Juan Gris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Juan Gris

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Juan Gris par Modigliani (1915).

Nom de naissance José Victoriano Carmelo Carlos González-Pérez
Naissance 23 mars 1887
Madrid
Décès 11 mai 1927 (à 40 ans)
Boulogne-Billancourt
Nationalité Drapeau de l'Espagne Espagne
Activités Artiste-peintre
Mouvement artistique Cubisme

José Victoriano Carmelo Carlos González-Pérez, connu sous le nom de Juan Gris, né le 23 mars 1887 à Madrid et mort le 11 mai 1927 à Boulogne-Billancourt, est un peintre espagnol proche du cubisme qui vécut et travailla en France à partir de 1906.

Biographie[modifier | modifier le code]

Juan Gris suit des études de dessin industriel à la Escuela de Artes y Manufacturas à Madrid entre 1902 et 1904, période pendant laquelle il contribue par des dessins à des journaux locaux. En 1904 et 1905, il étudie la peinture avec l'artiste académique José Maria Carbonero.

En 1906 il s'installe à Paris où il devint l'ami d'Henri Matisse, Georges Braque et Fernand Léger, et en 1915 il est peint par son ami Amedeo Modigliani. Il y retrouve et se lie d'amitié avec son compatriote Pablo Picasso. Son portrait de Picasso de 1912 est l'une des premières peintures cubistes réalisées par un autre peintre que Pablo Picasso ou Georges Braque.

Bien qu'il soumette des illustrations humoristiques à des journaux comme L'Assiette au beurre[1], Le Charivari, et Le Cri de Paris, Gris ne commence à peindre sérieusement qu'en 1910. Dès 1912, il a développé un style cubiste personnel. Sa plus grande période se situe entre 1914 et 1918. Au début, il est sous l'influence du cubisme analytique, mais après 1915, il commence sa conversion au cubisme synthétique duquel il devint un interprète persistant.

En 1922, le peintre peint les premiers décors et costumes pour Sergei Diaghilev.

Gris articule la plupart de ses théories esthétiques entre 1924 et 1925. Il délivre sa lecture définitive, Des possibilités de la peinture, à la Sorbonne en 1924. Des expositions majeures ont lieu à la Galerie Simon à Paris et à la Galerie Flechtheim à Berlin en 1923, et à la Galerie Flechtheim à Düsseldorf en 1925.

Juan Gris meurt à Boulogne-Billancourt le 11 mai 1927 à l'âge de 40 ans, laissant ainsi sa femme Josette et son fils Georges.

Bien qu'il regardât Picasso comme son maître, Gertrude Stein reconnaît que Gris « était la seule personne que Picasso aurait volontairement éliminé de la carte. »

Salvador Dalí dit de lui : « Juan Gris est le plus grand des peintres cubistes, plus important que Picasso parce que plus vrai. Picasso était constamment tourmenté par le désir de comprendre la manière de Gris dont les tableaux étaient techniquement toujours aboutis, d'une homogénéité parfaite, alors qu'il ne parvenait jamais à remplir ses surfaces de façon satisfaisante, couvrant avec difficulté la toile d'une matière aigre. Il interrogeait sans cesse : « Qu'est-ce que tu mets là ? — De la térébenthine. » Il essayait le mélange, échouait, abandonnait aussitôt, passant à autre chose, divin impatient. »[2]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Livre, 1911, huile sur toile, 55 × 46 cm
  • Le Lavabo, 1912, bouts de miroirs collés
  • La Guitare, 1913, huile et papier collé sur toile, 73 × 60 cm.
  • Paysage et maisons à Céret, 1913, huile sur toile, 100 × 65 cm
  • Le Paquet de Café, 1914
  • Verre et journal, 1915, huile sur toile, 41 × 27,3 cm
  • Guitare, 1915, collage
  • Arlequin assis à la guitare, 1919, huile sur toile, 116 × 89 cm[3]
  • Guitare face à la mer, 1924, acrylique sur toile, 50 × 60
  • La Jalousie, 1914
  • Le Canigou, 1921
  • Guitare, verre et compotier, 1918
  • Guitare et compotier, 1926-27[4]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Écrits[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.assietteaubeurre.com
  2. Dali/Pauwels, Les Passions selon Dali, éditions Denoël, 2004 (ISBN 2-207-25620-0)
  3. Musée national d'Art moderne, Centre Pompidou, Paris. Reproduction dans Parcours des arts n° 27, Juillet-août-septembre 2011, p. 50.
  4. (es) « Guitare et compotier », sur Fundación Telefónica

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :