dans le style alpin, avec une flèche encadrée de quatre pyramidions[97]. Le clocher est orné par une pierre translucide, appelée le « diamant de la reine Jeanne ». Il s’agit d’un quartz taillé de 3 kg venant de Saint-Maime. Initialement, il se trouvait sur le couvent dominicains de Sisteron ; à la Révolution, il est vendu comme Bien national. Les acheteurs, propriétaires de la Grande Bastide à Noyers, en ont fait don[13].

Au Vieux-Noyers (ou Haut-Noyers), l’ancien site du village, se trouvent notamment les restes du château du XIIIe siècle[98],[13], les ruines de l’ancien village, et l’église Notre-Dame-de-Bethléem et Sainte-Euphémie, ou de Haut-Noyers. Cette dernière, ancienne dépendance du prieuré de Ganagobie, est construite du XIIIe siècle. C’est l’une des plus grandes églises du département (32 x 12 m). Sa nef comprend quatre travées en berceau brisé, qui débouche dans un chœur carré, voûté de la même façon, et éclairé par trois baies[99]. Sa cloche date de 1549, elle est visible à la mairie[100]. Elle a été restaurée de 1970 à 1974[99],[24] puis à nouveau dans les années 1990[13]. Elle est classée monument historique depuis 1913[101].

La chapelle Saint-Bevons, en ruines, proche du rocher de Pierre-Impie où saint Bevons aurait vaincu les Sarrazins, est construite au milieu du XIXe siècle[65],[24].

La chapelle Saint-Claude, située sur un petit col isolé, proche du hameau de Saint-Martin, dont la construction est mal datée mais semble remonter au XVIIe siècle[24].

Dans un bois, petit bâtiment carré et rose à coupole noire.
La chapelle de Périvoye.

Une petite chapelle carrée et à coupole se trouve dans le parc du château de Périvoye.

  • À Jarjayes : château en ruines, daté de 1704[102], église Saint-Pierre-aux-Liens, moulin à eau sur le Jabron[103]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p.
  • Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, 1969 (notice BnF no FRBNF35450017)
  • Hélène Vésian en collaboration avec Évelyne Falvard et Claude Gouron, Châteaux et bastides en Haute Provence aux XVIe siècle, XVIIe et XVIIIe siècles, Avignon, Aubanel, , 167 p. (ISBN 2-7006-0145-9)
    Noyers-sur-Jabron, pp.70 à 71

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Roger Brunet, « Canton de Noyers-sur-Jabron », Le Trésor des régions, consultée le 11 juin 2013
  2. Irène Magnaudeix et alii, Pays de Haute-Provence : de Lure au Luberon. Manosque, pays de Forcalquier, de la montagne de Lure au Luberon, guide de découverte par les chemins, ADRI/Les Alpes de Lumière, 1999, (ISBN 2-906924-25-3), (ISBN 2-906162-47-7), p. 112
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i IGN, Carte topographique de Noyers-sur-Jabron sur Géoportail (consulté le 4 novembre 2013)..
  4. Irène Magnaudeix, op. cit., p. 101
  5. a, b et c Irène Magnaudeix, op. cit., p. 107
  6. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence (DDRM), 2008, p. 39
  7. a, b et c Ministère de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement, Notice communale sur la base de données Gaspar, mise à jour le 27 mai 2011, consultée le 6 août 2012
  8. a et b Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 97
  9. Formulaire de recherche, base Dicrim, consultée le 6 août 2011
  10. BRGM, « Épicentres de séismes lointains (supérieurs à 40 km) ressentis à Noyers-sur-Jabron », Sisfrance, mis à jour le 1er janvier 2010, consulté le 6 août 2012
  11. BRGM, « fiche 50057 », Sisfrance, consultée le 6 août 2012
  12. Irène Magnaudeix, op. cit., p. 98
  13. a, b, c, d, e et f Irène Magnaudeix, op. cit., p. 118
  14. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 2 : Formations non-romanes ; formations dialectales, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 194), , 676 p. (ISBN 978-2-600-00133-5, lire en ligne). § 24677, p 1326
  15. Bénédicte Fénié, Jean-Jacques Fénié, Toponymie provençale, Éditions Sud-Ouest, 2002 (réédition), (ISBN 978-2-87901-442-5), p. 98
  16. a et b Claude Martel, « L’oronymie d’une montagne provençale » in Guy Barruol, André de Réparaz, Jean-Yves Royer (directeurs de la publication), La montagne de Lure, encyclopédie d’une montagne en Haute-Provence, Forcalquier, Alpes de Lumière, collection « Les Alpes de Lumière », no 145-146, 2004, (ISBN 2-906162-70-1), 320 p. p. 219
  17. a, b, c, d, e, f, g et h Guy Barruol, Claude Martel, Jean-Yves Royer, « Glossaire lié à la topographie et à la toponymie de Lure », in Barruol, Réparaz, Royer, op. cit., p. 229
  18. Claude Martel, Ibid., p. 220
  19. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p., p 18
  20. Brigitte Beaujard, « Les cités de la Gaule méridionale du IIIe au VIIe s. », Gallia, 63, 2006, CNRS éditions, p. 18-19
  21. Guy Barruol, « Le Pays de Forcalquier à l'époque romaine », in Alpes de lumière, Musée de Salagon, Archéologie au pays de Forcalquier : radioscopie d'un terroir rural, Mane (Salagon, 04300) : les Alpes de lumière, 1990, catalogue d'exposition, Mane, été 1990 ; collection « Les Alpes de lumière » (ISSN 0182-4643) no 103, (ISBN 2-906162-159), p. 41.
  22. Audrey Becker-Piriou, « De Galla Placidia à Amalasonthe, des femmes dans la diplomatie romano- barbare en Occident ? », Revue historique, 2008/3, n° 647, p. 531.
  23. a et b Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 p. (non paginé) (ISBN 2-7399-5004-7)
  24. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Daniel Thiery, « Noyers-sur-Jabron », Aux origines des églises et chapelles rurales des Alpes-de-Haute-Provence, publié le 22 décembre 2011, mis à jour le 23 décembre 2011, consulté le 6 août 2012
  25. Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit., carte 72
  26. Édouard Baratier, La démographie provençale du XIIIe au XVIe siècles, avec chiffres de comparaison pour le XVIIIe siècle, Paris : SEVPEN/EHESS, 1961. Collection « Démographie et société », 5. p. 20
  27. Édouard Baratier, op. cit., p. 21
  28. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 405.
  29. Alain Venturini, « Vérité refusée, vérité cachée : du sort de quelques nouvelles avant et pendant la Guerre d'Union d'Aix (1382- 1388) », Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public. 24e congrès, Avignon, 1993. p. 183-185.
  30. G. Xhayet, op. cit., p. 416.
  31. a et b Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, 1969 (notice BnF no FRBNF35450017), p. 187
  32. a et b Jean-Pierre Joly, « La ligne du Jabron pendant la peste de 1720 », Chroniques de Haute-Provence, no 360, été 2008, p. 14
  33. Joly, op. cit., p. 8-9
  34. Joly, op. cit., p. 8
  35. Joly, op. cit., p. 9
  36. Joly, op. cit., p. 9-10
  37. a et b Joly, op. cit., p. 11
  38. Joly, op. cit., p. 18
  39. Joly, op. cit., p. 13
  40. a et b Joly, op. cit., p. 37
  41. a et b Joly, op. cit., p. 27-29
  42. Joly, op. cit., p. 15
  43. Joly, op. cit., p. 19
  44. Joly, op. cit., p. 33
  45. Joly, op. cit., p. 23
  46. Joly, op. cit., p. 31
  47. Joly, op. cit., p. 26
  48. Joly, op. cit., p. 46
  49. Joly, op. cit., p. 57-58
  50. Joly, op. cit., p. 57
  51. Joly, op. cit., p. 63
  52. Joly, op. cit., p. 66
  53. Joly, op. cit., p. 12
  54. Joly, op. cit., p. 67
  55. Joly, op. cit., p. 61
  56. Claude Gindin, « Les moulins de la République », Annales historiques de la Révolution française. N°290, 1992 p. 592
  57. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 296-298
  58. Alphand, op. cit., p. 333
  59. a et b EHESS, notice communale de Noyers-sur-Jabron sur la base de données Cassini, consultée le 27 juillet 2009
  60. Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit., p. 179
  61. Irène Magnaudeix, op. cit., p. 115
  62. Jean-Christophe Labadie (directeur), Les Maisons d’école, Digne-les-Bains, Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, (ISBN 978-2-86-004-015-0), p. 9.
  63. Labadie, op. cit., p. 16.
  64. Labadie, op. cit., p. 11.
  65. a et b Irène Magnaudeix, op. cit., p. 127
  66. Henri Joannet, Jean-Pierre Pinatel, « Arrestations-condamnations », 1851-Pour mémoire, Les Mées : Les Amis des Mées, 2001, p. 71.
  67. Guy Barruol, « Itinéraires traditionnels », in Barruol, Réparaz, Royer, op. cit., p. 209-210.
  68. Pierre Colomb, « L'épidémie de choléra de 1884 », Annales de Haute-Provence, Bulletin de la Société scientifique et littéraire de Haute-Provence, no 320, 3e trimestre 1992, p 205
  69. Guy Barruol, « L’électrification des communes », in Barruol, Réparaz et Royer, op. cit., p. 198.
  70. André de Réparaz, « Terroirs perdus, terroirs constants, terroirs conquis : vigne et olivier en Haute-Provence XIXe-XXIe siècles », Méditerranée, 109 | 2007, p. 56 et 59
  71. Louis de Bresc Armorial des communes de Provence 1866. Réédition - Marcel Petit CPM - Raphèle-lès-Arles 1994
  72. Insee, Dossier local - Commune : Noyers-sur-Jabron, p. 5 (mis à jour le 28 juin 2012)
  73. Insee, Dossier local, p. 8
  74. a et b Insee, Dossier local, p. 7
  75. a, b et c Insee, Dossier local, p. 16
  76. a, b et c Ministère de l'Agriculture, « Orientation technico-économique de l’exploitation », Recensements agricoles 2010 et 2000. (lien : attention, le fichier fait 4,4 Mio)
  77. a et b Insee, « Exploitations agricoles en 1988 et 2000 », Insee, 2012 (fichier de 24,6 Mio)
  78. Observatoire départemental du tourisme, Atlas de l'hébergement touristique, décembre 2008, p. 6
  79. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 7
  80. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 32
  81. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 36
  82. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 38
  83. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 44
  84. Insee, Dossier local, op. cit., p. 17
  85. Insee, « Hébergements touristiques des communes, 2008, 2009 et 2012 », Insee, 2012 (fichier de 20,8 Mio)
  86. [Sébastien Thébault, Thérèse Dumont], « La Libération », Basses-Alpes 39-45, publié le 31 mars 2014, consulté le 3 avril 2014.
  87. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, De Montfuron à Puimichel (liste 5), consulté le 8 mars 2013
  88. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, « Liste des maires », 2014, consultée le 20 octobre 2014.
  89. Inspection académique des Alpes-de-Haute-Provence, Liste des écoles de la circonscription de Sisteron, publiée le 27 avril 2010, consultée le 31 octobre 2010
  90. « Résultats du recensement de la population - Noyers-sur-Jabron », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  91. « Recensement de la population au 1er janvier 2005 », sur Archives Wikiwix du site de l'Insee (consulté le 5 mars 2014)
  92. « Recensement de la population au 1er janvier 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  93. « Populations légales 2011 en vigueur le 1er janvier 2014 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2014)
  94. Christiane Vidal, « Chronologie et rythmes du dépeuplement dans le département des Alpes de Haute- Provence depuis le début du XIX' siècle. », Provence historique, tome 21, no 85, 1971, p. 287.
  95. Raymond Collier, op. cit., p 263
  96. Comtesse du Chaffaut, Gypseries en Haute-Provence : cheminées et escaliers (XVIe – XVIIe siècles), Turriers, Naturalia publications, 1995, (ISBN 2-909717-22-4), p 90
  97. Raymond Collier, op. cit., p 385-386
  98. Raymond Collier, op. cit., p 312
  99. a et b Raymond Collier, op. cit., p 119
  100. Raymond Collier, op. cit., p 529
  101. Arrêté du 22 juillet 1913, notice de la Base Mérimée, consultée le 26 novembre 2008
  102. Raymond Collier, op. cit., p 266
  103. Raymond Collier, op. cit., p 431