Histoire de Vesoul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les premières mentions de l'histoire de Vesoul datent du IXe siècle, cependant des traces d'habitat romain et des vestiges préhistoriques ont été découverts sur le territoire vésulien.

D'anciens monuments se trouvant sur les terres actuelles de la région vésulienne permettent de prouver l'existence des hommes préhistorique à Vesoul et dans sa banlieue. Le dolmen de la Pierre-qui-Vire atteste cette présence au minimum à 3500 av. J.-C. Des ossements d'ursidés datant de la Préhistoire ont également été retrouvés dans la grotte de la Baume et globalement dans le Réseau de cavités à rhinolophes de Vesoul. Des outils et des armes ont aussi été découverts au Font de Champdamoy.

Dès l'Antiquité, Vesoul détient la fonction de gîtes d'étapes grâce à sa position centrale de plusieurs grands axes et voies de communication. Plusieurs camps romains se sont établis à Vesoul, sur la colline de la Motte, le Plateau de Cita et le Camp de César de Chariez.

Au début du Moyen Âge, la cité est bâtie au sommet de la colline de la Motte. À la fin du IXe siècle, la ville est pour la première fois mentionnée en tant que château. Cette cité se nomme Castrum Vesulium. Elle était dirigée par les vicomtes de Vesoul, dont le premier et le plus important est Gislebert Ier de Faucogney. Au Xe siècle, le Castrum Vesulium subit l'un de ses premiers sièges. Celui-ci est organisé par Henri Ier de Bourgogne et le comte Lambert de Chalon.

L'implantation et l'évangélisation de la religion chrétienne à Vesoul se passe à la fin du XIe siècle, et plus précisément en 1092, grâce aux comtes de Portois qui fondent, dès cette époque, le Prieuré Saint-Nicolas de Marteroy. À partir du XIIe siècle, le Castrum Vesulium et sa cité devient un important site européen administratif et surtout commercial, bancaire, économique et financier dirigé par une communauté juive abondante et débordante de détermination. Les Juifs de Vesoul étaient représentés par la Famille Héliot de Vesoul, Manessier…

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Néolithique[modifier | modifier le code]

Outils retrouvés dans la Grotte de la Baume
Objets et fossiles retrouvés sur la terre

Les terres de Vesoul et de la région vésulienne ont offert des vestiges et des traces datant de la Préhistoire, et plus précisément du Néolithique. Les vestiges sont principalement des outils qui ont été fabriqués par ces hommes durant l'Âge de la pierre. Dans la région de Vesoul, l'un des plus anciens monuments retrouvés sur ces terres est le Dolmen de la Pierre-qui-Vire. Doté d'un diamètre de 1,90 mètre et d'une épaisseur de 40 centimètres, ce monument mégalithique daterait de 3500 à 3300 av. J.-C. Depuis cette époque, une légende mystérieuse se renferme : la dalle de couverture de la pierre tournerait sur elle-même tous les cent ans. Ce monument très ancien est classé au titre des monuments historiques depuis le 24 août 1976, grâce à l'investigation de la Société d’agriculture, sciences et arts de la Haute-Saône[1].

Objets et fossiles retrouvés sur les hauteurs

Les fouilles sur les hauteurs et plateaux qui entourent Vesoul ont également révélé des traces d'habitats préhistoriques. Au sud de la ville, sur les lieux du Plateau de Cita (site classé Natura 2000) et du Camp de César, (site inscrit à l'inventaire national), les trouvailles de la Commission d'Archéologie de Vesoul ont confirmé que ces deux sites n'était pas seulement des lieux de camp romain, il était également préhistorique[2]. Le Plateau de Cita est une colline se trouvant sur les communes de Vesoul, Navenne, et Échenoz-la-Méline. Ce plateau culmine à plus de 450 mètres d'altitude.

Objets et fossiles retrouvés dans les sous-sol

Dans les cavités naturelles du Réseau de cavités à rhinolophes de Vesoul, des objets et des ossements d'animaux ont été également retrouvés. Parmi ces cavités, la Grotte de la Baume, qui est située à 2 kilomètres de Vesoul, a permis la découverte d'importants fossiles archéologiques. Les plus importants fossiles retrouvés dans cette cavité sont des crânes et des ossements d'ours. Près de 92 % des fossiles retrouvés dans la Grotte de la Baume proviennent des ours. Les ossements n'ont pas été les seules découvertes dans cette grotte. La présence d'outils lithiques moustérien démontre ainsi une occupation de tous les niveaux du Würm ancien. Dans la partie sud de la grotte, une occupation de l'âge du bronze final III a aussi été prouvée[3].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La Motte de Vesoul.
La région de Vesoul situé dans la République des Séquanes
Premières empreintes d'habitat antique

Il y a quelque temps, des objets, des outils et des armes de l'époque gallo-romaine ont été découverts sur les terres de Vesoul. Ces objets antiques ont été principalement retrouvés sur les anciens camps romains du Camp de César, du clateau de Cita et de la colline de la Motte. Sur la Motte, les trouvailles ont été effectuées sur le sommet de la butte et sur ces différents versants des quartiers du Montmarin et Marteroy. Au sommet de la Motte, des objets de l'Antiquité, plus précisément des monnaies et des médailles en l'honneur des premiers empereurs romains ont été trouvés[4].

La communication des villes voisines

À l'époque où les Romains colonisent la Séquanie, ceux-ci furent impressionnés par la topographie du site vésulien. Ces nombreux plateaux et collines apportaient à la ville un aspect défensif et assurant très élevé. À l'époque époque gallo-romaine, la cité vésulienne est une petite statio. Petit à petit, le début d'urbanisation dans la petite ville de Vesoul se développera et deviendra plus conséquent. Au moment où la France subit de nombreuses invasions barbares, des personnes se sont réfugiées dans ce lieu assuré. La localisation de Vesoul (qui ne possède que quelques habitants) lui permit d'avoir la fonction de gîte d'étape ; en effet Vesoul se trouve entre les grandes voies de communication de la région. Vesoul permettait d'être un relais de poste aux voies Est-Ouest (Mandeure - Port-sur-Saône) et aux voies Nord-Sud (Besançon - Luxeuil). Ces relais à Vesoul des voies de communication continua jusqu'au Moyen Âge. une voie romaine composée de pavé se trouvait blottie au pied de la colline de la Motte[5].

Durant la période gallo-romaine, les terres de Vesoul font partie du pagus colerensis qui disposait de Corre comme chef-lieu. Au Ve siècle, le pagus colerensis est transféré à Port-Abucin (actuel ville de Port-sur-Saône) et se renomma donc pagus portuensis. Durant la division des contrées en bailliages, Vesoul hérita des terres de Port-sur-Saône[6]. Par la suite le pagus portuensis est supprimé et est remplacé par la vicomté de Vesoul.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

IXe siècle[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Castrum Vésulium et Vicomtes de Vesoul.
Canon retrouvé à la Motte qui était une arme du Castrum Vesulium pour repousser les ennemis
Fondation du Castrum Vesulium

La première mention d'une véritable habitation à Vesoul date de 899. Cette mention désigne le Castrum Vesulium, château fort composé d'une large enceinte et de tous les composants que dispose un château fort.

Le château « Castrum Vesulium » est construit sur le sommet de la Motte. Culminant à une altitude maximale de 375 mètres, cette colline est une butte-témoin de calcaire, qui surmonte la vallée du Durgeon. À cette époque de déroulement de longues guerres médiévales, la position du camp offrait une haute importance guerrière car le camp est construit en hauteur. En effet, sa construction sur le sommet de la Motte permettait d'avoir une vision panoramique sur toute la vallée et tous les bas plateaux de la région vésulienne et haut-saônoise[7]. Le Castrum Vesulium fut édifié par les Comtes de Portois, qui ont fuient Port-sur-Saône à cause des nombreuses guerres féodales qui survenaient dans la région de Port.

Xe siècle[modifier | modifier le code]

Le premier siège de la cité

L'année 988 est une date historique pour le Castrum Vesulium. Lors de cette année, Vesoul (qui est juste dénommé Castrum Vesulium) connait l'un de ses premiers sièges. Cette invasion fut établie par le duc Henri Ier de Bourgogne ainsi que du comte Lambert de Chalon.

XIe siècle[modifier | modifier le code]

Carte schématique des bourgs et villages voisins de Vesoul dans un rayon de deux lieues
Les débuts administratifs de la ville

Eudes, le vicomte de Beaunes, donna, en 1005, à Saint-Begnigne (avec l'autorisation de Othon-Guillaume et de Robert II de France) une maison avec une vigne et un pré. Cette action marque le début historique de la viticulture à Vesoul. Parallèlement, l'édifice donné par Eudes était localisé in villa Vussilias, ce nom est probablement le dérivé latin du nom de la ville de « Vesoul ». Les premiers édifices d'habitation et de logement à Vesoul sont élevés durant les guerres d'Othon, de Méranie et d'Étienne[8].

Le Castrum Vesulium était dirigé par des vicomtes et des vassaux des comtes de Bourgogne (voir la liste des vicomtes de Vesoul). Othon-Guillaume de Bourgogne pensa certainement que Vesoul détenait une situation géographique importante et stratégique car c'est lui qui en fit le siège d'une vicomté. 1019 est l'année de l'élection du tout premier vicomte du château de Vesoul. Il était nommé Gislebert Ier de Faucogney, cependant Gislebert Ier était parfois nommé Gislebertus suivi de viscomes vesuli castri (vicomte du château de Vesoul)[9].

La topographie à cette époque

Les Romains donnent à Vesoul le nom de Castellum, vers 1030. Ce terme désigne un camp fortifié et non une ville. À cette époque, la topographie et la géologie de Vesoul, entourant le Castrum Vesulium, est déjà détaillée et précisée dans les ouvrages. L'altitude des pieds de la colline de la Motte était plus basse au XIe siècle qu'à l'époque actuel. Lors des fortes inondations, ces lieux sont décrits comme un énorme lac entouré de forêts. Les hautes crues des sources d'eau de Vesoul, le Font de Champdamoy et les Eau minérale des Rêpes, ainsi que d'autres sources comme le Durgeon, faisaient des sols de Vesoul un gigantesque marais. Au milieu de ce lac, la colline de la Motte ressortait comme un énorme cône. Cet évènement, qui n'apparaissait seulement pendant les inondations, donnait l'apparence à la colline de la Motte d'une presqu'île. Alors quasiment inondés, les terrains entourant La Motte obligeaient les gens qui voulaient aller au sommet de la colline d'utiliser quartier des Rêpes, au nord de Vesoul. Les Rêpes possèdent des parties de terrain plat contrairement au sud de la ville, qui regorge de plateaux[10].

L'implantation du christianisme

L'année 1092 marque la première installation religieuse chrétienne à Vesoul. Cette date représente donc une période importante, puisque la religion va se construire quelque temps plus tard. L'implantation du christianisme à Vesoul est apparue avec l'arrivée des comtes de Portois qui fondent le prieuré Saint-Nicolas de Marteroy[11].

XIIe siècle[modifier | modifier le code]

L'accroissement de la cité

Au XIe siècle, le bourg se développe dans la large enceinte du Castrum Vesulium. Au fil des années, la petite cité devient de plus en plus importante, organisant des marchés agricoles et artisanaux et des foires. Les premiers édifices d'habitation sont élevés à l'intérieur de l'enceinte du château de Vesoul. Possédant une superficie trop basse, l'enceinte du château voit ces maisons se construire en dehors de la fortification. Dotés d'un espace de verdure considérable, les nouveaux habitants de l'extérieur du château vont travailler la culture et surtout la vigne, sur les différents versants de la colline de La Motte.

Le fait d'avoir voulu accroître la démographie et la popularité de la cité fut en partie dû à la difficulté de gravir la Motte, haute de 375 mètres d'altitude et possédant une ascension de plus d'un kilomètre. Les deux autres raisons essentielles pour avoir quitté les fortifications : l'eau devenait de plus en plus rare et la population augmentait considérablement[8]. Durant le XIe siècle, la ville possède la fonction de siège de la justice seigneuriale[12].

Le premier prévôt de Vesoul, Lambert de Montbozon, est déclaré dans un acte de 1188. La fonction de prévôt était héréditaire et apportée en possession à son propriétaire, selon la coutume féodale[13].

Administrativement, la ville obtient à cette époque une place importante. En 1140, le premier maire de Vesoul est élu sous la direction du comte Renaud III de Bourgogne. En 1162, Barberousse se rendit à Vesoul à cause d'un conflit survenu entre l'abbesse de Baumes-lès-Nonnes (Baume-les-Dames) et Thierry de Soye[14].

XIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Pierre tombale de Héloïse de Joinville
Début du culte chrétien

Au XIIIe siècle, d'importants investissements pour la religion chrétienne et pour les Chrétiens de Vesoul ont lieu. Entre 1270 et 1286, plusieurs bourgeois de Vesoul réalisent des offrandes pour le développement et la continuité du culte chrétien à Vesoul et pour son église-mère, l'Église de Marteroy :

  • En 1270, Jacques Mignottin (également connu sous le nom de Ch. Longchamps), bourgeois de Vesoul fais don, au Monastère du Marteroy, une pièce de vigne.
  • En 1271 que Saint Nicolas, le prieur de l'église, achète au bourgeois Jacques Dillez la moitié des dimes de Villeparois, proche de Vesoul.
  • En 1273, Maclet de Traves, bourgeois de Vesoul fais don, au monastère du Marteroy, de beaucoup de biens mobilier et immobilier.
  • En 1282, Hugues, prévôt de Vesoul, choisit à titre posthume, sa sépulture de l'église du Prieuré du Marteroy, où il avait d'ailleurs fondé une chapelle.
  • En 1286, le comte de la ville donne en échange à l'abbé de Luxeuil, 30 bichets de froment à prendre sur les moulins bannaux de Vesoul[15].
Vesoul, centre commercial et économique juif

À la fin de ce siècle, la communauté juive de Vesoul est très reconnue dans le commerce. Cette communauté est, à l'époque, le plus important centre de commerçants, de changeurs et de banquiers juifs de France. Ils sont dirigés par la Famille Héliot de Vesoul. La notoriété des commerçants de Vesoul quittera même les frontières et se popularisera en Allemagne, en Suisse et en Belgique[16].

XIVe siècle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des Juifs à Vesoul.
La haute notoriété des commerçants et des banquiers juifs de Vesoul

De la fin du XIIe siècle jusqu'à la fin du XIIIe siècle, Vesoul va connaître un élan économique et financier animé principalement par la Famille Héliot de Vesoul : Héliot, son fils Vivant, sa fille Sylvia... Cette popularité commerciale a abouti à la création de la Foire de la Sainte-Catherine, foire artisanale et commerciale crée à la fin du XIIIe siècle et actuellement vieille de plus de 700 ans. Cette foire traditionnelle se fête tous les 25 novembre depuis 1295. À notre époque, elle accueille plus de 50 000 visiteurs. À ce siècle, la ville de Vesoul s’entoure de remparts. Ces remparts sont des fortifications du Castrum Vesulium.

À partir de l'année 1300, de nombreuses colonies juives s'installent dans les différents petits bourg et dans les grandes cité de Franche-Comté. Cependant, le comte de Bourgogne demande à ces Juifs une faible compensation financière pour leur installation[17]. À cette époque, Vesoul devient la plus grande et la plus importante colonie juive du Comté de Bourgogne. Malheureusement, en 1348, soit un demi-siècle plus tard, ces juifs, de même qu'une bonne partie de la population vésulienne sont victimes de la peste noire qui décime la moitié des habitants de Vesoul[18].

Durant le XIVe siècle, Vesoul devient la capitale du bailliage d'Amont[16]. La ville dispose alors d'une fonction administrative importante.


Plaque située impasse de la Défense (rue Salengro) commémorant le massacre des défenseurs vésuliens de 1479

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Vesoul, ville de gens de loi, docteurs et licenciés en droit de réputation internationale

L'autorité juridique de Vesoul, « ville de gens de loi », est reconnue dans une grande partie de l'Europe : France, Lorraine, Flandre et Allemagne[19].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Vesoul a longtemps souffert de ce qu'il est de nos jours convenu d'appeler un déficit d'image. Et puis il y eut 1968 et la chanson de Jacques Brel : Vesoul. Qui sera adaptée et traduite et enregistrée en allemand, anglais et anglais-américain, dalmate, hébreu, italien et génois et milanais, néerlandais, norvégien, polonais, slovène, suédois. La capitale de la Haute-Saône devenait familière à l'ensemble de l'Hexagone et de la Francophonie et bien au-delà. (Cf. "Jacques BREL, T'as voulu voir Vesoul... !", Vesoul-Edition, 2013)

Éléments historiques[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chronologie de Vesoul.

Blason[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Blason de Vesoul.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Patrimoine de Vesoul.

Histoire religieuse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des Juifs à Vesoul.
Article détaillé : Islam à Vesoul.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00102141, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Alfred Gevrey, Histoire de Vesoul, Partie 1, Livre I, Chapitre Ier, p. 5-6.
  3. Jean Pierre- Millotte, « Circonscription de Franche-Comté », Gallia Préhistoire, vol. 18, no 2,‎ (lire en ligne), p. 598.
  4. « Découvertes », sur le site de l'agence immobilière saônoise (consulté le 2 septembre 2012).
  5. « Carrefour des voies durant l'Antiquité », sur le site de la culture de la région (consulté le 3 novembre 2012).
  6. Histoire de Vesoul, Partie 1, Livre I, Chapitre II, p. 15-17 : de Alfred Gevrey, 1865
  7. « le [[Castrum Vesulium]] », sur le site de l'office du tourisme de Vesoul (consulté le 3 novembre 2012).
  8. a et b Histoire de Vesoul, Partie 1, Livre I, Chapitre VI, p. 47 : de Alfred Gevrey, 1865
  9. « Les vassaux du château », sur http://missiontice.ac-besancon.fr/ (consulté le 3 novembre 2012).
  10. Histoire de Vesoul, partie 1, livre I, chapitre I, p. 6 et 7 : de Alfred Gevrey, 1865
  11. « La construction du château », sur le site de la culture de la région (consulté le 3 novembre 2012).
  12. « Développement de la ville », sur http://net70.info/ (consulté le 28 janvier 2012).
  13. « Le XIIe siècle à Vesoul », sur http://net70.info/ (consulté le 28 janvier 2012).
  14. Histoire de Vesoul, partie 1, livre I, chapitre V, p. 35 et 37 : de Alfred Gevrey, 1865
  15. Histoire de Vesoul, partie 1, livre I, chapitre VI, p. 49 : de Alfred Gevrey, 1865
  16. a et b « Le XIIIe siècle à Vesoul », sur http://www.universalis.fr/ (consulté le 28 janvier 2012).
  17. « Le XIIIe siècle à Vesoul », sur http://net70.info/ (consulté le 28 janvier 2012).
  18. « Drame du XIVe siècle », sur le site de la culture de la région (consulté le 29 janvier 2013).
  19. Le bailliage présidial de Vesoul E. Beauséjour Vesoul 1896 : au XVIe siècle, on disait que les enfants « dès leur infantie, étaient dédiés aux lettres et doctrine civile, la cour de bailliage était la norrice de la population... »