Bevons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bevons
Bevons
Le Jabron et les montagnes de la vallée.
Blason de Bevons
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Forcalquier
Canton Sisteron
Intercommunalité Communauté de communes Jabron Lure Vançon Durance
Maire
Mandat
Gérard Coutelle
2014-2020
Code postal 04200
Code commune 04027
Démographie
Gentilé Bevonnais
Population
municipale
238 hab. (2015 en augmentation de 17,82 % par rapport à 2010)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 10′ 52″ nord, 5° 53′ 04″ est
Altitude Min. 485 m
Max. 969 m
Superficie 11,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte administrative des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Bevons

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte topographique des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Bevons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bevons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bevons

Bevons est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Le nom de ses habitants est Bevonnais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans sa traversée du hameau de la mairie, la RD 946 est à 505 m d’altitude[1],[2], dans la vallée du Jabron. La plus grande partie de la commune se trouve sur la rive gauche du Jabron, sur des adrets, et bénéficie donc de bonnes expositions[2].

 Carte élémentaire montrant les limites de la commune, les communes voisines, les zones de végétation et les routes
Bevons et les communes voisines (Cliquez sur la carte pour accéder à une grande carte avec la légende).

Les communes limitrophes de Bevons sont Ribiers, Sisteron, Valbelle et Noyers-sur-Jabron.

Géologie[modifier | modifier le code]

Formation de robines à Bevons.

On trouve des grès sur la commune, mais l’adret sur lequel la commune est établie compte surtout des argiles et marnes brunes[3].

Relief[modifier | modifier le code]

Le point le plus bas de la commune se trouve dans la vallée du Jabron, à 485 m d’altitude, avec une étroite plaine autour de 500 m d’altitude. La plus grande partie du territoire se trouve en rive gauche, avec des collines culminant entre 600 et 800 m (dont le Puy, à 836 m). Plus au nord, se trouve une ligne de relief orientée est-ouest, parallèle au cours du Jabron, aux sommets un peu plus hauts, entre 850 et 950 m d’altitude[2]. D’ouest en est, on a[2] :

  • le Peydiou, qui est la pointe terminale d’un sommet situé à l’ouest, à Noyers-sur-Jabron (969 m à Bevons) ;
  • la colline Saint-Pensier (850 m) ;
  • la Colle (885 m) ;
  • et une crête dominant le Rocher du Turc, à 900-920 m.

Ce chaînon peu élevé est franchi par deux les cols de Saint-Pensier, à 739 m, et de la Mairie, à 706 m. Tous deux ne sont empruntés que par des chemins[2].

Enfin, parallèlement à ces petits sommets, se trouvent quelques collines moins élevées, entre 750 et 850 m, et dont seuls les passages portent des noms : le Pas de Saint-Pensier à l’ouest, et le Pas de Peynier à l’est, tous les deux à moins de 600 m[2].

Enfin, rive droite, seul un versant du Chapage est bevonnais : la partie de cette montagne qui appartient au territoire de Bevons ne dépasse pas les 960 m[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Climatiquement, la commune est située aux confins septentrionaux de la zone méditerranéenne : la limite nord de la culture de l’olivier y passe[3].

L’ancien village était situé sur le replat, à mi-pente, séparé du Jabron par un abrupt[4]. L’habitat ancien est surtout constitué de bastides isolées, construites lorsque l’ancien village a été progressivement abandonné[5].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Érosion formant un ravin dans les robines.

Le territoire de la commune de Bevons est partagé entre deux bassins versants, ceux du Jabron et du Buëch, qui se jettent tous deux dans la Durance. Le Jabron est le principal cours d’eau de Bevons, dernière commune qu’il traverse avant de rejoindre le cours de la Durance à Sisteron (il se jette dans le canal EDF). De multiples torrents drainent les collines et se jettent dans le Jabron, excepté au nord de la principale ligne de sommets, les torrents se dirigent vers le nord et le Buëch[2].

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune compte 520 ha de bois et forêts, soit 46 % de sa superficie[1].

Transports[modifier | modifier le code]

Pont ancien à voûte et pont en remblai sur tunnel en tôle ondulé de la RD 946.

La commune est desservie par la route départementale RD 946, ancienne route nationale 546, qui traverse la commune d’est en ouest, dans la vallée du Jabron. Sur cet axe principal s’embranchent deux routes secondaires, la RD 553 qui conduit à l’ancien village de Bevons, et la RD 53 qui franchit le Jabron en direction de Valbelle[2].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque sismique nul. Le canton de Noyers-sur-Jabron auquel appartient Bevons est en zone 1a (risque très faible mais non négligeable) selon la classification déterministe de 1991, basée sur les séismes historiques[6], et en zone 3 (risque modéré) selon la classification probabiliste EC8 de 2011[7]. La commune de Bevons est également exposée à trois autres risques naturels[7] :

  • feu de forêt ;
  • inondation (dans la vallée du Jabron) ;
  • mouvement de terrain : la commune est presque entièrement concernée par un aléa moyen à fort[8].

La commune de Bevons n’est exposée à aucun des risques d’origine technologique recensés par la préfecture[9].

Aucun plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) n’existe pour la commune[9] et le Dicrim n’existe pas non plus[10].

La commune a été l’objet de plusieurs arrêtés de catastrophe naturelle : en 1994 et en 2003 pour des inondations, des glissements de terrain et des coulées de boue[7].

Économie[modifier | modifier le code]

Aperçu général[modifier | modifier le code]

En 2009, la population active s’élevait à 91 personnes, dont 8 chômeurs[11] (12 fin 2011[12]). Ces travailleurs sont majoritairement salariés (57 sur 83)[13] et travaillent majoritairement hors de la commune (68 actifs sur 83)[13]. Moins d’un tiers des établissements de la commune se trouvent dans l’agriculture (5 sur 18)[14], les services et l’administration en concentrent plus de la moitié[14].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur primaire (agriculture, sylviculture, pêche) comptait 5 établissements actifs au sens de l’Insee et 2 emplois salariés[14].

Le nombre d’exploitations est en forte baisse dans les années 2000, passant de sept à quatre, dont les orientations techniques ne sont pas révélées par l’enquête Agreste du ministère de l’Agriculture[15]. De 1988 à 2000, la surface agricole utile (SAU) a baissé, de 211 ha à 178 ha, parallèlement au nombre d’exploitations baissait (de 10 à 6)[16]. La SAU a par contre augmenté lors de la dernière décennie, pour atteindre 255 ha[15].

La vigne, qui était cultivée pour l’autoconsommation jusqu’au milieu du XXe siècle, n’est plus présente qu’à titre anecdotique dans la commune[17].

Industrie[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur secondaire (industrie et construction) comptait trois établissements, employant deux salariés[14].

Activités de service[modifier | modifier le code]

Station vélo.

Fin 2010, le secteur tertiaire (commerces, services) comptait cinq établissements (avec un emploi salarié), auxquels s’ajoutent les cinq établissements du secteur administratif (salariant 29 personnes)[14], l’établissement régional d'enseignement adapté (EREA) étant le principal employeur de la commune.

D'après l’Observatoire départemental du tourisme, la fonction touristique est peu importante pour la commune, avec moins d’un touriste accueilli par habitant[18] ; aucun hébergement touristique n’existe à Bevons (en-dehors de l’ancienne cure servant de gîte communal). Les résidences secondaires, au nombre de neuf, n’apportent pas non plus une capacité d’accueil susceptible de permettre une fréquentation touristique[19].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Fontaine de la mairie.

La localité apparaît pour la première fois dans les textes sous les formes latines Beontium ou Begontium du XIIIe au XVe siècles, sous le nom de Beontio en 1273 , qui viendrait de saint Beuvon, retiré sur la commune[20]. Faire dériver le toponyme de Bevons de Saint Bevons est un raccourci certes aisé mais faux.

Bevon en provençal.

Selon Ernest Nègre, le nom viendrait du gaulois viso, signifiant digne, apte. Enfin, selon Charles Rostaing, le nom de la localité est formé sur une racine oronymique (décrivant un relief)[21],[22], toponyme qui est probablement antérieur aux Gaulois[23].

Histoire[modifier | modifier le code]

Protohistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

À l’époque protohistorique, les Sogiontiques (Sogiontii) peuplent la vallée du Jabron, en étant fédérés aux Voconces. Après la Conquête, ils sont rattachés avec eux à la province romaine de Narbonnaise. Au IIe siècle, ce peuple est détaché des Voconces et forme une civitas distincte, avec pour capitale Segustero (Sisteron)[24]. De la période de présence romaine, on a découvert quelques vestiges. À Castel-Bevons, se trouvait un mausolée carré de 4,5 m de côté. Les cendres de quatre tombes à incinération étaient contenues dans quatre urnes en verre, protégées par des cylindres de plomb, et accompagnées de balsamaires et de bijoux d’or, et d’autres tombes à l’extérieur du mausolée. L’ensemble datait du IIe siècle de notre ère[25]. Une grande villa rustique se trouvait aussi à proximité[26]. Au Vieux Bevons, près de la Combe, une petite maison occupée aux Ier et IIe siècles a été fouillée en 1966, avec divers objets métalliques. Un four à tuiles a aussi été retrouvé[25].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Alors que le sud-est de la Gaule était une terre burgonde, le roi des Ostrogoths Théodoric le Grand fait la conquête de la région entre la Durance, le Rhône et l’Isère en 510. La commune dépend donc brièvement à nouveau de l’Italie, jusqu’en 526. En effet, pour se réconcilier avec le roi burgonde Gondemar III, la régente ostrogothe Amalasonthe lui rend ce territoire[27].

Au Moyen Âge et jusqu’à la Révolution, la communauté relevait de la viguerie de Sisteron[28], et les églises de Bevons et de Pansier des chapitres cathédraux de Sisteron et Forcalquier[28]. Le fief appartient aux familles des Oraison (XVe siècle), puis à celle des Valbelle (XVIIe siècle)[29].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Lors de la peste de 1628-1630, un cordon sanitaire est mis en place le long du Jabron[30].

Lors de l’épidémie de peste de 1720-1722, Bevons est située au nord de la ligne du Jabron, élément du cordon sanitaire allant de Bollène à Embrun et isolant la Provence du Dauphiné (et dont fait partie le mur de la peste)[31]. L’interdiction de franchir le Jabron, sous peine de mort, est décidée par le gouverneur d’Argenson début août, et le cordon est mis en place le 26 septembre[32] pour n’être levé par ordonnance royale que le 19 novembre 1722[32].

Le gouverneur d’Argenson fait lever une compagnie de milice par viguerie : celle de Sisteron (dont font partie les hommes de Bevons) surveille les bacs entre Le Poët et Peyruis[33]. Ensuite, quatre autres compagnies sont levées pour d’autres tâches de surveillance[34]. À Bevons, la ligne sur le Jabron est surveillée par une compagnie (une cinquantaine d’hommes[35]) du régiment de Poitou revenant d’Espagne[30] à partir du 21 octobre 1720[36]. Les soldats sont renforcés par quatre hommes levés dans la population de Bevons (en plus des deux envoyés à la compagnie de milice placée sur la Durance)[34]. La communauté de Bevons est requise pour construire des corps de garde pour loger les soldats le long de la ligne (quatre sont prévus des alentours de Castel-Bevons à la bastide des Rouines)[37] et les approvisionner en bois de chauffe et huile pour l’éclairage, avec en moyenne 70 stères par corps de garde et par an[38]. Finalement, six corps de garde sont construits, et 13 guérites placées dans les intervalles, à une moyenne de 250 m[35]. La communauté subit les désagréments de la présence des militaires : les livraisons de bois n’étant pas toujours suffisantes, ceux-ci se servent à proximité en coupant les arbres fruitiers complantés dans les champs proches des corps de garde[39]. Ces désagréments n’empêchent pas le rapprochement entre la population de Bevons et les soldats : certains enfants nés en 1721-1722 ont un soldat comme parrain, et un des soldats du régiment de Poitou est le père d’un enfant conçu avec une Bevonnaise[40]. Fin janvier 1722, le régiment du Poitou, présent depuis un an, est relevé mais la ligne est maintenue jusqu’en décembre[41]. Les baraques et guérites sont immédiatement démontées, et le bois et les tuiles vendus aux enchères[42]. L’entretien du cordon sanitaire pendant deux ans a en effet fortement obéré les finances de la communauté : elle est obligée de vendre son moulin en attendant le remboursement, qui n’intervient que bien après[43].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Plaque du cimetière commémorant les morts Bevonnais lors de la Première Guerre mondiale.
Stèle commémorant l’exécution de Sisteronais à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Au XIXe siècle, le village perché est abandonné et l’habitat se disperse en fermes et petits hameaux[28].

Comme de nombreuses communes du département, Bevons se dote d’une école bien avant les lois Jules Ferry : en 1863, elle donne déjà une instruction primaire aux garçons[44], mais pas aux filles, n’y étant pas obligée par la loi Falloux (Bevons compte moins de 800 habitants)[45]. Elle profite de la deuxième loi Duruy sur l’éducation (1877) pour construire une école neuve subventionnée par l’État au hameau de la Fontaine[46], en service jusqu’en 1981. La seconde, installée au rez-de-chaussée du Castel, est déplacée dans une autre aile du même bâtiment en 2000[47].

L’électrification du village se fait en 1935 par raccordement au réseau national, les écarts et hameaux étant reliés plus tard[48].

À Bevons, la vigne avait résisté à la crise phylloxérique et était encore cultivée dans l'entre-deux-guerres mondiales[49].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bevons

Blasonnement :
« D’or à un grand B capital de sable, adextré de quatre pointes du même, rangées en fasce, et senestrée de cinq pointes du même, rangées aussi en fasce. »[50].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Façade ocre jaune, à deux étages et fenêtres encadrées de blanc. Fronton classique au centre et double escalier d'accès à la porte.
Mairie de Bevons.

Municipalité[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945   Ismaël Brémond[51]    
         
1989 (?)   Lucien Plauche[52]    
avant 2005 en cours
(au 21 octobre 2014)
Gérard Coutelle[53],[54] DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.


Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Bevons fait partie:

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est dotée de deux établissements d’enseignement :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2015 en augmentation de 17,82 % par rapport à 2010, la commune de Bevons comptait 238 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour Bevons). Les autres « recensements » sont des estimations.

Évolution démographique
1315 1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
29 feux 19 feux 217 201 183 204 174 218 224 247
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
228 218 247 222 230 220 216 191 190 182
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
160 163 167 158 111 103 84 71 145 107
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
98 79 89 91 115 132 167 222 - -
Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale depuis 2006
(Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[29], EHESS jusqu'en 1962[57], Insee à partir de 1968[58],[59],[60])
Histogramme de l'évolution démographique

Santé[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose pas d'établissement public ou libéral de santé. L'association La Vallée sans Portes assure le transport des personnes ayant besoin d'une consultation vers l'hôpital de Sisteron[61].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Photo prise en sous-bois. Le pigeonnier est une tour construite en moellons apparents et à toit incliné, avec un rang de carreaux émaillés de couleurs qui en fait le tour à 4 m de haut.
Pigeonnier situé à côté de la mairie.
Église Saint-Gervais-Saint-Protais.

La commune et, plus généralement, la vallée du Jabron livrent de nombreuses traces de la civilisation gallo-romaine. La plus importante est le mausolée de Castel-Bevons, découvert en avril 1964[26]. Le tombeau, de 4,5 sur 4,5 m de côté, contenait quatre tombes à incinération datant de la première moitié du IIe siècle. Les urnes cinéraires étaient en verre, protégées par un vase cylindrique de plomb, ceux-là placés dans une amphore. Parmi les objets placés dans la tombe, balsamaires, bijoux d’or, etc.[62]. À proximité, six autres tombes plus rustiques ont été découvertes, de la même époque, ainsi que des clous brisés, dans le cadre d’un rite prophylactique[63].

  • ancien village (Vieux Bevons) en ruines[20] ;
  • l’ancienne maison seigneuriale, dite « château », date de 1629[64] ;
  • château de Pécoule[20] ;

L’église Saint-Gervais-Saint-Protais date du XVIIe siècle[5],[65]. Elle est en style roman « très attardé »[65] ; le clocher est placé au-dessus de la façade occidentale.

La chapelle Saint-Pansier, située au col de la Mairie (740 m), est actuellement en ruines : elle a été construite au début du XVIIIe siècle[28]. Elle était l’objet d’un pèlerinage, le saint guérissant les maux du ventre, d’après une analogie fréquente dans le catholicisme populaire[28]. Une autre chapelle se situerait à la Fontaine[20].

Le Castel-Bevons peut dater du XVIIe siècle. Une structure d’enseignement adapté (EREA) y est installée[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Roger Brunet, « Canton de Noyers-sur-Jabron », Le Trésor des régions, consultée le 11 juin 2013.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i IGN, Carte topographique de Bevons sur Géoportail (consulté le 3 novembre 2013)..
  3. a et b Irène Magnaudeix et alii, Pays de Haute-Provence : de Lure au Luberon. Manosque, pays de Forcalquier, de la montagne de Lure au Luberon, guide de découverte par les chemins, ADRI/Les Alpes de Lumière, 1999, (ISBN 2-906924-25-3), (ISBN 2-906162-47-7), p. 101.
  4. Irène Magnaudeix, op. cit., p. 98.
  5. a, b et c Irène Magnaudeix, op. cit., p. 119.
  6. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence (DDRM), 2008, p. 39.
  7. a, b et c Ministère de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement, Notice communale sur la base de données Gaspar, mise à jour le 27 mai 2011, consultée le 2 juillet 2012.
  8. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, p. 37.
  9. a et b Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 95.
  10. Formulaire de recherche, base Dicrim, consultée le 2 juillet 2011.
  11. Insee, Dossier local - Commune : Bevons (04027), p. 5.
  12. Insee, Dossier local, p. 8.
  13. a et b Insee, Dossier local, p. 7.
  14. a, b, c, d et e Insee, Dossier local, p. 16.
  15. a et b Ministère de l'Agriculture, « Orientation technico-économique de l’exploitation », Recensements agricoles 2010 et 2000. (lien : attention, le fichier fait 4,4 Mio).
  16. Insee, « Exploitations agricoles en 1988 et 2000 », Insee, 2012 (fichier de 24,6 Mio).
  17. André de Réparaz, « Terroirs perdus, terroirs constants, terroirs conquis : vigne et olivier en Haute-Provence XIXe-XXIe siècles », Méditerranée, 109 | 2007, p. 56 et 59.
  18. Observatoire départemental du tourisme, Atlas de l'hébergement touristique, décembre 2008, p. 6.
  19. Insee, Dossier local, p. 17.
  20. a, b, c et d Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 p. (non paginé) (ISBN 2-7399-5004-7).
  21. Charles Rostaing, Essai sur la toponymie de la Provence (depuis les origines jusqu’aux invasions barbares), Laffite Reprints, Marseille, 1973 (1re édition 1950), 480 p., p. 180.
  22. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 193), , 1869 p. (ISBN 978-2-600-02884-4, lire en ligne). § 2224, p. 125.
  23. Charles Rostaing, « Toponymie d’origine pré-gauloise » in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit., carte 11 et commentaire.
  24. Brigitte Beaujard, « Les cités de la Gaule méridionale du IIIe au VIIe s. », Gallia, 63, 2006, CNRS éditions, p. 18-19.
  25. a et b François Salviat, « Provence-Côte-d'Azur-Corse (région nord) », Gallia, Tome 25, no 2, 1967, p. 385-186.
  26. a et b Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p., p. 18.
  27. Audrey Becker-Piriou, « De Galla Placidia à Amalasonthe, des femmes dans la diplomatie romano- barbare en Occident ? », Revue historique, 2008/3, n° 647, p. 531.
  28. a, b, c, d et e Daniel Thiery, « Bevon (sic) », Archeo Provence, publié le 13 décembre 2011, mis à jour le 14 décembre 2011, consulté le 25 juin 2012.
  29. a et b Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, 1969 (notice BnF no FRBNF35450017), p. 165.
  30. a et b Jean-Pierre Joly, « La ligne du Jabron pendant la peste de 1720 », Chroniques de Haute-Provence, n° 360, été 2008, p. 14.
  31. Joly, op. cit., p. 9.
  32. a et b Joly, op. cit., p. 11.
  33. Joly, op. cit., p. 13.
  34. a et b Joly, op. cit., p. 37.
  35. a et b Joly, op. cit., p. 27-29.
  36. Joly, op. cit., p. 16.
  37. Joly, op. cit., p. 19.
  38. Joly, op. cit., p. 33.
  39. Joly, op. cit., p. 46.
  40. Joly, op. cit., p. 57-58.
  41. Joly, op. cit., p. 63.
  42. Joly, op. cit., p. 66.
  43. Joly, op. cit., p. 67.
  44. Jean-Christophe Labadie (directeur), Les Maisons d’école, Digne-les-Bains, Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, (ISBN 978-2-86-004-015-0), p. 9.
  45. Labadie, op. cit., p. 16.
  46. Labadie, op. cit., p. 11.
  47. Labadie, op. cit., p. 56.
  48. Guy Barruol, « L’électrification des communes », in Barruol, Réparaz et Royer, op. cit., p. 198.
  49. Paul Minvielle, « La viticulture dans les Alpes du Sud entre nature et culture », Méditerranée, 107 | 2006, mis en ligne le 1er décembre 2008, consulté le 12 juillet 2013.
  50. Louis de Bresc, Armorial des communes de Provence, 1866 ; Réédition : Marcel Petit CPM, Raphèle-lès-Arles, 1994.
  51. [Sébastien Thébault, Thérèse Dumont], « La Libération », Basses-Alpes 39-45, publié le 31 mars 2014, consulté le 3 avril 2014.
  52. Lucien Plauche est l’un des 500 élus qui ont parrainé la candidature d’Arlette Laguiller (LO) à l’élection présidentielle de 1995, cf Conseil constitutionnel, liste des citoyens ayant présenté les candidats à l’élection du Président de la République, Journal officiel de la République française du 12 avril 1995, page 5736, disponible en ligne, consulté le 29 juillet 2010.
  53. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, D’Aiglun à Braux (liste 1), consulté le 6 mars 2013.
  54. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, « Liste des maires », 2014, consultée le 20 octobre 2014.
  55. Inspection académique des Alpes-de-Haute-Provence, Liste des écoles de la circonscription de Sisteron, publiée le 27 avril 2010, consultée le 31 octobre 2010.
  56. Inspection académique des Alpes-de-Haute-Provence, Liste des structures spécialisées, publiée le 6 avril 2010, consultée le 31 octobre 2010.
  57. EHESS, notice communale de Bevons sur la base de données Cassini, consultée le 23 juillet 2009.
  58. « Résultats du recensement de la population - Bevons », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  59. « Recensement de la population au 1er janvier 2006 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  60. « Populations légales 2011 en vigueur le 1er janvier 2014 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2014)
  61. Transport dans la vallée du Jabron, La vallée sans portes, consulté le 13 juillet 2013
  62. Raymond Collier, op. cit., p. 21. Voir aussi Gallia (revue) XXV, 1967.
  63. Raymond Collier, op. cit., p. 22.
  64. Raymond Collier, op. cit., p. 270.
  65. a et b Raymond Collier, op. cit., p. 215.