Entrepôt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gestion automatisée d'un entrepôt de pièces détachées

Un entrepôt est un bâtiment logistique destiné au stockage et à la distribution de biens. Les entrepôts sont utilisés par les industriels, les entreprises d'import-export, les grossistes, les transporteurs, les douanes, etc. Ce sont de grands bâtiments, depuis quelques centaines jusqu'à plusieurs dizaines de milliers de mètres carrés.

Ces bâtiments sont situés le plus souvent dans des zones péri-urbaines. Souvent construits à l'origine dans des zones industrielles près d'usines, on observe désormais l'apparition de zones logistiques dédiées aux entrepôts, sans autre activité industrielle.

Nature des biens entreposés[modifier | modifier le code]

Selon l'activité de l'entreprise on trouvera :

  • activités de production :
    • matières premières, encours de production, produits semi-finis destinés à la régulation du processus de production (de l'entreprise ou de son client : cas des entrepôts avancés fournisseurs dans l'automobile par exemple)
    • emballages
    • mais aussi produits finis destinés au processus commercial...
    • atelier de réparation (mécanique, garage ...)
  • activités commerciales et de négoce :
    • produits dont l'entreprise a fait l'acquisition et qui ne subiront aucune transformation en vue de leur vente
    • pièces de rechanges en cas d'activité après-vente.

Processus et systèmes de gestion des entrepôts[modifier | modifier le code]

Les principaux processus d'un entrepôt sont :

Il est de plus en plus fréquent de confier à l'entrepôt de nouveaux processus à valeur ajoutée tels que :

Ceux-ci permettant de différencier tardivement des produits génériques et ainsi obtenir une réduction importante des coûts.

De même, afin de réduire les coûts de stockage et d'entreposage, l'entrepôt peut assurer la réalisation de cross-docking. On parlera dans ce cas plutôt d'une plateforme de cross-docking.

Le système d'information nécessaire à la gestion d'un entrepôt est un SGE (Système de Gestion d'Entrepôt) ou WMS (Warehouse Management System).

Infrastructures[modifier | modifier le code]

le mobilier[modifier | modifier le code]

Le mobilier de stockage est adapté à la nature des produits entreposés ainsi qu'à leur rotation de stock. On trouvera le plus fréquemment :

  • des palettiers (ou racks) destinés à l'entreposage de palettes ;
  • des cantilevers ;
  • des étagères (stockage de cartons, bacs ou boites pour faciliter le picking) ;
  • des mezzanines.

Dans certains cas de plateforme d'éclatement, il n'y a pas de mobilier. Les marchandises arrivent et repartent très rapidement et il n'est pas nécessaire de les stocker. L'entrepôt est alors une dalle de béton recouverte d'un toit (centre de tri de messagerie, plateforme de distribution pour les grandes surfaces).

Les accès de l'entrepôt permettant le chargement et le déchargement des moyens de transport (camions, trains...) sont les quais.

Le bâtiment[modifier | modifier le code]

Les entrepôts peuvent comprendre une ou plusieurs cellules de stockage, usuellement de 6000m² ou 8000m². Dans la grande majorité des cas, l'entreposage se fait à température ambiante. Certains types de produits imposent des contraintes structurelles très importantes, qu'il faut envisager dès la construction du bâtiment. On retrouve donc des entrepôts spécifiques pour :

  • le frais (entre 0 et 4°C ou entre 4 et 8°C) ;
  • le surgelé (entre -18 et -25°C) ;
  • les matières dangereuses (sprinkler, système anti-débordement, collecte des écoulements, portes coupe-feu, ...) ;
  • silo à plat (ventilation pour l'humidité et les poussières).

Les entrepôts mécanisés[modifier | modifier le code]

Dans des cas plus rares, l'investissement dans des machines automatiques de stockage ou de préparation de commande peut être justifié. Cet investissement se décide en fonction de l'intensité de l'activité et des couts (immobiliers, main-d’œuvre et non-qualité).

Par exemple, les entrepôts gérant des flux de types e-commerce, traitent une multitude d'articles et énormément de commandes par jour. Traiter ce flux de manière classique demanderait de nombreux préparateurs, la mise en place de contrôle de préparations, la mise en place d'une rotation en 2*8 ou 3*8. Ceci aura donc pour conséquence des couts de main d’œuvre importants, de la non-qualité à cause des erreurs de préparation et un turnover probablement élevé au vu des conditions de travail. Dans ce cas, la mécanisation permet d'assurer un service continu, pouvant absorber plus facilement des pics ou baisses d'activités, avec un taux d'erreur virtuellement nul.

Dans les entrepôts mécanisés, on trouvera alors des transtockeurs, carrousels, convoyeurs, trieurs, systèmes "goods to man", palettiseurs, dépaletisseurs, AGV ...

Les systèmes mécanisés peuvent s'installer dans des entrepôts déjà construits. Mais, pour les entrepôts dont la mécanisation est envisagée dès la conception, la hauteur peut être beaucoup plus importante que pour des bâtiments classiques : jusqu'à 40m[1] au lieu de 12m.

L'installation d'un système mécanisé est lourd et très structurant pour l'activité dans l'entrepôt. En plus d'un WMS, les entrepôts mécanisés nécessitent un logiciel spécifiques pour piloter les différents automates : un Warehouse Control System (WCS).

Matériel de manutention[modifier | modifier le code]

Afin de faciliter les opérations de manutention des marchandises, on trouvera fréquemment dans les entrepôts les engins de manutention suivants :

Autres désignations[modifier | modifier le code]

En informatique, on parle également d'entrepôt de données pour désigner un système permettant l'agrégation de données issues de l'ensemble des processus d'une entreprise, dans le but d'en tirer des informations synthétiques permettant d'améliorer la gestion de cette entreprise.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Salima Naji, Les entrepôts de la baraka : du grenier collectif à la zawya : réseaux du sacré et processus de patrimonialisation dans l'Atlas et Maroc présaharien, École des hautes études en sciences sociales, Paris, 2007, 2 vol., 781 p. (thèse de doctorat d'Anthropologie sociale et ethnologie)
  • Michel Roux, Entrepôts et magasins : tout ce qu'il faut savoir pour concevoir une unité de stockage, Eyrolles, Éditions d'Organisation, Paris, 2008 (4e éd.), 427 p. (ISBN 978-2-212-54032-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]