Nepidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Nepidae sont une famille de punaises aquatiques de l'infra-ordre des Nepomorpha. Cette famille comprend notamment les nèpes et les ranatres. Les nèpes sont également appelés scorpions d'eau, à cause de leur forme générale.

Description[modifier | modifier le code]

La forme du corps est soit aplatie et ovoïde (Nepinae) soit cylindrique à côté parallèles (Ranatrinae), généralement de couleur brune. La tête est généralement petite, profondément insérées dans le pronotum, à antennes très courtes, généralement à 3 articles, et invisibles par en-dessus (insérées sous les yeux), sans ocelles sur le front, avec un rostre à plusieurs segments, des yeux relativement petits. Le scutellum est grand et triangulaire. L'apex de l'abdomen comporte une paire de siphon respiratoire généralement long et filiforme (parfois court), non rétractile. La membrane des ailes comprend de nombreuses cellules. Les pattes sont longues, les antérieures ravisseuses, aux fémurs élargis et rainurés pour accueillir le tibia. Les tarses ne comptent qu'un seul article. Leur taille, moyenne à grande, est de 15 à 45 mm sans le siphon[1],[2],[3].

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Cette famille est cosmopolite. Au sein des Nepinae, les Curictini sont du Nouveau Monde, et les Nepini plutôt Orientaux, le genre Nepa étant holarctique. Au sein des Ranatrinae, les Austronepini et les Goodnomdanepini sont endémiques d'Australie, et dans les Ranatrini, Cercotmetus se rencontre dans les régions orientale et australasienne, et Ranatra est cosmopolite[3].

Elles habitent les eaux calmes. Les Nepa et Curicta se rencontre dans les bassins peu profonds et boueux ou les cours d'eau calmes avec peu de végétation. Les Ranatra se rencontrent parmi les débris de plantes ou la végétation immergées. Goodnomdanepa se rencontre sous des cailloux dans des cours d'eau peu profonds[3].

Biologie[modifier | modifier le code]

Il s'agit de punaises prédatrices. On pense qu'elles se nourrissent de larves de moustiques, de têtards, et d'autres invertébrés. Elles chassent avec leurs pattes ravisseuses, puis se servent de leur rostre pour injecter une salive digestive et ensuite aspirer les fluides de leurs proies.

Elles respirent par un siphon placé à l'apex de l'abdomen et qui fonctionne comme un tuba pointé vers la surface. L'air est stocké entre les ailes et l'abdomen[4],. Les Nèpes cendrées pondent hors de l'eau, dans de la mousse ou des végétaux pourrissant. Les œufs ont des filaments aérifères leur permettant une respiration[4].

Galerie[modifier | modifier le code]

Systématique[modifier | modifier le code]

Les Nepidae font partie, avec les Belostomidae, de la super-famille des Nepoidea, le groupe considéré comme le plus ancien des Nepomorpha[5].

La famille se subdivise en deux sous-familles, les Nepinae et les Ranatrinae, d'apparence très différente. La première compte deux tribus, l'une monotypique avec 19 espèces, l'autre avec 9 genres et 92 espèces. Les Ranatrinae comptent trois tribus, dont deux monotypiques, avec respectivement 1 et 3 espèces, et les Ranatrini, avec deux genres et respectivement 10 et 137 espèces.

Liste des sous-familles, tribus et genres[modifier | modifier le code]

Selon BioLib (2 avril 2022)[6] :

Faune européenne[modifier | modifier le code]

D'après Fauna Europaea, cette famille possède cinq représentants en Europe, issus de deux sous-familles :

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri-Pierre Aberlenc, Les insectes du monde : biodiversité, classification, clés de détermination des familles, (ISBN 978-2-37375-101-7 et 2-37375-101-1, OCLC 1250021162, lire en ligne), tome 1, p. 508, tome 2, pp. 210, 239
  2. « Nepidae », sur ihs.myspecies.info (consulté le )
  3. a b et c (en) « Nepidae », sur biodiversity.org.au (consulté le )
  4. a et b « la Nèpe cendrée (Nepa cinerea), biologie, morphologie, et développement; », sur www.insectes-net.fr (consulté le )
  5. (en) Zhen Ye, Jakob Damgaard, Huanhuan Yang et Martin B. Hebsgaard, « Phylogeny and diversification of the true water bugs (Insecta: Hemiptera: Heteroptera: Nepomorpha) », Cladistics, vol. 36, no 1,‎ , p. 72–87 (ISSN 0748-3007 et 1096-0031, DOI 10.1111/cla.12383, lire en ligne, consulté le )
  6. BioLib, consulté le 2 avril 2022