Vaivre-et-Montoille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vaivre-et-Montoille
Vaivre-et-Montoille
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Vesoul
Maire
Mandat
Nadine Munier
2020-2026
Code postal 70000
Code commune 70513
Démographie
Population
municipale
2 418 hab. (2018 en augmentation de 2,54 % par rapport à 2013)
Densité 285 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 53″ nord, 6° 06′ 18″ est
Altitude Min. 212 m
Max. 380 m
Superficie 8,48 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Vesoul
(banlieue)
Aire d'attraction Vesoul
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vesoul-1
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vaivre-et-Montoille
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vaivre-et-Montoille

Vaivre-et-Montoille est une commune française située en banlieue ouest de Vesoul, dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté.

Le lac de Vesoul - Vaivre, de près de 100 hectares, ainsi qu'un parc aquatique, se trouvent dans la commune.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Panorama de la commune.

La commune est située à l'ouest de l'agglomération vésulienne dont elle fait partie. Sa vie économique repose en grande partie sur l'usine Peugeot implantée partiellement sur le territoire de la commune, et partiellement sur celui de Noidans-lès-Vesoul.

La commune est desservie par les lignes  3   5   D4  du réseau Vbus.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Montigny-lès-Vesoul Grattery Pusey Rose des vents
N Vesoul
O    Vaivre-et-Montoille    E
S
Chariez Noidans-lès-Vesoul

Géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal repose sur le gisement de schiste bitumineux de Haute-Saône daté du Toarcien[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Situé entièrement sur la commune de Vaivre-et-Montoille, le lac de Vesoul - Vaivre, d'une superficie de 90 hectares, agrémente les loisirs de visiteurs[2].

Véloroute[modifier | modifier le code]

La Trace du Courlis (8 kilomètres) est une véloroute qui relie Vaivre-et-Montoille à Chemilly[3]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vaivre-et-Montoille est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. Elle appartient à l'unité urbaine de Vesoul, une agglomération intra-départementale regroupant 8 communes[7] et 28 500 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vesoul dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 158 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[10],[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Autrefois, Vaivre était une terre domaniale des comtes de Bourgogne. Le roi de France qui leur succéda en 1674 était le seul supérieur justicier.

Montoille, constituée commune en 1790 a été réunie à celle de Vaivre par le décret du [12].

L'ancienne gare en 2019.

La commune disposait de la gare de Vaivre sur la ligne de Paris-Est à Mulhouse-Ville, desormais fermée au service ferroviaire. La gare était l'origine de la ligne de Vaivre à Gray mise en service en 1853 par la compagnie des chemins de fer de l'Est et fermée au service des voyageurs en 1970. Elle est désormais entièrement fermée à l'exploitation ferroviaire depuis [13],[14]

Vaivre et Montoille était comme bien d'autres villages habités par des cultivateurs. On a observé son changement vers les années 1960 lors de l'installation des premières usines à Vesoul.

En 1967, le maire de l'époque, Pierre Bonnet, répondant à une demande de l'État, propose la création d'un lac artificiel support d'une base de loisirs. Après près de 15 années de concertation et de bagarre, l'acquisition de 384 propriétés et le déplacement d'un million de mètres cubes de terres et roches, le lac est mis en eau en moins de deux jours grâce à la zone marécageuse du Durgeon et à la fonte des neiges[2],[15]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale montrant en rouge les communes de la communauté d'agglomération de Vesoul.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Vesoul. Celui-ci est scindé en 1973 et la commune intègre le canton de Vesoul-Ouest[12]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Vesoul-1.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie depuis 1969 du District urbain de Vesoul, transformé en 2001 en communauté de communes de l'agglomération de Vesoul, puis en 2012 la communauté d'agglomération de Vesoul, appartenant elle-même au pays de Vesoul et du Val de Saône.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1965 M. Bonnet    
1965 juin 1995 Pierre Bonnet SE Fils du précédent[15]
juin 1995 [16] Pierre Lortet SE Directeur commercial retraité
Vice-président de la CA de Vesoul (2014 → 2017)
Décédé en fonction
23 juin 2017[17] En cours
(au 9 juillet 2020)
Nadine Munier SE Contrôleuse de gestion
Vice-présidente de la CA de Vesoul (2017 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[18]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[20].

En 2018, la commune comptait 2 418 habitants[Note 3], en augmentation de 2,54 % par rapport à 2013 (Haute-Saône : −1,23 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
754511572711658712673674677
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
666637647650588605571556552
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
546540501544528571517451533
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
5606047471 8542 4692 6912 4612 3102 406
2018 - - - - - - - -
2 418--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose de deux écoles[22] :

  • une école maternelle (Les Mésanges) ;
  • une école élémentaire (Les Goélands).

Organismes[modifier | modifier le code]

Vaivre-et-Montoille est le siège de l'association départementale de protection civile de la Haute-Saône.

Économie[modifier | modifier le code]

Vaivre-et-Montoille est une banlieue résidentielle de Vesoul, où travaillent de nombreux habitants. L'usine PSA de Vesoul, un des principaux employeurs, est en partie située sur le territoire de la commune.

La commune accueille la plus grande boîte de nuit du département[23], Manouchka.

Le silo d'Agrival implanté le long de la voie ferrée, est le plus grand silo à céréales du département[24].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Eglise Saint-Christophe de Vaivre-et-Montoille
Le parc aquatique Ludolac.
  • La mairie, belle et vaste maison du XVIIIe siècle, occupe l'ancienne maison des Seguin de Jallerange depuis 1844.
  • L'église Saint-Christophe fut reconstruite entre 1738 et 1771, sauf le chœur du XIIe siècle, et la chapelle latérale du XVIe prolongée au XVIIIe siècle.
  • Plusieurs autres maisons, datant du XVIIe siècle.
  • Le lac de Vesoul - Vaivre, situé en totalité sur la commune, est un site de loisirs, de voile et de pêche apprécié des touristes et des habitants de la Haute-Saône et qui accueille 200 espèces d'oiseaux recensés[2]
  • Le Ludolac est un vaste parc aquatique situé sur le territoire de Vaivre-et-Montoille. D'une superficie de 28 000 m2, il s'agit du deuxième plus vaste parc aquatique de la région Franche-Comté et du Grand Est de la France[25],[26]. Ouvert le 19 juillet 1999[27], le Ludolac est situé avenue des Rives-du-Lac[28]. Le parc se trouve dans une zone naturelle, à proximité du lac de Vesoul - Vaivre[29],[30],[31]. Il ouvre ses portes tous les étés, généralement de mi-juin à début septembre[32]. Le Ludolac est constitué de nombreuses attractions aquatiques[33]. On compte cinq bassins totalisant une surface de 1 370 m2, pour un volume total d'eau de 1 538 m3[30].
Monuments historiques
Galerie

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • La famille de Vaivre est connue dès le XIIe siècle. Celle-ci s'est éteinte au XVIIe siècle avec François de Vaivre mort en 1674.
  • Antoine de Jour était seigneur de Montoille en 1611.
  • Philippe Charles François Seguin (1741-1812), député, est décédé à Vaivre-et-Montoille.
  • Mickaël Ravaux (1979-), footballeur professionnel, a grandi à Vaivre-et-Montoille et a joué au club de football de la commune de 1985 à 1993.
  • Paul Nardi (1994-), footballeur professionnel, a grandi à Vaivre-et-Montoille et a joué au club de football de la commune de 2000 à 2003.
  • Soline Lamboley (1996-), coureuse cycliste, a grandi à Vaivre-et-Montoille.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Vaivre-et-Montoille.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
D’azur au sautoir de sable chargé de huit losanges d’or, à la filière aussi de sable.
Ces armoiries ne respectent pas les règles du blason, puisqu'elles superposent deux couleurs. Elles reprennent, de manière erronée, les armes de la famille de Vaivre, qui portait d'argent au sautoir de sable chargé de huit losanges d’or

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marcel Lanoir, Carburants rhodaniens : les schistes bitumineux, notamment dans la Haute-Saône, vol. 7, coll. « Les Études rhodaniennes », (lire en ligne), p. 328.
  2. a b et c « Vesoul : l'histoire du lac de Vaivre racontée par l'ancien maire de la commune : Le lac de Vesoul-Vaivre a 40 ans. Etendue d'eau artificielle, le lac a été imaginé par des élus locaux, dont l'ancien maire de Vaivre-et-Montoille, qui raconte cette histoire dans un livre. », France 3 Bourgogne Franche-Comté,‎ (lire en ligne, consulté le 20 décembre 2020).
  3. « La Trace du Courlis », sur le site de l'association française de développement des Véloroutes et Voies Vertes (consulté le 3 mai 2014).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  7. « Unité urbaine 2020 de Vesoul », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 3 avril 2021).
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 3 avril 2021).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Vesoul », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 3 avril 2021).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 3 avril 2021).
  12. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. « Ligne de Vaivre à Gray », Histoire de lignes oubliées, (consulté le 20 décembre 2020).
  14. « Ligne Vaivre - Gray », Infrastructure ferroviaire française, Bourgogne-Franche-Comté, Haute-Saône (70), WikiSara (consulté le 20 décembre 2020).
  15. a et b Didier Fohr, « C’est l’histoire d’un lac... Pierre Bonnet publie ses archives : Il avait promis d’écrire un jour sa vérité sur l’histoire de la naissance du lac de Vesoul-Vaivre. Pierre Bonnet l’a fait. Ça s’appelle : « Le lac, j’en ai rêvé ». Un livre pour l’instant confidentiel et distribué au compte goutte. », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le 20 décembre 2020).
  16. « Pierre Lortet, maire de la commune depuis 1995, s’est éteint », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  17. « Un nouveau maire à Vaivre-et-Montoille », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le 20 décembre 2020) « Ancienne première adjointe, Madame le maire connaît bien les rouages d’une commune et continuera son développement ».
  18. « Nadine Munier réélue », sur L'Est républicain, (consulté le 2 juin 2020).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. « Enseignement à Vaivre et Montoille », sur le site de la commune de Vaivre et Montoille (consulté le 21 février 2013).
  23. Manouchka sur Infobel.com, consulté le 27 mars 2014.
  24. « Les premiers trains de céréales pour Strasbourg », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  25. « Carte des parcs aquatiques en France », sur http://www.parcs-aquatiques.com/ (consulté le 25 juillet 2014).
  26. « images », sur le site de la communauté d'agglomération de Vesoul (consulté le 25 juillet 2014).
  27. « Les 50 qui font bouger Vesoul et la Haute-Saône », sur http://www.lexpress.fr/region/ (consulté le 25 juillet 2014).
  28. Collectif, Petit Futé Vacances avec les enfants, , 384 p. (lire en ligne), p. 138.
  29. Dominique Auzias, Franche-Comté, Jura, , 371 p. (lire en ligne), p. 224.
  30. a et b « Présentation », sur le site de la communauté d'agglomération de Vesoul (consulté le 25 juillet 2014).
  31. Guy-Jean Michel et Marc Paygnard, Voir Vesoul, Haute-Saône, Langres, Dominique Guéniot, , 156 p. (ISBN 2-87825-268-3), p. 145.
  32. « Le Ludolac se prépare à ouvrir », sur le site la presse de Vesoul (consulté le 25 juillet 2014).
  33. « Parc aquatique Ludolac à VAIVRE-ET-MONTOILLE », sur http://www.parcsetloisirs.fr/ (consulté le 25 juillet 2014).
  34. « Le vélo-rail continue d’avancer », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  35. « Un parking pour les usagers du vélorail », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).