Saint-Pierre-Avez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Pierre-Avez
Image illustrative de l'article Saint-Pierre-Avez
Blason de Saint-Pierre-Avez
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Arrondissement de Gap
Canton Laragne-Montéglin
Intercommunalité Communauté de communes Sisteronais-Buëch
Maire
Mandat
Sophie Demarez
2014-2020
Code postal 05300
Code commune 05155
Démographie
Gentilé Saint-Pierre-Avéziens
Population
municipale
24 hab. (2006)
Densité 2,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 15′ 29″ nord, 5° 45′ 42″ est
Altitude Min. 610 m – Max. 1 480 m
Superficie 11,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-Avez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-Avez

Saint-Pierre-Avez (en occitan vivaro-alpin Sant Pèire Avez[1]) est une commune française, située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont les Saint-Pierre-Avéziens et Saint-Pierre-Avéziennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au cœur des Baronnies (Provence), dans les gorges de la Méouge, il appartient à la Communauté de communes du canton de Ribiers Val de Méouge.

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Le village se trouve à proximité de la RD 942 entre Barret-sur-Méouge et Châteauneuf-de-Chabre. Le pont, en amont des Gorges de la Méouge, puis une montée en lacets de 2 km permettent d’accéder au village.

Le seul accès aux transports en communs est la navette 43 Laragne-Mévouillon[2]

Topographie[modifier | modifier le code]

Massif des Alpes et localisation des Baronnies

Le village est perché à environ 700 mètres d’altitude, sur un plateau sec et aride. Bâti autour de son église, le village ne revêt pas un caractère exceptionnel pour son patrimoine architectural, mais plutôt pour la vue qu’il offre. Le territoire fait partie du massif des Baronnies, c’est un territoire de montagne.

Quartiers[modifier | modifier le code]

Les principaux « quartiers » de la commune sont :

Le Village, Bramafan, La Commanderie, Chaparatte, Serre Sillon, Beau Buisson, Forest Gallis.

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Ce village du sud-ouest du département des Hautes-Alpes se situe entre Barret-sur-Méouge et Châteauneuf-de-Chabre.

Rose des vents Laborel Orpierre Laragne Rose des vents
Buis-les-Baronnies
Séderon
Barret-sur-Méouge
N Upaix
Châteauneuf-de-Chabre
Antonaves
O    Saint Pierre d’Avez    E
S
Noyers-sur-Jabron Ribiers
Sisteron

Risques naturels[modifier | modifier le code]

La commune a un risque sismique faible (2), les principaux risques naturels sont les feux de forêts et les mouvements de terrains.

En 2011, la sécheresse et la réhydratation des sols ont causé d'importants dégâts au sein des habitations du village, neuves et anciennes.

Le village a été le seul du département à bénéficier de l'état de catastrophe naturelle[3].

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le cours d’eau qui borde la commune sur sa partie Nord est la Méouge. Saint Pierre Avez est la dernière commune traversée par la Méouge avant de pénétrer dans ses Gorges réputées.

Plusieurs petits ruisseaux affluents de la Méouge s’y jettent au niveau de la commune :

- le torrent de Bigarière,

- le torrent des Vignasses[4], rive gauche (Barret le Bas)

- le torrent des Fraches, avec un affluent

- le torrent d'Ourse, avec un affluent

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique de la région de Sisteron
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 0,5 3 5,4 9,1 12,7 15,4 15,3 12 8,2 3,7 1,1 7,2
Température moyenne (°C) 4,3 5,7 8,7 11,2 15,3 19,2 22,4 22,1 18 13,4 8,2 5,2 12,8
Température maximale moyenne (°C) 8,6 10,9 14,4 16,9 21,4 25,7 29,3 28,9 24 18,5 12,6 9,3 18,4
Précipitations (mm) 26,9 24,3 23,8 44 40 27,9 20,9 32,7 45,9 53,5 52,4 30,7 423
Source : Relevé météo de Sisteron[5]
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
8,6
0
26,9
 
 
 
10,9
0,5
24,3
 
 
 
14,4
3
23,8
 
 
 
16,9
5,4
44
 
 
 
21,4
9,1
40
 
 
 
25,7
12,7
27,9
 
 
 
29,3
15,4
20,9
 
 
 
28,9
15,3
32,7
 
 
 
24
12
45,9
 
 
 
18,5
8,2
53,5
 
 
 
12,6
3,7
52,4
 
 
 
9,3
1,1
30,7
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm


Les différents noms de la Commune[modifier | modifier le code]

Historique des noms de la commune [1],[6]:

1119 : Sanctus Petrus Vese (cité dans une bulle de Gélase II°)

'Sanctus Petrus' deviendra 'Saint Pierre' en Français, 'Sant Peire' en Occitan Vivaro-Alpin et se fixera, en revanche 'Vese' deviendra rapidement 'Vez' puis 'Aves' (1177)

1789 : Mont-Avez, lors de la séparation de l'église et de l’État, Charles GALIS (voir plus bas), alors conseiller général des Hautes Alpes, modifia le nom en lui ôtant son lien à la religion (Saint Pierre), le remplaçant par "Mont".

1793 : Saint Pierre Avez (Forme actuelle sans les tirets)

1801 : Saint-Pierre-Avès

Aujourd'hui le nom officiel est Saint-Pierre-Avez mais de nombreuses personnes (notamment les plus âgées) le prononce encore sous la forme Saint Pierre d'Avez (appellation présente sur des extraits du 19e) voir Saint Pierre d'Aves/Saint Pierre d'Avès.

Le "z" et le "s" en fin de nom ont été interchangés à de nombreuses reprises dans l'histoire de cette commune. Aujourd'hui, bien qu'écrit avec un Z, la majorité des gens le prononce [avesse]".

Les différents noms des quartiers[modifier | modifier le code]

(en cours)

Histoire[modifier | modifier le code]

Des mines de cuivre étaient exploitées sur le territoire de la commune dès l’âge du bronze (IIe millénaire av. J.-C.)[7].

Extrait du tableau Historique des Hautes Alpes de Joseph ROMAN, 1887.

Etat ecclésial

La paroisse de Saint-Pierre-Avez était sous le vocable de la chaire de saint Pierre. Cette église fut confirmée, 1e20 décembre 1118, par le pape Gélase à l'abbaye de Saint-André-lès-Avignon, de l'ordre de Cluny. Dès 1177, une chapelle de Saint-Cyr existait sur le haut d'une montagne qui était sur les limites de Saint Pierre-Avez et d'Antonaves; elle fut le but d'un pèlerinage. - Au commencement du XIIe siècle, les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem étant devenus seigneurs temporels de Saint-Pierre-Avez, partagèrent avec les moines de Saint-André-lès-Avignon le juspatronat et les dîmes de cette paroisse qui dépendait de l'archiprêtré du Rosanais Ordres hospitalier

Raymbaud de Mévouillon, seigneur la Val-de-Barret, donna, au commencement du XIIe siècle, la terre de Saint-Pierre-Avez aux chevaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem ; cette libéralité fut confirmée, en 1177, par Guillaume et Isoard, ses petits-fils. L'ordre de Saint-Jean y fonda une commanderie qui ne tarda pas à s'enrichir, par suite de diverses donations qui lui furent faites dans les mandements de la Val-de-Barret, d'Upaix et d'Arzeliers, et qui, à la fin du XIIIe siècle, acquit presque tous les biens de l'abbaye de Clairecombe de Ribiers. En 1667, les chevaliers de Saint-Jean percevaient à Saint-Pierre-Avez un huitain et une émine de blé par maison.

Voici le nom de quelques-uns des commandeurs de Saint-Pierre-Avez :

Pons de Cornillon, 1268 Isnard de Flayose, 1290 Barras de Barras, 1326-1330 Philippe de Reillane, 1332-1356 Bérenger de Laincel, 1372 Pons Barre, 1376 Pierre de Amati, 1389. Peu après cette date la commanderie de Saint- Pierre-Avez perdit son existence propre et fut unie à celle de Joncas au Comtat-Venaissin, à laquelle elle appartenait encore en 1789.

Administration et Justice :

L'ordre de Saint-Jean possédait à Saint-Pierre-Avez une juridiction seigneuriale particulière qui s'exerçait à Gap, au XVIIe siècle, avec appel au vibailli de cette ville. Cette terre dépendait de l'élection et de la subdélégation de Gap. État féodal :

Depuis la donation de Raymbaud de Mévouillon à l'ordre de Saint-Jean, cet ordre fut seigneur de Saint-Pierre-Avez; il possédait encore cette terre en 1789 Histoire :

1357, 16 août. Charles, dauphin, prend les habitants de Saint-Pierre sous sa sauvegarde, moyennant un don de 30 livres tournois.

La croix de Malte présente dans les armoiries rappelle la dépendances des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, voir Ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Le 17 février 2012, la commune a adhéré [8] au Parc Naturel Régional des Baronnies Provençales.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Sophie DEMAREZ est le maire de la commune depuis octobre 2011[9]. Son mandat court jusqu'en 2020[10].

Historique des maires et mandats respectifs :

DEMAREZ Sophie, octobre 2011 à ce jour (SE, retraitée)

RENARD Jean-Pierre, 2009 - 2011

VIDAL Danielle, 2006 - 2009

VIDAL Claude, 2003 - 2006

VINCENT Yvan, 1982 - 2003

CORNAND Gustave, 1977 - 1982

ARMAND Raymond, 1976 - 1977

VINCENT Auguste, 1953 - 1976

ANDRE Eugène, 1948 - 1953

TRUCHET Daniel, 1947 - 1948

VINCENT Auguste, 1945 - 1947

TRUCHET Daniel, 1935 - 1944

BERNARD Marcelin, 1933 - 1935

MICHEL Emile, 1929 - 1933

BREMOND Etienne, 1922 - 1929

MICHEL Emile, 1912 - 1922

AMIC Joseph, 1908 - 1912

LAUGIER Baptistin, 1908 - 1908

MICHEL Barthélemy, 1896 - 1908

JOUVE Désiré, 1892 - 1896

GALLIS Philippe, 1888 - 1892

MICHEL Barthélemy, 1884 - 1888

BREMOND Joseph, 1881 - 1884

GALLIS Camille, 1878 - 1881

BREMOND Joseph, 1877 - 1878

MICHEL Barthélemy, 1871 - 1877

JOUVE Désiré, 1866 - 1871

ARMAND Pierre, 1855 - 1866

BLANC Joseph, 1848 - 1855

ARMAND Pierre, 1843 - 1848

BERNARD Joseph, 1837 - 1843

GALLIS Simeon, 1832 - 1837

BERNARD Joseph, 1816 - 1832

SARLIN Jean Baptiste, 1813 - 1816

BERNARD Joseph, Maire, 1799 - 1812

SARLIN Jean Baptiste, Agent municipal, 6 novembre 1795 - 1798

GALIS Charles, Officier public et Conseiller Général (Saint Pierre Aves devient Mont Avès), 6 avril 1794 (17 Germinal an 2) - 6 novembre 1795 (15 Brumaire an 4)

Historique des signataires d'actes durant la révolution :

ROBERT Jean Mathieu (curé, signe officier public), 1793 - 1794

BERNARD Pierre (officier public) et ROBERT Jean Mathieu (curé), 1792 - 1793

GALIS Charles et SARLIN Joseph, 1 et 3 janvier 1792

AUGIER (curé d'une commune voisine), août 1791 - décembre 1791

GALIS Charles (maire) et les curés des communes voisines (Barret le Bas, Châteauneuf de Chabre...), 3 juillet 1791 : Acte de décès du curé Jean Louis MARTEL

Historique des curés successifs avant la révolution Française :

MARTEL Jean Louis, 1758 - 1791

DAVIN, 1711 (premier acte disponible) - 1757

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Saint-Pierre-Avez fait partie :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 31 habitants, en augmentation de 40,91 % par rapport à 2009 (Hautes-Alpes : 2,89 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
220 220 195 213 259 253 283 272 253
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
209 195 187 186 167 168 157 137 134
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
124 124 110 92 74 69 68 57 48
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
38 30 28 14 20 24 24 32 31
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006 [14].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, la moitié des logements de la commune sont des résidences secondaires.

On dénombre également 10 néo-résidents à l'année depuis 2003, soit 40% de la population recensée en 2008.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.annuaire-mairie.fr/mairie-saint-pierre-avez.html
  2. http://www.ladrome.fr/fileadmin/user_upload/Transport_horaires_lignes/2011_2/transport26_201102_l43.pdf
  3. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000026194531
  4. Vignasses est le surnom donné à la famille de Jacques ARMAND, habitant quartier de Bramafan, lequel préférait entretenir ses vignes plutôt que d’aller à la messe le dimanche matin (vers 1800)
  5. « Relevé météo de Sisteron », MSN Météo
  6. http://www.annuaire-mairie.fr/mairie-saint-pierre-avez.htmlhttp://www.tchinggiz.org/toponymes-hautes-alpes.html
  7. Claude Gouron (photographe), Hélène Vésian (auteur), Serre-Ponçon : voyage photographique au confluent de l’Ubaye et de la Durance, Le Pontet : Éditions Barthélemy et Hangar, 2004. (ISBN 2-87923-165-5), p 41
  8. délibération favorable à 5 voix pour, 1 abstention, 2 contres, 1 absent excusé
  9. À la suite des démissions du maire Jean-Pierre Renard et de 3 conseillers municipaux des élections ont eu lieu en octobre 2011 pour les remplacer. 4 conseillers élus au premier tour : Alain Laugier (26 voix), Jacques Laugier (24), Yves Armand (23) et Jean-Claude Decanis (17) majorité absolue : 16 voix
  10. « Liste des maires du département des Hautes-Alpes », sur le site de la préfecture des Hautes-Alpes,‎ (consulté le 20 mars 2015).
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .