Industrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Industrielle)
Aller à : navigation, rechercher

L’industrie est l'ensemble des activités socioéconomiques tournées vers la production en série de biens grâce à la transformation des matières premières ou de matières ayant déjà subi une ou plusieurs transformations et à l'exploitation des sources d'énergie; elle sous-entend :

  • une certaine division du travail, contrairement à l'artisanat où la même personne assure théoriquement l'ensemble des processus : étude, fabrication, commercialisation, gestion ;
  • une notion d'échelle, on parle de « quantités industrielles » lorsque le nombre de pièces identiques atteint un certain chiffre ;
  • l'utilisation de machines, d'abord manuelles puis motorisées, qui modifient la nature même du travail.

Historiquement, le terme a d'abord désigné l'habileté à faire quelque chose, ou bien une activité douteuse que la morale réprouve. Puis le sens s'est élargi à toute forme d'activité productive, et non seulement celle produisant des biens matériels[1]. Ce dernier sens a vieilli, mais il domine encore en anglais. Depuis la révolution industrielle, les activités relevant de l'agriculture sont exclues du champ de l'industrie.

Plusieurs classifications sont possibles. Les plus communes opposent :

  1. l'industrie manufacturière (mécanique, textile, etc.) aux industries d'extraction (mines, pétrole, etc.) ;
  2. les industries de biens de consommation aux industries de biens de production.

En termes de secteurs économiques, l'industrie recoupe pour l'essentiel le secteur secondaire. Toutefois, les industries extractives sont parfois classées avec l'agriculture dans le secteur primaire.

Ancienne filature de coton à Saint-Quentin dans l'Aisne.

Historique[modifier | modifier le code]

L'émergence de nouvelles technologies et les énergies disponibles ont profondément bouleversé l'industrie au cours des révolutions industrielles. Celles-ci ont marqué des étapes décisives dans l'histoire de l'industrie.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Existence d'une industrie lithique dans la péninsule ibérique : un galet taillé bifacial, province de Valladolid, Espagne.
Le tonneau, introduit par les Celtes de l'Europe du Nord, est adopté par la civilisation romaine dès le IIIe siècle en remplacement des amphores, fret si fragile du bassin méditerranéen ; son usage est systématisé au Haut Moyen Âge (ici figuré dans un blason du Sud-Tyrol).

La Préhistoire voit l'apparition des premières activités humaines qui peuvent être qualifiées d'industrielles, en excluant celles qui sont liées à l'agriculture.

  • L'homme préhistorique a besoin de nourrir sa famille, de se protéger des intempéries, des animaux sauvages, de ses ennemis : ce sont les premières motivations des activités qu'il exerce, dans le cadre des familles et des tribus où, très tôt, une spécialisation a dû exister, en fonction du sexe ou des aptitudes particulières de chacun.
  • L'homme se préoccupe davantage d'activités intellectuelles ou abstraites lorsque les besoins essentiels sont satisfaits. Même si quelques communautés comme certains moines, ermites voire tribus savent concilier la satisfaction minimale des besoins de base et leurs vie spirituelle.
  • Les plus anciens témoins de l'activité humaine sont les objets en matériaux peu destructibles : ce sont les outils et armes en pierre, d'abord taillée, puis polie.
  • Il est vraisemblable que d'autres techniques utilisant des matériaux végétaux ont été développées très tôt, mais les témoins en ont disparu.
  • La découverte des possibilités du feu a été la source de plusieurs progrès : métallurgie (du bronze puis du fer), poterie, eux-mêmes à la source d'autres développements.

Antiquité[modifier | modifier le code]

  • La poterie fut l'une des plus importantes industries de l'Antiquité. La production d'ateliers tels que La Graufesenque et Lezoux en témoigne. Dans ses ateliers, plusieurs dizaines de milliers de vases pouvaient en effet être cuits à chaque fournée.
  • La filature se développe dès cette époque autour de fibres végétales (genêt, etc.) ou animales (laine de moutons, etc.). La toile de genêt, tissu servant à confectionner entre autres des vêtements et des voiles de navires, est fabriquée par les Romains et les Carthaginois à l'aide de fibres de genêt d'Espagne.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Schéma de principe en perspective d'un moulin à eau.

De nouvelles techniques apparaissent au Moyen Âge, et avec elles de nouvelles industrialisations. Le XIIIe siècle voit par exemple l'apparition de l'utilisation du charbon comme combustible. L'industrie drapière se développe en Flandre. Les nombreuses guerres nécessitent une production importante dans certains domaines, ainsi, le Clos des Galées à Rouen constituait un grand arsenal de la royauté française ; dans les années 1340 il parvient à livrer des projectiles (arc et arbalètes) par dizaines de milliers, des armes et armures par dizaines, voire par centaines. La construction de châteaux forts ou de cathédrales associait des centaines d'hommes sur les chantiers.

La principale innovation « industrielle » du Moyen Âge est la généralisation du moulin, découvert à la fin de l'Antiquité, qui assujettit la force de l'eau ou du vent : il y a certes les moulins pour le blé, mais les moulins trouvent d'autres usages : moulin à fouler ou fouleret, moulin à tan, à papier, etc.

Dans d'autre atelier, on fabrique manuellement des parchemin en grande quantité qui seront ensuite utilisée par le clergé ou même par des philosophes en Afrique du nord et en Andalousie.

Renaissance[modifier | modifier le code]

Symbole de l'architecture de la Renaissance, le Dôme de Brunelleschi (achevé en 1436) à Florence (Italie) préfigure une systématisation des progrès obtenus dans les techniques de construction.

La Renaissance a été plutôt marquée par un renouveau de l'artisanat lors de la construction et de l'embellissement des châteaux bâtis par les princes et les rois, résidences qui perdent peu à peu leur vocation guerrière au profit du palais de prestige ; seules les industries de l'armement et des appartenances (vêtements, teintures, tapis, porcelaines) ont prospéré.

Période moderne[modifier | modifier le code]

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Miroirs de la galerie des Glaces à Versailles ; le premier procédé de manufacture, basé sur le mercure, était si toxique que les ouvriers y étaient sacrifiés.

Au XVIIe siècle, en France, Jean-Baptiste Colbert développe les manufactures dont les Gobelins, la manufacture d'armes de Saint-Étienne, Beauvais pour les tapisseries (1644), Aubusson pour les tapis, Reuilly abrite une « manufacture de glaces, cristaux et verre » (qui deviendra Saint-Gobain), la bonneterie à Troyes, la draperie à Abbeville, la papeterie à Angoulême. La faïence a alors remplacé la céramique et de grands centres de production sont créés comme la manufacture de Rouen.

XVIIIe siècle et XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'âge industriel est aussi important que l'apparition de l'agriculture au Néolithique : il y apparaît en effet une idée de rupture avec le passé. L'âge industriel est caractérisé par une croissance durable et irréversible de la production industrielle, accompagnée de transformations dans l'organisation de la production et dans les sociétés. En 1746, les jeunes entrepreneurs Jean-Jacques Schmalzer, Samuel Koechlin, Jean-Henri Dollfus et Jean-Jacques Feer créent une manufacture de tissus à Mulhouse. L'industrie se développera de manière fulgurante dans cette ville protestante qui est alors une Cité-état connue sous le nom de République de Mulhouse.

Les créations de manufactures se poursuivirent au XVIIIe siècle : une manufacture de porcelaine s'établit au château de Vincennes avant de déménager à Sèvres où elle se fera une réputation.

Malgré les crises difficilement reçues par les contemporains, la tendance générale de la période 1790-1939 est caractérisée par l'expansion.

La première révolution industrielle commence aux alentours de 1790, pour se terminer aux prémices de la seconde révolution industrielle. Les inventions motrices de cette période sont liés à la vapeur et au charbon ; son centre d'activité principal est le Royaume-Uni, puis, quelques décennies plus tard, la révolution industrielle touche la Belgique, plus tard la France, et enfin l'Allemagne.

La deuxième révolution industrielle commence aux alentours de 1850, et s'arrête aux environs de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les inventions principales de cette période ont un rapport direct avec l'exploitation des découvertes en électricité.

Trois facteurs ont permis à cette deuxième révolution industrielle d'aboutir :

Zone industrielle de Galati, appartenant à Mittal Steel : dans une économie mondialisée, le secteur sidérurgique est comme d'autres l'objet de phénomènes marqués de concentration au motif d'assurer des économies d'échelle.
  • L'accumulation du capital. Puisque la richesse se fonde sur les investissements, on pense à aller chercher l'argent chez les particuliers : c'est ainsi que les actions pour des petits porteurs (dites « gouttelettes du capital ») deviennent plus courantes aux États-Unis ; ailleurs, cela reste marginal. De plus, la création et le développement des banques de dépôt favorisent aussi la croissance.

XXe siècle et début du XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Salle contrôlant la production d'une centrale nucléaire située sur le territoire des États-Unis. La politique énergétique d'un pays est corrélée à sa politique industrielle.

Au XXe siècle, grâce surtout à l'utilisation de combustibles fossiles, les activités industrielles ont été multipliées par 50, alors que la population mondiale a triplé, et que le volume de l'économie mondiale a été multiplié par 20, et la consommation de combustibles fossiles par 30[2].

Prospective[modifier | modifier le code]

Des avancées technologiques sont susceptibles de conduire à un développement de l'industrie dans les domaines :

Typologie : les industries[modifier | modifier le code]

L’industrie fait essentiellement partie du secteur secondaire ; elle produit des biens matériels[3].

On distingue l’industrie manufacturière et les industries d'extraction[3].

Techniques : le processus industriel[modifier | modifier le code]

Le caractère industriel d'une activité est étroitement lié au processus de production mis en œuvre : division du travail, spécialisation et répétitivité des tâches, donc mécanisation, développement et spécialisation des fonctions administratives et de support, etc.

On peut consulter les thèmes suivants :

Industrie et propriété intellectuelle[modifier | modifier le code]

Dans toute forme d'industrie, on retrouve un procédé, une méthode de production. Souvent, leurs inventeurs cherchent à les protéger pour éviter que d'autres ne viennent les concurrencer. C'est en partant de ce principe de propriété intellectuelle qu'ont été mis au point un certain nombre d'outils juridiques utilisés pour protéger un procédé, comme le brevet.

Ensuite, entre le fournisseur et le client, apparaît la notion de contrat, qui fixe par écrit les termes d'un accord (commercial, d'assistance technique, de formation, de service après-vente…).

Politique industrielle[modifier | modifier le code]

Les entreprises du secteur industriel sont soumises au même environnement que les autres entreprises.

Les autorités publiques essayent parfois d'accueillir ou de maintenir de grands sites industriels dans des territoires particuliers, à des fins d’aménagement du territoire. Pour cela, elles peuvent utiliser des subventions ; par exemple, l’Union européenne a versé des subventions aux industries qui étendent ou installent des sites de production dans la ville de Valenciennes, en France, la zone étant jugée en retard économique[4].

Environnement[modifier | modifier le code]

Un site industriel

Tous les secteurs industriels, pour produire des biens matériels, sont des grands consommateurs de ressources naturelles ; les secteurs industriels engendrent de la pollution des sols, de l'atmosphère terrestre, ou des nappes phréatiques.

Les sites industriels interfèrent avec le milieu naturel : occupation de l'espace, perturbation des équilibres physico-chimiques et écologiques. Ces perturbations cumulées peuvent mener à une crise environnementale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Étymologie du Trésor de la langue française
  2. Évaluation DOBRIS ; Agence européenne pour l'environnement ; 1994
  3. a et b (fr) Définition du terme « Industrie » sur le site internet de l'INSEE
  4. Communiqué de presse, région Nord-Pas-de-Calais, novembre 2005

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jeu d'entreprise.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]