Truite arc-en-ciel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Oncorhynchus mykiss

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arc-en-ciel (homonymie).

La truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss - aussi appelée Salmo gairdneri) est un salmonidé originaire du sous-continent nord-américain où il est commun, mais se trouvant également en Europe et en Amérique du Sud, où il a été introduit. L'espèce est aussi appelée saumon arc-en-ciel au Canada, le nom anglais le plus utilisé étant "steelhead trout"[1],[2]

Taille, Poids[modifier | modifier le code]

Cette espèce mesure une longueur maximale observée de 120 cm pour le mâle ; un poids maximum observé de 25 kg ; une longévité maximale observée de 11 ans.

Répartition[modifier | modifier le code]

Son aire de répartition se limite normalement au sous-continent nord-américain : l'Amérique du Sud, ayant ses propres poissons autochtones, n'a de truites dans ses cours d'eau que depuis peu de temps. Les pêcheurs sportifs de tous continents ayant procédé à des empoissonnements, on retrouve en Amérique du Sud jusqu’en Terre de Feu, Oncorhynchus mykiss (qui fut déversée par les Nord-Américains) et, surtout, Salmo trutta fario déversée essentiellement par des émigrants français originaires du Limousin et du Pays basque (les deux espèces se sont d'ailleurs remarquablement bien adaptées à leur nouvel environnement[réf. nécessaire]).

Reproduction[modifier | modifier le code]

Dans son biotope d’origine, elle se reproduit naturellement en eau libre dès que la femelle atteint une taille d’une trentaine de centimètres. En Europe, les conditions d’une reproduction naturelle ne sont pas réunies. Il est pourtant difficile d’affirmer que cette espèce ne se reproduira jamais dans les rivières européennes. Cette anomalie s’explique partiellement du fait que la période de frai de la truite arc-en-ciel coïncide avec la période d’ouverture de la pêche des salmonidés, que les poissons introduits, issus de piscicultures, sont de taille modeste, dite « portion » soit 23 à 24 centimètres (ils atteindront rarement 30 centimètres avant d’être capturés) et qu’ils n’ont pas été sélectionnés pour la reproduction. La reproduction est constatée dans le bassin de la Soca en Slovénie et dans la Traun dans le Salzkammergut en Autriche, les individus atteignant leur taille maximale, la pratique du No kill et des eaux d'une rare qualité font que cette espèce introduite se reproduit dans ces rivières réputées mondialement pour la pêche sportive.

Une espèce résistante[modifier | modifier le code]

Avec des habitudes alimentaires moins sélectives (taux de grossissement annuel plus élevé) et une meilleure résistance aux eaux de mauvaise qualité, la truite arc-en-ciel est mieux armée que les espèces autochtones pour faire face à la lente dégradation qualitative des rivières.

Une espèce invasive[modifier | modifier le code]

Son introduction dans les biotopes européens a un impact défavorable sur la faune aquatique car elle entre en concurrence avec la truite fario sur les mêmes niches écologiques, en raison non seulement de son comportement (plus grégaire) et de ses habitudes alimentaires (taux de grossissement annuel plus élevé). Non originaire d'Europe, sa présence dans les cours d'eau du continent est due à des années de déversements incontrôlés sur ce territoire.

Poisson de pêche[modifier | modifier le code]

Le poisson étant particulièrement combatif, il est recherché par les pêcheurs sportifs qui apprécient sa pêche, en no-kill la plupart du temps et hors saison normale de pêche (introduction dans les « eaux closes »).

Galerie[modifier | modifier le code]

BigHoleRiverRainbowTrout.jpg
TypicalFireholeRiverRainbow.jpg

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :